Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Militarisation et dangerosité de la société américaine

Militarisation et dangerosité de la société américaine

Ferguson, Missouri, est une petite ville à forte majorité noire, dont le gouvernement et la police sont à forte majorité blanche. C’est dans cette ville qu’un jeune homme qui n’avait pas d’arme a été abattu par la police, à la manière d’une exécution, dans les rues d’une ville américaine. La victime s’appelle cette fois Michael Brown, 18 ans. Il a été criblé d’une dizaine de balles tirées par un policier. Mais, il n’y a pas qu’à Ferguson que des flics voyous assassinent des gens, et ils ne tuent pas que des Noirs. Les Blancs y ont droit aussi. Pendant la guerre en Irak, la police américaine a assassiné plus de civils américains innocents que les États-Unis n’ont perdu de soldats à la guerre ! Au moins 130 personnes ont été tuées par la police aux États-Unis depuis début 2014 !

 La police américaine assassine tant de civils que cela prendrait plusieurs volumes épais pour enregistrer ses atrocités. Les victimes de la police n’ont aucun droit, et dans la grande majorité des cas, les familles des victimes assassinées par la police non plus. L’indemnisation des familles des victimes assassinées par la police est aussi rare que la responsabilité des policiers meurtriers. En Amérique, posséder un insigne de police vous donne le droit de tuer. L’erreur la plus fatale que n’importe quel Américain peut commettre est d’appeler la police. Quoi que la police fasse, elle en subit rarement les conséquences. De ce fait, elle s’est enhardie et elle est devenue plus violente. Toute rencontre avec la police américaine est dangereuse. La police tue beaucoup plus de gens innocents que les criminels ne tuent de policiers. La police est devenue comme Wall Street et le gouvernement fédéral, elle ne sert aucun intérêt public.

 La “guerre au terrorisme” a supprimé tout ce qui pouvait encore limiter les pouvoirs de la police. Le gouvernement fédéral a militarisé l’état et la police locale et l’a équipée comme si c’était une force militaire. Les policiers sont entrainés pour traiter les gens comme potentiellement dangereux et ne prendre aucun risque avec leur vie lorsqu’ils sont confrontés à des citoyens. On leur apprend que poser poliment des questions pour évaluer une situation comporte un danger et qu’ils devraient éviter tout risque pour eux-même en dominant la situation par la force comme le ferait une unité d’infanterie devant un ennemi.

Revendiquer ses droits constitutionnels lors d’une confrontation avec la police, c’est de nos jours le meilleur moyen de rendre fou de rage une brute dont l’autorité se voit remise en question. Le résultat probable, c’est un passage à tabac et une arrestation. La soumission est le meilleur moyen de survivre à une confrontation policière. Quand bien même vous seriez un chirurgien du cerveau ou un ancien haut fonctionnaire, et que le policier aurait tout juste un niveau d’études secondaires. Mais si vous voulez vous en sortir sans dommage corporel et sans inculpations dans votre casier, il faudra vous comporter comme un paysan face à un baron, un comte ou un duc des siècles passés. C’est l’Amérique d’aujourd’hui.

Les scènes d’équipes SWAT portant habits militaires, armes automatiques et masques à gaz, accostant et arrêtant des résidents non armés, ressemblent beaucoup à la prise de contrôle de Boston dans le Massachusetts après l’attentat du marathon de l’année dernière. Décrivant cette répression jeudi, le présentateur de NBC Nightly News Brian Williams a déclaré que la situation faisait penser à un « État policier », ajoutant que les équipes SWAT utilisent les « mêmes tactiques et les mêmes armes que l’on retrouve dans les combats urbains en Irak et en Afghanistan ».

Sous la direction du gouvernement Obama, les forces de police locales ont été équipées avec des milliards de dollars de matériel venant du ministère de la Défense, rendant complètement floue la limite entre la police et l’armée. En l’absence de toute politique visant à régler la crise sociale grandissante aux États-Unis, la répression policière est devenue la « politique urbaine » réelle des deux partis. Les mesures d’austérité imposées par le gouvernement Obama ainsi que les démocrates et les républicains à tous les niveaux de gouvernement (la réduction des bons alimentaires et des allocations chômage de longue durée ainsi que les attaques contre les soins de santé, l’éducation publique et les retraites) n’ont fait qu’exacerber la crise sociale. Entre-temps, la Réserve fédérale inonde les marchés financiers d’argent à taux d’intérêt pratiquement nul et les bénéfices des entreprises, dopés par la baisse des salaires et l’exploitation de plus en plus grande de la classe ouvrière, atteignent de nouveaux records.

La classe dirigeante réagit instinctivement en traitant partout au pays les quartiers ouvriers comme des zones de guerre, habitées par une population hostile qu’il faut réprimer. Les droits démocratiques, dont les garanties contre les fouilles et les confiscations injustifiées et les limitations imposées aux déploiements militaires dans le pays, ont été abolis en pratique. La militarisation de la police aux États-Unis est le revers de la brutale politique menée à l’étranger. Les deux processus découlent de la décrépitude économique du capitalisme américain et de l’arrogance de la classe dirigeante qui espère résoudre sa crise par la violence et le pillage.

 La guerre qui est menée est une guerre de classe. Dans cette guerre, la classe ouvrière dans son ensemble est opposée à une aristocratie financière, aux deux grands partis du patronat et aux institutions de l’État qui agissent de plus en plus ouvertement et brutalement comme les gardiens de la richesse privée et du système de profit capitaliste. La militarisation de la police n’est qu’une facette de la construction de l’appareil d’Etat de la répression. Sous prétexte d’une « guerre contre le terrorisme » on détruit tous les droits démocratiques fondamentaux. Le Patriot Act a ouvert la voie à l’espionnage généralisé de chaque Américain par la NSA, le FBI et la CIA, en liaison avec la police locale et d’Etat. Le ministère de la Sécurité intérieure a mis en place une énorme source de financement et une chambre de compensation pour l’accroissement des forces de police dans le pays. Le commandement du Nord a mis en place pour la première fois de l’histoire des Etats-Unis un commandement militaire couvrant les Etats-Unis.

D’après des sources trouvés sur le net par POTOMAIL
 
http://2ccr.unblog.fr/2014/08/20/militarisation-de-la-societe-americaine/

Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • hunter hunter 23 août 2014 17:53

    Société ultra-compétitive ( la guerre de tous contre tous), en apauvrissement généralisée, communautarisée et très raciste en dépit des évolutions( un vernis léger d’amélioration en fait) des années 60, et voilà le résultat !

    Sans parler de la parano généralisée depuis 2001 (avec l’autre dingue décérebré de Bush Jr) et la démolition des tours par avion (alors qu’il existe des méthodes éprouvées, mais bon......)

    A noter que c’est le modèle qui tend à s’imposer ici ; on y est pas encore, mais si on continue, on va y arriver.

    La seule différence est qu’ici, pour avoir un gun, faut avoir des contacts et du cash et c’est pas si facile.

    Mais en Amérique du Nord, c’est en vente assez libre, (ça dépend du modèle de flingue) dans les boutiques spécialisées.

    A noter aussi un certain éveil du populo américain, qui commence à se rendre compte qu’il s’est fait mettre bien profond pendant des décennies, et qui représente donc une menace pour les élites dominantes qui donnent donc moyens et pouvoirs à leurs larbins (forces armées), pour liquider cette frange du populo !

    En ce qui concerne les false flags, les inside jobs, là aussi faudrait en parler mais bon, c’est un autre sujet !

    Adishatz

    H/


    • devphil30 devphil30 24 août 2014 17:07

      Pour le gun , il suffit de s’inscrire dans un club de tir et les portes des armureries s’ouvrent ...

      Philippe


    • Jean 23 août 2014 18:24

      pltôt une bonne nouvelle donc, si cela pête grave là-bas ce sera toujours cela de moins à se coltiner.


      • quid damned quid damned 23 août 2014 21:46

        "... les équipes SWAT utilisent les « mêmes tactiques et les mêmes armes que l’on retrouve dans les combats urbains en Irak et en Afghanistan »

        > Un entraînement ,des tests et des répétitions avant de s’attaquer comme prévu depuis longtemps à sa propre population. Le programme suit son cours.


        • mortelune mortelune 24 août 2014 04:11

          Un pays qui meurtrit des populations entières sur la planète meurtrit aussi, forcément, sa propre population. C’est vrai pour les USA d’aujourd’hui comme c’était vrai sous le 3e Reich. 

          Les peuples (Européens y compris) sont endormis à grands coups de crédit à la consommation. Ils sont lobotomisés à grands coups de médias. Les élites financières doivent se régaler à voir autant de gens plus prompts à se suicider ou à mourir sur les routes pour aller bosser qu’à mourir à défendre leurs libertés. 

          • mmbbb 24 août 2014 08:11

            vite dit l’egoisme prevaut desormais personne n’est pret a bouger pour son voisin moi le premier Je l’ai appris a mes depends il faut commencer a penser a soi meme avant d’attendre le soutien des autres Je l’ai connu des l’ecole L argent est le nerf de la guerre le reste est litterature de salon .Beaucoup de peresonnes ont la parlotes faciles mais l’action et l’engament les font fuir surtout la petitte classe bourgeoise de gauche 


          • caillou40 caillou40 24 août 2014 08:55

            heu...j’veux pas avoir l’air..mais avez vous lu l’histoire de ce pays.. ?
            Depuis le début c’est comme ça...sauf qu’il y a un peu plus de monde...c’est tout..avec les médias et la télé en plus...l’information passe plus rapidement...
            Rien de nouveau..


            • caillou40 caillou40 24 août 2014 12:30

              Non...il n’a pas lu l’histoire des USA...


            • Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] Le Kergoat 24 août 2014 15:24

              Une fois qu’on a dit ça, on fait quoi ?

              D’accord l’Amérique est hyper-militarisée. D’accord l’Amérique est agressive. D’accord la situation au Proche Orient est injuste...

              Et après ?

              On propose quoi comme solution ?

              Laisser faire les Islamistes ?

              Attendre que les pays musulmans instaure la laïcité ? On va pouvoir patienter quelques millénaires.

              Pleurnicher sur le comportement de l’Amérique, ça on sait faire !

              Mais après ?

              Encore une fois, on propose quoi ?

              C’est ça qu’il serait intéressant de savoir !


              • zygzornifle zygzornifle 24 août 2014 16:30

                l’Amérique est un hachoir qui transforme aussi bien en steak haché son peuple que les autres peuples.... 


                • marauder 24 août 2014 16:48

                  Je dis un vieux poncif, une vielle « évidence » qui pour moi en reste une :

                  A savoir que les U.S.A dans l’ensemble révèlent souvent une facette de notre futur a nous...
                  Meme les films de science fiction. A savoir la poule ou l’oeuf, c’est une autre histoire.

                  Espérons que les « voisins vigilants » ne soient pas le début d’une nouvelle forme de militarisation totale de la société ici :(
                  Nous sommes proche des américains, juste des cousins et ce qui leur arrive peut/risque/va(?) aussi nous arriver ici.

                  Léguer ca a ses enfant, quelle honte.


                  • joseph garribaldi 24 août 2014 17:17

                    « Espérons que les « voisins vigilants » ne soient pas le début d’une nouvelle forme de militarisation totale de la société ici :( »

                    oui bah quand toi et tous tes voisins issus de la classe moyenne,
                    qui pour accéder a la propriété ont du se résoudre a acheter dans un lotissement en zone péri urbaine éloignée.
                    Zone ou il n’y que 2 gendarmes en patrouille pour quasiment un quart de département,
                    se serons fais visiter par des roms, non c’est pas ça le terme adéquat excusé je corrige :
                    « groupe criminel organisé en provenance des pays de l’est ».
                    Vous envisagerez sous un autre angle les ces erzatz de milices paramilitaire chilienne qui osent s’investir pour que leurs voisins puissent allez travaillé tranquillement (la majorité des cambriolages de particuliers ont lieux en pleine journée).

                    Pour votre gouverne un maraudeur c’est ca !

                     http://fr.wikipedia.org/wiki/Marauder_%28v%C3%A9hicule%29

                    cordialement.


                  • marauder 24 août 2014 22:15


                    Fallait pas se résoudre a ce systeme débilitant.

                    Quand on a peur, quand on craint pour son confort, quand on exige beaucoup, avec peu, faut s’attendre malheureusement a ce genre de conséquence. Plutot que de renforcer la bétise, réfléchissons a nos modes de vie... Est-ce trop dur ?
                    On préfère la répression bete ?

                    Et pour bien montrer a quel point une pensée belliqueuse en amene d’autres totalement sorties du réel, y’a d’autres définitions, plus simples, basiques et éthymologiques, dans le sens commun de mon pseudo marauder :
                    http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/maraudeur
                    http://fr.wiktionary.org/wiki/maraudeur
                    http://fr.wiktionary.org/wiki/maraude
                    Je n’aurais jamais cru que cela ferait penser a un char d’assault ... Faut etre assez vicelard et avoir de droles de penchant morbides pour en arriver la.


                  • joseph garribaldi 24 août 2014 17:01

                    "Quand bien même vous seriez un chirurgien du cerveau ou un ancien haut fonctionnaire, et que le policier aurait tout juste un niveau d’études secondaires."

                    Ya rien qui vous choque !!! selon l’auteur si on est issus des classes favorisées qui peuvent payer des diplomes de docteur et d’ingénieur à leurs enfants ceux ci comme papa peuvent s’affranchir des lois et des devoirs qu’ils ont envers l’état, ses représentants et donc la société...

                    Je dis bravo le mieux vivre ensemble !!! Mais attention, surtout en France, ou le populisme renaissant les castes socialo-bobo-dominantes qui mise tout sur leur domination cérébralo-finnancière ferai bien de faire profile bas face aux instincts de violence primale du bon peuple qui bientot ne voudrai plus avaler la soupe servie !

                    a bon entendeur salut camarade !


                    • zygzornifle zygzornifle 25 août 2014 08:33

                      c’est le 1er fabricant d’armes il faut bien qu’elles servent à quelque chose et qu’elles s’usent pour pouvoir en vendre d’autres.....c’est du commerce ça ......


                      • morice morice 25 août 2014 10:05

                        je reviendrai sur le même sujet, dont j’ai déjà parlé ici à moult reprises. Les USA doivent écouler leurs stocks, et comme les guerres extérieures s’amenuisent, ils faut bien les refiler à la POLICE...


                        les SWAT sont les représentants type de cette dérive, aidés par des lois comme celle permettant de défoncer les portes de particulier sans sommation.

                        le pays est devenu FOU, fou des ARMES en surproduction et en trop grande circulation...

                        • ecolittoral ecolittoral 25 août 2014 15:35

                          Etats Unis d’Amérique. Mon œil !

                          Ces états ne sont unis que lorsqu’il s’agit de défendre leurs intérêts à l’extérieur.

                          Pour le reste, c’est toujours le far west.

                          Ils ont Washington. Nous avons Bruxelles.

                          Ils font semblant d’être unis. Nous voulons être voisins.

                          400 ans d’histoire américaine ne font pas l’union.

                          Leur « Bruxelles » précipite la paupérisation des populations qui, exaspérées finissent par ruer dans les brancards.

                          Leur « Bruxelles » réagit. Pas de dollars ou de crédits mais l’armée.

                          Jusqu’au jour ou les états redeviendront désunis et recommenceront...une guerre d’indépendance.

                          Le dollar moribond avant les nouveaux dollars étatiques.

                          Rien n’est écrit et rien n’est immuable.

                          USA aujourd’hui....mais demain ?


                          • ETTORE ETTORE 27 août 2014 13:02

                            Faire la une guerre civile chez eux leur coûterait moins cher que d’aller emmerder sans arrêt la totalité de la planète 

                            Je n’ai pour ma part aucune commisération pour ce peuple qui nous gave de western depuis que le cinéma existe, et dont le colt passe pour « pacificateur »
                            Alors c’est certain que cette industrie de l’armement, boostée par les sois disant lois sur la liberté de chacun à se défendre, n’aura que pour but de faire parler tôt ou tard toutes les armes mises en circulation dans ce pays.
                            Les nouveaux « indiens » à exterminer seront tous les noirs, latinos et autres qu’ils pourront sacrifier sur des croix comme bûcher.
                            Fin de règne, et effondrement d’une société, qui malgré l’utilisation du symbole des Etoiles à tout va,
                            auras plus rêvé de sa puissance colonisatrice que la réalité vraie, ne le montre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès