Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Michael Moore aux manifestants du Wisconsin : n’abandonnez pas (...)

Michael Moore aux manifestants du Wisconsin : n’abandonnez pas !

Suite sur le sujet des manifestations au Wisconsin, les plus importantes des Etats-Unis depuis 40 ans – mais pour ainsi dire ignorées des médias français. D’abord lire le billet “Wisconsin : dansez-vous le Madison ?” si vous découvrez le sujet.

Michael Moore s’est rendu à Madison (Wis.) ce jeudi 3 mars pour encourager les manifestants et a prononcé un discours combatif devant une foule de 50 000 personnes protestant depuis plus de 10 jours contre le “budget repair bill” du sénateur républicain Scott Walker – projet de loi dont un des axes principaux est de destituer les syndicats de leur compétence de négociation collective.

M. Moore s’est livré à une attaque en règle contre les “élites”, ce qui était attendu mais il a aussi été ovationné par cette foule immense, ce qui était nettement moins attendu – de l’avis du journaliste Bill Lueders qui couvrait l’évènement pour le journal “The DailyPage.com” .

Félicitant les 14 sénateurs démocrates réfugiées hors du Wisconsin pour bloquer le vote républicain, M. Moore fit remarquer “ce type de courage que l’on voit habituellement plutôt de l’autre côté (républicains, ndt)”. Référence directe à la mollesse du camp démocrate, mollesse en partie due au fait que ce parti est de plus en plus financé par les mêmes sources que les républicains – mais c’est un autre sujet. Il se livre ensuite à une attaque en règle du capitalisme US contemporain – sujet dangereux devant un public américain encore pour l’essentiel anti-socialiste (la gauche US étant à peu près l’équivalent du centre-droit français en termes de philosophie économique). Néanmoins la foule l’applaudit chaleureusement. M. Moore continue en disant que l’Amérique n’est pas en faillite (l’argument central de Scott Walker est que l’Etat du Wisconsin est en faillite), que “le pays regorge de cash mais qu’il n’est juste pas dans les bonnes mains.” Il déclame ensuite les 3 plus gros mensonges mondiaux : 1) le Wisconsin est en faillite, 2) il y a des armes de destruction massive en Iraq, et 3) les Packers ont besoin de Favre pour gagner le Super Bowl (humour US, je laisse aux curieux le soin de faire les recherches nécessaires). A nouveau, applaudissements et encouragements de dizaines de milliers de personnes.

M. Moore fait ensuite état de l’écart croissant entre les plus riches et les plus pauvres, faisant remarquer que les 400 américains les plus fortunés détiennent autant que les 155 millions d’américains les moins fortunés. Il faut, dit-il, “admettre que nous avons laissé notre précieuse démocratie au mains des riches élites“. Elites qu’il accuse ensuite d’avoir monté une opération de chantage au moment de la crise financière : payez pour nous ou on crashe le système économique. “On a payé comme des pigeons et un an après les mêmes élites se gorgent à nouveau de bonus faramineux. Et il n’y avait aucune révolte – jusqu’à maintenant !” Gros applaudissements de la foule.

Il salue cette foule qui avait réussi à “réveiller le géant endormi qu’est le mouvement ouvrier des Etas-Unis d’Amérique. Le sol est en train de bouger sous les pieds des puissants. Votre message inspire des gens au sein des 50 Etats, et ce message est : On en a marre !” et termine sur un appel à la poursuite des manifestaitons : “Gens de Madison, vous n’êtes pas seuls ! L’Amérique vous remercie. N’abandonnez pas, je vous en prie n’abandonnez pas !”

La foule, en effet, ne semble pas prête d’abandonner.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 7 mars 2011 11:25

    voila ou les a entrainé leur diverse reformes sociales et fiscalité....lire cet article...

    http://2ccr.unblog.fr/2010/11/21/modele-americain/


    • JL JL 7 mars 2011 13:42

      Excellent lien Robert Gil,

      sauf que dans la phrase : « Pour les capitalistes, créer des richesses est indépendant de créer de l’emploi, ils se passeraient bien d’employés mais malgré l’automatisation et la répétition des tâches ils ont toujours besoin de nous. »

      je remplacerais volontiers richesses par profits. En guise de richesses, ils produisent désormais le plus souvent, des pollutions et des ruines écologiques, cf. les gaz de schiste ou les armes ! On ne saurait appeler ça des richesses.


    • Yvance77 7 mars 2011 12:37

      Salut,

      Excellent billet que j’aurai aimé voir plus en haut de l’affiche. Michael Moore est pour moi l’équivalent de Coluche, dans un registre différent certes.

      On se doit de l’écouter et de le soutenir du mieux que l’on peut.

      A peluche


      • OuVaton OuVaton 8 mars 2011 10:23

        Oui, et le printemps continue...


      • Petitou Petitou 7 mars 2011 13:15

        Merci pour l’article. C’est vrai qu’en France on ne pipe mot, il faut aller sur les sites américains.


        • dionysos 13 mars 2011 09:50

          faux, il suffit de lire RIVAROL par exemple


        • pingveno 7 mars 2011 13:21

          De deux choses l’une.

          Ou bien les USA sont la plus belle démocratie du monde avec sa sacro-sainte constitution qui garantit le droit des armes et la liberté d’expression.
          Auquel cas ces gens n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes de voter aussi mal.

          Ou alors, ce pays n’est qu’une dictature qui ne vaut guère mieux que la Chine.
          Et dans ce cas je suis fier de ne pas être américain, je ne voterai pas pour Uncle Samkozy l’an prochain et je m’autorise à dire « je m’en fous ».


          • Traroth Traroth 7 mars 2011 13:26

            Effectivement, pas un mot dans les médias...


            • dionysos 13 mars 2011 09:51

              comme je l’ai dit plus haut RIVAROL en a longuement parlé


            • Pyrathome Pierre-Aline 7 mars 2011 13:58

              Oh oui !! silence assourdissant et révélateur des merdias....
              Merci de cette info !


              • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 7 mars 2011 14:39

                Merci pour vos commentaires. Pour donner un peu de recul sur l’article ci-dessus, voici ce que j’écrivais sur le sujet le 24 février dernier :


                En début de semaine des milliers de gens manifestaient dans les rue de Madison, capitale du Wisconsin, contre la nouvelle réglementation voulue par le gouverneur (Rep) Scott Walker et visant à dépouiller les syndicats de leur pouvoir de monter des conventions et négociations collectives, et par ricochet de fortement réduire leurs sources de financement – ce du moins pour ceux qui n’avaient pas financés sa propre campagne. La raison officielle de cette attaque anti-syndicats est de trouver les 137 millions de dollars nécessaires pour boucler le budget de l’Etat du Wisconsin, ce qui est cousu de fil blanc vu que les négociations collectives en tant que telles ne sont pas la cause du déficit budgétaire, la cause en est les cadeaux fiscaux que fit Walker à ses supporters politiques après son élection. Mais le vrai combat se situe à un autre niveau : historiquement le parti démocrate a toujours été en partie financé par les syndicats, par opposition au parti républicain essentiellement financé par les entreprises, même si cette distinction est moins forte aujourd’hui qu’il y a vingt ans. Couper les syndicats de leurs propres sources de financement en limitant leur capacité à négocier, c’est en fait viser directement le parti démocrate. La perte du soutien financier des syndicats l’obligera à aller encore plus chercher les financements auprès des entreprises et donc diminuer encore plus sa représentativité auprès des classes populaires.

                La réaction des syndicats et des démocrates ne s’est pas fait attendre : manifestations à Madison et à Washington, mais également avec un exode hors-Wisconsin des sénateurs démocrates pour empêcher que le quorum nécessaire au républicains pour faire passer cette loi puisse se réunir. L’affaire est tendue car la loi de l’Etat du Wisconsin fait que les sénateurs présents dans l’Etat sont obligés de se présenter pour obtenir le quorum – de gré ou de force. En même temps les conservateurs louaient des cars de supporters pour une contre-manifestation à Madison. Cette réaction est en fait gérée par American Majority, un groupement activiste nationaliste dont l’activité première est le conditionnement politique au travers de programmes d’entrainement (training), pour l’essentiel financé par les mêmes riches ultra-conservateurs derrière le Tea Party. Une situation similaire semble se développer dans l’Etat de l’Ohio, alors que dans le même temps un avoué de l’Indiana, Jeff Cox (mis à pied depuis) déclarait sur Twitter qu’il fallait ouvrir le feu à balles réelles contre les manifestants anti-Walker ! On a l’impression qu’il ne faudrait pas grand chose, vu l’accès aisé aux armes, pour déclencher de mortelles batailles de rues entre les deux camps.


                Suite sur http://rhubarbe.net/blog/2011/02/24/revolution-populaire-usa/


                • Ferdinand_Pecora 7 mars 2011 23:08

                  Vous omettez que l’homme d’Etat américain Lyndon LaRouche a, dès le printemps 2009, prévenu du fascisme latent aux Etats-Unis, à moins de réinstaurer le Glass-Steagall pour lancer le Nawapa.


                • Flo Flo 8 mars 2011 17:57

                  LaRouche par-ci, Cheminade par là, quel que soit le sujet de l’article commenté, ça devient répétitif, la propagande sectaire.


                • in lak ech in lak ech 7 mars 2011 16:14

                  Merci pour cette info car tres,trop peu de medias s en font l echo.A ma connaissance seul le site « alterinfo » en a fait part aussi ! 
                  Je crois que la conscience de l humanité s’eveille de plus en plus on le voit bien avec le besoin de liberté des pays du Maghreb. C’est un eveil collectif contre toutes formes d’abus de pouvoir et d injustice de toutes sortes.Il faut relayer ce genre d information. 


                  • Ferdinand_Pecora 7 mars 2011 23:12

                    L’enjeu est de donner une direction à cette « Colère qui vient ».

                    Voici ce que Solidarité & Progrès, le mouvement politique de Jacques Cheminade distribuait au mois d’octobre 2009 dans toute la France.

                    Un an et demi d’avance sur le reste du monde...


                  • agent orange agent orange 7 mars 2011 17:52

                    Si les médias ne parlent pas de Madison-Wisconsin, c’est parce qu’il n’y a pas de place Tahrir ?


                    • papi 8 mars 2011 00:26

                      @ auteur

                      Enfin, enfin un article plus que sérieux !! intelligent
                      et initiateur !!! heureusement que Vincent verschoore nous informe de cet événement énorme
                      que la presse traditionnelle passe sous silence ou nous cache( au choix ) et qui nous montre l’état de déliquescence de la liberté au USA, .. merci Monsieur..


                      • Anonymous Republic Punisher Anon Commander 8 mars 2011 02:31

                        En effet je n’en ai pas entendu parlé ! Mais c’est assez énorme comme évènement ! Si les américains se mettent à manifester plus que les français ! Merci pour cette super info !


                        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 8 mars 2011 08:47

                          Voici le témoignage d’une personne résidant à Madison et ayant commenté ce même billet sur le site Médiapart :


                          Merci monsieur de mettre le Wisconsin et cette lutte a l’honneur en lui consacrant un billet. Je vis cette lutte depuis le debut, c’est-a-dire de puis le 14 fevrier. Nous entamons aujourd’hui la 4eme semaine de lutte, contrairement a ce que vous notiez plus haut.

                          Je vous suis d’autant plus reconnaissante que les media americains boudent le mouvement depuis le debut. Comme je l’ai explique ailleurs, outre les manipulations de Fox connues de tous, la representation du mouvement a ete absolument deplorable. Samedi 26 fevrier, nous etions 100,000 personnes, il faisait entre -10 et -15 C et il a neige toute l’apres-midi. Samedi, pour la troisieme semaine consecutive, nous etions encore tres nombreux autour du Capitol (50 000 me parait etre une estimation frileuse, excusez le mauvais jeu de mots !).

                          Je trouve les propos de Monsieur Montaya quelque peu extemes. Le systeme syndical est tout simplement tres different ici. Il y a les etats qui ont ce qui s’appelle le « right to work system » qui correspond en gros au systeme francais. Dans ces etats, inutile de vous dire que les syndicats sont morts. Dans notre Etat, lorsque vous commencez a travailler, si votre profession a un syndicat, vous devez payer vos « dues » mais vous n’etes pas oblige de devenir membre. Vous devenez membres pour avoir le droit de voter. Je sais que ce systeme parait tres inegalitaire pour les Francais mais la culture syndicale est tout simplement tres differente de chaque cote de l’Atlantique et on ne peut pas interpreter un evenement avec une grille de lecture emanant d’une culture syndicale aussi diametralement opposee. 

                          Je ne dis pas qu’il n’existe pas de « mafia » mais en tant que membre active de mon syndicat, je trouve cette generalisation bien hative. Notre budget pour les actions politiques est absolument ridicule proportionnellement a nos autres depenses. Il est encore plus ridicule si vous le comparez aux investissements faits par les entreprises pour le GOP. Certes les syndicats participent aux financement du Dem Party mais ce n’est en aucun cas comparable avec les proportions des corporations pour le GOP. Depuis la decision de la cour supreme (Voir January 21, 2010 ruling in Citizens United v. Federal Election Commission) qui a autorise les entreprises a etre percus comme des gens, et leur argent comme la liberte d’expression, les entreprises s’en donnent a coeur joie. 

                          Enfin, sachez que parmi les manisfestants, il n’y a pas que les syndicalistes (meme s’ils forment, je vous l’accorde, une petite majorite) et les jeunes (ce sont les membres du TAA - Teaching Assitants Associations qui les premiers ont occupe le Capitol - mais le mouvement s’est generalise depuis). Il y a une representation de tous les corps de metiers (prive, public, syndique ou pas) et toutes les generations. Depuis que le budget est sorti mardi dernier, bien des citoyens se sont rendu a la manisfestation pour d’autres raisons que la « Budget Repair Bill ». L’education, l’environnement, le systeme de sante, la taxation allegee pour les plus demunis, tout cela n’est plus qu’un souvenir. C’est d’une tristesse !

                          Merci encore de nous donner une voix. 

                          ....

                          Je tiens a signaler que mon avis n’engage que moi et qu’il ne represente peut-etre pas un ressenti general. Pour ce qui concerne la reception du discours de Moore, je me trouvais au milieu de cette foule et c’est vrai qu’il fut acclame. La surprise n’est peut-etre pas aussi inattendue quand on sait que tous les Wisconsonites sont concernes et seront directement touches par les mesures prises ou par le BRB ou par l’annonce du budget pour le prochain biennum. Les municipalites perdent $1 millard, l’education publique $450 million, le University of Wisconsin System $ 250 million, tous les fonds pour les programmes de recyclage sont elimines, Medicaid (le fond d’assurance maladie pour ceux qui n’en n’ont pas) perd $ 500 million de financement sur les deux prochaines annees et les programmes d’assistance aux plus demunis sont privatises. Parmi la foule, tout le monde se sentait concerne, tout le monde y perd. De plus, notez que ce debat depasse maintenant la division bi-partisane. Meme s’il est vrai que de nombreux manifestants sont democrates, il y a egalement beaucoup de republicains. Les seuls qui ne sont pas la sont les Tea-Party. Parmi les nombreux Speakers que nous avons vu defiler depuis trois semaines, je peux citer quelques uns qui etaient republicains, certains meme faisaient partie de l’armee, de la police et des pompiers. Meme ceux qui sont contre les syndicats (et il y en a beaucoup) se sentent tout de meme concernes car si l’universite d’etat ne peut plus former leurs enfants, les alternatives ailleurs seront bien plus couteuses (les in-state tuition fees sont beaucoup plus avantageuses qui les out-of-state tuition fees), leurs municipalites ne pourront plus repondre aux besoins les plus elementaires non plus. Les tailles de classe vont augmenter aussi. Bref, la middle-class est touchee de plein foue quelque soit son opinion sur les syndicats.

                          Quant a ce qui va se passer, je ne sais que vous dire. Tous les rallys sont prepares quasiment du jour au lendemain. La venue de Moore par exemple n’a ete annoncee que samedi vers 11h00. Les agriculteurs envisagent de defiler samedi avec leurs tracteurs, c’est tout ce que j’ai vu de sur jusqu’a aujourd’hui. Tous les evenements sont annonces sur Facebook au fur et a mesure qu’ils prennent forme. Il y a egalement une marche qui part de Milwaukee vendredi et qui arrivera dimanche a Madison. Un accueil est en train de se mettre en place ainsi que de l’assistance tout au long du trajet. 

                          From Madison, WI


                          • Ferdinand_Pecora 8 mars 2011 14:36

                            L’an passé, le 10 mai, Maria Cantwell (D) et John McCain (R) ont introduit un amendement à la loi Dodd-Franck de régulation du système bancaire américain, amendement qui réinstaurait la séparation entre Wall Street et le véritable système d’économie américaine inscrit dans la Constitution américaine : le crédit productif public. C’était l’amendement Glass-Steagall.

                            Cet amendement fut combattu par Barney Franck et la Maison-Blanche.

                            Qu’il s’agisse du WI ou de tous les autres Etats fédéraux... et même du reste du monde, tant que les Etats-Unis ne réinstaureront pas le Glass-Steagall POUR revenir au système de crédit productif hamiltonien, le monde ne s’en sortira pas.

                            C’est sur les Américains (qui sont d’anciens européens, ne l’oublions pas !) que repose notre avenir : aux crient de « Wall Street, Wall Street, Wall Street », ils doivent rajouter : « Glass-Steagall, Glass-Steagall, Glass-Steagall » !


                              • Ferdinand_Pecora 8 mars 2011 14:40

                                Tout à fait, sauf que l’article ne parle pas du parti qui va au fond du problème : le Sinn Fein, qui se réclame de Franklin Roosevelt.

                                Le 10 mars, pour être au coeur de ce qui fait vraiment flipper la spéculation internationale, connectez-vous ici.


                                • zany 13 mars 2011 11:40

                                  L’Amérique la vrai, celle que l’on aime se réveille, je suis admiratif.
                                  Les états, villes, école commissariat qui seront en faillite, les multinationales pourrons les racheter, virer les élus du peuple et les remplacer par des chef d’entreprise, c’est la fin de la démocratie aux USA, et le début d’une révolution !


                                  • Montagnais Montagnais 13 mars 2011 12:24

                                    « 137 millions de dollars  » !


                                    C’est l’argent de poche de Tapi Bernard, du fouteux du coin, de Maurice et Séguéla, de Lady Gaga, de Lagardère, de Dassault marcel, de mon voisin journaleux, du député et sénateur du coin, de Gate (argent de poche du week-end), de Brin, de Page, de Bernard...des Spoelberch, De Mevius, Vandamme, Colruyt, Liliane, Louis, Alain, Vincent, Benjamin de.. 100 000 autres au bas mot..

                                    NB1 : la presse bobo vrounzaize n’a rien à craindre de ce qui se publie sur Agora, et ton article a juste servi à informer 4 ou 5 personnes qui savaient pas.. C’est toujours ça.

                                    NB2 : il m’est arrivé d’écrire sur ton pays : 


                                    NB3 : En matière de false flags et de stay behind, nous les Belges, on est aux premières loges..

                                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 13 mars 2011 23:01

                                      Super.

                                      +100


                                      • eric 14 mars 2011 08:18

                                        Un article de Contrepoint sur la grève de fonctionnaires du Wisconsin qui date du 2 mars. Et qui en dit beaucoup plus que la sempiternelle plainte... on nous cache tout, on nous dit rien.

                                        Il suffit d’avoir les bonnes sources.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès