Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les réfugiés tibétains déportés en Chine par le Népal emprisonnés au (...)

Les réfugiés tibétains déportés en Chine par le Népal emprisonnés au Tibet


 Le 28 juillet, le Haut commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR) a précisé que le Népal a déporté, non pas deux, mais trois réfugiés tibétains en juin en Chine. Cette initiative survient en dépit d’un « Gentlemen’s Agreement » sur le transit des Tibétains au Népal. Nini Gurung, porte-parole du HCR à Katmandou a déclaré : « Trois Tibétains ont été forcés de retourner en Chine début juin. C’est un problème très grave et nous sommes extrêmement préoccupés ». 

Les trois réfugiés tibétains ont été arrêtés dans l’ouest du Népal et reconduits à la frontière en hélicoptère. Selon International Campaign for Tibet (ICT), il s’agit d’une jeune femme, et de deux moines du monastère de Korchak au Tibet, un monastère localisé près de la frontière avec Népal. La femme, qui serait une fonctionnaire des services chinois au Tibet, venait de Shigatsé. Ils ont été renvoyés dans une façon inhabituelle par hélicoptère sous l’escorte d’un politicien népalais selon des sources locales. 

Les deux moines ont été identifiés sous les noms de Dawa, 20 ans, et Dorjee, 21 ans, alors que la femme, 22 ans, se nomme Penpa. Penpa et un des moines ont été emprisonnés au Tibet et risquent six mois de prison, selon ICT. L’autre moine a été autorisé à retourner à son monastère. Tous trois ont été détenus au début du mois de juin par la police népalaise au Népal dans le district de Humla, proche du comté de Purang au Tibet. Les autorités chinoises recherchaient la femme, espérant l’arrêter avant qu’elle n’atteigne Katmandou pour l’Inde. Selon le rapport d’ICT, la police de la frontière chinoise était en contact avec leurs homologues népalais et après l’arrestation des trois Tibétains, ils ont été emmenés par l’hélicoptère à la frontière, accompagnée d’un politicien népalais non identifié et d’un policier. 

ICT a déclaré : « Le Népal a violé le "Gentlemen’s Agreement" passé avec le HCR en 1989 quand le Népal cessa d’accorder aux Tibétains en transit le statut de réfugiés. » Ils étaient alors libres de passer par le territoire népalais pour demander l’asile politique dans un pays tiers. 

Le 31 mai 2003, les autorités népalaises avaient déjà déporté 18 réfugiés tibétains vers le Tibet, dont des enfants, provocant les critiques de la communauté internationale. Le HCR avait exprimé son inquiétude quant au sort des 18 Tibétains alors que ces derniers requéraient l’asile. Le groupe comprenait 8 mineurs, certains âgés de 13 ans. Le HCR avait décrit cette action comme une violation criante des obligations internationales du Népal. Le HCR rappelait déjà que jusqu’à présent, les autorités népalaises l’avaient autorisé à répondre à la demande d’asile politique des réfugiés tibétains, en accord avec son mandat, et à les réinstaller dans des pays tiers. ICT avait révélé à cette occasion la mise en service du « Sowland New Reception Center », une prison de Shigatsé au Tibet réservée aux Tibétains s’ils franchissaient la frontière. En 2003, on estimait à près de 500 le nombre de Tibétains incarcérés dans cette prison. Ces Tibétains étaient condamnés à quelques mois de prison et à payer une amende de 1700 à 5000 yuans. Pour être certaines de voir leurs proches relâchés, les familles paient parfois le double. En outre, ils devaient signer un document où ils s’engagent à ne plus quitter la République populaire de Chine et leurs familles en devenaient les garantes : s’ils cherchaient à s’enfuir à nouveau, un de leurs proches devait être incarcéré à leur place. 

En décembre 2003, 21 autres réfugiés tibétains furent encore livrés à la police chinoise par la sécurité népalaise. 

Depuis le soulèvement du peuple tibétain en 1959 contre les forces chinoises ayant envahi le Tibet dix ans auparavant, plus de 150 000 Tibétains réussirent à fuir le Tibet, traversant au péril de leur vie l’Himalaya. Tous les ans, des milliers de Tibétains entreprennent un voyage dangereux vers le Népal. Ils sont relativement libres de circuler au Népal en vertu du « Gentlemen’s Agreement » passé avec le HCR en 1989 lorsque le Népal cessa de leur accorder le statut de réfugiés. Avec l’assistance des Nations unies, ils repartent généralement vers Dharamsala où se trouve le siège du gouvernement tibétain en exil, dans le nord de l’Inde, pour voir le Dalaï lama.

Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 30 juillet 2010 10:43

    Il est triste de constater que la Chine ne s’arrêtera pas tant que l’épuration ethnique du Tibet ne sera pas terminée. Aucun humanisme et aucun dialogue ne sont à attendre de ce gouvernement. Les dirigeants chinois peuvent continuer leurs crimes sous le silence assourdissant de la communauté internationale. Une culture et un peuple sont en entrain de mourir sous nos yeux impuissants, que l’on nous pardonne.


    • amipb amipb 30 juillet 2010 16:01

      La Chine vient de demander au Népal d’intensifier la pression sur les activités tibétaines :
      http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=27851
      http://www.tibet.fr/site/index.php?itemid=11734

      Triste époque où les droits des peuples passent dans le vide-ordure de la sacro-sainte économie.


    • amipb amipb 30 juillet 2010 15:57

      Ce qui est également triste, Gabriel, c’est de voir que des articles factuels comme celui-ci sont descendus par quelques lecteurs anonymes.

      Etrange fascination de certains pour une Chine arrogante et totalitaire. Affaires de cœur ou d’argent à justifier ?


      • Gabriel Gabriel 30 juillet 2010 16:11

        Salut amipb,

        J’avoue que le fait de voter négatif sur des articles qui défendent la liberté me laisse perplexe. Quoi que, il y a bien des nostalgiques du pas de l’oie et comme pour cet exercice la moelle épinière suffit, cela peut expliquer l’absence de cerveau mais malheureusement, pas celle du cœur…


      • Surya Surya 30 juillet 2010 19:00

        Bonjour amipb,

        Les personnes qui ne sont pas d’accord avec les articles sur le Tibet sont peut être des représentants de la Chine officielle (pas forcément des représentants officiels de la Chine, si vous voyez ce que je veux dire), ici ou ailleurs.
        Peu importe que l’article soit moinssé par quelques personnes sans doute aigries, puisqu’elles semblent satisfaites que les Tibétains souffrent. Ce qui est important, c’est d’en parler, d’informer, pour qu’au moins tout cela ne soit pas fait dans l’ombre. De toute façon, la culture tibétaine ne disparaîtra jamais car si sur le long terme elle ne peut survivre au Tibet, elle se développera de plus en plus à l’étranger, notamment en Inde.
        Je suis passée assez rapidement malheureusement dans le courant de l’après midi à Vincennes le jour de l’anniversaire du Dalai Lama, et j’ai vu le spectacle de danses et de chants, c’était vraiment super ! J’ai bien aimé aussi l’hommage rendu à l’Inde qui a accueilli les Tibétains en exil, avec l’interprétation d’une chanson d’un film de Bollywood.


      •  C BARRATIER C BARRATIER 30 juillet 2010 20:04

        Partout on fuit, la déclaration universelle des droits de l’homme reste à rappeler sans cesse. Notre propre pays ne peut plus rester une terre de transit vers la Grande Bretagne. Il est vrai que nos centres de rétention ne s’appellent pas des prisons.
        Il y a du boulot à faire pour humaniser, devant notre porte et ailleurs dans le monde.
        Seuls les capitaux sont libres de circuler ainsi que les émigrés ou immigrés fiscaux riches.
        La culture thibétaine comme notre culture républicaine vivront longtemps pour notre bonheur, mais au milieu des turpitudes.


        • Arunah Arunah 31 juillet 2010 11:31

          Le Népal est gangrené par les maoistes et le pays a besoin de liquidités... alors...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès