Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Maroc : l’article de la honte toujours en vigueur…

Maroc : l’article de la honte toujours en vigueur…

Amina El Filali, jeune fille de 16 ans, battue, violée et obligée d'épouser son violeur s’est suicidée il y a quelques jours au Maroc à cause du code pénal qui permet aux violeurs d'épouser leur victime lorsque celle-ci est mineure.

Depuis 2006, le gouvernement marocain n’en finit pas de promettre d'adopter une législation qui stopperait les violences faites aux femmes mais on attend toujours un nouveau texte…

Contrainte d'épouser son violeur, Amina s'est suicidée dans sa ville de Larache, près de Tanger en absorbant de la mort aux rats. Sa mort a provoqué un véritable électrochoc dans tout le pays où se multiplient des appels à la réforme sur la condition des femmes. 

De nombreux Marocains manifestent dans les rues pour faire pression sur le Premier ministre et d'autres ministres qui rédigent et soumettent des projets de loi. Plusieurs centaines de personnes ont organisé notamment un sit-in, à l'appel de la Ligue démocratique pour les droits de la femme, devant le tribunal de Larache où le jugement ratifiant le mariage de l'adolescente a été prononcé. 

Suite à ce viol, la famille d'Amina était allée signaler l'agression à des fonctionnaires de leur ville. Mais au lieu d'engager des poursuites à l'encontre du violeur, le tribunal lui a donné la possibilité d'épouser sa victime. L'article 475 du code pénal marocain permet en effet aux violeurs d'échapper à des poursuites et d'éviter une longue peine de prison en épousant leur victime si elle est mineure ! 

"Il faut étudier d'une manière approfondie cette situation avec la possibilité d'aggraver les peines dans le cadre d'une réforme de l'article du code pénal. Nous ne pouvons pas ignorer ce drame", a précisé Mustapha El Khelfi, porte-parole du gouvernement. 

La ministre de la solidarité, de la femme et de famille Bassima Hakkaoui - unique femme membre du gouvernement marocain - a reconnu un "vrai problème" et préconisé un "débat pour réformer cette loi" sur une chaîne de télévision. Mais elle déclaré peu de temps après : « L’article 475 du code pénal ne risque pas d'être abrogé, du jour au lendemain, sous la pression de l’opinion publique internationale. Parfois le mariage de la violée à son violeur ne lui porte pas un réel préjudice ». 

Cette dernière déclaration a provoqué un véritable tollé sur la toile et a renforcé les avis hostiles à l’égard de la ministre. Sur Facebook, des jeunes se sont mobilisés et affichent leur désaccord. Sur la page "Bassima Hakkaoui, Stop", comme sur celle "Nous sommes tous Aminan Filali", les internautes critiquent les idées de Mme Hakkaoui. Un autre groupe "Appel à démission de Bassima Hakkaoui" réclame carrément la démission de la ministre. 

"C'est un cri de la société. Il faut réformer le code pénal afin de l'adapter à la nouvelle constitution qui interdit la violence contre les femmes et assure l'égalité des sexes", a lancé de son côté l'ex ministre Nouzha Skalli, regrettant "l'absence de protection en faveur des mineurs". 

Aujourd'hui, pour répondre à la vague d'indignation suscitée par cette affaire, le gouvernement a publié une déclaration affirmant que le rapport était consenti, mais cela n'a pas encore été vérifié. 

Dans de nombreuses familles où le poids de la tradition et de la religion est très fort, la perte de la virginité hors du mariage est considérée comme un déshonneur pour la famille. Le Maroc n'est pas hélas le seul pays du Maghreb dans cette situation. En Tunisie et en Algérie également, si la victime épouse son violeur, celui-ci échappe aux poursuites !

Les Marocains ont voté massivement en juillet dernier pour une nouvelle constitution qui prévoit notamment l'égalité des sexes et bannit "toute discrimination". C’est pourquoi, il est grand temps que la législature renonce à cette affreuse tradition et adopte un texte qui protège réellement les femmes.


Pour signer la pétition :

http://www.avaaz.org/fr/forced_to_marry_her_rapist_fr/?cl=1682213095&v=13363


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 avril 2012 09:49

    Depuis des années, face aux crimes dits « d’honneur » qui sont issus de la tradition islamique, de nombreux responsables politiques adoptent une attitude particulièrement déshonorante : la lâcheté.

    C’est le cas aussi chez nous.

    Nous ne pourrons hélas pas ressusciter la malheureuse victime marocaine, mais nous pouvons et devons combattre fermement cette lâcheté de nos propres politiciens.


    • tikhomir 20 avril 2012 14:21

      « Christianisme :
      (...)
      Deuteronome 22:28-29 »

      Le Deutéronome, ce n’est pas particulièrement le christianisme... C’est le judaïsme. Vos mensonges ne trompent personne. Les chrétiens ne sont pas soumis à la Loi de la Torah, ils sont amis et frères de Jésus-Christ qui est lui-même la nouvelle Torah, chemin, vérité et vie.


    • Ossian Ossian 20 avril 2012 19:01

      Les crimes d’honneur seraient issus de la tradition islamique ???


    • epicure 20 avril 2012 22:25

      @Par 100% TROLL (xxx.xxx.xxx.224) 20 avril 12:41

      merci pour ce moment d’humour, qui démontres que tu ne fais que de la propagande mensongère.

      Le califat est une monarchie, le pouvoir est représenté par une seule personne.


    • Giordano Bruno 20 avril 2012 10:11

      Peut-être y a-t-il derrière cela un problème sémantique.

      Sur wikipédia, j’ai trouvé cette présentation du fameux article 475 :

      Quiconque, sans violences, menaces ou fraudes, enlève ou détourne, ou tente d’enlever ou de détourner, un mineur de moins de dix-huit ans, est puni de l’emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 200 à 500 dirhams. Lorsqu’une mineure nubile ainsi enlevée ou détournée a épousé son ravisseur, celui-ci ne peut être poursuivi que sur la plainte des personnes ayant qualité pour demander l’annulation du mariage et ne peut être condamné qu’après que cette annulation du mariage a été prononcée.

      Le mot « viol » ne figure pas dans l’article. Qu’est-ce qu’un enlèvement ou un détournement sans violences, menaces ou fraudes ?

      S’il ’n y a pas de violences ou de menaces peut-on parler de viol ?

      De pus, il est question dans l’article d’annulation d’un mariage dont on ne sait ni comment ni pourquoi il aurait été contracté. Je ne vois pas écrite l’obligation de la mineure de se marier à son ravisseur.

      Cet article me semble donc reposer sur un nombre important de sous-entendus. Ceux-ci sembleront évidents à une personne qui partage le système de valeurs du législateur, mais pas du tout à une personne d’une culture éloignée (comme un européen type par exemple). Je pense que cette absence de partage des sous-entendus déforme la compréhension qu’ont de cette affaire un bon nombre d’occidentaux.



      • morice morice 20 avril 2012 10:18

        Après Kadhafi, il faudra s’en prendre au système mafieux du Maroc. Pour l’instant c’est tout l’inverse, Mohamled VI n’étant jamais critiqué par ici, riads appartenant à des français obligent....


        • celui qui maugréé celui qui maugréé 20 avril 2012 11:57

          Ciel force est de constater que je suis d’accord avec Morice ... où va t on ?

          D’ailleurs en parlant de Riads ... ils y ont font quoi au juste nos chères huiles/élites là bas ? 

          Autre sujet sur la complaisance vis a vis du Maroc : la vallée du Rif et de manière plus générale le trafic de stupéfiants... si on est un tant soit peu objectif et non détenteur de propriétés au Maroc on aurait tendance à penser que c’est un narco état ou qu’en tout cas il laisse largement faire.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 avril 2012 15:29

          @ 100 % TROLL

          qui écrit que les crimes dits « d’honneur » n’ont « rien à voir avec l’islam » et que "le Maroc n’a rien à voir avec l’Islam. En Islam la monarchie est strictement interdite".

          Extrait de mon petit essai « Désacraliser la violence religieuse » de Mars 2000… qu’il m’a été impossible de publier :

           » Le livre d’Amin Maalouf Les croisades vues par les Arabes (éd. Jean-Claude Lattès, 1983) montre bien que les »combattants du Christ« , comme ceux »de Mahomet" expriment="expriment" en="en" par="par" le="le" des="des" violences="violences" et="et" les="les" justifications="justifications" un="un" retour="retour" aux="aux" conceptions="conceptions" de="de" plus="plus" peut="peut" rapprocher="rapprocher" la="la" telle="telle" que="que" punition="punition">famille d’Oufkir après la trahison de celui-ci, punition infligée - en violation flagrante des principes élémentaires du Droit civil - par le roi Hassan II, Commandeur des croyants musulmans. Il y a de nombreux cas semblables dans l’AT après que le Dieu jaloux eut annoncé qu’il punirait les descendants des fautifs. "


          • Ossian Ossian 20 avril 2012 19:07

            Pierre Régnier,

            Permettez moi de vous dire que vous êtes ou un parfait imbécile, ou un ignorant ou un raciste plein de préjugés et de suffisance ! Dans tous les cas, vos propos et vos écrits manquent n’ont de la valeur que pour les gens de votre espèce.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 avril 2012 20:05

            @ Ossian

            Pourriez-vous expliquer ce que le racisme vient faire ici. 

          • Ossian Ossian 20 avril 2012 19:25

            Pour le Maroc, sachez que c’est un pays qui n’a rien à voir avec l’Islam. C’est un pays où on peut voir et pratiquer toutes sortes de débauches, et c’est d’ailleurs pour cette raison que les étrangers l’adorent, et viennent même y finir leurs vieux jours.

            Quant à cette femme, personne ne connait réellement le fond de l’histoire. La seule chose que j’ai constaté en tant que personne marocaine, c’est que le violeur est jeune et beau, alors que la jeune femme est loin d’être un canon. Au Maroc comme partout ailleurs, les beaux garçons n’ont pas besoin de violer. Ce que j’ai entendu de source marocaine, c’est que la femme a fréquenté ce garçon et ce qui devait arriver arriva. Leur histoire n’a rien à voir avec un sordide viol d’une jeune vierge innocente. Quand bien même, en raison des coutumes marocaines et non islamiques comme le prétend l’expert en la connerie mentionné ci-dessus, il est plus sage que la femme se marie avec son copain pour ne pas subir le poid de la société.

            Quant aux femmes qui subissent un viol réel, il est plus que temps de trouver de vraies solutions à leur calvère, et surtout pour les enfants issus de viol ou conçus en dehors du mariage. Leurs sort est encore plus tragique au Maroc.

            Quant à ceux qui s’inquètent sur le sort des marocaines, ne vous en faites-pas ! Bientôt elles vont atteidre et même dépacer en libertinage vos femmes occidentales.


            • onvalefaire onvalefaire 20 avril 2012 19:36

              Un condensé de tolérance !!!!

              Dans le texte, et dans les commentaires...


              • Alex Alex 20 avril 2012 20:36

                Que ce soit ou pas un problème de religion, il faut reconnaître que les pays musulmans ont un certain problème avec l’« honneur » des femmes.
                Des exemples récents l’ont montré.
                Une afghane violée s’est retrouvée en prison pour « adultère sous la contrainte », puis condamnée à épouser son violeur ; en Arabie saoudite, une femme ne devant pas se trouver seule en compagnie d’un autre homme est condamnée en cas de viol ; les cas de crimes d’honneur chez les Turcs sont particulièrement connus. Au Maroc, il y a peu d’années (même peut-être encore aujourd’hui), il n’était pas rare que sa famille refile une jeune fille violée à un vieux trop content d’avoir de la chair fraîche.

                Les trois « religions du Livre » n’ont pas été très tendres avec les femmes.

                En pays musulman, c’est un retard de mentalité parfaitement compréhensible, mais d’autant plus étonnant que l’Arabie pré-islamique connaissait une forme de polyandrie.

                En France, c’est différent : une femme est tuée en moyenne tous les deux jours par son compagnon pour des raisons parfaitement « laïques »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès