Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Michelle Bachelet : première présidente ches les machos

Michelle Bachelet : première présidente ches les machos

Pour la première fois dans l’histoire du pays, et dans celle de l’Amérique du Sud, une femme a été élue présidente du Chili. Car la nette victoire de Michelle Bachelet sur son adversaire de droite, Sebastian Pinara, avec 53,22 % des voix, n’est pas à sous-estimer. Dans un pays conservateur, catholique et machiste, où l’avortement est toujours un délit, et le divorce, légalisé seulement depuis deux ans, élire une femme ouvertement agnostique, divorcée, élevant seule ses trois enfants nés de deux pères différents, marque une réelle volonté d’envisager autrement la politique, plus ancrée dans la modernité et plus proche de la réalité quotidienne des classes populaires.

Après l’élection d’Hugo Chavez au Venezuela, et d’Evo Morales en Bolivie, se dessine, dans cette partie du monde, une nouvelle partition tendant à s’affranchir de la tutelle de Washington, dont le point d’orgue devrait être l’instauration d’un gouvernement de centre-gauche au Mexique, en juillet.

Fille d’Alberto Bachelet, général d’aviation, d’origine française, mort sous la torture pendant la dictature de Pinochet, elle-même a été torturée, avec sa mère, dans la villa Grimaldi, haut lieu d’effroyables sévices du régime d’alors. Aussi, en lui confiant les clefs de la Moneda, les Chiliens ont-ils entendu définitivement renvoyer l’ère Pinochet dans les limbes du passé. Dans son premier discours, Michelle Bachelet a, d’ailleurs, rendu hommage à son père.

Une succès que ne manquera pas de méditer, en France, Ségolène Royal partie, en grande pompe, la soutenir, mais revenue plus discrète et boudeuse. La député des Deux-Sèvres a peu apprécié les railleries de la presse sur les délicieux, et très élégants, escarpins dont elle était chaussée pour visiter les quartiers pauvres de Puente Alto. Aussi, fait inhabituel chez elle, a-t-elle boudé les journalistes dans l’avion du retour vers Paris, et ruminé sur son fauteuil de première classe (et non de classe économique, comme son service de presse l’avait laissé entendre complaisamment à son départ).

A défaut de l’être vraiment, « pour faire peuple », la prétendante socialiste pour 2007 doit encore beaucoup apprendre de « son amie Michelle » si elle entend se débarrasser de ses oripeaux d’enfant de Marie. De Marie-Ségolène, bien sûr.

Photo : Reuters


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • FDV (---.---.104.55) 16 janvier 2006 12:49

    Votre article sur la présidente Bachelet, n’est’il pas un peu tordu ?

    Que viennent y faire les escarpins de Royal ?


    • Possible n est pas français (---.---.28.210) 16 janvier 2006 14:14

      L une est socialiste

      l autre est sociale-démocrate, ce n’est pas du tout pareil !

      Enfin faut il avoir trois enfants de pères différents pour etre moderne, merci de développer !Je préfererais qu il soit moderne qu on accepte comme présidente une femme qui a eu 3 enfants de pères différents

      Enfin La Mitterandie avait le « syndrome Allende » Merci au Chili d’avoir donné l’idée de ne pas inclure dans le programme commun en France l’extrême gauche !


      • nueveonze (---.---.207.34) 16 janvier 2006 14:39

        Dans votre article il y a de mauvais information. Le general Albert Bachelet est mort apres d’avoir joué un match de basquetball parce que son coeur n’as pas resisté l’effort. Un torturé ne pourrait pas jouer basqueball, n’est pas ?. En plus, son fis est mort aussi dùn mal cardiaque quand il avait 54 ans. Le tortures de Bachelet sont vraiment une legende.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès