Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Mexique : victoire fictive du candidat Enrique Peña Nieto aux élections (...)

Mexique : victoire fictive du candidat Enrique Peña Nieto aux élections présidentielles

Manifestation étudiante à Cancun près des locaux de l’Institut Fédéral Electoral, on voit clairement l’armée au second plan menacer un jeune étudiant. Sources : Le quotidien Vanguardia.

Le 27 juin dernier, plusieurs fraudes électorales ont été portées à la connaissance des lecteurs d’Agoravox. Il était déjà évident que le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) avait employé des méthodes plus que douteuses en vue des élections mexicaines.

De nombreuses vidéos circulant sur Internet montrent un phénomène appelé « Sorianagate ». Des mexicains ont fait leurs courses en masse dans les magasins Soriana grâce à des cartes d’achat d’une valeur de 100 à 1500 pesos (6 à 90 euros) données par le PRI en échange de leurs votes. Les vidéos évoquent le mécontentement de nombreux clients qui se sont fait avoir sur la valeur réelle des cartes. Lors d'un reportage de la chaine de télévision Telesur, Isabele Marquez (citoyenne mexicaine) nous explique pourquoi elle a obtenu une carte de la part de Soriana : « On me l’a donné en me disant qu’elle valait 500 pesos et elle ne vaut que 100 pesos, que puis-je acheter avec ça ? Je trouve ca incroyable de n’avoir que ça pour un vote. On m’a dit de voter pour le PRI en échange de cette carte ». Une personne avait en sa procession près d’une vingtaine de cartes avec l’équivalent de 600 euros. (1)

Ces derniers jours, les manifestations les plus marquantes venaient des mouvements étudiants #yosoy132 mais paradoxalement des personnes ayant voté pour le PRI commencent à manifester car ces derniers s’estiment avoir été lésés. Une mexicaine dénonce dans une vidéo postée sur youtube le fait de n’avoir reçu que 100 pesos pour avoir appuyer la candidature du PRI aux élections locales alors qu’on lui avait promis 600 pesos. Selon elle, beaucoup de partisans du PRI sont mécontents et que tout cela n’est pas normal. Alors qu’une femme tend une banderole « qu’ils nous payent », une autre évoque le fait que le PRI ne tient pas ses promesses. Il est important de signaler que tout comme en France, l’achat de vote est illégal au Mexique et est puni par la loi mais que la plupart des mexicains ignorent le fait que tout cela est illégal et au contraire exigent l’argent qu’on leur avait promis. (2)

Le PRI ne s’est pas arrêté à ce simple exercice d’achat de votes mais a aussi réussi par le biais de l’Institut Fédéral Electoral à truquer les résultats de l’élection présidentielle. Les 143 437 casillas (bureaux de vote) du Mexique ont fait parvenir leurs résultats dans la soirée du 1 juillet puis par la suite l’IFE (l’Institut Fédéral Electoral) a procédé au comptage des voix. Les incohérences sont innombrables, à Iztapalapa, dans une des casillas, le PRD obtient 129 votes et sur le site de l’IFE, il n’obtiendrait que 29 votes ; dans une autre casilla de l’Etat de Mexico, le PRI obtiendrait 801 votes alors que le total de votants par casilla est de 750 personnes au maximum ! (3)

Alors que de dans certaines casillas, le total de voix est supérieur au nombre de votants, de nombreux mexicains ont manifesté le jour de l’élection devant le siège de l’IFE car ils n’ont pas pu voter dans leurs casillas. En effet, des citoyens désireux de voter se sont vus refuser ce droit sous prétexte qu’il n’y avait plus de bulletins de votes pour eux. Plusieurs manifestations ont eu lieu devant et dans les bureaux de l’IFE pour dénoncer ces faits. (4)

Il faut savoir que dans certaines municipalités, le PRI a obtenu la quasi totalité des voix. Enrique Peña Nieto a obtenu 526 voix sur 529 votes dans le village de Santiago Tutla, selon le quotidien mexicain La Jornada, la population a accepté de voter pour le candidat du PRI en échange de toilettes publiques… (5)

L’Institut Fédéral Electoral est un organisme chargé d’organiser et de contrôler les élections au Mexique. Lors des précédentes élections très controversées, cet organisme a déclaré vainqueur l’actuel président Felipe Calderón alors que l’Union Européenne par le biais de José Manuel Barroso a déclaré qu’il s’agissait d’une fraude massive et indiscutable. Les vingt-cinq ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont exprimé leur « grave préoccupation ». « Il est important que nous transmettions de la manière la plus claire possible l’inquiétude de l’Union européenne et celle de tous les Etats membres sur le résultat de l’élection présidentielle », a déclaré le ministre néerlandais des affaires étrangères. Bien plus tard, le 10 mars 2010 lors d’une session de l’assemblée nationale mexicaine, Rubén Ignacio Moreira Valdez, député du PRI, avoue que Felipe Calderón n’a pas gagné les élections et que cette dernière a été volée au candidat du PRD, Andrés Manuel López Obrador. Ce dernier a d’ailleurs dénoncé la fraude électorale en organisant un sit-in sur l’avenue Reforma en 2006 pour tenter d’informer l’opinion publique car les médias mexicains sont restés muets. (6)

L’ensemble du processus électoral a été complètement entaché de fraudes électorales, c’est pourquoi, le candidat du PRD a demandé un recomptage des voix pour s’assurer de la véracité des résultats. Le résultat a été sans équivoque, Peña Nieto sort gagnant de ce second résultat. Mais le processus de recomptage des voix a été particulièrement douteux. En effet, des soupçons de fraude planent au dessus des plus hautes autorités de l’IFE, selon Anonymous, Leonardo Valdés Zurita (Président de l’IFE) aurait reçu 100 millions de pesos (6 millions d’euros) de la part du PRI pour favoriser Enrique Peña Nieto. C’est sans doute la raison pour laquelle certains évènements ont été observés par la communauté mexicaine (vol d’urnes, échange de bulletins de vote, achat de bulletins de vote, bulletins brûlés…).

Parmi les nombreuses fraudes, une d’entre elle est édifiante, lors du recomptage des bulletins de vote, une urne est décachetée et à la grande surprise de l’observateur du PRD, elle est vide ! Les représentants de l’IFE vont donc chercher les bulletins dans une simple enveloppe non cachetée dans un tiroir de leurs bureaux à la surprise du représentant du PRD qui a enregistré la scène avec sa caméra ! (7)

Pour réagir face à l’IFE complètement corrompu, la cybercommunauté mexicaine a mis en place un système de décompte des voix afin de se rendre compte des vrais résultats, le résultat est sans appel, Andrés Manuel López Obrador devrait être le nouveau président avec près de 39% des voix devant Enrique Peña Nieto (32%) et Josefina Vazquez Mota (25%) du Parti d’Action Nationale (au pouvoir actuellement jusqu’à la fin de l’année). Il faut savoir que ces résultats sont donnés alors que le dépouillement s’est effectué sur près de 41000 casillas. Il ne faut pas oublier que si cet ensemble représente à peine 30% de l’ensemble des casillas, il est beaucoup plus représentatif que l’échantillon publié par l’IFE le soir de l’élection qui n’était que de 5%. C’est d’ailleurs ce résultat qui a servit a l’ensemble des medias mexicains et par la suite a la plupart des medias internationaux pour proclamer la soi-disant victoire d’Enrique Peña Nieto. (8)

 

Sources :

(1) http://www.youtube.com/watch?v=A6aneT8PpcA (Reportage de la chaine de television Telesur à propos du scandale des cartes d’achat Soriana données par le PRI en échange de votes)

  http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=FiJ6HKzUXDQ (Achat de vote en échange de ciment)

(2) http://www.youtube.com/watch?v=NIlaQ7NAYV4&feature=em-uploademail (Des représentants de bureaux de vote manifestent car ils n’ont pas reçu l’argent promis par le PRI en échange de leur complaisance)

(3) http://prep2012.ife.org.mx/prep/NACIONAL/PresidenteNacionalVPC.html (Résultats officiels de l’IFE dans les deux casillas suivantes : DISTRITO FEDERAL - Distrito 25 - IZTAPALAPA - Sección 2937) (MÉXICO - Distrito 37 – CUAUTITLAN - Sección 5614)

(4) http://www.youtube.com/watch?v=ncj9as73Gfw&feature=relmfu (De nombreux mexicains manifestent leur mécontentement à l’égard de l’IFE car ils n’ont pas pu voter, ils crient au scandale et à la fraude électorale)

  http://www.youtube.com/watch?v=okrQbRweuX8&feature=player_embedded (Une citoyenne mexicaine exprime sa colère à l’égard de l’IFE)

(5) http://www.jornada.unam.mx/2012/07/08/index.php?section=politica&article=013n3pol (Un village mexicain vote pour Enrique Peña Nieto en échange de toilettes publiques)

(6) http://www.youtube.com/watch?v=ZUGLf3PK9bs&feature=youtu.be (Session ordinaire de l’assemblée nationale : Le député du PRI Rubén Ignacio Moreira Valdez avoue que Felipe Calderon n’a pas gagné les élections présidentielles et que son parti a légitimé sa victoire bien que la fraude était évidente)

(7) http://www.youtube.com/watch?v=c6W4iaqXsEI&feature=relmfu (Une urne est vide lors du recomptage des voix organisé par l’IFE)

(8) http://yosoyantifraude.org/ (Ce site est une initiative citoyenne qui a pour but de démontrer la fraude électorale mexicaine)


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Scual 11 juillet 2012 11:15

    De toute façon il me parait difficile d’imaginer les USA laisser le Mexique leur échapper. S’ils perdent les élections, ils s’occuperont de déstabiliser le pays au point de le faire imploser... à vrai dire l’occasion de diviser le Mexique en plusieurs États serait même probablement une véritable aubaine pour des USA afin de se débarrasser de ce trop gros, trop peuplé et trop potentiellement puissant voisin.

    Le Mexique n’est pas assez uni, stable et pacifié pour s’opposer aux USA.


    • Thierry Salingue 11 juillet 2012 23:36

      Bonjour Scual. Je vis au Mexique depuis 2005, et depuis les éléctions de 2006 et l’élection de Calderon, j’ai toujours pensé que les gringos ne laisseraient jamais un gouvernement « de gauche » à leur frontière...La situation ici est dramatique, la fraude à la dernière élection présidentielle est incontestable. Cette élection n’est qu’une farce..Mais une partie de la population n’entend pas en rester là. Il y a eu de trés nombreuses manifestations dans plusieurs villes du Mexique samedi 7 juillet.Ici à Hermosillo, dans le nord du Mexique qui est trés conservateur, il y a eu une « grosse manifestation » avec entre 3000 et 5000 participants, ce qui est énorme ici...la contestation est en train de naître et de s’organiser. Mais comme tu le dis, le Mexique n’est pas un pays uni. L’individualisme, le "j’m’enfoutisme, et l’incompétance sont ici un boulet bien lourd à faire bouger. 


    • ZEN ZEN 11 juillet 2012 11:34

      Il est jeune, beau, ambitieux, mais pas clair du tout...
      Le Mexique s’achemine vers un chaos encore plus grand, à l’ombre de son puissant voisin du nord, qui y touve son compte


      • svetlana420 11 juillet 2012 13:09

        Je suis tout à fait d’accord avec cet article, tout a été une fraude aux yeux du monde, les autorités sont corrompues au Mexique, il n’y a pas de démocratie, pas de justice, et pas de liberté d’expression. On vit enfermé dans une dictature où le Peuple n’a aucune importance, seulement prédomine la volonté de quelques personnes sur la majorité. Les médias sont manipulés et lavent le cerveau des mexicains à travers des telenovelas, des programmes stupides et de fausses informations. En conclusion, on nous gouverne par le biais de l’ignorance et la mort...


        • JP94 12 juillet 2012 09:13

          Merci pour cet article .
          Il est clair que le vote et l’opinion des Mexicains sont foulés aux pieds et l’article donne la mesure des moyens mis en oeuvre par la bourgeoisie via le PRI pour conserver la mainmise sur les énormes richesses du pays et en spolier le peuple mexicain .
          C’est très éclairant et détaillé .

          Je compare cette situation avec celle lorsque j’’étais au Mexique en 1988 au moment de l’élection frauduleuse de Salinas de Gortari , victoire volée au candidat de la Gauche Unie Cuauhtémoc Cardenas .
          Une chose m’avait frappée : il émergeait une contestation à l’omnipotence du PRI .
          Mais la peur régnait .
          Un paysan qui n’était pas soumis au PRI n’avait plus accès à l’irrigation .
          On craignait pour son emploi aussi .
          Cette peur était accompagnée d’un rejet viscéral de son emprise .
          Lors de discussions avec des gens pauvres , on lisait la peur d’exprimer toute opinion politique et ce n’est qu’une fois avoir affirmé la nôtre que la confiance venait et là il était clair , y compris pour des responsables de quartier du PRI , qu’ils allaient voter à gauche .
          La victoire de la Gauche en France avait suscité un large espoir au Mexique notamment ( et quelques illusions !) .
          C’est un pays qui a connu sa révolution en 1911 et j’ai eu le sentiment , en le visitant , qu’y demeurait prégnant cet élan révolutionnaire , tant de fois bafoué ( voir la succession de gouvernements depuis 1911) .
          A l’époque on voyait quelques fresques EZLN mais , à mes questions , on répondait très évasivement que cela n’était le fait que de quelques nostalgiques d’une époque révolue .

          Dans le Chiapas , existait une tension très perceptible mais il y avait de la défiance envers le touriste ...
          On trouvait déjà des affiches mentionnant des disparus du fait de la Police ( ceci aux gares de bus longs trajets à Mexico)
          C’était un pays fascinant , mais aux inégalités criantes .
          Les gens , même dans des zones très excentrées , étaient très intéressés par la vie politique européenne dans la mesure où elle symbolisait une possibilité de changement ( à l’inverse de la situation aux USA) .
          Il y a d’ailleurs une dissymétrie entre la perception de la vie politique en France et au Mexique : peu de Français se soucient de ce qui se passe au Mexique ... et ne parlons même pas de nos fervents fervents gouvernements experts ès droits de l’homme si prompts à dénoncer Cuba ( d’ailleurs sans être très explicites sur les faits dénoncés) mais aveugles aux crimes et injustices ailleurs .
          Je pense donc que le peuple mexicain garde une grande force pour triompher enfin et n’a pas peur de son voisin du Nord lequel bien sûr ne peut accepter de voir basculer à gauche un pays frontalier .
          Mais , si cela se produisait , qu’y pourraient les USA ? Une guerre à leur porte chez un pays si grand poserait plus de difficultés que toutes celles qu’ils mènent partout ailleurs .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

cedlg


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès