Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Mohamed Ed Doura : Le courage de Charles Enderlin

Mohamed Ed Doura : Le courage de Charles Enderlin

« Au Moyen-Orient, si vous ne pouvez pas expliquer une chose par la Théorie du Complot n’essayez pas de l’expliquer. Les gens ne vous croiront pas. » Thomas Friedman, Rédacteur du New York Times

Il y a dix ans, le 30 septembre 2000, mourait le jeune Mohamed Ed Doura dans des conditions atroces, victime de tirs croisés entre « l’armée la plus pure du monde » et des Palestiniens suite à la provocation, deux jours plus tôt de Ariel Sharon qui est venu plastronner sur l’Esplanade des mosquées. Ce sera le début de l’Intifada. Charles Enderlin, journaliste de renom, qui se trouvait au carrefour de Netzarim colonie sauvage israélienne à Ghaza avec son caméraman Talal Abou Rame, rapporte par l’image le calvaire de l’enfant qui tentait de se protéger avec son père derrière un petit muret. Le film brutal montre comment le père lève désespérément les mains, on voit nettement l’effroi de l’enfant puis plus rien, l’enfant soubresaute puis ne bouge plus fauché par une rafale, le père sera grièvement blessé. Ces images produites par France 2 feront le tour du monde.

Dans le camp de réfugiés de Boureij, Jean-Paul Mari a retrouvé la famille de Mohammed al-Durra, l’enfant de 12 ans tué par les soldats israéliens dans les bras de son père. Jama le père, et le fils Mohamed reviennent, nous dit Jean-Paul Mari, du marché, ils sont obligés de traverser un carrefour. « A l’approche du carrefour de Netzarim, le taxi collectif refuse d’aller plus loin. Pour rejoindre sa maison du camp de Boureij, il faut passer à pied. Jamal prend Mohammed par la main et s’avance prudemment le long d’un mur de parpaing, à 50 mètres en diagonale du fortin israélien. Soudain, une fusillade nourrie éclate. Pendant deux à trois minutes, des coups de feu partent, face au fortin, d’une rue perpendiculaire, là où se trouve habituellement un poste palestinien. (...) La riposte, venue du fortin, inonde le carrefour d’une grêle de balles. Talal voit deux civils tomber sur l’asphalte. Il décide de s’avancer vers le trottoir, est pris sous une rafale et s’aplatit derrière un minibus Volkswagen providentiel. (...) Une ambulance veut s’avancer au carrefour. Elle doit battre en retraite".(1)

"Talal croit entendre un cri d’enfant. Il voit, en face de lui, à 20 mètres, sur le trottoir opposé, Jamal et son fils Mohammed accroupis derrière un fût en ciment dur, sorte de baril creux qui recouvre une prise d’eau. « Le gosse a pris une balle dans la jambe. Le père le tirait vers lui, le serrait contre son dos pour essayer de le protéger de son corps », se rappelle Talal. Mohammed, terrifié, supplie son père : « Pour l’amour de Dieu, protège-moi, papa ! » (...) le père crie en hébreu : « Mon fils est en train de mourir. Arrêtez de tirer ! » Mais une pluie de balles s’abat à nouveau. Puis un nuage de poussière a envahi le coin. Quand il est retombé, j’ai vu le gosse allongé, mort, et son père, assis, inconscient, dont le corps blessé se balançait étrangement. » Ils sont restés quarante-cinq minutes en tout, parfaitement visibles, serrés l’un contre l’autre, derrière ce baril. Pour Mohammed, le chirurgien n’a pu que constater sa blessure à la jambe droite et sa mort causée par la balle qui lui a ouvert le ventre. Jamal, le père, avait le bras droit fracturé, la jambe droite broyée et l’os du bassin emporté sur 10 centimètres de large : « Trois impacts de balles de M16 à haute vélocité.(1) »

Un Symbole

« Le petit Mohamed El Dura, écrit Pascal Boniface, devient le symbole de l’enfant innocent tué par les soldats de Tsahal, les tirs provenant des positions de l’armée israélienne. Ces images suscitent une immense émotion, l’armée israélienne ne conteste pas la présentation de France 2, mais peu à peu l’affaire va prendre une autre dimension, et c’est le journaliste responsable du reportage, Charles Enderlin, qui va être mis au banc des accusés. Charles Enderlin n’est pas n’importe qui : c’est un journaliste extrêmement réputé, parfait connaisseur du Proche-Orient et contre qui il est, a priori, difficile de porter l’accusation d’antisémitisme puisqu’il a notamment, la double nationalité franco-israélienne. Depuis plus de dix ans, Charles Enderlin subit des attaques professionnelles et des menaces sur lui et sa famille. » (2)

« Une théorie du complot va se mettre en route. De la même manière que certains ont nié l’existence des attentats du 11 septembre, certains vont développer la théorie d’une mise en scène expliquant que l’enfant n’a pas été tué et qu’il vit tranquillement en Jordanie, ou qu’il l’a été par les Palestiniens afin de prendre une position victimaire (...) Heureusement, la direction de la rédaction de France 2 n’a jamais cédé. C’est toute cette histoire que Charles Enderlin raconte dans son livre, Un enfant est mort ; les dix ans de galère, d’accusation, de pression, de harcèlement moral et professionnel, tous les éléments sont là et la démonstration de Charles Enderlin est implacable. Son livre et son histoire suscitent plusieurs interrogations. Comment expliquer que cette mort ait pu prendre une telle importance. La journaliste d’Europe 1, Catherine Nay, en a peut-être livré l’explication lors d’un éditorial, disant que cette photo allait faire écho à celle de l’enfant juif du ghetto de Varsovie. Elle a aussitôt été attaquée violemment et on a publiquement tiré la conclusion qu’elle n’évoquerait plus jamais le conflit israélo-palestinien. Des enfants tués par l’armée israélienne au cours d’opérations militaires, il y en a eu des centaines, mais la force de l’image est telle que la mort en direct d’un seul enfant a plus d’impact que celle dont on rend compte en quelques lignes dans les journaux. » (2) (3)

« S’il n’est pas étonnant que des extrémistes, à l’image de Philippe Karsenty qui fait de la chasse à Charles Enderlin une raison de vivre et un moyen de subsistance, que la ligue de défense juive ou l’ex-journaliste Luc Rosenzweig devenu propagandiste extrémiste (dont on peut lire des mails absolument délirants dans le livre) aient attaqué le journaliste de France 2, il est beaucoup plus surprenant qu’il ait été partagé par des personnalités dites modérées ou se disant attachées à la paix. Alain Finkielkraut, l’ex-ambassadeur israélien en France redevenu historien Elie Barnavi, ou le président du Crif, Richard Prasquier, ont également participé sans état d’âme à cette chasse à l’homme. On a même vu deux journalistes réputés, Denis Jeambar, à l’époque à la tête de l’Express, et Daniel Leconte, l’incontournable producteur d’Arte, faire une démarche auprès d’Arlette Chabot pour mettre en cause Charles Enderlin. Ils auraient souhaité que cette démarche reste purement confidentielle, ce qui ne fut pas le cas. » (2)

« Il y a bien sûr la volonté de faire un exemple et d’empêcher la critique d’Israël sur un plan moral. Charles Enderlin livre également une autre explication à la formidable campagne dont il a été la victime. Plus encore que son reportage sur la mort d’un enfant, ce sont ses livres et documentaires sur l’échec du processus de paix et la reprise du conflit qui sont en cause. Charles Enderlin a fait un travail historique remarquable des événements qui ne sont contestés par aucun des acteurs qu’il a pour la plupart vu longuement. Ses conclusions tendent à prouver que, contrairement à ce que vont essayer de faire croire le gouvernement israélien et ses partisans et relais médiatiques, ce n’est pas Yasser Arafat qui a décidé d’interrompre les négociations et de relancer l’Intifada, mais que c’est bien la répression des manifestations ayant fait plusieurs morts, le lendemain de la visite d’Ariel Sharon le 28 septembre 2000 sur l’Esplanade des mosquées, qui est venue susciter une colère incontrôlée. » (2)

Dans la même veine de la théorie du complot, Pierre-André Taguieff qui compare le reportage de Charles Enderlin... aux Protocoles des Sages de Sion. On le voit ; la machine à propagande doit tourner à fond, l’ordre vient d’en haut. L’histoire ne doit pas retenir cet enfant, cet ange assassiné devant son père. Soit, on taxe le témoin d’´´antisemitisme´´ et on s’acharne à la fin cela finira par devenir vrai, soit on le présente comme un « islamiste fasciste » en puissance ou même de s’exploser. A la fin, le résultat est qu’on décrédibilise et on censure. Le problème pour les sionistes est que Charles Enderlin est juif, comment le décrédibiliser ? Comment faire ? On s’acharne pour que l’intéressé soit définitivement muselé. « Il est des livres, écrit l’éditorialiste du journal Le Monde, que l’on écrit pour se défendre contre la diffamation, tenter de rétablir sa vérité et laver son honneur. Tel est l’objet d’Un enfant est mort. C’est peu dire que Charles Enderlin, correspondant permanent de France 2 à Jérusalem depuis 1981, a été meurtri par la campagne de dénigrement qui le poursuit depuis dix ans à propos de l’affaire du petit Mohammed Al-Dura. Peut-être aurait-il pu choisir le silence, afin de permettre aux passions de s’apaiser, pour que s’éteigne cette polémique vipérine. Y aurait-il gagné en sérénité ? Il ne le croit pas : « Avec ou sans ce livre, cette campagne va continuer, parce que c’est mon travail, mes livres, c’est moi, qu’ils visent. » C’est une mort en direct. Les tirs, commentera Charles Enderlin, « sont venus de la position israélienne ». Le 3 octobre, interrogé par la BBC, le général israélien Giora Eiland, chef des opérations de l’armée, dressera un constat similaire, puis il se rétractera. Le cameraman de France 2, Talal Abou Rahmeh, ne sait pas alors que ses images vont faire le tour du monde, exacerber la tension israélo-palestinienne, semer les germes d’une intense controverse, toujours vivace ».(4)

La mécanique du diable

« Pour l’opinion arabe et musulmane, l’armée israélienne a assassiné un enfant. Mais un puissant lobby pro-israélien s’est mis en branle, visant à délégitimer le journaliste (il n’était pas présent sur les lieux du tournage), et instrumentaliser une théorie du complot : le film serait un ´´montage´´, une ´´mise en scène´´, une ´´manipulation´´ et une ´´imposture´´. France 2 renouvellera sa confiance à son correspondant, dont la réputation professionnelle est indéniable, et la profession journalistique lui apportera un très large soutien. Rien n’y fait. La mécanique de la diffamation est en marche, elle ne s’arrêtera plus. Elle dispose d’avocats déterminés et influents. A sa tête, Philippe Karsenty, pour qui l’affaire Al-Dura est devenue, depuis dix ans, un véritable fonds de commerce. Il est rejoint par l’ancien journaliste Luc Rosenzweig, l’ancien ambassadeur d’Israël à Paris, Elie Barnavi, Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, l’écrivain Alain Finkielkraut, parmi d’autres. Le livre de Charles Enderlin n’est pas un règlement de comptes, mais une démonstration : il décrit minutieusement, faits et citations à l’appui, la trame et la progression d’une campagne de calomnies. Si Un enfant est mort est d’abord le récit de l’acharnement contre un journaliste, c’est aussi un livre sur le conflit israélo-palestinien, en ce sens qu’il illustre l’intensité des haines dont celui-ci se nourrit ». (4)

« Il s’agissait », estime Charles Enderlin, « de m’abattre professionnellement parce que j’avais mis à mal, dans « Le rêve brisé », la version israélienne sur les responsabilités dans l’effondrement du processus de paix d’Oslo. Multiplication de procès -dont aucun n’a donné tort à Charles Enderlin, campagne de dénigrement, insultes, rien n’arrête la campagne haineuse qu’il décrit dans « Un enfant est mort ». Jusqu’à la lettre explicite de menaces rédigée par un journaliste ayant fait sa carrière dans un prestigieux quotidien... Mais au-delà de cette insupportable cabale, ce que révèle l’affaire Al-Dura, c’est la volonté d’étouffer toute image susceptible de réveiller une opinion internationale lassée d’un conflit qui n’en finit pas.(4)

« Dix ans que ça dure, écrit Pierre Haski. Dix ans que Charles Enderlin endure une cabale l’accusant d’avoir commis le pire crime pour un journaliste : avoir commis un faux, la mort en direct d’un enfant palestinien, Mohamed Al-Dura, dans la bande de Ghaza. Il publie un livre sur cette pénible affaire : « Un enfant est mort ». Il a fait sa vie depuis près de trente ans, notamment parce qu’il enfilait chaque année l’uniforme de l’armée israélienne pour accomplir sa période de réserve obligatoire. De ce point de vue, Enderlin a sans doute plus fait concrètement pour la sécurité d’Israël que ses détracteurs de Paris ou Washington... Depuis dix ans, cette affaire fait l’objet d’une intense polémique, dont Charles Enderlin est la principale cible, avec une violence et une persévérance sans beaucoup d’équivalents. Ses détracteurs l’accusent d’avoir couvert une mise en scène, et affirment même que l’enfant serait vivant, sans toutefois en apporter la moindre preuve factuelle. » (5)

« Ce déchaînement pourrait être risible, vu le nombre de morts que cette région a connu au cours de la décennie écoulée, y compris d’enfants, notamment lors de la guerre de Ghaza l’an dernier, au cours de laquelle, selon le rapport rédigé pour l’ONU par le juge sud-africain Richard Goldstone, aussi bien Israël que le Hamas palestinien ont commis des « crimes de guerre ». La bataille semble plus concerner les communautés juives à l’étranger que les Israéliens eux-mêmes, ou le reste du monde. Comme s’il fallait laver symboliquement l’armée israélienne du soupçon d’avoir délibérément tué un enfant, pour conserver à cette armée son image de pureté immortalisée un jour par Claude Lanzmann dans son film « Tsahal » Circonstance aggravante, Charles Enderlin est lui-même juif, avec une partie de ses ancêtres ayant fui le nazisme, mais un « mauvais juif » ? Car, comme le demande le journaliste dans son livre : « Pour être un bon juif, faut-il accepter la thèse de la mise en scène de l’affaire Al-Dura ? »(5)

Pourquoi, en définitive, nier la mort de Mohamed Al-Dura alors que de nombreux civils palestiniens ont été tués par l’armée israélienne, ces dernières années ? Le 7 octobre 2007, Gideon Levy écrivait ainsi dans Haaretz : « En octobre dernier, nous avons tué 31 enfants à Ghaza... ». Et au cours des trois semaines de la guerre de Ghaza, début 2009, « 318 des victimes » étaient des mineurs de moins de 18 ans », rappelle Charles Enderlin. Pourquoi alors cette obstination à nier cette mort-là ? Parce que ces images, qui montrent en direct la mort d’un innocent, désarmé, sont insupportables. Et parce que l’armée israélienne -comme d’autres- mène désormais une guerre totale aux images qui peuvent lui aliéner l’opinion. « L’armée la plus pure du monde » dont Claude Lanzmann a tenté de vendre l’image démontre au jour le jour que c’est une armée non seulement cruelle qui ne respecte pas les droits de la guerre, mais que forte et sûre d’elle-même, elle puise dans son délire messianique la conviction qu’elle appartient à la race des seigneurs.

 

1. Jean-Paul Marihttp://hebdo.nouvelobs. com/sommaire/monde/037320/c-est-ici-qu-on -meurt.html

2. Pascal Boniface : Charles Enderlin sous les feux croisés http://pascalboniface affairesstrategiques.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/10/06/charles-enderlin-sous-les-feux-croises.html

3. Charles Enderlin. Un enfant est mort. Ed. Don Quichotte Paris 2010

4. « Un enfant est mort », de Charles Enderlin : autopsie d’une calomnie Le Monde 23 10 2010

5. Pierre Haski : « Un enfant est mort » : Charles Enderlin défend son honneurhttp://www.rue89.com/print/ 168657 09/29/2010

Pr Chems Eddine CHITOUR

Ecole Polytechnique Alger enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Lefumiste Lefumiste 12 octobre 2010 10:09

    Bref, rien de nouveau sous le soleil....

    Comme quoi l’histoire se répète étrangement ! Les mêmes mécanismes de propagande dégueulasses (plomb durci/Intifada/flotille/...) destinés à redorer le blason de cet État gouverné par de cyniques personnages et groupes de pressions (en même temps c’est dans l’air du temps et c’est pas les seuls dans ce cas là..)

    Tsahal/Israël se fait prendre en train de commettre une bavure .... La personne/l’institution/le groupe qui relaye cette bavure se fait attaquer et dénigrer par les lobbys/sionistes Israélien ..... L’opinion publique finit par oublier... jusqu’à l’affaire suivante ! Et rebelote !!!

    Mais le vent tourne petit à petit, comme en témoigne l’opposition grandissante des Juifs du monde face au agissement de ceux qui se disent « représentant du peuple Juif »...


    • ZEN ZEN 12 octobre 2010 10:38

      Français et israëlien, mouillant sa chemise sur le terrain, Enderlin fait preuve de courage, loin de tout manichéisme.
      « À partir du moment où un correspondant de presse commence à travailler en tenant compte des réactions éventuelles que son information va susciter, il est fini », dit-il

      -Par le feu et par le sang : une intéressante remontée dans le temps, sans concessions. A lire.


      • frugeky 12 octobre 2010 10:39

        Effectivement rien de nouveau.
        Toute critique d’Israël est activement détournée vers un antisémitisme qui ne dirait pas son nom.
        Il n’y a qu’à voir les commentaires des hasbaras sur agoravox dès que Israël est mis en cause et comment des faits rapportés sont vite occultés dans l’actualité, noyés parfois sous des tonnes de références invérifiables et par de nouvelles alertes terroristes...
        Rengaine.


        • JL JL 12 octobre 2010 10:40

          Intéressant. Mais pour éviter toute confusion, je voudrais rebondir sur ceci que vous écrivez, je cite :

          « Une théorie du complot va se mettre en route. De la même manière que certains ont nié l’existence des attentats du 11 septembre, certains vont développer la théorie d’une mise en scène expliquant que l’enfant n’a pas été tué et qu’il vit tranquillement en Jordanie, ou qu’il l’a été par les Palestiniens afin de prendre une position victimaire ’"

          A l’énorme différence suivante :

          Ceux qui fustigent les thruthers du 11 septembre sont précisément les mêmes, ou leurs amis, que ceux qui disent que l’enfant a été tué par les Palestiniens afin de prendre une position victimaire !

          Je crois que ça va mieux en le disant : la théorie du complot n’est pas que du coté où les médias dominants regardent. Au contraire !


          • JL JL 12 octobre 2010 11:19

            @ Amaury W, vous écrivez : « Yvan Attal ( défendait) le « sacrifice » de la Cisjordanie par les palestiniens pour assurer la sécurité d’Israèl ».

            Pour moi cette phrase est insensée ou contradictoire. Vous pourriez préciser ce que vous entendez là ?


          • JL JL 12 octobre 2010 11:37

            Merci pour la réponse. Voulez-vous dire qu’Yvan Attal demandait aux Palestiniens de quitter la Cisjordanie pour assurer la sécutité d’Israël ?


          • haneelam haneelam 16 octobre 2010 17:48

            "le Hamas était un mouvement encouragé en sous-main par le gouvernement israèlien, tout comme la plupart des mouvements islamistes.."

            Vous serait-il possible de détailler sources et éléments vérifiables à l’appui ?


          • Martin D 12 octobre 2010 11:15

            israel qui se dit l’armée la plus pure et la plus morale ==> elle viole plus de 200 résolutions onusiennes, utilise des bombes au phosphore, utilise des boucliers humains pour tuer, etc....
            usa qui se dit avoir une responsabilité de gouverner le monde pour apporter la paix à terme ==> vente d’armes aux 2 bélligérants, infiltration, meurtre, guerre, putsh, empoisonnement, test sur cobaye volontaires et non volontaires, destruction, humiliation, ...

            israel et usa sont les 2 entités satanique par leurs methode de propagande : d’un côté ils te disent nous on est morale et pure et on est protégé et guidé par DIEU, et de l’autre, ils te plante un coup ,de couteau dans le dos


            • ELCHETORIX 12 octobre 2010 11:21

              Merci l’auteur pour cet excellent article qui met en lumière les exactions de l’entité illégale d’israèl , avec son armée qui ne serait rien sans le soutien US .
              RA.


              • haneelam haneelam 16 octobre 2010 18:44

                « l’entité illégale d’israèl » ?

                Pouvez vous justifier cette appellation par des sources et des éléments verifiabls ?


              • haneelam haneelam 16 octobre 2010 18:47

                « l’entité illégale d’ Israël »

                Pouvez vous justifier cette appellation par des éléments vérifiables ?


              • haneelam haneelam 16 octobre 2010 19:57

                « l’entité illégale d’Israël », c’ est un effet de style ou bien vous pouvez justifier cette formule par des arguments juridiques vérifiables ?


              • Castor 12 octobre 2010 11:21

                Il faut être deux pour faire un conflit.

                Et l’irresponsabilité des uns mène irrévocablement à l’irresponsabilité des autres.

                • Martin D 12 octobre 2010 11:55

                  sauf que tu compares l’une des armées la + puissante de ce monde à des individus qui lancent des roquettes au hasard et qui ont fait 13 morts israeliens en 50 ans !

                  la victime palestinienne ne peut être comparé au bourreau sioniste...


                • thaumaetopea 14 octobre 2010 08:37

                  Dont certains de peur (crise cardiaque) ou étouffé par leurs Pampers !


                • morice morice 12 octobre 2010 12:26

                  dix années d’injures, avec derrière un grand orchestrateur... Philippe Karsenty et la Metula Agency.


                  le dossier est ici :


                  le rôle de Leconte d’Arte est aussi à surveiller, car il est mis en cause sur pas mal de ces propres reportages :

                  Antoine Vitkine, qui signe ce reportage (fidèle collaborateur de Daniel Leconte, il réalise des films pour Doc en stock et écrit des livres pour la collection du même nom. Il collabore aussi à la revue néoconservatrice le Meilleur des mondes), s’est bien gardé de procéder à une véritable enquête. On aurait aimé savoir, par exemple, quel regard portent sur l’islamisme les dizaines de milliers de Français musulmans issus des classes dites moyennes et supérieures. Au lieu de cela, donc, un portrait hagiographique de Mohamed Sifaoui. Ce journaliste algérien qui vit en « exil » à Paris (malgré ses liens avérés avec les plus hautes autorités militaires de son pays) s’est fait connaître du grand public au début de l’année 2003 par un reportage diffusé sur France 2, suivi d’un livre, dans lesquels il prétendait avoir « infiltré », au péril de sa vie, une cellule d’Al-Qaïda. Les incohérences, pourtant flagrantes, de son « enquête » n’ont pas été suffisantes pour déboulonner de son piédestal le héros qui, encore aujourd’hui, bénéficie de l’indéfectible soutien des journalistes Philippe Val et Caroline Fourest, entre autres.

                  Vitkine et Leconte n’ont pas souhaité sortir de ce sensationnalisme facile. Devant la caméra, le maître espion donne un échantillon de son savoir-faire. Planqué dans unappartement, il observe en contrebas une courette où vont et viennent quelques hommes barbus pénétrant dans le local d’une association « qui se présente comme simplement culturelle », nous dit Vitkine. Grâce à un système d’écoute et à sa connaissance de la langue arabe, Sifaoui nous livre la traduction du prêche qui se tient à l’intérieur : « Les ennemis de l’islam iront en enfer. » Commentaire de Vitkine : « Pas de doute : il s’agit d’une mosquée clandestine salafiste. » On se croirait chez Hergé. Retour au bureau de Sifaoui, qui découvre sur sa messagerie des mails d’insulte « et même une menace de mort ».

                  Un peu plus tard, Sifaoui répond à l’invitation de la Licra de participer à un colloque sur la montée de l’islamisme en Europe. Tandis qu’il parle à la tribune, « le public ne s’aperçoit de rien, mais ses gardes du corps sont de plus en plus tendus ». Car, au balcon, « deux hommes » sont en train de filmer... Les gardes du corps voient partir les deux individus sans les avoir identifiés. « Ils ne sauront jamais s’ils étaient vraiment dangereux. Pour Mohamed Sifaoui, la tension est permanente. »

                  Cette entrée en matière pourrait faire sourire si elle n’était, en réalité, le premier volet d’un amalgame bien construit que nous révèle la suite du film : Sifaoui témoigne à présent en faveur de Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo, au procès des « caricatures de Mahomet ». Au sortir de la salle d’audience, il rend compte à chaud de sa déposition devant une forêt de micros et de caméras : « Mes tripes ont parlé. J’ai vu mes confrères qui ont été happés par le terrorisme islamique. » Présente à l’audience, Caroline Fourest donne aussi son sentiment : « Ceux qui acceptent la critique, j’en connais pas beaucoup. Y’en a pas beaucoup, comme Mohamed. » Un mois après, Mohamed est dans l’avion. Il se rend au Danemark. « Il a rendez-vous avec Ibrahim le Syrien et Fathi le Palestinien. Ils organisent un rassemblement de démocrates musulmans. Un événement inédit », explique Vitkine. On s’est comme légèrement éloigné de l’islamisme. Les Turcs, les Palestiniens et les centaines de milliers d’électeurs français musulmans apprécieront sûrement. Mais il n’est pas certain que la suite de cette soirée (un reportage érudit sur Mahomet et les femmes permettant de se dédouaner à bon compte du soupçon d’islamophobie et un débat de trente minutes préformaté et animé par Leconte, faisant office de cerise sur le gâteau) aura permis aux spectateurs d’Arte d’y voir plus clair.


                  • fonzibrain fonzibrain 12 octobre 2010 12:55

                    et c’est villach qui a colporté ici ce méga mensonge, ne pas l’oublier.


                    je respecte enderlin, il a montré la malsainité de certain israéliens et leurs larbins en france.


                    toute l’équipe du meilleur des monde devraient être emprisonné pour propagande, manipulation et intelligence avec l’ennemi.



                    • morice morice 12 octobre 2010 13:28

                      et c’est villach qui a colporté ici ce méga mensonge, ne pas l’oublier.


                      n’importe quoi.... 


                      Villach expliquait ce qu’explique Bakchich : les défenseurs d’Henderlin s’y étaient mal pris. Ce qui est patent et a DESSERVI Henderlin, hélas....

                      • fonzibrain fonzibrain 12 octobre 2010 13:59

                        morice, je crois que tu m’avais envoyé chier avec ces histoire de no plane, mais j’aimerai savoir ce que tu pense de ces images ou un batiment n’est pas à la même place



                        ne m’engueule pas sur la totalité de la vidéo mais uniquement sur ce batiment qui n’est pas à la même place et je ne pense pas que ce soit une histoire de perspective

                        • ZEN ZEN 12 octobre 2010 18:39

                          @ Auteur
                          Les liens ne fonctionnent pas


                          • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 octobre 2010 19:26

                            Et puis, quel courage pour vous : critiquer Israël !
                            C’est moins risqué que de critiquer le gouvernement algérien smiley


                            • Albar Albar 12 octobre 2010 20:43

                              Mais cowboy , l’auteur critique la saleté et les crimes des sionistes que le temps compte en comptable ; la suite, car il y a bien une suite.........elle viendra et rira bien qui rira le dernier !


                            • AniKoreh AniKoreh 13 octobre 2010 10:24


                              Elle n’était, en guise de conclusion du post de St Just, que le rappel d’une maxime assez connue, attribuée à Sénèque :

                              - « Errare humanum est, perseverare diabolicum est »


                              Cicéron, quant à lui, écrivait : « Cuiusvis est errare : nullius nisi insipientis, in errore perseverare ».
                               Littéralement : L’erreur est une chose commune, mais seul l’ignorant persévère dans l’erreur.

                              Waldganger a interprété ’de travers’..


                            • AniKoreh AniKoreh 13 octobre 2010 10:28


                              Tiens, une suite de posts (Saint Just > Waldganger > Fonzibrain) auquel j’apportais une précision (ci-dessus) vient de disparaître...  smiley

                               ???


                              • Ann O’Nymous 14 octobre 2010 11:45

                                Un état des procédures judiciaires dans cette affaire serait utile à mon avis.


                                Sur AgoraTV, dans une interview de Karsenty - qui ne semble pas toute récente - il affirme, ou laisse du moins entendre, qu’il tend à gagner ses procès sur cette affaire. Qu’en est-il ?

                                • BEBE 17 octobre 2010 00:47
                                  La mauvaise foi de Charles Enderlin

                                  Ces derniers jours, j’ai eu la désagréable impression d’habiter un pays du genre de la Corée du Nord ou de cette défunte RDA que j’ai bien connu naguère. L’écho médiatique massif et d’une complaisance inouïe donné au dernier livre de Charles Enderlin « Un enfant est mort » s’apparente en effet aux pratiques en vigueur dans les pires dictatures totalitaires.
                                  Que Charles Enderlin défende son point de vue sur sa version de l’affaire dite Al Dura, objet d’une controverse qui dure maintenant depuis plus de dix ans ne me choque pas. Qu’il le fasse en calomniant bassement ceux qui mettent en doute sa version de l’enfant tué et de son père grièvement blessé par des balles israéliennes relève, hélas, d’une mauvaise foi alimentée par la mauvaise conscience. Mais c’est le jeu de la liberté d’expression dans les limites de la loi, et celle-ci ne saurait être remise en cause.
                                  Mais ce qui est tout simplement insupportable, c’est que tous ceux qui ne sont pas d’accord avec Charles Enderlin ne sont jamais sollicités de donner leur avis. Richard Prasquier, président du CRIF, Philippe Karsenty, relaxé dans le procès en diffamation que lui avait intenté France 2, ou encore Elie Barnavi ou Pierre André Taguieff, qui se sont penchés sur la question auraient pourtant des choses intéressantes à dire sur le sujet.
                                  Ainsi, Charles Enderlin peut tranquillement dévider ses contre vérités en répondant à des journalistes complaisants et souvent totalement ignorants du sujet qu’ils abordent. Il se présente en victime d’un complot politique de la droite israélienne et des néo-conservateurs américains visant à le décrédibiliser en raison de ses analyses du conflit proche oriental. C’est absurde quand on connaît les idées sur la question de quelques uns de ses critiques comme Elie Barnavi ou Alain Finkielkraut.
                                  Que faire devant ce matraquage à sens unique ? Pas grand chose, hélas, sinon manifester sa désapprobation devant de telles méthodes auprès des médias qui les mettent en pratique. Et rester persuadé que la vérité finira bien, un jour, par se frayer un chemin en dépit des obstacles placés sur sa route.

                                  Ecrit par Luc Rosenzweig

                                    • tourn en ron 18 octobre 2010 16:49

                                      JUIF ISTERIE CES COOL PAS DE CENSURE BRAVO AGORA-INTOX bouffon 


                                      • tourn en ron 18 octobre 2010 16:53

                                        censure censure


                                        • BEBE 18 octobre 2010 16:57

                                          la création d’ISRAEL, une erreur tragique ?
                                          Une légitimité HISTORIQUE, plutôt, non ? dans le cadre de la décolonisation. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès