Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Massacre d’environ 20 000 dauphins au Japon : Halte au carnage (...)

Massacre d’environ 20 000 dauphins au Japon : Halte au carnage continu des dauphins à Taiji, la baie de la torture !

Par Yasmina El Jamaï

De septembre à mars, des dauphins sont sauvagement tués dans la baie de Taiji, au Japon, et ce, depuis 400 ans. Depuis la diffusion du documentaire The Cove, en 2009, davantage de citoyens du monde sont conscients du sort brutal réservé aux dauphins, dont certains sont sauvagement massacrés chaque année à coup de couteaux par les pêcheurs de Taiji pour être consommés et d’autres, capturés et affamés pour exécuter des pirouettes dans les parcs aquatiques en échange de poissons morts. Mais beaucoup de personnes ignorent cette réalité, dont beaucoup de citoyens japonais habitués à contempler les acrobaties des dauphins au sourire immuable même lorsqu’ils sont poignardés.

Outre les images de la cruauté imposée aux dauphins à Taiji, le documentaire ayant remporté un oscar présente notamment un ancien dresseur de dauphins américain, Ric O’Barry, qui capturait et entraînait des dauphins, dont le célèbre Flipper, jusqu’à ce que ce dernier commette un suicide volontaire dans ses bras dans un aquarium en fermant son évent (ses narines). Ce suicide, survenu comme une sonnette d’alarme, a malheureusement coïncidé avec le point culminant de l’engouement de populations émerveillées devant les acrobaties des dauphins comme Flipper devenues populaires à partir de 1969. Depuis, le dauphin se vend au prix fort, les sommes par individu pouvant atteindre 150 000 $ et un dauphin mort destiné à être consommé rapporte environ 600 $. Le commerce fort lucratif des dauphins a fait oublier aux pêcheurs et aux dresseurs leur humanité.

Quant à Ric O’Barry, il a interprété le suicide de Flipper comme un signe clair et se voue depuis à la libération et à l’amélioration du sort des dauphins et des baleines, notamment par l’intermédiaire de dolphinproject.org/.

Les pays doivent intervenir en bloc

De nombreuses pétitions envoyées par l’intermédiaire de groupes activistes à des ambassadeurs influents circulent sur Internet pour mettre fin au carnage et des centaines de milliers d’individus les signent dans l’espoir que le cauchemar de Taiji prenne fin. La nouvelle ambassadrice américaine au Japon, Caroline Kennedy, a même affiché sa profonde indignation devant l’atrocité des tueries de dauphins, clamant haut et fort l’opposition du gouvernement américain à ces pratiques. La Grande-Bretagne a souligné les « terribles souffrances » infligées à ces mammifères marins et l'opinion internationale se mobilise de plus en plus pour dénoncer cette situation, ainsi que d’autres pays.

Comment tolérer en silence que des pêcheurs rabattent des familles entières de dauphins, baleines et marsouins, vers les baies peu profondes de Taiji, où ils les noient et les poignardent à mort chaque jour ? La Sea Shepherd Conservation Society a diffusé en ligne une vidéo récente montrant les pêcheurs en train de taillader les têtes et le dos de dauphins en panique devant leurs familles et leurs amis, laissant ensuite les dauphins se vider lentement de leur sang et transformer la baie en un bain rouge vif. La plupart des dauphins agonisent 20 à 30 minutes durant avant de succomber à leurs blessures. Leurs dépouilles sont ensuite récupérées par des plongeurs et transférées à des boucheries. C’est le sort des dauphins qui n’ont pas été retenus pour être confinés dans des delphinariums d’attraction. Aucun vétérinaire ne pourrait tolérer de telles méthodes dans la pire des boucheries.

Pourtant, les lois japonaises stipulent que tous les moyens pour tuer les animaux domestiques doivent réduire la souffrance des animaux au maximum. La pratique de la chasse à la baleine du Japon fait régulièrement l’objet de représailles de la part de la communauté internationale, ce qui a valu à la nation asiatique d’être assignée à La Haye en juin 2013 par l'Australie devant la Cour internationale de Justice (CIJ), la plus haute instance judiciaire de l'ONU.

Il serait grand temps que les pays se prononcent à l’encontre du carnage des dauphins de Taiji. Même le département d’État américain a soutenu son ambassadrice en janvier 2014 : « les États-Unis restent engagés pour obtenir un moratoire sur le commerce de la baleine, et sont préoccupés par la durabilité et l'inhumanité des chasses japonaises au dauphin », a déclaré la porte-parole Marie Harf.

Les autorités et les pêcheurs de Taiji soutiennent pour leur part que cette activité est primordiale pour la vie économique de leur communauté et accusent les activistes de ne pas s'émouvoir autant de l'abattage annuel de millions de vaches et de cochons dans les pays occidentaux et ailleurs. Le Japon a déjà mis fin à ses recherches cruelles et invasives sur les chimpanzés grâce aux pressions internationales exercées. Il existe des moyens de mettre fin au carnage et de faire valoir notre humanité en agissant.

La prison du désespoir des dauphins

Un dauphin filant librement dans la mer jusqu'à 100 km par jour et plongeant à des profondeurs atteignant 200 m, soudainement confiné entre les murs d’un aquarium, peut-il trouver sa condition supportable ? Les sources indiquent que ce ne saurait être le cas : un dauphin libre est toujours en mouvement même lorsqu’il se repose et passe 80 % du temps dans les profondeurs. En général, 30 % des dauphins décèdent après 24 heures de captivité, selon le spécialiste des dauphins Giorgio Pilleri ayant étudié les dauphins en captivité durant 20 ans. La privation de liberté et l’oisiveté des dauphins les rendent malades, dépressifs et plusieurs se suicident en se précipitant contre les parois des aquariums.

L’observation des dauphins et des baleines en liberté, une pratique de l’écotourisme, permet l’observation des animaux marins dans leur milieu naturel souvent proche des zones côtières, sans leur nuire. Les dauphins font également preuve d’un sens de collaboration avec les humains exceptionnel, comme en témoigne leur assistance aux pêcheurs dans plusieurs régions du globe. Il s’agit d’une pêche paisible au cours de laquelle les dauphins apportent chaque année aux pêcheurs les poissons dont ils ont besoin.

Chiffres-clés
- Environ 200 delphinariums à travers le monde
- 51 delphinariums au Japon et 34 dans l'Union européenne
- Prix d’un dauphin destiné à la captivité : jusqu’à 150 000 $
- Prix d’un dauphin destiné à être consommé : jusqu’à 600 $

Renseignements :
Dauphins pêchant avec les hommes : www.youtube.com/watch ?v=0GOb3nFpewM

http://edition.cnn.com/2014/01/27/opinion/safina-dolphin-hunt-killing-method/

http://www.respect-animal.ca/fr/mammiferes-marins-dauphins-taiji-japon.html

The Cove (la baie de la honte) : documentaire complet téléchargeable gratuitement au : http://www.1divx.com/telecharger/the-cove-la-baie-de-la-honte/gratuitement/dvdrip


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 13 février 2014 13:35

    L’histoire du Japon...ce sont les ARTS.....et la BARBARIE...largement prouvée pendant la dernière guerre.. !


    • 1984 13 février 2014 14:55

      Tu penses à Hiroshima et Nagazaki ?
      La barbarie est humaine, d’ailleurs les norvégiens ne font pas mieux avec les dauphins que les japonais !


    • claude-michel claude-michel 13 février 2014 16:07

      Par 1984....bien sur....sauf que les Japonais lors de la dernière guerre ont tué plus de gens que Hiroshima et Nagazaki réuni... !


    • 1984 13 février 2014 22:17

      Yep un vrai massacre doublé d’expérimentations chimiques et bactériologiques.
      Je ne défend pas l’idée que les japonais seraient meilleurs que le reste des humains, mais qu’ils sont tout aussi lamentables et quelquefois merveilleux.
      Le reste c’est du racisme, le racisme c’est une connerie sans nom et je suis sur que tu n’es pas con.
      Je crois savoir que nos orientation politique ne sont pas les même, mais je suis assez souvent d’accord avec tes commentaires.
      C’est ce qui est bien avec Agoravox, après les insultes immatures ont apprend à se connaitre !


    • howahkan howahkan Hotah 13 février 2014 14:01

      et pour les 4 millions de cochons tués en Bretagne on fait quoi....ce qui ne minimise en rien le sujet des dauphins....
      et si on prenait le problème central, nous tous sommes le problème non ???


      • Prudence Gayant Prudence Gayant 13 février 2014 14:44

        exact ! abattons les humains à coups de pierre


      • claude-michel claude-michel 13 février 2014 16:09

        Les « PORCS » ne sont pas tous en Bretagne et ne sont pas toujours ce que l’on croit.. !


        • OMAR 13 février 2014 18:00

          Omar33

          L’auteur  :"Comment tolérer en silence que des pêcheurs rabattent des familles entières de dauphins, baleines et marsouins, vers les baies peu profondes de Taiji, où ils les noient et les poignardent à mort chaque jour..".

          Au moins, les japonais et les norvégiens font ça chez eux... smiley smiley smiley

          Ce n’est pas comme ces musulmans qui égorgent le mouton chez nous.. smiley smiley smiley

          Faut pas mélanger... smiley smiley smiley


          • eric 13 février 2014 20:37

            Un certain malaise a la lecture de cet article. D’abord le ton, « constate s’indigne proteste exige. trop classique pour ne pas être reconnaissable ». Puis le fond, on ne peut s’empêcher de se poser des questions. Et en effet vérification faite, cette pêche se fait sur la base de quota et concerne 2000 dauphins et non plus 20 000 comme a une époque.
            Les méthodes ont été changées pour être moins cruelles et sanglantes.
            A la fin, comme souvent avec ce genre de chose, on se demande, devant tant d’exagération, si il n’y a pas un agenda cache derrière tous cela. Des enjeux plus idéologiques.


            • 1984 13 février 2014 22:21

              Si on utilise des méthodes pas trop cruelles pour venir t’exterminer toi et ta famille, tu es ok ???
              Simple question !


            • eric 14 février 2014 08:40

              Vous savez que vous tombez sous le coup de la loi Gayssot ? Comparer des massacres d ;animaux et d’humain, c’est minimiser les crimes contre l’humanité...Pourquoi pas comparer les tapettes anti mouche et les chambres a gaz tant qu’a faire dans le relativisme ?


            • Prudence Gayant Prudence Gayant 14 février 2014 13:28

              Qui a décrété que la vie d’un humain est largement supérieure à celle d’un animal ?

              Nous avons tous débarqué sur cette planète à un moment ou un autre. Que les humains fassent les choses dans les règles dans ce cas, et achète la planète, ils seront propriétaires légitimes de tout. Ils sont les seuls à tout détruire gratuitement pour leur seule distraction. Bien facile de faire des lois pour minimiser leurs actions.
              Je fais partie de la race humaine également. 
              Entre humains il est normal de s’indigner des massacres d’humains, mais encore une fois faites pour des guerres des possessions de territoire ou des idées d’humains.
              Ne sommes nous donc sur cette planète que pour détruire et camoufler nos actes en minimisant la vie des autres espèces ?

            • eric 14 février 2014 13:51

              Pas de problème. Achetez vous un dauphin. Vous envoyez un chèque de 600 euros au pécheur et en échange, il s’engage a tuer un dauphin de moins. Si vous êtes 1600, l’affaire est bouclée. Parce que vous savez, si cela se trouve, les pêcheurs, ils ne sont pas plus heureux que ça d’aller faire un sale boulot dans une eau glacée. On ne peut pas présumer que se sont des salauds sanguinaires qui massacrent pour le plaisir, sauf a avoir des idées un peu particulières et qui ne sentent pas très bon sur les japonais en général ou leurs pêcheurs en particulier....
              Moi, les indignes qui ont toujours des idées très précises sur ce que les autres doivent faire ou pas, a leurs frais a eux...


            • Prudence Gayant Prudence Gayant 14 février 2014 14:05

              par Eric,

              Je m’indigne et alors ? 
              le dauphin est bien mieux dans l’eau qui est son élément. le pêcheur ne m’interesse pas il a son libre arbitre, il veut tuer du dauphin, qu’il tue du dauphin c’est son choix.
              Je vous laisse libre de vos propres indignations. 

            • eric 14 février 2014 14:30

              Cela me va bien. Le pêcheur, dont l’élément naturel est également l’eau, vous indiffère autant que le dauphin et ce qui compte a vos yeux c’est votre indignation. La même longueur d’onde que l’article. De l’émotion sans frais. Je vois mieux pourquoi j’étais pas convaincu...


            • Corinne Colas Corinne Colas 14 février 2014 16:59

               « Achetez vous un dauphin. Vous envoyez un chèque de 600 euros au pécheur et en échange, il s’engage a tuer un dauphin de moins »


              Belle proposition faite par les mêmes qui s’insurgent contre la prime donnée aux Roms afin qu’ils remballent leurs affaires et repartent chez eux !

               smiley


            • eric 14 février 2014 17:12

              Rien a voir. Prudence veut que les hommes « achètent la planète » je lui propose de modestement suivre son propre conseil en commençant par ce qui l’indigne le plus.
              Quand aux roumains et bulgares d’origine tzigane, il y a beau temps que Vals a supprime cette prime.


            • Prudence Gayant Prudence Gayant 14 février 2014 19:53

              Eric,

              Vous ne voyez absolument rien
              Ce que je veux c’est que l’espèce humaine cesse enfin de se croire le nombril du monde et s’autorise de massacrer autant sa propre espèce pour diverses raisons, que les animaux.
              Quel mal y a t-il ? Que ne comprenez-vous pas dans cela ?
              Le pêcheur fait ce qu’il veut pas le dauphin.

            • Corinne Colas Corinne Colas 13 février 2014 22:03

              Le style de l’article peut déplaire à l’heure où tout le monde s’indigne facilement.... 


              Bon alors, on ne s’indigne plus, on ne proteste plus ?

              Quel paradoxe !

              C’est parce que la protestation est soutenue qu’il y a eu une baisse mais faut croire que l’on ne s’en indigne pas encore assez...

              La réalité sur les tueries et autres quotas :

              • eric 14 février 2014 08:37

                Tres bon lien. Pour un quota de 2000 dauphins, 1600 tues ou captures par 28 pécheurs, considérè par leurs voisins comme pauvres et arriérés...
                Vous vous cotisez pour leur assurer un revenu de remplacement et vous faites cesser le « scandale ». C’est votre indifférence concrète, et aux dauphins et aux pêcheurs qui constitue le vrai scandale....


              • Corinne Colas Corinne Colas 14 février 2014 16:39

                … « indifférence concrète, et aux dauphins et aux pêcheurs qui constitue le vrai scandale »

                 ????????????????

                La manipulation « massue » permet de pirater les cerveaux avec l’utilisation de la novlangue grâce à l’association :

                 « dauphins » et « pêcheurs » normalement antagoniste pour un esprit sain.


                Rappel des faits :

                L’article était clair puisqu’il évoquait bien un massacre continu. Des infos, elles aussi en continu, sont disponibles pour connaître la situation propre à la baie de Taiji ou pour d’autres coins malheureusement, semaine après semaine lors de chaque saison. Si cela évolue d’une année sur l’autre au total, il y a bien aussi une moyenne établie pour chaque lieu. Et la mobilisation contre les massacres de cétacés ne date pas de cette année...

                Les XXXX de mouches (plongeons dans l’argot animalier cher aux cadres dynamiques du management) ergoteront avec mauvaise foi sur les chiffres de ce qui a été tué ou capturé afin de nous expliquer en long et en large que ce n’est pas grand chose et qu’on devrait détourner le regard. Cela au nom d’arguments fallacieux qui reviennent régulièrement en forme de procès d’intention à l’encontre de tous ceux qui les dénoncent. 

                Ainsi, ils font mine d’ignorer que les pionniers de la protection animale, ont été aussi des anti esclavagistes convaincus et des défenseurs... des pauvres justement. 

                Soulignons tout de même qu’aujourd’hui, certains de ceux qui oeuvrent dans la droite ligne de cet esprit, se font tuer chaque semaine :

                http://www.globalwitness.org/library/survey-finds-sharp-rise-killings-over-land-and-forests-rio-talks-open

                Après les procès d’intention, les hypocrites invoquent la tradition. Ah la tradition, en son nom, on permet même de de mutiler le clitoris des filles... alors pourquoi pas tuer des dauphins ! Dans le cas de la baie de Taiji, on se dit qu’ils sont forts ces Japonais qui avaient prévu en avance notre engouement pour les delphinariums et qui ont inventé il y a des centaines d’années, le moteur pour leurs barcasses ou les appareils à ultras sons....


                Au final, on revient en boucle sur le problème soulevé au départ et que les lâches refusent d’assumer, renvoyant à d’autres leur supposée irresponsabilité quand eux-mêmes, ne font que cautionner la violence et les massacres ! 


                @ Eric

                Comme beaucoup encore, vous pensez que tuer ou emprisonner des animaux pour s’assurer un revenu, c’est une démarche moderne. On sait  où mène l’adage : « la fin (la faim) justifie les moyens ». Si notre système devait s’effondrer, j’espère que votre voisin à deux jambes pourra vous échapper.

                Pour rebondir sur le commentaire de Constant à propos de la République centraficaine... je peux dire que c’est le même dégoût qui assaille toute personne normale. Où était BHL, notre sélectionneur de « cause à défendre » quand les Peuls de Bouali ont été attaqué en décembre ? Là-bas, les bébés sont massacrés à coups de machette parce que leurs parents sont musulmans. 

                Chacun a une bonne raison.... 


              • Corinne Colas Corinne Colas 14 février 2014 16:43

                « attaqués »


              • soi même 13 février 2014 22:30

                Ce qui a certaine époque pouvait être acceptable, du fait que les ressources étaient largement supérieur à la prédation humaine faite actuellement, dans la nature, cela devient maintenant problématique.

                Il suffit de voir les différentes côtes d’alerte des espèces en voies d’extinctions couplés avec ses morts en masses d’espèces marine qui s’échouent les longs des rivages côtiers, pour voir que nous allons vers une catastrophe mondiale.

                Cela va bien au delà, du peuple Japonais, c’est aussi notre problème cette surpêche , on en parle moins, car elle est invisible et pourtant encore bien présent sur nos étals de poissonnerie des hyper-marchès !

                 

                 


                • buratino buratino 14 février 2014 09:17

                  Et le massacre des grenouilles, on fait quoi ?


                  • Constant danslayreur 14 février 2014 10:07

                    Et ils en font quoi des dauphins les massacreurs japonais ?
                    Ah d’accord ils les mangent et puis ils en vivent, c’est déjà ça vous me direz...

                    J’en connais d’autres de pêcheurs qui massacrent les dauphins à coups de machette comme ça... juste pour qu’ils s’en aillent ailleurs 


                    • soi même 14 février 2014 13:45

                      Il est vrai qu’il y a une échelle des émotions qui est exponentiel en rapport à notre enfermement conformiste, Brigitte Bardot c’est émue sur le massacre des bébés phoques, mais elle c’est bien garder de s’émouvoir sur d’autres réalités plus horribles.
                      En réalité cela fait partie d’un tous, si l’on fait preuve de cruauté pour les animaux, on en fait de même pour la vie humaine !


                    • Vox Animalia 15 février 2014 00:18

                      Bonjour,


                      Je ne vois pas comment on peut comparer la mort des animaux comme le mouton (qui doit être exécuté de manière à mourir instantanément pour engendrer le moins de souffrance possible - selon les Juifs et les musulmans, par exemple) à la mort des dauphins harponnés. Tel que mentionné dans l’article, les dauphins peuvent agoniser entre 20 à 30 minutes avant de mourir. 

                      Et cela n’a rien à voir non plus avec le sort réservé à certains bébés musulmans ou à d’autres humains qui prennent la décision de s’entre-tuer. Il s’agit là d’êtres humains qui agissent avec cruauté non pas envers d’autres humains, mais envers des animaux impuissants et sans voix.

                      Je ne suis pas une activiste. Juste une personne qui ai pris le temps d’effectuer une recherche poussée sur la situation des dauphins à Taiji pour vous mettre au courant de ce qui se passe à partir de sources fiables en français et en anglais. Les personnes sceptiques peuvent visionner la vidéo datant de janvier 2014 au : http://www.youtube.com/watch?v=-X2cdXWf9Hw

                      Et concernant le massacre des baleines, voir : http://www.youtube.com/watch?v=tGyAOlfkEyw&nbsp ;

                      Merci de bien vouloir mettre des commentaires constructifs et respectueux pour nous éclairer davantage. Je pense que l’énergie et les efforts que j’ai déployés pour vous transmettre l’information ne méritent pas moins de votre part. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Vox Animalia


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès