Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Suisses votent contre le revenu de base

Les Suisses votent contre le revenu de base

Dimanche, la Suisse a rejeté massivement un projet de mise en place d’un revenu de base inconditionnel, avec un assez fort taux de participation. Mais que penser de cette idée dont on trouve des partisans aussi bien parmi les alternatifs que les plus libéraux ?

 
Vrai progrès sociétal ou décomposition de la société ?
 
Difficile d’interpréter clairement ce que pourrait représenter l’instauration d’un revenu universel, dit aussi de base, dans nos sociétés. En Suisse, la proposition rejettée par plus de trois quarts des électeurs évoquait une somme mensuelle importante de 2500 francs suisses par adulte, plus de 2200 euros (et 650 pour les mineurs). Cela aurait nécessité plus de 200 milliards, soit 25 de plus que toutes les aides et assurances sociales du pays. Mais certains partisans de la mesure évoquaient la possibilité de la financer par la mise en place d’une taxe sur les transactions électroniques (0,2% aurait été suffisant pour financer le projet). Mais le montant très important du projet explique sans doute en bonne partie le refus des Suisses, dont la majorité ont sans doute rejeté le coût et les conséquences du projet.
 
Cette mesure peut paraître à la fois très sociale, dans la mesure où elle pourrait fournir un filet de sécurité à l’ensemble de la société. Mais elle est également parfois populaire dans les milieux très libéraux, à la fois pour la simplification radicale qu’elle pourrait apporter au système social, en fusionnant l’ensemble des aides dans le revenu universel, qui plus est, en laissant chaque personne en faire ce qu’elle veut. Mais ce faisant, ce revenu universel peut aussi poser problème car, en rebattant les cartes de la solidarité nationale pour en égaliser ce que l’Etat donne aux citoyens, cela revient à prendre à ceux qui ont le plus besoin de la solidarité nationale pour le donner à ce qui en ont le plus besoin. Les actifs et les bien portant y gagneraient fortement au détriment des malades, les retraités ou les chômeurs.
 

Bien sûr, le revenu universel peut mettre fin à une pauvreté difficilement acceptable dans nos sociétés, ainsi qu’à la menace d’un déclassement social complet. Mais il peut aussi être un pseudo égalitarisme cachant un refus de solidarité surtout individualiste. Difficile de conclure donc.

 

Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

134 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 9 juin 09:53

    Devenir dépendants et assistés, quelle belle perspective. Le fait que ce soient les libéraux qui la proposent devrait mettre la puce à l’oreille de tout le monde.
    Donc, que je sois à la rue ou que je gagne 100K/an, j’ai droit à mon RU ? Irréel.
    Je crois que le piège des libéraux consiste à donner une somme pour consommer. Cela devrait être leur finalité ; Ainsi, la machine économique est relancée, pour le plus grand profit des multinationales et de tout le système en place.
    Une manière de maintenir « l’ordre établi ».


    • jpm jpm 9 juin 12:58

      @Alpo47

      vous oubliez juste que pour le Revenu de Base Indicontionnel puisse etre distribue a chacun, il faut qu´il soit finance. Du coup, il est probable que les riches contribuent bien davantage que le modeste Revenu de Base qu´ils recevront comme tout le monde. Par contre, les plus demunis n´auront plus besoin de prouver leur indigence pour y avoir droit.


    • Alpo47 Alpo47 9 juin 13:19

      @jpm
      Ce sont ceux que l’on appelle souvent « la classe moyenne », cadres et professions libérales qui payent le plus d’impôts et charges. Les vrais riches ont toutes les facilités pour y échapper grace à l’optimisation ou l’évasion fiscale.
      Maintenant, si vous appelez « riche » quelqu’un qui gagne entre 3 et 10.000€/mois ...


    • Habana Habana 9 juin 13:26

      @Alpo47
      Assistés et dépendants : les gens le deviennent car c’est le gouvernement qui les a poussés à le devenir. Travailler pourquoi faire ? Le travail ne paie pas dans ce pays !

      Je pense au contraire que le revenu universel est une manière de mieux responsabiliser les gens car si j’ai bien compris, ce revenu universel viendrait en remplacement des allocations diverses et multiples.
      Il permettrait aussi de faire beaucoup d’autres économies (mais aussi peut-être de générer plus de chômeurs...quoique ??)
      On peut aussi légitimement, comme moi, trouver cela plus juste car, pourquoi seuls les cas sociaux où les fainéants devraient-ils toucher des prestations dont l’ensemble des travailleurs n’a pas le droit ?
      Quand on sait que le seuil de pauvreté est établi à 977 euros en France pour une personne seule et que le SMIC est à peine quelques euros au dessus de çà, et qu’en plus, les gens payés au SMIC toute leur vie ne toucheront que le minimum vieillesse de 800 euros à la retraite, il y a de quoi être vraiment écœuré d’autant qu’un immigré qui arrive de nul part et qui n’a jamais rien fait pour ce pays touchera la même somme une fois atteint un certain âge !
      Bref, j’y suis plutôt personnellement très favorable !! (faut-il ne pas tout redonner en impôt !!)

    • jpm jpm 9 juin 15:36

      @Habana

      Il ne s´agit pas de tout redonner en impot... mais pour une revenu de de base inconditionnel de 500 euros par mois et par personne (la moitie pour les enfants) on estime qu´il faudrait prelever environ 30% sur l´ensemble des autres revenus (y compris bien sur les revenus du patrimoine car qui permetrait aux riches rentiers de participer).

      Du coup votre modeste retraite serait peut etre amputee de 30%... mais vous toucheriez 500 euros en plus. En deca de 1650 euros de revenus par mois, vous seriez probablement gagnant. Je dis peut etre, car tout depend de l´ensemble des aides dont vous pouvez beneficier. Par exemple un beneficiaire du RSA qui ne travaille pas... se retrouverait a peu dans la meme situation... sauf qu´il n´aurait plus a demander son allocation qui lui automatiquement versee tous les mois.


    • gogoRat gogoRat 9 juin 19:37

      @Alpo47
       Qui sont les plus gravement ’dépendans’ et ’assistés’ dans notre beau pays si ce n’est celles et ceux qui ’touchent’ les plus gros revenus par la puissance publique ?
       Les apparatchiks + clients exclusifs de l’état + secteurs ’aidés’ + retraités+ ... se voient accorder un ou des revenus qu’ils n’ont pas créé eux-même, de façon indépendante et en parfaite autarcie.
       Certes, cela découle de conventions officiellement ... légitimationnées ; mais cette légitimation de ce qui, par la force de l’habitube (cf La Boetie) finit par paraître naturel, n’est ni une vérité mathématique ni une vérité divine  : elle ne sera jamais impartiale et dépend ontologiquement de la qualité démocratique (ou pas) du Pouvoir en vigueur !
       Seuls des esprits dictatoriaux peuvent s’imaginer à l’abri d’erreurs (voire fautes) de jugement dans les arguties qui conduisent à la distribution des mérites.
       L’effet de ces erreurs ou fautes se traduit en morts plus ou moins lentes de gens (’sous-merdes’ ?) sacrifiés sur l’autel de l’idéologie des bien-pensants, et qui finissent à la rue, inconnus et niés, sous le prétexte que leur accorder un Revenu Minimum (donc inconditionnel) d’existence risquerait de profiter à ceux qui refusent cette obole !
       ça vous parait cohérent, vous !

       Le RME devrait au moins être concédé en regard de cette autre incohérence première :
       nous vivons tous en France selon cette idée reçue que notre impot est progressif
       Depuis très longtemps, nous n’avons jamais entendu personne remettre en cause le principe de progressivité de nos impôts.
       Or, il se trouve que la progressivité de cet impôt n’a jamais été respectée jusqu’au bout !
       Un petit schéma vaut mieux qu’un long discours : un impot progressif impliquerait un net maximum  !!
       
       Que les « méritants » ménagent leur bonne conscience et leurs appétits, mais que cela aille jusqu’à refuser de laisser des miettes pour survivre à celles et ceux qui leur servent de marche-pied , cela va bien au-delà du ridicule !


    • papakill papakill 10 juin 07:17

      @Alpo47

      Bonjour Alpo47, en 2015 à partir de 3544 euros net/ mois on entre dans les 10% des salariés les mieux payés de France. Et à partir de 8061 euros net/mois dans les 1% les mieux payés de France.

      Riche reste subjectif mais bon... A entendre votre remarque on croirait presque qu’entre 3 et 10k/mois on est dans la classe moyenne...

      source : http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/salaires-gagnez-vous-plus-que-le-francais-moyen-1070467#


    • Théophile (---.---.102.148) 10 juin 09:34

      @jpm
      L’autre aspect est que ça permet de baisser le coût du travail faiblement qualifié (en maintenant le revenu disponible actuel de la personne au SMIC)....et donc probablement de créer des emplois de ce type.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 juin 06:18

      @Alpo47


      Merci aux Suisses de ne pas être tombés dans ce piège a cons. Dissocier le revenu de la contribution a la production est prematuré d’au moins trois générations et, pour le moment, ne peut que créer une autre zizanie.


      Pierre JC Allard







    • Alpo47 Alpo47 11 juin 08:01

      @papakill
      Bonjour, ,
      Et vous ne pensez pas que ce « classement » totalement subjectif, et ne reposant sur rien du tout, sinon le message qu’ils veulent répandre pourrait avoir pour finalité de détourner l’attention du véritable fonctionnement ou « architecture » de notre société ?
      C’est à dire que pendant que les plus mal lotis envient et accusent de « bourgeoisie » ou de « profiteurs » ou encore de « riches » ... ceux qui s’en sortent un peu mieux, les vrais profiteurs, c’est à dire les millionnaires et milliardaires, essentiellement rentiers actionnaires des grands groupes tirent toutes les ficelles et .... se marrent de cette crédulité ?
      Parce que c’est le cas. Le smicard accuse le cadre ou la personne en activité libérale et oublie qui tire les ficelles. Diviser pour régner, comme toujours.

      Facile finalement de manipuler les « sans dents » .


    • Marc Chinal Marc Chinal 11 juin 16:59

      Vivement qu’on passe à un système post-monétaire et que tous les « soigneurs du système » arrêtent de nous faire perdre du temps.
      L’humanité doit avancer. Vive la suite : post-monétaire.


    • rocla+ rocla+ 9 juin 09:58

      On devrait donner  ce revenu c’ assistés aux grévistes SNCF , en leur 

      faisant signer une feuille dans laquelle ils s’ engagent à ne plus jamais 
       faire chier le monde .



      Et non transmissible à leur progéniture .

      • foufouille foufouille 9 juin 11:11

        @rocla+
        le cassos retraité du RSI est dans ce cas mais il fait chier le monde.


      • Jo.Di Jo.Di 9 juin 10:37

        ATTAC bizarrement pour des gôôôchiste a compris le piège du revenu universel (le benêt castiste crasse La Baudruche évidement non ...) :
         
        fin de la valeur ontologique du travail
        fin de la nécessité de recherche du plein emploi
        fin du smic (le ru faisant office d’oreiller)
        austérité et augmentation des impôts nécessaire en //
        nanification de l’état (assurances, hlm etc ...)
        financement déguisé du Capital (l’OMC d’ailleurs l’a remarqué)
        appel d’air formidable au grand remplacement
        Fin du dirigisme sur la consommation donc de la production
         
        Les libéraux évidement sont pour.
         
        « Quand au système d’assistance sociale, il ‘socialise’ le coût humain de la production capitaliste - chômage croissant, insuffisance des bas salaires [...] et freine où détourne ainsi l’évolution vers des solutions plus radicales. »
         
        «  L’idéologie de la ‘compassion’ sert des intérêts de classe [...] C’est le principe qui est à la base de tout le capitalisme moderne : continuellement susciter de nouvelles demandes et de nouveaux mécontentements qui ne puissent être apaisés que par la consommation de marchandises. »
         
         ‘La culture du narcissisme’ Christopher Lasch
         
        « Dans l’État capitaliste, l’homme est moins opprimé par les puissances financières [...] que par un idéal bobo de confort, de sécurité et d’assurance. [...] C’est cet idéal qui donne leur importance aux puissances financières »
         
        Ellul le marxiste ésotérique écolo (donc réactionnaire)


        • julius 1ER 11 juin 08:14

          @Jo.Di

          ta prose me gonfle tellement elle se noie dans les contradictions, on pourrait parfaitement
          dire que tu es juste un« bon »réac de plus !!!!

          ta position est là même que ceux qui en 1936 se posaient contre les congés payés avec les mêmes arguments d’ailleurs !
          alors rien de nouveau !!!

        • JL JL 9 juin 10:50

          Si une taxe de 0.2% sur les transactions électroniques pouvait procurer autant d’argent, on se demande ce que les gouvernements attendent pour renflouer les caisses vide. Bon, je sais : ils n’en ont pas l’intention, bien au contraire

           
           Ceci dit, c’est pas demain la veille qu’on pourra taxer les transactions électroniques. 

           
          Enfin, ce qu’il convient de dire : les promesses (2500 € !) n’engagent que ceux qui y croient. Vous quittez votre job ; le coût de la vie augment ; l’Etat providence met la clef sous la porte ; votre banquier saisit votre maison ; et vous êtes dans la misère noire !
           
           Les Suisses sont des gens sages ; la preuve : ils ne sont pas dans l’UE.

          • jpm jpm 9 juin 12:54

            Bonjour JL,

            il faut faire attention avec les taxes sur les transactions financieres... car lorsqu´elles sont calculees sur les montants de transactions actuels, elles semblent rapporter beaucoup, mais une taxe importante reduirait drastiquement les montants echanges. Les banques et les organismes trouveraient probalement des solutions pour palier a cette taxe... et du coup le gain espere pour la collectivite ne serait plus la.

            Je ne parle meme pas de la taxe sur les operation de bourse mise en place par notre gouvernement de pieds nikles, qui taxe a coup sur les epargnants durables et epargne les joueurs (day traders). Comme quoi le lobby de la finance reste tres influent vis a vis de son soi-disant « ennemi ».

            Autant je suis pour un taxe tobin qui limiterait les echanges financiers inutiles tels que le high frequency trading... autant je ne crois pas que cela soit une source de financement fiable.

            Je pense qu´un impot sur tous les revenus, simplifie et reellement progressif reste le moyen le plus efficace d´assurer les financements publics et la redistribution. Il peut et doit evidemment etre complete par des taxes sur le patrimoine... telles que l´ISF ou les taxes sur les successions.


          • JL JL 9 juin 13:23

            @jpm, bonjour,

             
            l’évolution actuelle - prélèvement à la source, paiement en temps réel - ne va pas dans le sens d’un renforcement de la progressivité, bien au contraire.
             
             Ceci dit, si j’avais à choisir entre une flat tax payée réellement par tous, et un IR épargnant les riches, les évadés fiscaux et les optimisés de tous poils, je crois que je préférerais encore la flat tax.

          • jpm jpm 9 juin 15:26

            @JL

            nous sommes bien daccord... la flat tax ne va pas dans le sens de la progressivite. Mais rien n´empeche de voir le prelevement a la source a taux unique comme un prepayement (obligatoire) de l´impot progressif. Pour la plupart des gens un taux de 30% compense par un avoir fiscal de 500 euros par mois par adullte ne changerait rien. Au dela de 80 000 euros de revenus annuels par tete... ces prelevement seraient completes par la prise en compte des tranches superieures. Je suis personnellement pour ajout d´une tranche a 50%... ce qui est bien plus efficace que le pseudo taux de 75% sur les hauts salaires qui n´a pas fait long feu sous le gouvernement Vals.

            Il est donc important de veiller a ce que l´impot soit paye par tous... et que l´on mette fin aux niches fiscales en tout genre qui fait le jeu des riches... et de leurs conseillers fiscaux.


          • jpm jpm 9 juin 15:54

            @jpm
             
            Pour completer mon propos, je trouve tout bonnement siderant que sous un gouvernement soi disant de gauche, avec a sa tete un felon qui a pretentu etre l´ennemi de la finance, Madame Bettencourt ait pu ne pas payer d´ISF cette annee.

            https://m6info.yahoo.com/bettencourt-arnault-guerlain-comment-les-1446367452618806.html

            La constitution dit pourtant que chacun doit contribuer en fonction de ses moyens. Avant de vouloir la changer pour des motifs purement politiques et sans interets pratiques... il serait peut etre grand temps de reappliquer ses principes fondamentaux. Mais pour cela il faudrait de vrais hommes ou de vraies femmes d´Etat, qui n´aient pas besoin de talonnettes pour avoir de la hauteur d´esprit et sachent servir l´interet general.


          • JL JL 9 juin 20:33

            @jpm
             

             je suis assez d’accord avec une proposition de 30%, avec avoir fiscal de 500 € par mois complété par une tranche supérieure à 50%. Mais ce qui compte, c’est évidemment que tout le monde paie sa juste part. Et là c’est pas gagné.

          • Théophile (---.---.102.148) 10 juin 09:45

            @jpm
            L’impôt le plus progressif (celui qui redistribue le plus) est un impôt linéaire qui intègre le revenu de base (i = T X (r-<r>) où T est un taux élevé de CSG, r une assiette large de revenus primaires et deltas stock, <r> la moyenne de r sur la population concernée...le revenu de base vaut T X <r>). Il n’existe pas de prélèvement positif convexe permettant de financer un revenu de base aussi élevé que ne le ferait cette grande CSG. Le système est bien progressif car le taux réel est croissant : T X (1 - <r>/r). T peut être compris comme le taux moyen maximisant la courbe de Laffer.


          • jpm jpm 10 juin 10:22

            @Théophile

            Oups... j´ai un peu du mal avec votre formulation... mais la progression de l´imposition est effectivement assuree pour les faibles revenus avec un prelevement a la source a taux unique des les premier euros en contrepartie d´un revenu de base vu comme un credit d´impot inconditionnel verse tous les mois. Cela repliquerait assez bien la pseudo progressivite introduite avec le RSDA activite (ou le taux effectif de prelevement sur les bas revenus est de 38%... soit l´equivalent de ce qui preleve pour des hauts salaires de plus de 100 000 euros par an).

            Mais un taux eleve de Prelevement pour tout le monde (ce que vous appelez tres justement une CSG) ne peux pas depasser un certain seuil, sous peine de decourager les actifs. Il convient pourtant de maintenir un progression de l´impot ou dela de ce seuil... qui pourrait s´approcher de 30%... c´est a dire l´actuelle 3eme tranche des impots (0%, 14%, 30%). Je ne vois pour quelle raison, l´introduction d´un revenu de base devrait permettre aux plus aises de payer moins d´impots... bien au contraire. Il sera donc toujours necessaire de maintenir une progressivite au dela de ce seuil commun.

            @JL (bonjour)

            je suis heureux de voir que finalement nous finissions par trouver un certain terrain d´entente. A ce propos, j´aimerais connaitre votre sentiment sur le futur projet de prelevement a la source... et le concept d´annee blanche pour 2017. En gros les revenus de 2017 ne seront jamais taxes... ce qui generera automatiquement 70 milliards de dettes supplementaires pour le pays. Meme la droite n´aurait pas ose faire de tels cadeaux fiscaux aux plus aises.


          • JL JL 10 juin 13:31

            @jpm
             

            en effet, c’est dans l’ordre des choses que les personnes de bonne volonté finissent par se comprendre.
             
            Sur le prélèvement à la source : Il ne faut pas s’imaginer que la perte sera l’équivalent d’une année fiscale. Mais contrairement à ce que disent les communicants de Bercy, il y aura quand même une perte. Je m’explique : comme l’Etat est éternel (relativement), et si nous étions éternels nous-mêmes, il percevrait indéfiniment et sans rupture nos impôts. Je dirais même, avec un petit supplément au passage, puisque les rentrées sur l’année n sont en principe supérieures aux rentrées de l’année n-1. Des broutilles.
             
            Voyons plus précisément ce qu’il en est : Imaginons un individu qui paye mensuellement son IR. Actuellement, quand il décède, quelque soit le mois de l’année, il a une dette envers l‘Etat de un an d‘IR. Cette dette est payée dans le meilleur des cas, par les héritiers. L’Etat rentre le plus souvent dans ses comptes. 
             
            Demain, avec le nouveau système, nous payerons mensuellement et au jour le jour, si je puis dire, l’IR. Si bien que, au jour de notre mort, nous serons quittes envers le Fisc.
             
            Et ma conclusion, la voilà : cette mesure est un cadeau fait aux héritiers, un cadeau d’autant plus important que le défunt avait de gros revenus. Ce cadeau est nul pour les héritiers de contribuables non imposables. Rien de nouveau sous le soleil, dans ce beau pays d‘égalité.
             
            Mais il faut relativiser : je doute que les héritiers des très gros revenus paient aujourd’hui ce que leur illustre parent devait, lequel ne payait peut-être pas d’IR du tout. Il y a quand même une justice dans l’affaire.

          • jpm jpm 10 juin 13:39

            @JL

            je vous trouve quand meme bien conciliant pour une fois. L´annee blanche reste un beau cadeau fait a ceux qui payent des impots (soit a peine la moitie de la population). Ok je suis daccord cela ne correspondra pas a l´integralite d´une annee d´impot... mais cela restera une belle aubaine fiscale... qui profitera davantage aux hauts revenus... et a tous ceux dont les revenus baisseront en 2018. Je pense entre autres a des personnes qui viendraient a perdre leur emploi... suite a une election malheureuse smiley


          • JL JL 10 juin 13:46

            @jpm
             

            moi, conciliant, pour une fois ? Ravi de lire cela !  smiley
             
             Du point de vue de l’Etat, la perte de cette quasi année blanche sera étalée sur plusieurs années. Mais c’est en effet, un cadeau fiscal : je ne ferai pas une révolution pour ça.

          • jpm jpm 10 juin 14:40

            @JL

            eh oui JL, qu´est ce qui vous arrive... vous mettez des smileys... vous devenez presque daccord avec moi... et je vous trouve tout d´un coup bien gentil avec ce gouvernement. smiley Une petite baisse de regime... ou c´est plus pour mieux rebondir ensuite :

            Quoi qu´il en soit je suis heureux que nous puissions nous retrouver sur ces problemes de fiscalite... et surtout sur le defence du modele redistributif francais qui a ete bien mis a mal ces dernieres decennies.


          • Théophile (---.---.102.147) 10 juin 15:46

            @jpm
            Mon calcul évacue d’abord le financement des services publics en les rendant payants (par exemple par des abonnements individuels pour la protection des personnes ou l’assurance santé, par un coût à l’année élève pour l’enseignement, etc...). Du coup, l’impôt est dédié à la redistribution et peut être formulé « à somme nulle » (puisque les services publics sont financés par ailleurs avec des redevances). Il a une composante positive croissante (ce qui finance le RB) et une composante négative constante (le RB). La composante positive a une pente limite T car au delà l’impôt est confiscatoire et « tue l’impôt » (Laffer). Je dis simplement que l’impôt de ce type qui rapporte le plus est la CSG de taux T et l’intérêt ici c’est que les pauvres peuvent payer cette CSG puisqu’ils sont remboursés par le RB. On a donc une allocation dégressive en dessous du revenu moyen et un crédit d’impôt au dessus (au dessus du revenu moyen l’impôt ressemble à la formule de la tranche d’IR à 30% : si vous regardez bien ce qui est crédité par part, c’est un RB). Les riches ne gagnent rien bien au contraire car les courbes de recouvrement montrent que pour des revenus élevés le taux s’effondre avec les niches alors qu’avec une CSG il n’y a pas de niche. Pour ce qui concerne le prélèvement à la source, il n’a d’intérêt que pour préparer une telle transformation (par exemple introduire la cible à la source, et maintenir une régularisation qu’on ferait disparaître progressivement). Si on garde les principes actuels de l’IR, c’est une usine à gaz assez complexe car l’impôt n’est pas linéaire (nécessite de connaître les revenus non salariaux pour calculer le taux), il n’est pas individuel (l’impact des parts et l’affectation des abattements liés aux quotients conjugal et familial est également un casse tête alors que cette question est réglée mécaniquement et de façon beaucoup plus juste avec le RB : rappelons qu’un RSiste se mariant avec un autre RSiste perd de l’argent alors qu’il en gagne lorsqu’il se marie avec quelqu’un imposé à partir de la tranche à 30%) et enfin il est truffé de niches. Donc avant même de parler du problème de l’année blanche c’est déjà un casse-tête pour Bercy et aussi pour les DRH des entreprises qui commencent à y réfléchir. Ensuite l’année blanche n’a pas l’impact que vous décrivez d’après moi. Elle avantage simplement les gens aisés qui prendront leur retraite après cette mesure et désavantage les jeunes qui commenceront à travailler ou seront augmentés après la mesure...


          • Théophile (---.---.102.147) 10 juin 17:02

            @JL
            Le taux est plutôt voisin de 50% et non de 30% (c’est la tranche de l’IR à 30% mais en ajoutant la CSG actuelle et les cotisations non contributives) sinon vous ne parviendrez pas à financer les services publics en plus du RB. Et comme expliqué déjà, 50% sans niche me semble être la limite supérieure acceptable pour les riches sachant qu’ils doivent payer en supplément la retraite, les impôts locaux (services publics locaux) et la protection des biens (TVA sur les produits, flat tax sur le patrimoine) qui ne sont pas remboursés par le RB


          • JL JL 10 juin 19:27

            @Théophile,

             
             pas d’accord pour des services publics payants. Pas d’accord pour reprendre d’une main ce qu’on donne de l’autre comme vous le proposez. C’est justement ce contre quoi je me bats.
             

          • Théophile (---.---.177.99) 11 juin 13:05

            @JL
            Les services publics ne sont pas plus indispensables que le logement et la nourriture. Pourquoi les premiers seraient gratuits et les second payants ? Pourquoi une personne qui n’est pas propriétaire paierait-elle dans ses impôts la protection des biens par la police et l’armée ? Pourquoi un ouvrier paierait-il dans ses impôts l’université formant les cadres ? Il est plus juste de redistribuer plus largement mais de faire payer tout ce qui doit l’être. De plus si l’administration n’est qu’un centre de coût son budget diminuera indéfiniment sans tenir compte de la compétitivité de sa production par rapport au secteur privé. C’est avec de tels raisonnements qu’on oblige les pauvres à choisir l’école publique pendant que les riches peuvent se payer l’école privée.


          • JL JL 11 juin 13:35

            @Théophile
             

            vous êtes libertarien sans doute, pas moi, bien au contraire. Je ne vais pas me laisser entraîner dans une polémique stérile puisque nous savons bien vous et moi qu’elle n’aboutira à rien, ce débat étant plus vieux qu’Agoravox.

          • JL JL 11 juin 13:37

            Juste un mot : je n’ai pas vu que le référendum suisse faisait état de réduction des services public, ni de leur privatisation.

             


          • Théophile (---.---.177.99) 11 juin 18:15

            @JL
            Les libertariens sont hostiles à l’allocation universelle et à toute forme de régulation étatique. Moi au contraire je défends une allocation universelle englobante (cash + droits d’achat de services publics liés à la personne comme l’assurance santé ou le chèque scolaire) et bien évidemment des règles associées.


          • JL JL 11 juin 18:41

            @Théophile
             

             oui, je sais, la casse des services publics : néolibéral donc.

          • Théophile (---.---.177.99) 12 juin 09:40

            @JL
            Si néolibéral veut dire pour vous « libéral de droite » les néolibéraux ne proposent pas d’allocation universelle englobante. Demandez donc à ceux qui veulent mettre la sécurité sociale en concurrence sur la santé comme le recommande l’UE : ils comparent les cotisations qu’ils payent au tarif d’assurance qu’ils paieraient mais ils n’imaginent pas une seule seconde qu’on veuille mettre en place une allocation universelle de santé et dans ce dernier cas changer de fournisseur serait beaucoup moins intéressant pour eux. Mettre les opérateurs (et non pas les services) publics en concurrence ne présuppose pas qu’ils vont disparaître. Ces opérateurs subsistent s’ils sont efficaces.


          • JL JL 12 juin 10:08

            @Théophile,

             
            j’ai dit que je ne voulais pas me laisser entraîner dans une polémique avec vous. 
             
            Mais je vous dirais, par exemple, qu’il est important qu’il y ait des services publics par opposition à la marchandisation de tout ce qui est marchandisage.
             
             Pour moi, entre le collectivisme et le tout marché, il y a le bon sens : un secteur public sain et fort et un secteur privé efficace doivent cohabiter sereinement.
             
             A ceux qui ne jurent qui par le tout-marché, je leur dis qu’une voiture, ce n’est pas seulement un moteur ; aux collectivistes, je leur dis qu’une voiture sans moteur, ça ne marche pas.
             
             Je n’attends pas de réponse.

          • JL JL 12 juin 10:14

            Juste un mot et j’en aurai fini : si nos services publics sont à la ramasse, c’est parce que les dirigeants sont tous obnubilés par les idées libérales qui sont des idées venues de l’étranger mais qui se sont imposées insidieusement. 


            « Le libéralisme économique préside tous les imaginaires » (Edouard Glissant)
             

          • jpm jpm 14 juin 09:32

            @Theophile,

            personnellement j´envisage le revenu de base comme un droit nouveau (tout comme l´a ete l´instauration de la securite sociale en son temps)... qui ne doit pas remettre en cause la protection sociale et la gratuite des services publiques.

            L´ecole, la sante, la justice et la securite doivent rester des services publiques gratuits pour les usagers et finances par l´impot. Cela fait partie du contrat social. Les plus riches acceptent de payer des impots pour preserver leur securite personnelle. Les plus pauvres acceptent de ne pas envahir les biens des plus riches... car ils savent que la societe est la pour les aider et fournir des prestations gratuites de sante et d´education pour leurs enfants. Le revenu de base ne doit pas remettre cela en cause.


          • foufouille foufouille 9 juin 11:16

            la suisse est une démocratie avec des belles banques. les suisses ne sont pas encore beaucoup touché par la mondialisation mais ça viendra.
            ensuite avec les robots, le travail deviendra rare comme partout.

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès