Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les services secrets sont-ils l’avenir de l’espéranto (...)

Les services secrets sont-ils l’avenir de l’espéranto ?

Ca c’est un titre accrocheur, non ?

C’est plus anecdotique que le récent succès de l’espéranto au Festival des langues à Nankin, mais l’histoire ne manque pas de sel.

Les services de sécurité japonais ont montré un peu de nervosité quand ils se sont aperçus que certains activistes utilisaient l’espéranto pour communiquer, langue qu’ils ne comprennent pas. Le Japon a pris la présidence du G8 le 1er janvier 2008 et organisera le prochain sommet du G8 du 7 au 9 juillet 2008 dans l’île d’Hokkaido. Ils craignent à cette occasion les agissements d’une minorité activiste, mais plus encore une coordination de ces groupes avec ceux de Corée.

Comme le dit l’article (en espéranto) de Libera folio, "L’inquiétude des services d’ordre aura au moins réussi à attirer l’attention de deux grands magazines, anglais et allemand, sur l’espéranto !"

(En anglais dans Newstatesman)

Au-delà de cet aspect minoritaire et marginal de l’espéranto (rappelons qu’il ne s’agit que d’une langue, et que chacun, chaque mouvement, est libre de l’utiliser), cette "révélation" n’a rien d’étonnant pour des espérantistes qui savent depuis longtemps que cette langue est la plus adaptée à la communication internationale, de par ses caractéristiques de facilité, de vitesse d’apprentissage sans commune mesure, sa neutralité et son caractère international.

Rappelons brièvement d’où lui viennent ces caractéristiques : la facilité et la vitesse d’apprentissage (environ d’un facteur 8) s’expliquent par l’absence d’exceptions, le faible nombre d’idiotismes, la simplicité structurelle (qui ne veut pas dire pauvreté linguistique ni limitations) et la dérivation logique des mots à partir des préfixes et suffixes. Cette régularité et cette dérivation logique en font au final une langue beaucoup moins gourmande en mémoire - à vocabulaire égal. Sa neutralité : à l’évidence, ce n’est la langue d’aucun pays et d’aucune religion. Son internationalité : si le vocabulaire est européen, sa grammaire simple et régulière est familière à de nombreuses langues asiatiques.

Ainsi, ces caractéristiques en font la langue la plus adaptée aux ONG, par exemple, pour leur personnel international, bien plus que l’anglais, et un jour ou l’autre ces ONG s’en rendront compte, ainsi que les organismes internationaux ou l’UE, s’ils ne le savent déjà – en fait, ceux-ci le savent, mais les enjeux politiques et économiques entravent toute réflexion sereine.

A noter que les deux magazines qui ont relaté cette histoire ont eu quelque peine à donner une estimation du nombre de locuteurs, pour les mêmes raisons qu’on ne sait pas réellement combien de personnes parlent anglais, faute de définir ce que veut dire "parler" (quel niveau, sur quelle échelle ?), et basé sur une enquête plutôt qu’un sondage bidon. Même si c’est à une tout autre échelle que pour l’anglais, la difficulté est la même lorsqu’il s’agit d’estimer les locuteurs ou ceux qui ont simplement quelques notions, voire les sympathisants.

Peut-être cette anecdote, ancrée dans les problèmes de la mondialisation, est-elle le début d’une prise de conscience de l’efficacité de l’espéranto pour la communication internationale ? Après tout, il a été conçu pour ça : franchir la barrière des langues.

Paradoxalement, si les services de sécurité se mettaient à apprendre l’espéranto, cela constituerait mathématiquement une progression de la langue !

Comme les espérantistes sont des gens pacifiques et prêts à aider leur prochain, nous donnons ici un conseil gratuit à ces agents de l’ombre : la seule façon pour des services secrets de comprendre la langue internationale sans en favoriser la diffusion, c’est d’apprendre l’espéranto, mais en secret.

(En allemand dans Spiegel on line)


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

301 réactions à cet article    


  • Zalka Zalka 11 juin 2008 11:54

    "A noter que les deux magazines qui ont relaté cette histoire ont eu quelque peine à donner une estimation du nombre de locuteurs, pour les mêmes raisons qu’on ne sait pas réellement combien de personnes parlent anglais,"

    Vous auriez pu préciser que l’échelle de grandeur est de l’ordre des centaines de millions pour l’anglais et de centaines de milliers pour l’esperanto, non ? Un rapport de 1 à 1000 est rarement négligeable.

    Ensuite, je ne vois pas l’intérêt de s’énorguellir du fait que l’esperanto servent à des activistes pour communiquer entre eux, car au delà de l’aspect intercompréhension entre activistes, on a plutôt le sentiment qu’ils s’en servent comme les américains se servaient du navajo pendant la guerre : système de cryptage.

    Le comble, non ? Se servir d’un langage commun pour être compris de son groupe réduit, mais en même temps pour NE PAS être compris des gens extérieurs à ce groupe.

    De ce point de vue, on pourrait se dire que l’esperanto est une réussite : "personne" ne le parlant, difficile de casser le cryptage. Mais cette qualité ne concerne que l’asie. Le vocabulaire de l’esperanto est bien trop latin pour crypter correctement quoique ce soit dans les pays occidentaux.


    • Hermes esperantulo 11 juin 2008 12:12

      Mais bien sur vous avez totalement raison, c’est comme la marmotte..., Enfin pour les autres google est là pret à servir


    • skirlet 11 juin 2008 13:05

      "personne" ne le parlant, difficile de casser le cryptage

      Vous n’avez pas tout compris, notre mignon. Premièrement, le fait d’utilisation de l’espéranto (à la différence avec l’histoire du navajo) n’est pas caché. Deuxièmement, avec sa grammaire contenue en 16 règles, il est facile à n’importe quel décrypteur de l’assimiler. Troisièmement, cours, manuels, dictionnaires etc. sont accessibles partout, y compris gratuitement sur la Toile (à la différence du navajo), et il est très facile de déchiffrer n’importe quel texte - avec un dictionnaire, soit, mais tout de même.

      En plus, vous continuer à prendre les Asiatiques pour les demeurés qui n’ont jamais vu une seule racine latine de leur vie...

      C’est un exemple quand l’espéranto sert réellement de langue pont, y compris en Asie.


    • Hermes esperantulo 11 juin 2008 13:12

      Ma chere, notre Zalkounet prend de toute facon beaucoup de gens pour des demeurés. Regarde il parle l’esperanto indecriptable pour le service secret japonais. Ca veut dire quoi pour lui tout simplmeent que les services secrets sont des deumeurés et donc au passage toute la population japonaise. Qu’il est gentil notre zalkounet envers tout un peuple. Halala heureusement que GOOGLE est là pour aider le néophyte qui passera ici.


    • Zalka Zalka 11 juin 2008 13:41

      @Skirlet : "En plus, vous continuer à prendre les Asiatiques pour les demeurés qui n’ont jamais vu une seule racine latine de leur vie..."

      Les asiatiques, non. En revanche, vous, vous le prouvez pour vous même avec une application remarquable. En effet, si les racines latines sont parfaitement accessibles à n’importe qui (asiatique compris), il n’y a pas cette matîtrise quasiment naturel du fait d’avoir pour langue natale, une langue européenne.

      @Esperantulo : je ne prend personne pour demeuré. Je me contente de traiter comme tel ceux qui à votre instar se comporte comme des demeurés. Je n’ai jamais parlé d’impossibilité de décryptage, mais seulement d’utilisation dans un but semblable. La nuance est assez claire, mais comme à votre habitude, vous ne comprennez rien.


    • Hermes esperantulo 11 juin 2008 13:53
      &@Skirlet : "En plus, vous continuer à prendre les Asiatiques pour les demeurés qui n’ont jamais vu une seule racine latine de leur vie..."

      Les asiatiques, non. En revanche, vous, vous le prouvez pour vous même avec une application remarquable. En effet, si les racines latines sont parfaitement accessibles à n’importe qui (asiatique compris), il n’y a pas cette matîtrise quasiment naturel du fait d’avoir pour langue natale, une langue européenne. &

      Que vous ditent vous leur avez demander

      &@Esperantulo : je ne prend personne pour demeuré. Je me contente de traiter comme tel ceux qui à votre instar se comporte comme des demeurés. Je n’ai jamais parlé d’impossibilité de décryptage, mais seulement d’utilisation dans un but semblable. La nuance est assez claire, mais comme à votre habitude, vous ne comprennez rien.&

      HA mais si vous prennez des gens pour des deumeurés vous le ditent vous même à l’instant. Et comme d’ab vous comprennez de travers l’article, le but de parler en cette langue c’est d’avoir un moyen de communication plus facile que l’anglais ( par le biait d’un apprentissage plus rapide) Par contre le service secret qui n’est pas capable de trouver le moyen de comprendre cette langue alors qu’elle est facilment accessible sur le web , j’en reste sans voie. Donc comme c’est une langue facilement accessible par le web quel serait l’interet de s’en servir comme moyen de cryptage. Et comme d’habitude vous regarder à coté

      Remarque pour certains l’anglais est très cripté sans aide d’interpretes


    • Zalka Zalka 11 juin 2008 14:04

      @Esperantulo : pourriez vous traduire en français votre pavé ?

      Le seul truc à peu près compréhensible mérite la réponse suivante : j’ai dit que je traitais les gens comme ils le méritent : les demeurés comme des demeurés et les gens intelligents comme des gens intelligents.


    • Moonz 11 juin 2008 19:07

      @zaia

      Ho, si, vous prenez certaines personnes pour des demeurés : les activistes en question. Vous présupposez qu’ils utilisent l’esperanto dans un but de "cryptage", alors que n’importe quelle personne qui a appris l’esperanto se rendra rapidement compte que la langue n’est absolument pas adaptée pour ça :). Un code de César est limite plus efficace (bon, d’accord, un code de césar en Japonais, ça le fait pas...). De plus, si j’ai bien lu l’article, les activistes en question sont anarchistes, et l’esperanto a (eu ?) plutôt la côte dans ce genre de milieux... Ça ne me paraît pas aberrant qu’un groupe d’anars se dise un jour "tiens, et si on parlait esperanto entre nous ?" (rien que pour le fait de ne pas perdre la main, ou pour certains d’apprendre la langue...)


    • Hermes esperantulo 11 juin 2008 11:54

      He ben, moi pour ma part ca m’a fait rigoler l’article de LF et merci pour les autres liens. Bon sinon pour les informations sur la langue comme toujours googgle est votre ami


      • Calito valderama Calito valderama 11 juin 2008 13:08

        Il serait interessant que les partisants de l’esperanto annoncent leur couleur politique. Il se dis qu’ils sont d’extrème gauche. Ce serait bien de clarifier....


        • Hermes esperantulo 11 juin 2008 13:14

          Lisez mieux l’article et cherchez sur google vous aurez la réponse. Mais je vais vous aider un peu, il y a autant e facon de voir l’esperanto qu’il y a d’esperantistes, donc au niveau politique vous avez la reponse


        • ze_katt 11 juin 2008 13:18

          Et tous les gens qui parlent anglais sont des activistes ultra libéraux ?


        • Zalka Zalka 11 juin 2008 13:48

          Les partisans de l’esperanto ici présent, vous diront d’une seule voix : non, nous sommes apolitiques. Mais, c’est uniquement parce que Saint Masson leur a dit cela.

          En réalité, l’invention se veut effectivement apolitique. Mais par conviction pacifiste internationalistes beaucoup d’utilisateurs se sont avérés assez proches des gauches. Pendant l’entre deux guerres, beaucoup d’esperantistes français sont ouvertement communistes. Après guerre, les esperantistes français subissent le même genre de combat interne que la gauche : pro communisme ou pacifisme "indépendant". SAT Amikaro est issu des esperantistes cocos.

          Mais aujourd’hui, cette différence n’a plus vraiment de sens, et donner une couleur politique aux associations esperantistes n’est pas vraiment pertinent.

          On peut toutefois remarquer un anti américanisme marqué chez certains, comme Masson.


        • Hermes esperantulo 11 juin 2008 13:54

          désoler j’ai jamais dit cas, on peut être de gauche , de droite ou apolitique comme avec toute langue,que vous comprenez mal le francais


        • Zalka Zalka 11 juin 2008 14:13

          ZeKatt s’adressait à Calito, et je ne te citais pas ni te répondais.

          Evite de prendre tous les commentaires pour toi.


        • Henri Masson 11 juin 2008 14:22

          Il est déjà possible de dire sans risque d’erreur que les tendances extrémistes sont les plus mal représentées au sein du monde espérantophone. L’extrême-gauche est certainement plus représentée que l’extrême-droite. Autre certitude : il n’y a jamais eu de terroriste espérantiste.

          Une étude sociologique a été faite par le prof. Peter G. Forster dans "The Esperanto Movement" (La Haye : Mouton, 1982). Le professeur Detlev Blanke (Univ. Humboldt, Berlin) a aussi écrit sur ce sujet.
           


        • Calito valderama Calito valderama 11 juin 2008 14:59

          merci, cela correspond à peu près à ce que je pensais. J’imagineait surtout des écolos derrière ce mouvement. Des braves gars en général, mais pas les pieds sur terre. C’est tout. Bises.


        • Hermes esperantulo 11 juin 2008 20:12

          Zalka tu dit " Les partisans de l’esperanto ici présent, vous diront d’une seule voix : ect" donc j’en fais partie, docn c’est mormal que je réponde à toi, sinon mon texte après l’avoir relu me semble clair même avec des fautes


        • Qual 11 juin 2008 20:40

          Apprend la syntaxe plutot que de pontifier sur les avantages de la langue...
           

          Typhon, wè !


        • Zalka Zalka 12 juin 2008 09:19

          Oui Esperantulo, je ne doute pas qu’il te semble clair. Mais il ne l’est pas.


        • fonzibrain fonzibrain 11 juin 2008 13:38
          LES DEMOCRATES VEULENT EMPECHER UNE FRAPPE NUCLEAIRE ERRONEE
           
          Surfant sur le site d’information Russe Novosti je tombe sur l’article suivant :"La Chambre des représentants du Congrès américain a chargé le Pentagone de se pencher sur la modification de la procédure de lancement des missiles balistiques à ogive nucléaire".
          A vrai dire je ne comprend pas ce que cela signifie,j’ai peut être une piste,mais j’aimerai savoir ce que vous en pensez.
           
          En premier lieu,voila la dépèche de RIA Novosti :
          WASHINGTON, 23 mai - RIA Novosti. La Chambre des représentants du Congrès américain a chargé le Pentagone de se pencher sur la modification de la procédure de lancement des missiles balistiques à ogive nucléaire, désormais désuète, dans les pays en possédant, rapporte le correspondant de RIA Novosti.
          "Les Etats-Unis et la Russie détiennent comme auparavant des milliers de missiles nucléaires prêts à être lancés à tout moment. Bien que le risque de guerre nucléaire avec la Russie semble désormais écarté, le danger d’un lancement par erreur subsiste", a déclaré avant le vote le coprésident du groupe de travail pour la sécurité nationale de la Chambre, le démocrate Adam Schiff.
          "Le département de la Défense américain doit étudier et évaluer à différents niveaux les variantes permettant d’introduire dans la procédure de lancement aux Etats-Unis, en Russie, en Chine et dans tous les pays dotés d’armements stratégiques, un système de retardement transparent et vérifiable par les autres pays en cas de tir", lit-on dans le projet de résolution adopté à l’unanimité par le Congrès.
          Le chef du Pentagone Robert Gates disposera de six mois pour calculer dans quelles mesures les variantes proposées permettent d’élever le temps entre l’ordre et le tir proprement dit et d’évaluer "le risque stratégique encouru par la sécurité nationale américaine".
          Le département de la Défense devra également formuler des propositions en matière d’inspection dans les pays détenteurs d’armements de ce type.
          Rappelant que depuis la fin de la Guerre froide, "les procédures de lancement des armements nucléaires restaient quasiment inchangées", M. Schiff a prôné, dans le sillage d’anciens secrétaires d’Etat comme Henry Kissinger, "l’augmentation du temps consacré à la mise en garde et à la prise de décision lors du lancement des missiles balistiques à ogive nucléaire".
          "Cela réduira le risque de frappes incontrôlées ou erronées", a déclaré le congressiste, citant ses prédécesseurs.
           
           
          L’auteur de l’article n’est pas nommé ,par contre le congressman Adam.B. Schiff http://schiff.house.gov/HoR/CA29/Biography/ ,est un démocrate actif,il est par exemple à l’origine l’auteur principal de la résolution U.S sur le Génocide arménien .
          Il est également connu pour son engagement à la sécurisation de la filière nucléaire.
          C’est également le sujet de cette dépêche,mais en creusant un peu et au regard de la situation international,nous sommes en droit de nous demander ce que cela signifie :"Bien que le risque de guerre nucléaire avec la Russie semble désormais écarté, le danger d’un lancement par erreur subsiste",qu’est ce que Adam Schiff veut dire par "lancement par erreur",si on ajoute qu’il prône :"l’augmentation du temps consacré à la mise en garde et à la prise de décision lors du lancement des missiles balistiques à ogive nucléaire",avec comme conséquence :"Cela réduira le risque de frappes incontrôlées ou erronées."
          Compte tenu des multiples rumeurs d’un possible bombardement atomique sur l’Iran, on comprend mieux cette volonté de vouloir plus contrôler ceux qui utiliseraient ces armes.

          En effet ne nous voilons pas la face,ces déclarations sont à la destination de l’équipe néo-conservatrice en place autour de George Bush, il s’agit de la continuité du bras de fer entre la présidence et le congrès à majorité démocrate.

          Maintenant,je pense que le moment choisi pour cette déclaration ne doit rien au hasard,et je ne peux m’empêcher de penser que le bombardement U.S sur l’Iran soit réellement une option envisageable.Sinon pourquoi cette soudaine volonté de contrôler d’une manière plus efficace le feu nucléaire,la phrase : "Cela réduira le risque de frappes incontrôlées ou erronées", laisse penser que cela soit possible aujourd ’hui,le mot "incontrôlées" est très significatif,selon moi de la fuite en avant des dirigeants U.S.Le mot "erronées",lui des inaptitudes à comprendre les tenants et les aboutissants d’un tel bombardement,ou, peut aussi signifier,et cela est plus grave ,un dysfonctionnement dans la chaîne de commandement et l’utilisation d’arme atomique sur un ordre d’officier(donné par des politiques,tout aussi) renégat .
          Il est évident que Mr Schiff ne dit pas cela pour rien .La tension en cette fin de mandat est évidente,et le fait de vouloir mieux controller le feu nucléaire à 8 mois des élection démontre selon moi la réelle possibilité d’un tel acte.

           Concrètement cela va se passer comme ca :
          "Le chef du Pentagone Robert Gates disposera de six mois pour calculer dans quelles mesures les variantes proposées permettent d’élever le temps entre l’ordre et le tir proprement dit et d’évaluer "le risque stratégique encouru par la sécurité nationale américaine". Donc, et à condition qu’il y ai une véritable sécurisation des conditions d’utilisations,Bush et son influent collistier ont encore six mois pour user du feu nucléaire sans nouveau modérateurs,en revanche et connaissant la futur politique de Mac Cain,cette résolution est très judicieuse .
           
          Le député a l’intelligence de vouloir coordonner cette résolution au niveau mondiale :"les variantes permettant d’introduire dans la procédure de lancement aux Etats-Unis, en Russie, en Chine et dans tous les pays dotés d’armements stratégiques, un système de retardement transparent et vérifiable par les autres pays en cas de tir", pourrait permettre d’instaurer au système International une sécurité de plus dans l’utilisation sur un "coup de tête" ou sur injonction de certain après une situation extrème(gigantesque attentat) et d’user trop émotionellement de ces armes de destruction massive .
          Même si sur l’instant cette nouvelle m’effraya,m’éclairant sur les possibilités réelles d’un bombardement sur l’Iran,il est indéniable qu’ajouter une struture de plus dans la sécurisation nucléaire est une idée qui est à contre courant de l’escalade actuelle,et mérite tout notre soutien
           
          lien annexe :
           
           

           qu’en pensez vous ?


          • beubeuh 11 juin 2008 13:45

            Que ça n’a aucun rapport avec l’Esperanto.


          • Zalka Zalka 11 juin 2008 13:52

            Tiens ! Lerma diffuse un article qui aété refusé ?


          • skirlettecacauette 12 juin 2008 08:19

            Cherchez l’erreur,

            L’arme atomique.........encore un qui veut caser sa science de l’atome ici même et son discours politique..par le biais des agents secrets de l’Espéranto

            On voudrait parler de l’Espéranto bien que le sujet soit décidément amené par tous les moyens les plus biscornus (Titres des articles )

            j’ai déjà vu aux dernières nouvellzes : la Chine est-elle l’avenir de l’Espéranto ? 

             je n’ai pas encore vu :comme titre :

            La lessive OMO est-elle l’avenir de l’Espéranto, ou encore ,

            Monsanto mis à l’index va-til se reconvertir dans la culture de l’Espéranto Enquête accablante sur le leader des OGM, Monsanto

            Un livre et un documentaire signés Marie-Monique Robin brossent le portrait de ce géant de l’agrochimie, inventeur de quelques-uns des pires polluants de la planète ?
             
            On peut lire ici des énormités à la hauteur des intervenants qui prennent pour étalon de l’intelligence, la leur bien entendu......ceci s’appelle de l’enfantillage car on sait bien que le nombrilisme est la seule façon de voir le monde qu’ont les petits enfants......
            Décidément on voit de tout sur Agoravox puisque moi-même j’en viens à me faire piéger par les uns et les autres puisque j’interviens alors que j’avais vraiment décidé de ne plus fréquenter ce genre de discussion qui frise le ridicule...le crépage de chignon perpétuel, les insultes même plus déguisées par ceux qui prétendent être avant tout courtois, .mais en tout cas qui fait bien rire ....
            On reçoit des messages nous demandant de venir soutenir l’artiste écrivain, celui qui n’a pas son pareil dans les copier-coller et les perpétuels visiteurs de la bande à Bonno.....qio se croient irresistibles tant qu’ils enquiquinent et harcèlent les espérantistes.....commportement qui sera forcément récompensé par la médaille du saucisson ASP and co......Un gros bisous à vous tous

          • Henri Masson 12 juin 2008 08:55

            Enfin l’illustration parfaite du niveau d’argumentation des contradicteurs de l’espéranto ! C’est le niveau scientfique prout prout aspique que toute personne perspicace pouvait flairer depuis longtemps !


          • Wlad Wlad 12 juin 2008 11:13

            Henri, nous sommes bien d’accord : ce "skirlettecachuète" est à enfermer d’urgence !


          • skirlettecacauette 13 juin 2008 11:01

            réflexion judicieuse du larbin de service aux ordres de super "Mao" de l’espéranto ..qui donne l’ordre par lettre de diffusion parait-il à ses adpetes soumis (ils sont de plus en plus rares il faut bien le dire) de venir intervenir en sa faveur sur Agoravox .et de voter contre les méchants ...Heureusement tous les espérantistes ne sont pas d’extrême gauche comme la question se posait ici même, ....où l’on enferme ceux qui s’opposent au régime dans les goulags (ancienne URSS) ou les hôpitaux psychiatriques en les faisant passer pour fous.....mais la larbin est-il vraiment truc truc machin ou un autre ou encore Mao qui a pris un troisième ou quatrième pseudo après Vendredi puisque là il s’incarne et se voit forcément en pauvre exploité du sale capitaliste tortionnaire Robinson


          • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 11 juin 2008 13:49

            Parler crypté ? Fastoche ! N’importe quelle langue morte fait l’affaire, latin, sanscrit, araméen, ou bien un dialecte parlé au fin fond de l’amazonie, ou bien le volapuk ou l’espéranto.


            • fonzibrain fonzibrain 11 juin 2008 14:00

              LOL ZALKA

              desole pas refusé

              en attente mais cette depeche est importante

              mon articles passé sur alter info

              c’est vraiment important ce que dit novosti


              • Zalka Zalka 11 juin 2008 14:14

                Il n’empêche que ton truc n’a rien à voir avec l’article. C’est du troll du niveau de Lerma.


              • pepin2pomme 11 juin 2008 14:32

                IL est amusant de constater que des pays comme la Chine, le Japon ou la Hongrie font plus pour la promotion de l’Esperanto que la France. Pourtant, le vocabulaire de l’espéranto emprunte beaucoup au Français, à l’allemand et à l’anglais, un peu au latin et aux autres langues. Il est donc plus facile à apprendre pour un Français que pour un Japonais.

                Il est aussi curieux que l’on puisse choisir comme option au Bac la langue albanaise, mais pas l’espéranto. Au nom de quoi, je me le demande.

                L’espéranto souffre aussi d’un petit inconvénient en France : essayez, à table, de dire en espéranto : "Le sel, s’il vous plaît" sans passer pour un grossier personnage.


                • Calito valderama Calito valderama 11 juin 2008 15:01

                  "Il est aussi curieux que l’on puisse choisir comme option au Bac la langue albanaise, mais pas l’espéranto. Au nom de quoi, je me le demande."

                  C’est vrai. Moi j’ai passé mon bac avec l’option Elf des bois, et un pote a eu 15 à son exposé en klingon....

                  Tant qu’à faire, autant y aller et dire :

                  "jkdfhkqs dsq dqshilqsd dqsdqsd qsd"

                  Et puis ajouter "j’ai créer ma propre langue, zavez pas à me discréminer, espèce de dfjkllqsdh"


                • eugène wermelinger eugène wermelinger 11 juin 2008 18:24

                  à pépin2pomme :

                  "salon, mi petas"

                  sous-entendu "donu al mi salon, mi petas" (donnez moi du sel svp.)

                  où est le problème ou l’incorrection ?

                  peti : prier, demander

                  pour mémoire : "pétasse" pourrait être traduit par fiulino (qui est le féminin de fiulo, tient quel est le masculin en français de pétasse ?)

                   

                   


                • Moonz 11 juin 2008 19:14

                  "IL est amusant de constater que des pays comme la Chine, le Japon ou la Hongrie font plus pour la promotion de l’Esperanto que la France. Pourtant, le vocabulaire de l’espéranto emprunte beaucoup au Français, à l’allemand et à l’anglais, un peu au latin et aux autres langues. Il est donc plus facile à apprendre pour un Français que pour un Japonais."

                  Vous prenez le problème dans le mauvais sens. Du point de vue Japonais, le problème est "langue simple mais avec un vocabulaire complexe" (esperanto) contre "langue complexe avec un vocabulaire complexe" (anglais). D’un seul coup, ça semble beaucoup moins étonnant :)

                  (de notre côté européen, c’est encore plus bizarre, on a le choix entre "langue complexe avec vocabulaire simple" (anglais) et "langue simple avec vocabulaire simple" (esperanto), et on met tous nos efforts politiques dans la première solution... Masochisme, quand tu nous tiens...)


                • Wlad Wlad 11 juin 2008 20:12

                  Ah ouais, y a pas à dire, la grammaire anglaise est un comble de complexité !

                  Moonz, tu remportes le prix de la mauvaise foi !


                • Asp Explorer Asp Explorer 11 juin 2008 21:21

                  Mais si, il a raison, la grammaire anglais est extrêmement complexe ! Par exemple, qui connaît les conjugaisons et les cas particuliers du plus-que-sean-paul ?

                   

                  http://aspexplorer.livejournal.com/65244.html


                • pepin2pomme 12 juin 2008 07:37

                  @Eugène,

                  Oui, tu as raison. On peut aussi contourner le problème en demandant la salière au lieu du sel, et formuler l’équivalent de "veuille me donner la salière", ce qui donne quelque chose comme "Bonvolu doni al mi la salujon".

                   


                • Wlad Wlad 12 juin 2008 11:15

                  @Asp : Moi ! Ayant relu les archives de la Tétine récemment, j’espérais que cet article ne tomberait jamais aux mains de Skirlet, elle serait capable de nous asséner que "Sean Paul, anglophone de naissance, est incapable de parler anglais, etc.".


                • FYI FYI 11 juin 2008 14:52

                  Ce qui me gêne c’est le nom donné à cette langue : espéranto, sincèrement ça fait junki.

                  ça se travaille une langue donc son nom aussi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès