Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Talibans s’en prennent aux radios afghanes

Les Talibans s’en prennent aux radios afghanes

Les conditions de travail des journalistes afghans et étrangers se détériorent en Afghanistan. Enlèvements et assassinats… Les Taliban innovent encore. Ils s’en prennent désormais aux stations de radios afghanes et défendent à quiconque de se brancher sur les ondes. Témoignage de Mirwais, étudiant en journalisme à la faculté de Kaboul.

Il y a quelques jours, certains groupes Talibans ont décidé de s’en prendre aux stations de radio. Des lettres de menaces ont même été retrouvées dans l’Est du pays, enjoignant à la population de cesser d’écouter des informations qui ne s’accordent pas avec leur vision du monde », me rapporte dans son dernier mail, Mirwais, étudiant journaliste à la faculté de Kaboul (son nom a été modifié pour des raisons de sécurité). A travers ces lignes, le souvenir du jeune homme optimiste et jovial qui fut mon traducteur, conseiller culturel et véritable ami lors de mon expérience afghane, s’estompe.

Mirwais tire la sonnette d’alarme. Extrait : « Les gens écoutent la radio quotidiennement. C’est le média le plus populaire chez nous. Dans les provinces, nous savons que ça comble un vide immense. Pour certains, il s’agit du seul changement tangible dans leur vie depuis le départ des Taliban. Si les insurgés arrivent à leur supprimer cela, je ne vois pas ce qui pourrait inciter quiconque à s’opposer à leur retour. »

Les conditions de travail des journalistes afghans et étrangers se détériorent en Afghanistan. Dernier fait marquant : l’enlèvement d’un journaliste japonais début avril dans la province de Kunduz faisant suite à celui des deux journalistes de France 3 en Kapisa, il y a plus de trois mois. Leur sort, aux mains des insurgés, demeure dans tous les esprits. Le quotidien des journalistes afghans est tout aussi préoccupant. Si, ces deux dernières années, les Taliban se sont lancés dans une ambitieuse campagne de communication pour donner l’illusion d’un contenu idéologique cohérent à leur action, le rapport de Reporters sans frontières de mars 2009 (http://www.rsf.org/spip.php?page=article&_idarticle=30587) est sans ambiguïtés : pour les insurgés, les journalistes sont de simples relais de propagande, et il est fréquent qu’ils les agressent, lorsque les sons de cloches diffèrent. A cela s’ajoutent les multiples menaces des groupes mafieux, trafiquants, etc. Pour eux, tout étranger constitue un otage potentiel à la valeur marchande non négligeable. Et quiconque cherche à les mettre en cause directement peut faire l’objet d’une élimination physique. Aussi, « les menaces téléphoniques sont devenues le pain quotidien des correspondants locaux  », me dit Mirwais.

La liberté d’information est un combat permanent en Afghanistan. Début 2009, et après une violente campagne, les conservateurs ont obtenu la fermeture du quotidien Payman, relativement prospère. Ils ont eu un appui au plus haut niveau. Des imprimeries indépendantes ont aussi connu le même sort.

A noter cependant une fin plus heureuse (ce journaliste a finalement été libéré en septembre 2009), mais non sans efforts. Celle de l’étudiant en journalisme Perviz Kambakhsh. Son cas a connu un large écho auprès de l’opinion publique occidentale. Pour rappel, il a été condamné en 2007 à la peine de mort, pour avoir diffusé un texte sur la place des femmes dans l’Islam. Mirwais estime qu’une mobilisation en sa faveur a vraisemblablement influé sur la sentence originale : sa peine s’est transformée en une condamnation à vingt ans de prison. « Grâce à Dieu, il a été libéré récemment. » Malgré cette lueur d’espoir, ses inquiétudes persistent : « En Afghanistan, la tendance générale de toutes les partis est de chercher à nous empêcher de faire notre travail. Nous discutons beaucoup avec mes amis étudiants de notre avenir dans la profession. Mais nous avons du mal à le dessiner. »
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • DESPERADO 19 avril 2010 11:10

    Article completement naze.

    Les talibans, mouahahaha.
    Bouuuuuuuu !

    • foufouille foufouille 19 avril 2010 11:15

      goldstein etre tres mechant et ennemi du parti
      eurasie vaincra !


      • Frédéric 11 19 avril 2010 12:31

        Merci pour l’article, ils ne font que continuer leurs pratiques des années 1990.

        Empêcher les gens de s’informer et de se faire une opinion est un ’’classique’’ de tout les apprenti dictateurs.


        • curieux curieux 19 avril 2010 13:26

          Bizarre, vous n’utilisez pas le mot « terroriste » mais insurgé


          • Philou017 Philou017 19 avril 2010 14:38

            La liberté d’information est un combat permanent en Afghanistan.

            Tu parles, Charles. Il ne peut pas y avoir d’information libre dans un pays occupé. Etrange que vous ne parliez pas de la propagande made in OTAN qui vante les réalisations pourtant médiocres de l’aide Internationale, et qui occulte l’état lamentable dans lequel se trouve le pays, sans parler des bavures, des prisons sans loi, du roitelet mis en place par la coalition, du trafic de drogue qui prospère, etc

            Si j’étais à la place des talibans, je ferais pareil. L’info autorisée ne peut qu’être une sorte de propagande.
            Présenter les Talibans comme les uniques ennemis de l’information est une farce qui ne démontre que votre naïveté.


            • fredo45 19 avril 2010 23:24

              « Il ne peut pas y avoir d’information libre dans un pays occupé. »

              Les grands principes généraux, ça aide à comprendre des choses, mais est-ce que ça s’applique ici ? Dire que l’Afghanistan est un pays occupé, ça me semble un peu simple, à mon avis, c’est à la fois :
              - un pays occupé
              - un pays avec un gouvernement légitime (ben oui...)
              - un pays en pleine anarchie
              - un pays féodal

              et j’en passe, et ça doit changer du tout à tout si tu passes dans la vallée ou la ville d’à côté...

              Pour les radios, entre la station contrôlée par l’OTAN et les initiatives locales ou d’illuminés d’ONG, je suppose qu’il y a de tout, même si l’OTAN doit y trouver son compte et pas forcement les talibans.

              « L’info autorisée ne peut qu’être une sorte de propagande. »

              Et tu penses la même chose des écoles ?


            • jako jako 19 avril 2010 15:08

              Pas vu cet article, les groupes incontrolés enlévent régulièrement des journalistes ( ou d’autres personnes aussi notament ONG) pour obtenir de fortes sommes d’argent , ok , on condamne parfois aussi à mort ok (on fait monter la rançon en fait) mais il y a des pays tout proches ou on assassine directement le journaliste génant et je ne sais qui est le pire des deux, à votre avis ? smiley


              • baribal baribal 19 avril 2010 22:49

                Ben moi, j’trouve cet article pas mal et reflète ce que l’on ne dit pas... les taliban sont des baltringues qui muselent les afghans... Lisez les cerf volant de Kaboul et vous comprendrez.
                En tous les cas c’est un peu de mes impots qui sont la bas... donc je suis pour que l’on fasse tout pour stopper la guerre et donner l’autonomie aux afghans sans ces museleurs de talibans...

                C’est pas pour rien qu’il kidnappent des journalistes.... à bon entendeur !

                baribal


                • Frédéric 11 20 avril 2010 08:25

                  Notons que les forces françaises sur place ont ouvert récemment une petite radio locale dans la vallée d’Alaisé.


                  • Lulu Stucru Lulu Stucru 20 avril 2010 10:21

                    Comment tu sais ça ?
                    C’est où alaisé ?
                    Et en plus ça sert à koi de monter une radio si tou le monde le sais...
                    Il passe koi comme musique ? Nostalgie ou SKYrock....
                    Tu veux dire que nos militaires, payés par nos impots sont animateurs de radios libres au pays des intégristes et des traficant d’opium...
                    Je ne comprends plus rien... smiley


                  • fredo45 20 avril 2010 11:27

                    Je suppose qu’il parle de ça.
                    Moi, quitte à ce que la France soit là-bas, ça ne me dérange pas qu’ils montent des radios avec mes impôts. A mon avis, ça coute moins cher et c’est plus utile que de dézinguer des civils à la mode US.


                  • Lulu Stucru Lulu Stucru 20 avril 2010 18:05

                    ce ki coute moins chèr c’est de se tirer de ce pays pourri au plus vite !


                  • morice morice 20 avril 2010 10:01

                    ça a toujours été le cas chez eux ; la musique est « le diable » !!! aux temps où ils régnaient, les américains balançaient par avion des radios par milliers : les talibans les accrochaient aux arbres, en marche, jusqu’à ce que le piles s’arrêtent. Un taliban est obscurantiste par principe : il ne supporte pas l’information ou le plaisir. Ça n’est donc pas vraiment neuf.


                    à bas l’obscurantisme, et vive l’info !

                    « Il y a quelques jours, certains groupes Talibans ont décidé de s’en prendre aux stations de radio. »

                    Ils les accusent aussi de servir d’informateurs sur leurs positions : or le programme existe, il a été fait par la CIA, dans le plus pur style des messages de Londres en 40. Des messages codés !

                    • Lulu Stucru Lulu Stucru 20 avril 2010 10:23

                      KOI ?
                      Radio Londres, BBC avec de gaulle qui laisse des messages ?
                      Ils les prennent pour qui ?
                      C’est fini cette époque...
                      Tu crois franchement qu’avec des meassges à la radio tu calmes ces barjos de Talibans ?
                      Naïf....


                    • baribal baribal 21 avril 2010 08:12

                      Calme toi mon garçon.... tu es plutôt du genre « lorsque le canon ouvre sa gueule , le code pénal ferme la sienne ». N’oublie pas que les cœurs doivent se conquérir pour gagner une guerre. Ce ne sont pas les va-t-en guerre comme toi qui vont tout résoudre

                      Ouais, ce sont des barjos mais il faut se concentrer sur la population qui souffre. Si les talibans musellent les radios, c’est par rien.... c’est pour contrôler la population. C’est pas pour rien qu’ils s’en prennent aux journalistes occidentaux...

                      Moi je crois qu’il faut soutenir ces initiatives pour créer de l’espoir car il faut croire en l’homme, n’est ce pas Lulu Stucru ?
                      baribal


                      • Lulu Stucru Lulu Stucru 21 avril 2010 17:51

                        Croire en l’homme...tu me fais rire.
                        Eux il ne croient qu’en leur Allah !
                        En même temps quite à rester sur place autant essayer, mais je t’avoue que je n’y crois pas trop.
                        J’ai peur que l’on perde son temps...c’est juste mon avis.
                        Mais c’est tant mieux si il y a des idéalistes comme toi !!!


                      • baribal baribal 21 avril 2010 08:13

                        Bein tant mieux, c’est la bonne voie pour retrouver la paix et la liberté d’expression
                        baribal


                        • agent orange agent orange 25 avril 2010 12:18

                          Il n’y a pas de radios afghanes.
                          Celles-ci, à l’instar des autres médias, sont financées par les pays des forces d’occupation, notamment la NED (National Endowment for Democracy) la branche civile de la CIA.


                          • fredo45 27 avril 2010 09:23

                            Oui, moi, et pourtant je peux te dire que je ne suis pas un incorrigible optimiste.
                            Il y a dix, vingt ou trente ans, on pouvait à mon avis être sérieusement désespéré de la plupart des pays d’Afrique et j’ai l’impression qu’il y a quand même à l’échelle du continent des débuts de manifestations d’imminence d’apparition de signes d’espoirs...
                            Alors pourquoi pas en Afghanistan ?


                          • baribal baribal 25 avril 2010 22:04

                            La musique adoucit les mœurs cher ami ! Le meilleur moyen d’informer la population est encore la radio compte tenu du terrain montagneux et de l’inaccessibilité de village ! Chacun sa méthode, mais au moins il faut essayer de faire bouger les choses ! Le reste, on s’en tape !

                            Je suppose que vous avez beaucoup aimé, cher mai, Good Morning England, alors !


                            • charlesmarc 29 avril 2010 11:25

                              Au moins on pourra dire que l’article n’est pas si nase (naze ?) que cela, puisque les gens en discutent et que le fond du problème est abordé !

                              Maintenant l’enjeu pour nous de mener la guerre en cet endroit lointain, avec son coût humain et financier pour notre pays. Mais au moins comme le disent d’autres commentateurs, quand l’on s’en prend aux radios, c’est bien une preuve que la guerre fait rage en cet endroit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès