Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Maroc : le racket quasi systématique des Subsahariens au poste frontière de (...)

Maroc : le racket quasi systématique des Subsahariens au poste frontière de Bir Guendouz

Ils s'appellent Mamadou, Ousmane, Aliou, Fatou... Tous sont Sénégalais et sont arrivés au Maroc par voie terrestre, via la Mauritanie, où ils espèrent trouver du travail. Après un voyage de deux jours, ils arrivent à la frontière marocaine, la fameuse porte d'entrée du sud du Royaume – Bir Guendouz – devenue célèbre auprès de la communauté subsaharienne du Maroc pour les actes de racket et de dépouillement des ressortissants africains par des éléments véreux de la police des frontières marocaine.
JPEG - 134.7 ko
Poste frontière de Bir Guendouz
 
«  Si j'ai pris la route au lieu de passer par la voie des airs, raconte Fatou, une jeune femme de 24 ans, c'était pour économiser un peu d'argent ; malheureusement, je me suis trompée car j'ai dû payer la somme de 100 euros pour passer la frontière. Le flic au guichet ne voulait rien entendre et n'avait apparemment rien à faire de la validité de mon passeport ni de l'argent de poche qu'il m'avait demandé et que j'avais aussi. Il m'a dit de faire le tour pour le rejoindre dans le bureau, et une fois, il m'a clairement signifié, sans nulle gêne ni honte, que je devais payer, sinon, je devais retourner d'où j'étais venue « pour prendre l'avion », me lança-t-il méchamment. Acculée, je n'avais pas d'autre choix ; j'ai donc dû payer pour passer car deux de mes compagnes d'infortune, qui avaient refusé ou qui n'avaient pas de quoi payer, avaient été renvoyées par le même flic sous mes yeux  ! ».
 
Mamadou, un jeune homme de 22 ans, qui voyage pour la première fois, a connu le même sort que Fatou et y a laissé tout ce qu'il lui restait d'argent, les seuls 50 euros qu'il avait au fond de la poche... « droite  », indique-t-il dans un sourire amer, du jean noir tout poussiéreux qu'il portait. « Je ne voulais pas, mais je n'y pouvais rien ! », marmonna-t-il d'un air dégoûté.
 
Ousmane, lui, refusera d'abord de payer mais le regrettera amèrement, car il sera abandonné sur place par le chauffeur de taxi mauritanien, parti au bout de deux heures d'attente. Il n'avait que 30 euros comme tout argent et voulait les garder jusqu'à son arrivée à Dakhla où il souhaitait travailler, comme son cousin Aliou, qui l'y avait précédé, dans les usines de poissons, nombreux dans la presqu'île ; des usines qui font trimer, pour un salaire de misère et pendant 12 heures d'horloge, les Subsahariens désorientés que la recherche d'un emploi ou d'une vie meilleure a conduits ici, dans cette ville étrangement calme, où pas un autochtone ne sort de son lit avant 10 ou 11 heures.
 
Ousmane finira pourtant par supplier le brigadier véreux d'accepter ses 30 euros avant d'embarquer à bord de la voiture d'un compatriote immigré qui regagnait son lieu de travail en Espagne, qu'il a réussi à convaincre de l'emmener jusqu’à Dakhla.
 
Malgré toutes les tracasseries que subissent leurs ressortissants au Maroc, rares sont les pays africains qui protestent ou exigent un meilleur traitement de leurs citoyens ; bien au contraire, ils parlent toujours des « relations excellentes » que connaissent leurs états avec le Royaume dont l'Autorité suprême, en l'occurrence Sa Majesté Mohamed VI – dont on ne peut pas dire qu'il cautionne les agissements de ses sujets – est, partout et toujours, reçue avec les honneurs qui lui sont dus en Afrique subsaharienne.
 
Pourtant, il ne fait aucun doute que nombre de Subsahariens, amis du Maroc et fervents admirateurs respectueux de Sa Majesté, attendent aujourd'hui un geste de Sa part pour que cesse définitivement ce traitement indigne dont ils sont l'objet à chaque fois qu'ils se présentent aux portes du Royaume chérifien dont ils reconnaissent la dignité et la sagesse bienveillante du Souverain.
 
Abdoulaye Jamil Diallo 

Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 2 août 2014 14:20

    A force de regarder l’exemple du gouvernement Français ils se sont mis aussi au racket .....


    • Marcel Kroutchev Marcel Kroutchev 2 août 2014 18:59

      Mamadou, Ousmane, Aliou, Fatou…

      Pardon à Vous et à tous Ceux et Celles qui viendront après vous…

      Au nom du Peuple marocain, PARDON ! Ce n’est pas cela le Maroc.

      Malheureusement, ce que vous décrivez est, hélas, ce qu’est devenu ce Pays.

      Un Pays qui a vendu son âme, son autorité auprès des Nations (le Maroc a par exemple été le premier au monde a reconnaître les Etats Unis d’Amérique, avant tout autre pays), sa légitimité, sa souveraineté…

      Je suis de tout cœur avec vous.

      Marcel Kroutchev


      • psynom 3 août 2014 09:45

        Cela n’est pas seulement au Maroc, mais dans tout le Maghreb.

        Pire que le racket : ces pauvres subsahariens cherchant un peu de travail y trouvent souvent traitements inhumains, esclavage, exploitation sexuelle et utilisation dans des actes criminels et terrorisme ; ce phénomène touche toutes les catégories d’âge et concerne les hommes, les femmes et les enfants dont la vie est mise en péril à cause des promesses des passeurs qui ne cherchent que le gain facile.

        Algérie 306, et l’article d’Algerie-DZ


        • cedricx cedricx 4 août 2014 14:03
          « ...nombre de Subsahariens, amis du Maroc et fervents admirateurs respectueux de Sa Majesté................................................se présentent aux portes du Royaume chérifien dont ils reconnaissent la dignité et la sagesse bienveillante du Souverain. »

          Dans ces conditions, mon cher, subissez et acceptez la fatalité de Dieu ! Le commandeur des croyants ne saurait être interpellé par le tout venant africain auquel il est demandé de bien vouloir travailler dans les territoires occupés illégalement par le Maroc.
          Soyez fervents admirateur de sa majesté et taisez vous de grâce.

          • Abdoulaye Jamil Diallo Abdoulaye Jamil Diallo 4 août 2014 19:50

            « Dans ces conditions, mon cher, subissez et acceptez la fatalité de Dieu ! Le commandeur des croyants ne saurait être interpellé par le tout venant africain auquel il est demandé de bien vouloir travailler dans les territoires occupés illégalement par le Maroc.
            Soyez fervents admirateur de sa majesté et taisez vous de grâce. »


            Heureusement que l’envergure humaine et la dimension politique de Sa Majesté vont bien au-delà de votre vision doublement étriquée des choses ; une vision dont la sécheresse de cœur et le peu d’humanisme, dont elle fait crânement montre, n’ont d’égale que votre ignorance de ce que veut dire justice et équité... sans exclusive.

             Et... vous ne le savez peut-être pas ! Mais... cela en dit long sur votre personnalité !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès