Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Match Hillary Clinton vs Donald Trump : 1 partout

Match Hillary Clinton vs Donald Trump : 1 partout

Issue très incertaine d’une campagne qui n’a plus de favori.
 

_yartiUS2016AC08

Le premier débat télévisé entre les deux candidats à l’élection présidentielle américaine dans six semaines a eu lieu pendant quatre-vingt-seize minutes près de New York le soir de ce lundi 26 septembre 2016, ce qui faisait, avec le décalage horaire, en pleine nuit en Europe.

La situation avant ce débat était la suivante : la candidature du milliardaire Donald Trump au politiquement incorrect, aussi invraisemblable qu’elle soit, est de plus en plus populaire. Tout le monde disait qu’il n’aurait aucune chance pendant les primaires républicaines, et finalement, très rapidement, il a pris l’ascendant sur la dizaine d’autres candidats, au grand dam de la direction du Parti républicain.

En juillet 2016 encore, peu aurait misé sur la victoire de Donald Trump à l’élection générale. Et pourtant, malgré quelques évolutions contrastées dans les sondages, l’écart se resserre de plus en plus et la dynamique est en faveur de Donald Trump qui, par son comportement un peu rustre, peut épouser la colère des gens de la classe moyenne par un discours anti-système qui fait le bonheur de tous les populistes.

Hillary Clinton, dont la culture politique et la perspective historique ont toujours été reconnues, qui s’est préparée à occuper la Maison-Blanche, qui a une expérience formidable en ayant pris la responsabilité de la diplomatie américaine pendant quatre ans (le premier mandat de Barack Obama), qui est intelligente, qui a le soutien de toutes les têtes pensantes, et même du camp d’en face puisque la famille Bush votera pour elle, avait tous les atouts pour gagner haut la main cette élection.

Et pourtant, c’est de moins en moins probable. Déjà en 2008, on disait qu’elle remporterait à la fois les primaires démocrates et l’élection générale, et finalement, elle a été battue par Barack Obama. Même à ces primaires de 2016, cela a été laborieux pour elle avec la dynamique de Bernie Sanders.

_yartiUS2016AC04

Il manque à Hillary Clinton cet élément un peu magique, qui permet de donner une dynamique électorale en sa faveur. Tout le monde se dit qu’elle va être élue et certains ne vont pas l’aider, ne vont pas se mobiliser, par manque de motivation, manque d’enthousiasme.

Tandis qu’en face, Donald Trump a une sorte de baguette magique. Il est plus vieux que sa concurrente mais c’est lui qui l’attaque sur la santé, l’endurance, la forme physique (avec raison peut-être). C’est lui l’incompétent, l’inexpérimenté et il réussit à retourner ses handicaps en atouts en mettant Hillary Clinton dans le même sac que tous les gouvernements américains depuis vingt ans avec cette question que Marine Le Pen ne manquera pas de poser au futur candidat LR : pourquoi ne l’aviez-vous pas fait avant ?!

_yartiUS2016AC02

Si ce premier débat a été réussi pour chacun des deux candidats, c’est parce que chacun a été bon. Donald Trump a évité de dire des bêtises ou des grossièretés. Mieux, il a insisté sur son côté "gentil", rappelant qu’il a très peu dépensé (pour l’instant) pour sa campagne tandis que son adversaire a payé des dizaines de millions de dollars de spots publicitaires pour le critiquer. Quant à Hillary Clinton, elle s’est montrée joviale, dynamique, elle a montré qu’elle était en forme et qu’elle savait même faire de l’humour (on lui reproche généralement d’être trop glaciale).


Les boules puantes

Cela n’a pas empêché les deux protagonistes d’envoyer des flèches empoisonnées, sur tous les sujets qui fâchaient l’autre, mais de manière courtoise et presque "gentille" ! D’ailleurs, chacun parlait à l’autre par son prénom (ce qui est très courant aux États-Unis), mais parfois, Donald Trump insistait sur la "Secrétaire Clinton" pour mettre en évidence qu’elle a été Secrétaire d’État et qu’elle était donc du pouvoir sortant. Hillary Clinton préférait regarder la caméra alors que Donald Trump lui regardait droit dans les yeux.

Passons rapidement sur les "boules puantes". Donald Trump a parlé du manque d’endurance de son adversaire (référence à son malaise du 11 septembre 2016), aux emails diplomatiques envoyés depuis sa messagerie personnelle (33 000).

Tandis que Hillary Clinton a parlé du prêt de 14 millions de dollars que le père de Donald Trump lui avait consenti pour démarrer sa carrière d’homme d’affaires, argument que le candidat républicain a retourné à son avantage en disant qu’il avait bâti sur cela un empire qui faisait plus d’un milliard de dollars.

Hillary Clinton a réclamé aussi la publication de son avis d’imposition. Donald Trump a estimé qu’il ne pouvait pas le faire car il est en cours de contrôle fiscal et a évalué à 650 millions de dollars ses revenus annuels (ce qui est peu, dit-il). Hillary Clinton a beaucoup insisté sur le manque de transparence des revenus de son compétiteur, l’accusant de ne pas payer d’impôt fédéral, de ne pas être aussi riche qu’il ne le prétend, car il a beaucoup de dettes (3,5 milliards de dollars ?), et évoquant de possibles conflits d’intérêts avec la fonction présidentielle. Donald Trump s’est vu aussi reprocher d’avoir encouragé Vladimir Poutine à pirater les systèmes de renseignements américains et d’avoir refusé de reconnaître que Barack Obama était un vrai citoyen américain.


Un vrai clivage entre deux Amérique

Ce que je viens d’écrire est sur la forme, mais sur le fond, j’ose le dire ici, ce débat était de bonne tenue, presque tous les sujets brûlants ont été abordés, de manière plutôt constructive et il y a ainsi la révélation qu’il y a bien deux modes de pensée, deux perspectives qui s’affrontent. Donc, de façon inattendue, j’ai trouvé ce débat enrichissant.

Sur le fond, les arguments populistes utilisés par Donald Trump sont les mêmes que ceux utilisés par exemple en France par le FN : bouh l’immigration (là, ce sont les Mexicains) ! bouh les délocalisations ! bouh l’insécurité ! bouh les terroristes ! bouh Daech ! bouh les impôts ! bouh la dette publique ! etc.



Dans les propos de Donald Trump, il y a toujours "eux" et "nous". Le "eux", ce ne sont pas les "Arabes" mais les Mexicains. Il s’est opposé à l’immigration (voudrait construire un mur à la frontière et voudrait même qu’il soit financé par le Mexique !). Tout va mal aux États-Unis (il n’a pas vu la France !). Il a dénoncé les délocalisations des entreprises vers le Mexique, vers la Chine, etc.

Il a proposé un programme économique résolument protectionniste. Instituer des taxes pour entrer sur le marché américain, et il a fait aux Américains le coup de François Hollande de 2012 : renégocier les traités commerciaux avec les partenaires américains. Là encore, la ficelle est la même que les populistes en France qui, eux, dénoncent l’existence même des négociations pour le Traité transatlantique (la peur et l’ignorance commandent toujours un réflexe identitaire de repli sur soi).

Pour doper la vie économique, il a proposé de baisser considérablement les impôts des sociétés de 35% à 15%, et de déréglementer, réduire les réglementations. Il a dit un discours mille fois entendu en France (qui ne serait pas crédible pour des oreilles françaises concernant les États-Unis) qu’il y avait trop de barrages bureaucratiques pour créer des entreprises !

Donald Trump a dénoncé l’immense dette publique évaluée à 20 000 milliards de dollars. A rappelé son opposition à la guerre en Irak qui a déstabilisé tout le Moyen-Orient et qui a déjà coûté 6 000 milliards de dollars selon lui, qui auraient été mieux utilisés en les injectant dans l’économie américaine.

Un argument qui peut être convaincant aux États-Unis, c’est quand Donald Trump a clamé : « Il est temps que ce pays ait un leader qui connaisse l’argent ! ». On peut imaginer les réactions que cela produirait si un candidat à l’élection présidentielle disait cela en France mais aux États-Unis, il rappelle l’importance de la réussite mais surtout, de la prise de risque. En ce sens, en fustigeant que certaines entreprises de Donald Trump ont fait faillite, Hillary Clinton a une approche plus latine qu’américaine, en ce sens que pour les Américains, généralement, l’erreur est pédagogique et fait beaucoup apprendre (donc, la faillite d’une entreprise n’a rien de honte, c’est juste une expérience de plus).

Le programme d’Hillary Clinton est diamétralement opposé : elle veut relancer l’économie par des énergies nouvelles (Donald Trump a rétorqué qu’il avait investi dans les plaques photovoltaïques et qu’il y a perdu beaucoup d’argent !). Elle veut augmenter les impôts pour les plus riches.

Donald Trump a aussi accusé le gouvernement Obama de ne rien faire contre l’insécurité et a martelé plusieurs fois qu’à Chicago (ville de Barack Obama), il y a eu 4 000 personnes tuées par le grand banditisme depuis le début de la Présidence de Barack Obama et 3 000 fusillades depuis le début de l’année.

_yartiUS2016AC03

En politique étrangère, Hillary Clinton a pris un avantage. Elle a attaqué son adversaire qui ne voudrait pas limiter la prolifération nucléaire, l’accusant de vouloir que le Japon ou l’Arabie Saoudite se dotent de l’arme nucléaire.

Donald Trump a développé une doctrine profondément isolationniste en expliquant que les États-Unis protégeaient (entre autres) des pays comme le Japon, l’Arabie Saoudite et l’Allemagne, et qu’ils le faisaient gratuitement ! Ces pays ne contribuent pas à l’effort de défense américain pour les protéger alors que cela coûte cher ! En quelques sortes, il a réclamé le droit de demander une rétribution en compensation de la couverture nucléaire.

Donald Trump a protesté contre l’accord avec l’Iran et s’est dit persuadé que l’Iran aurait bientôt la bombe nucléaire, crainte exprimée déjà par le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou. Quant aux risques nucléaires de la Corée du Nord, il a affirmé que c’était le job de la Chine de contenir ce pays.

Au contraire, Hillary Clinton a voulu rassurer tous les partenaires des États-Unis en disant que le pays respecterait toujours tous ses engagements internationaux. Répliquant à Donald Trump qui doutait de sa capacité à négocier avec les autres pays, elle a pu rappeler son expérience, et son endurance, avec parfois des négociations qui duraient onze heures en continu, etc.


Match nul ?

Hillary Clinton a fait preuve d’humour et de compétences et Donald Trump a su se brider dans son expression. Il n’a dit aucune énormité, aucune grossièreté, il est resté posé et mesuré. Certes, Hillary est restée hautaine et sûre de sa supériorité intellectuelle. Et Donald, égal à lui-même, n’a cessé de se vanter, de vanter son entreprise (l’une des plus belles du monde !), un peu comme le faisait Silvio Berlusconi. C’est dire que ce premier débat ne départagera pas les candidats au poste de commandeur en chef du pays.

_yartiUS2016AC05

Or, je considère que si Hillary Clinton n’initiait pas rapidement un événement favorable pour booster sa campagne, elle laisserait à Donald Trump le champ libre qui pourrait l’amener à sa victoire électorale. Pourtant, l’élection de Donald Trump n’a jamais été vraiment imaginée sérieusement. Pourtant, aujourd’hui, elle paraît quasi-probable.


Ne pas sous-estimer le peuple libre-arbitre

On a l’impression, à écouter les commentateurs, que l’histoire se répète sans arrêt. C’était le cas pour la première campagne de Silvio Berlusconi, supposé incapable de gagner et finalement, Président du Conseil italien deux mois et demi seulement après s’être lancé en politique (les similitudes entre Trump et Berlusconi sont nombreuses),

On a dit la même chose pour le référendum du 23 juin 2016, que le Brexit était hors des hypothèses sérieuses. Tout comme un rejet du TCE le 29 mai 2005. Et après avoir couronné avant l’heure Édouard Balladur pour 1995 et Dominique Strauss-Khan pour 2012, les commentateurs français seraient-ils si aveugles pour ne citer qu’Alain Juppé, voire Emmanuel Macron en oubliant que le vent le plus dynamique fait d’abord avancer Marine Le Pen dans la course présidentielle de 2017 ?

L’avantage des surprises dans les consultations électorales, c’est qu’elles démontrent l’intérêt des campagnes électorales et que les électeurs ne sont pas bloqués par les schémas proposés et largement alimentés par des sondages s’auto-alimentant. L’inconvénient, c’est qu’elles permettent aussi des aventures politiques qui peuvent se révéler catastrophiques.

Deux autres débats auront lieu en octobre 2016 et également un débat entre les candidats à la Vice-Présidence des États-Unis.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 septembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Match Hillary vs Donald : 1 partout.
Hillary Clinton en 2016.
Hillary Clinton en 2008.
Donald Trump.
La trumpisation de la vie politique américaine.
Mode d’emploi des élections présidentielles américaines.
Idées reçues sur les élections américaines.
Barack Obama.
Ronald Reagan.
Gerald Ford.
Jimmy Carter.
John Kennedy.
Al Gore.
Sarah Palin.
John MacCain.
Mario Cuomo.

_yartiUS2016AC01
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Jean 28 septembre 09:38

    Shimon Peres est décédé, tu n’as pas cela dans tes cartons ?


    • amiaplacidus amiaplacidus 28 septembre 11:55

      @Jean

      Vous savez, Rakotoarison est payé pour écrire. Il écrit ce que ses mandants lui demandent d’écrire, je ne pense pas que vous apparteniez aux mandants, alors vos souhaits ...

      Au surplus, je pense que le contrat de travail de Rakotoarison ne stipule pas qu’il doive répondre aux messages des participants à AV ; en tout cas, il ne répond jamais, absolument jamais.
      .
      Je lui avais demandé d’écrire à propos des mœurs sexuelles des fourmis rouges du Pétaouchnok du sud, je n’ai pas été exaucé.


    • zzz999 28 septembre 09:44

      « Clinton - Trump 1 partout » HOULALAAAAAAAAA !!!!

      j’ai connu l’auteur plus souvent du côté du manche pour s’aventurer à ne pas crier à la victoire de Clinton comme tous ses potes mange-croûtes du système.

      Vous voulez être blacklisté de tous les médias main-stream malheureux ?

      Vite, reprenez votre posture de défenseur aveugle du système vous nous faites tant rire ! 


      • fred.foyn fred.foyn 28 septembre 10:19

        En vérité, ce genre de « show » n’aura aucune portée sur les votes..Juste une séance de rigolade pour les américains...moins cons que vous le pensez..et au fait des magouilles de la maison blanche depuis bien longtemps...Pourquoi croyez vous que si peu de gens votent, mais si 10% de ces gens ce décident à voter, Clin-Thon ira dans la poubelle de son histoire.. !


        • zygzornifle zygzornifle 28 septembre 14:12

          on s’en BLC jusqu’à la moelle ......


          • DanielD2 DanielD2 28 septembre 14:19
            L’article est plutôt équilibré, mais c’est quoi ça ?

            « bouh l’immigration (là, ce sont les Mexicains) ! bouh les délocalisations ! bouh l’insécurité ! bouh les terroristes ! bouh 
            Daech ! bouh les impôts ! bouh la dette publique ! etc. »

            C’est des sujets amusants ou dérisoires, pour dire « Bouh » avant ? J’aimerai beaucoup vous voir face à un ouvrier dont l’usine est partie en Roumanie ou une victime d’un attentat ou d’une agression, et lui dire « Holala, tes problêmes, nan mais » bouuuuuuh « quoi ! » Et les 2000 milliards de dettes qui nous ruinent en intérêt, c’est drôle aussi ? Nan mais « bouuuh » quoi ... Etc. 

            Y’a des fois on se demande ce qui passe par la tête des gens qui écrivent des articles ... Surement pas grand chose ... 


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 28 septembre 15:51

              Bonjour,
              .
              Je pense que les américains ont fait leur choix entre H. Clinton, la Va-t-en-guerre à tout prix,
              http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/27/oliver-stone-hilary-clinton-guerre_n_12214138.html
              .
              et Donald TRUMP personnage avec son caractère impulsif et son franc parler.
              .
              Si Hillary Clinton a fait meilleure impression après le premier débat, la présidentielle américaine est loin d’être jouée à en croire les sondages...
              .
              L’avance de la candidate démocrate Hillary Clinton a fondu dans les sondages État par État.
              Selon les derniers sondages, le milliardaire Donald Trump mène avec une bonne avancé l’élection américaine :
              .
              * Time magazine (1 340 992 votes) : Trump 52%, Clinton 48%.
              * Drudge Report’s : 81.5 % Trump, Clinton 18.5 %.
              * CBS : (83 171 votes) : Trump 49.70%, Clinton 33.41%.
              * CNN(*) (521 votes) : Clinton 62%, Trump 27%.
              * Washington Times : Trump 70%, Clinton 24%, aucun des deux 4%.
              * ABC News (79 996 votes) : Trump 55%, Clinton 10% (derrière Jill Stein et Gary Jonhson)
              * Breitbart (246 641 votes) : Trump 75.6%, Clinton 24.4%
              * CNBC (710 920 votes) : Trump 65%, Clinton 35%
              * Slate : Trump 54%, Clinton 45%
              * Heavy, qui fait une analyse détaillée par sujet très intéressante (68 893 votes) : Trump 72%, Clinton 25%
              * Fortune (445 835) : Trump 56%, Clinton 44%
              * The Hill, site anti-Trump (114 810 votes) : Trump 58%, Clinton 36%
              * Politopinion : Trump 77%, Clinton 23%
              * TheTruthdivision (36634 votes) : Trump 84%, Clinton 16%
              * The right Scoop (73 240 votes) : Trump 71%, Clinton 23%
              source : http://www.dreuz.info/2016/09/27/resultat-des-sondages-un-raz-de-maree-pro-trump/2/
              .
              (*)Le sondage CNN est le seul à donner Clinton gagnante, mais il présente un gros problème : outre que l’échantillon est extrêmement faible, les personnes interrogées sont à 26% républicains, 41% démocrates, et 33% indépendants. En chiffres réels cela veut dire que sur 521 personnes, CNN n’a interrogé que 135 républicains. Autant dire, et j’en suis désolé pour l’image de CNN, que leur sondage ne vaut pas tripette.
              .
              BFM et I-Télé font de l’intox en annoncent que 62% des Américains disent que H. Clinton a gagné ce débat ....
              .
              Attendons la véritable élection !
              .


              • izarn 28 septembre 18:48

                @eau-du-robinet
                En fait Trump a joué malin :
                On l’attendait au tournant pour sortir quelques vulgarités et pour faire le phallocrate...
                Mais ça, c’est la propagande des merdias.
                Il ne s’est pas beaucoup forcé pour rester naturel...
                Les merdias ont pris la grosse claque....
                Ceci dit il y a bien liaison entre la destruction du tissu industriel et les délocalisations, et ainsi le fait que malgrès un pseudo chomage de 5%, 100 millions d’américains sont hors emplois...
                Voir Olivier Delamarche, et les Shadows Stats...
                Si Trump a du succés ce n’est pas uniquement parce qu’il est « populiste »....
                Ne soyons pas populistes, ainsi les problèmes n’existent plus !
                 smiley


              • epicure 28 septembre 22:02

                @eau-du-robinet

                mais des votes sur internet ça ne fait pas un vrai sondage.
                J’ai vu ce genre de truc où un groupe minoritaire mais actif peut faire pencher la balance dans les résultats sans être représentatifs.


              • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 septembre 13:18

                A lire également :
                .
                https://www.upr.fr/actualite/france/presage-trump-journal-francais-monde-meme-assurait-brexit-serait-battu-affirme-cest-hillary-clinton-a-remporte-1er-debat-televise
                .
                ....un sondage en ligne, réalisé par le très sérieux magazine Time, qui a demandé aux internautes : « Votez maintenant : Qui a gagné le premier débat Clinton – Trump ? »
                .
                Aujourd’hui, ce 29 septembre 2016 à 13H10, le sondage a enregistré
                le nombre colossal de 1 961 547 votes.
                Il en ressort le verdict suivant :  Clinton : 45 % – Trump : 55 %.
                http://time.com/4506217/presidential-debate-clinton-trump-survey/?iid=sr-link1
                .
                Une fois sur la page du time cliquez sur l’image du scoring pour que les chiffres s’affichent ...
                .
                Au fil du temps M. TRUMP d’avance de plus en plus Mme. CLINTON ....
                http://time.com/4506217/presidential-debate-clinton-trump-survey/?iid=sr-link1


              • arthes arthes 28 septembre 18:10

                Bin ce qui me fait dire que Trump s en est bien sorti c est le mutisme des medias plutot dechaines contre lui avant ...En gros c est comme si ils attendaient le carton, genre Trump qui pete grossierement les cables contre une pauvre Clinton , femme, pas en super sante, qui aurait stoiquement resiste aux coups de butoirs grossiers d un mufle machiste,myso etc...Ils (les journaleux) avaient le sucre a la main pour le tremper dans le sang...Et beh non, nada, woualou, balzac...Ceinture quoi.

                C est balot !!

                • Samson Samson 28 septembre 21:34

                  « L’avantage des surprises dans les consultations électorales, c’est qu’elles démontrent l’intérêt des campagnes électorales et que les électeurs ne sont pas bloqués par les schémas proposés et largement alimentés par des sondages s’auto-alimentant. L’inconvénient, c’est qu’elles permettent aussi des aventures politiques qui peuvent se révéler catastrophiques. »

                  Votre formatage au dogme €uropéiste devrait normalement vous en immuniser, mais en matière d’aventures politiques qui peuvent se révéler catastrophiques, une vague « intuition » ne vous effleure-t-elle pas que ce sont 50 ans d’aventures mondialistes néo, ordo, ultra, ...-libérales qui se révèlent une telle catastrophe pour les peuples et nations qui y sont soumis qu’ils se voient réduits à toute extrémité pour la rejeter et y mettre terme ?

                  Ralliant sous sa bannière l’ensemble des appareils et familles politiques traditionnels, la Pensée Unique avait cru à ce point vider de tout sens les concepts même de démocratie et de choix citoyen - TINA ! - qu’elle s’en croyait immunisée au point de préférer s’en prévaloir plutôt que l’abolir.

                  Or, malgré l’illusion propagandiste matraquée par politiciens et médias sur le sort « enviable » assigné par l’élite tant à la « populace » qu’à la plus large part des classes moyennes, il suffit de constater l’alignement aussi progressif qu’inéluctable des niveaux de vie « occidentaux » sur les standards de rigueur pour tiers et quart mondes (et déjà en Grèce !) pour comprendre qu’au prix de notre ruine et d’une paupérisation mondiale massive, le credo de Crpissance économique ne sert et légitime plus guère que l’avidité et la cupidité sans borne de quelques uns.

                  Hé oui ! Maintenant que, plutôt qu’opter pour le dégoût de reconduire encore aux manettes les ténors corrompus d’un système failli, l’électeur s’avère prêt à tenter n’importe quelle aventure, il apparaît que l’entretien par la technocratie économique et financière de la mascarade démocratique était une grossière erreur stratégique : la « Vox Populi » peut toujours réserver des surprises ! smiley smiley smiley


                  • Samson Samson 28 septembre 22:38

                    @Samson
                    PS : tant pour le Brexit que pour Donald Trump, l’avantage du choix de la « surprise » est que le pire, déjà éprouvé au quotidien par une frange toujours croissante de la population concernée, n’est plus certain.
                    Au regard des ambitions géostratégiques d’hégémonie unipolaire auxquelles œuvre la candidate du lobby militaro-industriel U$, l’élection de Donald Trump réduirait quelque peu la menace de l’épée de Damoclès nucléaire suspendue par l’Empire sur l"ensemble de notre continent et ses populations, soit une bonne nouvelle du point de vue des Européens.
                    Pour la Présidentielle française, le pire reste hélas garanti : hors musculations en matière migratoire, il est plus que douteux que même élue, Marine Le Pen ait jamais l’envergure ou seulement l’ambition de tenir tête aux intérêts du CAC40, Xavier Beulin ou Pierre Gattaz, soit aux mêmes intérêts €uropéistes qui organisent les agendas de Juncker, Sarkozy, Hollande, Valls et Macron, ... smiley


                  • smilodon smilodon 29 septembre 22:07

                    @ l’auteur : Vu qu’aux « US » la « méthode » n’est pas celle du « suffrage universel », ce mec qu’on nous présente comme le « pendant » de MLP chez « nous », à toutes ses chances !..... Si je devais parier, c’est sur ce « cheval » que je miserais !...... Je pense qu’il va devenir le prochain « président » des Etats-Unis !........ Vu le « système » et vu que les « américains » ne sont pas les « français », je pense qu’il va gagner !......A 10 contre 1 !..... Allez, soyons fous !..... Sans « déc » !..... C’est lui le successeur d’ OBAMA !...... Que ça vous fasse mal au cul ou pas !......... Ne sous-estimez pas la « connerie » des « américains » !.... Pour un « américain lambda », le monde s’arrête aux frontières de son pays.....Quand ce n’est pas aux frontières de son « état » !....... C’est des « américains » !.... Il faudra un jour expliquer aux « français », qu’à part « eux », personne n’est « français » !..... Ils pourraient enfin comprendre pourquoi les « algériens », « marocains » ou autres, même s’ils vivent en « France », ne penseront jamais comme « EUX » !...... Chacun est et reste ce qu’il est ou a toujours été !........ Américain ou autres....C’est de l’atavisme « géographique » !... Comment expliquer aux « français » par un seul mot ???...... « Différent » !.... Voilà le mot !.... DIFFERENT !........Les « autres » sont « différents » !... Depuis toujours et à tout jamais !.....C’est « les autres » !.... C’est pas « nous » !.... Comment être plus clair ????.......... Et comme nous ne serons jamais « les autres », « Eux » ne seront jamais « nous » !.....Perso, je ne vois pas bien ce qu’il y a de « compliqué » à comprendre ce simple « état de fait », mais je sais combien il sera décevant pour tant d’autres d’admettre cette triste « situation » !........ Le « monde » n’est pas peuplé QUE de FRANCAIS !..... Hélas !....Dommage !...Je sais... Je sais bien !.... Mais c’est comme çà !..... Désolé !.... Vraiment désolé !...... Adishatz.


                    • smilodon smilodon 29 septembre 22:14

                      @smilodon : Ma « conclusion » est terrible !.... Je sais, et j’en suis vraiment navré !... Mais c’est ainsi !.... Le monde n’est pas peuplé que de « Français » !...... C’est à pleurer, j’en suis bien conscient !.... Mais hélas, c’est ainsi !.....Les « autres » ne pensent pas comme nous !...... C’est affligeant !.... C’est pourtant la triste vérité !.... Par contre, une fois qu’on aura admis cette « hypothèse », peut-être pourrons-nous enfin être vraiment nous-même !... Ou simplement le « redevenir » !...... Comme disait ma grand-mère, avant de te sentir chez toi, sache d’abord qui tu es !....... J’adorais ma grand-mère !..... .Adishatz.


                    • ENZOLIGARK 30 septembre 08:18

                      Autre resultat « $portif » donc ... d ’ apres - latribune . fr - du 29/09/16 >>> Petrole  : a Alger , 1 - 0 pour l ’ Iran face a l ’ Arabie Saoudite ... !!! . ... Vivement le match retour ... si il y a encore du monde dans les tribune$$$$$ ... ! ) ? ) . ... АФФ ИСС ...


                      • dicksoutforharambe (---.---.31.221) 30 septembre 14:02

                        #PrayforHarambe

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès