Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Lithium : et si c’était vrai ?

Lithium : et si c’était vrai ?

Si la presse internationale s’extasie régulièrement devant le cours du baril de pétrole qui s’est envolé de plus de 180% en cinq ans, celui du lithium a littéralement décollé : +857% sur la même période. Le prix de la tonne de lithium est ainsi passé de 350 dollars en 2003 à plus de 3000 aujourd’hui, témoignant d’un engouement international pour ce métal à la texture molle, présenté par certains comme le pétrole du futur.

Le lithium est effectivement utilisé pour concevoir les batteries lithium-ion, très légères, peu volumineuses, et dont la capacité de conduite d’électricité permet d’être utilisée dans le cadre d’automobiles électriques. Actuellement, les batteries lithium-ion ne sont utilisées que pour des appareils électroniques tels que portables et ordinateurs : la croissance des batteries lithium-ion a d’ailleurs pris des proportions vertigineuses ces dernières années : +50% de batteries lithium-ion dans les téléphones portables, +23% dans les ordinateurs portables. Les raisons de cet engouement ? La légèreté du lithium, un argument de poids face aux batteries nickel-métal hydrure, pourtant présentées il y a encore une vingtaine d’années comme batteries du futur.

Le lithium bolivien au coeur des convoitises
Si les batteries lithium-ion venaient à alimenter plus tard nos automobiles, la Bolivie deviendrait certainement le Moyen-Orient des prochaines décennies, un eldorado énergétique qui suscite beaucoup d’espoir au sein de ce pays de quelques 10 millions d’habitants. En effet, alors que 65% de la population vit sous le seuil de pauvreté et que l’indice de développement humain ne dépasse guère les 0,6 point, la Bolivie concentre sur son territoire plus de 70% des réserves mondiales de lithium, qui à défaut d’être aujourd’hui exploitées, suscitent nombre de convoitises.

bolloré morales.jpgLe groupe français Bolloré a d’ores et déjà fait part de son intérêt pour le lithium bolivien, nécessaire à la commercialisation de sa "blue car", au même titre que les firmes japonaises Mitsubishi et Sumitomo. Depuis quelques temps, nous avons une proposition de la France, et il y a des experts dans le domaine du lithium pour construire des voitures avec des batteries au lithium avait affirmé le président bolivien Evo Morales, avant de se rendre en France pour entamer des négociations avec Vincent Bolloré. Les Etats-Unis lorgnent eux aussi depuis un certain nombre d’années sur le lithium de Bolivie, la société américaine Lithco avait d’ailleurs en 1990 commencé un travail d’extraction, avant que le nationaliste Gonzalo Sánchez de Lozada ne vienne l’en empêcher.

Exploitation du lithium bolivien : un dilemme écologique
Mais le lithium bolivien présente une faille de poids, susceptible de ralentir la date de lancement de son exploitation. L’essentiel des réserves se trouvent en effet dans les bas-fonds du désert salé de Uyuni, vestiges d’un ancien lac d’eau de mer, merveille naturelle (voir photo ci-dessous) dont la destruction serait une conséquence inévitable de l’exploitation du lithium qu’il recèle.

Plusieurs associations environnementales se sont déjà dressées contre l’exploitation du désert d’Uyuni, ainsi que le secteur touristique local. Mais face à l’espoir de milliers de déshérites que véhicule l’exploitation du lithium et le travail qu’elle apportera aux populations locales, il sera difficile de parvenir à préserver cet édifice naturel somptueux. Aujourd’hui, rien ne certifie que le lithium d’Uyuni ne sera un jour exploité. Or, comme le souligne un économiste bolivien, si nous n’entrons pas dans la course maintenant, le marché trouvera d’autres solutions pour les besoins mondiaux de stockage de l’énergie.

Le lithium est-il une alternative au pétrole ?
Le lithium abonde-t-il en quantité suffisante sur la planète pour palier l’épuisement des nappes de pétrole ? Les experts ne cessent de se contredire sur la question, mettant en doute la capacité du lithium à alimenter les batteries lithium-ion pour l’ensemble du secteur automobile mondial les prochaines décennies.

En effet, tandis que le gouvernement américain évalue les réserves mondiales de lithium exploitables à 11 millions de tonnes, un cabinet scientifique français a quand lui émis le chiffre de 234.000 tonnes, ce qui, en prenant compte du lithium utilisé dans les mobiles et portables, ne permettrait de consacrer que 31.000 tonnes aux futures voitures électriques, soit moins de 1,5 millions d’automobiles. Mais si l’on se base sur les estimations américaines, les réserves de lithium seraient amplement suffisantes à la fabrication d’automobiles pour plus d’un siècle. Difficile donc, de promouvoir le lithium au titre de pétrole du futur si aucune garantie n’est apportée quant aux réserves disponibles...

Dans les conditions actuelles, affirmer avec certitude que l’ensemble de nos automobiles fonctionneront dans les prochaines décennies avec des batteries lithium-ion relève de la supposition. L’hypothèse la plus crédible se trouve dans le développement des voitures fonctionnant aux bio-carburants, tandis que la voiture électrique lithium-ion ne sera que minoritaire dans le parc automobile mondial. Quant à la Bolivie, le statut de moyen-orient du XXIème qu’elle compte obtenir nécessite que l’exploitation du lithium qu’elle possède soit entreprise prochainement, au risque de voir des technologies plus modernes émerger. Nissan a d’ores et déjà annoncé travailler sur un modèle de batteries dont l’autonomie, de 500 kilomètres, serait trois fois plus importante que les lithium-ion...

 A retrouver sur mon blog. ICI.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Viv 3 mars 2009 10:57

    Bio-carburant ?
    Cette hypothèse me semble déjà morte et enterrée... A moins de se mettre à exploiter également les océans avec leurs algues gorgées d’huiles exploitables...et détruire encore plus notre Terre.

    Je verrais plutôt l’électrique, mais de manière plus modeste (a-t-on besoin tous les jours de 500 Km de carburant dans nos automobiles ? Une autonomie de quelques 200 Km, avec une technologie simple - l’air comprimé par exemple - ne suffirait-t’elle pas pour nos besoin quotidiens ?).

    ++


    • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 3 mars 2009 14:44

      Les biocarburants restent envisageables par exemple avec des micro algues expoitées dans des endroits où il y a beaucoup de soleil : des déserts.

      N’évacuez pas trop vite cette solution : si les carburants actuels (1ère et seconde génération) ne sont pas très viables, il y a tout de même beaucoup de projets de biocarburants à l’étude actuellement qui semble prometteurs.


    • Viv 4 mars 2009 08:56

      Oui, bien sûr, on pourrait faire énormément de choses dans les déserts... genre planter des méga centrales photovoltaïques partout. Pourtant ce n’est pas encore fait, pourquoi ? la technologie est connue et maitrisée pourtant.

      Pour les biocarburants à base d’algues, il faudrait toujours de l’eau à proximité (ne serait-ce pour se réapprovisionner tout simplement). Mais je vous l’accorde, beaucoup de projets sont en cours !

      ++


    • morice morice 3 mars 2009 11:04

       ce qui est vrai, c’est que les difficultés de la Bolivie sont dûs à ça : l’amérique en a besoin. Et les AMBASSADES US à partir de là lancent leurs espions pour déstabiliser le pays.


      • Yannick J. Yannick J. 3 mars 2009 11:14

        Morice....................

        vous faites vraiment feu de tout bois,
         
        tout de même !


      • LE CHAT LE CHAT 3 mars 2009 11:35

        @yannick

         va savoir avec la CIA , il y a peut être quelque chose dans le sous sol de la Guadeloupe qui interesse les yankees ....  smiley


      • morice morice 3 mars 2009 11:53

        de lithium, mon cher, je bosse tous les jours avec...


      • eugène wermelinger eugène wermelinger 3 mars 2009 15:36

        Morice : il faudra vous mettre à boire de l’eau de Wattwiller (68) : zéro nitrate, mais plein de lithium, autrefois elle se nommati "LITHIA" de quoi refaire le plein de vos batteries.

        En passant : notre jeune ami Alex est plein de bon sens et de promesses. Bonne continuation à toi et encore félicitations. 


      • Emmanuel Aguéra LeManu 3 mars 2009 20:42

        Alex ? 13 ans... Allez le lithium !


      • Gasty Gasty 4 mars 2009 08:20

        Alex ne marche pas à la vulgaire pile alcaline, il est boosté au nickel calcium et à l’oligo lituim.

        Ce n’est pas comme CERTAINS ici dont je terrais les noms par respect du lecteur et qui marche à la pile humide aux substances acides à électrolyte gélifié.

        ( J’ai les noms ).


      • zelectron zelectron 3 mars 2009 11:22

        Et le Tibet (n°2) ?


        • Talion Talion 3 mars 2009 14:23

          Bonne remarque !!!

          Le Tibet aussi possède des gisements importants qui nourrissent également bien des convoitises.


        • Pierrot Pierrot 3 mars 2009 12:37

          à @ l’auteur,

          le marché du lithium est relativement restraint ce qui explique la "volatilité" du cours du marché.
          le prix étant très spéculatif il peut s’effondrer brutalement en quelques semaines ou mois.

          Les réserves potentielles de lithium sont abondantes si le prix s’élève.
          Il n’y a aucune crainte de pénurie hors spéculation.

          Par ailleurs d’autres batteries que le Li-ion pourraient émergées dans le futur.

          Bonne journée.


          • yannix 5 mars 2009 16:50

            "Les réserves potentielles de lithium sont abondantes si le prix s’élève. "
            "Il n’y a aucune crainte de pénurie hors spéculation. "

            C’est sûr que si le prix du lithium mets la voiture électrique à un tel prix que personne ne pourra en acheter, il n’y aura plus de pénurie ! Il y’en a même qui tiennent ce genre de propos sur les denrées alimentaires de bases : Blé trop cher -> les pauvres meurent de faim -> plus de pauvres -> plus de pénurie ! C’est formidable l’économie smiley


          • Walid Haïdar 3 mars 2009 12:53

             Je ne comprend pas le "et si c’était vrai ?" du titre.

            Puisque, même si à mon sens l’article ne pose pas le problème sous un angle pertinent, on y voit très clairement que "ce n’est pas vrai". Autrement dit que la question de savoir si le pétrole peut être remplacé par la Lithium, est sacrément idiote.

            Il vient que le titre est donc tout simplement accrocheur et malhonnête.

            Quand on sait que l’auteur n’a aucun intérêt commercial dans cet article gratuit, ça fait peur (qu’est-ce ce sera quand il devra faire vendre des journaux ?).

            Il est sain de copier un minimum les modèles existant (par exemple la modèle de déontologie que les journalistes sont sensés appliquer), mais il est au moins aussi sain de prendre ses distances avec les pratiques les plus pourries du journalisme actuel (par exemple poser des titres accrocheurs sur des articles dont l’angle du questionnement n’est déterminé que selon la volonté plus ou moins consciente de pondre un article accrocheur : les lecteurs ne sont pas des poissons ni vos articles des appâts : les premiers sont des citoyens, et les deuxièmes sont un outil citoyen, créé par des citoyens).

            Le lithium, minerai, n’a rien à voir avec le pétrole, qui est un hydrocarbure. Avec le pétrole on peut faire des médicaments et du plastique, tout un tas de choses, qui n’ont aucun rapport avec le lithium. Donc l’assertion générale "lithium remplace pétrole" insinue une confusion très dommageable, des ordres d’idée absurdes. Le journaliste n’est pas sensé obscurcir les problématiques contemporaines : un effort de sobriété serait le bienvenu de votre part donc. Gardez en tête la mission du journalisme (informer), détournez vous des fausses illusions (vendre de l’information), ça vous aidera à atteindre plus d’objectivité dans le rendu de votre approche des problèmes.

            Plutôt que de donner des grands airs globalisant au sujet (remplacer le pétrole), il aurait été plus original et intéressant de travailler à l’éclaircissement de l’écart abyssal entre les estimations françaises et américaines par exemple. Car cet écart est de 1 pour 50. Pire que si je vous disais que vous étiez haut comme 3 pommes (ce serait un rapport de 1 sur 6 environ). Il y a donc un truc qui cloche.

            Qui a intérêt à faire de basses estimations et pourquoi ? Qui a intérêt à en faire de hautes et pourquoi ?

            L’article a au moins le mérite de relever la réalité de ces deux estimations contradictoires, dommage qu’il néglige la compréhension de cette contradiction.


            • Philou017 Philou017 3 mars 2009 21:11

              Avac la methode de cotation d’Agoravox, les arnaqueurs du "titre aguicheur" gagnent à tous les coups.


            • lechar 3 mars 2009 13:27

              à l’instar des agrocarburants, les véhicules équipés de lithium sont une alternative qui ne sera jamais à grande échelle (vu le nombre de gisements mondial). Si tous les véhicules acutels en étaient équipés, sachant qu’il en faut plusieurs kilos par véhicule, les ressources s’épuiseraient au bout de 10ans, voire un peu plus si on en découvre ici et là.


              • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 3 mars 2009 14:47

                des chiffres !
                Vous êtes en contradictiion avec les chiffres annoncés par l’article, avez vous de la documentation à nous présenter pour qu’on puisse se faire une idée objective s’il vous plait ?


              • vinvin 3 mars 2009 13:28

                Bonjour.

                Bon, d’ accord. Mais où on trouve du lithuim ?......

                Pour le Léton, je sais que c’ est en "Léthonie", Mais le Lithuim je sais pas !.....

                Au Vénésuella ?...... J’ ai un doute !



                VINVIN.


                • eugène wermelinger eugène wermelinger 3 mars 2009 15:44

                  à Vinvin :

                  Un minerai, fut-ce du Lithium s’extrait de la terre, donc le premier pays à prospecter est le "Grattez-moi là "

                  (Il faut que j’arrête le vinvin chaud)


                • Emmanuel Aguéra LeManu 3 mars 2009 20:44

                  C’est du vain vin...


                • maxim maxim 3 mars 2009 13:42

                  @ Alex Joubert ...

                  permettez moi tout d’abord de vous féliciter pour votre maturité vu votre jeune âge ainsi que pour votre intéret pour le devenir de notre société !

                  le Lithium comme substitut du pétrole ? c’est une interrogatiion de Normand " p’t’ête ben qu’oui ,p’t’ête ben qu’non .."

                  la production automobile mondiale mise encore pour la propulsion au carburant fossile ,il y a certainement des gisements inexploités sous la calotte glacière qui a considérablement fondue ,et qui rend possible la recherche ( ça ,ça se fait en ce moment ..) et l’exploitation ,qui sera possible vu les progrès technologiques réalisés en matière de forage ....

                  nous en avons encore pour un bon siècle en ce qui concerne le pétrole ......

                  les constructeurs travaillent surtout sur la réduction de consommation des moteurs ,donc un rendement maximum ,pour une conso mimimum ......

                  le véhicule électrique ,et encore certainement pour un bon bout de temps ,n’est relativement valable que pour une utilisation urbaine restreinte ,d’où le désintérêt actuel pour ce genre de déplacement !


                  • Talion Talion 3 mars 2009 14:21

                    "permettez moi tout d’abord de vous féliciter pour votre maturité vu votre jeune âge ainsi que pour votre intéret pour le devenir de notre société ! "

                    Effectivement... On ne peut être qu’admiratif quand on apprend que l’auteur n’a encore que 13 ans...

                    Il manque peut-être l’analyse "relations géopolitiques, luttes d’influences et coups tordus" dans ce dossier.
                    Ce point aurait en effet mérité d’être approfondis puisque l’on parle d’une ressource stratégique, mais en dehors de celà, je tire mon chapeau à l’auteur.
                    L’article est très intéressant.

                    Bravo !


                  • Marc Viot idoine 3 mars 2009 14:12

                    Euh et l’air comprimé, ça polluent les batteries à l’air comprimé ?

                     smiley


                    • Emmanuel Aguéra LeManu 3 mars 2009 20:46

                      En larguant une grosse caisse, espèce d’idoine !


                    • HELIOS HELIOS 3 mars 2009 18:04

                      Depuis que je sais qu’un téléphone portable peut servir a payer son caddie a la caisse du supermarché, je me dit qu’il pourrait aussi faire marcher ma voiture.

                      J’appuie sur les touches 1 et # et hop plus besoin de "plip" télécommande, la voiture est ouverte. je monte dedans je le pose sur son socle, il fait aussi GPS et en plus il va fournir l’energie a mes 4 moteurs electriques (1 dans chaque roue) grace a sa batterie lithium-polymère.

                      Vous voyez que l’avenir est radieux pour les producteurs de nodules polymetaliques, dont la France avec ses poussieres d’iles exotiques en detient plus de la moitié du monde. Du lithium, du lithium, du lithium....


                      • Spiritatus 3 mars 2009 20:09

                        Le lithium est-il une alternative au pétrole ?

                        A cette question une seule réponse, non.

                        Comme avec l’ydrogène, faut faire la différence entre source d’énergie et moyen de stocker l’énergie.


                        Le pétrole est unique dans le fait qu’il est a la fois une source d’énergie (en voie d’épuisement), et que cette énergie est présente de facon tres dense et facile a transporter

                        Le lithium peut être utilisé dans des pile peut stocker de l’énergie. l’on peut mettre ces piles dans un téléphonne portable ou dans une voiture au chois de son envie. Seulement l’électricité qu’on y stock faut bien qu’elle vienne de qqpart. Si en france l’élec est principalement produite par le nucléaire c’est pas le cas chez le reste du monde.

                        Donc ’un véhicule électrique est aussi propre que l’électricité utilisé lors de son chargement.
                        De tete au niveau mondial ca donne

                        Moins d’un 1% > renouvelable ( hors hydraulique : solaire, éolien, ...)
                        Env 15% Nucléaire
                        Env 15% hydraulique
                        Le reste env. 70% c’est fabriqué a l’aide de fossile, gaz et charbon principalement, avec une augmentation constante de la part du charbon ces dernières années...

                        Bref au niveau mondial une voiture électrique c’est avant tout une voiture au charbon....




                        • bart153 bart153 4 mars 2009 06:02

                          Enfin quelqu’un qui cesse de tout mélanger.

                          L’auteur pose l’interrogation de remplacer du pétrole par du lithium ???

                          Le lithium n’est pas une énergie. A ce que je sache on le le brule pas pour récupérer son énergie thermique.

                          alors quand je los dei "la voiture a air comprimé c’est la solution" et autres âneries...il faudrait m’expliquer comment vous fournissez l’énergie pour le compresseur d’air.

                          Même chose pour le fameux hydrogène !!!il sert a stocker de l’énergie, RIEN d’autre.

                          Par contre si on parle de coupler énergie solaire et production d’hydrogène ca devient intéressant. Les panneaux solaires font fonctionner un hydroliseur qui produit l’hydrogène, celui-ci est stocké, et quand besoin est, et bien on libère son énergie potentielle. A ce moment l’hydrogene a la meme fonction que des batteries Lithium : STOCKAGE.


                        • yannix 5 mars 2009 16:35

                          Il y aussi la posibilité de créer de l’hydrogène à la demande. En gros un "réservoir de" 45 litres d’eau et 18 kg de bore, la l’oxidation du bore avec l’eau dégage 5 kg d’hydrogène. Bon, c’est la théorie en phase d’expérimentation, mais sur le papier c’est plausible. Reste plus qu’à industrialiser ..


                        • phiconvers phiconvers 3 mars 2009 22:01

                          Pas une raison, en tout cas, de faire des risettes à Morales, qui sombre - malheureusement - dans le chavisme le plus ignoble, compromettant ainsi pour longtemps la capacité d’un indien à s’imposer aux responsabilités.


                          • HELIOS HELIOS 4 mars 2009 00:08

                            Excusez moi de répondre en ces termes a votre commentaire, qui ne parait pas être de l’humour.
                            Vous indiquez que Morales verse dans la "chavisme le plus ignoble"...

                            Je me demande si vous savez bien ce qu’est le chavisme, et qui est Morales - dans le contexte actuel de la Bolivie -.

                            Chavez a un ideal d’avenir qui ne rentre pas dans le cadre d’un système liberal tel que nous le connaissons (jusqua maintenant du moins). On peut lui reprocher beaucoup de choses, toutes dans le cadre de la démocratie, mais vous ne trouverez pas grand chose a lui reprocher dans le contexte de developement de son pays. Personne ne lui fait de cadeau et il est obligé d’agir comme il le peut. Castro l’a fait avant lui, en y rajoutant une repression et un sacré paquet de morts que Chavez à evité jusqu’a maintenant.
                            Chavez n’est pas mon trip, mais au moins lui, est une alternative au tout "liberal" c’est a dire la loi de la jungle que nous connaissons chez nous.

                            Le cas de la Bolivie est tout a fait different. Morales a souhaité socialiser son pays afin de redistribuer les richesses qui sont sequestréees par un petit nombre de boliviens dans une régions plus riche que les autres. En ce sens, il agit comme le souhaiteraient les guadeloupéens, c’est a dire d’eliminer les rentes de situation et les groupes qui etranglent tout le reste de la population. C’est evidement plus dur a faire en Bolivie, car comme vous n’avez pas l’air de le savoir, une des principale ressources de la Bolivie est le gaz et c’est difficile de se passer des societes internationales qui font payer à la Bolivie, par leur force d’influence, leur capacité a extraire et exporter au Bresil et en Argentine ce gaz.

                            Morales ne veut pas que la Bolivie deviennent un pays socialiste, c’est avant tout un patriote qui souhaite rendre un peu moins sauvage son pays en adoucissant les conditions de vie. Cela a un coût que le gaz, par exemple, peut partielement payer, mais il faut pour cela que tout le monde accepte de partager un peu plus. c’est là ou le bâts blesse car toute une frange de riches ne desirent pas participer a la redistribution sociale. D’autant que les riches sont en général bien blancs, descendants d’européeens alors que les pauvres ont une peau bien cuivréee les cheveux raides et noir et un port beaucoup moins altier.

                            Je me permet donc de vous faire remarquer que ni Morales, ni Chavez ne sont a qualifier d’ignobles. ce ne sont pas des dictateurs, même dans le cas de Chavez qui a quand même fait voter son peuple chaque fois qu’il a pris de grandes décisions... et il n’est pas revenu sur le choix de son peuple quand le résultat ne lui convient pas... comme certains moins ignobles le font ici, n’est-ce pas ? Chavez a donc choisi une voie non alignée qui nest pas moins respectable que les autres. Quand a Morales, vous ne pouvez en aucun cas lui imputer un quelconque deficit démocratique, ni même une orientation politique contraignante puisqu’il accepte la forme liberale actuelle mais pousse le curseur de la solidarité un peu plus a gauche... Rien a redire dans tout cela surtout quand on sait ce que ça coute coté relations internationales avec le grand voisin plus au nord.


                          • phiconvers phiconvers 4 mars 2009 07:59

                            Helios, si j’y pense, je vous répondrai ce soir. Rassurez-vous, j’ai bien pesé mes mots et m’exprime sur cette région parce que je la connais (vous pouvez lire mes articles sur Avox)


                          • docdory docdory 4 mars 2009 00:00

                             @ Alex Joubert 

                            Le lithium , dans une batterie , est l’élément de stockage de l’électricité qui est produite ailleurs . En effet , une batterie , pour fonctionner , doit être chargée par une prise de courant . Ce courant est produit dans son immense majorité , soit par des centrales nucléaires , soit par des centrales thermiques à pétrole , charbon et gaz . Ceci implique que , dans les pays dépourvus de centrale nucléaire , l’électricité que l’on charge dans les batteries au lithium est obtenue surtout à partir du pétrole . Par conséquent , dans ces pays , les voitures électriques fonctionnent indirectement au pétrole !
                            A noter que , vu le rendement d’une centrale thermique à pétrole , la déperdition d’énergie dans les fils à haute tension , et dans la conversion de l’énergie électrique en énergie chimique chimique lors de la charge de la batterie , et du rendement en énergie de cette batterie , il est beaucoup plus rentable énergétiquement de faire tourner le moteur directement avec un dérivé du pétrole , que de fabriquer de l’électricité à partir de ce même pétrole , de la convertir en énergie chimique dans la batterie puis à nouveau en énergie électrique pour faire fonctionner un moteur électrique . Par conséquent , les voitures électriques sont une fausse solution aux gaz à effet de serre , sauf à ne plus produire que de l’électricité nucléaire . Mais alors , ce sont des dizaines de centrales qu’il faudrait construire pour alimenter tous les moteurs électriques !


                            • Hotel Romeo 4 mars 2009 00:18

                               @ maxim
                              "nous en avons encore pour un bon siècle de pétrole" 
                              Faux. Vous êtes mal informé. Il reste bien sûr des quantités énormes de pétrole, mais nous parlons ici de pétrole "bon marché", c’est-à-dire accessible, facile à extraire, donc rentable. Le pétrole bon marché, il n’y en a pas pour un siècle, mais pour quelques années tout au plus. Après, il deviendra coûteux, puis très vite hors de prix et son exploitation ne vaudra plus le coup, n’étant plus rentable.
                              C’est là que les ennuis vont vraiment commencer : rappelons que pour trouver du pétrole et le sortir de terre, il faut devinez quoi ? Du pétrole. Sur la photo d’une exploitation de lithium qui illustre l’article, on voit un joli camion. A quoi fonctionne ce camion ? Pour extraire du lithium, il faut donc... du pétrole. Pour fabriquer un véhicule électrique, il faut malheureusement du pétrole (énergie, fabrication des métaux, plastiques, composites, etc.). Pour fabriquer une éolienne et des panneaux solaires, il faut du pétrole aussi. Pour fabriquer un GSM, un ordinateur, un frigo ou même un stylo, il faut du pétrole bon marché. Pour nourrir les populations qui fabriquent tous ces produits (cultiver les denrées, les transporter, les stocker, les vendre...), mais aussi pour les soigner (99% de l’industrie pharmaceutique dérive du pétrole), il faut aussi du pétrole pas cher. Sinon, tout devient inabordable, les pauvres encore plus pauvres et les riches de plus en plus rares. 
                              Ce ne sont là que des raccourcis, mais il serait grand temps de réaliser à quel point notre "civilisation" est dépendante du pétrole. Comme disait l’autre (désolé, j’ai oublié son nom), "le problème n’est pas dans le pétrole. Le problème EST le pétrole". 


                              • timiota 4 mars 2009 01:04

                                Certes, une inquiétude si certains éléments du modèle acuel continuaient mais


                                - on peut recycler les batteries (le Li dedans ne disparait qu’en cas de feu)


                                - on peut trouver des métallurgies nouvelles (argiles) certes coûteuses, mais qui baisseront beaucoup. Les exemples de l’Aluminium (précieux sous Napoléon III) et du Nickel (dur à extraire jusqu’à ce ’uon trouve des procédés, qui ontfait la fortune de Christofle et ont fait affluer les efforts miniers en Nlle Calédonie) montrent que la métallurgie progresse quand on verse assez d’argent dessus. 

                                Le savoir est très facile à remettre en route. Un peu oublié à l’instant t, mais vraiment, je ne vois pas d’obstacle à l’extraction de minerais aujourd’hui difficiles quand le prix aura augmenté. La chimie ne craint que les limites thermodynamiques, qui n’est pas forte ici. Li est intrinsèquement assez abondant...


                                - Enfin, je serais curieux de connaitre le cout énergétique d’un tas de choses, y compris d’une batterie au lithium de 100 watt heures qu’on utilisera mille fois au mieux du mieux, soit 100 kWh. J’espère que c’est moins de 10 kWh (extraction du Li comprise)...


                                • phiconvers phiconvers 4 mars 2009 23:16

                                  Helios,

                                  Chose promise, chose dûe.

                                  Sur Morales et la Bolivie. Evo Morales, ancien patron des cocaleros, est aujourd’hui coincé entre une extrême-gauche claissique, plutôt blanche d’ailleurs, incarné par la COB et ses relais politiques (à la vice-présidence notamment), et l’aile indigéniste raciste de Quispe, qui attend au tournant le MAS, suspecté de collaborationnisme avec les colons.
                                  La synthèse qu’a trouvé Morales, c’est le chavisme un peu teinté d’indigénisme. Total, on s’en prend aux privilégiés de l’Oriente (les provinces où se trouvent les gisement des gaz) en leur imposant un mécanisme contraignant de redistribution. La Bolivie n’est pas un Etat européen marqué par une tradition nationale forte : imaginer que l’Oriente (et pas simplement les vilains Blancs, ce serait trop simple...) va payer plus tout en renonçant pour toujours au pouvoir politique, c’est une dangereuse utopie. Et c’est pour ça que Morales se plante. Il suffit en outre de voir que la corruption touche les proches du gouvernement pour comprendre que les choses ne sont pas si simples. Le risque, c’est la sécession de l’Oriente et l’accélération de la marginalisation socio-économique des Indiens de la zone andine, qui seront pour toujours les cocus de l’Histoire s’ils ne trouvent pas un accord satisfaisant avec leurs concitoyens un peu moins indiens de l’Oriente.

                                  Sur Chavez, vous oubliez que l’entrée en politique du bonhomme, lieutenant-colonel parachtiste, c’est un tentative avortée de coup d’Etat militaire. Alors oui, depuis, le chavisme se confirme périodiquement dans la démocratie. Mais une démocratie est-elle possible quand l’exécutif met toutes ses billes dans un seul Homme et que la presse d’opposition est sous pression permanente ? Il n’y aujourd’hui plus d’Etat vénézuélien, constitué en courants politiques divers. Il y a un Etat chaviste, dédié à la survie de son mentor. Avec des financements directement sortis du FONDEN, un fonds indexé sur le pétrole qui est géré rênes courtes par la Présidence. Cela étant rappelé, il est vrai qu’il y a un peu plus de redistribution aujourd’hui qu’il n’y en avait hier. Les cous historiques du pétrole n’y sont pas pour rien. Aujourd’hui, les choses sont plus difficiles, et les pénuries se multiplient dans tout le Venezuela. Et le dogmatisme chaviste a empêché que des investissement non électoralement rentables à court terme soient réalisés, ce qui fait que PDVSA n’est pas capable de produire son quota OPEP. Quelle honte dans un pays si richement doté où une fraction substantielle de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Renseignez-vous et vous verrez que le chavisme n’est certainement pas une alternative crédble au libéralisme à tout crin, que je déteste autant que vous !


                                  • yannix 5 mars 2009 16:30

                                    @auteur
                                    "En effet, tandis que le gouvernement américain évalue les réserves mondiales de lithium exploitables à 11 millions de tonnes, un cabinet scientifique français a quand lui émis le chiffre de 234.000 tonnes, ce qui, en prenant compte du lithium utilisé dans les mobiles et portables, ne permettrait de consacrer que 31.000 tonnes aux futures voitures électriques, soit moins de 1,5 millions d’automobiles."

                                    1/ Si on prends seulement les 11 millions de tonnes, sachant qu’il faut 40kg de lithium par B-zéro de boloré, ça fait 275 millions de voitures : A l’échelle planétaire, c’est peu !!

                                    2/ non pas 234.000 tonnes mais 234.000 MILLIONS de tonnes ! source CEA : http://www-fusion-magnetique.cea.fr/en_savoir_plus/lithium/lithium.htm Alors, si on prends cette hypothèse de calcul, c’est largement suffisant ! Seul problème : est-ce que c’est si facile d’extraire du lithium de l’eau de mer ? Pas si sûr .. wait & see.


                                    • Graffias Graffias 8 mars 2009 13:59

                                      Pour rebondir au dernier paragraphe, ce n’est pas notre futur mode énergétique qu’il faut repenser mais notre mode de transport qu’il faut remettre en question, la crise actuelle doit nous y aider, les constructeurs automobiles doivent en profiter pour changer de stratégie de production et remettre en question le mode de transport qui se réduit actuellement à une seuls personne par voiture la grande majorité du temps. Sinon avec le Lithium se pose le problème de son recyclage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès