Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Massacre en Syrie, massacres au Congo : deux poids, deux mesures

Massacre en Syrie, massacres au Congo : deux poids, deux mesures

La communauté internationale s’est naturellement émue du massacre de Houla, en Syrie, qui a couté la vie à 108 personnes dont des enfants. L’ancien Secrétaire général de l’ONU, Koffi Annan s’est rendu dans le pays pour exprimer « son horreur » et a rencontré le Président Bachar el-Assad. Au même moment, des massacres de plus grande ampleur se déroulaient dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Des civils achevés pour la plupart à l’arme blanche dans le silence assourdissant des capitales occidentales. La crise du Congo, qui dure depuis 16 ans, avec un terrible bilan de six millions de morts, est sûrement l’illustration la plus tragique de la politique internationale du « deux poids deux mesures ».

L’Est du Congo est, en effet, actuellement en proie aux violences depuis la tentative ratée de capturer le criminel de guerre Bosco Ntaganda. Cet officier tutsi, né au Rwanda mais revendiquant la nationalité congolaise, croule sous plusieurs chefs d’accusation. Des crimes de guerre et crimes contre l’humanité qui lui vaut d’être sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par la Cour Pénale Internationale.

Soucieux de redorer son image assombrie par les magouilles électorales de novembre 2011, le Président Joseph Kabila a entrepris de le capturer alors qu’il jouissait depuis toujours d’une totale impunité. Il avait même été promu général et placé à la tête des unités de l’armée nationale engagées dans les opérations au Kivu. Mais les temps changent et lorsqu’on a les mains à ce point couvertes de sang, personne n’est en mesure de vous garantir l’impunité. Ce qui devait arriver est donc arrivé. Sauf que l’opération de capture a été tellement mal préparée que l’individu a eu le temps de fuir. Depuis, il parcourt les maquis pour réactiver les miliciens tutsis avec le soutien du Rwanda, provoquant la réaction d’autres groupes armés dont les tristement célèbres FDLR impliqués dans les récents massacres.

Ces rebelles hutus rwandais avaient longtemps bénéficié d’un regard bienveillant de la part des populations congolaises martyrisées par les agressions militaires menées au Congo par le régime rwandais de Paul Kagamé. Mais la mentalité « barbare », dont ils n’ont jamais réussi à se départir, et qu’ils ont « exportée » au Congo, a fini par lasser la population qui ne supporte plus leur présence sur le sol congolais.

Une force internationale est pourtant déployée au Congo sous l’égide de l’ONU. Des casques bleus malheureusement incapables de se faire respecter par les belligérants. Les groupes armés qui errent dans la région se livrent aux exactions contre des civils parfois en leur présence. En novembre 2008, lorsque la milice CNDP, dirigée par les généraux Laurent Nkunda et, justement, Bosco Ntaganda, lance une attaque sur la route de Goma, elle détruit deux blindés estampillés « Nations Unis », blesse plusieurs casques bleus et massacre 140 civils dans la localité de Kiwanja à quelques dizaines de mètres d’un campement des casques bleus indiens. En juillet 2010, des miliciens hutus investissent la localité de Luvungi et violent pendant quatre jours de suite toutes les 303 femmes et filles que comptait le village.

Cette mission de l’ONU coûte chaque année plus d’un milliard de dollars aux contribuables des pays riches, qui, en ce temps de crise, devraient logiquement s’interroger sur son utilité. C’est la mission onusienne la plus coûteuse et probablement l’une des plus inefficaces. Comparée à d’autres missions internationales, en termes de coût et d’efficacité, on admet que la MONUSCO mérite largement les critiques qui lui sont régulièrement adressées.

En Libye, le contribuable français a payé « seulement » 300 millions d’euros pour mettre fin au régime de Mouammar Kadhafi. L’opération a duré à peine huit mois. En République Démocratique du Congo, la mission onusienne dure depuis onze ans en engloutissant des sommes faramineuses pour entretenir une force qui assiste quasiment les bras croisés au massacre. Une passivité, hélas, destinée à durer aussi longtemps que la communauté internationale ne se sera pas penchée sur les principaux facteurs de la crise du Congo que sont le Rwanda et l’exploitation anarchique des richesses minières.

Sur le Rwanda, en effet, depuis l’arrivée de Paul Kagamé au pouvoir en 1994 (d’abord comme vice-Président, puis comme Président), c’est un régime dur et intransigeant qui sévit dans ce pays, condamnant une partie de sa population à l’exil. Il n’y a pas véritablement d’opposition et la presse se trouve dans un tél état de soumission au pouvoir qu’un débat libre sur un possible règlement pacifique de la rébellion hutue est inenvisageable. On estime qu’en concédant quelques assouplissements, le régime de Kigali pourrait contribuer de manière décisive au règlement de la crise du Congo. Seulement voilà ! Les grandes puissances, coupables d’inaction pendant le génocide de 1994, n’osent rien exiger au dirigeant rwandais.

L’autre démarche pouvant contribuer à régler durablement la crise du Congo serait la mise sous contrôle internationale de ses gisements miniers, en particulier ceux des zones de conflit. Ce pays regorge d’immenses richesses minières (cassitérite, coltan, diamants, or, cuivre, cobalt, zinc, manganèse,…) dont les réserves sont estimées à plus de 24 mille milliards de dollars. Ces richesses, qui auraient dû procurer un bonheur incomparable aux Congolais, sont paradoxalement, la source de tous leurs malheurs. Leur exploitation anarchique ou sous des contrats opaques s’opère au prix d’exactions contre les habitants à qui ne restent que des miettes.

Des groupes armés, soutenus par les pays de la région, s’emparent de secteurs miniers qu’ils exploitent en infligeant des souffrances inouïes aux habitants (massacres, assassinats, viol, travaux forcés, enrôlement d’enfants,…). Penser seulement que les auteurs de récents massacres sévissent sur une région considérée comme étant la plus grande réserve mondiale de coltan (80 % des réserves mondiales). Un métal extrêmement précieux dans la fabrication des téléphones portables et autres appareils électroniques. Penser aussi à l’immense réserve de pétrole récemment découverte dans la même région et dont l’exploitation annoncée fait craindre de nouveaux conflits.

En plaçant ces gisements sous le contrôle d’un organisme international, au besoin par la force, on priverait ces groupes armés des moyens qu’ils se procurent grâce au trafic des minerais du sang.

Mais rien de tout cela n’est entrepris, et le massacre continue.

En tout cas, sans une mobilisation internationale de grande ampleur, comme cela est le cas autour de la crise syrienne, l’issue à la tragédie du Congo n’est pas pour demain.  

  Boniface MUSAVULI


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Cigogne67 31 mai 2012 09:14

    les casques bleus ne servent à rien sinon à coûter une fortune qui serait mieux employée par l’OTAN dans le cadre d’une mission humanitaire et pour développer la démocratie au congo comme ailleurs.

     


    • malandir 31 mai 2012 09:19

      tout dépend de ce que l’on entend par « développer la démocratie » ...

      Si c’est pour déployer notre rouleau compresseur économique, spoiler les revenus et ressources, imposer notre visons délétère de la liberté ... non ...

      Si c’est pour les accompagner en leur laissant libre choix de ....... oups ce n’est jamais arrivé ...

      De par le fait je me pose la question ... kà quoi on sert pour ses pays ?


    • Chiitedeservice subcommandante 1er juin 2012 09:29

      un reportage sur la syrie totalement différent : mensonge syrie (images choquante parfois)


    • nenecologue nenecologue 31 mai 2012 10:44

      Le jour ou l’on comprendra que pour qu’une nation s’affirme il faut d’abord qu’elle ait touché le fond.

      En europe on a eu des centaines d’années de guerre avant d’aboutir à la cee puis l’euro.
      Personne n’est venu jouer les gendarmes chez nous. Des atrocités sans nom ont été commises.
      Mais on a fini par s’en sortir.
      Foutez la paix à l’afrique laissez la se déchirer et seulement ensuite elle pourra se reconstruire.

      • N.AMARA 31 mai 2012 20:21

        Sources ?

        Vous manipulez les chiffres mais est-ce étonnant ?

        Si vous étiez objectif et honnête, vous auriez distingué les différents volets de l’APD. En effet, un volet qui consomme plus de 50 % des aides est concerné par le soutien aux ONG, à l’aide humanitaire, aux règlements des conflits, à la sécurité et à la paix....et comme par hasard, l’ensemble de ces thématiques se concentre en Palestine. Si on rajoute le soutien aux infrastructures et à la reconstruction, on comprend que les routes, les maisons, les hôpitaux règulièrement détruits par l’occupant Israêlien, ont besoin d’être reconstruits et ça consomme des sources.

        Sachez par ailleurs que cette aide arrange bien le gouvernement Israêlien (l’aide transite pour une grande partie par Israêl ) car elle limite la portée des révoltes et leurs intensités.

        Shalom

        http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/enjeux-internationaux/aide-au-developpement-et/dispositifs-et-enjeux-de-l-aide-au/l-aide-publique-au-developpement/

         

         


      • Anaxandre Anaxandre 3 juin 2012 01:00

        Il semblerait que pour matsada les palestinien ne vivent encore que trop confortablement dans la bande de Gaza. On connait son idéologie...


      • Phil07 Phil07 31 mai 2012 13:02

        Malheureusement, je ne pense pas que l’on assiste à une mobilisation internationale... Tout le monde s’en fiche et comme vous le dites, le sous-sol de la RDC regorge de méteaux rares !... Pour ce qui est de la France, vu que AREVA vient de signer un contrat de prospection pour la recherche d’uranium portant sur l’intégralité du territoire congolais, ce serait étonnant que des voix s’élèvent par chez nous !...
        A part peut-être quelques indécrottables militants ou des célébrités en mal de pub, celles qui vocifèrent dans leur i-phone pour battre le rappel des troupes sans ce douter que leur petit bijou technologique ne fonctionnerai pas sans...........métaux rares !
        Malheureusement, l’Afrique n’en a pas terminé de souffrir de ses richesses, de la corruption que NOUS les occidentaux et autres chinois, nous maintenons et ce avec la plus crasse hypocrisie !


        • MUSAVULI MUSAVULI 31 mai 2012 18:22

          « Allez voir les Pays qui ont les moyens de vous aider..... »
          La France a largement les moyens d’intervenir. Elle l’a fait en Cote-d’Ivoire et en Libye. Elle serait en train d’envisager de le refaire en Syrie. Elle est déjà intervenue au moins deux fois au Congo et peut encore intervenir pour protéger la population. La Chine ou la Russie ne peuvent pas intervenir. Le Congo ne fait pas partie de leurs zones d’influence et la moindre présence militaire russe ou chinoise au Congo déclencherait un tollé en Occident.


        • spartacus spartacus 31 mai 2012 13:23

          Toute notre compassion pour ces pauvres gens agressés par ces monstre à l’idéologie communiste et anti-ethniques du FDLR.


          Nous venons d’élire un « ramollo », tout est dans l’image rien dans le caleçon. 
          Il est déjà incapable de dire aux français les mesure qu’il prendra pour simplement faire des économies, alors s’engager un jour sur une position tranchée sur votre conflit....

          • leypanou 31 mai 2012 13:33

            @auteur :

            Le RDC fait partie des « bons » chaos, donc la Communauté Internationale, comprendre l’empire etats-unien et ses laquais, ne bougeront pas.

            Si vous vous rappelez aussi comme Patrice Lumumba dans les années 60 a été « aidé » pour passer dans l’au-delà, avec l’ONU présente, la boucle est bouclée.

            Si encore le RDC était pauvre ? Plus de 30 ans de dictature de Mobutu Sese Seko, soutenue par la fameuse Communauté Internationale, puis Kabila père, maintenant Kabila fils : dans 1000 ans, le RDC sera pire que maintenant ! Comparons avec la Corée du Sud !


            • NeverMore 31 mai 2012 13:43

              Et le Darfour, et le Soudan, et j’en passe ...

              Attention, la prochaine fois, je pleurerai encore plus fort ...

               


              • morice morice 31 mai 2012 14:13

                je ne pense pas que de mettre en balance des massacres soit judicieux : ceux qui vont lire ça rapidement vont penser que le premier a été magnifié et qu’il est moindre.


                C’est donc plutôt ridicule comme accroche.

                • Georges Yang 31 mai 2012 16:20

                  Morice

                  Vous êtes toujours aussi stupide (mais c’est déja connu des lecteurs d’Agoravox)

                  La grosse différence entre la Syrie et le Congo, c’est que les rebelles syriens sont armés et luttent contre le pouvoir pour le faire tomber avec une forte arrière pensée islamiste alors qu’au Congo, une multitude de groupes de nervis massacre les civils sous le regard bienveillant des Nations Unies dont les troupes sont là pour toucher un salaire inutile (couteux pour les pays bailleurs) et le dépenser dans les bars et restaurants du pays 

                  L’est du Congo est victime de mla richesse de son sous-sol, la guerre civile nourrit autant d’opérateurs congolais, qu’étrangers des pays voisins (Rwanda, Ouganda, Burundi) et des compagnies minières internationales


                • rastapopulo rastapopulo 3 juin 2012 12:47

                  L’action existe déjà... mais dans la « préservation » du chaos ! Récemment les élections ont été entaché des pires irrégularités. Et bien la moitié des politiques belge se sont empressés de reconnaître les résultats tandis que l’autre moitié se taisait. Les rumeurs les plus folles courent d’ailleurs sur le libéraux Michel et leurs incessants voyages au Congo. Mais c’est les intérêts miniers de quelque uns qui priment, c’est évident. Donc oui, il y a besoin d’action. Pas seulement à cause de la situation, mais à cause de notre rôle dans la situation.

                  Si la France ne veut pas s’en mêlé, elle peut s’occuper en retour de ses ratios bancaires fonds propres/actifs les plus désastreux au monde qui menace de péter à la gueule des pays qui se lancerait dans une politique de dévelloppement mutuel. Mais on peut toujours rêver vu le passif financiariste des 200 dernières années de la France.


                • rastapopulo rastapopulo 3 juin 2012 12:48

                  A l’exception des 30 glorieuses où un brin de conscience sur la finance folle a été insufflé par Roosevelt.


                • Georges Yang 31 mai 2012 16:25

                  Dépênser plus de 10 milliards de dollars pour laisser les bandes armées massacrer et violer, c’est encore pire que d’avoir éliminé Khadafi

                  Cela dit, il ne fallait pas éliminer Kadhafi (ni Assad d’ailleurs)

                  A Bunia les casques bleus avait pour mandat de sécuriser la route menant à Béni, mais on pouvait tuer et violer à 50 m de la route et ils ne bougeaient pas, par contre ont les voyait parader en ville dans les bars, hôtels et restaurants 


                  • MUSAVULI MUSAVULI 31 mai 2012 18:12

                    C’est ce qu’il y a de pire. Les groupes armés ont compris que les casques bleus ne servent à rien. Ils peuvent donc se livrer aux exactions sans la moindre appréhension. Quant à la communauté internationale, elle croit avoir fait ce qu’il faut pour aider le peuple congolais en envoyant cette force fantomatique dans le pays. Dans ces conditions, le drame du Congo peut durer des decennies.


                  • Hijack Hijack 31 mai 2012 16:29

                    Il est clair ... que l’acharnement, les coups montés, manips, mensonges contre la Syrie sont médiatisés ... Israël oblige ..., tout ce qui n’intéresse pas Israël, n’intéresse pas nos médias.


                    • Anaxandre Anaxandre 3 juin 2012 01:14

                      Je crois, « mon pauvre »Calmos« que c’est décidément vous qui ne comprenez rien. La déstabilisation, la destruction des infra-structures voire la partition des états voisins d’Israël ne peut que renforcer sa position dans la région et servir ses intérêts . Israël qui s’y connait un peu mieux que vous en matière de géostratégie au Moyen Orient a fourni des armes aux rebelles libyens, vous pensez que l’état hébreux ne savait pas qui il favorisait ?
                      Alors monsieur »calmos« , calmez-vous sur l’injure systématique genre »antisémite« ou »facho", cache-sexe de votre ignorance.


                    • mortelune mortelune 31 mai 2012 17:17

                      « L’autre démarche pouvant contribuer à régler durablement la crise du Congo serait la mise sous contrôle internationale de ses gisements miniers, en particulier ceux des zones de conflit.  »


                      Avec cette phrase vous montrer une évidence. L’Onu laisse (encore une fois) pourrir une situation pour justifier que les multinationales prennent le contrôle des ressources naturelles. On est même en droit de penser que la situation actuelle du congos est encouragée, en dessous de table, par les occidentaux aux dents longues. 
                      Dans tous les cas la vie humaine n’a aucun prix quand il s’agit de gros sous.

                      • MUSAVULI MUSAVULI 31 mai 2012 18:02

                        Paradoxalement, un grand nombre de ces gisements échappent à tout contrôle et sont livrés au pillage. En les mettant sous contrôle et en les exploitant de façon industrielle, nos multinationales réaliseraient des marges nettement plus confortables. Le monde marche sur la tête.


                      • mortelune mortelune 1er juin 2012 10:21

                        C’est tout à fait vrai


                      • Hieronymus Hieronymus 31 mai 2012 17:19

                        indirectement car ce n’est pas le but premier de votre article
                        vous avez sans le faire expres mis le doigt sur qq chose de très délicat,
                        comme soulevé le pot aux roses à votre insu, j’y viens après
                        le but premier de votre article, c’est de souligner que depuis des années, voire des décennies, probablement des centaines de milliers d’Africains sont massacrés ds l’est du Congo ds une indifférence générale de ce qu’on a coutume d’appeler la « communauté internationale » car il ne s’agit pas d’une zone stratégique, ces massacres et ce silence sont parfaitement abominables, nous sommes hélas d’accord ..
                        mais ce que je voudrais souligner, c’est que pour appuyer votre démonstration d’indifférence, vous prenez comme contre exemple celui d’un massacre récent dont on devrait justement se demander pourquoi il est à ce point hyper-médiatisé ?

                        ma conviction est que si le récent massacre de Houlah en Syrie est à ce point relayé par les médias (tourne en boucle) c’est justement l’indice qu’il (le massacre) a été commis uniquement à cette fin (d’etre hyper-médiatisé) en clair c’est une instrumentalisation voire une manipulation, il faudra attendre d’en savoir un peu plus mais à combien de cas semblables avons nous déjà assisté depuis en gros 2 décennies ?
                        le cas de la Syrie n’est vraiment pas une nouveauté, tant s’en faut ..
                        instrumentalisation de crime à fin de déclenchement d’action guerrière ou de renversement de reéime, les exemples foisonnent, doit-on faire la liste ?
                        bien sûr ce type de manip n’a de chance de réussir que grâce ensuite à une hyper-médiatisation, tandis que les massacres au Congo n’intéressent personne !


                        • Hieronymus Hieronymus 31 mai 2012 17:23

                          très mal écrit et incompréhensible, je réécris

                          le cas de la Syrie n’est vraiment pas une nouveauté, tant s’en faut ..
                          instrumentalisation de crime à fin de déclenchement d’action guerrière ou de renversement de régime


                        • MUSAVULI MUSAVULI 31 mai 2012 17:49

                          Assez d’accord avec vous. On parle déjà d’une possible intervention militaire française en Syrie. En réaction aux 13 mille victimes du conflit syrien. Au Congo, on a longtemps franchi la barre de six millions de morts. Et toujours aucune intervention espérée de la France.


                        • Georges Yang 31 mai 2012 18:09

                          Tant que l’on utilise pas d’arme nucléaire, la guerre est rentable pour beaucoup, sauf les populations

                          D’ailleurs, les ennemis sur le terrain, se rencontrent à Goma et Bukavu chez les mêmes négotiants en cassitérite, coltan, et autres produits miniers et là ils ne se tirent pas dessus

                           


                          • MUSAVULI MUSAVULI 31 mai 2012 18:27

                            C’est pouquoi j’ai écrit : "En plaçant ces gisements sous le contrôle d’un organisme international, au besoin par la force, on priverait ces groupes armés des moyens qu’ils se procurent grâce au trafic des minerais du sang."

                            On les voit mal poursuivre leur campagne de terreur s’ils perdent définitivement le contrôle des gisements miniers.


                          • FRIDA FRIDA 31 mai 2012 18:56

                            @l’auteur

                            La comparaison est pour le moins maladroite.

                            En Afrique il y a eu aussi interventions directes ou non sous pretexte de sauver la population ou d’installer la démocratie, le cas de la Côte d’Ivoire est très récent pour ne pas le citer, la Libye est un pays arabe mais aussi un pays africain.

                            En Afrique le chaos est un moyen de gouvernance pour ceux qui ont intérêt à ce que l’instabilité continue, dès qu’un régime fort commence à poindre il est vite rayé de la carte pour installer qui s’occupe d’autre chose que des intérêts d’un Etat fort et de sa population. les multinationales vivent dans ses eaux troubles comme un poisson dans l’eau, leurs affaires et leurs profits ne sont jamais affectés.

                            Ce qui est insupportable dans le cas du massacre de Al Hola, c’est que ce sont des civils kidnappés (il y a un fléau d’enlèvements de civils, et souvent massacrés et jetés aux bords de la route), récemment il y a eu l’enlèvement de pélerins libanais chïtes à la frontière syrolibanaise, ils ne sont toujours pas libérés, malgré les négociations, les groupes terroristes cherchent à déstabilser et à exporter le conflit au Liban, un pays très fragile.

                             http://www.youtube.com/watch?v=yGFAz9dHfXk

                             

                            A la monstruosité du massacre, ils ajoutent l’obscénité de la médiatisation, les individus sur la vidéo montrent leur « respect » aux petits cadavres, ils les manipulaient comme s’ils étaient des objets d’exposition. Le but recherché est manifestement de susciter l’indignation de l’opinion publique et de capoter la médiation et le plan Annan.

                            http://www.youtube.com/watch?v=Rtq0rbIlZ7c

                            http://www.youtube.com/watch?v=Rtq0rbIlZ7c

                             

                             


                          • MUSAVULI MUSAVULI 31 mai 2012 23:51

                            Il se produit des monstruosités de même type au Congo. On assassine des enfants à l’arme blanche. La différence avec la Syrie est qu’on manque d’image. Suivez les liens dans l’article et vous pourrez voir ce qui peut arriver aux populations lorsque la communauté internationale décide de se taire. 


                          • FRIDA FRIDA 1er juin 2012 00:12

                            @L’auteur

                            Loin de moi de minimier les massacre au Congo, j’ai eu des informations sur la situation parceque j’avais un ami congolais. Et je me suis un peu intéressée. Mais dire que la « communauté internationale » qui ne veut rien dire qu’elle peut intervenir est une absurdité. Cette fameuse communauté internationale intervient quand elle des intérêts à défendre point barre, chercher à voir dans ses intrerventions une quelconque motivation humanitaire relève de la naîveté selon moi.


                          • MUSAVULI MUSAVULI 1er juin 2012 01:58

                            A Frida. Il est arrivé qu’elle intervienne pour des raisons humanitaires. Dans les Balkans, il n’ y a pas de pétrole, mais l’OTAN est intervenue pour stopper les massacres. Il n’est pas, non plus, dans l’intérêt de la communauté internationale de laisser le chaos s’installer au Congo. Vous avez sûrement appris que les mines d’uranium du Congo font aussi partie des mines livrées au pillage. Ah, l’uranium, ça intéresse les mollahs quelque part à Téhéran. On peut continuer à fermer les yeux sur ce chaos, mais cela risque de se payer au prix fort. Un régime hostile aux Occidentaux peut s’emparer du pouvoir, et je vous dis qu’il n’aura pas du mal à obtenir le soutien de la population. Après, c’est la roulette russe. Si c’est un Chavèz, on n’aura pas trop de soucis à se faire. Mais si c’est un Ayatollah, alors on s’en voudra d’avoir laissé faire. Le pays peut aussi sombrer comme la Somalie. Ce qui pourrait entraîner au moins la moitié du Continent dans le chaos. Le Congo partage ses frontières avec dix pays et à chaque trouble, il y a au moins un voisin qui subit une partie des conséquences, en commençant par l’exode des populations réfugiées, les armes qui circulent et des rébellions qui se créent spontanément de part et d’autre des frontières. Une partie de ces réfugiés arrive jusqu’en France. Il faut donc qu’un grand nombre de gens prenne conscience que ce conflit a des répercussions au-delà des frontières du Congo. 


                          • escudo escudo 1er juin 2012 16:02

                            Les interventions de l’OTAN n’ont rien d’humanitaire que leur nom. Commencent dans les Balkans et partout ailleurs par la suite, ces interventions ont suivi un logique impérialiste et implacable. Dans les Balkans le but n’était pas de stopper les massacres qui ont bien continuer après aussi d’ailleurs, mais d’effriter la Yougoslavie. Diviser pour mieux régner... tout comme en Irak ou la Libye et même l’Afghanistan. La Syrie ne sera pas une exception non plus. 

                            Si vous penser que l’intervention de l’OTAN arrangera le chaos au Congo , moi je pense que vous vous trompez. L’OTAN est une machine de guerre au service du profit et non pas une machine humanitaire pour faire pousser la démocratie ! 
                            Ceci dit, j’espère et je souhaite que les massacres de Congo s’arrêteront au plus vite, je voulais seulement exprimer que je ne pense pas que la solution pour ca est l’OTAN. 

                          • MUSAVULI MUSAVULI 1er juin 2012 22:55

                            A Escudo.
                            En tout cas dans les Balkans, on ne massacre plus. Au Congo le massacre dure depuis 16 ans et personne n’est en mesure d’en prédire la fin sans l’intervention d’une grande puissance. Les intérêts économiques de l’OTAN, les Congolais n’en ont que peu d’égard. Depuis la colonisation belge (1885-1965), les dictatures de Mobutu et des Kabila père et fils, les Congolais n’ont jamais profité des richesses minières de leur pays. Ils vivent presque tous de l’agriculture et ne demandent qu’un peu de sécurité pour aller cultiver leurs champs et ramener de quoi manger à leurs enfants.


                          • escudo escudo 2 juin 2012 11:38

                            C’est normal qu’on ne massacre plus dans les Balkans...il n’y a jamais vraiment eu de massacres dans les Balkans mais des manipulations est des mensonges pour pouvoir justifier une intervention de l’OTAN . Quand l’occident a obtenu le résultat escompte les manipulations ont disparu et les suppose massacres avec. 












                             

                          • Massaliote 3 juin 2012 17:52

                            A VUKOVAR ON N A ECRASE QUE DES PUNAISES DONC smiley


                          • Georges Yang 31 mai 2012 18:34

                            Mise sous tutelle des gisements, vous oubliez que les gens de Kabila participent aussi au pillage

                            Au nom de l’indépendance du pays, ils s’opposeront à tout contrôle des gisements

                            Les Rwandais, (de Kagame et interhamwe ) les Ougandais, (en particulier les hauts gradés de l’armée) les Mai Mai, les anciens partisans de Bemba ont des contacts avec des compagnies belges, israeliennes, asiatiques (Chine, Thaillande, Corée, Malaisie) le gâteau est trop gros pour ne pas exciter les conviotises malgré les déclarations verbeuses de l’ONU


                            • MUSAVULI MUSAVULI 1er juin 2012 02:04

                              Il y a sûrement un point de consensus qu’il faudra trouver entre les intérêts de tout ce beau monde et les besoins en sécurité du peuple congolais. Sinon, un jour, tout le monde risque de tout perdre. En 1996, avant même l’arrivée de Laurent Kabila au pouvoir, un grand nombre de contrats miniers conclus par Mobutu avaient été passés à la trappe. Le scénario peut se reproduire et ce sera la fin de la fête pour les pillards.


                            • tf1Goupie 31 mai 2012 18:35

                              Donc dès qu’un enfant se fait tuer quelque part dans le monde on se doit d’intervenir immediatement sous peine de non-assistance à personne en danger ?

                              Entre ceux qui trouvent qu’on fait trop d’ingérence et ceux qui trouvent qu’on en fait pas assez.
                              Si on intervient c’est un complot, si on intervient pas c’est aussi un complot.

                              Une chose est sûr : quoi qu’on fasse il y aura toujours une majorité de mécontents.


                              • MUSAVULI MUSAVULI 31 mai 2012 23:39

                                A six millions de mort, personne ne reprocherait à la France d’intervenir. Elle est intervenue en Libye pour éviter qu’un massacre se produise à Benghazi. Donc avant le massacre. Elle pourrait intervenir en Syrie après 13 mille morts (de trop bien entendu). Qui pourrait lui reprocher d’intervenir dans un pays où la barre de six millions de morts a été franchi ?


                              • escudo escudo 1er juin 2012 16:09

                                Je vous sens bien naïve si vous croyez encore au « massacres » de Benghazi et de Syrie...Le vrai massacre en Libye a commence avec l’intervention de l’OTAN justement et en Syrie ca pourra être la même chose.

                                Je ne suis pas sur que ca servira d’introduire la même chose au RDC...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès