Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les voitures chinoises bousculent déjà les marchés des pays du (...)

Les voitures chinoises bousculent déjà les marchés des pays du Sud

Lors du salon de Francfort, devant les stands des voitures chinoises, les occidentaux se rassuraient à bon compte en proclamant que les Chinois seraient mal avisés de se lancer dans l’aventure périlleuse de l’exportation, alors qu’ils doivent d’abord répondre à une immense demande interne. Aussitôt, l’argument a été balayé par Li Shufu, président de Geely Motors. Ce dernier, qui s’est fixé l’audacieux plan de produire 650 000 voitures (Chery) en 2007, entend en exporter les deux tiers. Selon lui, le gouvernement encourage cette démarche. Les autres constructeurs chinois pourraient lui emboîter le pas. D’ores et déjà, les voitures chinoises s’exportent, notamment, au Moyen Orient et en Afrique : 50 000 en 2004, 80 000 en 2005, 120 000 en 2006. Selon des études réalisées en Syrie, le potentiel de demande va bien au-delà de ces chiffres. Avec une voiture clef en mains, 4000 dollars à l’achat, la demande s’adresse à la classe moyenne dont une large partie ne dispose pas de voiture individuelle. Après Damas, les premières Chery se vendent au Caire. En 2003, avec l’ouverture d’une chaîne de construction en Iran, Chery devient le premier constructeur automobile chinois à faire fabriquer ses véhicules à l’étranger. D’ores et déjà, Chery prépare son entrée sur les marchés d’Europe de l’Est.

Pour l’Institut chinois d’études des relations internationales contemporaines, les Européens mesurent mal les dégâts collatéraux suscités par une politique migratoire toujours plus restrictive. Selon eux, le renforcement des conditions d’entrée sur le territoire européen favorise « objectivement » l’émancipation des réseaux de distribution, notamment, dans les pays du Maghreb et d’Afrique noire. De fait, beaucoup de professionnels de l’automobile de ces pays ont été déboutés dans leur demande de visa. Ils souhaitaient se rendre en France pour un salon professionnel, dans l’intention de maintenir leurs connaissances à niveau. Déçus, ils disent leur intention de collaborer avec d’autres pays. Ainsi, le témoignage d’un concessionnaire marocain : « Avant j’avais quelque hésitation. Maintenant, je suis prêt à accueillir à bras ouverts les Chinois. » L’opération s’avère in fine juteuse, des voitures moins chères, avec des décotes de 20 à 30 % par rapport aux modèles occidentaux. En Afrique noire, les voitures chinoises sont attendues avec impatience. Une voiture à faible prix répond à la demande d’une clientèle peu argentée. De surcroît, les récentes restrictions apportées à l’importation de la voiture d’occasion en provenance de l’Union européenne imposent des solutions alternatives. La fiabilité supposée aléatoire des moteurs des voitures chinoises n’indisposent pas les professionnels africains. « Nous avons l’habitude de remettre à plat les moteurs, déclare un réparateur à Dakar, nous le faisions avec les voitures usagées achetées en Europe. Nous le ferons pareillement avec les voitures chinoises. » Une Chery à 300 000 francs CFA (3000 euros) ? Rien d’impossible ! Dans beaucoup de pays, la priorité n’est pas le moteur mais le prix. Mais la démarche de contournement pourrait aller beaucoup plus loin en raison, notamment, des négociations engagées par des constructeurs chinois en vue de la création d’unités d’assemblage non seulement en Roumanie mais également à Oran (Algérie), Oujda (Maroc), tous projets destinés à des commercialisations sur le marché européen.

Le choix de minimiser la menace que représente l’industrie chinoise pourrait être un plaisir de courte durée. A cet égard, la sérénité des Européens n’est pas partagée par les Américains qui ont en mémoire la montée en puissance des voitures japonaises en quatre étapes successives : d’abord le dénigrement, le goutte à goutte, l’installation sur le marché, et désormais une position dominante. Déjà, outre-Atlantique, l’entrepreneur américain, Malcolm Bricklin, sonne le glas en prévoyant l’introduction de 250 000 Chery dès 2007 proposées à un prix inférieur de 30 % à des modèles américains comparables. Déjà l’alerte sonne ; en 2005, les exportations automobiles de la Chine ont dépassé les importations, rapporte l’agence Chine nouvelle. Les véhicules exportés, des camions, mais aussi des petites voitures à faible coût, ont pris la direction de pays en voie de développement comme l’Algérie, la Syrie ou le Vietnam. Demain, l’Europe.


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Verdinaso (---.---.43.120) 3 juillet 2006 10:54

    Et ben dis donc, quand les tenants de la décroissance et du développement durable vont découvrir ça...

    Dites, les gars, vous faut envoyer vos missionnaires dans les bons pays. Pour les convertir à la rectification du dérèglement climatique.

    *mdr*


    • jcm - Freemen (---.---.0.12) 3 juillet 2006 12:16

      Raison de plus pour nous montrer très inventifs, et même révolutionnaires !

      Enjeu des présidentielles 2007 : la France en « locomotive » du Monde !

      Merci de cet article qui souligne la précarité de notre richesse actuelle autant que celle du monde, compétition industrielle effrénée, émissions de gaz à effet de serre et changements climatiques obligent...


    • Brisenoix (---.---.43.120) 3 juillet 2006 12:23

      « ...la France en »locomotive" du Monde !

      Liquéfié de rire de chez liquéfié de rire.

      On n’est pas dans la merde si l’ex-Grande Nation prend en pogne le destin de la planète...

      Seulement, avec votre potentiel, les gars, faire tender serait plus dans vos cordes.


    • Kelsaltan (---.---.178.45) 3 juillet 2006 13:19

      Merci jcm - freemem,

      J’étais en train de boire mon café, tranquillement, quand j’ai lu « la France en locomotive du monde ».

      Et voilà, maintenant il y en a partout, sur le clavier, l’écran, le bureau...

      Sans compter que j’ai failli m’étrangler...

      Vous êtes un individu qui sait manier l’humour corrosif, assurément.


    • jcm - Freemen (---.---.0.86) 3 juillet 2006 14:43

      Désolé pour le café, Kelsaltan.... !


    • kesd (---.---.187.25) 3 juillet 2006 11:06

      Demat,

      En matière de capitalisme sauvage, les Chinois n’ont rien à envier aux occidentaux.

      Vive l’Europe des régions, vive les différences.

      Kenavo ar wezh all.


      • claude (---.---.14.215) 3 juillet 2006 12:06

        « quand la chine s’éveillera le monde tremblera » a dit le petit caporal corse qui a eu la vue courte pour les femmes ( code civil contruit par des juristes à sa demande ) mais qui voyait loin pour beaucoup d’autres choses.


        • JC BENARD (---.---.92.11) 3 juillet 2006 12:38

          De deux choses l’une :

          Soit les chinois continueront à copier le modèles (Land win = 4x4 copié sur l’Opel Frontera) et ils devraient à terme tomber sous le coup de procès sur leurs ventes hors de chine.

          Soit les constructeurs européens, américains et asiatiques décideront de transferer la totalité de leur technologie de pointe en chine et alors là, il est clair qu’il n’y aura plus de salariés de ces nationalités chez les constructeurs.

          Nous connaissons déjà cette situation au travers des constructeurs de motos japonaises qui fabriquent depuis plusieurs années leurs modèles les plus économiques en chine.

          Dans le cas de la deuxième hypothèse, il ne restera plus que les emplois « borloo » pour pouvoir gagner (un peu) sa vie.


          • Faz (---.---.192.12) 3 juillet 2006 13:49

            L’article est exact mais l’invasion de voitures chinoises pourrait avoir lieu encore plus rapidement que prévu dans la mesure où le marché chinois constitue à terme le premier marché mondial. ce sont donc les chinois qui vont dicter leur Loi et la stratégie de contournement depuis l’Afrique sonne juste. Ainsi si les marques européennes veulent s’installer sur le marché chinois, elles devront impérativement les laisser rentrer les marques chinoises en Europe. Certes Il pourrait y avoir des procès en perspective mais c’est peine perdue dans la mesure où ce n’est pas dans l’intérêt des constructeurs européens.


            • Zen (---.---.249.110) 3 juillet 2006 15:03

              A quand l’airbus chinois ?...

              De toute façon, la Chine ne pourra jamais aller jusqu’au bout de son ambition:satisfaire sa demande intérieure en voitures.C’est mathématique, vu la prochaine venue de la rareté en matière pétrolière


              • Dominique (---.---.30.27) 3 juillet 2006 15:08

                Elle sera remplacée (la matière pétrolière) et ils ont suffisamment d’espace pour produire du bio-carburant !


              • Z (---.---.107.66) 3 juillet 2006 16:10

                « ils ont suffisamment d’espace pour produire du bio-carburant ! »

                Vous parlez sans savoir, apparemment. Il ne s’agit pas seulement d’espace ! Comptent aussi la fertilité du sol et l’accessibilité, parmi de nombreux autres facteurs... Les 3/4 de la Chine sont impropres à l’agriculture. Les déserts représentent 18% du territoire chinois, alors que les montagnes en recouvrent les deux tiers.

                La Chine, bien que premier producteur mondial de riz, en est régulièrement IMPORTATEUR. Leur autosuffisance alimentaire n’étant pas assurée, je les vois mal développer les biocarburants à grande échelle, ce qui reviendrait (comme en France) à s’empêcher de manger pour pouvoir continuer à rouler en voiture...


              • Dominique (---.---.30.27) 3 juillet 2006 17:24

                C’est fatigant ces gens qui savent et qui déploient l’arme de la condescendance en guise d’argument... Si ce n’est pas possible aujourd’hui, ça ne le sera donc pas demain, c’est ça ?

                En moins de 50 ans les rendements agricoles ont été multipliés par 5 dans les pays pratiquant une politique agricole intensive. Vous pouvez répondre que cet accroissement n’est pas souhaitable et il s’agit alors d’une opinion qui se situe dans un autre débat, mais le fait est que cet accroissement de la productivité est incontestable, « mathématique ». Est-il farfelu de projeter un tel progrès dans la culture des espèces offrant le meilleur bilan écologique : huile de palme en zone sub-tropicale, betterave en zone tempérée (en rotation avec le colza), et toutes celles, existantes ou à sélectionner et MODIFIER GENETIQUEMENT qui répondront aux besoins en carburant, y compris des Chinois ?

                Je ne suis pas ce que l’on peut appeler une optimiste incorrigible, mais raisonner sur l’existant, le possible aujourd’hui, pour en inférer ce que sera demain me paraît aussi sensé que les discours de ceux qui savaient qu’à part les oiseaux, les plus lourds que l’air NE pouvaient pas voler !


              • Z (---.---.107.66) 3 juillet 2006 20:23

                Je ne vois pas en quoi j’ai été condescendant. Si le simple fait de vous dire des choses que vous ne savez pas fait de moi quelqu’un de condescendant à vos yeux, je vous invite à un peu plus d’humilité.

                La froideur de ma remarque (« vous parlez sans savoir »), qui a pu vous vexer, était seulement proportionnelle à votre prétention à balayer d’une tout petite phrase un problème aussi important que celui de la capacité (ou l’incapacité) des biocarburants à remplacer quantitativement les carburants pétroliers (cf par exemple ce site).

                L’accroissement passé des rendements agricoles, dans le cadre de la révolution verte, est dû à plusieurs facteurs :
                - utilisation de pesticides et engrais chimiques, donc dérivés du pétrole. Ce n’est donc pas là-dessus qu’il va falloir compter.
                - mécanisation. Cette mécanisation s’est faite avec le pétrole, mais elle peut sans doute fonctionner à base de biocarburants. L’agriculture chinoise étant maintenant assez mécanisée là où elle peut l’être (plaine), il n’y a plus de marge de progression de ce côté-là.
                - amélioration des variétés cultivées, mais cette contribution est assez mineure (par exemple les variétés hybrides de riz introduites en Chine améliorent le rendement de « seulement » 60%).

                En ce qui concerne l’avenir, on ne peut guère que fantasmer sur les OGM pour continuer à augmenter les rendements, mais sans garantie de résultat et d’efficacité, et à condition de ne pas avoir l’intention d’appliquer le moindre principe de précaution pour que ça soit prêt à temps.

                En revanche, des facteurs susceptibles de diminuer les rendements existent aussi :
                - réchauffement climatique rendant inadaptées à leur propre milieu les espèces habituellement cultivées
                - indisponibilité croissante en eau non polluée pour l’irrigation

                Partant de là, il est effectivement farfelu d’imaginer que la Chine puisse, dans un avenir proche, rouler avec des biocarburants de la même façon que nous roulons actuellement avec du pétrole (et une voiture pour 2 Français).

                Pourquoi ? Un petit calculs d’ordres de grandeur (donc plein d’approximations) va nous le dire :
                - Surface arable de la Chine : 120 millions d’hectare environ (ici).
                - On produit avec les biocarburants environ 1 tonne équivalent pétrole pour 1 ha cultivé ().
                - Consommation moyenne de carburant d’un Français : 0.65 Tonne équivalent pétrole. (1 voiture parcourt environ 15000km par an, soit environ une consommation énergétique de 15000kwH, donc 7500kwH par Français en moyenne, et il faut 11600 kwH pour faire une TéP). ([tout est là->http://www.manicore.com/documentation/economies.html)).
                - Consommation nécessaire pour 1.2Md d’habitants (la Chine) : 775 MT équivalent pétrole.

                Ce qui veut dire que si la Chine sacrifie 10% de sa surface agricole pour les biocarburants (ce qui en soi est assez farfelu dans la mesure où ils sont à la limite de l’autonomie alimentaire), il leur faudrait multiplier les rendements par 70 pour atteindre le but fixé.

                Il est évidemment possible que je me trompe, mais raisonner sur le principe que le progrès résoudra tous nos problèmes, et se dire que par conséquent, il n’y a aucune raison de réfléchir à des alternatives, c’est cela qui me paraît insensé. Dire que puisque les rendements agricoles ont augmenté ces 50 dernières années, ils vont certainement continuer à augmenter, me paraît aussi sensé que le discours de ceux qui se pensent immortels, puisque jusqu’ici ils ont vécu.


              • Dominique (---.---.184.109) 3 juillet 2006 23:28

                Si nous ne réfléchissions pas à des alternatives, nous n’aurions pas participé à ces commentaires, moi pour balayer la certitude mathématique un peu rapide d’un commentateur, vous pour me faire la leçon :)

                Quant à l’incertitude imbécile de l’immortalité que vous invoquez en réponse à ma minuscule allégorie historico-aéronautique, elle n’est pas mienne ; il me semble qu’au-delà de 2ans 1/2, chaque être sait que la vie est une maladie mortelle, la sienne incluse.

                Ce qui m’amène à l’humilité à laquelle vous m’incitez : je l’ai déjà apprise, en raison même du progrès dévoyé, du progrès criminel parce que régi par l’idéologie et l’hypocrisie, je l’ai apprise des conséquences de l’emballement d’un certain réacteur en Ukraine il y a déjà 20 ans et, voyez-vous, je relis régulièrement « le matin des magiciens » pour garder ce qui me reste de forme, d’optimisme et d’espérance dans le génie humain. Je vous invite à faire de même, sans compter l’humour, puissant ferment de l’humilité, qui se dégage de cette revigorante lecture.

                Bien à vous, Dominique


              • Z (---.---.221.197) 3 juillet 2006 23:53

                Merci bien pour ce conseil de lecture (Le matin des magiciens). Je n’ai jamais entendu parler de ce livre, mais je pense que je vais essayer de me le procurer.

                (Merci également de ne pas avoir surenchéri dans l’agressivité latente comme j’ai parfois tendance à le faire...)


              • Julien Arnoult 3 juillet 2006 15:54

                En voyant le titre de cet article, je ne me serais pas douté que c’est toi François, qui l’avais écrit, bien que te retrouver sur AgoraVox ne m’étonne nullement (à défaut de m’en réjouir, je suis surpris de ne pas t’y avoir vu plus tôt). Bref, parenthèse personnelle refermée.

                La Chine, facteur d’enrichissement

                Oui, il y a une peur d’une « invasion » de voitures chinoises. Mais pourquoi craindre cette arrivée sur les marchés européens d’automobiles chinoises ? Les produits chinois en général ne font-ils pas partie de notre quotidien ? Ils nous entourent, nous habillent. Mieux, ils contribuent à la hausse de notre pouvoir d’achat... les fonds d’investissement français et internationaux sont formels sur ce point. Alors que le niveau des salaires stagne, la demande européenne pour des produits à haute valeur ajoutée telle l’automobile, produits en Europe, perdure et augmente, grâce à une hausse relative du pouvoir d’achat, permettant aux ménages de réaliser des économies sur des biens à moindre valeur ajoutée dont les prix se sont effondrés grâce aux délocalisations. Il suffit de comparer notre niveau de vie, la répartition des dépenses dans un ménage, ainsi que le contenu de nos importations et exportations pour en comprendre les tenants et aboutissants.

                De la réussite des chinois à l’étranger

                A propos du marché automobile proprement dit, le péril chinois n’a d’égal que notre manque de clairvoyance. Les Chinois, pour le moment du moins, réussissent sur des marchés très fermés, contraignant, et aux tailles souvent faibles (quelques dizaines de milliers de véhicules). Personnellement, je n’ai pas connaissance du succès de l’importateur néerlandais des fameuses LandWind, commandées à 200 exemplaires à l’origine.

                L’article mentionne le marché syrien, premier débouché des constructeurs chinois à l’exportation. Effectivement, on y voit de plus en plus de Chery, notamment le modèle copié de l’ancienne Seat Toledo (groupe Volkswagen) durant les années 1990, mais aussi des Geely offrant des répliques de Suzuki Swift... modèle né en 1983. Pourquoi un tel succès ? Parce que les taxes à l’importation de véhicules neufs triplent le prix de base ! Décriées pour leur faiblesse technologique, le prix de base des voitures chinoises fait la différence quand celui-ci est au final payé trois plus cher par le consommateur ! Il en est de même en Iran où les barrières douanières tarifaires sont élevés et dépendantes de la contrainte politique (cf. l’affaire Renault en Iran, pour y produire les Logan et Mégane). Les autres véhicules en circulation en Syrie ne sont ni plus ni moins que des Skoda produites avant la fin du communisme, de vieux (c’est presque un pléonasme) modèles Dacia roumains qui sont à l’origine des Renault 12 (40 ans d’âge !) malgré quelques véhicules plus récents comme al SupeRnova, ou alors de très vieilles voitures japonaises dont la plupart d’entre nous ignorons l’existence. L’autre aspect de ce marché est la forte proportion de véhicules utilitaires, taxés à l’importation de seulement 10 % et, la plupart du temps utilisés à des fins... domestiques, comme les camionnettes ou vans Hyundai. De même, le marché égyptien, où Chery est implanté, est marqué par une extrême fragmentation. Une trentaine de constructeurs se partage un marché n’excédent pas 60 000 ventes par an, et où ceux disposant d’usine d’assemblage (CKD) ne sortent de leur atelier à peine quelques milliers d’exemplaires. Au Maroc, le marché, de 30 000 véhicules annuels, est aussi saturé ; s’il est extensible à la marge, par une baisse du prix de certains automobiles qui gonflera quelque peu le volume des ventes, sa croissance dépend de l’augmentation du pourvoir d’achat local.

                Ce n’est donc pas le prix du véhicule qui fait la différence et contribue au succès relatif des chinois, du moins pas tout seul, mais l’environnement réglementaire et commercial qui le détermine.

                100 % made in Tiers-Monde ?

                Il y a un véritable tropisme chinois en la matière. La Chine serait-elle la seule à exporter et produire à bas prix, avec des constructeurs nationaux ? Bien sûr que non, mais la focalisation sur ce pays rend flou l’appréciation du marché automobile dans le monde. Leur croissance répond à leur demande intérieure, à leur développement économique, comme Iran Khodro en Iran avec son modèle Samand (exporté en Ukraine, Asie centrale, au Proche-Orient), le géant Tata en Inde (qui vend également en Europe), le malais Proton, etc. Via l’automobile, c’est du rattrapage économique des pays en développement dont il s’agit. Et ces pays se dotent d’assembleurs nationaux, ce qui semble bien être leur droit le plus élémentaire. Que dire des critiques à l’encontre de l’obsolescence des modèles chinois et de leur plagiat ? Tout comme les constructeurs iraniens, malais ou indiens, ils produiront leur propre modèle, d’abord à des fins locales, et ensuite seulement pour les marchés extérieurs. Volkswagen vend en Chine et au Brésil une voiture vieille de 30 ans, la Santana, maintes fois esthétiquement modernisée. PSA vend depuis plus de 15 ans la Peugeot 405 en Iran, ainsi que la Citroën Xantia qui y est exportée vers... la Syrie notamment, soit toujours ces mêmes marchés fermés. La liste pourrait être longue. On a beau jeu de critiquer alors la commercialisation de voitures technologiquement vieilles. D’ailleurs, le constructeur Daewoo avait adopté cette stratégie, en ressortant l’Opel/Pontiac Kadett, sans pour autant percer en Occident. Les Coréens ont d’ailleurs réussi leur implantation à partir du moment où ils ont produit leurs propres modèles destinés à des marchés matures sur le plan du design, de la qualité, de la sécurité, de l’environnement, de fiabilité, de la puissance, avec des unités de production sur place (Hyundai construit déjà sa deuxième usine aux Etats-Unis). Selon ces critères, les Chinois et autres constructeurs du Tiers-Monde, connaîtront le succès en Occident le jour où ils construiront des usines sur notre sol. Ceci est aussi vrai pour les constructeurs européens aux Etats-Unis par exemple, où les allemands sont les seuls manufacturiers du Vieux continent à avoir conquis des parts de marché là-bas. C’est également vrai pour Toyota ou Hyundai en Europe. Que craindre d’eux, alors que GM, Ford, DaimlerChrysler, PSA, Nissan, Toyota, Honda , etc., sont déjà implantés en Chine, et ailleurs ? Leur implantation chez nous est aussi normale que la nôtre chez eux. Cela s’appelle les règles du marché, qui doivent être les mêmes pour tous. Et si menace véritable il y a, l’avancée technologique et les standards de sécurité (forme de protectionnisme) seront toujours des remparts, tant chez nous... que chez eux ! Enfin, comme il est toujours plus aisé de balayer devant la porte des autres plutôt que devant la nôtre, que dire de Volkswagen par exemple, dont la Fox, concurrente de la Logan, est importée du Brésil. Critiquer un constructeur européen qui produit dans le Tiers-Monde est un exercice bien plus délicat que de s’en prendre aux entreprises chinoises.

                Julien Arnoult


                • héron (---.---.45.138) 3 juillet 2006 16:04

                  Le vieux continent a l’habitude de s’endormir sur ses lauriers ou bien il est plein d’arrogance et de mépris pour les pays émergents (INDE, CHINE ou BRESIL).

                  La Chance tourne, qu’on se le dise.

                  De toute façon, le champion du monde (planétaire) de foot sera un européen, alors le reste.....

                  Il vaut mieux à l’heure actuelle être un clone de Zinédine qu’un Ingénieur chez RENAULT, les arrières seraient mieux assurés (meme après 2 ans prépa, concours d’entrée à X, Centrale ou Sup télécom, 3 ans d’études acharnées pour être décrocher le diplôme d’ingénieur et aller de CDD en CDD).

                  Triste bilan !


                  • Chatelier (---.---.70.105) 3 juillet 2006 16:20

                    Je suis pour les voitures chinoises, j’en acheterai volontiers une et ce, pour deux raisons : 1 / depuis quelques années, l’on nous interdit toute possibilité de rouler vite. A quoi bon les grosses cylindrés, luxueuses ? 2 / L’on nous interdit désormais l’accès au centre des villes... Et ainsi de suite... Aussi, comme je ne peux pas usage de ma voiture comme je l’entends, je préfère me fixer au prix, moins elle m’en coutera mieux ce sera et qu’importe si elle est de facture chinoise, mes habits, mon ordinateur, mon portable le sont déjà !


                    • Stéf (---.---.229.129) 3 juillet 2006 16:33

                      Afin de conforter rapidement, les importations et vente de voiture chinois, je propose de charger nos « amis » des balieues d’y foutre le feu !!!

                      A bas les didactures économiques


                      • moniroje (---.---.246.62) 3 juillet 2006 17:03

                        Il faut vivre avec son temps et avec sa culture : celle-ci nous rappelle que la Chine était un état connaissant bien des choses que nous ne connûmes que quelques siècles plus tard.

                        La Chine nous envoyait l’an dernier des tissus à dix sous et aujourd’hui travaille pour nos plus grands couturiers avec une qualité qu’ils atteignaient il y a quelques siècles. La Chine a envoyé tourner autour de la Terre un chinois dans une capsule chinoise (nous, en France, en 2006, on n’y est toujours pas arrivé). Et tout cela n’est qu’un début...

                        Ainsi on réalise combien Mao Tsé Toung a été l’ami de l’Occident et a contribué à faire notre richesse. Hélas, n’étant pas éternel, ...

                        Quant au pétrole, les Chinois feront comme les autres : tant que ça rapporte de l’argent et tant qu’il y en a, pourquoi s’en priver ??? Aujourd’hui, j’ai lu qu’ils ont une voiture pour 14 habitants et nous, en France, c’est une voiture pour deux habitants !!! Quand ils arriveront à notre quota d’aujourd’hui, oui, pollution en perspective !! Faudrait leur expliquer qu’ils vont polluer la Terre à vouloir vivre aussi aisément que nous.

                        Et tout ce pétrole à sucer !!! Là, je ne m’en fais pas du tout ; l’après-pétrole roule déjà aussi bien et aussi loin et prendra place quand les Etats verront comment gagner au moins autant qu’avec le pétrole.


                        • ade (---.---.8.161) 3 juillet 2006 17:03

                          Ajoutons que l’impact écologique des bio-carburants n’est pas simple non plus. Leur production nécessite de l’énergie, et des pesticides / engrais (donc la production nécessite aussi de l’énergie), etc... Si l’on veut produire « bio », il faut s’attendre à une productivité moindre et cultiver encore plus d’espace (pas simple vu la rareté des terres fertiles)

                          Et la combustion de l’huile de colza rejette aussi du CO2...


                          • fredericKH (---.---.102.41) 3 juillet 2006 18:23

                            L’industrie chinoise de l’automobile connaît une croissance sans précédent. OK !

                            Même si le marché de l’automobile en Chine représente le « second » marché au monde, en 2005, pour la 1 ère fois, le volume des exportations y a dépassé allègrement celui des importations !

                            Les entreprises de premier plan du secteur automobile Industrie SAIC, Chery, Geely ou encore Beijing Automotive ont commencé à vouloir s’affranchir de leurs partenaires occidentaux pour partir (En route) à la conquête de l’Europe et des Etats-Uni en plus de l’Afrique et le Moyen Orient (Déjà fait).

                            Par ailleurs, ces entreprises sont de plus en plus en mesure de soutenir ce rythme de croissance fulgurant en Chine tout en gardant leur position proéminente sur les marchés internationaux, en s’affranchissant de la « copie » et en adoptant des pratiques d’excellence en matière de gestion de la chaîne d’approvisionnement et de commerce électronique interentreprises.

                            Il y a de quoi s’inquiéter, certainement, sur plusieurs plans et non les moindres :

                            Que deviendront les Industries automobiles de l’Europe et des Etats-Unis (déjà en crise) ?

                            Quand chaque famille chinoise aura sa voiture, où en serons-nous des problèmes de l’effet de serre, du CO2, réchauffement de la terre, des ressources énergétiques et j’en passe ?

                            Ne parlons pas, pour le moment du moins, du reste de l’Asie, du Moyen Orient et de l’Afrique...

                            Avec toutes les délocalisations dans ce secteur et ailleurs, nos revenus qui « SMICalisent » ou se RMIsent, petit à petit, pourrions-nous pouvoir acheter une petite bagnole chinoise ou coréenne ou devons-nous commencer, dés maintenant, à remettre en route des vieilles chaînes pour fabriquer des vélos et des solex ou pratiquer l’élevage intensif des dromadaires ? smiley)

                            Bien à vous


                            • Internaute (---.---.2.159) 3 juillet 2006 20:36

                              Les voitures chinoises c’est bien, mais les salaires chinois c’est encore mieux ! Ah tous ces vieux ringuards qui craignent le changement. N’ayez pas peur, la pauvreté c’est l’avenir !

                              J’espère surtout que ceux qui écrivent ce genre d’artile sont prêts à voir leur pouvoir d’achat divisé par 10.

                              « Déjà, outre-Atlantique, l’entrepreneur américain, Malcolm Bricklin, sonne le glas en prévoyant l’introduction de 250 000 Chery dès 2007 proposées à un prix inférieur de 30 % à des modèles américains comparables. » Quelle chance ils ont ces américains ; enfin des autos pas chères. GM licencie à tour de bras plus de 35.000 personnes à Detroit et appelle Renault au secours. On met les américains de Detroit au chômage et avec leur indemnité de licenciement on leur vend du chinois à 30% moins cher. Ensuite il ne leur restera ni l’argent ni le boulot mais tant pis pour eux. Il n’avaient qu’à voter pour d’autres politiciens.


                              • andre (---.---.254.211) 11 décembre 2006 15:34

                                Où peut-on trouver les adresses des concessionnaires ou importateurs en France ou à défaut en Europe. Merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès