Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les visites du Dalaï Lama pour la paix, objets de pression politique de la (...)

Les visites du Dalaï Lama pour la paix, objets de pression politique de la Chine

Le Dalai Lama se voit refuser un visa pour la Corée du Sud où il devait se rendre pour participer à une réunion de prix Nobel de la Paix. En juin 2006, il se rendra cependant en Jordanie pour la réunion des prix Nobel faisant suite à celle de juin 2005. Le Dalai Lama est aussi invité par la Commission Européenne le 30 mai 2006, ainsi qu’en Belgique et en France cet été.

Le Dalaï Lama ne pourra pas se rendre à la réunion des lauréats du prix Nobel de la paix en Corée du Sud. Séoul vient en effet de décider de ne pas lui accorder de visa, cédant ainsi aux pressions de la Chine, son voisin et premier partenaire économique. La Corée du Sud a aussi besoin de Pékin pour persuader la Corée du Nord de renoncer à ses ambitions nucléaires.

Le Dalaï Lama avait demandé un visa pour la Corée du Sud afin de participer à une réunion des lauréats du prix Nobel prévue pour le mois courant. Jimmy Carter, Kofi Annan, Lech Walesa et Michail Gorbachev seront parmi les vingt lauréats du prix Nobel de la paix, invités qui plancheront sur la démocratie en Corée et en Asie, et sur les moyens de favoriser la paix dans la région.

La Chine, qui a envahi le Tibet en 1949, s’oppose toujours aux visites du Dalaï Lama dans tous les pays, l’accusant de séparatisme. Pourtant, entre 1949 et 1959, le Dalaï Lama n’aura de cesse de faire valoir le point de vue des Tibétains auprès des Chinois, et d’apaiser les tensions. Des conflits graves entre les Tibétains des trois régions du Tibet d’une part, et les militaires chinois d’autre part, se sont développés, et ont entraîné la mort de nombreuses personnes. En 1959, alors qu’un complot visait sa personne, le Dalaï Lama s’est exilé en Inde. Alors que quarante-sept ans ont passé, le Dalaï Lama est toujours reconnu comme chef spirituel et temporel par l’ensemble des Tibétains. Il continue d’oeuvrer dans le but de négocier avec les autorités chinoises. Pour résoudre la question tibétaine, il renonce à l’indépendance, et demande au gouvernement de Pékin une plus large autonomie pour les trois régions tibétaines (U-Tsang : actuelle « Région autonome du Tibet », Kham et Amdo). Cette approche appelée la voie du milieu est un appel à des relations entre nations basées sur la compréhension et le respect mutuel. Cette méthode exige confiance, détermination et persévérance. Elle vise à faire prévaloir la justice au travers de négociations dans l’intérêt commun des Tibétains et des Chinois, mais aussi du monde. La résolution d’un conflit par la non-violence pourrait en effet servir d’exemple pour rétablir une paix durable entre nations. Ainsi, il est évident que le Dalaï Lama détient la solution de la résolution pacifique du conflit sino-tibétain.

Dans ce contexte, nous nous réjouissons que la Commission européenne invite le Dalaï Lama à Bruxelles le 30 mai pour une réunion sur le thème « Droits fondamentaux et respect mutuel », à l’initiative de José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et de Wolfgang Schüssel, chancelier autrichien et président du Conseil européen. En outre, le Dalaï Lama donnera des enseignements sur La voie du milieu à Bruxelles, du 2 au 5 juin, ainsi qu’une conférence publique à Anvers le 5 juin.

Le Dalaï Lama devrait en revanche pouvoir se rendre à la seconde conférence de Jordanie, qui réunira des lauréats des prix Nobel en juin, pour définir leur action dans la gestion des crises mondiales.

Le Dalaï Lama visitera aussi la France en juillet 2006. Le 15 juillet, il inaugurera la construction d’un Temple pour la paix à Vajradhara Ling, en Normandie. Du 16 au 21 juillet, il donnera un enseignement à Rennes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • NGK (---.---.176.126) 27 mai 2006 03:49

    C’est effectivement un grand progrés que la Commission Européenne puisse inviter le Dalaï-Lama le 30 mai 2006, et c’est regrettable quoique compréhensible que la Corée du Sud puisse céder aux pressions de la Chine... Mais cela ne justifie aucunement cette absence de commentaires, qui cependant m’étonne... Doit-on en déduire que l’article ne vous intéresse pas ou que les péripéties de sa Sainteté le Dalaï-Lama vous indiffère ? Merci à France-Tibet pour ces informations.


    • Marsupilami (---.---.57.46) 27 mai 2006 16:00

      Ouaf !

      Ben non, comme tu vois ça n’intéresse pas grand-monde.

      En passant, je signale que le Tibet était une dictature cléricale moyennâgeuse bien éloignée du mythe du gentil bouddhiste cool, lorsque les Chinois ont fait main-basse dessus (ce qui n’excuse rien).

      Ceci dit je me suis pas mal baladé sur le Toit du monde et j’y ai découvert que les tibétains étaient un peuple formidable. Je me rappelle encore avec émotion des cuites au tchang épongées à la tsampa et aux momos que je prenais avec les moines des lamasseries au Ladakh ou à Dharamsala.

      Mais les « Sa Sainteté », hum...

      Houba houba !


    • DemocratieEnChine (---.---.160.72) 1er juin 2006 18:45

      Pour Marsupilami, il faudrait que vous citiez vos sources, qui je pense sont la propagande Maoiste. Merci de consulter les historiens pour une vision plus réaliste.


    • Fabrice Fabrice Duplaquet 27 mai 2006 15:21

      La Chine est une dictature et pourtant toute les démocraties sont à ses pieds. Honteux.


      • Pach (---.---.70.142) 29 mai 2006 09:45

        Je trouve ca assez honteux de la part des Chinois... Envahir c’est une chose, mais ensuite priver le Dalaï Lama d’assister à des meetings qui ne visent même pas à contrecarrer le pouvoir Chinois, c’est quand pousser l’exageration à l’abus....

        merci pour l’article


        • Cricri (---.---.245.97) 29 mai 2006 15:07

          Le but de l’occident est d’amener la Chine à une économie libérale. Et une fois entrée dans cet espace de commerce on pourrait espérer que la Chine se transforme en une grande démocratie, voire la plus grande du monde ! En attendant, il faut s’armer de patience.


          • DemocratieEnChine (---.---.160.72) 1er juin 2006 18:44

            Pour « Cricri », ben, cela fait plus de 20 ans que la République populaire de Chine est rentrée dans l’économie libérale, et c’est elle même qui la choisit (et sans doute avec une volonté de concurrencer le reste du monde...), en suivant les commandements de Deng Xiao-Ping, qui disait au Chinois en 1980 « enrichissez vous ». Il serait peut être temps que nos amis Chinois se préoccupent de démocratie, de Droits de l’Homme et de Droits du travail, et cesse une bonne fois pour toute d’opprimer y compris son propre peuple (10 000 condamnés à mort sont exécutés chaque année, et alimente les greffes d’organes, dans une forme non ethique de liberalisme, qu’on nomme mafia, corruption de fonctionnaire, enfin, je pense que vous me comprennez). Alors la patience, demandez donc ce qu’en pense ceux qui souffrent de l’oppression d’un tel régime.


          • maithe (---.---.153.105) 3 juin 2006 22:14

            merci a ce grand homme qui se bat pour la paix de son peuple sans colere mais avec autant d’amour que peton dire de plus

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès