Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Maroc : la légalisation du cannabis ; la fausse bonne idée d’une (...)

Maroc : la légalisation du cannabis ; la fausse bonne idée d’une opposition irresponsable

Deux projets de loi ont été déposés par deux formations politiques de l’opposition : le parti de l’Istiqlal et le PAM( Parti Authenticité et Modernité) pour demander la légalisation de la culture du cannabis  à « des fins thérapeutiques et industrielles et solliciter l'amnistie pour les 48 000 cultivateurs qui vivent en semi-clandestinité dans le nord du pays ».

Le parti de l'Istiqlal propose que la culture soit limitée à cinq régions, Al Hoceima, Chefchaouen, Ouazzane, Tétouan et Taounate, tandis qu'une agence étatique devrait se charger de contrôler l'exploitation et la commercialisation. Au Maroc, la culture du cannabis est officiellement prohibée.

Dans les faits, en vertu d'un dahir de 1917 (royal), elle est tolérée dans la région de Ketama-Issaguen, fief historique amazigh situé dans les montagnes du Rif. Dans cette région historiquement rebelle au pouvoir, le cannabis est cultivé depuis le 15e siècle. « À l'indépendance du Maroc en 1956, le roi Mohammed V, grand-père du souverain actuel, a tenté de l'interdire, mais a fait marche arrière devant la colère des Rifains. » Aujourd'hui, le décret cannabis demeure la source principale de revenus pour les paysans. Une situation bizarre où la culture « n'est ni totalement interdite ni totalement légale ».

Concernant la lutte contre la drogue (cannabis), les lecteurs de la presse marocaine surtout celle écrite en langue arabe savent qu'une lutte implacable a été engagé contre ce fléau surtout depuis le nouveau règne et l'avènement de Mohamed VI. Des juges, agents d'autorité des policiers et militaires de tous rangs, des hommes d'affaires ou élus ayant des liens de près ou de loin avec la drogue sont poursuivis jugés sans ménagements. Un ancien chef de la sécurité royale a été rattrapé par une histoire prouvant son implication dans le trafic de drogue et a été destitué et jugé. Sa fonction ne lui a pas permis d'échapper à la justice. Par ailleurs les superficies destinées au cannabis ont été réduites de près de 60% ces dernières années.

Sur le plan législatif, l'arsenal répressif a été complété dernièrement par la loi de répression de blanchissement d'argent qui fait notamment obligation aux banquiers de signaler les mouvements de fonds suspects des clients.

 En fait, le rapport de 2015, l’ONUDC (L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime) indique que la culture du cannabis au Maroc continue de diminuer, passant de 134 000 hectares en 2003 à 52 000 en 2012 et 47 196 hectares en 2013. Mais cette nette baisse de la culture du cannabis ne signifie pas que la quantité a elle aussi diminué. Au contraire, « cette dernière demeure un sérieux et épineux défi, non seulement pour les autorités marocaines mais aussi européennes. Selon l’Organisation mondiale des douanes (OMD), le cannabis est de loin la drogue la plus répandue, la plus disponible et la plus largement utilisée à travers le monde, et le Maroc est incontestablement le pays source de référence pour la résine de cannabis, puisque 135 tonnes de produits provenaient de ce pays en 2013 ».

Par ailleurs, l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) basé à Lisbonne – ainsi que de nombreux services de polices européens –, relève, dans son rapport de 2012, un très gros écart entre les quantités de haschisch saisies par les autorités compétentes marocaines et européennes avec les chiffres avancés par l’ONUDC. Dans son dernier numéro de Drogues, enjeux internationaux, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publie une étude de Pierre-Arnaud Chouvy et Kenza Afsahi intitulée « Le haschich marocain, du kif aux hybrides » dans laquelle des éléments de réponse sont apportés à cette guerre des chiffres.

C’est dans ce contexte qu’un collectif a été créé et des acteurs de la société civile demandent la la légalisation du cannabis au Maroc. Parmi les défenseurs de cette position figurent « Lahbib Haji, avocat et défenseur des droits humains, docteur Tahar Toufali, professeur universitaire en science politique, docteur Benacer Hemmou Azday, professeur universitaire en sciences physiques, Chakib Al Khayari, président de l'Association du Rif pour les droits de l'Homme, Mohamed Chami, universitaire et membre de l'Institut Royal de la Culture Amazighe ... » Ces derniers ont lancé un appel servant d'« invitation pour ouvrir un débat public sur la légalisation de cannabis au Maroc et l'orientation de ses utilisations ». Cette initiative, vient selon ses initiateurs « après l'échec de la politique de l'éradication des champs de cannabis au nord du Maroc, orienté par l'UE et l'ONU, qui a eu deux résultats : l'aggravation de la souffrance des familles des cultivateurs pauvres à cause de cette éradication des champs en l'absence d'alternatives ».

 Les défenseurs de la légalisation du cannabis au Maroc ont constitué en une sorte de groupe de pression, estiment que la vraie guerre doit être menée contre les trafiquants de drogues et « non pas contre les champs de cannabis où plutôt contre les pauvres cultivateurs ». Ils ont lancé l'appel défendant l'idée de légaliser la culture de cannabis pour des usages thérapeutique et industriel d'une façon générale, dans le cadre d'une économie alternative dans les régions où il y a les champs de cannabis. Pour cela, ils proposent aux autres acteurs et organisations marocaines d'ouvrir un débat national sur la question.

 Or ce qu’il faut observer c’est que ces appels pour la légalisation du cannabis qu’ils émanent de partis politiques ou de la société civile dans lesquels ont met en avant « ces pauvres agriculteurs rifains qui n’ont pas d’autres alternatives » cachent en fait le lobbying puissant des trafiquants de drogue qui détiennent d’énormes moyens financiers et qui ont investi depuis de nombreuses années le monde politique et certainement la société civile. Le chef du gouvernement actuel et leader du parti islamiste du PJD n’a-t-il pas accusé les partis de l’Istiqlal et surtout le PAM parti (Authenticité et Modernité) qui sont à l’origine du projet des lois sur la légalisation du cannabis d’être financé par l’argent de la drogue .Le parti qui est cependant le plus pointé du doigt reste le PAM et certains de ses principaux dirigeants .

Non messieurs, il faut continuer à lutter de manière implacable contre la culture du cannabis qui jette l’impropre sur notre pays, désorganise notre économie et est susceptible d’inhaler nos efforts de développement et de fausser le jeu démocratique avec l’argent du trafic de cannabis qui gangrène la vie politique. Durcir les lois réprimant la culture et le trafic de drogue tout en proposant aux petits agriculteurs des cultures alternatives avec des aides ciblées. Accélérer et assurer la cohésion dans les projets  de développement du Rif. Cela ne sert à rien de courir derrière les trafiquants, c’est la culture qui doit être prohibée. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Fourmi Agile Fourmi Agile 21 janvier 18:09

    C’est grave de lire de telles inepties de la part d’un marocain !

    La consommation du canabis fait partie de votre culture et ce depuis des millénaires. Exactement comme celle des vignes en France. (ou en Espagne, Italie, Grèce ...)

    Et comme en France, la consommation de vin fait partie de notre culture, certains abusent du vin et sont incapables de participer à la vie du pays, d’autres boivent du vin de façon très raisonnée et c’est excellent pour la santé.

    Pareil au Maroc, certains abusent du canabis, d’autres le consomment avec raison, et sont capables de travailler normalement.
    Vouloir prohiber la culture du canabis au Maroc c’est tuer un mode de vie, une culture millénaire, et surtout appauvrir de nombreux paysans qui ne savent faire que ça.

    De grâce, laissez les tranquilles.


    • Zolko Zolko 21 janvier 18:30

      « Le chef du gouvernement actuel et leader du parti islamiste du PJD n’a-t-il pas accusé les partis (...) qui sont à l’origine du projet des lois sur la légalisation du cannabis d’être financé par l’argent de la drogue »
       
      et alors ? En quoi les accusations d’un parti – Islamiste de surcroît – devraient faire référence ? Et même si c’était vrai, ça changerait quoi au fait que ce serait un commerce très lucratif – et inoffensif, contrairement à l’alcool ou aux armes – pour le Maroc et les Marocains ?


      •  M Takadoum (alias Bouliq). MTakadoum. 21 janvier 19:34

        @Fourmi Agile@Zlzo

        Détrompez-vous messieurs, les marocains ont en assez d’être pointé du doigt comme étant le premier pays producteur de cannabis au monde, le fournisseur de l’Europe entre autres. Les marocains ne souhaitent pas que leur pays soit demain dirigé par des barons ou trafiquants de drogue. Que l’immobilier soit hors de portée des jeunes couples parce qu’il sert pour le recyclage de l’argent de la drogue. Ne parlons pas des dégâts de la consommation du kif sur notre jeunesse. 

        Bien sûr qu’il faut investir massivement dans le Rif pour donner des alternatives aux agriculteurs qui sont les premiers exploités et il est souhaitable de prononcer une amnisty pour les petits fellahs condamnés Enfin ce n’est pas parceque le parti islamiste qui dirige le gouvernement soit contre la légalisation que l’on droit être contre cette idée. 


        • Yanleroc Yanleroc 21 janvier 22:44

          @MTakadoum.


          Bonsoir,
          la légalisation aurait au moins l’avantage de couper l’herbe(!) sous le pied des barons 
          si l’état s’engageait à assainir le milieu en proposant des produits de qualité garantie et en redistribuant les gains engendrés à sa population, qui ne serait pas obligée alors de nous emm..sans arrêt au téléphone ! 
          Cela permettrait de mettre fin à une situation totalement hypocrite qui perdure depuis des décennies, alors qu’actuellement, le plus gros du trafic profite surtout à quelques gros bonnets puants et corrompus- même si des têtes tombent au Maroc, d’ailleurs relaxées, vous le dîtes- et génère la violence qu’on connait.

          La situation n’est d’ailleurs pas très différente en France(et ailleurs) car si l’on voulait réellement y mettre fin, ça pourrait être fait depuis longtemps (tt comme pour DAESH en Syrie, alimenté entre autres par l’argent du trafic).



        • Yanleroc Yanleroc 21 janvier 23:00
          Mais le débat se déplace alors ainsi, qui devient pour vous, non pas pour ou contre la légalisation, 
          mais pour ou contre la consommation, question d’éthique, croyez vous. 
          N’ oubliez pas alors que « cet opium du peuple », permet aussi aux populations occidentales de se tenir tranquilles et de s’éclater devant un écran vidéo dans l’illusion du rêve consumériste, 
          plutôt que d’aller « éclater » ceux qui les « enfument » à la télé !! (mais les deux ne sont peut-être pas incompatibles aprés tout..)

          Comme il a été dit + haut, « ce n’est pas la drogue qui fait le poison, mais la quantité »..et la qualité.
          Quoiqu’il en soit c’est un sujet épineux, c sans doute pour cela aussi qu’il n’a toujours pas trouvé de solution satisfaisante.

          D’accord, avec Fourmi, qui y voit la(belle)image d’un héritage culturel, du moins de notre point de vue extérieur.




        • sleeping-zombie 22 janvier 10:57

          @MTakadoum.
          Amusante position, quand on voit qu’en Europe ou Amérique du nord, on se dirige, plus ou moins rapidement, vers une légalisation du cannabis. Ce qui, pour le Maroc, pourrait constituer un belle opportunité économique...


        •  M Takadoum (alias Bouliq). MTakadoum. 22 janvier 11:17

           Les choses ne sont pas aussi simples. Ce sont ces fameux barons drogue et leurs relais dans le pays qui sont derrière la légalisation pour continuer à faire leur trafic en toute impunité.


        • eugene eugene 22 janvier 12:22

          @Yanleroc
          Faudrait simplement légaliser et produire au pays, c’est à dire en France, coupant ainsi l’herbe sous les pieds des producteurs et des trafiquants. 

          Je dis cela en étant très critique sur la fumette et son intérêt. Mais force est de s’apercevoir que le fait d’être dans le pays le plus répressif d’europe ne nous empêche pas d’etre celui où on trouve le plus de consommateurs....Sans doute ne faut il pas désespérer ni la banlieue, ni la Bac, qui justifient tous deux leurs existence et leurs bénéfices, par l’interdit.

        • eugene eugene 22 janvier 12:28

          @Yanleroc
          De plus la légalisation aurait un intérêt sanitaire, et est recommandé par moult spécialistes : Le contrôle du produit, bien sûr, plus mélangé avec de la merde, mais aussi un coupage des joints qui ne serait plus assuré par le tabac, grand toxique comme chacun sait. Hors, beaucoup deviennent fumeurs de tabac par le biais du shit, et préparent tranquillement leur cancer du poumon. Bon, c’est vrai qu’il y a d’autre raisons à ce cancer, à une époque où l’air est pollué par des pesticides et les particules de diesel dont l’incidence se manifeste par la diminution de l’espérance de vie.....Ce que ne personne ne croise au niveau des informations dérangeantes. 


        • sleeping-zombie 22 janvier 12:59

          @MTakadoum.
          Là, on ne touche plus à l’économique, mais au politique. Peu importe que ce soit éthique ou même simplement efficace, l’important, c’est que ce soient les « bonnes » personnes qui en profitent.
          A mes yeux, un « méchant » trafiquant et un « bon » patron sont le même animal, seulement séparés par la barrière de la loi.


        • Yanleroc Yanleroc 22 janvier 13:29

          @eugene


          « Bon, c’est vrai qu’il y a d’autre raisons à ce cancer... »



          @ Monsieur l’auteur, ne faîtes donc pas la sourde oreille !..

        • jeanpiètre jeanpiètre 22 janvier 17:06

          @MTakadoum.
          je doute fortement que la vague légalisatrice qui est en marche aux états unis soit le fait des barons marocains.

          On voit l’effet de la prohibition sur les pays producteurs de cocaine , ou les petits enfants des barons sont aujourd’hui député, maire ou président. Le charme de la démocratie vous me direz, les hommes de pouvoirs européens viennent souvent de familles s’étant hissé dans la pyramide sociale grâge à d’autres affaires peu ragoutantes

        • foufouille foufouille 21 janvier 20:09

          article de croyant muslim de droite.


          • VICTOR VICTOR 22 janvier 11:48

            @foufouille
            « Croyant muslim de droite » : triple pléonasme !


          • Yanleroc Yanleroc 22 janvier 13:52

            @VICTOR

            Nourri à la tétée d’Octobre et fumé au bois de Sativa ?
            (J’ai lu ton livre, pas mal, pas mal...)


          • VICTOR VICTOR 23 janvier 08:43

            @Yanleroc
            Chiloum ! Et à la nôtre.


          • zozoter 22 janvier 03:24

            Je suis malade et je souffre. Mon médecin ne peut rien d’autre que de me finir à la cortisone et aux autres saloperies. Cela enrichi les TEVA, Sandoz and Co. J’ai une tantine atteinte d’un cancer des os sa souffrance a elle est absolument épouvantable. Nous vivons (la France) dans un pays qui se moque de cette situation. Je vais déménager au Portugal à qq centaines de mètres de l’Espagne. Sont moins cons dans ces régions.


            Au revoir à tous et bonnes chances. 

            • loxias loxias 22 janvier 11:18

              Vive la légalisation du cannabis ! :)


              • Yanleroc Yanleroc 22 janvier 13:40

                @loxias

                Vive le Complotisme et mort aux Chemtrails...

              • keiser 22 janvier 11:26

                @ L’auteur

                Mon pauvre ami, tu as un train de retard, maintenant en France, c’est la Ganja ( le Kif ) qui pousse dans les placards

                La fameuse guerre à la drogue est totalement stérile et coute plus cher qu’elle ne rapporte.
                Sous une façade de croisade, elle est plutôt une guerre de pouvoir et de concurrents.
                De plus je connais bien le Maroc et tout le monde en croque alors ton discours moralisateur est totalement stupide et inadapté.
                En plus tu voudrais que les Rifains soient encore plus pauvres qu’il ne le sont Déjà !? ...
                Cette région est à la limite de la survie et si ils avaient une culture de remplacement, ils ne se feraient pas prier pour l’exploiter.
                Pourquoi l’huile d’olive du Rif qui est d’une qualité rare, est elle sous le coup d’un blocage commercial.
                Alors qu’en pratiquant le commerce équitable, elle se vendrait à bon prix.
                Pourquoi la paille de chanvre, de plus en plus utilisée dans le bâtiment, n’est elle pas exploitée au Maroc, surtout quand on connait les prix en Europe de cette matière isolante.

                Quand aux délires de l’autre naze, depuis le temps que je connais le Maroc , jamais vu de bordel à pédophiles et le shit n’est pas non plus omniprésent, loin de là. 

                Jamais vu non plus de Marocains qui se plaignent de cette image.
                Ils se plaignent surtout , comme nous, de la crise et des terroristes qui faussent la représentation de l’islam en freinant le tourisme, principal apport de devise.
                Ils se foutent pas mal du KIf .
                 


                •  M Takadoum (alias Bouliq). MTakadoum. 22 janvier 15:47

                  @keiser Je ne suis pas« ton pauvre ami » et comme on dit ni ami ni pauvre. 


                  Ceci étant dis moi j’exprime un point de vue qui est largement occulté par la presse marocaine. Parceque cette dernière sous influence ne cesse de nous expliquer les bienfaits « thérapeutiques » du « kif ». Qu’il y a plein d’utilisations etc... Ce n’est pas un discours moralisateur que de dire les dégâts prouvés scientifiquement par la consommation du kif considéré comme drogue par les organisations internationales. Et ce que vois moi autour de moi au Maroc des dégâts de ce fléau sur notre jeunesse me conforte la dessus. 

                  Pour la pauvreté ; les régions les plus pauvres sont les régions ou il n’y a pas de culture du kif ; ce sont Meknes-Tafilalte24% lde Gharb-Beni Hsain 21% Marrakech-El Haouz 18% ( lien) . La région du Nord du Maroc connait un développement sans précédent et d ’important projets sont réalisés ou en cours de réalisation. 

                  Concernant la lutte contre l’intégrisme le pays est bien engagé la dedans. Voire aussi ICI

                • Yanleroc Yanleroc 22 janvier 17:05

                  @MTakadoum.

                  « La région du Nord du Maroc connait un développement sans précédent et d ’important projets sont réalisés ou en cours de réalisation. » ça fait peur !!

                  Pourquoi, c’était pas bien avant ? tout dépend de ce que vous appelez pauvreté...

                  Vous n’avez pas compris que l’ Affairisme va détruire ce qu’il y avait de mieux chez vous et qui faisait votre spécificité.

                  Bienvenue au pays uniformisé de Big Brother. 
                  R.I.P.

                • keiser 22 janvier 17:40

                  @MTakadoum.

                  Laisse tomber mon non ami smiley


                • sheridan31 22 janvier 11:43

                  Bon courage et bonne chance à toi zozoter, dans un pays sans doute, et cela n’est pas difficile, moins hypocrite que la France.


                  • zygzornifle zygzornifle 22 janvier 13:11

                    Le Maroc est un des plus gros producteur de Cannabis .....


                    • Yanleroc Yanleroc 22 janvier 13:38

                      @zygzornifle

                      Allez.. jure le .. smiley

                      Mais la France est le plus gros fumeur, match nul !

                    • DanielD2 DanielD2 22 janvier 13:55

                      Ce qui fait sourire, c’est que les pays Européens font semblant de vouloir combattre le cannabis alors qu’il suffirait de faire pression sur le Maroc, qui ne se donne même pas la peine de faire semblant que la partie du territoire où ça pousse n’est pas sous son contrôle, comme en Colombie, en Afghanistan, etc. 


                      Combien nos hommes politiques touchent là-dessus ?

                      • jeanpiètre jeanpiètre 22 janvier 17:21

                        @DanielD2
                        la majorité du cannabis consommé en france est d’origine française, faire pression sur le maroc n’a pas beaucoup de sens d’autant que la proportion de production domestique locale ne cesse d’augmenter,et ventile les revenus du traffic sur des milliers de petits producteurs /dépanneurs qui s’ils arrondissent leurs fins de mois , assèchent peu à peu les revenus des dit barons.


                        D’ailleurs bon nombre de revendeurs de ces réseaux ont diversifié leurs offres pour compenser la stagnation de leur C.A. et jouent autant avec l’hero de l’otan qu’avec la coke des réseaux latins

                      • ARRIFI ARRIFI 22 janvier 17:25

                        Tout le monde entier sait que la drogue se vend dans la rue dans les cafés , dans les Bars .

                        Légalisé ou pas cela change que les grands barrons de la drogue seront les grands perdants .

                        Sachant que les grands barrons de la drogue sont protégé par les hommes politiques du Maroc , ces derniers perdent beaucoup d’argent .


                        • jeanpiètre jeanpiètre 22 janvier 18:17

                          @ARRIFI
                          oui tout le monde

                          je précise que je n’ai pas cherché pour le ps, mais c’est.... kif-kif.
                          quand auu f.n. et les hstoires de air cocaîne.....

                        • keiser 22 janvier 19:21

                          @ Monsieur Mohamed Takadoum, que je n’ai pas intérêt de traiter de mon pauvre ami et je m’en excuse.

                          Je vois après recherche que nous sommes a niveau équivalent, toi dans ton domaine et moi dans le mien.
                          Zut , je vous ai tutoyé smiley
                          Je travaille régulièrement au Maroc depuis longtemps, on va dire comme consultant en génie civile
                          Pour commencer, votre susceptibilité est vraiment pénible.
                          En aucune façon, je n’ai voulu vous offenser , voila ça c’est fait.

                          Cependant vous ne répondez à aucune de mes questions et vous ne faites que débitez le discours
                          Habituel.
                          Je vous ai proposé des pistes et vous n’en tenez pas compte.
                          Alors expliquez moi le sens de votre propos.
                          S’il vous plait , bien sur.
                          Et peut être que nous pourrons avoir un discussion constructive.
                          Sans vouloir vous offenser, évidemment . 
                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès