Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Libye : entre le marteau et l’enclume

Libye : entre le marteau et l’enclume

La Libye fait l'objet de convoitises des puissances occidentales. La ''révolution'' libyenne est une insurrection transformée en guerre civile pour justifier une intervention étrangère et une nouvelle colonisation. Entre guerre civile et colonisation, c'est la peste ou le choléra.

La Libye se dirige vers un nouvel Irak, en pleine méditerrannée.

L'onde de choc des révolutions arabes

Située entre la Tunisie et l'Egypte, la Libye, 6 millions d'habitants dont 2,5 millions d'étrangers parmi lesquels 1,5 millions d'égyptiens, ne pouvait pas échapper à l'onde de choc des révolutions arabes. Les médias égyptiens et tunisiens ont encouragé un soulèvement populaire en Libye. Les chaines AlJazeera et AlArabia ont alimenté ce soulèvement en se plaçant dés le 17 février du coté des ''révolutionnaires'', ce qui a fait dire à Kadhafi que le troubles dans son pays sont alimentées par ''nos frères arabes''. Même si le régime de Kadhafi muselait la liberté d'expression et semblait contesté de l'extérieur, une opposition formée de dissidents exilés a saisi l'opportunité des révolutions arabes pour appeler au changement du régime.

Les révolutions tunisienne et égyptienne étaient pacifiques. En outre, lorsque le seuil critique des ''martyrs'' était atteint, l'armée est intervenue, quoique sur recommandations de l'administration américaine. En Libye, le scénario est différent.

L'appel des libyens expatriés

En effet dés les premiers jours, la caserne militaire de Benghazi est prise d'assaut par les assaillants qui ont emporté avec eux un lot d'artillerie lourde. Dés lors, il ne s'agit plus de révolution pacifique, mais d'insurrection qui donne parfaitement droit à l'armée de rétablir son pouvoir. Or, aussitôt, nous apprenions une dissidence dans l'armée et un appel des expatriés libyens pour une intervention étrangère. Tout semblait être préparé et dicté pour une occupation de la Libye.

Les interventions des Kadhafi

Les interventions télévisées du fils kadhafi, Sif El Islam, pour expliquer que le pays est attaqué par des extrémistes et que la sociographie de la Libye pouvait conduire à une guerre civile et tribale débouchant sur une partition du pays et une nouvelle colonisation sont interprétées par les médias internationaux, y compris arabes, comme des menaces. Trés tôt, les dirigeants occidentaux ont demandé à Kadhafi de quitter le pouvoir. Trés tôt des sanctions sont prises et en dehors de l'Onu, comme le gel des avoirs ou l'interdiction de voyager. Trés tôt, les Kadhafi sont condamnés par la Commission des Droits de l'Homme de l'Onu pour être jugés par le Tribunal International de La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, alors que si des criminels de guerre devaient être jugés par ce tribunal, le premier d'entre eux devrait être Georges Bush pour sa guerre contre l'Irak.

La vengeance de l'Occident

Depuis son coup d'Etat en 1969 contre Idriss Senoussi, le Colonel Kadhafi s'est présenté comme disciple de Nasser. En nationalisant le pétrole libyen, il a confirmé sa volonté d'indépendance économique. En évoquant l'arme du pétrole, il a activement participé à la décision de l'Opep de quadrupler le prix du pétrole après la guerre d'Octobre 1973. Dans les années 70, les sommets arabes avaient un écho international dû au ton nationaliste panarabe dont Khadhafi incarnait le porte parole.

En Afrique, en Amérique Latine, Kadhafi a financé des oppositions et des régimes opposés à l'impérialisme et à l'hégémonie américains. De ce fait, il était taxé de terroriste au point d'être accusé sans preuve d'être derrière l'attentat de Lockerbie et de payer la bagatelle de 3 milliards de $ aux victimes pour sortir de cette accusation et retrouver une légitimité internationale. Redevenu fréquentable à cause ou grace aux 50 milliards de $ d'excédents en devises annuels, Kadhafi n'a pas changé de discours dont le plus éloquant fut son fameux discours à l'Onu en Septembre 2009 au cours duquel il a fustigé l'Instance internationale.

Récemment encore son évaluation à 5 milliards de $ le cout de la lutte contre l'immigration clandestine vers l'Europe a fait grincer les dents. Ce qui n'est pas étonnant de quelqu'un qui a réussi à faire payer 20 milliards de $ l'Italie de Berlusconi, la colonisation de 1913. Inutile de rappeler l'affaire des infirmières bulgares ni celle des ôtages suisses tant elles ont défrayé la chronique. Mais l'Occident s'est accoutumé au verbe et au théatre libyen, y compris à sa tente bédouine, à ses ''infirmières'', amazones ukrainiènnes, à ses chemises imprimées de la carte du continent africain, à son uniforme à l'éfigie d'Omar Mokhtar et à ses 42 ans de règne sans partage.

Kadhafi a toujours été pris en dérision par un certain média occidental prompt à la diversion, quand des problèmes internes submergent, notamment au niveau de la gouvernance et prompt à vouloir donner des leçons de démocratie et des droits de l'Homme. L'armée française n'est elle pas intervenue illégalement pour briser les grévistes qui bloquaient les raffineries sans que des donneurs de leçons ne puissent s'y opposer ?

A quoi sert la Ligue Arabe ?

L'unique décision que la Ligue a prise lors de la réunion des ministres des Affaires Etrangères est d'exclure la Libye en tant que membre. Cette décision arbitaire ne prouve qu'une chose, l'inutilité de cette Ligue, voire sa nocivité tant il est clair qu'elle est dirigée par le Foreign Office. Chaque pays arabe a reçu, comme avant l'intervention américaine en Irak sa part de consolation. Le Maroc est subitement devenu une exception démocratique arabe, le Sahara marocain, le polisario mercenaires employés par Kadhafi pour tuer les innocents civils libyens, quoique cette annonce parait crédible, la Libye ayant financé le polisario dans les années 80 et l'ayant fourni en armes, avant que Hassan II ne trouva l'arme contre Kadhafi, une union entre le Maroc et la Libye qui n'a jamais fonctionné que sur les papiers. L'Algérie est devenue subitement plus fréquentable, sa révolution a eu lieu en 1988 et ne serait pas préte à retomber dans l'extrémisme. La Tunisie et l'Egypte sont honorées pour le succés de leurs révolutions. Mieux, les médias se plaisent à évoquer la crise humanitaire créée par les travailleurs étrangers en Libye sur les frontières tunisiènnes et égyptiennes, oubliant de rappeler au passage qu'à ce jour moins de 5 % des travailleurs étrangers ont quitté la Libye. Les pays du Golfe ont reçu un appui sous forme de menace implicite.

Jamais dans l'Histoire de la Ligue, un pays souverain n'a été exclu, même pas l'Irak sous occupation américaine. Or, au contraire, c'est la Ligue qui avait pour rôle statutaire de tenter de régler le probleme libyen par des voies diplomatiques. Chose que seul Hugo Chavez a tenté de faire en proposant une médiation des pays du Sud et qui n'a pas trouvé d'écho auprés des occidentaux et pour cause, ils ne cherchent pas une issue qui évite une intervention de l'Otan.

L'occupation se précise par la préparation médiatique, l'envoi de militaires britanniques, la mise en place de la zone d'exclusion aérienne au dessus de la Libye, l'ouverture d'un dialogue avec le ''gouvernement provisoire'', la symbolique du drapeau de l'époque colonial. La Tunisie et l'Egypte n'ont pas à ce jour un gouvernement totalement en rupture avec les anciens régimes. La Libye en a un 3 jours après le début de l'insurrection. Un gouvernement qui ressemble à un comité de porte parole de rebelles. En détruisant le régime de kadhafi, la Libye va se retrouver sans institutions et sera perméable à une colonisation de fait.

Si une intervention étrangère se produit en Libye, le scénario d'un nouvel Irak se dessine avec une nouvelle crise humanitaire, une recrudéscence du terrorisme, une menace d'immigration clandestine vers l'Europe et une alimentation du moulin des adeptes du choc des civilisations en eau.

Pour éviter ce scénario, la Ligue Arabe a le devoir de prendre à son compte la proposition de sortie de crise d'Hugo Chavez en favorisant un dialogue entre Kadhafi et les rebelles, un cessez le feu, et l'accord sur une feuille de route débouchant à court terme sur la mise en place d'institutions nécessaires à la conversion démocratique. Si elle ne le fait pas, elle ne pourra pas s'opposer à une intervention de l'Otan, d'ailleurs n'est il pas contradictoire d'exclure un membre et de s'opposer à l'intervention militaire à l'encontre de son régime ?

La Ligue Arabe quoiqu'elle traverse elle même une crise de gouvernance est tenue d'intervenir pour éviter un nouveau génocide.

Le nouvel ordre international

La Libye est un des pivôts de l'unité africaine. Au cours du dernier Sommet de l'OUA tenu à Sirtes en Libye, Kadhafi n'a pas manqué de dénoncer la partition du Soudan. Pour lui cette partition est contagieuse, les pays africains étant tous composés de minorités ethniques et religieuses que la partition du Soudan pourrait inspirer. Le cas de la Cote d'Ivoire lui donne raison. La Côte d'Ivoire est sur le chemin de la guerre civile et de la partition à cause de l'appui injustifié de la communauté internationale à Alassane Ouatara, musulman du Nord face à Laurent Gbagbo, chrétien du Sud. Au Zimbabwé, Mugabé s'accroche au pouvoir depuis 30 ans. Au Nigéria, les minorités religieuses menacent l'unité du pays. Au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo Kinshassa, au Madagascar, en Angola, des présidents mal élus et contestés sont maintenus au pouvoir en faisant jouer l'armée et la surenchère chinoise. C'est ce qui fait dire à Kadhafi que la Libye va se tourner vers les puissances émergentes et leurs têtes la Chine, l'Inde ou le Brésil. Dans cette ''insurection'' africaine se dessine une guerre économique sino-américaine dont la Libye est aujourd'hui le théatre muet. Si la démocratie doit succéder à un processus d'évolution sociale lent ou à une révolution pacifique du type Tunisie ou Egypte, oui, si elle doit passer par une guerre civile, une partition territoriale ou une nouvelle colonisation, il faut voir à qui elle profite, car dans ce cas elle ne profite en rien au peuple qui remplace une dictature réelle par une autre déguisée.

La démocratie à géométrie variable

L'Afrique ou les pays arabes ne sont pas seuls touchés par la contestation. Comment l'Europe gerera t elle la question basque, les séparatistes corses, Le Sinn Féin, la Belgique ? Quid de la Tchethenie réprimée dans le sang. Quid des Kurdes et du PKK. Quid du Tibet, des Ouigours. Dans ce contexte, le vivre ensemble prendra des couleurs ethniques, idéologiques ou religieuses. Après tout, les frontières nationales ont bien évoluées au cours de l'Histoire. Mais au siècle de la mondialisation et du village planétaire, le remodelage des cartes géographiques sur des bases religieuses ne peut qu'exacerber les nationalismes et accentuer le choc des civilisations.

Les révolutions arabes sont contagieuses au delà du monde arabe et aux quatres coins de la planète. Ce sont des révolutions de la mondialisation. Mais come l'a dit Kadhafi : "faut il détruire une maison pour tuer une souris ?" A supposer même que ce soit lui la souris.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • commodore 10 mars 2011 14:11

    Bonne analyse....Rien de neuf sous le cirque du soleil.Les tonnes d’eau de la fed ( argent,dettes, papiers etc..) attendent pour se déverser...avant inondation finale.


    • xray 10 mars 2011 16:45


      Les évènements du Maghreb sont visiblement bien orchestrés de l’extérieur. 
      Ces évènements démontrent une nouvelle fois que les journalistes sont entièrement soumis aux intérêts des Américains. 

      Le but des Américains est de faire sauter les verrous qui leurs interdisent l’accès directe au fric et au pétrole du Maghreb. (Les « dictateurs » ne sont pas aussi malléables que nos bons élus sans pouvoir du grand bordel européen.) 

      Le réveil des maghrébins risque d’être douloureux. 
      Si l’on en croit les journalistes, la Libye n’est pas en proie à de simples manifestations ni à des émeutes mais à une véritable insurrection avec de vrais moyens militaires. 

      En Libye, qui fourni les armes ? Qui tue qui ? 

      Menteur comme un journaliste 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/05/03/menteur-comme-un-journaliste.html 


      Les élus européens sont des carpettes sur lesquelles les Américains s’essuient les pieds. 

      En France, on n’a pas de pétrole mais on dispose d’une mine d’or inépuisable en argent social. (Argent social dans lequel certains puisent à volonté.) 

      Les virus de curés 
      http://levirusmachin.hautetfort.com/ 

      Le piège internet (GOOGLE, Blog-spot,  Dailymotion, Le Post) 
      http://echofrance.monblogue.branchez-vous.com/2009/11/21#215760 



      • ELCHETORIX 10 mars 2011 17:37

        Bonjour l’auteur , excellente analyse à laquelle je n’ai rien à ajouter !
        RA .


        • robocup555 10 mars 2011 19:02

          Cette note a été rédigée le dimanche 6 mars et n’a été publiée par Agoravox qu’aujourd’hui. Même si Agoravox ne m’a refusé que 2 notes, sur 20 publiées, je pensais sincèrement que vu le retard celle ci sera refusée. La raison en est qu’elle est à l’encontre du prêt à penser et du politiquement correct. Merci à Agoravox pour le débat contradictoire.

          En réalité je n’aime pas particulièrement la personnalité de Kadhafi, mais ses déclarations contre l’ordre américain rejoignent à sa manière les déclarations de Sarkosy sur l’impérialisme financier qui découle de Bretton Woods. C’est un révolté angoissé.

          Je pense que Kadhafi doit se retirer pacifiquement et permettre l’émergence d’un mouvement démocratique dans son pays. Sinon, il subira le même sort que Saddam Hussein, la Libye sera un nouvel Irak et le Maghreb une nouvelle région instable. 




          • ALLONS LA CEE DU NERF DES PILONNAGES AERIENS DE TRIPOLI.. OU PARACHUAEGE D ARMES LOURDES AU PEUPLE

            MOINS DE BLA BLA

            SINON LES PEUPLES DE GAUCHE ENVERRONT UNE BRIGADE INTERNATIONALE AVEC DES ARMES LOURDES....

            nous sommes deje 2000... TOUSENSEMBLE


          • chuppa 10 mars 2011 19:06

            Analyse ? Encore un complot des sionistes ? Fatiguant de lire des inepties de ce genre. Que les américains soient opportunistes , effectivement, nous avons payé le « plan Marshal » d’après 40/45 au prix (très) fort. Mais vous lancez des affirmations sur base d’une imagination débordante. Vous devriez essayer l’écriture de nouvelles ou de romans..... A +


            • Croa Croa 10 mars 2011 23:02

              Cette théorie est pourtant vraissemblable. On peut douter bien sûr mais on doit au moins la retenir en tant que thèse. Les « inepties » sont plus à rechercher dans la soupe médiatique habituelle que dans cet article ! L’auteur ne parle pas de complot mais tu as raison : les américains soient opportunistes... et ils ont des agents !


            • robocup555 10 mars 2011 19:57

              Mais qui a parlé de sionisme ? Vous n’avez surement pas lu la note et je ne prétends pas être un analyste,mais un simple observateur.

              Cordialement


              • JACOB 13 mars 2011 13:50

                Le monde est en voie de démocratisation.
                Souvenez vous du discours de GW BUSH en février 2003.

                les dictatures tombent.


                • robocup555 13 mars 2011 18:16

                  Je ne suis pas contre le fait que les dictatures tombent., mais contre le fait de les envahir pour soi-disant les faire tomber ou venir en aide aux populations, ou encore pire instaurer la « démocratie », comme l’a dit Bush en 2003 que vous citez. Vous voyez bien à quel point l’Irak est aujourd’hui un pays un pays ....« démocratique ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès