Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les USA ont aussi leur gauche caviar, sauce Wall Street

Les USA ont aussi leur gauche caviar, sauce Wall Street

Washington & Wall Street

Voici, publiée par le peu suspect de sympathies droitières Huffington Post, la liste des 15 principaux bénéficiaires (à ce jour) de dons en provenance de Wall Street en vue de l’élection 2010, de façon tout à fait officielle.

1. Charles Schumer, Démocrate (>2M$)
2. Kirsten Gillibrand, Démocrate (>1M$)
3. Harry Reid, Démocrate (>1M$)
4. Chris Dodd, Démocrate
5. Michael Bennett, Démocrate

Il y a accumulation de démocrates au sommet de la liste ! Suivent, de la 6ème à la 15ème place, on trouve encore 4 républicains (#6,8,10,12) et 6 démocrates, dont un certain M. Thune, ça ne s’invente pas. Les choses n’ont pas changé depuis l’époque où Fannie Mae et Freddie Mac arrosaient MM. Dodd (encore), John Kerry et... Barack Obama.

Naturellement, ce soutien n’est pas sans contrepartie.

Renvoi d’ascenseur

Prenons par exemple, en quinzième position, un habitué des contributions généreuses du secteur financier, Barney Frank (D), qui vient encore de se distinguer en déclarant que des prêts "quasi subprimes" financés sur dette publique par la Federal Housing Administration (FHA) étaient nécessaires pour empêcher les prix de l’immobilier de tomber trop vite. Ce que, comme le fait M. Shedlock, on peut traduire, en clair, par cette révolution de la science économique :

"Il faut aider les gens qui ne peuvent pas s’acheter une maison aux prix du marché à le faire tout de même pour empêcher les prix du marché de tomber". 

Ce sophisme ne se comprend que dans la perspective de la préservation des intérêts des banques détentrices ou émettrices d’obligations d’emprunts titrisés (CDO). Car si les prix continuent de tomber, le taux d’emprunteurs choisissant de faire défaut sur leur dette (car leur dette sera beaucoup plus élevée que leur patrimoine) va exploser, ce qui ne fera que renforcer les difficultés... Du secteur financier, qui se dirige de toute façon vers de nouvelles turbulences sérieuses. Tenter de "regonfler" les prix de l’immobilier en plongeant dans de nouvelles spirales d’endettement des personnes peu armées pour y faire face est le seul moyen que ces gens imaginent pour épargner restructurations et pertes de juteux bonus à leurs si généreux soutiens. Qui a dit que l’intervention des politiciens était source de moralisation de l’économie ?

Presser le citron, encore, encore...

Mais cette stratégie semble emmener tout droit le trésor US vers un sauvetage de la FHA, avec l’argent que le contribuable n’a pas... En effet, la FHA est devenue un acteur majeur de la titrisation des prêts immobiliers depuis le début de la crise, en multipliant son portefeuille par 4, dont une partie à des emprunteurs moins que stables, surtout en période agitée en terme d’emploi. Or, les prix immobiliers dans les zones bullaires sont redescendus aux niveau de 2003, en dollars constants, selon l’indice Case-Schiller : il y a encore un certain potentiel de baisse pour revenir aux prix de 1999, voire en dessous, car à l’époque, il n’y avait pas 10.5% de chômeurs officiels. De plus, les réserves financières de la FHA sont au plus bas. Que la conjoncture continue de se détériorer, et celui ci sera en faillite, et le contribuable sera appelé à la rescousse. A moins que la FED ne procède à une nouvelle cure de "Quantitative Easing", ce qui est une autre façon de voler le pouvoir d’achat de la population...

Ainsi fonctionne, à l’instar de ce qui se passe en France, la gauche caviar américaine façon Obama, avec la complicité de la frange étatiste conservatrice du parti républicain : une gauche prête à surendetter les pauvres et pressurer les contribuables pour permettre à un petit nombre de gros intérêts financiers de pouvoir continuer à festoyer pendant la crise. Plus que jamais, cette collusion entre élites politiques et financières apparaît comme le problème politique majeur des démocraties occidentales, au point de représenter, à terme, une menace pour leur pérennité.

Il faut d’urgence organiser la séparation du capitalisme et de l’état.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 20 novembre 2009 15:10

    « Il faut d’urgence organiser la séparation du capitalisme et de l’état. »
    Certes.
    Soit vous envoyez sur la Lune avec un Monopoly, afin que nous ayons la paix sur Terre.


    • plancherDesVaches 20 novembre 2009 16:36

      La voilà, la conséquence de votre « libéralisme » :
      http://www.jdf.com/societes/2009/11/20/02035-20091120ARTJDF00024-la-societe-generale-se-prepare-a-un-effondrement-economique-mondial.php

      Mais... ne vous inquiètez pas, cela restera dans les mémoires.


      • saint_sebastien saint_sebastien 20 novembre 2009 16:46

        En fait aux USA la gauche n’est pas vraiment à gauche , c’est plus complexe que ça.

        Les démocrates vont du PS à l’UMP et se réunissent ensuite en CAUCUS sur différents sujets.
        Par exemple, tout les socialistes français sont pro avortement , ce n’est pas le cas des démocrates qui ont un CAUCUS pro life et un CAUCUS pro choice, c’est comme cela sur beaucoup de themes politiques.
        Disons que les démocrates ou « libéraux » sont dits ouverts sur certaines questions , et sont considérés comme des intellectuels , alors que les républicains ont plus une image de conservateurs fascho et croyants.
        Cependant ce bipartisme est devenu une farce , puisqu’ils sont financés par les mêmes lobbies

        • friedrich 21 novembre 2009 03:36

          Cependant ce bipartisme est devenu une farce , puisqu’ils sont financés par les mêmes lobbies


          Tout à fait. Les présidents US ne sont que, malgré certains, des marionettes de l’ establishment financier américain. Kennedy avait résisté (ordre exécutif 11110) mais ça n’ a pas duré longtemps

        • Le péripate Le péripate 20 novembre 2009 19:29

          La question est bien celle de la régulation de l’état. Du capitalisme de connivence, capitalisme de Davos.


          • Alain-Goethe 21 novembre 2009 11:57

            Bon article (tout comme d’autres parmi les précédents)

            Comme d’autres le pensent sur AV, je crois que :

            la prochaine décennie va être « saignante » !
            sur bcp de points de vue
            Hélas

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès