Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Médecine sans frontières

Médecine sans frontières

Le besoin de communiquer de façon toujours plus précise et multiforme appartient à la nature humaine. En témoigne le fait que, au IIe siècle de notre ère, le fameux médecin et précurseur dans le domaine de l’expérimentation médicale Claudius Galenus "avait construit un système de signes pour une communication précise de diverses idées" dont il ne reste pour traces que quelques notes historiques mentionnées par Ernest Drezen dans son Histoire de la langue mondiale (1).

Montesquieu avait lui-même compris cette nécessité et l’avait exprimée en 1728 : "La communication des peuples est si grande qu’ils ont absolument besoin d’une langue commune." L’alphabet morse, le braille, la langue des signes, le téléphone et une multitude d’appareils, les efforts accomplis pour rendre la traduction automatique plus fiable et fidèle témoignent du désir d’aller "Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort !" dans le domaine de la communication et de l’intercompréhension. Pourtant...

Premier ministre du Laos durant trois périodes entre 1951 et 1975, le prince Souvanna Phouma fut soigné par quatorze cardiologues dont cinq étaient Laotiens, un États-Unien, deux Thaïlandais, trois Soviétiques, deux Français et un Chinois. L’États-Unien ne parlait pas le français qui était la seule langue étrangère du médecin personnel du prince ; les Soviétiques ne parlaient ni le français ni le laotien ni l’anglais, et les Thaïlandais ne savaient pas le français.

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis. Une langue nationale s’est introduite et a renforcé ses positions dans le rôle de langue internationale alors qu’elle pose des problèmes même à ses locuteurs natifs : les enfants anglais sont les derniers en Europe à savoir lire dans leur langue maternelle et ce sont eux les plus touchés par la dyslexie, si bien qu’il existe une association traitant du problème de prononciation de l’anglais, la Spelling Society, qui fête cette année ses cent ans d’existence. C’est aussi en Grande-Bretagne qu’est apparue l’idée d’utiliser l’espéranto, langue à vocation internationale conçue pour jouer ce rôle, nettement plus accessible, comme tremplin pour l’apprentissage des langues, y compris de l’anglais : "Springboard to languages" (en EN, EO et FR).

De nos jours, des médecins et du personnel médical font part d’expériences pas très enthousiasmantes dans l’utilisation de l’anglais. De même qu’en aviation, bien qu’aucune autre langue n’ait joui auparavant de tant de conditions et de dispositions favorables, de tant de moyens d’enseignement, d’apprentissage et de perfectionnement, de possibilités de le pratiquer, et ceci depuis des décennies, des problèmes de bonne compréhension ne sont pas rares. Témoignage de Bertrand Carette, infirmier à Roubaix : "C’est effectivement un problème durant la pratique journalière, au moins en ce qui concerne les infirmiers auxquels j’appartiens. Les congrès internationaux ont souvent lieu en anglais pour ce qui concerne les thèmes principaux, ce qui est handicapant et très frustrant pour les locuteurs d’autres langues. En outre, je n’ai pas parlé de nouveaux instruments et appareils médicaux dont les mécanismes et instructions d’utilisation ne sont pas du tout traduits en français ! C’est de plus en plus fréquent... avec des risques pour la vie humaine (ceci dit sans exagération aucune)."

Les problèmes d’incompréhension ou de mauvaise compréhension de textes disponibles uniquement en anglais sont fréquents dans divers domaines. L’AFP a rapporté, le 12 août 2007, une information du quotidien berlinois Tagesspiegel selon lequel quarante-sept patients opérés du genou à l’hôpital Sankt-Hedwig de Berlin ont été victimes d’une erreur médicale en raison d’une mauvaise traduction de la notice en anglais concernant la prothèse qui leur a été implantée. "Un professeur de chirurgie orthopédique, Heino Kienapfel, a déploré que "certains produits arrivant sur le marché européen ne portent d’indications qu’en anglais", au lieu d’être traduits d’emblée en plusieurs langues ou de porter des pictogrammes. "C’est un problème", a-t-il jugé (source). Les Allemands ne sont pourtant pas réputés pour être en retard en anglais.

L’affaire des irradiés de l’hôpital Jean Monnet d’Épinal constitue le plus grave accident de radiothérapie recensé en France. En raison de la mauvaise interprétation d’un logiciel en anglais, 5 500 patients traités pour des cancers de la prostate entre le 6 mai 2004 et le 1er août 2005 ont été victimes de sur-irradiations, 24 ont été très fortement irradiés, 19 ont subi des séquelles et cinq sont décédés. Conclusion intéressante de l’article : "Morale de l’histoire : les cours d’anglais requièrent encore plus d’attention que les SVT"... La compétence professionnelle cède de plus en plus la place à la compétence linguistique, et plus particulièrement à celle en anglais. La formation d’une infirmière exige 1 200 heures. Une formation à l’anglais à un niveau équivalent à celui du bac en exige 1 500 alors que 150 suffisent pour atteindre le même niveau en espéranto. L’espéranto laisserait beaucoup de temps disponible pour faire ce qu’il lui plaît à une infirmière : travailler, étudier, se cultiver, s’occuper de sa famille, se détendre, se distraire, se consacrer à ses activités préférées... Que l’on mesure la gabegie à l’échelle mondiale !

Prise de conscience

Justement dans le domaine médical, une prise de conscience de médecins par rapport à la nécessité d’une langue internationale libre de tout lien avec quelque nation que ce soit, donc neutre en ce sens, s’est manifestée voici 110 ans, soit onze ans après la publication du premier manuel d’espéranto. La question est toujours actuelle.

"Les premières discussions pour susciter l’intérêt de médecins à l’espéranto furent faites en Russie : le 19 octobre1898 Nikolaï Kazi-Gireï lut devant la société de médecine de la ville de Borisoglebsk un rapport sur l’espéranto, et la réunion exprima le souhait que l’espéranto soit choisi comme langue officielle pour les congrès internationaux de médecine et que tous les ouvrages les plus importants de médecines soient édités en espéranto. Le même rapport fut lu par le Dr Fedjaevski le 25 octobre devant la société de médecine de Voronej." (Enciklopedio de Esperanto § 3) : à noter que la seule publication de cette époque en espéranto, La Esperantisto, était interdite en Russie depuis 1895 du fait qu’elle avait permis à Léon Tolstoï d’y publier un article dont le contenu avait déplu à la censure. En dépit de cela et de ce qui a suivi, le rôle des Russes pour le développement de l’espéranto a toujours été et reste toujours important.

Dix années après, en 1908, le Dr Henri Dor, de nationalité helvétique, fameux ophtalmologiste, grand polyglotte (11 langues), fondateur d’une clinique ophtalmologique de soins gratuits à Lyon, devint le premier président de Tutmonda Esperantista Kuracista Asocio (Association mondiale des médecins espérantophones - TEKA, ensuite nommée UMEA - Universala Medicina Esperanto-Asocio) dans le cadre du 4e Congrès universel d’Espéranto, à Dresde. Cette fondation concrétisa un projet traité en 1907, à Cambridge, lors du précédent congrès.

En 1908 aussi, le 26 novembre, à la Faculté de médecine de Paris, la seconde thèse de doctorat, en France et dans le monde (2), en relation avec l’idée de langue commune, eut pour thème : "Utilité et possibilité de l’adoption d’une langue internationale auxiliaire en médecine". Ses conclusions apparaissent ici. Passionné aussi par la radio, donc une forme technique de la communication, et la recherche scientifique en général, son auteur en était Pierre Corret. Ce paragraphe de sa thèse (p. 109) n’a rien perdu de son actualité, même si les conférences et congrès se tiennent de plus en plus avec l’anglais comme langue unique : "Pour les savants : mathématiciens, économistes, médecins, naturalistes, philosophes, qui n’écrivent plus uniquement en deux ou trois langues prédominantes, les conditions sont encore plus fâcheuses : nombre de mémoires importants, suédois ou russes, par exemple, restent ignorés ou ne sont connus que par d’insuffisantes analyses. Et dans les congrès universels, quelle pitoyable confusion ! Ici c’est un économiste, qui s’exprime en une langue qui n’est pas la sienne si gauchement que toute sa valeur ne fait pas qu’on le suive ni que, malgré les compliments d’une politesse menteuse, il ne soit ridicule ; ailleurs, un médecin allemand traduit en français le discours anglais d’un confrère norvégien ! Le goût en souffre, l’exactitude scientifique encore plus."

Membre de l’Académie de médecine, le Pr Antonin Gosset en était venu à la conclusion que "Au point de vue scientifique, il faut bien reconnaître que l’espéranto est d’une absolue nécessité". (...) Et d’ajouter la même constatation que Pierre Corret à propos des congrès internationaux : "Il suffit d’avoir assisté à l’un d’eux pour reconnaître la nécessité d’une langue neutre, de l’espéranto".

Cette situation est à comparer avec celle évoquée bien plus récemment par Dominique Voynet après son retour du Sommet de Kyoto, où il n’y avait pourtant qu’une seule langue, la plus enseignée au monde, depuis longtemps et à très forte dose : "Toutes les discussions techniques se sont déroulées en anglais, sans la moindre traduction, alors qu’il s’agissait d’une conférence des Nations unies. Trop de délégués ont été ainsi en situation d’infériorité, dans l’incapacité de répondre efficacement, de faire entendre leurs arguments". Ainsi, des délégués ont parcouru des milliers de kilomètres par le mode de transport le plus polluant, pour (se) comprendre plutôt mal que bien, et tout ceci pour un sommet qui a débouché sur... du vent (Le Journal du dimanche - JDD, 14 décembre 1997).

Dans sa thèse, Pierre Corret fit état d’une expérience réalisée quelques mois avant à Dresde, lors du 4e congrès mondial d’espéranto. Le Dr H.F. Adolf Thalwitzer, Allemand, avait tenu à tester l’espéranto et à démontrer ses avantages pratiques sur le terrain, autrement que par la théorie. Une section d’infirmiers de la Croix-Rouge saxonne fut mise à sa disposition par le général Schmidt . "En dix leçons, il est arrivé à leur donner une instruction suffisante pour permettre à une trentaine d’hommes, qui ne savaient que l’allemand, d’exécuter des ordres donnés en Esperanto, et de répondre aux questions qui leur étaient faites dans cette langue." Recommencée plusieurs fois avec succès sans un seul mot d’allemand, l’expérience fut observée par diverses personnalités dont le général Ruhlemann (Allemagne), le général Hyppolite Sebert (France), le major Paul F. Straub, délégué officiel des États-Unis, médecin militaire rattaché au ministère de la Guerre, le Dr Kroïta (Japon) et le Dr Zamenhof. À noter aussi que, à l’occasion de ce même congrès, des agents de police de Dresde avaient été formés à l’espéranto.

De grands noms de la médecine et des sciences connexes ont pratiqué cette langue dont le Pr Charles Moureux, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine, a pu dire "On chercherait en vain un moyen plus rapide d’intercompréhension". Parmi eux figurent notamment le Pr Jean-Alban Bergonié, fondateur du groupe d’espéranto de Bordeaux, une référence dans la recherche contre le cancer ; le Pr Odo Bujwid, père de la microbiologie polonaise dont l’épouse, espérantiste aussi, fut militante des droits de la femme ;  Maksimiliano Blassberg, médecin polonais, auteur d’une soixantaine d’ouvrages de médecine en polonais, allemand et espéranto ; Paul Fruictier, rédacteur en chef de deux revues médicales françaises qui, après six semaines d’apprentissage, en 1900, put converser avec le docteur suédois Sven E.Krykortz et lui servir de guide à l’Exposition universelle de Paris. Un document du site de la Faculté de médecine de Nancy fait état des travaux du Dr Louis Camille Maillard et de son rôle comme secrétaire des conférences espérantistes. Extrait : "Le Groupe médical espérantiste de France organise son congrès mondial. Celui-ci se déroule sous la présidence de Zamenhof en personne avec la participation de la Société française de physique, de la Société internationale des électriciens, des professeurs Adelsköld, Appell, d’Arsonval, Baudoin de Courtenay, Becquerel, Berthelot, Bouchard, Deslandres, Duclaux, Förster, Haller, H. Poincaré, Ramsay, Général Sebert, etc. (...) Tous ces savants sont de fervents adeptes de l’espéranto." Les mêmes noms et bien d’autres apparaissent aussi dans La Question de la langue auxiliaire internationale de Gustave Gautherot (Paris : Hachette, 1910) et Pourquoi je suis devenu espérantiste ? (Paris : Arthème Fayard, 1910) d’Ernest Archdeacon (EO, FR), pionnier et mécène de l’automobile et de l’aviation, fondateur de l’Aero-Club de France. Le Groupe médical espérantiste de France, présidé par le Pr Charles Bouchard, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine, publia en 1904, aux éditions Masson, un Dictionnaire anatomique en quatre langues (latin, français, anglais et espéranto) qui parut aussi aux éditions Hachette sous le titre Anatomia vortaro kvarlingva.

Au Japon, les premiers pas de l’espéranto dans le domaine médical furent accomplis en 1906 avec un cours officiel d’espéranto suivi par 200 étudiants à la Faculté de médecine de Nagasaki. En 1921, des étudiants de la Faculté de pharmacie de l’Université impériale de Tokyo organisèrent aussi des cours. En 1922, Masataka Murata et Hisao Kasai publièrent leurs études en espéranto. Ce furent les premières thèses médicales originalement écrites en espéranto dans ce pays. Un club d’espéranto y fut fondé en 1923. En 1925, au sixième congrès extrême-oriental de médecine tropicale, Ogata et Murata publièrent leurs études en espéranto. 1926 vit la fondation de l’association espérantiste japonaise de médecine avec le Pr Seiho Nishi comme président (3).

En Uruguay, lors d’un congrès médical, à Montevideo, en 1907, le Pr Gr. Mendizabal, délégué mexicain, recommanda l’espéranto pour les travaux des congrès.

Aujourd’hui

Pour le Dr Hans Malv, Suédois : "Si nous nous mettons d’accord sur une langue internationale commune facile à apprendre, les conséquences seront considérablement importantes pour la santé publique dans tous les pays, même le nôtre.
Je m’explique.
Une telle langue permettrait la promotion et la diffusion des droits de l’homme (selon les Nations unies) dans tous les pays (voir plus haut). A partir du moment où les droits de l’homme sont respectés dans une société donnée, cette même société se chargera d’entretenir le niveau de santé de sa population. Ceci suppose que tous les droits de l’homme soient satisfaits pour que le bien-être et la santé existent. Le droit à la santé ne peut s’appliquer isolément.
Une langue internationale commune favorisera la propagation rapide des technologies médicales nouvelles à tous les pays du monde. Elle favorisera également, tout en en réduisant le coût, la formation des médecins, du personnel infirmier et médical.
" (4)

Présidée par un Hongrois, le Dr Imre Ferenczi, l’UMEA vient de fêter ses 90 ans d’existence à l’occasion de l’Internacia Medicina Esperanto-Konferenco (IMEK) qui, du 13 au 18 juillet 2008, à Cracovie, a réuni 87 participants de dix pays sur le thème principal : "Les avancées les plus actuelles des sciences médicales et pharmaceutiques". La première avait eu lieu dans cette même ville en 1977. C’est aussi à Cracovie que fut fondée, en 1990, la première Polyclinique d’UMEA. D’autres échanges sont prévus dans le cadre du congrès mondial d’espéranto qui se tient depuis le 19 juillet à Rotterdam et auquel se sont inscrits 1 763 participants de 73 pays.

2008 marque donc le double anniversaire des premières discussions sur le thème d’une langue internationale en médecine et de la thèse de doctorat en Médecine de Pierre Corret, soit, respectivement, 110 et 100 ans. Et aussi le centième de la Spelling Society à laquelle on ne peut que souhaiter de parvenir à atténuer les souffrances des enfants natifs anglophones ;-)

Le congrès de l’UMEA a décidé de se doter, sous peu, d’un site web dont la maîtrise sera assurée par un Japonais, le Dr Kiryu Yasuo. On observe aujourd’hui, par les activités et l’édition, et grâce à internet, un déplacement progressif du centre de gravité de l’espéranto de l’Europe, qui a été son berceau, vers l’Extrême-Orient et les pays en voie de développement, donc un processus encourageant d’équilibrage accompagné, par un rajeunissement.


— -

1. Historio de la Mondlingvo, Moscou, 1928 ; seconde édition : Osaka, éditions Pirato. p. 26.
2. La première thèse de doctorat a été présentée en 1906 par Louis Fauvart-Bastoul sous le titre : "D’une langue auxiliaire internationale au point de vue du droit des gens".
3. Pour plus de détails, voir http://eo.wikipedia.org/wiki/Anatomia_Nomenklaturo sous "Nipono".
4. Langue et économie.

Quelques bases de recherches et de travail à compléter :

EO - http://eo.wikipedia.org/wiki/Medicino
EO - http://eo.wiktionary.org/wiki/medicino
FR, EO - Lexique et dictionnaire médical français-espéranto / Medicina Leksikono kaj Vortaro franca-Esperanto
RU-EO - Esperanta-Rusa / Rusa-Esperanta Medicina Terminaro Terminologie médicale russe-espéranto
EO : Tutmonda Esperanta Medicina Organizo por Studentoj
EO - Stomatologia sekcio de UMEA Section stomatologique de UMEAhttp://www.pfaf.org/leaflets/fr/intro.php
FR, EO - Usage de l’espéranto en médecine / Uzo de Esperanto en medicino, Dr Éric COFFINET)
FR, EO - Alimentation ; Santé / Nutrado ; Sano
EO - Glosaro : Nova Tempo - Naturkuracado - Bonfarto Glossaire Nouvel Âge - Médecines douces - Mieux-être
EO - Internacia Naturkuraca Asocio Association internationale de médecine naturelle
EO, EN, ES, FR - Alternativa Medicino (Médecine alternative, adresses de sites)
EO - Naturkuracado.info Médecine naturelle
ZH, EN, EO - Orienta Medicino Modernigita Médecine orientale modernisée
EN, DK, ES, EO, FR, IT, NL - Plantes médicinales
EO - Receptaro de kuracaj plantoj / Recueil de recettes de plantes médicinale
EO - La sperta sistemo "Duprat" (pri homeopatia programo) - Le système expert "Duprat" (à propos d’un programme homéopathique)
PL + EN - Japana kuracarto Yumeiho - Thérapie japonaise Yumeiho
JP + EO + EN - Orienta Medicino Modernigita - Médecine orientale modernisée
ZH, EO, EN, FR - Ĉinmedicina Terminaro / Terminology of Chinese Medicine / Terminologie de Médecine Chinoise. Pékin : Ĉina Esperanto-eldonejo, 1997, 608 p.
EN- EO - Angla-Esperanta Medicina Terminaro, D-ro Saburoo Yamazoe. Cracovie : UMEA Shinoda-Kuracejo. 2001. 720 p.
EO, EN - Esperanta-Angla Medicina Terminaro, D-ro Saburoo Yamazoe. Cracovie : UMEA Shinoda-Kuracejo, 2006. 533 p.
LA, EN, FR, EO - Nomina anatomica / Anatomical nomenclature / Nomenclature anatomique / Anatomia nomenklaturo. Li Kexi et André Albault. Pékin : Ĉina Esperanto-Eldonejo. 1989. 698 p.
EO, EN - Internacia vortaro de mikroba genetiko / Dictionary of microbial genetics. Ralph A. Lewin. Pékin : Ĉina Esperanto-Eldonejo. 1994. 117 p.

Traducteur En —> EO — http://download.travlang.com/Ergane//
FR-EO / EO-FR — Dictionnaire réticulaire : http://ertia2.free.fr/Niveau2/Dictionnaire/dictionnaire.htm

Listehttp://health.groups.yahoo.com/group/per-esperanto-medicino/ ouverte à toute personne concernée ou intéressée par la médecine.

Sites de médecins
 :
DK, DE, EN, ES, FR, GR, IS, IT, NL, PL, PT, RU, FI, SE, JP — Dr Hans Malv, Malmö, Suède : http://www.2-2.se/
FR, EO — Dr Éric Coffinet, Nice : http://pagesperso-orange.fr/eric.coffinet/#medecine



Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (309 votes)




Réagissez à l'article

209 réactions à cet article    


  • Henri Masson 22 juillet 2008 11:05

    AVERTISSEMENT :

    Le présent article vise, comme mes précédents, à apporter, en matière de communication linguistique internationale, une proposition constructive, innovante, pratique, dont l’efficacité est démontrée, avec beaucoup de références et de pistes de recherches.

    Depuis mon article "Polémique médiatique autour de l’espéranto", quelques énergumènes s’évertuent à poser des entraves à des échanges constructifs et conviviaux. Ils se sont engouffrés dans le sillage d’un certain "Asp Explorer" qui avait pris la défense de l’ex-journaliste Pierre Bénichou, lequel avait eu, sur Europe 1, un comportement non seulement mensonger, mais, aussi, vulgaire, ordurier et grossier, en disant de l’espéranto que personne ne le parlait et en ajoutant "C’est une merde !". Comble de raffinement, ce "Asp Explorer" a expliqué ainsi sa démarche pour prendre sa défense : "Voici que ma plume me démange, je la sors donc de mon cul et me lance dans une de ces analyses courtoises et mesurées qui, vous le savez, sont ma spécialité."

    Certes, dire que personne ne parle une langue peut être interprété comme si cette langue n’était que très peu parlée. Une langue peu parlée serait peu intéressante, et langue pas parlée du tout serait totalement inintéressante. Or, au présent, cette langue au passé riche en personnages d’exception, est bien plus utilisée qu’on ne le suppose. Il est clair que les gens qui jouent ainsi sur les mots misent sur l’ambiguïté de l’expression dans le but de détourner l’attention du public des multiples facettes de cette langue en préférant en parler au passé sans tenir compte du présent.

    En s’appuyant sur des théories fumeuses, quelques uns de ces individus se sont évertués récemment de démontrer que l’espéranto était aussi difficile que les autres langues, ce qui est démenti dans les faits. Il est la première langue étrangère de bon nombre de citoyens unilingues de pays très divers à qui il donne une ouverture sur le monde ce qui ne l’a pas empêché, depuis ses origines, d’attirer de grands polyglottes, notamment lorsque le Dr Zamenhof eut la visite inattendue d’un grand passionné de langues (en connaissant une trentaine) et de poésie, Antoni Grabowski, son premier interlocuteur en-dehors de son épouse. Auteur de "Langues sans frontières" (éd. Autrement), Georges Kersaudy, a été amené à parler, écrire et traduire, durant sa carrière de fonctionnaire international, une cinquantaine de langues d’Europe et d’Asie, dont l’espéranto qu’il avait appris dans sa jeunesse.

    Il se trouve que Claude Hagège a motivé publiquement, au moins à reprises, qu’il ne voulait pas apprendre l’espéranto du fait que "c’est une langue trop facile", ce qui ne l’empêche pas d’en reconnaître les mérites : “Il n’est pas vrai, au moins si l’on songe à l’espéranto, qu’une langue artificielle soit un froid mécanisme produit par les lois de la pure raison. L’espéranto fut une oeuvre de passion, animée par un puissant élan d’idéalisme. Il n’est pas vrai non plus qu’une langue artificielle ne permette que de parler de choses banales et soit inapte à l’expression des mouvements de l’âme. Il existe une poésie lyrique en espéranto, par exemple.“ (“Halte à la mort des langues“, Paris : éd. Odile Jacob. 2000 p.21-22). En 1993, lors d’une conférence à Valenciennes, il en avait donné cette image pertinente : “C’est dans sa facture une langue que l’on peut considérer comme une des grandes langues de l’Europe”. (…) “Je pense que l’espéranto est une solution parmi d’autres, et qu’il pourrait avoir pour lui l’avantage, sérieux, à savoir que, contrairement à n’importe laquelle des langues de vocation européenne, il n’est pas, lui, précédé ou suivi d’un engagement politique et national. C’est la langue d’aucune nation, d’aucun État. Et c’était du reste l’idée de son inventeur, Zamenhof (…), en 1887, l’avait dit dès cette époque, quand il a publié (…) le premier livre qui proposait l’espéranto. On le sait depuis longtemps donc, l’espéranto a pour lui, avait pour lui, a toujours pour lui, de ne pas être la langue d’une nation et d’un peuple, encore moins d’un Etat au sens hégélien du terme, ce qui sont des traits plutôt favorables.

    La communication, dans les sciences en général, et en médecine en particulier, est un sujet trop important et trop grave pour s’en laisser détourner. Mieux vaut donc se fier à son bon sens et à l’avis de gens qualifiés plutôt qu’aux élucubrations de goujats animés par un désir de vengeance, portés sur la calomnie et la diffamation.


    • Henri Masson 22 juillet 2008 14:33

      En ce qui concerne le professeur Claude Hagège, lire "au moins deux reprises".


    • Henri Masson 22 juillet 2008 14:24

      Voici la traduction, en espéranto, de la première partie de mon article :

      La komunikbezono laŭ maniero ĉiam pli preciza kaj multforma apartenas al la homa naturo. Pri tio atestas la fakto ke, en la 2a jarcento de nia erao, la fama kuracisto kaj antaŭulo en la medicina eksperimentado Klaŭdo Galeno (Claudius Galenus) "konstruis iun sistemon de signoj por preciza komunikado de diversaj ideoj" pri kiu restas nur kelkaj historiaj notoj menciitaj fare de Ernest Drezen en sia "Historio de la mondlingvo" (1).

      Montesquieu (proks. pron. : monteskie) mem komprenis tiun neceson kaj ĝin esprimis en 1728 : "La komunikado de la popoloj estas tiel granda ke ili nepre bezonas unu komunan lingvon". La morsa alfabeto, la brajlo, la gestolingvo, la telefono kaj multege da aparatoj, la strebado por estigi la aŭtomatan tradukadon pli fidinda kaj fidela, atestas la deziron iri "Ĉiam li malproksimen, ĉiam pli alten, ĉiam pli forte" sur la tereno de interkompreno. Tamen...

      Ĉefministro de Laoso dum tri periodoj inter 1951 kaj 1975, la princo Souvanna Phouma (suvana fuma) estis kuracata fare de dekkvar kardiologoj (specialistoj pri kormalsanoj) el kiuj kvin estis laosanoj, unu usonano, du tajlandanoj, tri sovetianoj, du francoj kaj unu ĉino. La usonano ne parolis la francan, kiu estis la sola fremdlingvo de la persona kuracisto de la princo ; la sovetianoj parolis nek la francan, nek la laosan, nek la anglan, kaj la tajlandanoj ne scipovis la francan.

      De tiam pasis pluraj jardekoj. Nacia lingvo enŝoviĝis kaj plifortigis siajn poziciojn en la rolo de internacia lingvo dum ĝi starigas problemojn eĉ al siaj denaskaj parolantoj : la angaj infanoj estas en Eŭropo la lastaj, kiuj kapablas legi en sia gepatra lingvo, kaj ili estas la plej trafitaj de disleksio (neŭrologia perturbo en la legado), tiel ke ekzistas aoscio pritraktanta la problemon de prononco de la angla, la Spelling Society kiu festas ĉi jare sian centjaran ekzistadon. Ankaŭ en Britio aperis la ideo uzi Esperanton, lingvo alvokiĝe internacia, kreita por ludi tiun rolon, nete pli alirebla, kiel salttabulo por la lernado de lingvoj, inkluzive de la angla : "Springboard to languages" (EN, EO kaj FR).

      Nuntempe, kuracistoj kaj medicinista personaro informas pri spertoj ne tre bonaj en la uzo de la angla. Same kiel en aviado, kvankam neniu alia lingvo ĝuis antaŭe je tiom da favoraj kondiĉoj kaj dispozicioj, de tiom da rimedoj de instruado, lernado kaj perfektiĝo, kaj tio jam de jardekoj, ne maloftaj estas la problemoj de bona kompreno. Atesto de flegisto el la urbo Roubaix (rube, en norda Francio), Bertrand Carette (proks. bretra karet) : "Tio estas efektiva problemo dum la ĉiutaga praktiko, almenaŭ­ koncerne la flegistojn, inter kiuj mi anas. Internaciaj kongresoj ofte okazas anglalingve koncerne la ĉefajn temojn, tio estas handikapiga, kaj tre frustracia, por alilingvanoj. Krome mi ne parolis pri novaj instrumentoj kaj aparatoj medicinaj, kies moviloj kaj uzinstrukcioj jam tute ne estas tradukitaj franclingven ! Estas pli kaj pli ofte ... iaokaze riskante homan vivon (tio dirita sen ekscesa troigo)."

      La problemoj de interkompreniĝo aŭ de malbona kompreno de tekstoj disponeblaj nur en la angla estas oftaj sur diversaj terenoj. La franca informagentejo Agence France Presse (AFP) raportis, la 12an de augusto 2007, informon de la berlina gazeto Tagesspiegel laŭ kiu kvardek-sep pacientoj operaciitaj de la genuo en la hospitalo Sankt-Hedwig de Berlino, estis viktimoj de medicina eraro pro malbona traduko de la uzindikoj en la angla koncernanta la protezon, kiu estis al ili enmetita. "Profesoro de ortopedia kirurgio bedaŭris ke "certaj produktoj alvenantaj sur la eŭropan merkaton surportas indikojn nur en la angla", anstataŭ esti tuj tradukitaj en plurajn lingvojn aŭ surhavi piktogramojn. "Tio estas problemo", li opinias (fonto). La germanoj tamen ne havas la reputacion malfrui en la angla.

      La afero de la surradiado de la hospitalo Jean Monnet de la urbo Épinal (nordorienta Francio) estas la plej grava incidento de radioterapio listigita en Francio. Pro malbona traduko de anglalingva programo, 5500 pacientoj pritraktitaj pro prostatkancero inter la 6a de majo 2004 kaj la 1a de aŭgusto 2005 estis viktimoj de surradiado, 24 estis forte surradiitaj ; 19 havis sekvaĵojn, kaj kvin mortis. Interesa konkludo de la artikolo : "Moralaĵo de la historio : la kursoj de la angla postulas ankoraŭ pli da atento ol la SVT (Sciencoj de la Vivo kaj de la Tero)"... La profesia kompetenteco cedas pli kaj pli da loko al la lingva kompetenteco, aparte al tiu en la angla. La instruado de flegistino postulas 1200 horojn. Instruado de la angla je nivelo egalvalora al tiu de abiturienteco postulas 1500 dum 150 sufiĉas por atingi saman nivelon en Eperanto. Esperanto lasus multe da tempo disponebla por fari tion, kio plaĉas al flegistino : labori, studi, kleriĝi, zorgi pri sia familio, malstreĉiĝi, sin distri, dediĉi sin al aliaj prefarataj aktivaĵoj... Oni taksu mondskale la fuŝan uzon de la rimedoj !


      • Henri Masson 26 juillet 2008 06:57

        @ krokodilo et esperantulo,

        Laissez-le baver tout son saoul ! Puisque, c’est ainsi qu’il prend son pied, pourquoi le priver d’une telle jouissance ?

        Il est logique que des gens inintéressants, incapables d’apporter quoi que ce soit de constructif, trouvent mes articles inintéressants. Il y a mieux à faire, infiniment mieux, et il y a des gens plus intéressants et fréquentables, infiniment plus intéressants et fréquentables.

        Ceci dit, qui prend parti pour un individu aussi grossier, vulgaire, calomnieux et mensonger que Bénichou — celui qui a commencé — ou qui prend sa défense, mérite le même traitement.

        J’en profite pour rendre hommage et demander humblement pardon aux brouettes, les vraies, celles à une, deux, trois ou quatre roues (oui, j’en ai eu une qui permettait d’en mettre jusqu’à quatre de front, utilisable comme un rouleau smiley, celles dont l’utilité est indéniable et reconnue, qui ont pu se sentir offensées quand j’ai comparé à elles des individus tout à fait interchangeables dans la connerie et à qui la meilleure pédagogie aurait été celle du coup de pied au cul, histoire de relever leur organe de pensée du niveau d’où Asp Explorer extrait la sienne à la boîte cranienne.

        Ça va encore baver.

        Ne me dites pas, vous aussi, que je manque d’humour, sinon je vais me vexer ! smiley

        Je le répète : il y a mieux et plus utile à faire. C’est précisément ce que je fais.

        "Hundo bojas, homo vojas"
        ("Zamenhofa Proverbaro")


      • Hermes esperantulo 26 juillet 2008 07:38

        Cher henri, nous soulignons ce que les autres nous reprocherait, un juste retour des choses. Car il est facile de faire l’intelligent, mais qiand on entre en profondeur d’un sujet, faut savoir de quoi l’on parle et eviter de dire une somme d’aneries


      • Hermes esperantulo 26 juillet 2008 07:45

        Sinon cher Henri, je prefere discuter avec un Garlik ( voir l’autre sujet de EDE), qui a une bien autre stature de comportement, même si nous avons des objectifs differents, mais qui a au moins une argumentation interressante


      • Zalka Zalka 22 juillet 2008 22:19

        Le malheur, c’est que quand les énergumènes ne la ramène pas, il n’y a aucun commentaire ! Un peu comme si tout le monde s’en foutait.

        En tous cas bravo pour la désinformation à l’endroit de vos contradicteurs. Cela change des multipseudos. Au fait comment va Vendredi ?

        Enfin journée faste pour la désinformation, puisqu’il y a aujourd’hui un autre article sur l’espéranto. L’ahuri d’auteur parle d’ailleurs de dizaines de millions de locuteurs, ce qui m’a bien fait rire !


        • Hermes esperantulo 22 juillet 2008 22:45

          &Le malheur, c’est que quand les énergumènes ne la ramène pas, il n’y a aucun commentaire ! Un peu comme si tout le monde s’en foutait.&

          Un article sans commentaire ne veut pas dire que les gens s’en foutent beaucoup peuvent le lire sans commenter.

          &En tous cas bravo pour la désinformation à l’endroit de vos contradicteurs. Cela change des multipseudos. Au fait comment va Vendredi ?&

          Certains ferais mieux de se taire sinon, je sort la grosse connerie du Zalka dite un jour

          &Enfin journée faste pour la désinformation, puisqu’il y a aujourd’hui un autre article sur l’espéranto. L’ahuri d’auteur parle d’ailleurs de dizaines de millions de locuteurs, ce qui m’a bien fait rire ! &

          et bien si c’est de la desinformation critique l’article du masson avec des references.


        • Zalka Zalka 22 juillet 2008 22:53

          le truc, c’est qu’aucun "clone d’asp" n’a jamais été vu avec la même IP. Ce qui n’est pas le cas de ce vendredi. Donc soit le dénommé vendredi habitait chez Masson (qu’il disait ne pas connaître), soit c’est un véritable clone ! Sans compter que vendredi et vendredi se répondaient : l’un à la manière vendredi, l’autre à la manière Masson.

          Ah lala, les drames des cookies mal désactivés...


        • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 06:44

          tu change de sujet desolé hors sujet


        • Zalka Zalka 23 juillet 2008 09:32

          Dans tes rêves je change de sujet. Je demande clairement dès le départ comment va Vendredi.


        • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 09:47

          encore hors sujet , cela n’ a pas de rapport avec le sujet de l’article, halala quand on n’a pas d’argument seul l’taque personelle compte


        • Zalka Zalka 23 juillet 2008 11:11

          A ce propos, les accusations de "clones" sont de votre fait. Je ne fait que constater que la manipulation malhônnete des commentaires vient de Riton.


        • Wlad Wlad 23 juillet 2008 11:18

          "Le malheur, c’est que quand les énergumènes ne la ramène pas, il n’y a aucun commentaire ! Un peu comme si tout le monde s’en foutait."

          C’est bien pour ça que j’avais proposé qu’on n’intervienne pas sur ce fil, histoire de laisser M&Ms tout seul... Maintenant tu as lâché les chiens (Vendredi, espairantlou l’illettré, Krokodilo...)


        • Zalka Zalka 23 juillet 2008 15:48

          Pour des clones, nous sommes affreusement pas doués ! :’(
          Même pas foutu de se coordiner ! pffff


        • Zalka Zalka 22 juillet 2008 23:39

          Bon, sinon, pour complaire à mon bon ami Esperantulo, je vais parler un peu du texte. Je constate que Masson cite abondance d’évènement en terme de prise de conscience. a part quelque dates allant jusqu’aux années trentes, la plupart remonte au tout début du XXème siècle. Présenté de cette manière, on se dit qu’il y avait quelque chose. Sauf qu’à l’époque, le français aurait été conseillé presque aussi souvent (puisqu’il faisait office de langue diplomatique).

          Et depuis ? Rien.

          Enfin si : un médecin hongrois de 90 ans (comment a-t-il pu apprendre l’esperanto lors de la domination soviétique ?! je croyais que l’esperanto était persécuté !) a réuni un congrès de médecin espérantistes : 87 personnes. 87 ! Rendez vous compte ! presque autant que de bougies sur la gateau d’anniversaire de ce médecin ! Et pour parler de ... euh... de ""Les avancées les plus actuelles des sciences médicales et pharmaceutiques". Donc pas forcément d’esperanto, si j’en crois l’intitulé. Mais bon, vu le titre de cet article et le sujet réel, j’imagine qu’il est possible qu’ils n’aient parlé que d’esperanto. C’est pas très actuel, mais bon.

          Et quand avait eu lieu la précédente cession ? En 77, soit 31 ans auparavant (à cracovie, en plein époque soviétique ! Décidément, les rouges étaient bien négligeant dans leur persécution !). Vindiou ! A raison d’une réunion par génération, c’est sûr, c’est gagné.

          Bon il reste toutefois une autre réunion, plus sérieuse en terme d’impact puisque 2000 personnes se sont réunis à Rotterdam (je gonfle le chiffre pour ne pas me faire accuser d’anti esperantisme primaire !). Enfin 2000 s’étaient inscrit. Et puis il ne s’agissait absolument pas de médecine, contrairement au sujet (hum) de l’article. Même le groupuscule libertarien Alternative libérale réunit plus de monde à ses congrès, et pourtant ils se limitent à la France.


          • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 06:56

            &Bon, sinon, pour complaire à mon bon ami Esperantulo, je vais parler un peu du texte. Je constate que Masson cite abondance d’évènement en terme de prise de conscience. a part quelque dates allant jusqu’aux années trentes, la plupart remonte au tout début du XXème siècle. Présenté de cette manière, on se dit qu’il y avait quelque chose. Sauf qu’à l’époque, le français aurait été conseillé presque aussi souvent (puisqu’il faisait office de langue diplomatique). &

            Et donc, au final le francais n’a pas été plus pris que l’esperanto, cette ^rtie de commntaire n’apporte rien

            &Et depuis ? Rien.

            Enfin si : un médecin hongrois de 90 ans (comment a-t-il pu apprendre l’esperanto lors de la domination soviétique ?! je croyais que l’esperanto était persécuté !) a réuni un congrès de médecin espérantistes : 87 personnes. 87 ! Rendez vous compte ! presque autant que de bougies sur la gateau d’anniversaire de ce médecin ! Et pour parler de ... euh... de ""Les avancées les plus actuelles des sciences médicales et pharmaceutiques". Donc pas forcément d’esperanto, si j’en crois l’intitulé. Mais bon, vu le titre de cet article et le sujet réel, j’imagine qu’il est possible qu’ils n’aient parlé que d’esperanto. C’est pas très actuel, mais bon. &

            Et donc cel peut être qu’in heme ca n’enleve rien au porbleme que les les medecins vont se posser à ce congrès et à sa tentaive de résolution

            &Et quand avait eu lieu la précédente cession ? En 77, soit 31 ans auparavant (à cracovie, en plein époque soviétique ! Décidément, les rouges étaient bien négligeant dans leur persécution !). Vindiou ! A raison d’une réunion par génération, c’est sûr, c’est gagné.

            Bon il reste toutefois une autre réunion, plus sérieuse en terme d’impact puisque 2000 personnes se sont réunis à Rotterdam (je gonfle le chiffre pour ne pas me faire accuser d’anti esperantisme primaire !). Enfin 2000 s’étaient inscrit. Et puis il ne s’agissait absolument pas de médecine, contrairement au sujet (hum) de l’article. Même le groupuscule libertarien Alternative libérale réunit plus de monde à ses congrès, et pourtant ils se limitent à la France.&

            la medecine est un tout petit élément et la plupat des articles medicaux sont en anglais actuellement dont de nombreux problemes peuvent en être en conséquence et surotu qu’une grand epar des medecins n’auraons pas le niveai d’anglais correct pour faire des conferences et articles.

            Don ton comentaire bof, que de l’hypotetique en général par d’appuis dur de faits vérifiables et d’experts dans le genre


          • Georges-Henri Clopeau 23 juillet 2008 09:01

            Ce message attribué à Esperantulo est la copie du précédent. Comment peut-on interpréter ? Je suppose qu’il s’agit  d’une erreur de manipulation dans des copier-coller


          • Zalka Zalka 23 juillet 2008 09:57

            "Et donc, au final le francais n’a pas été plus pris que l’esperanto, cette ^rtie de commntaire n’apporte rien "

            Parce que vous ne voulez pas comprendre ce que je dit. Et au final, le français a probablement été plus pris que l’esperanto. Plus important, l’anglais a été largement pris, contrairement à l’esperanto.

            "Et donc cel peut être qu’in heme ca n’enleve rien au porbleme que les les medecins vont se posser à ce congrès et à sa tentaive de résolution "

            Je n’ai RIEN compris. Vous pouvez la refaire en français, s’il vous plait ?

            "la medecine est un tout petit élément"

            Peut être, mais même dans ce cas, 87 personnes c’est ridiculement peu. Bref, affirmer que les choses avancent, c’est de la conneries.

            "Don ton comentaire bof, que de l’hypotetique en général par d’appuis dur de faits vérifiables et d’experts dans le genre "

            Amusant dans la mesure où je m’appuie sur les informations de Riton. Les infos de Masson seraient donc invérifiables et l’homme un non expert ? Tsss Tsss


          • Zalka Zalka 23 juillet 2008 10:00

            @Georges-Henri : Esperantulo a rajouté ses réponses entre les citations de mon commentaire. Facile à reconnaître : ces réponses sont les parties truffées de fautes d’orthographe au point d’en être illisible.


          • Georges-Henri Clopeau 23 juillet 2008 10:05

            Pour que la communication entre le médecin et son malade soit bonne il est indispensable que le médecin et le malade parlent tous deux la même langue.
            Les dépenses colossales consenties depuis un siècle pour généraliser la langue qui assure la domination des firmes anglophones n’ont abouti qu’à handicaper les non anglophones de naissance dans toutes le formes de concurrence dans la course au progrès, Les difficultés d’apprentissage inhérentes à la nature des langues liées à l’histoire d’un peuple les rendent toutes inaptes à généralisation mondiale. Elles ne peuvent que prétendre à généralisation parmi des élites hiérarchisées bien plus en fonction de leur maîtrise de cette langue qu’en fonction de leur compétence spécifique. Il est clair que jamais tous les malades du monde ne parleront anglais, cette magnifique langue qui est en train de se perdre dans le rôle d’intrument de domination qu’on veut lui faire jouer.
            Or, il suffirait d’une volonté politique (conforme à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme) pour que tous les enfants scolarisés parlent espéranto à 11ans, tout en ayant renforcé leur maîtrise de leur langue maternelle, sans avoir perdu le temps nécessaire à l’éveil, à l’histoire, à l’instruction civique et morale. En outre, ils seraient si bien préparés à la linguistique qu’ils obtiendraient de bien meilleurs résultats dans l’étude des autres langues au cours de leurs études secondaires, et qu’en particulier, ils seraient plus faforisés qu’aujourd’hui pour l’étude de l’anglais, provisoirement indispensable pour se classer dans la hiérarchie.
            L’espéranto est le meilleur auxiliaire du véritable multilinguisme et il autorise à penser qu’un jour, tous les humains disposeront d’un moyen fiable de se comprendre, en particulier avec leur médecin.



          • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 10:19

            &"Et donc, au final le francais n’a pas été plus pris que l’esperanto, cette ^rtie de commntaire n’apporte rien "

            Parce que vous ne voulez pas comprendre ce que je dit. Et au final, le français a probablement été plus pris que l’esperanto. Plus important, l’anglais a été largement pris, contrairement à l’esperanto. &

            argument montrant que le francais a été plus pris ? reference svp

            &"Et donc cel peut être qu’in heme ca n’enleve rien au porbleme que les les medecins vont se posser à ce congrès et à sa tentaive de résolution "

            Je n’ai RIEN compris. Vous pouvez la refaire en français, s’il vous plait ? &

            en resumer du fait des nombreux liens que j’ai donné, le problème de la communication entre medecin ou medecin-patient existe bel et bien et donc il a le droit aussi d’être annaliser dans colloque mêm s’il ne prend pas tout le colloque


            &"la medecine est un tout petit élément"

            Peut être, mais même dans ce cas, 87 personnes c’est ridiculement peu. Bref, affirmer que les choses avancent, c’est de la conneries. &

            et alors chacun son rythme et ses priorités, il n’est pas necessaire d’être des milliers pour un seul sujet, un petit commité peut suffire dans certains cas pour bien etudier le cas en question, en cancero on fait par petit groupe de specialistes puis l’info se diffuse à la masse restante

            &"Don ton comentaire bof, que de l’hypotetique en général par d’appuis dur de faits vérifiables et d’experts dans le genre "

            Amusant dans la mesure où je m’appuie sur les informations de Riton. Les infos de Masson seraient donc invérifiables et l’homme un non expert ? Tsss Tsss
            &

            tentaive de changement de position, le riton s’appuis sur les experts justement son argumentation est basée sur leur analyse, la tienne non, aucune reference qui s’y oppose, seulement ton piont de vue


          • pokannicknow pokannicknow 23 juillet 2008 10:32

            Ce qui m’étonne toujours, c’est l’aplomb de certains.

            Comment pouvez-vous justifier que l’espéranto soit "le meilleur auxiliaire du véritable multilinguisme" ? Un auxilliaire, oui, le meilleur, ça reste à démontrer. Pour cela, il faut des expériences avec espéranto, sans espéranto, avec d’autres alternatives, à grande échelle, sur des échantillons représentatifs de la population à travers le monde et en évitant le volontariat pour supprimer le biais lié à la motivation (un enfant qui veut apprendre en classe l’espéranto est différent d’un enfant qui le subit dans un cursus obligatoire).

            Alors seulement, à partir des observation et suivant une méthodologie d’analyse transparente et publique vous pourrez affirmer si oui ou non l’espéranto est
            "le meilleur auxiliaire du véritable multilinguisme".

            Ces expériences n’ayant jamais eu lieu à ma connaissance, affirmer que
            l’espéranto est "le meilleur auxiliaire du véritable multilinguisme", c’est de la propagande.


          • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 11:08

            mon cher poka ces experience ont eut lieu, et montre de facon indubitable avec une grande diversité d’échantillon d’eleves et de profs et avec une telle difference d etmeps d’aprentissage si significatif que mêm la motivation n’y joue plus grand role. remarque aucune experience contraire n’a prouvé que l’esperanto était aussi difficille que les langues nationales. Y crois que l’on l’on s’appuie sur rien le poka ?


          • Wlad Wlad 23 juillet 2008 11:24

            @L’illettré : des preuves ? Un lien, une référence, un griffonnage sur une nappe ?


          • pokannicknow pokannicknow 23 juillet 2008 11:49

            Y crois que l’on l’on s’appuie sur rien le poka ?

            Comme dit Wlad
            "Des faits, Watson, des faits  !" Pas des grandes déclarations des "personnes compétentes", pas des expériences de 1920, mais des constations objectives, statistiquement représentatives, relativement récentes, issues d’une méthodologie connue et explicitée.

            Justifier correctement ce que vous écrivez, vous gagnerez en crédibilité.


          • Wlad Wlad 23 juillet 2008 11:55

            @E-tulo : Oui, un lien qui renvoie vers un 404, ça va bien avec ton raisonnement.


          • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 11:55

            mais cher poka les declarations des personnes competentes sont issues de leur argumentation et de leur analyse, moi de mon coté je demande vos specialistes montrant le contraire, des argument ?aucun de votre part.

            Du fait de la regle de l’aglutination maximale et des regles asn exceptions, l’esperanto est la langue facile car toute langue nationalle même presque reguliere possede un certains nombre de contrainte et d’exception, c’est comme ca


          • Wlad Wlad 23 juillet 2008 11:59

            Blague à part, ton lien est assez bof.

            Presque aucune étude ne précise ses conditions de réalisation (ne serait-ce que le volontariat, qui n’est jamais abordé). D’autre part, quand on voit que certaines études affichent :

            "Objectifs :

            • Démontrer que, dans des conditions normales d’enseignement, l’espéranto est plus facile à apprendre que les autres langues."
            On est en droit de s’interroger sur l’impartialité de la méthode.

          • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 12:01

            bon le lien veut pas aller marcher donc aller sur wiki et chercher propedeutique de l’esperanto


          • pokannicknow pokannicknow 23 juillet 2008 12:05

            mais cher poka les declarations des personnes competentes sont issues de leur argumentation et de leur analyse

            Tant que ces analyses et argumentations ne sont pas founies ou même disponibles, ces déclarations ne valent rien. Je ne demande pas un rapport de 400 pages, mais un petit résumé de quelques lignes de l’argumentation (observation, méthodologie, résultats, conclusion) de ces  "personnes compétentes" serait un très bon début.

            moi de mon coté je demande vos specialistes montrant le contraire, des argument ?aucun de votre part.

            Rebelote, je ne cherche pas à démontrer le contraire, je m’emploie à ce que vous justifiez vos écrits, ce qui est très différent.


          • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 12:08

            des études l’on montrés aucune n’a montrer le contraire j’attend les contre argumentations, sinon pour la methode tu rois franchement que je peut l’avoir, par contre je me base sur l’afirmation de lingusite d’autre parts, t’a quelqu’un en temps que lingusite qui dit le contraire ?


          • Hermes esperantulo 23 juillet 2008 12:33

            le livre de Piron par exemple, ou kersaudy dans langue sans frontiere l’expliquent avec un certains nombre de détails , en reusmer langue à regles sans expection application de l’assimilation generalisatrice par l’agglutination et l’avantage de peu de temps verbaux, après à toi de checher un peu l’analyse, c’est pas sur avox que je vais pouvoir expliquer


          • Wlad Wlad 24 juillet 2008 10:45

            Encore une fois, on notera que là où je réfléchis, là où je mets en doute la pertinence d’une méthode qu’on ne nous fournit pas, là où je reste dubitatif face aux résultats d’une étude qui se donne comme objectif de "démontrer que l’espéranto est la meilleure des langues" (quelle impartialité...), L’Illettré se contente de regarder ce que disent ses maîtres (Piron, "divers linguistes renommés" dont il ne nous fournit jamais le nom, etc.) et de le prendre pour parole d’évangile.

            Pour les espéranteux, une réflexion personnelle a moins de valeur que l’assertion de quelqu’un de connu. Bravo.


          • Hermes esperantulo 24 juillet 2008 12:26

            Il ne sert à rien de repondre à un individu malpoli comme wlad qui traite ses adversaires de con alors qu’il a tord


          • Rudy 23 juillet 2008 00:53

            Bien sûr qu’on peut lire tout l’article sans pour autant réagir !
            Mais bon, si c’est juste pour dire juste que l’on a trouvé l’article intéressant, c’est un peu court.
            Néanmoins, je le dis : j’ai trouvé cet article intéressant.
            Amicalement
            Rudy2


            • Henri Masson 23 juillet 2008 06:22

              Mieux vaut pas de commentaire du tout que des commentaires non constructifs et imbéciles dont Zalka est le spécialiste.

              À "moinsser".


              • Zalka Zalka 23 juillet 2008 09:52

                Cela complète à merveille vos articles, Riton. Vous utilisez souvent le terme "sans frontières" dans le titre de vos articles, mais vous ne parlez que d’esperanto.

                J’ai fait plusieurs remarques loin d’être impertinentes. Du genre, en quoi est ce significatif qu’un médecin de 90 ans réunissent moins d’une centaine de personnes ? Ou encore quel est le rapport entre la médecine et la réunion de 2000 personnes pour l’esperanto ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès