Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les trois cadeaux des Etats-Unis aux mollahs iraniens

Les trois cadeaux des Etats-Unis aux mollahs iraniens

Ce serait une grave erreur de croire que le torchon brûle entre Téhéran et Washington. Au contraire tout va pour le mieux et les cadeaux pleuvent, étrangement en sens unique, des Américains au pouvoir iranien.

Le dernier cadeau de taille c’est l’annonce par les Etats-Unis du retrait de toutes leurs troupes d’Irak le 31 décembre. Le gouvernement Maliki se frotte les mains et les mollahs de Téhéran, auxquels il est inféodé, sautent de joie.

Tout d’abord parce que le 31 décembre c’est exactement la date à laquelle le premier ministre irakien Maliki a l’intention de fermer Achraf, un camp de réfugiés iraniens au nord-est de Bagdad qui est un bastion du « non » à la dictature religieuse en Iran. Ses 3400 habitants, sans armes et sans défense, refusent quoi qu’il arrive de capituler, de céder un pouce sur le terrain de la liberté et de la démocratie du peuple iranien.

Ces hommes et ces femmes – il y en a mille, signe du fort engagement de la population féminine dans la résistance à l’intégrisme – savent de quoi ils parlent. Il s’agit d’anciens prisonniers politiques, passés par l’épreuve de la torture, de militants ayant fui le pays, ou de parents de victimes des exécutions politiques de ce régime et donc, de par la loi en vigueur en Iran, de potentiels « ennemis de Dieu », lire de Khamenei, le guide suprême des mollahs. Du reste leurs proches restés en Iran sont aujourd’hui persécutés, pour beaucoup arrêtés et pour certains exécutés, comme Ali Saremi, Jaffar Kazemi ou Ali Hadj-Mohammadi, pour délit de filiation, en raison de la présence d’un enfant, un frère ou une sœur, ou même un lointain parent à Achraf qu’ils ont osé aller voir avant la révolte de 2009.

Achraf source d’espoir et d’inspiration pour la jeunesse insurgée d’Iran est l’épine dans le flanc de la dictature qui la rend hystérique. Les mollahs accueillent donc avec un bonheur éperdu ce départ américain qui est un feu vert à l’extermination de leurs opposants les plus farouches.

Le premier cadeau remonte lui en 1997, quand le gouvernement Clinton a mis justement ces mêmes opposants, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) sur la liste des organisations terroristes dans le seul but de satisfaire les mollahs et de tenter un rapprochement. Ce faisant, Washington entrait de plein pied dans la répression de la résistance iranienne. Loin d’amadouer la dictature religieuse, cela lui a fourni un alibi en or massif pour exécuter ses opposants et lancer aujourd’hui des attaques sanglantes « puisqu’ils sont sur la liste noire américaine », disait en avril Maliki les mains couvertes du sang de 36 innocents assassinés à Achraf. 
 
Le second cadeau est venu tout naturellement quand en 2009, les Américains ont livré la protection du camp d’Achraf en Irak aux forces irakiennes... et à Téhéran. Violant ouvertement leur engagement écrit et signé avec chacun des Achrafiens de les protéger de toute violence et d’assurer leur sécurité jusqu’au règlement final de leur situation, les Américains se sont contenté d’un engagement écrit de Bagdad comme quoi ces réfugiés iraniens seraient traités humainement. Le sourire carnassier de Maliki, le séide bien-aimé des mollahs, et la naïveté – intentionnelle ? – des Etats-Unis ont ouvert la boite de pandore. On connait la suite : deux années de blocus inhumain du camp, ne laissant entrer ni médecins, ni médicaments, ni journalistes, ni avocats, ni familles, ni délégations. Des vivres au compte-gouttes, aucune pièce détachée pour la maintenance de l’infrastructure du camp qui se dégrade, une grave pénurie d’eau et pour couronner le tout, deux années de torture blanche. Il s’agit de 300 haut-parleurs méga puissants qui hurlent jour et nuit insultes et menaces de carnage. Sans parler de deux attaques meurtrières qui ont fait 47 morts et un millier de blessés graves.

Voilà pourquoi, quand Mme Clinton met en garde de loin Téhéran qu’elle garde un œil sur l’Irak et qu’elle ne le laissera pas avaler ce pays, les barbus qui se curent déjà les dents du festin, se retournent et lui font « bouh ! » juste pour l’effrayer. L’Irak est déjà englouti, ce qu’ils visent désormais c’est tout le monde arabe et musulman. Et ce retrait américain d’Irak sonne la curée.

Quant à Achraf, il faut bien se dire que tout n’est pas joué. La résilience des Achrafiens et du vaste front de solidarité qui les entourent en a surpris plus d’un. Une campagne est lancée. Le Parlement européen a élaboré un plan de sortie de crise. Catherine Ashton a nommé un ambassadeur, Jean de Ruyt pour suivre au plus près ce dossier. Le HCR est sur la sellette. Il reste le droit international et le principe de responsabilité de protéger. Il reste 4000 parlementaires qui se sont mobilisés en faveur de leur protection. Il reste des centaines d’Iraniens qui manifestent depuis plus de 170 jours devant l’ONU à Genève et devant le département d’Etat à Washington. Il reste des dizaines de milliers d’Iraniens dans le monde et des millions en Iran qui comptent défendre bec et ongle leur « citée de l’honneur », Achraf la bien nommée, le bastion de la résistance. Et tout cela a déjà fait basculer pus d’une fois les événements dans le sens de la liberté de l’Iran.

Il faut sauver Achraf !


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • djanel Le viking- djanel Le viking- 26 octobre 2011 11:19

    Article de propagande complètement crétin.

    Vos confusions prouvent que ne comprenez rien à rien.

    Renseignez vous donc sur l’histoire récente de l’Iran et du rôle qu’ont tenu les USA..... Dans les année 70 les russes soutenaient les moudjahidines du peuples parce qu’ils étaient communistes et les USA soutenaient les mollahs parce qu’ils étaient anticommunistes.

    Les mollahs furent alliés tactiquement aux moudjahidines pour renverser le Shah. Quand celui-ci fut renversé, les mollahs attaquèrent et exterminèrent les moudjahidines avec la bienveillance des américains qui ne trouvèrent rien à redire puisqu’ils massacraient des cocos.

    C’est ainsi qu’est né la république islamiste d’Iran.

    Les USA ont toujours soutenu les mollahs pour lutter contre le communisme.

    Mais comme les mollahs ont toujours voulu avoir une politique indépendante et souveraine d’l’Iran, ils se sont fâchés avec les américains qui avaient dans leur ligne de mire le pétrole.

    Le conflit continue puisque ces connard d’Américains convoite le pétrole et ne tolèrent pas qu’on soit si indépendant vis à vis d’eux.

    De toute façon, monsieur l’anonyme, l’attaque de l’Iran est programmée. C’est un général qui l’a déjà affirmé. Il y a une vidéo sur Youtube mais j’ai perdu le lien.

    Après tout c’est vous l’enquéteur alors enquêtez donc fainéant. Ce n’est pas à moi de faire à votre place le boulot que vous prétendez faire dans votre CV à la mord moi le nœud ça me fait du bien


    • Basepam 26 octobre 2011 15:43

      Djanel, vous êtes complètement à côté de la plaque.

      Oui les américains continuent à trucider Moudjahidines du Peuple d’Iran (un peu de recherche sur Achraf devrait vous éclaircir les idées)
      Oui, ils donnent l’Irak à l’Iran en quittant ce pays (63% de chiites cela signifie quelquechose pour vous ?)

      Enfin le plan d’invasion de l’Iran est une vaste blague qui occupe les complotistes attardés. Votre référence : un général US sur Youtube...
      Ah ah ah !!! Vous imaginez l’armée US qui dévoilent ses plans d’invasions sur youtube. Il faut être complètement attardé pour le croire.


    • djanel Le viking- djanel Le viking- 28 octobre 2011 13:15

      Ha ! Ha ! Ha laissez moi rire grand nigaud que vous êtes de votre naïveté.

      Visionnez donc cette vidéo ( lien ) si vous n’êtes point fainéant.

      Le nom du général est prononcé par Thierry Meyssan .

      Vous n’auriez pas besoin, si toute fois vous vouliez vous informez, de visionner la vidéo entière puisque son nom est prononcé dés le début de l’interview.

      Donnez moi donc la définition de ce mot complotiste que vous employez avec tant de dextérité pour que je puisse me marrer une fois pour toutes....

      En supplément et gratuitement, je vous donne Wesley Clark sur Youtube ! 

      http://www.youtube.com/watch?v=e8ya295inZc


    • James James 26 octobre 2011 11:33

      L’opération d’intoxication continue de plus belle, prélude à la future agression .

      Tout le monde sait que les « démocraties » lorgnent sur les hydrocarbures Iraniens et qu’elles souhaitent mettre hors d’état de nuire, un régime qui compte bien ne pas se laisser dicter sa conduite par une bande de tueurs en série.

      • lemouton lemouton 26 octobre 2011 15:08

        les « démocraties » lorgnent sur les hydrocarbures Iraniens  —> c’est quoi les « démocraties » ??
        mais plutot
        l’oligarchie au service du complexe militaro-industriel lorgne... etc etc


      • Lorelei Lorelei 26 octobre 2011 21:57

        james vous savez qu’il existe déjà le moyen de remplacer le pétrol un conseil lisez qui est tesla


      • Defrance Defrance 27 octobre 2011 10:31

         Vous avez raison Le Mouton, 

         les hydrocarbures tout le monde sait ce que c’est, par contre la Démocratie, on attend toujours après sa définition, aux USA, comme en Iran ? 

           Il est bien evident que les US profitent de la situation pour « rogner » les pieds de Poutine ! 

         


      • SEPH 26 octobre 2011 14:27

        L’article de monsieur motsdeplume est très discutable.
         En effet, les US sont en fait entrain de colporter l’illusion qu’ils retirent leurs billes d’Irak, ne laissant qu’une force symbolique pour une raison - une raison qui a à voir avec la manœuvre finale jouée contre l’Iran, le dernier domino à tomber dans le « Printemps Arabe » inventé par les US. Il y a deux scénarios possibles. Je vous invite a lire l’article de
        Tony Cartalucci
        - Prisonplanet.com - 22/10/2011 - Traduction Mireille Delamarre :

        « Depuis 10 mois l’administration Obama a dirigé le « Printemps Arabe » un processus géopolitique programmé depuis des années et exécuté simultanément dans plusieurs pays au Moyen Orient et en Afrique du Nord début 2011. La conflagration régionale a été alimentée par un flot constant de démentis même de surprise feinte, avec soutien clandestins par les US des groupes d’opposition, puis un soutien plus ouvert et finalement des frappes de l’OTAN, armes, entraînement, et des opérations de forces spéciales mis à disposition de la rébellion en Libye et des armes et soutien aux militants en Syrie. Ces efforts collectifs se déployant de la Tunisie jusqu’aux portes de l’Iran serve un agenda particulier - c’est-à-dire contenir et finalement faire échouer la réémergence de la Russie de même que de contenir la montée en puissance de la Chine.

        Renverser l’Iran

        Cet agenda déclaré comprend le renversement du gouvernement d’Iran et son intégration dans »l’ordre international » de Wall Street - Londres. Les efforts pour renverser le gouvernement en Syrie par les groupes d’oppositions armés semble-t-il soutenus par les US visent à isoler et provoquer la République islamique pour justifier des représailles acceptables par les US ou Israël (ou les deux). Comme on l’a rapporté de multiples manières le document contenant les plans précis que ces stratèges ont conçu c’est le rapport « Which Path to Persia« du Brookings Institution financé par les 500 plus grosses fortunes. Dedans on y déclare spécifiquement :

        « … Ce serait bien préférable si les US pouvaient citer une provocation iranienne comme justification pour les attaques aériennes avant de les lancer. Evidemment, le plus choquant, le plus mortel et le moins provoqué cette action de l’Iran, le mieux cela serait pour les Etats Unis. Bien sûr se serait très difficile pour les US d’inciter l’Iran à une telle provocation sans que le reste du monde ne reconnaisse ce jeu, ce qui le saperait. (L’une des méthodes qui pourrait avoir du succès c’est de pousser clandestinement à des efforts pour changer le régime dans l’espoir que Téhéran lancerait ouvertement des représailles, ou semi ouvertement, qui pourraient alors être décrites comme un acte d’agression iranien non provoqué). »

        La « Révolutions Verte » de 2009 était justement une telle tentative de « changement de régime clandestin » pour « inciter l’Iran à une telle provocation » bien que cela ait échoué lamentablement. Il semble qu’en plus de financer , armer, et héberger le groupe terroriste MEK (Mujahedin -e Khalq), les US ont également pris sur eux de fabriquer totalement de « telles provocations ». Le complot récent du DEA d’assassinat de l’ambassadeur saoudien annoncé par le procureur général Eric Holder vacille sérieusement surtout depuis que l’Iran a affirmé pour le nier que le membre supposé des Forces Quds que les US disent impliqué pourrait être en fait un membre de l’organisation terroriste citée ci-dessus MEK soutenue par les US. Les US ont tout fait pour pousser l’Arabie Saoudite à adopter une position plus dure contre Téhéran. Le rapport du Brookings le disait en 2009 :

        « Par exemple, l’Arabie Saoudite est totalement apoplectique concernant le programme nucléaire iranien, de même que leur ingérence au Liban, en Irak, et dans les territoires palestiniens. Pourtant jusqu’à présent, Riyad a fait clairement comprendre qu’ils ne soutiendraient pas d’opérations militaires d’une quelconque nature contre l’Iran. Cela pourrait certainement changer mais difficile d’imaginer ce que cela nécessiterait. »

        « … Difficile d’imaginer ce que cela nécessiterait ». Peut être des terroristes MEK se faisant passer pour des Forces de Quds manipulant un drogué vendeur de voitures d’occasion pour arranger un complot pour tuer l’ambassadeur saoudien et puis accuser l’Iran.

        Avec le sort de la Libye pas résolu, des troupes US à la fois en Irak et en Afghanistan et une vigueur renouvelée envers la Syrie après la chute supposée du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, il est fort peu probable que les US aient abandonné leurs plans pour finalement renverser le régime iranien comme ultime cible de cette campagne régionale. En fait, un grand nombre dans l’administration Obama ont été les supporters les plus enthousiastes pour exécuter le but final de cette stratégie à long terme démarrée sous l’administration Bush. Le candidat à la présidentielle de 2008 John MacCain et bien sûr toute la troupe des décideurs politiques non élus financés par les multinationales appartenant aux bureaux du Brookings Institution, du Foreign Policy Initiative, et de l’American Enterprise Institute (AEI) ont été des plus désireux de faire avancer tout le temps cet agenda.

        Que ces décideurs politiques -qui ont aidé à concevoir et soutiennent actuellement la politique d’Obama - boudent maintenant la décision d’Obama de retirer les troupes d’Irak alors qu’en fait Obama ne l’a pas décidé et ne prendra jamais de telles décisions est très suspect. Kenneth Pollack, l’un des co-auteur du rapport « Which Path to Persia » a exprimé il y a peu sa consternation dans un article intitulé “ “With a Whimper, Not a Bang.” « Pas de Bang, un Gémissement ». Fréderic Kagan l’architecte derrière le «  renforcement des troupes » en Irak de l’AEI financé par les multinationales c’est également plaint dans un article intitulé «  Obama abandons Irak » « Obama Abandonne l’Irak ». Kagan affirme explicitement que le retrait « ce serait satisfaire le seul objectif le plus important que Téhéran poursuit depuis des années - le retrait complet des forces militaires US d’Irak. »

        Scénarios Possibles

        Les US sont en fait entrain de colporter l’illusion qu’ils retirent leurs billes d’Irak, ne laissant qu’une force symbolique pour une raison - une raison qui a à voir avec la manœuvre finale jouée contre l’Iran, le dernier domino à tomber dans le « Printemps Arabe » inventé par les US. Il y a deux scénarios possibles :

        1.Laisser une petite force symbolique que les Iraniens attaqueront en Irak après une attaque aérienne «  unilatérale » israélienne. Quoique décide de faire l’Iran il pourrait ne pas pouvoir le faire de façon soutenue mais le fera lors des premières phases vicieusement. En laissant une force symbolique en Irak les US peuvent obtenir la sympathie nécessaire et la colère politiquement parlant en interne pour lancer une opération plus large contre l’Iran en « représailles ».

        2. Feindre de se désengager du Moyen Orient et quand une attaque terroriste sous faux pavillon ou une autre provocation est commise contre les US cela aura l’air d’un acte de guerre énorme de l’Iran. Tandis qu’une présence réduite des US au Moyen Orient devrait créer encore plus de patience à Téhéran les scénaristes du dernier complot pour assassiner l’ambassadeur saoudien ont bien pris soin de dire que «  l’Iran est devenu audacieux » un point de discussion répété à l’envie dans les airs et mis dans l’esprit des Américains crédules.

        C’est plus que de la simple spéculation. Dans le rapport de la Brookings Institution, « Which Path to Persia « pratiquement toutes les mesures extrêmes proposées dans le rapport ont été exécutées. Les seules options restant sur la table non utilisées incluent une attaque aérienne unilatérale ayant pour but de provoquer des représailles significatives faisant ainsi entrer les US en guerre contre l’Iran et toute une panoplie d’options pour provoquer une invasion à grande échelle.

        Dans une partie du rapport intitulé « Leave it to Bibi : Allowing or Encouraging an Israeli Military Airstrike » - Laissez faire Bibi : autorisé ou encouragé une frappe militaire aérienne israélienne ( page 89 , page 102 voir document pdf joint à gauche de la photo) il semble que les services secrets israéliens travaillent aussi avec l’organisation terroriste MEK :

        « Les opérations des services secrets israéliens contre l’Iran ont été intensifiées bien avant et incluaient l’utilisation de tierces parties pour publier la menace iranienne sans révéler la main d’Israël. Les programmes secrets d’enrichissement et de réacteur à eau lourde de l’Iran ont été rendus publics en Août 2002 par un groupe dissident iranien ( the Mujahedin- e Khalq - - - MEK ndlt) qui a dit on reçu l’information involontairement des services secrets israéliens. »

        Le rapport continue en parlant d’une attaque israélienne autorisée par les US :

        «  Cependant, comme noté dans le chapitre précédent, les attaques aériennes en elles-mêmes sont en fait simplement le début de cette politique. Les Iraniens de nouveau reconstruiraient leurs sites nucléaires. Ils mèneraient probablement des représailles contre Israël et pourraient mener des représailles contre les US aussi ( Ce qui pourrait créer un prétexte pour des frappes aériennes américaines ou même une invasion »).

        Autoriser les Israéliens à attaquer par air et sacrifier des troupes US au sol en Irak comme prétexte pour élargir la guerre est très certainement une possibilité. Le rapport continue en affirmant la nécessité de maintenir un certain niveau de déniabilité plausible concernant les frappes aériennes israéliennes. Des troupes US en Irak impliqueraient par défaut l’Amérique dans toute frappe aérienne israélienne nécessitant de survoler l’espace aérien irakien. Des troupes US » entrain de se retirer » d’Irak pourraient peut être réduire de telles implications et feraient de même apparaître des représailles iraniennes comme encore plus « choquantes, mortelles, et non provoquées ».

        Nous pouvons être sur qu’après des années de mise en application d’un agenda élaboré avant sa présidence Obama n’a pas brusquement décidé unilatéralement de retirer les troupes d’Irak. La duplicité de son administration et son ardeur à l’égard du « Printemps Arabe » concocté par les US tout ceci nous montre que l’agenda global inclue aussi d’encercler et de renverser le gouvernement en Iran. Cela n’a pas échappé à l’attention de la Maison Blanche qu’un retrait d’Irak fournirait à l’Iran un espace pour respirer très convoité et diminuerait de manière importante l’influence des US au Moyen Orient.

        Tout comme le faux rapprochement entre l’Occident et Kadhafi de Libye avant que les US ne réarment, réorganisent, et lâchent le Libyan Islamic Fighting Group ( LIFG) quand l’Occident revient tourmenter Téhéran il reviendra avec l’idée de vengeance. Surveillez Israël pour leur attaque et les US complices attendant une nouvelle fois de « diriger en coulisse ». Et si vous avez quelqu’un que vous connaissez dans l’armée US stationné en Irak restant derrière préparez vous au pire absolu. Comme Henri Kissinger l’a dit une fois brutalement : « les soldats sont des animaux débiles, stupides à utiliser comme pions pour la politique étrangère. » (Woodward and Bernstein The Final Days in chapter 14). Certainement que quelques GI’s morts en Irak après des représailles iraniennes pour une attaque aérienne israélienne seraient effectivement les pions dont la « politique étrangère » a besoin pour avancer.

        On peut simplement espérer que cette analyse pessimiste est complètement fausse et que les US sont dépassés et ont simplement décidé de se retirer du champ de bataille et finalement de l’Empire. Cependant si l’instabilité continue de se développer en Syrie, ce qui est principalement une guerre US de proxy de basse intensité contre Damas et par conséquent contre Téhéran on peut être sur que tout optimisme sera rapidement écrasé contre le mur par les oligarchies multinationales financières de Wall Street-Londres »

        Tony Cartalucci - Prisonplanet.com - 22/10/2011

        Traduction Mireille Delamarre

        PS/MD : Obama affirme que toutes les troupes américaines partiront d’Irak. Ce qu’il oublie de dire c’est que 16 000 membres du personnel de l’ambassade US - la plus grande du monde - située dans la Zone Verte à Bagdad et dont un bon nombre sont des agents de renseignements et autres agents de forces spéciales militaires vont rester à demeure de même que 5000 agents de sécurité appartenant à des sociétés privées (des mercenaires).


        • HerveM HerveM 26 octobre 2011 14:28

          Brrrrrrr !!!! C’est vrai qu’ils sont vraiment tout pas beaux ces mollahs avec leur look choisi sciemment pour foutre la trouille aux zogcidentaux !

          Mais franchement, un peuple qui se met à dos les zélites Zuniennes, zeuropéennes, zraëliennes zé saoudiennes, ça me fait chaud au coeur. C’est bien simple, je vire iranophile, chiitôlatre et mollahiste !

          Et mahmoud ! Un pur orateur, une icône du franc parlé, un magicien du verbe qui en à peine quelques phrases à l’ONU fait se liquifier la mafia modialiste qui, systématiquement, s’enfuit devant ses saillies verbales.

          Pour finir, j’espère que cette mise à l’index de certains pays musulmans par les médias sera profitable à l’avènement d’un parti nationaliste en France. Bravo aux stratèges du FN qui utilise la réthorique du NOM et utilise de façon magistrale l’imposture mondialiste de l’anti islamisme.


          • al.terre.natif 26 octobre 2011 16:42

            Vous espérez que ces « mises à l’index » seront profitables à MLP ? Mais vous croyez encore qu’un parti politique, aussi crédible qu’il soit dans son constat sur les réalités qui nous entourent, pourra changer les choses ? Et bien croyez le, tout comme les sarkosystes ont cru en ces bonnes paroles de campagne ... la déception vous guette ... et elle risque d’être vraiment dure !


          • HerveM HerveM 26 octobre 2011 16:53

            Meuh non j’y crois pas....

            Enfin pour l’élection de Marine, j’ai quelques espoirs. Mais il est évident qu’il nous faudra les avoirs grosses comme les vénézuéliens ou les iraniens pour soutenir un gouvernement qui va se mettre toute la racaille mondialiste à dos.


          • De la hauteur 26 octobre 2011 19:58

            Soit que vous avez tous compris et que vous mentez, soit que vous êtes particulièrement naïf ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès