Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Mexique : la vague rose ne déferlera pas !

Mexique : la vague rose ne déferlera pas !

Après deux jours de comptage, on connaît enfin le nouveau président du Mexique. Le conservateur Felipe Calderon a été choisi par les Mexicains pour diriger le pays pendant les six prochaines années.

La voie du libéralisme s’impose face à la vague rose qui déferlait jusque-là en Amérique latine. Pourtant le choix est loin d’être clair, car le représentant de la gauche, Lopez Obrador, suit de très près le candidat conservateur.

Obrador voulait mener une politique en faveur des pauvres, dans un pays où la moitié de la population vit avec moins de cinq dollars par jour. Ce rêve s’est arrêté, ou en tout cas il mis en pause, car la politique à venir sera plus en faveur des entreprises et des investissements étrangers qu’en faveur des pauvres.

Mais la vraie victoire de ce jour fut celle de la démocratie, car les Mexicains se sont déplacés en masse, certains traversant la frontière pour aller voter. Le mouvement fut tellement grand que certains bureaux de vote ont manqué de bulletins.

Felipe Calderon ne prendra ses fonctions que le 1er décembre pour un mandat de six ans non renouvelable. Son principal défi devrait être la lutte contre la pauvreté, qui touche la moitié des 103 millions de Mexicains, mais aussi la lutte contre l’insécurité.

Il succède à Vicente Fox qui avait porté de nombreux espoirs de réformes, le résultat est mitigé car le pays est encore plus divisé. Les résultats économiques sont relativement bons, comme dans presque tous les pays d’Amérique latine, la croissance est de retour et l’inflation se porte bien. Cependant les statistiques économiques ne peuvent s’arrêter à la simple croissance. Le cas du Mexique est un exemple en la matière : l’intégration économique avec la première puissance économique mondiale a dopé les chiffres des exportations et de la croissance, cependant la situation du Mexicain moyen n’a guère changé.

On est confronté toujours au problème de la concentration de la richesse, et le fossé entre les riches et les pauvres se creuse.

Bref, le nouveau président a du pain sur la planche, notamment tous les échecs de Vicente Fox : “Je n’ai pas réussi à faire approuver la réforme fiscale, ni celle de l’énergie, ni celle des retraites. Ce sera au prochain gouvernement d’y parvenir, car ces réformes sont très importantes. Tout comme il devra accélérer les créations d’emplois et les efforts en matière de santé et d’éducation.”


Moyenne des avis sur cet article :  3.51/5   (94 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • (---.---.58.127) 4 juillet 2006 10:26

    Mettez des machines à voter dans les centres de vôtes, des puces rfid et des programmes transparents ! et truquez les résultats en faisant apparaître un petit écart favaorable aux candidats et supporters de l’OMC et des multinationnales.


    • JACK (---.---.43.182) 4 juillet 2006 10:48

      Cet article est d’une dangereuse approximation. Le résultat de la présidentielle mexicaine n’est pas encore définitif et les voix vont être recomptées.

      Cf l’Express mardi 4 juillet 2006, mis à jour à 08:05 : « Les autorités électorales devraient confirmer ce résultat après un recomptage des voix dans le courant de la semaine. »


      • fredericKH (---.---.102.41) 4 juillet 2006 14:10

        @ JACK (IP:xxx.x12.43.182) le 4 juillet 2006 à 10H48,

        Merci d’avoir signalé ce fait, Jack ! il le fallait.

        Bien que les pressions soient énormes vu les enjeux internes et externes limitrophes de ce pays où la pauvrété est devenue une honte, esperant que le resultat puisse être sain et sans magouilles du lobbing.

        Bien à toi.


      • Adolphos (---.---.59.170) 4 juillet 2006 11:36

        De toute façon, droite ou gauche, ce n’est pas cela qui va changer grand chose au Mexique.


        • GlamSlam (---.---.129.105) 4 juillet 2006 11:52

          « Mettez des machines à voter dans les centres de vôtes, des puces rfid et des programmes transparents ! et truquez les résultats en faisant apparaître un petit écart favaorable aux candidats et supporters de l’OMC et des multinationnales. »
          - > On nous joue encore la théorie du complot libéral...Ridicule, même au Mexique les résultats ne sont pas contestés ! Peut-être que la démocratie est mieux respectée à Cuba ou en Corée du Nord, oui là je caricature mais je me met juste au même niveau...

          PS : les derniers comptages indiquent une avance de 410 000 voix pour le candidat conservateur alors que 97% des urnes ont été dépouillées. Les élections se sont déroulées d’une façon exemplaires, on est plus au Mexique des années 70 !


          • GlamSlam (---.---.129.105) 4 juillet 2006 12:01

            « De toute façon, droite ou gauche, ce n’est pas cela qui va changer grand chose au Mexique. » > Un spécialiste du Mexique ? Ou quelqun qui retranscrit ses a priori sur la droite et la gauche française à un pays étranger. Et le Mexique n’est pas embourbé dans des difficultés insurmontables, il connait actuellement une croissance remarquable qui si elle ne profite pour le moment qu’a une partie de la population, profitera a de plus en plus de monde en se maintenant. Cette période de transition on l’a tous connu, en Europe de l’Ouest pendant la révolution industrielle, les « dragons » asiatiques dans les années 70/80...


          • jean (---.---.30.14) 4 juillet 2006 17:56

            stan reve pas tu a vu t’est amis americain il vont te mettre dehors bientot tu rapporte plus rien vu les dettes des americains ouvre ton portefeuille quelle joie


          • jean (---.---.30.14) 4 juillet 2006 17:57

            erreur c’est glam glam


          • under (---.---.10.98) 6 juillet 2006 11:44

            « On nous joue encore la théorie du complot libéral...Ridicule, même au Mexique les résultats ne sont pas contestés ! Peut-être que la démocratie est mieux respectée à Cuba ou en Corée du Nord, oui là je caricature mais je me met juste au même niveau »

            la démocratie mieux respéctée vous parlez demande aux gens massacrés au femme violées au gosses tués a attenco et dans l’état de oaxaca durant le mois de mai et juin

            des massacres qui n’ont meme pas été couverts par les médias français une honte

            voir attenco

            bilan

            plus de 47 morts, plus d’une cinquantaine de viols commis par la police anti émeutes, la police de l’état de Mexico, plus d’une centaines de « disparus » deux cent arrestations le tout avec la totale désinformation des médias mexicains qui valent bien dans le style les télévisions françaises,

            violences et répressions policières qui se sont reproduites peu aprés dans l’état de Oxaca encore plus violemment il y a une semaine ou deux.

            voir

            Mexique Oaxaca répression sanglante 6 morts

            Le 3 et 4 Mai une repression sanglante s’abatait sur Atenco dans l’Etat de Mexico.

            http://toulouse.indymedia.org/article.php3?id_article=5460

            Hier le 14 juin la police est intervenue dans la ville de Oaxaca, où depuis 23 jours les instituteurs et institutrices étaient en grève, pour réclamer de meilleures conditions de travail et protester contre l’autoritarisme du gouvernement de Oaxaca.

            A 12h00, heure local le 14 juin 2006, les instituteurs et les médecins de la croix rouge rapportent :

            6 adultes morts (dont 1 institutrice qui a fait une fausse couche à cause des coups portés par la police).

            et 3 enfants morts.

            Plus de 100 détenus et disparus. Des blessés Graves

            Video de l’intervention

            http://chiapas.indymedia.org/local/webcast/uploads/internetteachers.mp4

            Information en espagnol :

            http://mexico.indymedia.org

            Des éléments de la police fédérales préventives (1000) serait arrivé sur Oaxaca, pour une possible intervention demain (le 15/06).

            Et regardez le film en espagnol sur la répression a attenco faites par la police de vicente fox

            téléchargeable sur

            http://chiapas.indymedia.org/display.php3?article_id=122886&keyword=&phrase=

            Ces informations sont encore provisoires, le nombre de victimes pourrait s’alourdir dans les prochaines heures.


          • Adolphos (---.---.59.170) 9 juillet 2006 02:01

            « Et le Mexique n’est pas embourbé dans des difficultés insurmontables, il connait actuellement une croissance remarquable »

            Oui, niveau de vie doublé depuis 10 ans, grâce aux USA. Donc tout ce discours à la con sur les multinationnales et les inégalité, c’est du pipo.


          • José W (---.---.25.142) 4 juillet 2006 12:12

            Il sera intéressant de voir les (nouveaux ?) rapports que devrait établir le mexique avec les Etats-Unis qui viennent de déployer la Garde Nationale à la frontière mexicaine...

            Pour le reste, nous verrons aussi si le Mexique est plus chanceux que nous et dispose d’une vraie différence droite-gauche, et non pas une mascarade politicienne.

            Vu le discours sur les réformes identique à celui que l’on connait par ici, je crains (un peu) le pire pour le Mexique...


            • Abel (---.---.160.91) 4 juillet 2006 14:50

              Pour quelqu’un, comme moi, qui a vécu + de 4 ans à Mexico, c’est un sentiment de honte qui m’envahit lorsque je lis que les résultats économiques sont bons au Mexique et que la démocratie a quelque chose à gagner avec une (éventuelle) victoire du PAN. Les résultats ne seront connus qu’après le recomptage de mercredi (5 juillet). Pour des sondages, voir le site du journal La Jornada : http://www.jornada.unam.mx/2006/07/04/index.php


              • MiKE (---.---.216.86) 4 juillet 2006 15:51

                Entièrement d’accord avec JACK & ABEL : l’IFE annoncera les résultats officiels mercredi en fin d’apres-midi. Cet article se base sur ce qu’on appelle ici les « pré » : sondage rapide à la sortie des urnes ! On a vu, en France, ce que celà donnait après les derniéres présidentielles : Jospin second smiley

                Tout n’est pas « mort » pour AMLO qui compte bien se battre et il aurait raison car suite aux éléctions de 88, la gauche semble avoir comprit la leçon.


                • Valentin (---.---.77.160) 4 juillet 2006 17:37

                  Euh... Un petit détail, mais important quand même : à l’heure d’aujourd’hui, Calderón n’a toujours pas été élu président, même si le scrutin lui accorde un léger avantage. L’Institut fédéral électoral mexicain ne l’a pas déclaré vainqueur, et Lopez Obrador a fait savoir qu’il était prêt à démarrer une procédure judiciaire. Donc : ne nous emballons pas !


                  • augusto prieto (---.---.38.212) 4 juillet 2006 19:43

                    MAIS SI, LA VAGUE ROSE ELLE, A DEJA DEFERLE AU MEXIQUE

                    MAIS,IL N YA ENCORE RIEN DE DECIDE ENCORE. ET JE VOUS PREVIENS, CEST TRES DELICAT ET SUSPECT MEME, D’AVALER LA VOLONTE DE MANIPULATION DE CALDERON DES MILEUX NATIONAUX ET INTERNATIONAUX DENONCE DEJA PAR LA GAUCHE.

                    L’AUTHORITE ELECTORALE, SUSPECTE DE SUMMISSION ENVERS LE POUVOIR, A ETE TRES PRESSIONNE A FAIRE DES DECLARATIONS EQUIVOQUES MAIS ELLE A RESISTE JUSQUA MAINTENANT.

                    MEME SUR L-ETAT DES RESULTATS PROVISOIRES ELLE N’A RIEN DIT SINON QUE L’ELECTION EST TOO CLOSE TO CALL ET MEME QUE CES RESULTATS NE SONT PAS JURIDIQUEMENT VALABLES ET QUE ILS POURRAIENT CHANGUER.

                    LA GAUCHE A DENONCE LA MANIPULATION DANS LA PRESENTATION DE CES RESULTATS AVEC DES ARGUMENTS DE POIDS ILS SE SONT EXTRAVIES 3 MILLIONS DES VOTES ! LES PREUVES DES INCONSISTANCES FAITES PAR LES ELECTEURS SE COMPTENT DEJA PAR CENTAINES ET BEAUCOUP SONT DISPONIBLES SUR INTERNET.

                    CELA N’EST PAS VRAIEMENT UNE SURPRISE POUR PERSONNE, AVEC UN RESULTAT APPAREMENT SI SERRE, ON SAVAIT QU’IL FAUDRAIT COMPTER LES VOTES DISTRICT PAR DISTRIC, BUREAU PAR BUREAU ET MEME VOTE PAR VOTE.

                    CELA COMENCERA DANS LES 300 DISTRICTS, A PARTIR DU MERCREDI ET CELA DURERA PREVISIBLEMENTE AU MOINS JUSQU’AU VENDREDI 7 JUILLET ET MEME PLUS S-IL EST NECESAIRE.

                    ET PUIS DANS TOUS LES CAS, CONTESTATION OU PAS, LA ELECTION DOIT ETRE CALIFIE PAR LE TRIBUNAL ELECTORAL QUI EST LE SEUL A DONNER LE CERTIFICAT DU TRIOMPHE.

                    IL A UNE DATE LIMITE POUR CELA, LE 6 AOUT 2006.

                    ENTRE TEMPS CALDERON ESSAYE DE SE FAIRE ELIRE SUR LE BUREAU A LA BUSH MAIS IL NE REUSSIRA PAS, AMLO NO ES KERRY NI LE PEUPLE MEXICAIN EST LE PEUPLE AMERICAIN.

                    LE PEUPLE MEXICAIN A DONNE UN EXEMPLE DEMOCRATIQUE PAR LEUR PARTICIPATION,LEUR DETERMINATION ET LEUR CALME.

                    IL VA DONNER AUSSI UN EXEMPLE DEMOCRATIQUE AU MONDE DU DEFENSE DE LA VOLONTE POPULAIRE.

                    LA GAUCHE RESPECTERA LES GAGNANTS MEME SI C’EST PAR UNE SEULE VOIX MAIS DEMANDERA A ETRE SUR QUE TOUTES LES VOIX COMPTENT.

                    LE MEXIQUE EST UN VOLCAN CALME, LES RESULTATS, MEME CEUX ELABORES COME PROVISOIRES, MONTRENT DEJA UNE AVANCEE SANS PRECEDENTS DE LA GAUCHE, ET UNE CHUTE AUSSI SANS PRECEDENTS DU VOTE CORPORATIF, DU VOTE MANIPULE, ACHETE, ET DU COUP DU VIEUX PRI QUIE N’ARRIVE QUE EN TROISIEME POSITION AUX ALENTOURS DU 20%.


                    • fredericKH (---.---.102.41) 5 juillet 2006 07:25

                      @ augusto prieto (IP:xxx.x8.38.212) le 4 juillet 2006 à 19H43,

                      J’esperai un changement pour le Mexique et je trouve que les médias en ralayé trop vite la victoire de la droite bien que le comptage n’est pas totalement fini et que l’on constate un manque de 3 millions de votes évaporés !

                      Mais pourquoi la Maison Blanche s’est pressée de féliciter l’Elu ?

                      Wait and see

                      Cordialement


                      • Sam (---.---.139.7) 5 juillet 2006 10:42

                        Encore une réussitte de l’OSI, ou bourrage des urnes... ?

                        Certainement les deux...

                        En tous cas ça s’est joué à un cheveux, alors que la chienlit libérale se rassoit et bouffe son Danette.


                        • MiKE (---.---.216.86) 5 juillet 2006 14:38

                          En plus des 3 millions de vote « perdus » , de plus en plus d’irrégularités sont notées ( alors que les observateurs européens n’avaient rien vus ) comme à Tijuana où l’on a dénombré dans une casilla especiale : 760 votes... pour 750 bulletins !! On se croirait revenu en 88 mais cette fois, la gauche va se battre !


                          • (---.---.177.244) 8 juillet 2006 09:54

                            Chouette, on est à deux doigts de la guerre civile. Les marxistes pourront compter sur l’appui des islamistes. Ça va chier. Les Mexicains, on les a vus à l’oeuvre au temps de Zapata et de Villa, en atrocités, ce sont des tout bons. Si tout va bien, il n’y aura pas de creux entre la fin de la Coupe du Monde et le début des massacres...


                            • Bob Marone (---.---.23.65) 8 juillet 2006 11:17

                              Pauvre tache haineuse


                            • (---.---.177.244) 8 juillet 2006 16:48

                              T’as quoi, toi, gros malin, pour meubler l’actu, à partir de mardi matin, si la France gagne, et de lundi midi, si elle perd ?


                            • James (---.---.6.5) 8 juillet 2006 11:41

                              J’adore ce pays le mexique. J’ai de nombreux amis la bas et quand j’ai vu ce pays une impression m’est venu. Le Mexique est les Etats Unis en ratés. Ce n’a rien de péjoratif mais juste que par exemple un supermaché contient des tas de produits aux « formes » américaine (jus de fruit de 3 litres en bidon, et une foule d’autres choses). Donc de droite ou de gauche le mexique est hyper influencé (ecrasé) par les USA au point de vue economique comme politique. Il est impossible de voir un Evo Moralés au Mexique. Les relations américaines en serait encore plus amoidrit.


                              • MiKE (---.---.216.86) 9 juillet 2006 08:29

                                Avec le soutien de la rue ( plus de 100 000 personnes réunis sur le zocalo de mexico.. je rapelle que le plus grand meeting de calderon était composé de pas plus de 30 000 fans ) et eventuellement des européens qui commencent à retourner leur vestes ( les observateurs de l’Union n’avaient rien noté de suspect dimanche dernier.. et hier : les mêmes appellaient au dépouillement de tous les bulletins ! ), on verra peut-être un changement s’opérer prochainement.

                                Dans tous les cas, on a pu voir avec la victoire du PRD au DF que la campagne de diffamation du PAN était bel et bien bourrée de mensonges éhontés : ils prétendaient que la ville de Mexico était la plus dangereuse du monde, que les chilangos (habitants du DF) étaient tristes, avaient peur, etc.. De deux choses l’une : soit ils sont tous profondément masochistes, soit calderon ne savait et ne sait toujours pas de quoi il parle ! [un conseil donc : « Cállate chachalaca » smiley]


                                • (---.---.115.93) 9 juillet 2006 15:49

                                  « Avec le soutien de la rue ( plus de 100 000 personnes réunis sur le zocalo de mexico.. je rapelle que le plus grand meeting de calderon était composé de pas plus de 30 000 fans ) »

                                  La droite n’a pas vocation à descendre dans la rue. La gauche, elle rameute tous les paumés, les envieux, les feignants, les clodos, les alcooliques, les drogués, les putes, en gros, les bas-fonds, et ça fait vite du monde. Mais quel monde !!!


                                  • Zamenhof (---.---.40.152) 15 juillet 2006 14:40

                                    Le racisme social n’a pas changé depuis 1789 !!


                                  • MiKE (---.---.203.92) 2 août 2006 19:29

                                    Faut vraiment être français pour croire que plus de 50% du Mexique est composé de « paumés, envieux, feignants, clodos.. ». Les seuls que je vois ici à qui on pourrait attribuer ces jolis sobriquets, ce sont les touristes !

                                    La majeure partie de la population travaille dur et c’est en faisant croire qu’ils allaient perdre le résultat de leurs efforts avec des spots mensongers que le PAN a acquis les votes d’une grande partie de la classe moyenne.


                                    • Oaxaca en lutte (---.---.10.98) 20 décembre 2006 03:51

                                      contre le silence des pantoufles francais sur Oaxaca réagissons

                                      Oui le silence les pantoufles francais est complice du meurtre du peuple de Oaxaca

                                      Au Mexique on assassine un peuple , on massacre les habitants d’une ville au nom du libéralisme, du fric , et de l’industrie touristique écrasant sans vergogne les peuples locaux . Et la France soit disant pays des « lumiéres » et des « droits de l’homme » SE TAIT ET FERME LES YEUX.

                                      Depuis le massacre de Atenco en mai juin dernier , depuis le le début du mouvement et de la lutte du peuple de Oaxaca une chape de plomb et de censure médiatique s’est abattue sur le Mexique , pas un mot ou presque sur ce qui se passe de dramatique dans la ville de Oaxaca ,des faits que nous connaissons tous , une police fédérale préventive l’équivalent de nos gardes mobiles, ou de nos crs ( en encore pire) qui pille, matraque sans distinction tue , viole et harcèle sexuellement les femmes, torture hommes femmes et enfants , des tueurs paramilitaires a la solde d’un gouverneur Ulises Ruiz Ortiz et de son parti ultra corrompu le Pri qui assassinent impunément dans les rues de Oaxaca , qui enlèvent et font disparaître les gens de la ville , un Ulises Ruiz Ortiz disposant d’une radio « libre » financée par son parti le Pri digne de celle des 1000 collines qui exista au Rwanda qui appelle quotidienement a la haine, a tuer et a « brûler a l’acide » les membres de l’assemblée populaire de Oaxaca, c’est bien a un triste remake de ce qui se passait dans les années 1970 sous Pinochet au chili ou sous Videla en argentine . Que nous assistons hélas en toute passivité.

                                      Comme les médias français ressemblent étrangement et tristement a leurs confrères corrompus mexicains, a se demander si les « journalistes » français croient encore au mots déontologie et liberté d’informer .

                                      Petit florilège qui en dis long sur la déliquescence complice de la presse française, il est vrai qu’elle appartient en partie ou presque au marchands de canons qui fournissent de quoi réprimer à démocrature et pseudo « démocratie » mexicaine des Vicente Fox Calderon et Uro

                                      Sur l’un des rares articles de « libération » consacré à Oaxaca, un journaliste de ce « journal n’hésitez pas à dire texto » les grévistes de Oaxaca tirent une balle dans le pied à la population de la ville car la saison touristique commence bientôt " sic

                                      L’ignoble « journaliste » et chien de garde atlantiste néo conservateur made in france Alexandre Adler sur une de ses chroniques matinale de « France culture » vilipende et crache sa haine sur la lutte de Oaxaca en déclarant « le mouvement de Oaxaca est un mouvement romantique post guévariste sans avenir, il est temps que le peuple mexicain comprenne que le seul modèle valable pour le Mexique, c’est le modèle démocratique du voisin américain du nord, et celui de l’économie de marché » quand les cons osent ils osent tout.

                                      Dans un numéro du nouvel observateur du début novembre on ne consacrera qu’un petit article a la rubrique « monde » expliquant très brièvement la lutte des profs de Oaxaca , mais en occultant complètement le massacre de Atenco, et la terrible répression qui s’abat sur Oaxaca depuis 5 mois

                                      Pour l’assassinat de Brad will de indymedia nyc peu de journaux radios et autres médias français en parlerons certains de ces médias iront même jusqu’à comble de l’indécence et de la honte, critiquer sa fonction de journaliste indépendant, allant jusqu’à le traiter sic - de journaliste « amateur » ayant risqué sa vie pour rien ...

                                      Pour le reste on connaît la suite pas une seule chronique, reportage non plus sur le Mexique depuis l’entrée de la Pfp a Oaxaca , les rares « reportages » consacrés a ce qui s’y passe reprendront les thèses du gouvernement mexicain en déclamant « le calme est revenu a Oaxaca » . Et ensuite , et bien ensuite le Mexique réaparaitra « mystérieusement » et comme par « enchantement » sur les écrans et ondes francais-es lors de la passation de pouvoir de l’ex président Vicente Fox au nouveau boucher mexicain Calderon , nos très minables médias parlerons une dizaine de seconde de la soit disant « empoignade » des députés de la « gauche » mexicaine du Prd contre ceux du Pan et pour le reste on aura droit aux « images » de la chaîne mexicaine officielle c’est-à-dire pas grand-chose, a part des défiles militaires encadrant un Caldéron enmedaillé jusqu’au coup, véritable caricature de dictateur sud américain , et imbu de son arrogance et de la haine qu’il a contre le Mexique populaire.

                                      On vient d’évoquer la le silence des Pantoufles des médias français qui nous attriste mais qui aussi hélas ne nous étonne guère, mais nous ne nous arrêterons pas la dans ce triste constat.

                                      Comment le syndrome honteux du silence des pantoufles au sujet de Oaxaca atteint la classe politique française DANS SON ENSEMBLE

                                      de tout les syndicats français dans leur GRANDE MAJORITE nous n’avons jamais entendu un seul mot de Solidarité pour la lutte de Oaxaca ( a part peut être un très vague communiqué très évasif de Achieri de la Fsu quand il a du s’apercevoir que la lutte de Oaxaca était partie des profs de la ville ) mis a par ce très évasif communiqué. Pas un seul « syndicat » d’enseignants français ne s’est déclaré solidaire de la luttes des profs de Oaxaca a ce jour

                                      Pas une des quatre ou cinq grandes centrales « syndicales » dites « répresentatives » n’à fait le moindre communiqué ou conférence de presse en solidrité avec Oaxaca ce silence en dis aussi très long sur la médiocrité « réformiste » qui les ronge mais la encore ce n’est pas nouveau

                                      Silence total également de la « gauche » ps , pc , verts trop occupés a leur cuisine électorale de 2007 pour s’occuper de ce qui se passe au Mexique mais cela ne nous étonne qu’a peine venant de leur part , comment une Ségolène Royal ,une Marie George Buffet ou une Dominique Voynet pourraient s’intéresser a la lutte des pauvres du Mexique , alors que depuis des années elles cautionnent de par leur politiques et celles de leur « élus » et « élus » leur partis politiques ,les pires des politiques sociales d’exclusions des plus pauvres et des plus démunis des français.

                                      Pire encore hormis dans la mouvance libertaire , et certain-es electron-es libres du mouvement social français qui se sont mobilisé-es tout de suite pour Oaxaca , pas un mot et SILENCE COMPET de l’extrême gauche ( de la lcr a lo et de tout leurs clones ) des alter mondialistes de salons façons Attac , ni même de l’alter mondialiste de salon en chef José Bové ( qui il y a quelques années pourtant n’hésitait pas a s’afficher au coté du sous commandant Marcos, c’était il y a longtemps et monsieur Bové semble bien avoir oublié cette époque une bonne fois pour toutes ) Pas un mot nom plus de cette « gauche de la gauche » Non la encore pour ces messieurs dames seule compte leur piteuse « candidature unitaire » la encore en vue de la triste farce électorale de 2007.

                                      Silence complice également des « intellectuels » français ( ou ce qu’il en reste et on sait tous comment et combien ils sont médiocres ) ça il est vrai qu’au pays des « lumiéres » on préfère « pétitionner » et même « manifester » pour un « écrivain philosophe » raciste et imbu de lui-même comme Redeker au nom de la « liberté d’expression » de stigmatiser les autres , plutôt que manifester et défendre un peuple qui dans sa lutte est complètement légitime , elle est loin l’époque ou au 20 éme siècle des Sartre, Deleuze, Foucault, Debord auraient a coup sur pris parti et défendus et fait bouger les choses pour le peuple de Oaxaca.

                                      A tout ces partis de « gauche » a cette « gauche de la gauche » a tout ces « alters mondialistes » de salon , a tout les soit disant « intellectuels » français nous disons

                                      Honte a vous et a vos silences complices, sur les meurtres , les arrestations arbitraires , les matraquages sanglants les disparitions , le viol des femmes utilisé comme arme de répression ,la torture , honte a ce que vous ne dites pas sur qui se passe a Oaxaca - honte a vous qui vous taisez sur toutes ces exactions et ces atteintes aux droits humains - appliqués par la soit disante « démocratie » mexicaine amie de la France et des Chirac - Sarkozy

                                      Oui honte a vous messieurs dames les « bonnes » consciences soit disant de « gauche », par votre silence complice, vos petits calculs et petits égoïsmes électoralistes a court termes. Vous ne faite que cautionner le massacre du peuple de Oaxaca , que vous le vouliez ou non nous somme beaucoup plus que vous ne pensez a vous le dire en face. Et ce ne seront pas vos piteuses gesticulations, quand vous feindrez de vous réveiller enfin a ce sujet , qui nous ferons oublier votre silence sur les terribles événements qui se passent au Mexique.

                                      N’OUBLIEZ PAS UNE CHOSE MESSIEURS DAMES LES « BONNES » AMES ET LES « BONNES » CONSCIENCES FRANCAISES

                                      LE SILENCE DES PANTOUFLES FRANÇAIS SUR CE QUI SE PASSE A OAXACA FAIT AUTANT DE MAL AU PEUPLE DE CETTE VILLE EN LUTTE, QUE LES MATRAQUES DE LA PFP, ET LES TUEURS PARAMILITAIRES DES CALDERON, FECAL, ULISES ORTIZ RUIZ

                                      SOLIDARITE TOTALE AVEC LES PEUPLES EN LUTTES DU MEXIQUE ET DE LA COMMUNE LIBRE DE OAXACA

                                      QUI TOUCHE TUE VIOLE ET TORTURE LA MOINDRE PERSONNE DE OAXACA DU CHIAPAS DU GUERERO ET DU MEXIQUE DANS SON ENSEMBLE NOUS TOUCHE TOUS ET TOUTES

                                      Des méchant-es anarchistes et zapatistes parisien-nes

                                      c’est bien connu en plus d’ouvrir tout le temps nos grandes gueules on mange aussi les enfants des « beaux » quartiers et les gosses de bobos de « gauche » parisiens

                                      manifestons le 22 pour Oaxaca MOBILISONS-NOUS FACE À LA RÉPRESSION DE LA COMMUNE D’OAXACA !

                                      LE VENDREDI 22 DECEMBRE A PARTIR DE 18 H 30 DEPART : PARVIS BEAUBOURG.

                                      Alors qu’au Mexique, la répression s’abattait sur le village de San Salvador Atenco, près de Mexico, en mai 2006 ; dans l’État d’Oaxaca, depuis plusieurs mois, le peuple s’est soulevé contre le despote au pouvoir, Ulises Ruiz. Une Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO) s’est formée suite à la répression d’une longue grève d’enseignants de la région, et rassemble des centaines d’organisations de différents secteurs de la société de cet État.

                                      L’idée que le peuple puisse révoquer à tout instant celui qu’il a élu et qui n’accomplit pas sa tâche pour le bien commun est l’idée centrale de ce mouvement qui rassemble des centaines de milliers de personnes d’origines et d’horizons les plus divers. C’est elle qui anime la résistance. Au-delà des barricades, c’est une autre vision de la politique et des rapports que les gens peuvent avoir entre eux qui se construit...

                                      Alors que l’APPO contrôlait une grande partie de la ville, le 27 octobre, des paramilitaires au service du gouvernement local ont tiré sur des barricades faisant 4 morts. Cela a été le prétexte rêvé du gouvernement fédéral pour envoyer la PFP (police militarisée) à Oaxaca. Elle est entrée dans la ville le 29 et a occupé le zócalo (la place centrale). Depuis la PFP a repris le contrôle de l’université et contrôle désormais toute la ville.

                                      Aujourd’hui, la PFP et l’AFI (le FBI local) sèment la peur dans la ville, entrent illégalement dans les domiciles de personnes soupçonnées d’être des dirigeants ou des sympathisants du mouvement, aidées en cela par des voisins délateurs et soutenues et approuvées par des médias locaux et nationaux. On compte aujourd’hui des centaines de personnes arrêtées, torturées ; des disparus ; des blessés et des morts.

                                      Oaxaca connaît aujourd’hui les heures sombres qu’ont connues en leur temps d’autres pays d’Amérique latine. Il est de notre devoir de nous mobiliser et de faire pression sur le gouvernement mexicain, ainsi que d’exprimer notre solidarité envers la lutte des peuples d’Oaxaca. C’est pourquoi, en réponse à l’appel à la mobilisation nationale et internationale lancé par l’EZLN pour le 22 décembre, nous appelons à manifester :

                                      Tous à Beaubourg le vendredi 22 décembre à 18 h 30 !

                                      Dehors Ulises ! Dehors la PFP ! Libération de touTEs les prisonnierEs ! Réapparition en vie de touTEs les disparuEs !

                                      Nous appelons tous les collectifs, toutes les organisations solidaires à signer cet appel et à être présente ce vendredi

                                      oaxacalibre@no-log.org

                                      . Il est important que toutes et tous soyons mobiliséEs.

                                      Premiers signataires : Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte, France Amérique Latine (FAL), Tamazgha, Fédération Anarchiste, Alternative Libertaire


                                      • Oaxaca en lutte (---.---.10.98) 20 décembre 2006 03:59

                                        chronologie de la commune libre de Oaxaca

                                        Conplétementy OCCULTEE ET CENSUREE PAR L’OLIGARCHIE MEDIATIQUE INTERNATIONALE AMERICAINE EUROPEENE ET FRANCAISE

                                        OUI LES « JOURNALISTES » DE MARCHE LES « INTELLECTUELS » FRANCAIS LA GAUCHE FRANCAISE SONT COMPLICE DE PAR LEUR SILENCE DES MEURTRES , DES VIOLS, DES TORTURES, DES DISPARITIONS QUI PERDURENT AU MEXIQUE DEPUIS ATTENCO JUSQU’A OACACA

                                        Chronologie de la Commune de Oaxaca

                                        22 mai : 70000 instituteurs de Oaxaca se mettent en grève pour une revalorisation de leur salaire. 20 000 grévistes occupent le centre-ville.

                                        2, 7 juin : des « mégamarches » rassemblent jusqu’à 800 000 manifestants.

                                        14 juin : 2000 policiers attaquent à l’aube le campement. Trois heures plus tard, les instits, soutenus par la population, se réinstallent au centre-ville.

                                        17 juin : 365 organisations civiles se joignent au mouvement des professeurs. Création de l’Assemblée Populaire du Peuple de Oaxaca (APPO), qui exige la destitution du gouverneur et intensifie les blocages.

                                        Fin juin : Dans tout l’Etat de Oaxaca, les occupations de mairies se multiplient, les membres de la APPO occupent des édifices publics, dans certaines communes ils expulsent les maires et réquisitionnent les véhicules officiels.

                                        2 juillet : Élections présidentielles. Le PRI est balayé dans les urnes. Le candidat de gauche, qui était favori, dénonce une fraude du PAN et mobilise ses partisans.

                                        17 juillet : la APPO mène des actions symboliques contre des lieux touristiques. Bloquent les accès à certains hôtels et complexes touristiques. Le ministre du tourisme parle de catastrophe « comparable à l’ouragan Wilma. »

                                        27 juillet : L’APPO demande explicitement au Sénat de destituer le gouverneur, qui affirme que « Oaxaca est en paix ».

                                        1er août : Une manif de femmes armées de casseroles occupe la radio-télévision officielle.

                                        3 août : Des hommes masqués tirent à la kalachnikov sur les locaux de la télé occupée.

                                        9 août : 3 membres de la APPO sont assassinés. Arrestation de deux leaders de l’APPO, accusés de rébellion. Trois instits sont enlevés par des inconnus et torturés dans un commissariat.

                                        10 août : Manif réclamant la libération des trois instits. Des paramilitaires ouvrent le feu : un mort. Un site Internet appelle au meurtre des figures de l’APPO.

                                        16 août : Les organisations patronales supplient le président Fox d’intervenir, parlant de « dégâts économiques à effet domino ».

                                        21 août : Des paramilitaires expulsent les occupants de la télé officielle. Dans les heures qui suivent, l’APPO investit douze radios commerciales.

                                        22 août : Un « convoi de la mort » parcourt les rues et tire sur les radios occupées : deux morts. Des dizaines de barricades se dressent pour empêcher les tueurs de circuler.

                                        30 août : Le quotidien La Jornada révèle que 1 200 hommes de main s’entraînent dans deux casernes du centre du pays en vue d’intervenir contre les mouvements d’insurrection civile.

                                        1er septembre : Mégamanif. L’APPO réclame un soutien plus actif des zapatistes. « Les rues puent la sueur d’Indien et le graffiti anarcho-punk », écrit un journaliste.

                                        28 septembre : L’APPO décrète l’alerte maximale face aux attaques armées et actes de violence commis en leur encontre en divers points de la ville.

                                        3 Octobre : pour soi-disant résoudre le conflit, le gouvernement organise une table ronde ; en réalité c’est une farce au peuple de Oaxaca puisque les sujets brulants ne sont pas évoqués, la APPO n’est pas conviée. N’y participent que des personnes proches d’Ulises Ruiz ; le forum ne prend pas en compte les revendications et les ignorent totalement alors que cela fait plus de 4 mois qu’ils sont en grève. Ils décident alors la création d’une table ronde alternative à l’officielle, pour que leurs voix soient entendues, coûte que coûte et malgré l’acharnement du gouvernement à leur encontre.

                                        9 octobre : Après avoir marché plus de 500 km la marche de Oaxaca arrive sur Mexico, les marcheurs se dirigent instantanément devant le Sénat. Des milliers de citadins, d’enseignants et de membres d’organisations sociales envahissent les rues en solidarité avec les gens de Oaxaca. Ce même jour est crée une section de l’APPO à Los Angeles, Californie.

                                        19 octobre : Le Sénat rend son verdict : selon lui la paix règne à Oaxaca donc il n’y a pas lieu de destituer le gouverneur. Des milliers des personnes marchent en Oaxaca pour refuser la décision du sénat qui favorise Ulises Ruiz.

                                        27 octobre : Une vague de répression policière et paramilitaire fait trois morts et 23 blesses. Bradley Roland Will, collaborateur new-yorkais d’Indymedia, est abattu par des coups de feu tirés par priistes. L’APPO annonce l’alerte maximale face à la répression.

                                        28 octobre : Le gouvernement mexicain lance un ultimatum à l’APPO pour enlever les barricades et libérer les voies de communication et installations publiques occupées. L’APPO rejette l’ultimatum. La présidence mexicaine, au nom « de l’état de droit » mobilise plus de 4 000 effectifs de l’armée de terre et de la marine, de la police fédérale, entre autres en différents endroits de l’état de Oaxaca.

                                        29 octobre : Les forces fédérales envahissent la ville de Oaxaca ; la mission consiste à écraser les barricades et capturer les dirigeants du mouvement social. Bon nombre de policiers sont armés ; face à cela, les manifestants restent sur une position pacifique : des vieux, des jeunes, des enfants même crient des slogans contre les forces de l’ordre en répudiant leur présence. Diverses mobilisations de soutien ont lieu simultanément en différentes villes du Mexique et dans plusieurs pays du monde. A la fin de la journée la police fédérale contrôle le centre historique de la ville.

                                        30 octobre : Le gouverneur de l’Etat d’Oaxaca, Ulises Ruiz, fait preuve d’une arrogance sans pareil en affirmant qu’il ne démissionnera pas, et ce malgré les demandes des députés, du Sénat et de son propre parti politique. Des manifestations en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine continuent de demander le retrait de la police fédérale à Oaxaca. L’ONU et différentes ONGs se prononcent contre la violence exercée contre le peuple de Oaxaca et demandent le respect des droits de l’homme.

                                        1 novembre : La caravane de « l’autre campagne » bloque pendant plus de 30 min le pont international Lerdo à la frontière des E.U pour protester contre l’incursion de la PFP dans la ville de Oaxaca et en soutien à l’APPO.

                                        2 novembre : La PFP, en invoquant l’argument de démantèlement des barricades, attaque les installations de la Université de Oaxaca en jetant des grenades et du gaz lacrymogène. Des étudiants, des pères de familles et des habitants du quartier défendent les installations de l’université. Les affrontements durent 7 heures.

                                        5 novembre : sixième « mégamarche » qui exige la sortie de la PFP et la démission d’Ulises Ruiz. L’APPO lance un énième appel au dialogue pour le mardi 7 novembre, Samuel Ruiz, ancien évêque du Chiapas, est invité comme médiateur.

                                        7 novembre : Ni le gouvernement ni les patrons d’Oaxaca n’assisteront à la table de dialogue qu’avait convoqué l’APPO. Pendant ce temps, de nouveaux contingents de policiers continuent d’arriver à Oaxaca pour renforcer les effectifs qui occupent le centre historique de la ville.

                                        10, 11 y 12 novembre : a lieu le Congrès constituant de l’APPO. Environ 250 organisations de l’état de Oaxaca sont présentes. La dynamique se centre autour de trois thèmes principaux : Table 1, analyse du contexte international, national et régional, à l’intérieur duquel se constitue l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca. Table 2, la crise des institutions : pour une réforme intégrale de l’État libre et souverain d’Oaxaca, pour un nouveau gouvernement, une nouvelle constituante et une nouvelle constitution. Table 3, l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca, perspectives, déclaration de principes, statuts et buts, plan d’action à court, moyen et long terme. Le résultat de ce Congrès a été la création d’un corps collectif de 250 représentants des organisations sociales de l’état. Le principe de révocabilité du mandat de ces représentants reste dans l’esprit de l’APPO et les décisions importantes seront toujours prises en assemblée.

                                        13 novembre : des présumés paramilitaires commettent un massacre dans la région forestière de Montes Azules au Chiapas, en tuant neuf femmes et hommes, ainsi que deux enfants, tous indiens.

                                        20 novembre : Lors d’une marche effectuée par l’APPO un affrontement a lieu avec la PFP. Cette dernière attaque le campement de la place de Santo Domingo ; la police se retire, le campement reste sur pied.

                                        25 novembre : L’APPO effectue la septième mega marche pacifique à Oaxaca qui se termine sans trop de complications ; l’objectif est d’encercler la PFP de façon pacifique pour essayer de récupérer le centre ville. La PFP attaque les manifestants avec du gaz lacrymogène et des priistes attaquent également les manifestants ; la bataille se prolonge jusqu’à la nuit. De coups de feux résonnent aux alentours de la faculté de médicine et dans d’autres endroits de la ville. On compte environ 140 blessés, 150 arrestations, plusieurs bâtiments publics, privés, ainsi que voitures sont brûlés. Le campement de la place Santo Domingo est brûlé et sous contrôle de la force publique (PFP).

                                        26 novembre : URO, entouré d’un grand dispositif policier, ose marcher dans le centre ville, il est soutenu par ses partisans du PRI. La LIMEDH rend public un rapport dans lequel elle recense 146 détenus après les affrontements de la veille, des témoignages de torture physique infligées aux détenus comment à circuler : certains hommes ont reçu des chocs électriques.

                                        4 décembre : Flavio Sosa, un des porte-parole de la APPO et trois autres membres de l’organisation sont arrêtés à México et mis en prison alors qu’ils étaient à México précisément pour rencontrer des autorités le lendemain afin de tenter de renouer le dialogue.

                                        10 décembre : L’APPO réalise une 10ième « mega marche » pacifique. Les consignes ont été la destitution d’URO, retrait des forces del’ordre, la libération de prisonniers politiques (260 personnes au total), l’amnistie des membres de l’APPO et la présentation en vie des personnes disparues. La présence de la PFP continue dans le centre de la ville de Oaxaca, ainsi que les arrestation arbitraires. Un groupe de membres du PRD ont participé dans cette marche, ce fait est vu comme un acte d’opportunisme de la part du PRD.

                                        Au jour d’aujourd’hui, la ville est comme dans un état de siège, les membres de la APPO qui ne sont pas en prison sont dans la clandestinité puisqu’il y a des ordres d’appréhension à leur encontre. Et le plus grave peut être 120 disparus.

                                        Source : Mensuel CQFD no. 37 (septembre 2006), mensuel « le jouet enragé » no. 2 (octobre 2006), journal « El universal » (30-octobre-2006), journal « La Jornada »,

                                        centre de medias libres de Mexico « vientos »

                                        http://vientos.info/cml/

                                        Notes

                                        PFP : Police Fédérale Préventive

                                        URO : Ulises Ruiz Ortiz

                                        PRI : Parti Révolutionnaire Institutionnel

                                        PRD : Parti Révolutionnaire Démocratique

                                        LIMEDH : Lige Mexicaine par la Défense des Droits de l’Homme

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès