Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Liban : une nouvelle guerre ?

Liban : une nouvelle guerre ?

Elections présidentielles au Liban. Le dessous des cartes.

Des élections présidentielles sont supposées avoir lieu sous peu au Liban. Le droit coutumier libanais prévoit que le président du Liban soit choisi parmi les chrétiens maronites, le Premier ministre parmi les sunnites et le président du Parlement parmi les chiites. Le problème, c’est qu’un certain Michel Aoun, général de son état, ancien anti-syrien devenu pro-Hezbollah et donc pro-syrien et pro-iranien, est obsédé par l’idée de devenir président du Liban. Sa bêtise et son orgueil risquent de plonger le Liban dans une nouvelle guerre. Qu’en est-il actuellement ?

A la suite d’un entretien au Liban, lundi 19 novembre, avec Saad Hariri, chef de la majorité parlementaire, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a déclaré : « Tout était convenu. Maintenant, je suis surpris, la France est surprise, que quelque chose achoppe, quelque chose a bloqué, quelque chose a déraillé et j’aimerais que chacun assume ses responsabilités (...) J’aimerais savoir qui n’est plus d’accord. J’aimerais savoir qui a intérêt au chaos, qui a intérêt à ce que l’élection n’ait pas lieu, qui a intérêt à rendre encore plus compliquée la vie de tous les Libanais (...) Je veux savoir qui bloque (...) mais je vous dis que celui qui prendra la responsabilité d’avoir bloqué ce processus accepté par tous portera celle de la déstabilisation du Liban et de ses conséquences pour la région ». Kouchner n’a pas nommé celui qui bloquait le choix d’un candidat de consensus. Le ministre italien des Affaires étrangères, Massimo d’Alema a quant à lui déclaré, samedi 17 novembre, que la recherche d’un candidat consensuel aux présidentielles était entravée par l’insistance d’Aoun à prétendre à la présidence du Liban et que « les ingrédients d’un compromis sont là, mais tout peut encore d’ici là aller de travers ».

Il se trouve que début octobre, divers médias (L’Orient-le-Jour, Libnanews, Salon Beige), informaient, que deux jeunes militants du Courant patriotique libre (le parti du général chrétien Michel Aoun, autrefois anti-syrien et aujourd’hui candidat pro-Hezbollah, pro-syrien et pro-iranien aux présidentielles libanaises) avaient été arrêtés, par l’armée libanaise. Ils avaient été arrêtés sur la base de photographies, effectuées pendant des entraînements aux armes de guerre et en tenue militaire. Les deux jeunes arrêtés, Dario Kodeih et Élie Abi Younès, ont reconnu, primo, être membres du CPL du général Aoun ; secundo, avoir pris part à cet entraînement, avec d’autres jeunes, dans la région de Jbeil ; et tertio, ils ont révélé le nom de la personne qui a fourni les armes. Pour tout arranger, les jeunes gens visibles sur les photos, rendues publiques par l’armée libanaise, faisaient partie de la garde rapprochée du général Michel Aoun.

Il se trouve, aussi, qu’il y a quelques mois déjà, le leader chrétien libanais Samir Geagea, signalait que le Hezbollah armait et entraînait des membres du CPL du chrétien Michel Aoun, afin de torpiller l’élection présidentielle. « Cette démarche n’aboutira à nulle part », déclarait Samir Geagea, précisant que tout le monde était au courant de ces actes du Hezbollah. Il y avait, déjà à ce moment-là, des camps d’entraînement Hezbollah-CLP dans la vallée de la Bekaa, dans l’est du Liban. Des Libanais chrétiens pro-Aoun venus du Metn et du Kesrwan y suivaient des entraînements avec le Hezbollah. Samir Geagea mettait également en garde contre le risque d’assassinats politiques et d’attentats à l’approche de l’élection présidentielle, soulignant que c’étaient le Hezbollah et le CLP du chrétien Aoun qui s’entraînaient au maniement des armes. Depuis, les événements ont - hélas - donné raison à Samir Geagea.

Avant de conclure, signalons encore, que le Centre libanais d’information (CLI), a publié, un document accablant, sur le général Michel Aoun. Le document a été repris, en version condensée, le mercredi 31 octobre, par mediarabe.info. En quelques mots, disons que le Centre libanais d’information (CLI), fondé au début de la première guerre du Liban, en 1975, a rendu public un document, datant de janvier 2007, consacré au double visage du général Michel Aoun. Le document fourmille de quantité d’informations et de révélations sur le parcours du général Michel Aoun. Certains des auteurs du document ont été, pendant longtemps, des proches conseillers d’Aoun. Récemment, le Hezbollah a annoncé qu’Aoun est son candidat et ce dernier a mené une campagne contre la majorité anti-syrienne et indépendante, menaçant de provoquer des troubles et de recourir à la force s’il n’était pas élu. Rappelons que le 25 janvier 2005, Aoun dénonçait « l’occupation syrienne du Liban, l’armement du Hezbollah et la présence armée palestinienne ». Mais en février 2006, le même Aoun concluait une alliance avec le Hezbollah et depuis, il innocente la Syrie de toutes les souffrances du peuple libanais. On peut lire le document du Centre libanais d’information en cliquant sur :

 

http://www.mediarabe.info/aoun_bccn.pdf

 

Conclusion. Kouchner pose publiquement la question suivante : « Je veux savoir qui bloque ? ». On peut répondre, à Kouchner, sans risque de se tromper : Aoun bloque. Derrière Aoun, le Hezbollah bloque. Derrière le Hezbollah, la Syrie bloque. Et derrière la Syrie, l’Iran bloque. L’Iran avec les pétrodollars que la Russie et la Chine lui versent. L’Iran avec son président ahmadinejatomique. Qui bloque ? C’est Aoun, qui bloque et qui débloque, M. Kouchner. C’est Aoun qui bloque et qui débloque. Tout le monde le sait, M. Kouchner. Même vous, vous le savez.


Moyenne des avis sur cet article :  2.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • adeline 22 novembre 2007 18:36

    Oui Frederic mais le Liban a trois religions au moins et 7 réactions possiblessss que faire ??


  • niko74 niko74 22 novembre 2007 21:48

    Quelqu’un pourrait-il nous aider à y voir plus clair avec une analyse ou on pourrait lire, en plus des mots démocratie, religion, hezbollah, iran ; les mots « pipeline », , « eau potable », « gaz », « pétrole », « petro-euros », « petro-dollars »,« israel », « mossad », « hariri », « usa »...je ne suis pas assez au fait du dossier libanais pour m’exprimer de manière sure, et je voudrais que ce post ne tombe pas dans l’hystérie anti syrienne et anti iranienne (attention je ne soutient pas ces état non plus). J’ai l’impression que le Liban est un endroit très compliqué et subtil à comprendre. Résumer en disant « ce sont les syriens », « ce sont les iraniens » ne montrent qu’un part du problème. une personne comme Rafik hariri par exemple, dérangeait ces derniers MAIS il dérangeait aussi énormément certains projets politique américain et israéliens concernant le Liban car il refusait l’idée d’un démantellement du pays en 2 zones (une chrétienne très rattachée à Israel, et l’autre arabe ou il aurait pu être question de transfert de population palestinienne)...J’ai plutot l’impression que les libanais sont pris entre 2 feux et que dés que quelqu’un adopte une position indépendante de ces 2 camps, il se fait dégommer. par l’un ou par l’autre...


    • vinvin 22 novembre 2007 22:02

      Bonjour.

      (@Adeline).

      Justement il y a trois religions, et chez nous en France il y en a déja deux. Lorsqu’ il y en aura une troisième, nous serons confronté aux memes problèmes que le LIBAN, et ce sera la guerre civile inter-ethnique européenne.

      Il se produira en Europe de l’ Ouest ce qui c’ est passé en ex Yougoslavie, au Liban, ainsi que plusieurs autres pays du meme accabit.

      Et cela va se produire beaucoup plus tot que ce que certaines personnes peuvent le penser.

      La solution ??????

      Commençons par ABOLIR TOUTES LES RELIGIONS de la surface de la terre, et vous verrez que le monde NE S’EN PORTERA QUE MIEUX.

      Sachez que les religions dans le monde font a elles seules plus de victime que le cancer et le sida réuni. Bref, elles sont la pourriture de l’ ame est de l’ esprit humain.

      Bien cordialement.

      VINVIN.


      • Christoff_M Christoff_M 25 novembre 2007 23:16

        Il ne faut pas mélanger les religions et ceux qui en tirent parti en disant n’importe quoi pour justifier des actes politiques ou militaires...

        N’oublions pas qu’il y a peu l’IRAK , le Liban, étaient des pays modernes, laïques et ce n’est qu’avec des manipulations habituelles des États-Unis et de certains européens pour absolument maitriser la région ont abouti à l’inverse le chaos ; à quel voisin profite le crime ?! qui a le droit d’avoir l’arme nucléaire sans aucun soucis dans le coin !! la guerre de 2006 témoigne de cette volonté d’écraser un voisin qui se reconstruisait un peu trop vite !

        Un peu facile de ne parler que du Hezbollah, quand une force internationale s’est installée aux frontières, elle a constaté que les chars israéliens franchissaient illégalement les zones surveillées...

        Il n’y a pas de héros ou de saints mais des zones avec des concentrations d’hommes surarmés, on retrouve le problème au Nord de l’Irak en ce moment, il ne faut pas oublier que ces zones servent de terrain de manoeuvres aux Etats-Unis avec leur allié de toujours Israèl, et puis le clan arabe avec la Syrie un peu vite montrée du doigt en cas de problème, mais l’IRAN n’est pas loin, est impliqué et les mouvements islamistes prennent de l’ampleur partout...

        Au Liban indirectement se règlent des rivalités des tensions qui sont sous alimentées par les grandes puissances mondiales... on envoie des diplomates mais d’un autre coté on vend des armes ou on envoie des milices privées... le problème c’est que parmi les vendeurs d’armes , il y a les russes, les iraniens, les chinois maintenant, ce qui peut expliquer que sous de faux prétextes religieux, on s’affronte entre grandes puissances mondiales...

        La vraie rivalité c’est la guerre économique, le contrôle d’une région ou d’un état, la peur des européens et des américains pour la stabilité du golfe, et surtout de l’obsession de la main mise sur le pétrole ; pas de problème du coté la Turquie ou l’Arabie Saoudite... mais le Liban est une vraie poudrière, le dernier ambassadeur français est mort en 1986 abattu devant l’ambassade de France, alors qu’il organisait une réunion sur la paix... nous ne connaissons toujours pas les tueurs...

        En tout cas, il ne semble pas que ni en ex Yougoslavie, ni en Irak, ni au Liban, ni au Tchad, les forces d’intervention, les Etats-Unis, les européens n’arrivent à gérer des conflits entre clans, milices superarmées, et prouvent comme en IRAK, que le nombre et la force ne servent à rien !!


      • Oudeis 25 novembre 2007 11:45

        @niko74

        « Quelqu’un pourrait-il nous aider à y voir plus clair avec une analyse ou on pourrait lire, en plus des mots démocratie, religion, hezbollah, iran ; les mots »pipeline« , , »eau potable« , »gaz« , »pétrole« , »petro-euros« , »petro-dollars« , »israel« , »mossad« , »hariri« , »usa« ... »

        Justement.

        Le Liban est un petit pays, sans pipeline, sans pétrole.

        Sont intérêt stratégique est expliqué dans un autre article d’AV : « les Syriens sont persuadés de l’intérêt stratégique du territoire libanais leur ouvrant à la fois une nouvelle façade portuaire pour leurs exportations vers l’Europe et un moyen d’attaquer Israël en toute impunité par l’intermédiaire du Hezbollah » ( http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32039 ).

        De ce fait, il intéresse Israël uniquement dans pour ce qu’il constitue ou non un territoire depuis lequel l’Iran et la Syrie l’attaquent pour réaliser leur objectif d’extermination. Israël ne souhaite donc pas le démantelement du Liban en tant que tel. Il n’a donc aucun intérêt au blocage et au chaos libanais qui profite généralement aux milices (Hezbollah) - d’autant plus que les pays de la région ont tendance à retrouver leur unité dans l’affrontement avec Israël ...

        Bref le Liban est à mon sens la contre preuve de l’hypothèse (si courante, si facile, si simpliste) que ce qui se passe dans la région ne serait lié qu’au pétrole.


        • niko74 niko74 25 novembre 2007 20:26

          merci pour votre commentaire et de votre analyse.C’est en effet intéressant. je veux simplement que le débat englobe aussi les questions d’énergie, et d’énergies payantes dont les prix sont fluctuants, car il s’agit tout de meme énormément de cela, au dela des clivages politiques.pour moi le chaos a autant de raison à profier ou pas à certains groupes politiques syrien ou israeliens...il suffit juste d’avoir un point de vue et de se servire dans la masse d’évenements violents pour agrémenter son point de vue... je ne prétend pas que ce qui se passe dans la région n’est lié qu’au pétrolecar en fait je pense qu’il est plus lié à l’eau...je n’osera pas non plus prétendre qu’il ne s’agisse que de vieilles guerres tribales motivées par l’hystérie religieuse...l’hystérie religieuse est un vecteur dont se servent des forces financières des diffférents camps pour fabriquer de la chair à canon et s’enrichir. Car finalement que veulent les états, et à travers ces états les multinationales ? assurer à leur population un certain niveau de vie, pour faire de ces populations avant tout des consommateurs satisfaits de l’image d’un concept de société adapté à la geographie et à l’histoire (« démocratie »,« éta religieux », « communisme », « socialisme ») , et prêts à travailler pour un salaire qui ne corresepond pas à la valeur de leur travail, en échange d’un confort qui, s’il n’est pas viable à long terme, permet de rendre ces gens dépendant de leur niveau de vie , en d’assurer la perennité de l’enrichissement des élites . Pour cela il faut entrer des devises,disposer de matières premières,construire des infrastructures.Pour cela il faut faire accepter aux populations qu’on ne fait pas des omelettes sans casser des oeufs, et qu’il n’y a pas de place pour 1à milliards d’humain dans l’accès au confort, et que donc il vaut mieux choisir so camp maintenant. Il vaut mieux dans ce cas exploiter la misère en la rendant dangereuse... de cette manière aux yeux des electeurs/payeurs de taxe, ce n’est pas la misère que les armées qu’ils financent éradiquent, mais ce sont des terroristes. Pour moi israel ou l’iran, c’est la peste ou le cholera. ce sont des états qui veulent « élever » leur populations au statuts de consommateurs pour des idées de croissances sans fin, alors que nous vivons dans un monde aux frontières physiques finies.Notre entetement d’occidentaux à ne pas vouloir changer cette donne leur donne les excuses necessaires à leurs exactions.L’histoire montre qu’a plus ou moins long terme, les débats religieux et politiques s’effacent devant cette idééologie unique, car les populations s’amolissent au cntact du confort. je n’ai donc pas de parti pris, simplement, la souffrance des gens qui n’ont pas conscience de cet état de fait m’accable .

          Votre réponse m’a poussé a faire des recherches, et voici ce que j’ai trouvé qui pourrait apporter un argument à ce débat : Le jour même où se déclenchait l’agression israélienne contre le Liban, était inaugurée l’oléoduc Ceyhan-Tblisi-Baku (BTC) qui relie la mer Caspienne à la côte est de la Méditerranée.....Le ministre de l’Energie et de l’Infrastructure israélien, Benyamin Ben Elezer assistait à cette inauguration accompagné d’une importante délégation de personnalités israéliennes du pétrole.

          Le BTC contourne totalement le territoire de la Fédération de Russie. Il transite à travers les anciennes républiques soviétiques d’Azerbaïdjan et de Géorgie qui, toutes deux, sont devenues des « protectorats » américains, parties intégrantes d’une alliance militaire avec les Etats-Unis et l’OTAN. De plus, ces deux pays ont une longue histoire de coopération militaire avec Israël. En 2005, les compagnies géorgiennes ont reçu quelque 24 millions de dollars de contrats militaires financés sous couvert de l’assistance militaire à Israël dans le cadre du « Financement militaire étranger » (FMF).

          Les champs pétrolifères d’Azerbaïdjan sont un enjeu considérable pour Israël puisqu’il importe 20% environ de ses besoins en pétrole. L’ouverture du BTC facilitera ainsi grandement ses importations en provenance de la mer Caspienne.

          Mais, un autre aspect relie cette mise en service et la guerre au Liban : alors que la Russie s’est affaiblie, Israël se voit confier le rôle stratégique de « protéger » le transport et les corridors de l’oléoduc venant de Ceyhan vers la Méditerranée orientale.

          Militarisation de la Méditerranée orientale

          Le bombardement du Liban fait partie d’un vaste plan militaire soigneusement élaboré car l’extension de la guerre à la Syrie et à l’Iran a déjà été envisagée par les stratèges militaires US et israéliens. Ce calendrier militaire colle intimement au pétrole et aux oléoducs et reçoit le soutien des grandes compagnies pétrolières, détentrices de ces oléoducs. Dans le contexte de la guerre au Liban, il vise au contrôle par Israël des côtes de la Méditerranée orientale. En avril 2006, Israël et la Turquie ont annoncé des projets de construction d’oléoducs sous-marins qui éviteraient la Syrie et le Liban ainsi qu’un pipeline pour approvisionner Israël en eau à partir de sources en amont du bassin fluvial du Tigre et de l’Euphrate en Anatolie...au détriment de la Syrie et de l’Irak ....

          Déviation stratégique du pétrole de la mer Caspienne

          Dérouter le pétrole et le gaz de la Caspienne vers la Méditerranée orientale (sous protection israélienne) pour une réexportation vers l’Asie sert à saper le marché de l’énergie en Asie qui repose sur le développement de corridors directs entre l’Asie centrale et la Russie vers l’Asie du Sud-est, la Chine et l’Extrême Orient. Il a aussi pour objectif de réduire le rôle de la Russie en Asie Centrale et de priver la Chine d’approvisionnement en pétrole. Il vise aussi à isoler l’Iran. Israël détient ainsi un rôle important sur le marché global de l’énergie.

          Pour moi c’est assez logique.

          le seul accro dans ce plan est que la syrie et le liban ont tous deux une ouverture sur la méditerranée au moins égal à israel en terme de superficie, et la syrie, quand à elle produit du pétrole. Alliée à l’iran, et sachant que l’Iran à reçu le président russe, elle constitue un empecheur d’extension de territoire.

          Nous parlons donc bien d’ouvertures cotières pour des oléoducs.

          L’afghanistan non plus n’a pas de pétrole...mais il offre une ouverture possible vers le pakistan qui lui aussi offre une ouverture cotière.

          Il ne s’agit pas eulement d’avoir ou pas du pétrole, il s’agit aussi d’être ou pas sur la routes des ipelines qu’il est physiquement possible de construire...

          Le liban, qui fait tampon entre ces 2 forces, mais qui du coup de part des élection peut faire office d’arbitre, est constamment mis sous pression.

          je pense donc que vous allez un peu fort en disant « le Liban est à mon sens la contre preuve de l’hypothèse (si courante, si facile, si simpliste) que ce qui se passe dans la région ne serait lié qu’au pétrole. »

          tout n’est pas blanc ou noir. Le liban ne prouve as que ce qui se passe dans la région ne serait lié qu’au pétrole. Il ne pruve pas non plus que si on se bat dans cette région c’est uniquement pour des causes religieuses ou idééoligiques...Je pense qu’il s’agit d’un mix des 2. L’un se servant de l’autre comme bouclier idééologique et surtout médiatique pour pouvoir continuer de s’enrichir dans l’ombre


        • Christoff_M Christoff_M 25 novembre 2007 23:35

          le problème, à force d’intervenir en Irak, en Afghanistan, au Liban, de faire de l’ingérence, de soutenir une fois le pouvoir en place, une fois l’opposition milicée, on a vidé de leur substance ces pays sous prétexte de démocratie pour en faire des zones de réception des forces d’intervention et de l’armée américaine, quand on ne transforme pas tranquillement certains pays en champs de pavots avec une étrange tolérance pour les trafiquants...

          la il ne s’agit pas de religions... mêmes phénomènes en Afrique du Nord, en Amérique du Sud, en Orient !! posez vous la question à qui profite le crime, surement pas aux pays envahis, dans le chaos,zizanie et pouvoirs fantoches qui permettent d’installer tous les trafics... et surement pas la démocratie... la Guerre du Golfe était une bétise un projet de blancs pseudo croyants, incultes vis à vis du monde arabe, et la guerre d’Iran, la Liban n’est qu’une esquisse serait une catastrophe pour l’économie occidentale !! n’oublions pas tous les pipe et les gazoducs qui passent dans la région...


        • morice morice 26 novembre 2007 08:45

          Christoff merci pour ces précisions : vos interventions, si je puis me permettre se font de plus en plus justes, je trouve. Le Liban est comme vous le dites un cas particulier. Pour ce qui est d’une guerre, pour se faire il faudra d’abord enlever toutes les sous-munitions déversés par les israeliens. Une technique de guerre interdite par les conventions de Genêve, mais ça Mr Jacob le va-ten guerre va l’ignorer, bien entendu... comme vous le dits si bien « La vraie rivalité c’est la guerre économique ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès