Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Libye : vers une nouvelle « guerre juste et humanitaire » pour (...)

Libye : vers une nouvelle « guerre juste et humanitaire » pour s’emparer des richesses d’un peuple

Donc, c'est la révolution libyenne. Laquelle est en train d'être réprimée sauvagement par Kadhafi. La campagne va être organisée et la meute va puiser dans son éternelle boîte à outils et sortir des armes traditionnelles réputées imparables : les médias, les institutions internationales (ONU, UE), les ONG autoproclamées de défenses des droits de l'homme financées par les multinationales (FIDH, Amnesty International, HRW, Croix Rouge...), les outils militaires multilatéraux (OTAN) et unilatéraux (US Marines) qui font vivre leurs pays respectifs du crime, le marteau judiciaire (la CPI, le TPI), l'argent (donné le plus souvent par les entreprises multinationales qui sont les vrais instigateurs de ces opérations) et les groupes dits d'intellectuels amoureux des « causes justes » à géométrie variable. Tout cet arsenal est chapeauté par le sacerdoce humanitaire à l'égard des peuples qui sont en danger de mort.

Profitant du soulèvement des peuples au Maghreb, Les Etats-Unis d'Amérique et leurs cousins d'Europe veulent en finir avec Mouammar Kadhafi et se partager définitivement la dépouille d'une Libye désormais conquise. Pour ce faire, ils ont recours à une propagande intensive qui rappelle celle utilisée contre l'ex-tyran irakien Saddam Hussein. Pour mémoire, les médias occidentaux avaient quasi-unanimement repris l'antienne bushienne à propos des armes de destruction massive qu'aurait détenu le dictateur irakien. On découvrira le mensonge plus tard, mais l'Irak fut déjà détruit et les ressources du pays confisquées. La même machine de propagande avait été déployée contre Ceauçescu en 1989 en Roumanie. La presse occidentale avait vu en ce dictateur le « dracula communiste » auteur, avait-on dit, de charniers contenant quelques « 70.000 corps ». On parla de " génocide ", de " charniers ", de " massacres ", de " femmes enceintes éventrées ", de " tortures ", de " corps brûlés dans un crématorium". On évoqua des " chauffeurs de camions qui transportaient des mètres cubes de corps, qui étaient abattus d'une balle dans la nuque par la police secrète pour éliminer tout témoin." Evidemment les charniers étaient de faux, mais le couple dictatorial avait été déjà fusillé. Au même moment, passait sous silence l'opération d'exfiltration manu militari du président du Panama, Manuel Noriega agent de la CIA qui avait cessé d'obéir au maître de la Maison Blanche, Georges Bush. Pour les médias occidentaux, cette opération n'avait fait aucun dégât humain. Sauf qu'on découvrira plus tard qu'au moins 2.000 personnes avaient été tuées par les yankees.

Le serviteur dévoué de la France que fut Jean-Bedel Bokassa, au moment où il allait être déchu, fut victime de la même propagande qui vit en lui un anthropophage. Subitement, le dictateur ami qui couvrait le couple Giscard d'Estaing de diamant était devenu « l'ogre de Berengo » qu'il faut abattre au plus vite pour éviter que ses « sujets centrafricains » finissent tous dans sa marmite.

Comme l'histoire se répète très souvent, aujourd'hui, la planète assiste à la condamnation à mort de Kadhafi par la même voie. La machine à propagande a été matinalement déclenchée : « Kadhafi massacre son peuple », il « bombarde son peuple », kadhafi et ses enfants, tous « psychopates sont en train de massacrer le peuple Libyen ». Ils ont déjà fait fait « 6.000 victimes qui manifestaient les mains nues ». Face à toutes ces atrocités commises par un « fou », un « inculte », un « criminel », il faut envoyer une expédition « humanitaire » pour sauver le soldat Ryan sous la férule de kadhafi.

Il existe bel et bien des éléments à charge contre Kadhafi. Cet homme n'est pas un ange. Pas plus que ceux qui veulent l'abattre d'ailleurs. Mouammar Kadhafi est au pouvoir depuis 42 ans. C'est une durée suffisamment importante pour être signalée. Ceci ne peut qu'être mal vu dans un monde qui, empêtré dans ses propres contradictions, a fini par ériger le changement factice comme la mesure de toute chose. Ce nombre d'années au pouvoir a créé forcément des pratiques répressives, clientélistes et corrompues. Cette longévité au pouvoir ne fait pas que des heureux, c'est sûr. En 1996 déjà Benghazi a connu des troubles. La famille Kadhafi a volé la Libye et placé beaucoup d'argent en Suisse, en Italie, en Angleterre, aux USA et ailleurs où ces fonds sont parfois investis au détriment du peuple Libyen.

En plus de tout ceci, Kadhafi et les siens se sont de près ou de loin, retrouvés dans de nombreux contentieux internationaux. Kadhafi a un passé « terroriste » admis par lui-même pour avoir indemnisé les familles des victimes du crash du DC 10 d'UTA et du boeing de la Panam. Même si un jour peut-être, l'histoire dira autre chose, il faut s'en tenir à ces faits. Pendant de nombreuses années, il a détenu des étrangers pour avoir inoculé le virus du sida à des enfants libyens. Kadhafi -à l'instar des humanitaires occidentaux d'ailleurs- est reconnu comme un important soutien à certains dictateurs africains. A l'ONU, lors de la 64ème assemblée générale, le guide Libyen n'a pas mâché ses mots contre les cousins qui se partagent le monde et la terreur qu'ils exercent sur les peuples appauvris. Plus récemment, la famille Kadhafi s'est retrouvé au centre d'une longue et difficile querelle avec la Suisse suite à l'arrestation de Hannibal Kadhafi et sa femme pour mauvais traitements sur leurs domestiques à Genève en juillet 2008.

Mais, en réponse à ces faits, Kadhafi accomplit pêle-mêle, des actes qui vont lui garantir le retour sur ce qui est appelé la scène internationale d'où il a été évincé - mais pas totalement, puisque des affaires continuaient- depuis l'embargo décidé par les Européens et leurs cousins qui occupent l'Amérique, les différentes tentatives d'assassinat et les bombardements du golfe de Syrte, de Benghazi et de Tripoli par les Etats-Unis d'Amérique.

Kadhafi va libérer les différents détenus, coopérer avec la justice écossaise dans l'affaire du crash de Lockerbie, indemniser les victimes. Il va même utiliser pendant toutes ces années l'argent du pétrole pour soutenir à la fois des dictateurs obséquieux et nombre de combats anticolonialistes en Afrique. Suivant l'intérêt à défendre et en habile politique, Kadhafi sait pactiser avec le diable et dieu. Mieux, il va prêter main forte à l'Europe à contenir et à réprimer l'immigration des africains. Comme les riches peuvent tout acheter y compris l'âme des cupides, Kadhafi va obtenir du respect de part et d'autre en achetant beaucoup d'armes aux Européens et à leurs cousins d'Amérique. Il va leur livrer du pétrole et du gaz. Il va renoncer, dans une gigantesque opération de communication bushienne qui voulait justifier que sa « guerre préventive » en Irak porte ses fruits, à son programme nucléaire. Il devient le bon ami que chacun des hypocrites arrachent. L'argent n'a pas d'odeur, dit-on. Si on ne le lui prend pas, « d'autres le feront à notre place ». C'est la Realpolitik, affirmait-on !

Puis vint le soulèvement des peuples au Maghreb. Les « meilleurs élèves » de la Tunisie et de l'Egypte vont être éjectés. Pour ne pas tout perdre, les Occidentaux vont militer pour que leurs deux « alliés de la région » partent. Le système doit être sauvé et pour cela, il faut court-circuiter les peuples en essayant de paralyser leur élan avec le départ de Ben Ali et Mubarak. Mais, ces peuples ont compris que le départ des deux hommes n'équivaut pas changement de système car depuis leur « fuite » organisée, la rue continue de manifester afin que la révolution aille à son terme.

Pour ne pas laisser cette occasion passée, il faut susciter quelque chose en Libye. Pour atteindre cet objectif, on va nous dire que la vague de la révolution a atteint la Libye. Donc, c'est la révolution libyenne. Laquelle est en train d'être réprimée sauvagement par Kadhafi. La campagne va être organisée et la meute va puiser dans son éternelle boîte à outils et sortir des armes traditionnelles réputées imparables : les médias, les institutions internationales (ONU, UE), les ONG autoproclamées de défenses des droits de l'homme financées par les multinationales (FIDH, Amnesty International, HRW, Croix Rouge...), les outils militaires multilatéraux (OTAN) et unilatéraux (US Marines) qui font vivre leurs pays respectifs du crime, le marteau judiciaire (la CPI, le TPI), l'argent (donné le plus souvent par les entreprises multinationales qui sont les vrais instigateurs de ces opérations) et les groupes dits d'intellectuels amoureux des « causes justes » à géométrie variable. Tout cet arsenal est chapeauté par le sacerdoce humanitaire à l'égard des peuples qui sont en danger de mort.

Les médias vont donc déclencher les hostilités. Kadhafi, le « bouffon » est en train de bombarder son peuple. Cette idée incessamment martelée finira par porter l'émotion est à son comble. Qui, dans ces moments d'intense exercice mental, ne se représenterait pas le visage de ce Kadhafi « le fou », « le criminel ». Ce personnage terrifiant, ce bédouin aux verres fumées qui voit tout sans être vu. Il ne répond pas aux codes de la société occidentale. Il est méprisant. « C'est sûr, il est en train de massacrer son peuple », entend-on dire. Comme on ne peut éternellement rester dans l'imagination, des images vont finir par être montrées à la télévision. Et là, on s'aperçoit que la révolution en Libye ne se déroule pas comme en Tunisie ou en Egypte. Ici, c'est un groupe de personnes qui a pris les armes et occupent des villes où le pétrole est produit. Alors, le langage va changer. Désormais, on passe de la révolution à l'insurrection. Les médias parlent désormais des insurgés et des rebelles. Mais en dépit du nouveau vocabulaire médiatique, beaucoup d'esprits sont déjà structurés et prêts à accepter « l'invasion humanitaire ».

Ensuite, les ONG d'obédience pétrolifères (FIDH, AI, HRW) entrent en scène. Elles donnent un chiffre de 6.000 morts. Aussitôt, les médias reprennent ce chiffre et le répètent afin que l'émotion atteigne effectivement son paroxysme et y reste. Ces organisations dites de défenses des droits de l'homme vont revoir ensuite ce chiffre à la baisse. Quelques heures après avoir parlé de 6.000 personnes massacrées, le nombre de victimes passe à 2.000 personnes, puis, elles seront de 3.000. Même quand les images de télévision (France24) montrent comment les combats se déroulent et qui sont les rebelles, on persiste à dire que ce sont des populations civiles qui sont massacrées. Le vendredi 4 mars 2011, sur la RSR (radio suisse romande), un habitant d'une ville sous contrôle rebelle a déclaré que les pilotes de l'armée nationale ne bombardent pas les populations civiles. Mais qui a écouté ça ? Qui scrute les reportages à la télévision et en tire par lui-même des conclusions ?

Kadhafi, pour l'opinion dite internationale, est un monstre, soit ! Les Occidentaux ont de nombreux compte à lui régler, c'est sûr. Mais, ce qu'on voit là est-ce une révolution populaire ? Est-ce une rébellion armée ? Est-ce tout simplement une guerre civile ? La réalité sur le terrain ne contredit-elle pas la fiction d'une révolution populaire pacifique massacrée par « le fou de Tripoli » ?

Malgré ceci, l'oncle Sam qui n'a jamais caché son intention de s'emparer de la Libye, a déployé un arsenal militaire impressionnant en sa direction avec la proposition d'un exil à Kadhafi comme option. Ses ieutenants britannique et canadien l'ont suivi aussitôt. Les européens qui ont compris les conséquences de cette avance sur eux, car eux parlaient d'une action de l'OTAN, ont commencé par trainer les pas. Car, ils savaient que le déploiement de leurs cousins d'Amérique signifie qu'ils veulent s'arroger la part du lion libyen au cas où Kadhafi venait à être renversé. La France dit à présent, à travers quasiment tous ces hommes politiques qu'elle ne croit pas à un succès d'une opération militaire. Elle est bel et bien consciente de ce que veut l'Oncle Sam qui cherche à signifier aux Européens que les richesses de la Libye sont à redistribuer car elles sont restées trop longtemps entre les mains des européens : achat d'armes, gaz et pétrole notamment.

Autrement dit, mettre la pression à l'Europe pour gagner doublement : ne pas intervenir directement en Libye (leçons d'Afghanistan et d'Irak obligent) et dans le même temps prendre à l'Europe une sphère d'influence et des richesses supplémentaires avec sa propre action. Celle-ci préoccupée par la « vague d'immigrés qui risque de l'envahir » hésite à présent à s'engager dans cette nouvelle « guerre juste ».

C'est un truisme de dire qu'il se passe actuellement en Libye une guerre. Comme dans toute guerre la vérité est la première victime. Des livraisons d'armes aux rebelles sous couvert des ballets d'avions humanitaires, il se passe sûrement. De la formation, les rebelles en reçoivent de la part de leurs soutiens. Des victimes, il y a en. D'ailleurs Kadhafi a appelé l'ONU à ouvrir des enquêtes. Mais, non ! Moreno Ocampo, la marionnette, a déjà sorti la rhétorique habituelle du CPI contre les faibles : « crimes contre l'humanité ». Puis, Interpol est mis à contribution. Ah, la CPI ! Ah, Interpol ! Toujours aussi forts avec les faibles et si impuissants avec les forts.

Le peuple libyen, comme tout autre peuple, a le droit indiscutable de se débarrasser des dirigeants qui ne lui sont pas favorables. Mais ce droit est à lui seul. Des « guerres justes » s'il faut en faire, il va falloir les débuter contre les Etats-Unis d'Amérique, par Israël et par l'Europe qui n'ont de cesse de tuer des populations civiles pour satisfaire leur soif d'expansion et de ressources. Les Libyens quant à eux, savent ce qui est de leur devoir. Ils le font déjà avec la pleine conscience des difficultés liées à toute lutte pour la liberté. Ils n'ont pas besoin d'une « assistance humanitaire » qui « dégage » Kadhafi et le remplace par un roitelet obéissant qui livre quasi gratuitement - et cela a déjà commencé - les puits de pétrole et d'autres ressources du pays à Total, Texaco, Shell, BP, Exxon Mobil...ainsi qu'à des entrepreneurs de la misère des peuples. C'est à dire un « démocrate » comme les cousins aiment à en avoir près des ressources dont ils s'emparent. Les peuples n'en ont que faire des « libérations » réalisées par le devoir d'ingérence humanitaire des cousins d'Amérique et d'Europe. Il faut rappeler, à ce stade, la morale de l'histoire de l'humanité : l'Occident ne roule jamais pour les autres. Pas plus pour des idées « abstraites » genre Liberté, Démocratie, Paix, Justice. Ce qu'il aime défendre ce sont SES I-N-T-E-R-E-T-S ! Ni plus ni moins ! Car, en définitive et à voir les choses de près, l'Occident n'est outillé que pour ses I-N-T-E-R-E-T-S.


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • marcopolo30 7 mars 2011 11:29

    Article bourré d’inepties !!!!! Les Etats ont des relations d’Etat à Etat, ce qui signifie que le régime d’un Etat n’a aucune importance. Si l’on refuse cette situation, il ne reste plus qu’à mettre hors la loi une centaine d’Etats, à commencer par toutes les dictatures africaines, sud américaines, asiatiques, moyenne orientales. Ceci posé, dire que nous exploitons les pays pétroliers (ou miniers), c’est encore une ineptie. Ceux-ci savent très bien se défendre et défendre leurs intérêts. Que maintenant, la manne pétrolière aille dans la poche des dirigeants, celà ne nous regarde pas ! Que le commerce se fasse entre Etats, pétrole contre armes, minerai contre commissions sournoises, bois contre stabilité du régime assuré etc etc, celà fait partie d’un échange. Que les peuples Africains ou autre n’y trouve pas leur compte, qu’y pouvons nous. Si l’Arabie saoudite venait nous vendre son pétrole contre une autorisation de la burqua, beaucoup de Français hurleraient à l’ingérence inadmissible. Que chaque pays défende son beefsteak, quoi de plus normal. Les pays africains ont eu 50 ans pour se développer. Le résultat est lamentable ! La tribu au pouvoir raffle tout : argent ressources, emplois...jusqu’à ce que ça craque. Et hop, une autre tribu prend le pouvoir (moyennant quelques massacres ou génocides, bof !!!) Et nous, la France ????? Après quelques regrets, admonestations, menaces, nous reprenons, comme les autres pays, le chemin du Commerce. Tout le reste, comme cet article, n’est que blabla


    • hamza 8 mars 2011 02:05

      marcopolo, joli pseudo. Bien. l’auteur n’a pas daigné te répondre. Il a bien raison. Moi qui n’ai pas son talent, je n’ai pas de raison pour refuser de m’abaisser à ton niveau et te donner deux fessées, bien sonores, histoire de te réveiller un peu ! Franchement, sortir un commentaire pareil sous un tel pseudo sur un article d’une rare perspicacité, mais qui veux-tu insulter ? L’auteur ? non, surtout les lecteurs !!! Je veux bien croire que t’es un grand voyageur du temps moderne qui sillonne inlassablement son carré de pixels. Mais, à part ca, pour comprendre le monde, il faut surtout vouloir le voir sous son vrai jour, quitte à travers les yeux de ceux qui sont mieux armés et plus clairvoyants que toi.

      Au passage, bravo à l’auteur !


    • xray 8 mars 2011 09:17


      Les évènements du Maghreb sont visiblement bien orchestrés de l’extérieur. 
      Ces évènements démontrent une nouvelle fois que les journalistes sont entièrement soumis aux intérêts des Américains. 

      Le but des Américains est de faire sauter les verrous qui leurs interdisent l’accès directe au fric et au pétrole du Maghreb. (Les « dictateurs » ne sont pas aussi malléables que nos bons élus sans pouvoir du grand bordel européen.) 

      Le réveil des maghrébins risque d’être douloureux. 
      Si l’on en croit les journalistes, la Libye n’est pas en proie à de simples manifestations ni à des émeutes mais à une véritable insurrection avec de vrais moyens militaires. 

      En Libye, qui fourni les armes ? Qui tue qui ? 

      Le Grand Guignol politique
       
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

      UNESCO,  Le tissage des mots pour la confection du prêt-à-croire. 
      http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/29/unesco/ 


      Les élus européens sont des carpettes sur lesquelles les Américains s’essuient les pieds. 

      En France, on n’a pas de pétrole mais on dispose d’une mine d’or inépuisable en argent social. (Argent social dans lequel certains puisent à volonté.) 

      Les virus de curés 
      http://levirusmachin.hautetfort.com/ 

      Le piège internet (GOOGLE, Blog-spot,  Dailymotion, Le Post) 
      http://echofrance.monblogue.branchez-vous.com/2009/11/21#215760 



    • l heure en france a l ue n est plus aux parlementaires il faut vu la deficience de l armee europeennes former des brigades internationales et les envoyer a abidjean et en libye combattre avec les peuples ivoiriens et libyens

      HONTE A L UE...A L’ ONU....NE LAISSONS PAS ECRASER LES PEUPLES DE CES 2 PAYS

      TOUS ENSEMBLE


      • Nho 7 mars 2011 12:57

        Quel rapport entre ces deux pays ? L’ONU est déjà en Côte d’Ivoire et prend parti pour un homme qui affirme avoir gagné des élection et qui pourtant refuse qu’on recompte les voix. Ses appels aux grèves générales et autres manifestations ont d’ailleurs tous échoués.

        Faut pas mettre tout dans le même panier.


      • bernard29 bernard29 7 mars 2011 17:22

        voici un lien possible ; information paru dans le « Monde en Direct » (sur la crise libyenne)

         

        Mercenaires. Les forces libyennes contraignent des migrants d’Afrique noire à prendre les armes pour combattre l’insurrection, ont expliqué à Reuters des jeunes Africains arrivés à la frontière tunisienne. Rencontrés dans le camp de transit de Ras Jdir, à deux heures de route à l’ouest de Tripoli, ils racontent que des soldats ont pénétré à leurs domiciles, les ont battus, dépouillés de leur argent et de leurs papiers d’identité, avant de leur proposer de l’argent pour lutter contre les rebelles.

        « Au moment où je vous parle, il y a de nombreux Noirs à l’entraînement qui disent qu’ils vont participer à cette guerre. Ils leur ont donné beaucoup d’argent », dit l’un d’eux.

        « Ils m’ont dit que je ferais mieux de prendre l’ rgent et de combattre. Ils m’offraient 250 dinars libyens (environ 200 dollars). Quand j’ai dit non, ils m’ont dit que je ne pourrais aller nulle part. »


      • joelim joelim 7 mars 2011 12:16

        Profitant du soulèvement des peuples au Maghreb, Les Etats-Unis d’Amérique et leurs cousins d’Europe veulent en finir avec Mouammar Kadhafi

        C’est d’abord le peuple libyen qui veut en finir avec lui. C’est je pense le plus important.

        Pour atteindre cet objectif, on va nous dire que la vague de la révolution a atteint la Libye

        Ah, parce que ce n’est pas le cas ? Je pense que par vos propos vous instrumentalisez ce qui se passe là-bas de la même façon que souhaiteraient le faire les oligarques occidentaux qui nous dirigent.

        Enfin, je suis d’accord avec votre conclusion, simplement il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain : les occidentaux « voudraient » (c’est ce qu’ils disent) voir disparaître Kadhafi le Tueur, mais on s’en fout, ce qui compte est ce que veulent les peuples. On ne va pas dénigrer leurs droits sous prétexte que les « bons sentiments » des néo-libéraux s’étalent dans les médias, alors qu’on sait qu’il n’y a que du vent derrière... 

        • bernard29 bernard29 7 mars 2011 13:05

          Vous osez dire ;

          « Il existe bel et bien des éléments à charge contre Kadhafi. Cet homme n’est pas un ange »

          Pourquoi vous lui voulez tant de mal ??? c’est de la diffamation, je trouve.


          • bernard29 bernard29 7 mars 2011 14:43

            Reuters 13 heures. ; « La Ligue arabe soutient le projet d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye, affirme le Quai d’Orsay »


            • bernard29 bernard29 7 mars 2011 15:20

              L’ex-président tchèque Vaclav Havel

              - il a appelé à une intervention militaire étrangère si les forces pro-Kadhafi continuaient de tuer des civils. Il a déclaré au journal Hospodarske Noviny que le monde devait stopper le leader libyen de commettre « de plus en plus de crimes ».
              - Il avance la possibilité d’attaques ciblées là où se terrerait le colonel Kadhafi.


              • Arthur 123 7 mars 2011 17:43

                Quand je voie la bannière étoiler partie en guerre pour une causse juste et humanitaire, j’ai un gros doute. Rappelons nous comment la famille Bush Père et Fils avec la complicité de l’ONU, on mis parterre l’Irak.


                • Nho 8 mars 2011 21:04

                  Ils sont obligés. Le prix du brut monte. Obama reçoit déjà de fortes pressions internes pour agir.


                  • Serpico Serpico 7 mars 2011 20:19

                    Si jamais les révoltes arabes servaient à faire entrer le loup occidental dans la bergerie, il serait de loin préférable de garder les dictateurs actuels.

                    A choisir entre l’Enfer et l’Enfer, autant garder celui qu’on connaît déjà.


                    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 7 mars 2011 22:29


                      Oui, le crime colonial est en marche.

                      L’enfer est pavé de bonnes intentions... que de manipulations...

                      Bravo pour cet article lucide.


                      • machiavelle machiavelle 8 mars 2011 10:29

                        Pire que Kadhafi  : l’impérialisme US ! (et certains lybiens l’ont parfaitement bien compris !)

                        Il existe une incohérence flagrante et visible concernant les « révolutions » des pays arabophones, mais qui hélas semble échapper à une majorité d’individus.. celui des insurrections populaires Grecques et Algériennes ! dont la révolte fut qualifié de simple « ’émeute » par les médias occidentaux aux ordres, et non de « révolution »... cela également devrait nous faire réflechir sur les éventuelles interêts sous jacents qui pousse les puissances impérialistes à utiliser tantôt le terme « emeute » et tantôt le terme de « révolution » pour qualifier une insurrection populaire de masse... car que les biens pensants le veuilles ou non, l’emploie des termes « emeute » ou « révolution » par les médias de masse n’est pas le fruit du hasard...


                        Franchement ceux qui n’ont toujours pas tiré les leçons de ce qui s’est passé en Irak suite à l’invasion américaine, et qui pensent que l’insurrection contre Kadhafi est une bonne chose pour le peuple lybien n’ont strictement rien compris aux interêts stratégiques mondiaux qui sont en train de se jouer au nez et à la barbe des bien pensants...

                        Tout d’abord il n’existe pas UN peuple Lybien, mais DES peuples lybiens, dont les clans tribaux en guerre furent rassemblés de force lors de la précédente « révolution » Lybienne mené par son leader Khadafi à la fin des années 60. Sans khadafi il n’y aurait jamais eu de peuple Lybien à proprement parlé mais seulement des factions tribales en guerre.

                        Contrairement à ce que veulent bien nous montrer les médias à la botte, Ce qui se passe en Lybie n’est pas une insurrection du Peuple contre Khadafi mais seulement l’insurrection de quelques chefs de guerres tribaux principalements situés à l’est de la Lybie tout prés de la frontière Egyptienne, et qui dès le départ de l’insurrection ont fort probablement reçu le soutien préalable des Etats unis, et qui actuellement sont les mêmes qui devant les caméras occidentales réclament au nom du peuple Lybien tout entier, une intervention militaire américaine, non pas principalement dirigé contre Khadafi, mais bel et bien contre l’ensemble des autres tribus situés au centre et à l’ouest de la Lybie.

                        En ce moment, les médias à la botte nous servent des « révolutions » arabes à tour de bras, mais personne ne cherche à voir plus loin que le bout de son nez, ni même à savoir qu’il existe un conflit commercial important entre les Etats Unis et certains pays européens dont la France, concernant les ressources pétrolifères de certains pays arabophones comme la Lybie.

                        Ce qui se passe dans les pays arabophones depuis la première guerre en Irak, en passant par l’évenement du 11 sept, l’Afghanistan, le Liban, et j’en passe, est un véritable plan d’invasion militaire  ! ça créve pourtant les yeux ! et ce qui se passe actuellement dans les pays du Maghreb n’en est selon moi que la continuité qui n’a absolument rien à voir avec avec une quelconque « révolution » véritablement initié par les peuples.

                        Le régime de Khadafi est certes une dictature decomplexé et ultra visible par tous, mais à notre époque ou la guerre psychologique et la fabrique du consentement ont depuis longtemps pris le pas sur les guerres de l’époque coloniale, nous serions beaucoup plus avisés de nous méfier des dictatures complexés qui ne disent pas leurs nom et qui cache leurs totalitarisme derrière des mots comme « démocratie » et « droit d’ingérence »... (droit d’ingérence qui je le rappelle en passant fut un concept crée par le régime Nazi)

                        En outre il est toujours aussi étonnant de constater que les crimes de l’etat d’Israel contre la population civile palestinienne ne soient jamais dénoncés avec autant de vigueur par les américains ... et n’aient jamais justifiés une quelconque intervention militaire US...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rodriguez


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès