Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Lettre d’un prisonnier politique au sein de l’Union (...)

Lettre d’un prisonnier politique au sein de l’Union Européenne

Un prisonnier politique au sein de l’Europe, le « Mandela » de son pays, dans une Slovénie de nouveau sous la coupe des anciens cadres du Parti yougoslave, qui ont su profiter de la crise économique pour mettre en œuvre leur expérience séculaire en matière de manipulation de l’opinion publique . Condamné pour avoir reçu une « promesse de cadeau » et non pas pour corruption, comme la plupart des journaux français écrivent, Janez Jansa (prononcer Yannsha), l’artisan de l’indépendance et deux fois premier ministre de son pays mène sa campagne électorale de sa cellule de prison.

JPEG - 31.8 ko
Arrivée de Janez Jansa en prison

Janez Jansa, c’est celui qui a arraché son pays des griffes de la guerre, il y a un quart de siècle. Communiste déclaré , il fallait l’être à l’époque, pour peu que l’on aspirait à des fonctions publiques, il a rompu avec la langue de bois, ce qui lui a valu une véritable fatwa pour apostasie de la part des apparatchiks du Parti, qui s’opposaient à l’indépendance de la Slovénie par tout les moyens.

Ils l’ont jeté en prison, déjà à l’époque, il y a un quart de siècle, dans cette vallée où les seuls oiseaux que l’on entend chanter, sont des corbeaux, comme il l’écrit dans un récent récit. Pour avoir divulgué les plans secrets de la clique de Milosevic qui comptait bien « refidéliser » une Slovénie de plus en plus récalcitrante à l’idéologie du Parti. Au début de la guerre yougoslave, il était ministre de défense du pays qui venait de valider son indépendance par un référendum, plébiscité à la quasi-unanimité. Il le fallait bien, tout le monde savait que cette histoire allait mal finir et qu’il fallait s’extirper du bourbier balcanique. Mais les apparatchiks yougoslaves, jurant d’avoir sa peau coûte que coûte, ont réussi, au nom de la transition pacifique, à éviter la lustration et ainsi conserver les ficelles du pouvoir. Jansa a malgré eux composé avec obstination et patience pour faire de son pays le premier succes-story parmi les nouveaux venus des anciens pays communistes dans l’Europe.

Mais en 2008, lors du début de la dernière crise économique , les communistes ont actionné les leviers de la démagogie dont ils possèdent l’alchimie, rassemblant les mécontents dans les rues en martelant leur yougonostalgie avec l’obligatoire « c’était mieux avant ! ». Leur « tout sauf Jansa ! » est répété comme une mantra par les médias qu’ils ont réussi à garder sous contrôle, notamment l’ex bulletin du Parti « DELO » (Travail), ayant curieusement réussi à se maintenir comme journal de référence, qui œuvrait laborieusement à ternir l’image de l’apostat en publiant des rumeurs totalement infondées sur sa famille et en le diffamant. Un contrat de modernisation des forces armées slovènes avec l’entreprise finlandaise « Patria » est passé au peigne fin par ces fins limiers yougonostalgiques. Jansa, premier ministre lors de la signature de ce contrat est évidemment automatiquement soupçonné de commissions occultes par les anciens cadres du Parti et leurs héritiers, profitant de la vengeance de certains cadres d’une entreprise autrichienne concurrente dans l’appel d’offres. Le procès initié par les yougonostalgiques se déroule aussi en Finlande, où cependant tous les accusés sont acquittés. Le tribunal slovène condamne finalement Jansa pour avoir reçu une « promesse de cadeau », sans que l’enquête puisse établir où, quand, par qui, rien non plus sur la nature du « cadeau ». Les juges mis en place par « les tontons des arrières », anciens cadres du système yougoslave, l’ont condamné au cours d’un procès politique et emprisonné à 3 semaines des élections, comme par hasard.

Cet abus caractérisé du système judiciaire slovène par les anciens apparatchiks yougonostalgiques a peu touché l’opinion publique à l’étranger. La presse française a faussement clamé qu’il était en prison pour corruption et non pas pour avoir reçu , d’ailleurs sans qu’une preuve ait pu être fournie, une promesse de cadeau. Lasse des histoires des politiciens corrompus, l’opinion publique occidentale s’est complétement désintéresse. Il s’agit pourtant d’un prisonnier politique au sein de l’Union Européenne, un opposant otage des vieux démons totalitaristes

En Slovénie, en revanche, des milliers de manifestants défilent tous les jours devant le tribunal, allumant les cierges pour la mort de l’Etat de droit. De nombreux juristes et experts en droit mettent en évidence la non-validité de ce jugement.

Le texte suivant, il l’a écrit le 29 juin das sa cellule de maison d’arrêt. Il y livre sa vision d’un monde nouveau, où l’égalité des chances sera le fruit de la connaissance véhiculé par le réseau mondial. Une vision de geek qu’il a toujours été et un plaidoyer pour une société nouvelle, connectée et composée d’individus libres et souverains. Il me va droit au coeur – j’y adhère presque complétement.

Presque, parce que je ne suis ni partisan de Jansa, ni membre de son Parti Démocrate Slovène. Juste un observateur de la politique de mon pays natal. Il y a des choses qui me gênent dans sa ligne politique, notamment l’attachement à la religion de ses nombreux soutiens ; personnellement, je ne vois pas d’avenir dans les religions, mais plutôt dans l’humanisme et la science. Également, sa sémantique libérale american style me semble peut-être un peu déplacée dans cette Europe en crise, les trolls populistes et démagogues s’engouffreront dans cette brèche. Mais je lui dois bien ça, à Janez Jansa, il a en effet libéré mon pays natal de la dictature et du totalitarisme. Certains le comparent à Vaclav Havel, d’autres à Nelson Mandela, moi je vois surtout un homme clairvoyant en prison à cause de sa clairvoyance.

 

Janez Jansa : Deux niveleurs fondamentaux : l’éducation et l’Internet

De nouvelles opportunités pour une plus grande prospérité, nouvelles dimensions de la démocratie. « 

« La souveraineté de l’humain est cachée dans la dimension de la connaissance » dit la phrase la plus célèbre de Francis Bacon. « Deux égaliseurs de base dans le monde d’aujourd’hui sont l’éducation et l’internet », était cette année le message de l’une des tables rondes du Forum économique mondial à Davos, en Suisse. Cette estimation est valable non seulement pour les pays développés, mais pour n’importe quel environnement de la planète. Si l’éducation a toujours été le plus grand facteur de l’égalité des chances, internet est disponible seulement depuis peu. Mais dans cette courte période les possibilités d’accès à la connaissance ont été multipliés par mille. L‘Histoire perçue, cette ressource inestimable, recueillie et conservée dans les archives, est aujourd’hui largement disponible, par des moyens techniques simples et rapides, de plus en plus à la portée de tout le monde. Les pays gérés démocratiquement en faveur de la prospérité partagée disposent par ce biais d’un guide très simple pour déployer les investissements. Comme d’ailleurs le secteur privé, cherchant la valeur ajoutée et le bénéfice, qui a lui aussi un intérêt direct dans ces investissements et dans leur soutien : il bénéficie d’une main-d’œuvre plus instruite, mais y trouve également un moyen d’améliorer ses infrastructures. Théoriquement, le développement a atteint le point le plus optimiste de l’Histoire où il est possible en termes de capitalisme libéral et de la globalisation, de trouver une jonction réelle, tangible, fonctionnant dans la pratique, entre la tendance sociale à l’égalité et la création des richesses, une connexion qui n’est pas basée sur la redistribution coercitive entre les plus et moins prospères et travailleurs, mais qui augmente les chances de succès et de bonheur de chacun, où qu’il soit né. Lorsqu’un individu d’un niveau d’éducation moyen mais solidement acquis a accès à Internet, il dispose d’une accumulation de connaissances qu’uniquement les plus grandes universités et institutions possédaient il y a à peine un quart de siècle. Les notions de concurrence et le concept de l’humain en tant qu’élément du marché se sont métamorphosées jusqu’à la méconnaissance. Si les chances de succès dans la vie d’une personne dans un environnement moyennement développé ont été décuplées, elles demeurent cependant limitées, en grande partie par la capacité individuelle dans l’accès à cette connaissance et par le savoir-faire dans son exploration. Ce dernier est aujourd’hui un défi-clé pour tout système éducatif. Il est en effet impératif d’enseigner, d’éduquer, de former l’élève à l’utilisation de cette énorme quantité d’informations et de connaissances disponibles afin qu’il puisse trouver son chemin dans cet internet où tout existe, pour rester concentré sur la recherche désirée et ne pas dévier vers les labyrinthes du contenu léger. Tout individu qui termine l’école avec les connaissances nécessaires pour la bonne navigation dans cet univers, sera couronnée de succès dans la vie.

De nouveaux modèles de démocratie

L’essor de l’internet a rendu techniquement possible non seulement le progrès matériel et l’égalité des chances au départ, mais aussi le vote électronique. Et , ce qui est bien plus important, l’aptitude à exercer la prise de décision directe. Quand la démocratie directe est techniquement possible, elle devrait en principe se mettre en œuvre immédiatement. Même plus. Chaque électeur moyen devrait pouvoir se familiariser à sa guise avec tous les aspects de l’affaire sur laquelle il doit trancher. Jamais auparavant il ne disposait de cette possibilité. D’un autre côté il serait bon de savoir si nous avons suffisamment de maturité pour ne pas permettre aux développements technologiques à devancer le progrès humaniste. En outre, la mondialisation et l’Internet nous apportent tous les jours de nouvelles découvertes et les structures sclérosés des pays et des organisations internationales ont du mal à suivre. Le secteur privé, par sa souplesse, possède mieux la dynamique de l’amélioration et de l’innovation dans la production marchande, Cependant, il existe aujourd’hui une panoplie de nouveaux modèles de prise de décision démocratique qui ne sont plus une utopie et pourraient très bien fonctionner dans la pratique. Modèle suisse élargi, en combinant la démocratie parlementaire et directe, devrait être déjà en mesure de se mettre en place de partout. Les électeurs pourraient confirmer ou rejeter soit tout soit seulement les lois et les décisions les plus importantes. On pourrait par exemple soumettre à la décision populaire les lois dont le soutien des parlementaires n’atteint pas la majorité des deux tiers. Ou alors des lois rejetées par le sénat ou le président, etc. Bien sûr, bien de dangers guettent ces nouveau modèles de démocratie. Le premier est aussi vieux que la démocratie elle-même. Bien illustrée par un proverbe persan qui dit que la démocratie athénienne avait les caisses toujours vides et qu’elle était militairement une proie facile. Cette phrase nous enseigne que la majorité sait prendre des décisions quand il s’agit de la consommation, mais bien moins quant à l’innovation et à la sécurité. L’accès direct à l’information, qui était autre fois privilège des riches et/ou du Pouvoir, relativise fortement ce danger, mais pas complètement. Un autre risque est l’hyper-surveillance. Les récents scandales de divulgation des contrôles des organismes américains sur l’ensemble de la communication électronique mondiale ont révélé la vulnérabilité des données sur le réseau. Ce risque est actuellement gérable par la protection, mais peut très vite devenir insuffisante, si les agences s’équipent des ordinateurs quantiques qui leur donneraient une capacité quasi illimitée. Dans ce cas, l’exposition serait telle que l’électeur moyen ne ferait jamais confiance ni au secret électoral, ni à la certitude que sa voix soit prise en compte, ce qui détruirait le système électronique de prise de décision comme un moyen d’élections justes et simples. La confiance est une condition préalable pour qu’un modèle de prise de décision démocratique fonctionne bien dans la pratique.

L’éducation et l’Internet en termes de globalisation

Au printemps de 2011, j’ai dirigé une délégation d’observateurs américains aux élections présidentielles de Nigeria avec ses 150 millions d’habitants. Nous avons entre autres visité les bureaux de vote dans les banlieues les plus pauvres de Abuja, où les gens vivent dans et autour des abris de fortune, sans eau courante ni électricité. Cependant, le dernier des adolescents avait dans les mains ou dans une poche un téléphone portable. J’ai parlé à un jeune homme de dix-huit ans, debout dans une longue file en attendant de voter pour la première fois de sa vie. Au cours de la conversation, quand il a appris que j’étais de Slovénie, il m’a déclamé tout ce qu’il savait au sujet de mon pays et ce n’était pas peu. En lisant sur son téléphone ce qui l’intéressait sur nous, il nous disait à quel moment la Slovénie est devenue indépendante et combien de buts a Zahovič et Pavlin ont marqués pour l’équipe nationale. Il n’a même pas mis 20 secondes pour accéder aux données et il savait en faire bon usage dans sa communication. Nigeria, où la grande majorité de la population n’a jamais utilisé un téléphone fixe ou regardé la télévision en noir et blanc, est connue pour ses riches réserves de pétrole et de minerais , mais aussi pour des émeutes , attentats et enlèvements. Mais il est moins connu que l’ancienne puissance coloniale britannique, leur a laissé, certes en dehors de nombreuses tares, deux héritages : en premier un système scolaire qui encourage les enfants à trouver des solutions, à la débrouille, à la créativité et en deux, les médias libres, pluralistes. Un adolescent nigérien moyen en sait bien plus sur la Slovénie qu’un lycéen moyen slovène sur le plus grand pays d’Afrique. Et la campagne électorale, malgré des incidents occasionnels dont les médias du monde entier font un large écho, semble correcte, l’égalité des chances des candidats et des partis pour l’accès aux médias et aux ressources financières semble assurée. Presque tous ceux à qui j’ai parlé, m’ont surpris par leur vision d’avenir. Lors des premiers contacts avec les Nigérians , les étrangers leur sortent généralement l’obligatoire : « Oui, vous les Nigérians , vous avez beaucoup de chance, vous avez du pétrole, du minerai, de l’or,des diamants, vous n’allez pas tarder à être aussi riche que les Émirats ou la Norvège. » Les réponses sont surprenantes. Les stocks de pétrole ne sont pas perçus comme une grande opportunité, mais plutôt comme une raison de crainte d’attaques terroristes et de corruption. Ils voient, en revanche, une grande opportunité pour des dizaines de millions de jeunes gens instruits et talentueux, pleins d’initiatives, qui, après une expérience acquise souvent à l’étranger, retournent chez eux et démarrent une variété d’entreprises. Au début de l’année 2014 le Nigeria, après avoir été il n’y a pas si longtemps l’un des pays les plus pauvres du continent noir est devenu la plus grande économie de l’Afrique, a dépassant l’Afrique du Sud, en tête depuis des décennies. Et pas à cause du pétrole.

Ordinateurs et Milka Planinc (ancienne dirigeante yougoslave d’origine slovène)

Au printemps 1984, j’ai pris la parole. Andrej Brvar, alors président l’Union de Jeunesse Socialiste Slovène, a écrit une lettre officielle au nom de son organisation à la présidente du Conseil Exécutif (gouvernement) de Yougoslavie Milka Planinc , l’appelant à l’assouplissement des conditions de l’importation des ordinateurs personnels en Yougoslavie. C’est moi qui ai écrit le texte de la proposition sur ​​un MAC128 encore sans jeu de caractères étendus, mais qui avait l’avantage que les agents des douanes le prenaient pour un poste de télévision en noir et blanc. Les importations étaient très limités à l’époque, les concessionnaires privilégiés aux certificats d’importation de Belgrade pratiquaient des marges colossales et le nombre d’ordinateurs qui pouvaient être importés était très limité. Nous avons bien reçu la réponse à notre requête, mais avec les termes de la langue de bois bureaucratique et bien sûr, négative. Nous avons essayé de continuer par d’autres voies officielles mais le résultat était similaire.

Les ordinateurs ont donc ont été importés par toutes sortes de subterfuges illégaux et mi-légaux, déclarées en tant qu’écrans de télévision, destinés à l’importation temporaire, etc. Quelques années plus tard le Pouvoir a permis l’importation des PC de bas de gamme dans les mêmes conditions que les importations de l’électronique grand public, un par personne et avec les droits de douane élevés. Néanmoins, des dizaines de milliers de familles slovènes et de particuliers se sont équipés de PC à la fin des années 80, ce qui a fait fleurir des centaines de startups et d’artisans, même les grandes entreprises improvisaient avec l’introduction de la micro-informatique dans les processus de production et du SAV.

Depuis dix longues années déjà, nos pairs ou partenaires d’affaires dans l’Ouest achetaient librement la technologie informatique à des prix toujours plus bas en améliorant considérablement leur productivité et la qualité de leurs connaissances et compétences, alors que chez nous on avait des salaires moins élevés et cette technologie était deux fois plus chère et difficile d’accès .

Lorsque vous devez expliquer à un agent des douanes yougoslaves formé au Kosovo que vous voulez déclarer un ordinateur PC, il faisait en général preuve d’une grande adversité bureaucratique, il va aussi sans dire que le demandeur était considéré comme potentiellement suspect.  Une telle attitude incompréhensible ,rigide, et bureaucratique envers la percée technologique, envers le big-bang de l’ordinateur, a fait que le pouvoir d’achat en Slovénie était, dans la décennie avant l’indépendance, à la traîne d’environ 7 ou 8 points par rapport à l’Ouest. En 1938, le salaire moyen dans la partie de la Slovénie dans le Royaume de Yougoslavie, était près de 80% du salaire moyen en Autriche. En 1990, juste avant l’indépendance, le salaire moyen en Slovénie n’atteignait même pas 30% de l’autrichien. Pourtant, nous vivions dans le socialisme triomphant et les Autrichiens dans le capitalisme pourri. Ils étaient aussi les perdants, en tant qu’annexés au Troisième Reich, et nous les gagnants de la Seconde Guerre mondiale.

L’opportunité que nous ne voyons pas, ou que tous ne veulent pas voir

En 2005, nous avions parmi les principaux projets du gouvernement le développement des autoroutes de l’information. L’objectif était de connecter en haut-débit en premier toutes les institutions publiques d’enseignement et autres, puis tous les villages et tous les ménages. En quatre ans, l’objectif a été largement atteint, mais ce développement nécessite une connexion haut débit à large bande sans fil. Certaines petites municipalités, même urbaines, se sont particulièrement distingués en organisant un accès gratuit pour leurs résidents. Il n’est sans doute pas un hasard si Maribor l’a eu plus vite que Ljubljana la capitale, même si à l’époque le maire de Maribor apparaissait comme un nouveau venu du dernier patelin, et celui de Ljubljana comme un gestionnaire des plus compétents et cosmopolites.

Les infrastructures de base en Slovénie aujourd’hui existent , pas une école n’en est privée. Il est temps pour la prochaine étape. Le système scolaire doit faire une transition rapide du papier à des manuels électroniques et à achever la métamorphose de l’école qui exige trop d’apprentissage par coeur d’innombrables faits, vers l’école qui fournit à l’élève et à l’étudiant la connaissances de base, en particulier le savoir-faire dans la gestion et l’utilisation de grandes quantités de connaissances et d’informations accessibles. Trouver son chemin dans cet univers informationnel pour réussir dans la vie, qui est de toutes façons toujours imprévisible.

Donc, pour l’école : tablettes et connexion haut débit sans fil, voilà les moyens techniques nécessaires et très importantes conditions préalables à un avenir acceptable. Fournir des informations en grand nombre, sous différentes formes et promptement. Les informations sur papier sont comme des charrettes comparés aux avions.

Voici donc les priorités du programme du Parti Démocrate Slovène pour le prochain mandat. Tablettes pour tous les lycéens et les collégiens. Le coût, qui sera de 48 millions d’euros dans la première année pour 234 500 élèves, sera considérablement réduit dans les années à venir. Effet : inestimable. Une famille avec un enfant en âge scolaire économise par ce biais 200 € de fournitures scolaires par an. Vous souvenez-vous quand nous avons consacré 50 millions d’euros pour sauver une seule entreprise ? Effet : discutable.

Mais ce passage du système scolaire slovène à l’ère numérique doit également inclure un volet éducatif. C’est une chose très simple, mais fondamentale. L’école, son mode de fonctionnement et ses programmes d’études doivent être imprégnés des approches à partir desquelles les élèves acquièrent ou améliorent la capacité de distinguer entre le bien et le mal. C’est l’essence même de toute éducation positive. Si la capacité de cette distinction dans l’humain en développement manque, l’individu adulte qu'il devient a beau être très efficace dans la vie, les résultats de cette efficacité serons toujours discutables.

Joindre la qualité et la responsabilité dans l’éducation grâce à l’utilisation d’outils modernes pour un accès rapide à la connaissance est le moyen le plus rapide pour éduquer des individus souverains et responsables, qui sont la plus grande richesse d’une nation et une condition préalable à la prospérité et la confiance globale dans le monde. C’est aussi un départ pour rechercher de nouvelles formes de démocratie, ce qui peut éliminer de façon permanente une série de lacunes systémiques qui ont conduit l’actuel système de démocratie parlementaire, le meilleur système parmi les pauvres, vers une perte de confiance. Aucun autre sujet dans la période pré-électorale normale, où il y a collision entre l’opinion sur notre vie et le développement dans les années à venir, ne devrait pas être plus important que le débat sur ​​la façon dont les deux niveleurs-clés de l’égalité des chances doivent, autant que possible, se renforcer. À condition, toutefois, que nous aspirons vers la paix et la prospérité futures. Et l’on ne veut certainement pas se trouver avec des personnes non souveraines, manipulables par la machinerie propagandiste. Aucune entreprise, aucune chaîne de supermarchés, aucune statistique ne sont plus importantes que ce débat et les décisions qu’il peut apporter. Il est certainement plus urgent qu’une confrontation pré-électorale stérile sous la forme d’un questionnaire pour les enfants sur la première chaîne et une dispute sur ​​l’autre. Malheureusement, aujourd’hui la Slovénie ne bénéficie pas d’une campagne électorale normale. Les gens à cause de qui nous avons eu autant de mal à importer un ordinateur en Slovénie sont de nouveau au pouvoir. Les mêmes à cause desquels nous nous sentions jadis mal à l’aise devant un douanier kosovar à la frontière autrichienne. Il est toutefois nécessaire de clamer l’importance de cette opportunité à qui veut l’entendre, pour ne pas encore la laisser passer.

Janez Janša, Maison d’arrêt de Puščava, Slovénie, 29/06/2014
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 2 juillet 2014 10:17

    bof...Quand on veut faire de la politique..on s’expose à recevoir des coups des adversaires..Si il est en Prison c’est tout simplement de sa faute..Pas de quoi en faire un article.. ?


    • Deneb Deneb 2 juillet 2014 10:25

      Des coups bien bas pour un héros dans son pays. Je ne suis pas contre l’enfermement des politiques, encore faut-il commencer par ceux qui sont réellement coupables.


    • claude-michel claude-michel 2 juillet 2014 10:33

      Par Deneb...Redescendez sur terre...de nos jours un homme politique n’est plus un héros..mais un pragmatique dans l’empirisme..une façon de faire carrière en dominant les autres..Un « Tartuffe » qui profite de la stupidité du peuple pour le manipuler.. !

      Drôle de héros... ?

    • Bubble Bubble 2 juillet 2014 10:40

      @Claude Michel : Je préfère largement un supposé tartuffe car politique avec une vision claire et des propositions précises comme ce monsieur Janša, qu’un pessimiste sauce « tous pourris, rien à faire » qui n’apportera rien à personne.


    • claude-michel claude-michel 2 juillet 2014 10:50

      Par Bubble...Libre à vous de penser de la sorte...mais vu l’état de notre planète aux mains des politichiens..je me pose des questions tout simplement sur la moralité de ces personnages..Pas vous.. ?


    • Deneb Deneb 2 juillet 2014 10:51

      Merci, Bubble, je vois qu’au moins vous, vous avez lu l’article.


    • claude-michel claude-michel 2 juillet 2014 10:56

      Par Deneb...Heureusement que sur Agora on trouve (rarement) quelques personnes dignes d’écrire un article..(ce n’est pas pour vous..)

      Affligeant..

    • Deneb Deneb 2 juillet 2014 10:48

      Dernière nouvelle : on vient de priver Jansa de son avocat, en l’assignant pour résistance à la décision de justice. Un avocat qui ose défendre son client, inacceptable pour les yougonostalgiques.


      • filo... 2 juillet 2014 11:54

        @deneb

        Au moment d’écrire cet article avez vous fumé « la moquette » ?

        Vous étiez dans un état second, c’est sûre !

        Janez Jansa est un sal type. Sous officier de l’armée yougoslave à l’époque, après avoir fat des grosses conneries, concernant la haute trahison, il était inculpé et condamné par la justice militaire yougoslave. Il devait aussi partir en prison :

        Les bienfaisants, ceux qui ont détruits la Yougoslavie, l’ont conseillés de se transformer en pauvre victime. Et il c’est mit à hurler comme un cochon qu’ont égorge.

        Ensuite il a eu un battage médiatique énorme fait par ces « pays amis de la Yougoslavie » ce qui a précédé en réalité des évènements tragiques yougoslave.

        Maintenant ce même Jansa utilise les mêmes méthodes mais pour quel but ?

        Encore une dislocation ; cette fois ci de la Slovénie ?

        Votre photo montre tout au plus qu’en Slovénie il y a encore des moutons prêts à suivre aveuglement.

        Monsieur, je n’ai jamais connue quelqu’un qui a un raisonnement aussi biaisé comme vous.

        A votre place, je songerais sérieusement à me soigner.


        • Deneb Deneb 2 juillet 2014 12:05

          Mensonges, diffamation et insultes. Voilà tout ce qui reste comme arguments aux communistes.


        • Deneb Deneb 2 juillet 2014 17:40

          « Votre photo montre tout au plus qu’en Slovénie il y a encore des moutons prêts à suivre aveuglement. »

          Un peu facile. Quel insoutenable orgueil peut-il pousser un homme à qualifier les manifestants de « moutons » ? Vous n’avez sans doute jamais manifesté !


        • scylax 2 juillet 2014 12:48

          @Deneb


          Mon pauvre Deneb. Le marigot « Agoravox » est infesté de rouges, plus exactement de rouges-bruns, adorateurs tout à la fois de feu-Chavez, de feu-Milosevic, de Poutine, du crétin de Corée du Nord (ça c’est pour le rouge) et de Rafsandjani, de feu-Khadhafi, d’Hitler, de Pétain (ça c’est pour le brun).
          Complètement abrutis par 40 ans de destruction de l’Education nationale, ces analphabètes répètent sans cesse la même antienne comme des maniaco-dépressifs, qu’ils sont en fait.

          • filo... 2 juillet 2014 13:19

            @Scylax

            Ah, voici un pollueur et démolisseur d’AV qui vient secourir Deneb !

            C’est vrai qu’il a bien besoin.

            Scylax qui publie ces articles depuis 1er Mars de cette année.

            Ensuite et déjà 15 jours après il devient modérateur. Et en 3 mois, à peine, il a déjà « modéré » 639 article dont 70.4% négativement (saqués, pour parler vraie)

            Une référence pour AgoraVox ? 

             


          • Deneb Deneb 2 juillet 2014 13:25

            Merci Scylax. En effet, je suis assez inconscient de publier cet article dans ce repère des amateurs des totalitarismes et d’ennemis de la démocratie. Mais vous êtes la preuve qu’il y reste une poignée des gens raisonnables. C’est à ceux-la que je m’adresse.


          • filo... 2 juillet 2014 12:50

            @deneb

            Le 29 juin dernier lors de nos échanges des commentaires vous m’avez pas répondu aux questions, copie ci dessous (actuelles aussi dans ce cas d’aujourd’hui) :

            Finalement vous êtes où ?

            Vous êtes très critique envers la France, malgré ça vous vivez en France.

            Paradoxale.

            Vous crachez sur la Serbie et pourtant vous avez votre famille qui vit là-bas.

            Tout aussi paradoxale.

            Etes vous alors un maso incurable ?

            Ou bien vous étiez un mal aimé dans votre enfance et que maintenant vous cherchez par tous les moyens d’attirer l’attention sur vous ?

            Je vous sens très mal dans votre peau.


            • Deneb Deneb 2 juillet 2014 13:18

              filo : « Finalement vous êtes où ? »

              Fidèle à mes valeurs de liberté et de l’humanisme, je ne roule ni pour un pays, ni pour un parti, contrairement à vous.


            • scylax 2 juillet 2014 17:17

              Et vous, vous crachez bien sur la France, tout en y résidant !


            • Deneb Deneb 2 juillet 2014 17:29

              Je na crache pas sur la France, Sylax, mais je ne me suis jamais gêné pour dénoncer ce que je juge injuste, je ne suis pas un béni oui-oui. Même chose pour Jansa, je dis bien que je ne soutiens pas entièrement ses idées, mais celles uniquement celles concernant sa vision d’une société connectée.
              Citez, où j’ai « craché » sur la France et on s’expliquera.


            • filo... 2 juillet 2014 18:12

              @deneb

              Une réponse ambigu qui correspond parfaitement au personnage que vous êtes.

              Votre article n’est pas fait pour informer mais pour désinformer ! 

              Comme si ce peuple yougoslave, martyr n’a pas eu assez des mensonges qui lui ont causées tant de morts et des souffrances.

              Honte à vous Monsieur !

              Je constate que vous n’avez pas compris dans cette affaire une chose pourtant élémentaire, basic, qui saute aux yeux : La Slovénie ne sera plus jamais aussi bien comme à l’époque qu’elle était la république yougoslave !


            • Deneb Deneb 2 juillet 2014 18:24

              Quel peuple yougoslave, filo ? Vous m’avez l’air bien calé sur la question.


            • scylax 2 juillet 2014 19:08

              @deneb.


              Je répondais à filo, pas à vous nien sûr.

            • Deneb Deneb 2 juillet 2014 19:18

              Pardon, sylax, c’était ambigu, il est vrai qu’il m’arrive d’émettre des critiques parfois virulentes que d’aucuns me reprochent vertement. Quant au troll filo, en dehors de sa forte propension à l’insulte, il masque sa non-maitrise manifeste du sujet par des attaques ad-hominem et les phantasmes identitaires.


            • Deneb Deneb 3 juillet 2014 08:14

              Filo est juste une des multiples identités de Michel Maugis, un stalinien tendance nazi, je reconnais en effet les mêmes entourloupes sémantiques et une montagne de mauvaise foi caractéristique. Contrôlant une flopée d’avatars, ce tricheur et insulteur notoire, spammeur de métier, est une vraie plaie d’Agoravox et la raison d’abandon de de la plupart de ceux qui viennent ici pour discuter de manière civilisée.


            • filo... 3 juillet 2014 11:03

              @deneb

              « Quel peuple yougoslave,... »

              Ce peuple yougoslave qui se sentaient yougoslaves et ceci avant d’être slovènes, croate etc. Ils étaient majoritaires à l’époque yougoslave et encore maintenant ils sont très nombreux à se revendiquer comme tels.

              Savez vous que chaque fois quand il y a une fête ou commémoration concernant ex-Yougoslavie ils sont très nombreux à se ressembler et parmi eux ce sont les slovènes qui arrivent le plus nombreux.

              Vous êtes un renégat !


            • Deneb Deneb 3 juillet 2014 12:45

              Il n’y a pas, et il n’y a jamais eu de peuple yougoslave. La yougoslavie fut une fédération de 5 peuples, arrêtez votre délire d’ignorant.


            • filo... 3 juillet 2014 13:09

              @deneb

              « Filo est juste une des multiples identités de Michel Maugis... »

              Ce commentaire montre que vous êtes en plein délire. Courez vite voir un psy, peut être que ça se soigne.


            • Deneb Deneb 3 juillet 2014 17:13

              Quand tu es mort, tu ne le sais pas ; ce n’est pas dur pour toi, mais pour les autres.
              Quand tu es con, c’est pareil.


            • Deneb Deneb 2 juillet 2014 19:47

              Existe-t il un agoravox en dehors des habituels trolls insulteurs ? Je commence à avoir de sérieux doutes.


              • ahtupic ahtupic 3 juillet 2014 09:06

                Vous devriez partir d’AV, ca ferait un troll de moins.


              • Deneb Deneb 3 juillet 2014 09:36

                Tiens, un autre avatar de Michel Maugis. Venez petits petits petits...


              • filo... 3 juillet 2014 11:44

                @ahtupic

                Félicitation pour votre remarque pertinente.

                Deneb est aussi un pollueur su AV avec ses commentaires à tire-larigot.

                 


              • Deneb Deneb 3 juillet 2014 12:02

                Jubilation du ver de terre maugis et ses avatars filo et atupic


              • xmen-classe4 xmen-classe4 2 juillet 2014 20:54

                moi aussi, en bretagne , nous avons ce droit d’eetre prisonier politique, obligé et souvent catholique.


                • Deneb Deneb 3 juillet 2014 09:20

                  Avec le leader de l’opposition en prison, un journaliste a demande au ministre slovène Karl Erjavec, si OSCE compte surveiller les éléctions en Europe. Le ministre déclare qu’OSCE lui a dit que la surveillance des élections n’était pas nécessaire. Renseignement pris, l’OSCE infirme. Le ministre ment donc, de manière éhontée. Les prochaines élections législatives en Slovénie seront donc aussi impartiales que celles d’Iran ou la Corée du Nord.
                  https://www.youtube.com/watch?v=mINx34Bgfh0


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 juillet 2014 12:11

                    Bidon. Le Jaja est en taule pour avoir touché du pognon en douce lors du rééquipement de l’armée slovène. Il a été jugé normalement et condamné normalement.


                    Oh, bien sûr, il a accusé les autres pour essayer de se dédouaner mais lui et ses copains n’ont jamais apporté le moindre preuve de ce qu’ils avancaient.

                    L’histoire habituelle de l’ UMP locale, quoi.

                    • Deneb Deneb 3 juillet 2014 12:41

                      marvin : aucune preuve, renseignez vous. Officiellement il est soupçonné (mais pas prouvé) d’avoir reçu une promesse de cadeau. Son procès et sa condamnation indigne tous ceux qui connaissent le droit, en Slovénie et ailleurs.


                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 juillet 2014 18:56

                      La seule chose qui soit restée sans preuve, ce sont les contre-accusations de Jaja qui nous la joue Sarkozy slovène.

                      D’ailleurs, Jaja a aussi été condamné pour diffamation envers la procureure et fausses accusations.

                      On dirait que c’est atavique chez ces gens-là...

                    • Deneb Deneb 3 juillet 2014 19:50

                      Jansa n’a rien avoir avec Sarkozy. Sarkozy n’est pas chef de son parti jeté en prison juste avant les éléctions législatives par la mafia communiste ayant évité la lustration.


                    • Deneb Deneb 3 juillet 2014 20:17

                      D’ailleurs Marvin, quelle contre-accusation ?


                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 4 juillet 2014 11:26

                      C’est tout comme. On a entendu le nain gueuler comme un porc qu’on égorge parce que la Justice travaille normalement à enquêter sur de possibles malversations diverses.


                      Ce à quoi il n’est visiblement pas habitué.

                      Pas au courant sinon ?

                      Accusé en 2006 de corruption passive, il se défend en accusant à son tour la procureur d’être aussi corrompue et d’avoir aussi touché de l’argent de ses ennemis. Sans apporter la moindre preuve, ce qui lui vaut d’être aussi condamné pour cela.

                      Quand au « juste avant les élections », le système judiciaire n’est pas tributaire des délais politiques.

                      De plus, ces élections ont lieu car Jaja a été démis de ses fonctions suite à la perte de sa majorité.

                      On est loin d’avoir ici un bouc émissaire innocent...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès