Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Maliens de Marseille sont inquiets

Les Maliens de Marseille sont inquiets

Depuis le coup d’Etat du capitaine Sanogo au Mali, les événements sont allés très vite, trop vite peut-être. La junte au pouvoir, complètement dépassée et isolée par le blocus de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), a fait face à une scission du nord du pays, contrôlé par les Touaregs et les islamistes d’Ansar Dine. Et si une sortie de crise politique se profile, avec la fin du blocus et la nomination du Président intérimaire Dioncounda Traoré, l’inquiétude demeure. A Marseille, vivent environ 500 Maliens. Et dans cette communauté, les mots « surprise » et « inquiétude » sont sur toutes les lèvres.

A Noailles, une petite commerçante que nous appellerons Mariam (elle souhaite rester anonyme) est très inquiète. Pendant trois jours elle n’a pu joindre sa famille qui est à Bamako. Arrivée en France dans les années quatre-vingts, elle a laissé père, mère, sœurs et nièces au Mali. Elle n’en revient toujours pas de ce qui est arrivé à son pays.

Pour elle, les militaires ont profité de la faiblesse du Président Amadou Toumani Touré. Un président qui ne voulait pas combattre les Touaregs car ce sont ses frères. « Lui et sa femme ont du sang touareg, ils le sont pour moitié, c’est pour ça qu’il ne donnait pas les moyens aux militaires de les combattre », explique-t-elle.

Moins sévère à l’égard du Président déchu, le docteur Adamo Doumbia, installé dans le quartier de Saint-Charles, est triste des événements qui secouent le Mali. Arrivé à Marseille dans les années soixante-dix pour faire des études de médecine, il s’y est installé et a ouvert son cabinet. Chevalier de l’Ordre National du Mali, le médecin est fier de son peuple et de son pays mais reconnait qu’il souffre de ne pas avoir un Etat fort, malgré qu’il soit une démocratie exemplaire en Afrique.

« Les revendications des militaires sont légitimes mais l’usage des armes pour prendre le pouvoir est condamnable », explique le médecin. Lui qui espérait que la junte soit emportée par la sagesse malienne est soulagé de voir que le pouvoir a été remis au Président intérimaire, conformément à la Constitution.

Mariam, la commerçante, est aussi très remontée contre la CEDEAO, qui, dit-elle, « discute et isole le Mali pendant que l’on pille et viole à Tombouctou ». Et elle demande pourquoi la France est intervenue en Côte d’Ivoire, alors qu’elle ne fait rien pour aider le Mali, avant d’ajouter que « c’est un pays pauvre qui n’a pas les moyens de lutter contre AQMI (Al-Qaida au Maghreb Islamique). C’est une ancienne colonie française, la France doit agir ! »

 

C’est avec satisfaction que le docteur Doumbia a vu la junte et son chef le capitaine Sanogo amnistiés pour ce coup d’Etat. Il fallait leur laisser une porte de sortie honorable pour régler la crise politique, m’explique-t-il avant d’ajouter que ce sont des mutins qui ont été dépassés par les conséquences de leurs actes.

Et gardant confiance en les instances internationales et la CEDEAO, il est soulagé pour son pays de la fin du blocus économique qui étouffait le Mali, un pays enclavé et très dépendant de ses voisins.

Mariam est toujours très inquiète pour la suite des événements, si inquiète qu’elle ne trouve plus le sommeil et n’arrive plus à manger me confie-t-elle. Le spectre islamique plane sur Bamako tandis que les réfugiés affluent de tout le nord du pays.

Le docteur Adamo Doumbia craint que le Mali ne devienne un « Afghanistan africain » si l’ONU et la France ne se décident pas rapidement à intervenir. Pour lui, la percée islamiste dans le nord du pays est la conséquence directe d’une guerre non terminée en Libye. Le conflit a renforcé AQMI et l’OTAN et ses alliés doivent intervenir dans cette région et pourchasser les islamistes.

Mais, patriote, il se refuse pourtant à sombrer dans le pessimisme et reste confiant en son pays. « Je pense qu’un sursaut d’orgueil national va l’emporter, le Mali est un et indivisible », conclue-t-il.

 

Damien Isoard

Retrouvez notre article sur News of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Mandrake 13 avril 2012 11:30

    Avec les Maliens contre l’islamisme. Courage !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires