Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Liban : et maintenant quelle suite ?

Liban : et maintenant quelle suite ?

 

 

 

Nous en sommes à la quatrième semaine de conflit. L’échec (relatif) de la conférence de Rome verra une nouvelle confrontation des points de vues sur la conduite de cette crise au sein du conseil de sécurité.

L’Europe, ce « vieux » continent, formé de « vieux » Pays, a délibérément pris le parti de la sagesse et du droit international. Cette position est non seulement respectable aux yeux du monde civilisé mais tellement confortable dès lors que seuls les Etats-Unis assument notre protection voire notre existence.

Cette sagesse dont se réclament nombre de nos dirigeants s’apparente peut être à une certaine forme de lâcheté. Il est toujours plus aisé quand, protégés par ceux qui assument les risques en première ligne, de critiquer le bien fondé de l’utilisation de la force.

Il est évident aujourd’hui que cette opération n’a pas été provoquée par l’enlèvement de deux ou trois soldats Israéliens, ce prétexte justifie une opération d’envergure planifiée de longue date, non pas par Israël seul mais par les Etats-Unis eux-mêmes.

Sans entrer dans les détails d’une planification militaire qui nécessite des mois et des mois de préparation nous pouvons imager cette approche en disant que ce type de travail correspondrait à une grande partie d’échecs dans laquelle tous les coups seraient envisagés ainsi que les ripostes.

L’étude du terrain, déjà intégrée dans tous les logiciels militaires US, permettant d’anticiper toutes les réactions possibles de l’adversaire, ces réactions seraient analysées ainsi que tous les moyens et les ordres à donner pour l’ensemble des forces présentes sur le terrain. (Ordres eux-mêmes intégrés dans des logiciels de conduite.)

L’aspect connaissance due aux renseignements militaires qui crédibilisent les actions engagées repose en fait sur un travail qui remonte à plusieurs années.

Il est évident que toutes le positions actuelles du Hezbollah sont connues des états-majors israéliens et US. Le résultat de cette connaissance repose d’une part sur l’observation permanente des satellites US ainsi que sur les renseignements (humains) validés sur le terrain.

A titre d’exemple lors de la guerre du Kippour l’état major Israélien connaissait l’identité de tous les officiers jusqu’au niveau des commandants de compagnies (capitaines) qui se trouvaient face à eux. Connaissance qui remontait jusqu’à leur période passée dans les différentes académies militaires, leurs caractères, leurs notations, leurs manière de réagir dans toutes les circonstances auxquelles ils avaient pu être confrontées, même en manœuvre.

Il est évident que, comme aux échecs, lorsque vous pouvez anticiper les réactions de toute la chaîne de commandement qui se trouve face à vous en connaissant d’avance tous les points faibles voir les faiblesses de l’adversaire, l’issue de la confrontation n’est pas truquée mais prévisible.

La réaction de nombreux Officiers généraux Américains au cours des derniers jours pose problème.

Quelles sont les véritables intentions de l’administration Américaine, quels sont les véritables objectifs et pourquoi ?

Le souhait d’éradication des moyens militaires du Hezbollah devient évident, mais cette phase qui nécessitera encore plusieurs semaines pour être conduite à son terme ne masque-t-elle pas d’autres objectifs dans une stratégie plus globale ?

L’amorce d’une réponse nous sera donnée dès la semaine prochaine :

  • Soit le conflit prend fin et une force d’interposition est déployée
  • Soit les conditions du déploiement de cette force font obstacle et le nettoyage

On en connaît pas les semaines nécessaires aux forces engagées sur le terrain avec le risque de plus en plus visible d’entraîner (d’abord) la Syrie dans cette épreuve. Mais après ?

Comme dans l’Empire Romain les nouveaux Césars appliquent ce vieil adage :

« Ta main gauche doit toujours ignorer ce que fait ta main droite »

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • gilles (---.---.102.41) 1er août 2006 14:00

    MOYEN ORIENT DEUX APPROCHES

    La crise LIBANAISE dévoile les conceptions divergentes des USA et des pays Européens sur cette région du monde.

    Il semblerait que les états unis, toujours pragmatiques, plaçant leurs propres intérêts stratégiques comme fondamentaux de leur politique extérieure, avanceraient à petits pas et limiteraient leurs actions au conjoncturel c’est-à-dire au tactique. (Première phase d’une vision plus globale de la stabilisation de cette région)

    L’action entreprise par l’armée israélienne, serait conduite avec non seulement l’approbation de cette grande puissance mais avec son concours dans l’élaboration de cette campagne et son soutien en matière de renseignement dans sa conduite même.

    L’élimination non pas du Hezbollah mais de la quasi-totalité des armements fournis par l’IRAN et la Syrie devient l’objectif tactique de cette campagne qui par ailleurs aurait l’approbation des pays membres de la ligue ARABE.

    La destruction complète de ces moyens de représaille dont la communauté internationale prend conscience (plusieurs milliers de missiles opérationnels) a donc un double objectif :

    - 1/ -Eradiquer ces armes qui font peser une menace intolérable sur ISRAËL

    -2/ Priver l’IRAN et la SYRIE de moyens de chantage dans la gesticulation géo politique en cours avec l’IRAN sur le développement de sa puissance nucléaire militaire.

    Le contrôle de cette région et le maintien d’une certaine stabilité sont impératifs pour les USA tant que ce pays dépendra du pétrole pour la survie de son économie. (Ce délais est actuellement estimé à 25 30 ans)

    L’action en cours aurait donc pour effet de gagner plus de dix ans dans le le gel immédiat de ce conflit en privant les adversaires d’Israël de tout moyens militaires crédibles.

    L’approche Européenne se place dans une perspective totalement différente. Celle du droit international et la recherche éthique d’une solution globale à la situation de cette région.

    L’Europe qui s’est volontairement placée sous la protection des USA depuis 60 ans déjà se refuse à prendre en compte avec lucidité les impératifs stratégiques américains qui pourtant garantissent non seulement notre sécurité mais plus encore nos économies.

    Ces deux conceptions, l’une pragmatique l’autre idéaliste car protégée sur l’essentiel par la première déboucheront sur une solution celle imposée par la parti qui détient l’autorité c’est-à-dire le pouvoir d’imposer « l’obéissance »

    Triste constat face à l’impuissance de l’Europe si ce n’et le discours que tous entendent, approuvent parfois mais toujours perçu comme irréaliste !


    • akad (---.---.202.42) 4 août 2006 16:43

      Il n’y aurait pas eu de divergences si les occidentaux raisonnaient en fonction des principes. Malheureusement ce n’est pas le cas.

      La contradiction existe même au sein de chacun de ces états européens :

      * La position d’Aznar est le contraire de celle de Zapatero

      * La position de Merckel est le contraire de celle de Schroder

      * La position de Berlusconi est le contraire de celle de Prodi

      * etc.

      Aucune logique autre que celle des intérêts.


    • gilles (---.---.102.41) 1er août 2006 14:06

      PALESTINE UN CRENEAU POUR L’AMORCE D’UNE PAIX JUSTE ET DURABLE

      La catastrophe humanitaire qui résulte de l’engagement des forces israéliennes au LIBAN, justifiée dans sa logique de guerre préventive, pour faire suite au déploiement du HEZBOLLAZ dans le sud LIBAN depuis la l’évacuation volontaire de l’armée ISRAELIENNE, ne doit pas occulter que sans doute pour la première fois depuis très longtemps, les approches convergentes des pays ARABES qui tous condamnent l’irresponsabilité de l’engagement du HEZBOLLAH ouvre un créneau pour enfin trouver un compromis acceptable par toutes les populations présentes.

      La condamnation de l’action du HESBOLLAH par les dirigeants de la LIGUE ARABE n’est pas sans arrière pensée, mais la crainte du renouveau de la vielle civilisation PERSE et du rôle de leader que retrouvera inévitablement l’IRAN dans cette région du monde au cours des 30 prochaines années, rend chacun plus pragmatique et permettra enfin la création des conditions d’un compromis acceptable par tous car prenant en compte les intérêts légitimes de chacune des communautés présentes.

      L’intérêt de cette région et les alliances passées avec les dirigeants des dynasties Pétrolières depuis la seconde guerre mondiale reste vital pour l’économie des USA et du monde occidental pour les 30 prochaines années, nécessaires au remplacement du pétrole comme énergie fondamentale de nos économies.

      L’ONU qui est co responsable de la création de l’état d’ISRAEL et des conséquences inévitables subies par le peuple PALESTINIEN depuis doit avoir le courage aujourd’hui de trouver un compromis politique et ensuite par la FORCE de le faire appliquer

      Le problème c’est que depuis sa création l’ONU ne dispose pas de force. Ce sont les états membres qui fournissent des contingents le plus souvent désarmés, « les soldats de la paix » dont les missions se limitent toujours à constater et à marquer une présence internationale. Dans le cas présent comme en ex Yougoslavie, la communauté internationale doit prendre ses responsabilités. Faire appliquer des décisions « justes » dans l’intérêt de tous nécessite une volonté mais surtout les moyens de rendre crédible cette volonté.

      C’est pourquoi une véritable force est nécessaire, une force qui aura un mandat très clair et surtout l’initiative de l’ouverture du feu, en fonction de la situation du terrain.

      L’envoi de « soldats de la paix » serait une hérésie et surtout devant leur impuissance inciteraient les différentes factions à agir contre eux. N’ayant pas les moyens de contrôler le terrain ni d’utiliser le peu d’armement dont ils disposeraient ils seraient alors condamnés à subir des attentats voir pire encore.

      Il faut beaucoup de courage pour utiliser la force même dans la défense du droit, seule une force dont le volume devra être calculée en fonction des territoires à contrôler ce qui impose au minimum 70 000 hommes non compris les forces de police internationales indispensables.

      Ce format est le minimum indispensable pour rendre crédible cette force, puissante et bien renseignée par la police internationale qui devra être déployée,

      Elle pourrait alors avec ses procédures imposer le non engagement des forces. Même l’armée israélienne serait tenue en échec et ne pourrait pour des raisons évidentes d’emploi franchir les zones contrôlées par cette force. La compréhension des grands pays Arabes est sans doute l’occasion enfin de résoudre ce problème, cet alignement résulte certainement que leur hantise face à la grande puissance PERSE, l’IRAN d’aujourd’hui, mais ce positionnement peut être le catalyseur d’une véritable solution qui de toute façon ne peut être que politique pour être durable


      • gilles (---.---.102.41) 1er août 2006 14:11

        pour mieux saisir l’essentiel et les motivations réelles des USA, je colle cette fiche qui n’avait pas été approuvée .

        L’AVENIR DU MOYEN ORIENT

        Ou la présence américaine dans cette région

        Cette région du monde, outre le fait qu’elle soit le berceau des plus grandes civilisations s’est retrouvée plongée dans l’oubli durant des siècles.

        La découverte du pétrole aux USA au milieu du XIX° siècle et l’irruption d’une nouvelle société exclusivement fondée sur l’utilisation de l’énergie fossile ont rendu toutes les économies du monde directement dépendantes des réserves pétrolières de cette région.

        Nous savons cependant depuis déjà de longues années que ces réserves si importante soient elles, sont limitées et qu’il conviendra dans un laps de temps assez court de trouver d’autres sources d’énergies que le pétrole.

        Cette prise de conscience débutée lors du premier choc pétrolier en 1973 qui fut la conséquence de la guerre du KIPPOUR, mais aussi de celle de 1967 aura pour effet dans certains pays comme la France d’imaginer des solutions de substitution ;

        C’est ainsi que l’énergie nucléaire dérivée de nos travaux sur le nucléaire militaire permit à notre pays de s’équiper et de fournir aujourd’hui plus de 80% de notre consommation électrique. (A noter au passage que la filière française de nucléaire civil est unique dans sa technologie que nous sommes les seuls à utiliser.)

        L’ensemble de l’économie US repose depuis près d’un siècle sur l’utilisation de cette énergie fossile alors même que les réserves du territoire des états unis sont pratiquement asséchées depuis plus de 50 ans.

        Les ressources résiduelles qui représentent cependant plus de 5 à 10 ans de consommation du pays sont stockées en réserves stratégiques depuis dans les Appalaches.

        L’adaptation de l’économie mondiale à d’autres sources d’énergie est d’un intérêt vital aussi bien pour les pays occidentaux que pour toutes les grandes puissances émergentes comme la CHINE L’INDE ou le BRESIL. Dont le développement dépend directement aujourd’hui de l’utilisation de cette source d’énergie.

        En ce qui concerne les Etats-Unis d’Amérique, cette prise de conscience qui remonte à plus de 15 ans, impose encore aujourd’hui un délais incompressible de 25 ans pour permettre à l’économie de ce pays de se dégager TOTALEMENT de la contrainte de l’utilisation du pétrole.

        La MAÎTRISE DE SES SOURCES D’APPROVISIONNEMENT en CARBURANT est donc une nécessité VITALE et un CASUS BELLI s’il était remis en cause par quelque nation qui soit.

        Ceci éclaire sans doute l’attitude des USA dans son action qui vise à contrôler encore les moyens d’extraction de l’IRAK. Il n’aura échapper à personne que cette guerre n’a jamais détruit volontairement de la part des forces de la coalition la moindre installation pétrolière.

        La stratégie américaine est encore plus perceptible dans d’autres parties du monde comme en AFRIQUE ou au sein même des anciens états pétrolier de l’ex URSS.

        La concurrence effrénée des pays émergents oblige donc cette grande puissance à contrôler pour encore 25 ans la quasi-totalité des sources d’approvisionnement du monde.

        Quelle sera l’attitude des USA dès lors que son économie ne sera plus tributaire de cette source d’énergie qui sans doute sera en passe d’épuisement face à la demande mondiale ?

        Cette partie du monde perdra logiquement de son intérêt et risque en conséquence de retomber dans l’oubli comme ce fut le cas jusqu’au début du XX° siècle.

        Le centre du monde se confirmera également en ASIE et tout particulièrement autour de la CHINE et de l’INDE où réside plus de la moitié de la population de la planète.

        La nécessaire et IMPERATIVE présence US au moyen orient s’estompera définitivement laissant ainsi le champ libre aux populations locales pour régler SEULES leurs différends.


      • Yves (---.---.66.242) 1er août 2006 18:19

        Questions posées à Gilles =

        - Pourquoi l’Arabie saoudite , tout en condamnant officiellement l’action du Hezbollah ... , ne contredit pas le Gouvernement libanais qui affirme que ce dernier jouit d’un grand respect dans le Monde arabe ... ???
        - Pourquoi l’arabie saoudite , pourtant fidèle allié de l’Administration américaine ... , fait elle aujourd’hui parti des opposants à la « politique de l’Administration BUSH » au Liban via sa filiale Israël ... et pourquoi a t-elle décidé de soutenir l’économie libanaise en versant 1 milliard de dollars sur la banque du Liban ... , outre une aide de 500 millions de dollars pour venir en aide au Peuple libanais ... et 250 millions de dollars pour la reconstruction de l’Autorité palestinienne ... ???
        - Pourquoi la TURQUIE , alliée des U.S.A. et d’Israël ... , a t-elle condamné les offensives israéliennes à GAZA et au LIBAN ... , en condamnant notamment l’arrestation arbitraire des membres élus du Gouvernement et du Parlement palestiniens ... ???
        - Pourquoi le Gouvernement IRAKIEN , installé par l’Administration BUSH ... , a t-il condamné l’offensive israélienne dans les mêmes termes , en ajoutant que cela crée , notamment , une solidarité et une fraternité entre les peuples irakiens , palestiniens et libanais ... ???
        - Pourquoi l’Iran , 4ème producteur de pétrole au Monde et 2ème producteur de l’OPEP ... , prévoit l’ouverture d’une bourse iranienne du pétrole en euros ... et prévoit également d’effectuer le réglement de ses transactions internationales en euros ... ???
        - Pourquoi la quasi totalité du Peuple libanais fait bloc avec le Hezbollah ... notamment , sauf erreur , les Druzes ... ???
        - Enfin , pourquoi l’Administration américaine veut elle aujourd’hui que l’armée libanaise ( pour ainsi dire inexistante ... ) reprenne le contrôle du territoire , après désarmement des milices , alors qu’elle s’était jusque là opposée au développement de cette armée par la FRANCE ... ???


        • gilles (---.---.102.41) 1er août 2006 22:27

          toutes vos questions sont non seulement pertinentes mais fondées. Le problème essentiel réside dans l’incapacité de l’Europe de peser sur la conduite des affaires du monde réglées par les seuls états unis . Seul cet « empire » moderne dispose des deux composantes du pouvoir : les moyens financiers et la force militaire. c’est cette prise de conscience et surtout les moyens engagés pour y remédier c’est à dire équilibrer cette anomalie qui seuls peuvent éclairer ce que seront demain, le droit international et le réglement des différends politiques inéluctables sur notre planète. Le dernier communiqué de la CEE n’est pas très encourageant, il est d’ailleurs étonnant de n’avoir aucun commentaire de nos futurs candidats à la présidentielles. La politique extérieure ne semble pas avoir leurs faveurs.


          • gilles (---.---.102.41) 2 août 2006 14:03

            pourquoi tant de haine et de contre vérités, La puissance actuelle de l’atmée d’ISRAËL et telle que toute confrontation en rase campagne se traduirait par la destruction compléte de toute armée du moyen orient ; La logique impose une autre stratégie celle enseignée dans tous les manuels de guerre révolutionnaires ou de stratégie dite indirecte ; Rechercher l’immersion compléte au sein des populations civiles et obliger l’adverdsaire à utiliser ses armes contre ces populations civiles elles mêmes ; provoquer ainsi l’émotion du spectateur lointain et peser alors sur les négociations politiques. c’est vrai que pour la première fois le surarmement d’ISRAËL ne permet plus la victoire en quelques jours. Imposer les combats en localité a pout résultat des pertes à un pour un, tous les états majors le savent.


            • CAMBRONNE (---.---.98.185) 2 août 2006 16:45

              MERCI UNE FOIS DE PLUS POUR CET EXCELLENT TRAVAIL DE FONDS .

              Comme vous pouvez le constater la guerre se fait aussi sur Agoravox où la propagande va bon train exploitant l’émotion . Il est dommage que vos fils n’entrainent pas plus de discussions .

              Continuez vos analyses qui sont excellentes .

              Bon courage .


              • gilles (---.---.102.41) 2 août 2006 17:17

                merci de votre remarque, mais c’est normal, beaucoup ignorent l’histoire, la géopolitique et s’attachent au présent sans comprendre qu’il est le résultat du passé. Mes craintes se confirment et l’impuissance de l’Europe est réelle. Dans l’hypothèse ou une arrêt de l’offensive Israëlienne intervenait dans 4 ou 5 semaines , si aucun incident ne se produit avec la Syrie, l’ONU décidera sans doute le déploiement d’une force non seulement au sud Liban mais également sur l’ensemble des frontières libano-Syriennes. Le volum de cette « véritable » force, pour remplir ses missions devra pour les raisons évoquées dans une autre fiche avoir un effectif minimale d’au moins 70 000 hommes. La question déterminante sera de savoir avec quel mandat ?

                Soit en complément de l’action de l’armée israêlienne, avec tous les risques que cela suppose

                Soit dans le cadre d’un réglement global politique (souhaité par la France) refusé par les USA aujourd’hui. dans cette hypothèse il n’est pas à exclure le non engagement de la France et d’autres pays européens, ce qui à defaut justifiera la posture des USA. Nous assistons à une véritable partie d’échecs, où les arrières pensées et les véritables enjeux se dévoilent au fur et à mesure que la partie avance. pourquoi le peuple est il laissé dans l’ignorance des véritables enjeux ? Chacun peut comprendre dès lors qu’il dispose de toutes les cartes du jeux.


                • gilles (---.---.102.41) 2 août 2006 17:33

                  Un des grands malheurs c’est souvent que nos spécialistes le deviennent une fois que les évènements sont passés ;

                  avec le recul ils peuvent analyser les situations et expliquer ce qu’il convenait de faire.

                  Très peu savent prendre l’initiative et surtout décider dans l’action elle même. Nous sommes conduits par des intellectuels et non des hommes d’action. Or c’est dans la tempête que se juge la qualité du « capitaine », gérer le navire dans le port est à la portée du premier mousse venu.


                • CAMBRONNE (---.---.98.185) 2 août 2006 18:04

                  GILLES

                  Nous avons en France un spécimen de ce dont tu parles par siècle grosso modo . Napoléon un et trois sont morts , De Gaulle aussi je ne vois personne à l’horizon .

                  En politique étrangère un type comme Jupé est certainement un des meilleurs .

                  Je ne suis pas aussi sévère que toi en politique étrangère en ce qui concerne nos hommes politiques . Le problême est que la plupart du temps nous n’avons pas les moyens de notre politique . Notre posture avant la guerre d’Irak était la bonne encore eut il fallu que l’europe eut la même attitude ou que nous eussions été plus forts militairement . Ce n’est pas avec nos 12 000 hommes projettables ( et encore pas trop vite )que nous allons changer la face du monde .

                  Nous n’avons toujours pas les moyens aeriens suffisants pour projetter une force significative . Nous avons su faire Kolwesi en 1978 en bricolant parceque pour ça on est bon . Volume d’intervention : Quatre compagnies de légionnaires du 2ème Rep . Je viens d’apprendre avec tristessse la mort du Général Poulet patron du COFAT commandant la 1ère cie du Rep à Kolwesi .

                  Pour envoyer au Tchad en 1978 un escadron du 1er REC , soit 15 AML /90 plus quelques jeeps et 130 Légionnaires il a fallu à raison d’une AML et une jeep par avion mobiliser notre flotte de transport et les rotations se sont étalées sur 48 heures .

                  Le seul progrés que nous ayons fait est de louer des antonovs a nos amis russes . pour l’instant comme depuis 1945 nous avons besoin des GI sauf pour aller baffer un goukouni ouedei ou un Gbagbo .

                  Pour le Liban nous pourrons y aller en bateau .

                  Salut et fraternité .


                • fredericKH (---.---.102.41) 2 août 2006 19:20

                  A ma connaissance, aucun des articles publiés sur Agoravox et traitant des problèmes au Proche Orient, Israël et ses voisins Egypte, Jordanie, Syrie, Liban ainsi que de l’actuelle guerre, n’a évoqué la grande question du problème de l’eau.

                  L’or bleu au Moyen-Orient n’est ni un mythe, ni un phénomène nouveau : il est bien réel et cette préoccupation a toujours existé et s’aggrave de plus en plus.

                  L’accroissement démographique, l’urbanisme croissant et les conséquences des implantations d’Israël ont donné à cet élément naturel vital une forme d’instrument politique aussi bien intérieure qu’extérieure de premier ordre, bien que souvent peu avoué.

                  Le lac de Galilée alimenté en grande partie par les eaux provenant des hauteurs du Golan (Occupée par Israël). Le stock important d’eau souterrain sous les collines de la rive ouest du Jourdain. L’eau du sud de Liban (Où se déroule actuellement la guerre). Les fameuses fermes de Chebaa sur le flan du mont Hermon. Le fleuve du Litanie et les sources de Wazzani et de Hazbani...

                  Irriguer le désert de Néguev (Israël) ou approvisionner Beyrouth en eau potable et irriguer la plaine de la Békaa (Liban)... ?

                  Le besoin de paix au Moyen-Orient est une question d’ordre international tant cette région est et restera pour longtemps le cœur énergétique et donc stratégique de la planète (Visée claire des intérêts US...).

                  EAU SOURCE DE CONFLIT 1

                  EAU SOURCE DE CONFLIT 2

                  bien à vous


                  • CAMBRONNE (---.---.180.187) 3 août 2006 12:42

                    FREDERIC KH

                    Excellente remarque . Un ami libanais me disait il y a quelques jours que si Israel gardait ces fameuses fermes de Chaaba c’était surtout pour ces raisons .

                    On parle quand même de la guerre del’eau dans les médias . J’ai déja lu des articles dans l’express ou le point . Mais il est vrai que les médias de grande diffusion pratiquent l’omerta sur ce sujet .

                    Cordialement .


                  • aja (---.---.144.226) 4 août 2006 10:38

                    On parle trop peu des réelles motivations d’Israël dans ce conflit. Ici un article qui montre que le réel enjeu est l’accès aux eaux du Litani. Comme le pétrole irakien pour les américains, l’eau du Liban est devenue une priorité pour la survie à long terme d’Israël. Voici un article d’un officier du département d’état américain qui montre avec justesse les réelles motivations de cette invasion programmée : http://www.rense.com/general72/plan.htm


                  • gilles (---.---.102.41) 3 août 2006 12:32

                    votre remarque est tout à fait juste, c’est un des aspects de la géopolitique locale. Ce problème concerne évidemment l’annexion non reconnu par l’ONU du Golan par Israël. Zone qui contrôle le Jourdain et donc l’approvisionnement en eau du pays situé au sud. Un autre problème est sans doute encore plus porteur de conflits potentiels , c’est sans doute l’aménagement des deux grand fleuves entre la Syrie et l’IRAK. Toute tentative de déséquilibre est par nature un casus belli. L’extraction de l’eau dans certains territoires occupés par israël a été si intense que les nappes phréatiques se sont remplies d’eau de mer ; Cette information n’a que peu été rendue publique à l’époque, et bien souvent ces territoires ont été retrocédés. pourquoi ?

                    Ce point n’est que trop rarement évoqué dans les commentaires, c’est pourtant et vous avez raison de le souligner un enjeu déterminant pour qui veut comprendre.


                    • Apocalypse (---.---.48.181) 3 août 2006 15:34

                      L’Iran une grande puissance militaire....Foutaise.. ;A la moindre agression contre Israel et dans l’heure qui suit la pseudo puissance est vitrifiée faisant le bonheur des autres pays Arabes.Le peuple Iranien le sait, donc il est temps pour eux de se débarasser de leur dirigeants


                      • ben (---.---.103.194) 4 août 2006 02:52

                        Le problème ce sont pas les israeliens qui lègitimement se défendent ;le problème ce sont ces gens du moyen age,toujours enclin à hair,jaloux de notre force,frustré par leur incapacité ;d’ailleur c’est pour ça qu’ils se tapent aussi facilement sur la gueule(irak par éxemple) ;pour envoyer leurs gosses...ils sont forts(quels bande de lache...)mais face à Tsahal y chie dans leur frocs ;leur fait d’arme ne font d’effet qu’entre eux,pour se tuer entres eux sont trés courageux...quelles bandes de barbares...ils réspèctent mème pas leur morts...sur le champ de bataille y laisse leur cadavres aux vautours...normale,y sont tèllement nombreux qu’ils n’ont pas le réspect de l’éxistence individuel...nous,mème si on doit tout déployer on n’abondonnera pas un juif mort...mème si faut aller au bout du monde pour récupèrer sa dépouille...ces gens n’ont pas d’honneur,pas de fièrté,pas de courage,pas d’intèlligence...rien,rien,rien...c’est tout simplement des animaux sauvages. Exusez de faire un hors sujet mais je trouve dommage que les juifs considèrent les mèdias français plutot pro-libanais ou pro-palestiniens,faut pas oublier que la France nous a commème aidé à avoir l’arme nucléaire vers la fin des années 70 ;donc c’est pas juste de considèrer les français comme anti-israéliens ;je crois aussi que les térroristes du hezbollah n’auront pas le derniers mots parce-que notre armée est bien plus moderne que la leur et que grace à notre aviation nous vaincron,tot ou tard ;nous on a la téchnologie et eux ne l’on pas ;mème s’il ont de l’armement pèrféctionné,cette armement est souvent russe et on pourrat toujours conté sur nos frère russe ashkénazes ingènieures de l’armement russe,qui ont imaginés l’armement utilisé par le hezbollah,pour nous fournir les antidotes....Israel vaincra !Vive Israel !Adonai Gadol ! Ben


                        • akad (---.---.202.42) 4 août 2006 17:16

                          à Ben

                          Israël est toujours en légitime défense. Même quand il attaque, c’est une légitime défense sous forme d’anticipation de l’attaque de l’autre. Pour Israel, c’est l’autre qui a attaqué, il a juste anticipé la défense.

                          Israël définie sa défense militaire comme il veut, mais pour le Liban, c’est Israël qui lui dictera en quoi doit consister sa stratégie de défense.

                          Israël veut une force internationale pour le « défendre des agressions libanaises », mais c’est sûr le sol libanais qu’elle s’implantera bien que son rôle n’est pas de défendre le Liban.

                          Israël me rappelle les trous noirs dans l’espace, qui ont la propriété de ne pas obéir aux lois universelles de la physique.


                        • akad (---.---.202.42) 4 août 2006 16:38

                          Le titre m’a beaucoup plu mais pas le contenu. La guerre sur le terrain évolue en faveur du Hezbollah, alors que les israéliens malgré leur bluff, ne savent pas où mettre la tête.

                          Le Hezbollah à lui seul, a réussi à s’imposer aussi bien militairement que politiquement.

                          Militairement se confirme jour après jour l’incapacité israélienne d’avancer, comme l’armée du Hezbollah a réussi à garder son caractère d’invisibilité devant toute la logistique d’espionnage israélienne et américaine. Il n’y a pas que les militants qui restent invisibles mais également leurs stations de lancement des roquettes.

                          Politiquement, aussi bien le gouvernement libanais que la presse ne cesse de consolider l’unité nationale derrière le Hezbollah contre l’ennemi unique israélien. La semaine dernière le PM refusa même de recevoir Rice. Comme hier Michel Aoun rejeta l’idée des forces internationales au Liban.

                          Hier, Hassan Nasrallah s’est moqué des américains et leur prétendu projet du nouveau proche orient. Et aujourd’hui en Irak, une géante manifestation chiite pro Hezbollah s’est organisée, brandissant les slogans anti israéliens et anti américains.

                          La fin donc de cette guerre, serait que les israéliens se retirent, acceptent les conditions initiales d’échanges des prisonniers, Olmert démissionne et Bush reconnaît qu’il est allé trop loin dans ses conneries.


                          • bardock 5 août 2006 04:42

                            C’est pas ce qui arrivera selon moi mais ce serait une bonne chose...du moment que s’arrête cette tuerie...


                            • akad (---.---.212.73) 5 août 2006 09:18

                              a bardock

                              Pour moi c’est le scénario le plus probable et on commence déjà à voir ses premiers indices :

                              • Israël déclara hier être prêt à négocier l’échange des prisonniers avec les palestiniens. A mon avis, c’est une introduction et préparation de l’opinion publique pour faciliter après le passage à l’échange avec le Hezbollah.

                              • Rice a dit hier que le désarmement du Hezbollah est la mission de l’armée libanaise et de personne d’autre.

                              • Michel Aoun refuse l’arrivée des forces internationales au Liban

                              • Le Hezbollah veut le cessez-le-feu mais pas avant la sortie du dernier soldat israélien du sud libanais

                              Donc je pense sérieusement qu’on évolue dans ce sens, et plus les américains seront humiliés et ridiculisés dans cette guerre, plus ça sera mieux pour la paix, car la victoire des américains signifierait l’ouverture d’autres chantiers (guerres) plus importants.


                            • Prêtresse (---.---.12.119) 20 août 2006 19:47

                              « Nous sommes conduits par des intellectuels et non des hommes d’action ». Gilles

                              Non !

                              Nous sommes conduits par des hommes à l’intelligence robuste au sevice d’une bassesse du goût.

                              Ce qui est répugnant.

                              — -

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès