Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les propositions de l’ABACO pour la facilitation d’Edem Kodjo (...)

Les propositions de l’ABACO pour la facilitation d’Edem Kodjo en RDC

En République Démocratique du Congo, s’agissant du dialogue national, le facilitateur désigné par l’Union Africaine est confronté aux tergiversations des acteurs politiques et ceux de la société civile. Ainsi a-t-il du mal à résoudre l’équation des quotas de participation au comité préparatoire de 30 membres qui seraient composés de 12 délégués de la majorité présidentielle, 12 de l’opposition et 6 de la société civile. Cette équation se complique davantage puisque l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, s’arroge d’office le monopole de ces 12 membres qualifiant de coquilles vides les autres partis opposés au régime en place à Kinshasa.
 
La Direction Europe de l’Alliance de Base pour l’Action Communauté (ABACO) estime que M. Edem Kodjo, en sa qualité de facilitateur, devrait tenir compte des causes de l’échec du dialogue national ayant été initié en 2013 par le président de la République Démocratique du Congo. En effet, le copinage, le clientélisme et la logique politicienne dans le choix des membres du Directoire – ayant été supervisé par les présidents de l’Assemblée national, Aubin Minaku, et du Sénat, en l’occurrence Léon Kongo wa Dondo – avaient malheureusement pris le dessus sur des considérations objectives. Pour plus d’efficacité, le comité préparatoire que compte mettre en place M. Kodjo doit à tout prix épargner à la République Démocratique du Congo une énième crise politique qui compliquera encore plus la kafkaïenne situation en cours.
 
Par conséquent, la Direction Europe de l’ABACO préconise la neutralité et la dépolitisation de ce comité préparatoire, lequel ne devrait être composé que d’experts des commissions africaines et onusiennes en matière de gestion et de résolution des conflits – l’objet étant d’aboutir, lors des assises du dialogue proprement dit, à une représentativité équitable des forces vives de la nation congolaise. C’est la condition sine qua non d’une véritable réconciliation nationale autour des valeurs républicaines, d’un élan patriotique collectif et de la défense de la nation très affaiblie. Ainsi est-il souhaitable que la force et la rigueur, en amont, puissent permettre de rendre en aval les institutions républicaines à la fois justes et parfaites.
 
Gaspard-Hubert LONSI KOKO

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • MUSAVULI MUSAVULI 29 avril 04:36

    Il est maintenant établi qu’une partie seulement de la classe politique prendra part à ce dialogue national. Il est aussi établi que ce dialogue se déroulera, s’il est tenu, dans un environnement mouvementé et que certains participants pourront quitter les assises bien avant la fin du dialogue pour un ensemble de raison (repositionnement politique). Enfin, il est un fait que, pour le président Kabila, ce dialogue doit servir de cadre de légitimation du glissement du calendrier électoral, une violation de la Constitution à laquelle la rue promet de réagir en application de l’article 64. Par conséquent, il serait de bon aloi que cette affaire de dialogue soit purement et simplement abandonnée et que les forces de l’opposition se coalisent pour obliger le régime-Kabila à assumer seul ses responsabilités en quittant le pouvoir dès décembre 2016.  


    • Cyrus06 (---.---.204.15) 30 avril 07:38

      Je trouve que cet article est très pauvre, une vraie narration sans analyse ! On dirait du copier-coller de quelque part !


      • Charlotte Mondo 30 avril 14:24

        @Cyrus06

        Je ne trouve pas la pauvreté à laquelle fait allusion @Cyrus06. L’article va plutôt à l’essentiel, les personnes intéressées par la situation en cours en RDC savent de quoi il est question. Dans la négative, il suffit de se montrer un peu curieux. D’accord avec @Aimedo, pour ce qui est des lacunes volontaires de la part du gouvernement congolais que doit avoir à l’esprit le médiateur Edem Kodjo. L’auteur de cet article a soulevé un problème précis, il revient au lecteur, en cas de doute ou d’un sentiment d’incompréhension, de réfléchir et d’essayer de trouver des arguments idoines.


      • Aimedo (---.---.63.2) 30 avril 10:28

        Effectivement, en lisant sans analyse, vous pourriez penser que ce article est vide de sens. Or elle nous dit que les problème que doit réellement rencontrer le facilitateur, c’est l’ensemble de la population congolaise, qui doivent être consulté et non les même qui été au pouvoir et dans l’opposition. Comment ont -t-il pas vu que la CENI ne faisait pas sont travail ? La Ceni est composée des membres de cette opposition et des membres de la majorité. C’est qu’ils ont tous une part de responsabilité. Alors les même qui ont failli et ceux eux qui vont réorganiser ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès