Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Mais que nous prépare donc G. W. Bush ?

Mais que nous prépare donc G. W. Bush ?

L’entrée en conflit armé avec l’Iran, seul moyen pour George W. Bush de redorer son blason, passablement terni, n’est plus qu’une question de jours. Jamais en effet on a réuni autant de preuves de cette imminence. Trop d’événements récents conduisent à cette même conclusion, qui n’est, je vous l’avoue, pas très rassurante pour l’avenir du Proche et Moyen-Orient et de l’humanité toute entière, si on choisit l’option « pessimisme majeur ».

Le premier des ces symptômes visibles, c’est bien entendu l’incroyable armada qui croise depuis peu au large des côtes iraniennes. Trois porte-avions, en même temps, ce n’est pas rien, et c’est plutôt rare : le Nimitz, le Dwight D. Eisenhower et le John C. Stennis, accompagnés par leurs destroyers protecteurs, leurs bateaux de liaison et de ravaitaillement. Sans oublier leurs sous-marins d’attaque respectifs, ultimes remparts contre une attaque marine. Officiellement, le premier n’est arrivé que pour remplacer le second, sur site depuis des mois et qui doit retourner aux Etats-Unis pour se refaire une santé. Le commandement de l’ensemble de la flotte est le fait du pacha du sous-marin d’attaque USS Scranton, l’amiral Fallon. A bord du Scranton, deux drones détecteurs de mines, dont on sait que les côtes iraniennes sont truffées, depuis les précédents conflits.

Officiellement toujours, c’est pour participer à des "manœuvres, couplées avec des moyens d’attaques amphibies". En prime des trois porte-avions, croise en effet également dans les mêmes eaux le Bonhomme Richard, un porte-hélicoptères, accompagnant l’USS Bataan, sur zone depuis janvier, qui s’était illustré lors du cyclone Katrina, l’USS DEnver et l’USS Rushmore, des porte-péniches de débarquement. Et au milieu de tout ça, trois destroyers lance-missiles AEGIS, l’USS Milius, l’USS Chung-Hoon et l’USS Chosin . La profusion de lance-missiles AEGIS correspond à la crainte de voir l’Iran utiliser les siens contre les navires de cette flotte, et les porte-péniches à une possibilité clairement affichée d’invasion terrestre du pays.

Officieusement, on a dès aujourd’hui dans cette partie du monde la même menace que lors du second conflit irakien, avec plusieurs centaines de missiles Tomahawks dispersés à bord de l’ensemble des bateaux. Parmi les observateurs des divers mouvements de la flotte, dont le général russe Leonid Ivashov, beaucoup sont perduadés de l’imminence de l’attaque. Pour ne rien gâcher, l’armada est aux ordres de l’amiral Fallon, de l’aéronavale, plutôt prédisposé à préconiser des attaques aériennes. Or ce choix, aujourd’hui, prête en fait à une certaine confusion, l’amiral ayant tout d’abord refusé l’envoi d’un troisième porte-avions sur zone, synonyme pour lui d’attaque imminente. Un amiral nommé à la tête d’un dispositif en remplacement d’un autre gradé soupçonné de ne pas souhaiter l’attaque contre l’Iran. Pour l’instant, notre amiral resterait le seul garant du non-déclenchement de l’attaque ! De l’ensemble du dispositif, c’est donc bien l’arrivée toute récente du troisième porte-avions qui pose problème, car elle tendrait à prouver que Fallon a perdu son pari ou son bras de fer avec l’administration Bush. Ou bien que la Navy dans son ensemble, opposée ces derniers mois à une intervention, s’est soumise à un diktat de la Maison-Blanche.

Car il y a bien d’autres moyens d’attaquer l’Iran : en 19 heures de vol et plusieurs ravitaillements, les B2 peuvent arriver en effet sur Téhéran. Un bombardement classique par bombes guidées par GPS GBU-37 "bunker buster", de 5000 livres, coûtant chacune 231 250 dollars pourrait avoir lieu, à moins que W.Bush ne décide d’utiliser des "mini-nukes" comme la B61-11, des bombes nucléaires tactiques que rêvent d’utiliser depuis des années ces généraux. Pour voir les effets de ce type de bombes, les généraux US sont allés jusqu’à tester la force de 700 tonnes d’explosifs conventionnels en Utah, en mars 2006, lors d’une opération appelée "Divine Strake". A noter que les essais de ces bombes tactiques nucléaires, en plein désert, aux USA, dès 1962, ont dégagé de biens étranges nuages, ayant une ressemblance certaine avec ceux aperçus en 2001 en plein New York... Pour ce faire, les B2 devraient donc décoller de nuit et voler pendant presque une journée pour arriver sur zone. Nul doute que de nombreux "spotters", ces photographes d’avions qui ont révélé les mouvements des avions Gulfstream de l’état US. Des avions sans immatriculation officielle ou à dénomination déguisée qui contenaient des détenus de Guantanamo qui allaient ainsi se faire questionner... sans ménagements dans leurs pays d’origine. Ailleurs, on s’apprête aussi : les frappes aériennes américaines pourraient être lancées depuis l’île de Diego-Garcia, dans l’océan Indien, avec des B-52 avec à leur bord des missiles de croisière.

Ce ne serait pas la première fois que des avions US sillonneraient le ciel iranien. Du 21 au 24 mars 2003, déjà, l’espace aérien iranien a été impunément violé par l’aviation américaine. Il s’agissait alors de bombarder les installations pétrolières de Khorramshahr, d’Abadan et de Manyuhi en Iran, près de la péninsule de Faw (contrôlée par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Koweït). Les Iraniens ont eu beau protester, il leur a été répondu que les dégâts avaient été provoqués par des "bombes égarées". En fait, ces raids avaient permis de tester les défenses iraniennes, qui, depuis, se sont équipées à grands frais d’engins soviétiques hypersophistiqués pour éviter le survol de leur territoire. Des Iraniens en effet protégés par une défense anti-missile neuve et hyperefficace à base de Thor-M1 et de S-300 PMU russes. En avril 2006, Seymour Hersh évoquait ainsi les préparatifs américains dans la région du globe : "Des groupes de planification de l’armée de l’air sont en train d’établir des listes de cibles et des équipes de troupes de combat américaines ont reçu l’ordre de s’introduire en Iran, en secret, pour collecter des données sur les cibles et établir un contact avec des groupes ethniques minoritaires antigouvernementaux". Les plans précis sont prêts depuis 2006.

L’autre preuve que quelque chose de grave se trame, c’est aux Etats-Unis même, avec l’incroyable annonce, le 9 mai dernier, de deux documents ajoutés par l’administration Bush aux textes régissant la sécuité intérieure du pays, le Homeland Security Presidential Directive/HSPD-20 et le "National Security Detective" NSPD 51, qui vont dans le sens d’octroyer les pleins pouvoirs au seul président "en cas d’attaque catastrophique du pays". Sont cités comme exemples de référence Katrina... et le 11 -Sptembre. Certains y voient un signe d’une possible manipulation, avec un faux attentat d’envergure permettant cette prise de pouvoir par ce biais par un gouvernement aux abois. Trouver pire que le 11-Septembre, il va falloir avoir de l’imagination, côté administration US. A moins de recourir à une arme nucléaire sur le territoire US, on ne voit pas très bien ce que ça pourrait être : pour certains, en tout cas, l’annonce d’un attentat d’une ampleur sans commune mesure aux Etats-Unis sonnerait au moment même la trompette de la charge contre l’Iran, quel que soit d’ailleurs le véritable coupable. N’oublions pas que le WTC7 n’était pas encore par terre que FoxNews annonçait déjà que derrière le 11-Septembre se cachait Ben Laden, sans une seule preuve tangible à montrer.

Une théorie renforcée part les faits : l’excuse d’un attentat sur le territoire américain ou d’une attaque délibérée de la marine iranienne, les deux options sont possibles. Le 22 mai dernier, selon des sources en provenance des services secrets US, G.W. Bush aurait autorisé une nouvelle action de provocation pour obtenir une réaction armée iranienne qui servirait de prétexte aux représailles américaines... C’est le retour d’une méthode désormais empirique chez le gouvernement américain. Johnson avait utilisé cette méthode pour reprendre les bombardements en 1964, ce sont les épisodes des incidents du Golfe du Tonkin. C’est cela ou l’attente d’un attentat en forme d’excuse pour attaquer. Déjà, on sent quelques prémices de ce principe : dans un récent discours, W. Bush a rappelé "qu’Oussama ben Laden avait chargé en janvier 2005 l’ancien chef d’Al-Qaeda en Irak, Abou Moussab al-Zarqaoui, tué en Irak depuis, de préparer de nouvelles attaques à l’étranger". Tout se passe comme si on annonçait au préalable une catastrophe sur le territoire américain, dont on sait qu’elle serait déclencheur d’une invasion ou de bombardements de l’Iran, devenu le nouvel "axe du mal" pour ce président qui se présente comme le nouveau croisé du XXIe siècle.

Or, tout cela repose sur le même principe fallacieux avec lequel les Etats-Unis se sont introduits en Irak : selon Hersh,"la campagne soutenue de bombardement en Iran humiliera le pouvoir religieux et conduira le public à se soulever et à renverser le gouvernement". On a vu les résultats de ce principe d’ingérence armée sur l’Irak, aujourd’hui à feu et à sang. G.W.Bush campant sur ses positions, ou plutôt une seule en l’occurrence : "Nous sommes pleinement conscients que les Iraniens ne doivent pas acquérir l’arme nucléaire", disait-il encore fort récemment. En affirmant en même temps vouloir peser de tout son poids sur l’ONU pour aboutir à des négociations... mais en préparant en même temps une attaque de grande envergure sur le pays. Avec comme seconde répercussion pour lui-même d’en profiter pour obtenir de ses concitoyens les pleins pouvoirs, pour "raison majeure". L’attaque de l’Iran, en résumé, suite à un attentant ou à une provocation, signifierait donc la marche forcée vers une dictature américaine, rien de moins. On ne doit plus en être loin, maintenant : cerné de toutes parts par l’opinion publique et ses élus au Congrés, George W. Bush n’a plus beaucoup d’alternatives. Entre la politique du pire et le réalisme, on peut craindre qu’il choisisse la première solution. Après lui, le déluge ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

141 réactions à cet article    


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 28 mai 2007 13:50

    A l’auteur

    Il ne reste que quelques mois à l’actuel président. Les présidentielles de 2008 changeront-elles la donne ? Votre article est fort bien documenté. La question restera toujours de savoir si oui ou non l’Amérique s’aventurera dans une autre guerre. Le peuple américain a, à mon avis, atteint ses limites de la patience et de la tolérance à l’égard d’une certaine qualité d’information que lui distille l’administration Bush. Ouvrir un autre champ d’hostilités est bien risqué, à mon avis.

    Il se trouve à propos de l’Iran une valse hésitation entre l’impératif de se parler et l’impératif de se haïr. Georges W. Bush a beaucoup de difficultés par les temps qui courent à naviguer entre les deux tendances.

    Pierre R.


    • activista/// Activista 28 mai 2007 23:18

      si les états-uniens ont accepté cette rencontre c’est uniquement pour pouvoir diffuser ensuite dans les médias internationaux l’information suivante : « l’Iran refuse de cesser de soutenir la rébellion chiite en Irak, ces méchants terroristes qui tuent nos gentils boys »

      Et de fait c’est ainsi que l’info fut présentée ce soir, RIEN sur l’armada de guerre US au large de l’Iran et les bases qui encerclent littéralement le pays ou le soutient US aux mouvements de rébellion armée en Iran...


    • pattesdechat 7 juin 2007 22:40

      @la mouche du coche

      oui et ?


    • morice morice 28 mai 2007 13:56

      Exactement, cher Pierre. Je ne suis pas PERSUADE de cette option militaire, mais je trouve que la présence d’un force aérienne aussi massive que celle prévalant à l’entrée en guerre contre l’Irak a de quoi inquiéter, surtout si on le relie, ce que fait cet article, au fait qu’intérieureurement, tout est prêt désormais pour une prise de pouvoir fort. En résumé, le sommet de ce que souhaitent les neo-cons est en place. A nous d’être attentifs sur le moindre indice, désormais. Ce serait une catastrophe, au final, et pas que pour l’IRAN ni pour les USA...


      • tvargentine.com lerma 28 mai 2007 14:34

        Cela ressemble a l’écriture d’un jeu video de guerre mais G Bush aura t-il le courage de faire une guerre juste qui consistera à éliminé un régime obscurantisme et terroriste

        Nous pouvons en douter sérieusement,dommage


        • Dominique Larchey-Wendling 28 mai 2007 14:58

          Toutes les guerres, TOUTES les guerres sont toujours présentées comme justes et nécessaires par les pouvoirs qui les organisent et les agresseurs dépeignent systématiquement les agressés comme des régimes dangereux, tyranniques, fondamentalistes, etc. Ca s’appelle la propagande. Et elle marche à merveille sur vous. C’est d’autant plus étonnant quand on constate que la catastrophe Irakienne aurait du calmer les ardeurs des bellicistes de pacotille (« chicken hawks »). Prenez donc votre fusil et aller la faire sur le terrain votre petite gueguerre adorée sensée libérer le monde de la tyrannie et de l’oppression. Et si vous êtes trop vieux, envoyez y donc vos enfants ou petits enfants, puisqu’elle est si juste.


        • Dominique Larchey-Wendling 28 mai 2007 15:30

          Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de la guerre d’Irak et de la « démocratisation » du Moyen-Orient qui passe aussi par la déstabilisation des régimes hostiles aux ingérences occidentales (càd USAméricaines), c’est le contrôle de la production du pétrole dans cette région ultra-stratégique. Comme l’a dit Dick Cheney, le vice président Américain, « c’est là que se trouve le tribus ultime ». Ce prix, c’est la capacité décisive de chantage à l’énergie que les USA pourraient exercer sur leurs concurrents que sont l’Europe, la Russie, et l’Asie.

          Les ADM ont été un prétexte fort de l’entrée en guerre contre l’Irak. Il a été perçu comme tel par toute la classe politique US. L’objectif stratégique de contrôle du pétrole est partagé par la classe politique US car c’est la seule possibilité de maintenir l’empire US, beaucoup trop lourd et gourmand pour se maintenir sur ses ressources propres. Si les USA ne parviennent pas à contrôler cette région, leur pouvoir va s’écrouler et leur économie avec et les structures de pouvoir US actuelles ne peuvent le tolérer.

          Pourtant, on observe l’hostilité de figures géopolitiques centrales à l’égard d’une guerre contre l’Iran : Kissinger, Brzezinzki, de nombreux généraux US qui ont menacé de démissionner etc. Pourquoi ont-ils changé d’avis depuis l’invasion de l’Irak à laquelle ils ne se sont pas opposé ?

          Le 11/9 a été vécu par tous les promoteurs du projet impérial américain comme une opportunité de mettre en oeuvre ce projet par des guerres d’agression. A ce moment, ils ne doutaient pas de la capacité des USA de s’emparer de l’Irak ni même de poursuivre : comme le raconte W. Clark, ils avaient sept pays sur leur liste. Mais aujourd’hui, certains ont compris que les USA n’ont pas les moyens ni financiers, ni militaires, ni politiques de mener à bien leur projet impérial et ils craignent que sa poursuite ne détruisent les fondements sociaux et démocratiques de la société américaine, et menace par la même leur propre domination sur cette société.

          Le clivage actuel se fait entre les réalistes qui comprennent que les USA ne seront jamais un empire global et qu’ils doivent donc retrouver un équilibre avec les autres puissances mondiales pour gérer leur déclin et les idéalistes (ou plus simplement, les fascistes) qui pensent que l’Amérique n’a de sens que si elle mène à bien ce projet de domination total et qu’il vaut mieux déclencher une nouvelle guerre mondiale que de renoncer à ce projet.

          Je pense qu’il n’existe que peu de manières de dissuader les idéalistes sur l’Iran : une crise économique et financière majeure à court terme provoquée par exemple par une crise pétrolière, la perte de l’OTAN par le renoncement des autres puissances à participer à cette organisation, ou la menace d’une réplique nucléaire par une des autres grandes puissances nucléaires, ou encore le déclenchement d’une procédure d’impeachment qui pourrait paralyser le pouvoir politique US.

          Mais il faut bien comprendre que le résultat d’une guerre contre l’Iran n’aura que deux issues possibles : la destruction de l’empire Américain par épuisement économique et militaire, ou l’élargissement du conflit au monde entier. Ou les deux en même temps.


        • dom y loulou dom 29 mai 2007 00:04

          ouf... tellement ravi de voir de si belles lucidités s’exprimer. Tous mes encouragements, je suis au bout du rouleau.

          Pour le moment. smiley


        • goc goc 29 mai 2007 01:57

          @ Dominique Larchey-Wendling

          tout a fait d’accord

          j’ajouterais que le fait meme que les « idealistes » soient en position de faiblesse, pourrait bien les pousser vers l’extremisme, et donc comme l’a évoqué l’auteur, vers un faux attentat d’une ampleur telle que cela poussera « l’axe du bien » vers la guerre totale

          Et on peut compter sur notre nabot nationnal, pour envoyer notre armée se faire massacrer pour le plus grand bien des compagnies petrolieres et de l’industrie americaines


        • bulu 28 mai 2007 14:38

          J’ai du mal a croire a un nouvel attentat sur le sol americain, d’autant que celui-ci devrait etre suffisemment enorme pour eluder les questions sur comment il fut possible en passant directement a l’attaque et a l’etat d’urgence...Et l’europe, la russie dans tout ca qui pour l’instant couvrent Bush sur le 11/09 ?


          • morice morice 28 mai 2007 14:42

            Il faudra bien trouver un prétexte. Il reste encore pas mal de tours, aux Etats-Unis. Pour ce qui est du lien entre un attentat et une invasion, pas de problème, il suffit de rappeler Colin Powel qui nous montrera à l’ONU une fiole pleine de lait comme étant de l’Anthrax. Ils savent le faire très bien, les américains.


          • Krakatoa 28 mai 2007 15:23

            Il y a en effet de quois se poser des questions devant un tel déploiement... Pour ce qui est de Fallon, je trouve remarquable son attitude qui consiste à ne pas cautionner une folie manifeste (le site De Defensa a évoqué également ces atermoiements). Quel est l’intérêt de bombarder l’Iran si ce n’est pour faire perdurer l’hégémonie stratégique d’Israel, une toute puissance et une impunité régionale qui ne lui rend pas service à long terme tant ses dérapages sont nombreux et impunis. Un rééquilibrage est nécessaire. Quid de la Corée du Nord bien plus dangereuse ? Et le Pakistan nucléarisé et fanatique au bord du gouffre ? Il y a d’autres urgences que celle qui consiste à redorer le blason terni de George Bush d’autant que cette aventure nous conduira vers un probable chaos planétaire. C’est sans doute une manière d’exhausser les prières délirantes des évangélistes fous qui veulent précipiter le monde dans l’Armageddon (la fin du monde) pour accélérer l’avènement christique... On en est là, à supputer sur les folies des uns et des autres. Article intéressant et bien documenté qui sera repris sur mon blog, comme souvent mon cher Maurice.


            • Xerxès Xerxès 28 mai 2007 15:44

              @ Morice

              Bon article. J’avais lu l’article de Général Leonid Ivashov sur Réseau Voltaire.

              Il faudrait juste rajouter qu’en cas de frappes aériennes tous leurs intérêts seront visés. A commencer par tous les pays du Golfe Persique, où les bases Américaines sont installés, qui seront des cibles idéales pour l’Iran ainsi que les soldats Américains et Britannique en Irak...

              Ça serait trop de demander à Bush d’y réfléchir, mais ce que nous ne ferions pas est de fléchir.

              Cordialement

              Xerxès


              • goc goc 29 mai 2007 02:08

                on peut tout dire des usa, mais une chose qu’on ne peut ignorer c’est sa capacité militaire

                il ne fait aucun doute que l’armée US saura ecraser dans l’oeuf toute possibilité de resistance de la part des iraniens

                mais le problème restera comme d’habitude tout entier, a savoir : gagner la guerre c’est facile quand on a l’armée la plus puissante (et de loin) du monde, mais gagne la paix, reste dans l’incapacité « génétique » des usa

                et sans oublier l’incapacité habituelle de tout etat fort et arrogant, celle d’imaginer les conséquences et autres « effets de bord » de leur politique

                maintenant allons encore plus loin dans le raisonnement imaginons que tout se passe comme prévu, que les usa gagnent, qu’ils envahissent l’iran, et contrôlent le pays comme ils contrôlent l’Irak, a coup de pillage de ressources...et apres ???

                qui sera le prochain ?

                la Chine ??... la Russie ??


              • tekiron 2 juin 2007 20:03

                Tout comme parkway, je ne pense pas que l’armée américaine puisse « tuer dans l’oeuf » les forces militaires iraniennes. Certes la majeure partie des forces de défenses seront quasi instantanément détruite (un bon vieux bombardement, avec les jolie bombounettes de l’oncle Sam... en plus ça relance l’économie américaine !). Mais ensuite ? L’invasion terrestre ? Certainement. Alors, il faudra venir à bout des poches de résistance (l’iran est tout de même une grande nation militaire !), replacer le gouvernement par un autre pro-américain et le faire accepter par la population histoire de ne pas se retrouver avec une guerre civile sur les bras... ça me parait bien compliqué tout cela, surtout avec le conflit irakien qui n’est pas fini, une opinion américaine plutot refroidi et des élections sur le coins du feu... quand à la thèse d’un nouvel attentat, ça me parait compliqué. La vieille europe c’est fait avoir une fois(enfin, non plus que ça, mais pas dans cette ampleur), peut etre pas une seconde fois... (merci de me laisser un peu d’espoir)

                Bravo en tout cas pour ce bel article très documenté.


              • Ulysse 28 mai 2007 16:18

                Hum, je suis dubitatif, certes les américains bandent leurs muscles, c’est indéniable, bien sur, ça ferait plaisir à pas mal de neo-cons comme vous dites de « se faire l’iran », ceci dit ça me parait être un jeu vraiment dangereux.

                Tout d’abord, ça couterai cher en terme d’image aux USA dans la région, une petite guerre perso décidée par principe après le 11 septembre, ça peut passer, une seconde juste à coté ça serait dangereux. Et puis je doute que les israéliens se risquent à jouer à ça également...

                Un nouvel attentat aux US, pour remobiliser l’opinion ? Il faudrait que ça soit énorme et trés bien ficelé, dans ce cas là, même une bombe atomique ne suffirait pas je pense. Par contre un assassinat de Bush... Le symbole serait beaucoup plus fort, les coupables plus faciles à trouver et l’opinion finalement plus touchée je pense. En plus c’est quasiment la seule chose qui pourrait rendre possible une victoire républicaine en 2008. Mais papa lachera t’il le fils au point de le laisser assassiner ? j’en doute !

                Une fois l’opinion intérieure convaincue, il faudra encore convaincre, l’Egypte, les émirats, et Israel qui n’a rien a gagner d’une nouvelle guerre dans la région... Sans compter qu’une fois l’iran hors d’état de nuire, il faudra logiquement attaquer la syrie qui sera devenu le nouvel ennemi et le centre de la « resistance ». Vraiment, j’espére de tout coeur que vous vous trompez !


                • Fanch 28 mai 2007 17:52

                  Intéressant cette histoire d’attentat contre Bush, quand on sait que c’est Cheney qui anime le camp des pro-guerres, tandis que Bush junior se laisse peu à peu amadouer par Condie, davantage conciliante et pour une solution diplomatique.

                  A Rome, les patriciens n’hésitaient pas à s’assassiner entre eux pour accroître leur pouvoir. L’oligarchie impériale US est loin d’être monolithique.

                  Surtout que Bush n’est pas rééligible, donc ne sert plus à rien.

                  Nous espérons tous de tout coeur que cela n’arrivera pas, bien sûr. A part çà, les USA ont lancé une guerre après le 11 septembre en Afghanistan, la guerre en Irak est la deuxième guerre, « pour le plaisir », et leur popularité n’a pas grand chose à perdre dans la région avec une troisième guerre.


                • stephanemot stephanemot 28 mai 2007 16:31

                  George W. Bush n’agit pas en Président des Etats Unis dans l’intérêt de son pays, ni même en Républicain dans l’intérêt de son parti, mais en fondamentaliste dans l’intérêt du fondamentalisme. En ce sens et depuis le départ, il mène une stratégie gagnante. Y compris et surtout en Irak.

                  Loin de constituer des « dommages collatéraux » de la guerre en Irak, la partition du pays ainsi le renforcement des fondamentalistes (dans la région - en particulier en Iran et en Israel, mais aussi en Europe, en Asie, en Amérique... partout dans le monde) étaient non seulement prévus mais souhaités ; the very aim of the sick game.

                  L’Iran suit logiquement, non comme l’étape suivante mais comme l’ultime combat aux yeux des theocons les plus fanatiques, qui espèrent dans un camp la seconde venue du Christ et dans l’autre celle du Mahdi (cf ci-dessous mon blogule sur le sujet en janvier dernier).

                  La tension a sensiblement diminué depuis quelques mois mais pas la motivation de ces fous furieux.


                  • Elmar 28 mai 2007 16:34

                    Et s’il ne s’agissait que d’un moyen parmi d’autres pour inciter l’Iran à « revenir dans les clous » en matière nucléaire et non le prélude à une guerre contre l’Iran ?

                    Croyez-vous vraiment que Bush puisse raisonnablement mener une guerre là-bas aussi étant donné son impopularité, le fait qu’il ne se représentera pas en 2008, l’opposition démocrate au Congrès et l’état des finances US ? Il me semble que ces éléments-là ont plus de poids que la présence militaire sur place, qui se justifie en grande partie par la situation irakienne (ce qui n’était évidemment pas le cas avant l’intervention en Irak).

                    Pour argumenter dans ce sens vous dites « Certains y voient un signe d’une possible manipulation, avec un faux attentat d’envergure permettant cette prise de pouvoir par ce biais par un gouvernement aux abois. Trouver pire que le 11-Septembre, il va falloir avoir de l’imagination, côté administration US. A moins de recourir à une arme nucléaire sur le territoire US, on ne voit pas très bien ce que ça pourrait être : pour certains, en tout cas, l’annonce d’un attentat d’une ampleur sans commune mesure aux Etats-Unis sonnerait au moment même la trompette de la charge contre l’Iran, quel que soit d’ailleurs le véritable coupable ». Vous croyez vraiment Bush cinglé au point de tirer une bombe sur son propre pays, ou de faire un 11/9 bis, pour intervenir en Iran ?

                    Et Ahmadinejad, vous le croyez capable de lancer des missiles sur son propre pays pour lancer la Bombe partout s’il parvient à s’en doter ?


                    • Dominique Larchey-Wendling 28 mai 2007 19:58

                      En février, Zbigniew Brzezinski, l’un des acteurs les plus influents de la politique étrangère US, a déclaré qu’un « scénario plausible pour un affrontement militaire avec l’Iran » impliquerait « un échec de l’Irak à atteindre ses objectifs, suivi par des accusations d’une responsabilité iranienne dans cet échec, puis par quelque provocation en Irak ou un acte terroriste aux US dont on accuserait l’Iran, culminant par une action militaire ‘défensive’ contre l’Iran qui plonge une Amérique esseulée dans un cauchemar plus grand et plus profond, s’étendant finalement à l’Irak, l’Iran, l’Afghanistan et au Pakistan. »

                      Donc ce n’est pas l’auteur qui invente la possibilité d’une attaque contre son camps pour justifier une aggression contre l’Iran, ce sont des personnes au plus haut de l’establishment géopolitique US qui en craignent l’occurrence.


                    • Sylvio Sylvio 28 mai 2007 16:43

                      Demain, on va nous annoncé à grand renfort de 1ère page et de headline « Le faux-pas de l’Iran : un missile s’écrase sur un bâtiment de la Navy » ou « L’iran a capturé des soldats américains en Irak » ou « Un attentat contre une base militaire américaine », etc...

                      Et on nous démontrera que l’Iran a commis un grave faux pas en attaquant les USA et que les USA se préparent à une riposte de grande envergure en bombardant quelques points stratégiques iraniens. L’Iran sera montré honteusement comme étant l’attaquant.

                      Bref, une opération « false-flag » (fausse attaque imputée à l’Iran) similaire à celle du golfe du Tonkin qui a servit a entrée en guerre contre le Vietnam risque bien d’être l’événement déclencheur.

                      Bien entendu, ce n’est pas l’Iran qui attaquera les états-unis car il suffit de voir une carte des bases militaires américaines aux moyens orient ainsi que la position des 2 bastions américains aux M.O. : Irak et Afghanistan pour comprendre simplement qui attaque qui ? Ce ne sont pas des bâtiments de guerre ou des bases militaires iraniennes qui encerclent les USA aujourd’hui. Ce serait être suicidaire et se tirer un missile dans le pied que d’essayer d’attaquer les USA ou Israël.

                      Cartes :
                      http://www.globalpolicy.org/images/empire/intervention/middleastmap.gif
                      http://lawrenceofcyberia.blogs.com/photos/cartoons/iran_surrounded.jpg

                      Qui n’aurait pas peur dans cette situation et ne chercherait pas à acquérir une arme de dissuasion ?

                      Que ce soit vrai ou non, le peuple iranien n’a pas a mourir ou être meurtri sous les bombes du complexe militaro-industriel américain et quand Bush évoque qu’il n’exclue pas d’utiliser l’arme nucléaire (mini-nuke), on peut avoir la nausée.

                      En espérant que nous ayons tous tort et que cette guerre n’aura pas lieu car elle sera encore une fois honteuse et terrible. La fuite en avant de G.W. Bush fait vraiment peur, j’ai peur qu’un événement grave comme le 11/09/01 arrive d’ici 2008. Il semble que ce soit une nécessité absolue pour les néo-conservateurs d’attaquer l’Iran : la vente du pétrole iranien en euro qui fait trembler le dollar, le pic pétrolier qui approche à grand pas et les ressources naturelles qui doivent être contrôler à tout prix pour faire face à la Chine (et l’Europe et la Russie).

                      voir absolument le documentaire « Oil, Smoke & Mirrors » (pétrole et écran de fumée) : http://www.reopen911.info/11-septembre/oil-smoke-mirrors-vo-st-fr/


                      • Montana 28 mai 2007 20:50

                        Tres bon article, merci Morice. Commentaires constructifs egalement, cela fait plaisir.

                        A lire, pour contre-balancer le catastrophisme de la video de reopen911.org :

                        http://www.delaplanete.org/Pic-Petrolier-Culte-du.html

                        Montana


                      • Romain 28 mai 2007 17:19

                        Les americains se sont fait avoir une fois. Un attentat style 11 septembre sur le sol americain ne suffirai pas à mobiliser l’opinion pour une attaque de l’Iran. Par contre un attentat style pire que le 11 septembre dans un autre pays occidental (+ 1 attentat chez eux histoire de) aurait beaucoup plus d’impact parceque la le credo serait : « Regardez nos alliés se font attaquer nous devons les protéger et les aider parceque nous sommes les gentils Americains !!! » beaucoup plus vendeur que : « Il faut apporter la démocratie dans ce pays que personne connais »


                        • Forest Ent Forest Ent 28 mai 2007 17:36

                          Tout ceci démontre fort bien que les US signifient à l’Iran qu’ils peuvent intervenir. C’est ce que l’on appelle diplomatiquement une « tension ». Cela ne signifie pas nécessairement la guerre, heureusement. L’Irak coûte déjà fort cher. Les démocrates renâclent à voter le budget. Il y a des élections dans 18 mois. Tout ça, quoi ...


                          • Fanch 28 mai 2007 17:44

                            Les USA et l’Iran sont en pleine guerre froide : au Liban, en Irak, en Afghanistan et en Iran même, les deux pays s’affrontent par rebelles et milices interposés.

                            Dire qu’il y a un vaste plan d’attaque avec complot à la clef, pourquoi pas ? Je crois davantage à l’amateurisme et l’improvisation permanente du côté de l’administration Bush. Ce qui ne réduit en rien les risques de conflit.

                            Un attentat aux USA pour donner les pleins pouvoirs au président est concevable. C’est une idée qui fait son chemin et a déjà fait l’objet de plusieurs lapsus de hauts gradés US.


                            • Philippe D Philippe D 28 mai 2007 17:49

                              Et bien dites donc !

                              Une bombe atomique aux USA, l’assassinat de Bush, des attentats partout en Europe, Armageddon ...

                              Pff quel assaut d’imagination ! Il y en a certains qui sont en train de prendre leurs pires cauchemards pour des réalités.

                              Article et commentaires très rafraichissants, et puis ça fait un peu retomber la pression après les élections.


                              • Leonard 28 mai 2007 18:06

                                Certes les us ont des porte-avions au large de l’Iran. Avez vous cherchez la position du notre ? Ben il est la bas lui aussi et se porte bien a la manoeuvre avec nos copains d’outre atlantique. Enfin, copains que pour certains a lire les commenaitres.

                                Enfin on a beau faire de la politique pacifiste quand on a pas d’argent comme ne France, il est toujours utile d’eviter aux terroristes d’avoir une arme telle qu’une bombe atomique. Certe elle ne nous tombera peut etre pas dessus en Europe mais ceux qui se la prendront dessus seront moins convaincus.

                                Vaud il mieux prevenir que guerir ? Je pense que oui alors si l’Iran continu dans cette voie la, elle cherche le blame qui se profile a son horizon.

                                Enfin, j’espere que si comme dans la chanson a Sting, « les iraniens aiment leurs enfants » alors ils feront ce qu’il faut pour que ca n’arrive pas.


                                • morice morice 28 mai 2007 18:52

                                  pour mémoire, inutile de chercher notre porte-avions national prêt des côtes du Pakistan, où il était : il est rentré à Toulon le 20 mai dernier pour une longue séance de radoub de 15 mois (http://www.laprovence.com/articles/2007/05/20/58159-UNKNOWN-Le-Charles-de-Gaulle-va-recharger-les-accus.php). A ce propos, on lui mettra enfin les bonnes hélices, à ce Napadélis digne d’un film d’Obélix et Astérix. Je parie que pendant 15 mois on va entendre parler de la mise en chantier d’un second...


                                • morice morice 28 mai 2007 18:59

                                  Wawa, inutile d’imaginer : le détroit est déjà en partie miné, ou tout comme. Des sources de 2006 indiquaient déjà que c’était en préparation (http://www.newsmax.com/archives/articles/2006/2/28/181730.shtml). Le plus important, c’est plutôt les missiles déployés à cet endroit (http://www.iran-resist.org/article1692) et les 3 sous-marin « Kilo » (d’origine russe) sur zone. En tout cas, c’est bien l’un des 5 points chauds du monde (http://www.jakouiller.com/index.php/2006/05/13/208-les-cinq-points-les-plus-chauds-du-monde).


                                • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 28 mai 2007 23:36

                                  Bonjour,

                                  Je vous invite à lire cette analyse et les liens sur lesquels elle pointe. Ce document a été fait par des gens qui je pense connaissent bien le sujet puisqu’ils sont iraniens.

                                  Bonne lecture.


                                • pixel pixel 28 mai 2007 18:07

                                  La paranoïa à ceci d’intéressant c’est qu’elle developpe l’imaginaire mais trop souvent sous forme de cauchemards.


                                  • Itamessaest 28 mai 2007 18:17

                                    @ l’auteur

                                    Votre imagination vous joue des tours. Les USA empêtré qu’ils sont en Irak n’ont pas le morale ni les moyens financiers d’attaquer l’Iran.

                                    Les affaires étrangères ne se limitent pas à la soi-disant rumeur qui dit que. C’est un dossier on ne peut plus sérieux et sensible.


                                    • lyago2003 lyago2003 28 mai 2007 18:24

                                      Pas besoins de chercher midi à quatorze heures ,Mr Busch et son administration d’évangélistes contrôlent tous les appareils de l’Etat si le simple prétexte des soi-disants armes de destruction massives ont suffit pour faire la guerre à l’Irak, le moindre incident suffira au lobby politico militaro et marchands d’armes à entraîner les USA dans un conflit contre l’iran !

                                      Ce que je ne pense pas une seule seconde que les USA ont les moyens militaires d’ouvir un nouveau front alors que leur occupation de L’Irak est de plus en plus fragilisée.


                                      • morice morice 28 mai 2007 18:43

                                        Calmos, toujours égal à lui-même et toujours à lire ce qu’on écrit. Un lecteur, au moins, c’est déjà pas mal me direz-vous. Un seul aussi à ne parler du contenu, vu que là il n’a rien à dire. Pour ce qui est du second front, autant se dire que le prmier est tellement mal engagé, qu’un second ne pourrait qu’aider à tout faire basculer. A savoir l’embrasement complet de la région, tant qu’à faire. La conclusion est , je me permets de le rappeler « après lui le déluge ». Pour un fondamentaliste comme Bush, ça sonne plutôt bien, je pense.


                                      • wawa wawa 28 mai 2007 18:49

                                        petit détail qui a echappé à tout le monde : la riposte iranienne pourrait etre tout simplement de balancer plusieurs centaines de milliers de mines flottantes dans le détroit d’Ormuz, bloquant ainsi une bonne moitié de la prodction pertrolière mondiale, (celle du golfe persique).

                                        on ne peut imaginer alors les repercussion mondiales de cette riposte (un petrole a 400$ le baril ?), la chine serait d’ailleurs a genou, ce qui pourrait etre un argument aux americains !

                                        et si l’envie ne manque pas aux americains (et israeliens) d’attaquer, voir d’atomiser l’iran, cette simple menace doit les faire réflechir.

                                        Quand à une attaque terrestre de grande envergure, les américains n’ont pas les moyens humains de la soutenir déja empetré qu’il sont en irak ! et les iraniens pourraient alors compter sur des livraisons de matériel militaires russes ! qui ont d’ailleurs déja commencé,


                                        • Dominique Larchey-Wendling 28 mai 2007 19:46

                                          Vous avez raison, les américains n’ont pas de solution militaire conventionnelle contre l’Iran. Une attaque aérienne n’aura que peu d’effet sur le programme nucléaire Iranien et ne pourra que les convaincre de se doter de l’arme de dissuasion si toutefois ils n’en sont pas déjà convaincus. Une attaque terrestre est hors des moyens Américains, vu qu’ils n’arrivent déjà pas à stabiliser l’Irak, l’Iran serait un enfer pour eux. Voilà la conclusion de Sam Gardiner après un War Game impliquant l’Iran :

                                          « You have no military solution for the issues of Iran. And you have to make diplomacy work. »

                                          Aussi, la seule option qui resteraient à des USA embarqués dans conflit avec l’Iran serait de mettre un oeuvre la nouvelle doctrine nucléaire formalisée en 2005, l’un des mobiles pour l’utilisation d’armes nucléaires étant, page III-2 :

                                          « For rapid and favorable war termination on US terms. »

                                          Autrement dit, l’utilisation d’armes nucléaires serait justifiée si elle concourt à « une fin de guerre rapide et favorable aux intérêts des Etats-Unis. »

                                          Un autre mobile, toujours page III-2 :

                                          « To ensure success of US and multinational operations. »

                                          Pour s’assurer du succès d’opérations militaires US et multinationales.

                                          Qu’est-ce qui nous protègerait d’une utilisation d’armes nucléaires stratégiques contre l’Iran au cas où les USA se trouveraient en situation d’échec dans le cadre d’un conflit conventionnel avec ce pays ? Rien, c’est même l’un des contextes privilégiés pour la mise en oeuvre de leur nouvelle doctrine nucléaire préventive.

                                          Alors oui, il y a objectivement de quoi être très inquiet des conséquences prévisibles d’une attaque Occidentale de l’Iran.


                                        • goc goc 29 mai 2007 02:17

                                          pourquoi ne vous posez-vous pas la simple question suivante :

                                          et si le « fiasco » irakien etait un simple leurre destiné uniquement a justifier le presence des militaires americains dans la region, et surtout garder a l’esprit du monde entier, l’idée que la zone est toujours chaude

                                          car, imaginez simplement que les usa avaient gagné a 100%, ils auraient ete obligé de se retirer, y compris d’afganistan, et alors comment auraient-ils fait pour attaquer l’iran, voir meme pour simplement justifier une attaque sur l’iran


                                        • Dominique Larchey-Wendling 29 mai 2007 10:43

                                          Bien-sûr que l’instabilité Irakienne permet de justifier la prolongation de l’occupation. L’ambassade des USA dans la zone verte de Bagdad est la plus chère et la plus grosse de toutes les ambassades jamais construites dans le monde. Les USA ont prévu d’installer plusieurs bases militaires en Irak.

                                          Alors non, ils n’ont pas du tout envie de partir et ils ne le feront que contraints et forcés ou lorsqu’ils auront l’assurance d’avoir installé en Irak un régime suffisamment fantoche et complaisant avec la présence des bases, garantes de la docilité de l’Irak à l’égard des dictats américains, en particulier, sur les contrats d’exploitation pétroliers.

                                          Le problème, l’imprévu, c’est que cette guerre est en train de détruire le moral des américains à petit feu, leur stature internationale, leurs finances et leur armée. Ils multiplient leurs ennemis et leurs dettes. Et l’instabilité des marchés pétroliers à l’approche du « Peak Oil » enrichit considérablement les ennemis des USA. Alors ils devront peut-être reculer malgré tout. Ou se lancer dans la fuite en avant. Pour Bush et sa clique, c’est le seul moyen d’éviter de porter toute la responsabilité de l’échec.


                                        • bobo 28 mai 2007 19:09

                                          Si j’ai bien copris.... D’après l’auteur, vers la fin de sa rédaction, les américains cherchent des prétextes ou des provocations de la part de l’IRAN, pour attaquer ce pays ????!!!! Alors pour attaquer l’IRAK ils avaient besoin de 11 septembre !!!! Donc les américains, eux même ont élaboré le 11 septembre !!! et non pas BEN LADEN !!!! oooookkkkk !!!! donc 11 septembre made in USA !!!!! je me demandais comment ça peut être possible pour quelques étudiants qui ont prient quelques heures de pilotage, piloter un Boeing !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès