Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Suisses voteront pour retirer aux banques le pouvoir de créer la (...)

Les Suisses voteront pour retirer aux banques le pouvoir de créer la monnaie

C’est un long et passionnant papier de Romaric Godin dans la Tribune qui en rend compte  : les partisans de la monnaie pleine ont remporté une victoire importante en réunissant plus de 100 000 signatures de soutien à leur initiative : une votation devrait avoir lieu sur la question en Suisse.

 
Un débat absolument fondamental
 
Curieusement, c’est un débat qui reste marginal dans la plupart des pays, malgré la grave crise financière de 2008. Heureusement, les choses semblent progresser. En Islande, un parlementaire a remis un rapport au gouvernement il y a quelques mois et maintenant, en Suisse, c’est une initiative qui a rassemblé assez de signatures pour déclencher une votation. C’est un sujet que j’avais détaillé fin 2011, dans une introduction au « 100% monnaie », puis un papier sur « la réforme du 100% monnaie ». Puis, André-Jacques Holbecq, auteur d’un livre de référence sur la dette publique, a écrit trois papiers sur le blog sur le sujet : un premier pour rapporter la tribune de Martin Wolf sur le sujet, un second sur l’avancée du débat en Suisse, puis un troisième de synthèse sur les enjeux de ce débat fondamental.
 
En effet, comme l’avait bien expliqué Pierre-Noël Giraud dans un livre primé, aujourd’hui, l’essentiel de la monnaie n’est pas créé par la banque centrale, mais bien par les banques privées, à des fins mercantiles, jouant un rôle majeur dans la multiplication des bulles et crises financières. Bien sûr, il y a des règles qui encadrent (un peu) cette création, mais ces règles, que les banques « aident » à concevoir, leur laissent une grande latitude d’action, qui a permis à certaines d’avoir un bilan 20 à 30 fois supérieur à leurs fonds propres en 2008. Et il ne faut pas croire que les récentes règles ont véritablement changer la donne tant les lobbys bancaires parviennent à jouer sur les modalités de ces règles. Ainsi, la reprise du contrôle de la création de la monnaie est un débat fondamental pour la démocratie.
 
Un débat qui reste encore difficile

Comme le note Romaric Godin, le débat n’est pas facile. Le puissant lobby bancaire jouera de tout son poids en Suisse pour faire barrage à cette initiative qui leur retirait un pouvoir colossal. De plus, l’histoire monétaire démontre tous les tâtonnements de nos démocraties dans l’encadrement de cette chose si fondamentale à nos sociétés qu’est la monnaie. Au 19ème siècle, les Etats-Unis expérimentèrent « la banque libre », un mot habile pour qualifier une véritable anarchie monétaire porteuse de crises. Aujourd’hui, nos gouvernements trouvent le moyen de laisser faire Bitcoin, une création spéculative qui remet pourtant en cause le monopole monétaire naturel de l’Etat, et l’Etat semble vouloir mettre fin à l’argent liquide et aux chèques, démontrant que notre époque est loin d’avoir fini avec le débat monétaire.

 
Malheureusement, il faut bien reconnaître que le sujet est trop souvent absent des grands médias, et il faut remercier ceux qui, comme la Tribune et Romaric Godin, contribuent à en populariser tous les enjeux. Il faut dire que la question n’est pas simple, et donc très peu propice à un débat au format Twitter. Il peut paraître dangereux ou même aventureux de vouloir remettre à plat un mécanisme économique si fondamental. Les forces du conservatisme seront puissantes dans ce débat. Malgré tout, il faut bien se rendre compte que les réformes marginales ne règlent pas les problèmes mais ne sont souvent que des efforts de communication à des fins purement politiciennes, ou, au mieux, des changements mineurs et souvent si complexes que les banques peuvent à peu près continuer à faire ce qu’elles souhaitent.
 

 

Merci donc à tous ceux qui contribuent à la réflexion sur l’organisation monétaire, et notamment Romaric Godin et la Tribune. Même s’il prend du temps à s’imposer dans le débat public, cela deviendra tôt ou tard un thème absolument majeur de notre vie démocratique.

Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Odin Odin 2 janvier 13:50

    Votre article arrive en doublon avec celui paru jeudi sur le

    même thème : la prochaine votation des suisses.

    Vu l’importance de cette votation ce n’est pas un mal de le

    rappeler à nouveau :

     

    Pour ce qui est de votre conclusion :

     

    « Merci à ceux qui contribuent à la réflexion sur l’organisation

    monétaire …Même s’il prend le temps à s’imposer dans le débat

    public, cela deviendra tôt ou tard un thème absolument majeur

    de notre vie démocratique ».

     

    L’action et non la réflexion sur l’organisation monétaire en France

    devait être avant la création de cette loi scélérate de janvier 1973

    Pompidou-Giscard (dite Rothschild) maintenant il est trop tard, la

    ploutocratie a la main mise sur notre économie.

    Pour ce qui concerne notre vie démocratique, elle est morte.

    Tout est décidé par des technocrates à Bruxelles et ils sont tous

    inféodés à la finance internationale.

    Croire à un débat public pour sortir de ce système est une utopie.

    La sortie de l’UE est la seule solution crédible pour retrouver

    notre indépendance monétaire. J’espère que les suisses réussiront

    à montrer l’exemple aux veaux de français que nous sommes.


    • Mefrange Méfrange 2 janvier 14:58

      On se demande si l’exception suisse va être tolérée longtemps à Bruxelles. Ça pourrait faire tâche d’huile et donner à d’autres l’envie de penser. 

      Un système totalitaire de pensée unique doit rendre impossible l’idée et la formulation même d’une autre voie (TINA there is no alternative). Sinon ça reste un système tyrannique qui ne repose que sur la force. 
      Le système totalitaire européen craque de partout : tant mieux. Merci pour cet article. Merci aux suisses d’exister. 

      • leypanou 2 janvier 18:29

        Même s’il prend du temps à s’imposer dans le débat public, cela deviendra tôt ou tard un thème absolument majeur de notre vie démocratique. : avec des élections biaisées, cela m’étonnerait fort.

        Quant à notre vie démocratique, c’est plutôt une démocratie de pacotille non ?


        • Rensk Rensk 2 janvier 19:18

          Le problème dans l’affaire c’est que le patron, l’ancien patron, le vieux patron etc. ont tous été banquiers et chefs de Hedge Founds...

          Pour exemple, Hildebrand... Il a été du « Comité stratégique » de l’Agence France Tresor de nov. 2011 a janv. 2012...
          Il a démissioné de la BNS pour soupsons de délits d’initié le 9 janv. 2012


          • Rensk Rensk 2 janvier 19:27

            @Rensk

            J’ai oublié de dire ce qu’il y faisait dans ce comité... Il causait de la dette de la France et proposait des trucs et « astuces »... (Je pense du style Goldmann en Grèce, mais ce n’est qu’un avis parmis tant d’autres)


          • julius 1ER 3 janvier 18:26

            Merci donc à tous ceux qui contribuent à la réflexion sur l’organisation monétaire, et notamment Romaric Godin et la Tribune. Même s’il prend du temps à s’imposer dans le débat public, cela deviendra tôt ou tard un thème absolument majeur de notre vie démocratique.

            @l’auteur,

            absolument d’accord avec cela le sujet a été mis de côté et pour cause car la raison avancé de la privatisation de la création monétaire en 1973 était que l’état était trop dépensier .... sic alors que celui-ci n’avait pas de Dette et que la Dette publique a explosé dans les 40 années qui ont suivi !!!
            à cet égard le peuple souverain devrait faire un procès aux banques privés pour avoir endetté l’état outre-mesure et pour n’avoir pas respecté cet engagement initial !!!
            c’est quand-même ce qui se passe quand un organisme créditeur endette un client au delà de ses capacités de remboursement !!!!!

            je m’étonne que personne ou aucune entité quelqu’elle soit ne se soit penché sur ce problème étant donné l’importance colossale des sommes en jeux ...
            2200 milliards d’euros pour la France encore plus pour l’Allemagne et autant pour l’Italie pour ne citer que ces pays !!!
            dans des Etats de Droit les tribunaux seraient largement assez compétents pour ce genre d’ affaires .... 

            • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 4 janvier 09:38

              Pourquoi vous avez piqué la photo à M. Asselineau ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès