Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Moi, Elor Azarya, assassin de Tsahal

Moi, Elor Azarya, assassin de Tsahal

Juin 1967, Guerre des Six Jours. Afin de contrer une menace syrio-jordano-égyptienne, Israël lance une attaque préventive sur les trois pays. L'Etat Hébreu y conquiert, puis y occupe depuis lors un certain nombre de territoires que sont la bande de Gaza, la Cisjordanie (dont Jérusalem-Est) et le plateau du Golan, communément appelés « territoires occupés ».

Près de cinquante ans plus tard, les périodes d'accalmie alternant avec celles de grandes tensions, la situation est toujours très préoccupante dans ces territoires, où des actes de violence sont perpétrés de part et d'autre. Lors de la répression de ceux-ci, le bras armé d'Israël use parfois de violence disproportionnée, et des exactions y sont régulièrement dénoncées. Le plus souvent basées sur des témoignages peu relayés et non captés, il arrive cependant que ces agissements soient filmés. Comme ce qu'il s'est passé il y a quelques jours en Cisjordanie, où un jeune Palestinien a été exécuté sommairement en pleine rue par un élément d'une patrouille israélienne.

« C'est toujours l'oppresseur et non l'opprimé qui détermine la forme de la lutte. Si l'oppresseur utilise la violence, l'opprimé n'a pas d'autre choix que de répondre par la violence. » 

                                                     [Nelson Mandela]

 

 

 

Les faits

Le 24 mars 2016, dans une colonie juive de Cisjordanie à Hebron, une patrouille de l'Armée de Défense d'Israël (ADI) est visée par un acte de poignardage orchestré semble-t-il par deux Palestiniens, dont l'un s'appelle Abed al-Fatah al-Sharif, âgé de 21 ans. Les blessures occasionnées à l'un des soldats de Tsahal[1] sont légères, et les deux agresseurs sont "neutralisés". L'un est vraisemblablement décédé sur place, mais manifestement pas le second puisqu'on le voit bouger sur cette video de trois minutes. Alors que le jeune homme ne représente plus aucune menace, qu'il est étendu sur le dos, sans doute blessé, il est abattu froidement d'une balle dans la tête par l'un des soldats israéliens présent sur les lieux. Cet assassinat arbitraire aurait pu passer inaperçu, au milieu d'exactions commises par l'armée israélienne et régulièrement dénoncées, y compris et surtout par les Nations Unies. Mais le problème est devenu épineux pour l'Etat Hébreu depuis que cette scène barbare a été filmée et largement diffusée sur le web[2], obligeant les autorités israéliennes à réagir.

 

Le tireur

Le nom du tireur sera rapidement révélé - puis confirmé - sur Tikun Olam, blog politique créé par Richard Silverstein en 2003, et qui relate régulièrement des faits relatifs à la sécurité d'Israel et au conflit israélo-arabe. 

Aussi curieux que cela puisse paraitre, vous ne retrouverez pas initialement ce nom dans les principaux médias ; les organes de presse français relatent d'ailleurs à peine cette information. Dans les grands médias anglophones, l'affaire est plus largement évoquée, parfois sur plusieurs éditions, comme par exemple dans le New York Times du 30 mars 2016. Mais le nom du tueur n'apparait pas davantage, ce qui vaudra à Glenn Greenwald ce petit billet incisif dans Le Guardian du même jour, où ils fustige la connivence du journal envers la censure imposée par Israël, censure d'autant plus incompréhensible que le nom du tireur avait déjà été largement rendu public par ailleurs. Jusqu'à son profil Facebook, où, du reste, le jeune homme adhère ouvertement à des organisations radicales interdites en Israël (comme Kach), s'y lamente d'un cessez le feu intervenu en juin 2014, et y expose largement son adhésion à la doctrine "tuez les tous !" en évoquant les Palestiniens.[3] 

Il est par conséquent temps ici de corriger cette carence des grands médias, et donc non seulement évoquer cet assassinat sommaire, mais également de révéler le nom de celui qui en est l'auteur. Comme indiqué dès le titre de ce billet, il s'appelle Elor Azarya. Il s'agit d'un jeune caporal appartenant à une équipe médicale du Bataillon Shimshon, dont le responsable sur place était le Lieutenant Colonel David Shapira, toujours selon Tikun Olam. Selon RFI, le jeune homme possède la double nationalité israélienne et française.

 

Hebergeur d'image

 

"Ce connard là respire encore !"

A la vision de la vidéo évoquée, nous pouvons révéler plusieurs choses au delà de l'assassinat de sang-froid. La scène aurait été filmée environ 20 minutes après les faits. Entre les 20ème et 30ème seconde de la séquence, nous voyons Abed al-Fatah al-Sharif étendu sur le dos au milieu de la rue. Nous ne voyons pas de sang autour de lui. Il remue la tête de gauche à droite. Il apparait par conséquent toujours bien vivant à cet instant. Richard Silvertein, dans son article précédemment cité, évoque les paroles d'un colon sur place qui aurait déclaré aux soldats : “Ce connard là respire encore." Alors que le soldat israélien, blessé léger, est secouru, cela n'est pas le cas du jeune Palestinien. Nous comprenons vite pourquoi : une minute et trente secondes après avoir encore bougé, Elor Azarya s'approche de lui et lui tire une balle en pleine tête.

La video révèle également que le tireur s'est dirigé quelques secondes avant vers un autre soldat pour lui parler. C'est aussitôt après cet échange de quelques secondes que le Caporal Azarya s'approche de Abed al-Fatah al-Sharif et qu'il l'assassine, sous les yeux de son supérieur sur place, qui pourrait être le Lieutenant Colonel David Shapira, selon les informations déjà évoquées ci-dessus (celui qui est au téléphone, tout près de la victime). En tout état de cause, que ça soit Shapira ou non, il appert au visionnage de la video que cet homme est l'un des responsables du groupe, car il donne clairement des instructions aux autres soldats. Concernant Azarya, on peut légitimement penser qu'il est venu préalablement demander l'autorisation de faire feu, en tout cas avertir du geste qu'il allait commettre. Dans le jargon, il semble que l'on appelle cela "confirmer le décès". Sauf que cette terminologie devrait signifier vérifier que la personne est décédée ou non, et non l'achever de sang froid.

Ce qui interpelle également dans la video, c'est l'absence de réaction de tous les autres intervenants présents sur les lieux : soldat, équipe médicale, colons. Certains anticipent le geste en se bouchant les oreilles sans le moindre regard pour la victime, d'autres n'ont pas le temps de s'y préparer mais ne sursautent pas ni ne s'étonnent par la suite du tir, y compris le responsable sur place. Quiconque a l'occasion de fréquenter régulièrement des stands de tir peux témoigner que lorsqu'un coup part sans que l'on sache d'où ça vient ou que ça ne soit "prévu", la première question qui vient à l'esprit est d'identifier l'origine du tir, vérifier qu'il ne s'agit pas d'un incident, et de regarder ses éventuelles conséquences. Mais pas ici, en pleine rue à Hébron après une agression, alors même qu'un tir inattendu devrait mettre tout le monde en alerte.

Le déroulement de la scène filmée semble par conséquent indiquer non seulement que l'assassinat commis par le jeune Elor Azarya a été manifestement validé par sa hiérarchie, mais que ces méthodes, fallacieusement appelées "confirmation du décès" et consistant le cas échéant à achever les blessés, semblent habituelles au sein de Tsahal.

 

Tsahal et les exactions : une longue histoire

La liste d'exécutions sommaires commises par l'armée israélienne est malheureusement déjà bien fournie, comme en témoignent les quelques exemples ci-dessous en video/photo ou bien documentés : Bassam Massalha (2016), Fadi Alloun (2015), l'étudiante Hadeel al-Hashlamoun (2015), le jeune Nadim Nuwara (2014), l'adolescente Iman Darweesh Al Hams (2004) ou encore Mahmoud Saleh (2002 - attention photographies éventuellement difficiles à supporter). Et il existe bien d'autres cas plus ou moins bien illustrés.

Nous n'avons pas retenu dans cette liste les événements ou l'armée israélienne agit potentiellement en état de légitime défense[4], même dans les cas où les assaillants sont malheureusement des adolescents, qui auraient sans doute pu être neutralisés autrement que par un tir mortel. Il faut souligner que l'armée israélienne sait aussi parfois faire preuve de sang froid dans certains mouvements de foule hostile (dernière minute de la video). Néanmoins, compte tenu de la liste de près de 200 Palestiniens tués depuis le 1er octobre 2015 selon l'organisation des droits de l'homme Al-Haq, on ne peut qu'en déduire que cette retenue est exceptionnelle. 

Néanmoins nous avons clairement affaire dans les quelques cas décrits ci-dessus, de même que dans les événements du 24 mars 2016, à des exécutions extrajudiciaires inadmissibles qu'absolument aucune menace ne justifie.

 

Israël : de la timide condamnation au soutien... au tireur !

Le jeune caporal a été suspendu, et il est actuellement détenu. Une enquête a été ouverte sur les faits. Mais Al Haq dénonçait déjà le fait que les charges retenues contre le tireur était rapidement passées du meurtre à l'homicide involontaire, ce qui, pour quiconque a pu visionner la video, est une ineptie. Ainsi, toujours selon l'organisation, Elor Azarya a été arrêté uniquement pour “éviter une gêne devant le monde entier."

Les autorités israéliennes ont initialement condamné le geste, mais de façon timorée et finalement hypocrite. Ainsi le Premier Ministre, Benjamin Netanyahu, déclarait trois jours plus tard dans ce que le quotidien israélien Haaretz qualifiait de "rétropédalage", que "remettre en question la moralité de l'armée de défense israélienne [ADI] était outrageant et inacceptable...", puis que les "les soldats de l'ADI, nos enfants, conservent un haut degré de moralité quand ils traitent avec des meutriers sanguinaires." Il a enfin ajouté qu'il était "certain que dans ce cas, comme dans tous les autres cas, toutes les circonstances sont prises en compte. Ainsi nous devons tous soutenir les responsables de l'ADI, l'ADI et les soldats qui nous protègent."

Naftali Bennett, ministre de l'éducation, apportait également son soutien au tireur en déclarant : "Le soldat n'est pas un meurtrier. Avons-nous perdu la tête ?"

La société civile israélienne semble pencher dans la même direction. Ainsi, selon Isabel Kershner du New York Times, "alors que beaucoup d'Israéliens ont dénoncé l'exécution... comme une violation grave de la conduite militaire proprement dite, beaucoup d'autres appellent le soldat incriminé un héros. Mercredi [30 mars 2016] près de 57,000 Israéliens avaient signé une pétition en ligne demandant à ce qu'une citation au mérite soit donnée [au tireur]." Un mouvement de soutien à Elor Azarya demande même à ce que le chef d'état major de l'ADI soit viré, lui qui avait condamné l'incident comme une "grave violation des valeurs de Tsahal, de la conduite et des standards en matières d'opérations militaires."

Pour illustrer ce qui précède, un sondage de la chaîne israélienne Channel 2 News, citée par Haaretz, révélait que la majorité des sondés (57 %) pensait qu'il n'était pas nécessaire de détenir le soldat et d'enquêter, tandis que seulement 5% considéraient le fait d'abattre un agresseur blessé comme un meurtre. 

 

Mais des dissidences internes

Il faut tout de même relativiser cet aveuglement de la société et des autorités israéliennes vis à vis de ce que l'on doit bien appeler par son nom : un assassinat. Il faut en effet insister sur le fait, tout d'abord, que la vidéo en question a été révélée par B’Tselem, l'organisation des droits de l'homme israélienne.

Saluons par ailleurs les prises de positions de quotidiens comme Haaretz, par leur critique de ces événements, mais dans un cadre plus large par leur combat en faveur du retrait des Territoires occupés et de la défense des droits des Palestiniens.

D'autres auteurs israéliens comme Richard Silverstein, et son blog progressiste Tikun Olam, sont également très sévères envers les excès de la sécurité nationale conduite par l'Etat d'Israël. R. Silverstein sera par ailleurs à l'origine de la révélation du nom de Elor Azarya dans la presse, pratique interdite par une loi israélienne. Il précise disposer de beaucoup d'informations transmises par ses pairs.

 

L'ONU spectatrice impuissante

En faisant même abstraction de l'assassinat d'Abed al-Fatah al-Sharif, l'esprit candide pourra arguer que ces deux Palestiniens n'avaient pas à attaquer sans raison des éléments d'une patrouille israélienne. C'est oublier un peu vite que ces terres ont été annexées par Israël il y a bientôt 50 ans, et que le Conseil de Sécurité de l'ONU a sommé l'Etat Hébreu de s'y retirer et de cesser de violer le droit international par de nombreuses résolutions, dont voici quelques exemples :

Résolution 242 (22 novembre 1967). Le Conseil de sécurité condamne l’« acquisition de territoire par la guerre » et demande le « retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés ». Il affirme « l’inviolabilité territoriale et l’indépendance politique » de chaque Etat de la région.

Résolution 446 (22 mars 1979). Le Conseil de sécurité exige l’arrêt des « pratiques israéliennes visant à établir des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés depuis 1967 », déclare que ces pratiques « n’ont aucune validité en droit » et demande à Israël de respecter la convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre.

Résolution 592 (8 décembre 1986). Le Conseil de sécurité rappelle que la convention de Genève relative à la protection des civils en temps de guerre « est applicable aux territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés par Israël depuis 1967 ». Il condamne « l’armée israélienne qui, ayant ouvert le feu, a tué ou blessé des étudiants » de l’université Bir Zeit.

Résolution 605 (22 décembre 1987). Après le déclenchement de la première Intifada, le Conseil de sécurité condamne les pratiques d’Israël « qui violent les droits de l’homme du peuple palestinien dans les territoires occupés, en particulier le fait que l’armée israélienne a ouvert le feu, tuant ou blessant des civils palestiniens ».

Résolution 641 (30 août 1989). Le Conseil de sécurité « déplore qu’Israël, puissance occupante, continue d’expulser des civils palestiniens » et lui demande d’assurer le retour de tous les expulsés.

Selon l'ONU, Israël n'est par conséquent pas fondé à occuper ces territoires, et apparaît comme un "éternel dissident international". Seulement, fort d'un soutien américain sans faille, l'Etat Hebreu a de ce fait peu à craindre de l'Organisation des Nations Unies, ainsi neutralisée, et à laquelle elle adhère pourtant. L'immense majorité des véto opposés aux résolutions onusiennes visant Israël est en effet le fait du seul pays de l'Oncle Sam, au point que le chiffre effarant de 42 de ces interventions états-uniennes étaient comptabilisées entre 1972 et 2012.[5] Plus d'une par an en moyenne, et au profit d'un seul et même Etat, une connivence record !

 

Hebergeur d'image

 

Palestiniens des territoires occupés : résistants ou terroristes ?

Cet article n'a pourtant pas vocation a clouer au pilori simplement Israël et son armée. Des dérapages dans les rangs des bras armés des "démocraties exemplaires", il en arrive très régulièrement ; il n'y a par exemple qu'à retourner il y a un peu plus de dix ans en Irak, pays occupé par les Etats-Unis pendant plusieurs années. Et c'est bien là le problème, justement : ces exactions arrivent très régulièrement.

Au delà de l'illégalité de la plupart des interventions concernées, que ces comportements restent impunis est déjà en soi un problème majeur. Car quid de l'exemplarité que l'on pourrait attendre des "donneurs de leçons" que sont ces pays auto-investis d'une mission de "démocratisation" du monde, à l'instar de la "Destinée Manifeste[6]" américaine du XIXème siècle ?

Mais la pire conséquence de ces actes provient certainement du sentiment d'injustice qu'ils génèrent, à plus forte raison quand ils sont perpétrés par l'occupant envers une population occupée, laquelle apparait par conséquent légitime à se défendre de cette occupation. Là encore, le "monde civilisé" que ces pays prétendent représenter applique le système inique du "deux poids / deux mesures", en refusant à certaines populations colonisées la possibilité de la lutte contre l'oppresseur, alors que dans le même temps ce même monde auto-proclamé "libre" commémore régulièrement sa parfaite transposition que constitue, par exemple, la Résistance française de la seconde Guerre Mondiale. Les Résistants n'étaient-ils d'ailleurs pas qualifiés eux-mêmes de "terroristes" par l'occupant nazi d'alors ? Nous avons par conséquent là une différence de traitement aussi cruelle qu'intenable moralement.

Pour comprendre la mise en place de cette forme de dissonance cognitive, on peut s'appuyer sur les écrits de Pierre Conesa :

«  Dans ces situations coloniales, la construction de la figure de l'occupé repose sur deux caractéristiques : l'occupant se sent en guerre larvée et croit devoir démontrer continuellement sa force ; et toute violence de l'occupé contestatrice de l'ordre établi est culturellement disqualifiée en terrorisme ou autre rébellion et immédiatement « pacifiée ». Ces postulats permettent de justifier l'emploi de la force militaire en refusant le statut de combattant ennemi à l'Autre. Aucune déclaration de guerre avec ses contraintes juridiques ou internationales ne s'impose. La violence de l'occupant est donc une répression pacificatrice.  » [7]

 

Il suffit par conséquent d'inverser les rôles pour se donner bonne consience d'agir, quitte à user de schémas simplistes en prétendant agir pour le "bien", que vous représentez forcément, opposé au "mal", qui est évidemment "l'agresseur" face à vous. Même si en réalité vous êtes l'oppresseur et que ceux que vous désignez comme des "terroristes" ne sont finalement que ceux que vous opprimez.

 

Une conclusion implacable

Après avoir visionné la vidéo rendue publique par l'organisation des droits de l'Homme B’Tselem, et malgré l'aveuglement d'une partie des autorités et de la société israélienne, l'évidence s'impose : Abed al-Fatah al-Sharif, Paslestinien de 21 ans, a été sommairement exécuté par Elor Azarya, jeune caporal franco-israélien de Tsahal.

Rien ne justifiait pourtant ce geste, ni la menace du premier au moment des faits, ni la position d'occupant de l'Etat Hébreu en ces territoires. Car l'Armée dite de Défense d'Israël n'a finalement vocation à défendre que les Colons qui s'y sont implantés il y a plusieurs décennies pour les premiers. Pour les populations palestiniennes, de même que pour le Conseil de Sécurité de l'ONU, Tsahal est davantage perçue comme l'Armée d'Occupation d'Israël.

Depuis le temps que le conlit perdure, il est évidemment impossible de prédire comment va évoluer la situation à l'avenir, tant les périodes d'espoir ont succédé aux regains de tensions et aux opérations de "pacification" israéliennes, qui ont allongé la liste des victimes innocentes. Il apparait certain, en revanche, que des événéments comme ceux du 24 mars dernier à Hébron, formidables catalyseurs de frustrations, ne feront que raviver les tensions. A moins que les autorités israéliennes fassent preuve d'un "énorme effort d'intelligence"[8] et décident de ne pas laisser impunies ces exactions qui portent gravement atteinte à leur image. Mais, depuis le temps, l'Etat Hébreu s'en soucie-t-il vraiment ?
 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Notes :

[1] Tsahal est le nom communément donné à l'armée israélienne.

[2] Selon le quotidien Israélien Haaretz, la scène aurait été filmée par un correspondant palestinien de B’Tselem, l'organisation des droits de l'homme israélienne. L'information est confirmée par Richard Silverstein qui précise même que le correspondant a reçu des menaces.

[3] Voir ce lien : http://uriblau.com/shooter/

[4] Le code pénal français donne une définition exhaustive de la légitime défense, en son article 122-5 (alinéa 1, légitime défense des personnes) : "N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte."

Ainsi, pour agir dans le cadre de la légitime défense, l'attaque, comme la défense, doit répondre à un tryptique :

- L'attaque doit être actuelle, réelle et injustifiée.

- La défense doit être instantanée, nécessaire, et proportionnée.

Dans le cas du 24 mars 2016, si la "neutralisation" des deux agresseurs présumés lors de l'attaque présumée au couteau peut s'entendre sur la base de la légitime défense alors qu'ils commettent leur geste, nous ne sommes plus du tout dans ce cadre vingt minutes plus tard alors que Abed al-Fatah al-Sharif est au sol et ne représente plus aucune menace.

[5] Voir : http://www.un.org/fr/documents/sc_vetos.shtml

[6] La Destinée Manifeste est une idéologie née aux Etats-Unis à partir de 1840 selon laquelle la nation américaine avait pour mission divine de répandre la démocratie et la civilisation vers l'Ouest du continent.

[7] La Fabrication de l'Ennemi (ou comment tuer avec sa conscience pour soi), éd. Robert Lattont, de Pierre Conesa, p193

[8] Rendons à Saint Exupéry ce qui lui est communément attribué : « La guerre n'est pas une fatalité, elle est le ressort du comportement humain dont on ne se défait qu'au prix d'un énorme effort d'intelligence. Ce n'est pas une aventure, c'est une maladie, comme le typhus.  »

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR 11 avril 18:40

    Je me demande si une mesure de retrait de la nationalité française sera prise envers Elor Azarya !
    J’en doute Valls est un partisan du bon droit de l’état Israèlien a agir de cette manière.
    Ceci dit, les agissements haineux prouvent l’instabilité (reptilienne) des soldats israèliens.


    • exocet exocet 11 avril 19:20

      Ce Monsieur Elor Azarya est un Français qui a commis un crime à l’étranger..
      .
      Comme les jihadistes de retour de Syrie, il doit être jugé s’il revient en France.
      .
      Pas de 2 poids 2 mesures.


      • foofighter foofighter 11 avril 19:52

        @exocet

        C’est effectivement une possibilité pour l’Etat français, en théorie, s’il n’est pas poursuivi en Israël.


      • Shopi 12 avril 11:09

        @foofighter
        Il est poursuivi en Israël et sera jugé pour meurtre


      • Traroth Traroth 13 avril 00:28

        @Shopi

        ...et acquitté.

      • Sarah Sarah 15 avril 14:15

        @Shopi

        Oui, seul un tribunal peut juger.

         

        Titre de l’article : « assassin » (répété plusieurs fois dans l’article) = meurtre avec préméditation.


        Dans l’article, l’auteur accuse son supérieur et sa hiérarchie, sans preuve.

         

        Rappel  : la présomption d’innocence signifie qu’une personne, même suspectée de la commission d’une infraction pénale, ne peut être considérée comme coupable lors d’une procédure d’instruction pénale et avant d’en avoir été déclaré comme tel par des juges suite au terme de cette procédure. Source

         

        La défense serait en droit de déposer plainte. 


      • Sarah Sarah 15 avril 14:33

        @Shopi (suite)

         

        Titre de l’article : "de Tsahal«  (et dans l’article :  »exécutions sommaires", "achever les blessés", "semblent habituelles au sein de")  : si l’auteur remplaçait Tsahal par l’armée de son propre pays, que se passerait-il ? Aux USA, pays de liberté d’expression, une telle diffamation contre l’US Army ne resterait pas sans réponse.


      • cedricx cedricx 17 avril 15:54

        @ Sarah  Sur cette vidéo nous voyons clairement un homme exécuter par balle, de sang froid, un autre homme(*), sous le regard approbateur de témoins de la scène, nous avons donc le tireur, assassin sans l’ombre d’un doute, et les témoins tous complices à des degrés divers qui restent à déterminer


        (*)Un Homme selon notre conception de l’humanité et évidemment pas du point de vue israelien selon lequel tout non juif n’est qu’un goy, un animal, un musulman ou pire encore, un chrétien, dont la vie n’a aucune importance !


      • cedricx cedricx 17 avril 16:06

        @foofighter C’est une blague ! évidemment que cet assassin va avoir droit à une parodie de jugement en Israel, seulement nous devrions le rejuger en France car le régime israelien et sa justice ne sont en aucun cas fiable lorsqu’il s’agit de ces crimes.


      • rimka 11 avril 20:35

        Comment le gouvernement français permet-il à ses jeunes d’aller tuer dans une colonie en Cisjordanie ?


        • sls0 sls0 12 avril 02:27

          Il y a des français qui s’éclate avec DAESH et d’autres avec TSAHAL, il y en a pour tout les gouts.
          Avec TSAHAL ça fait plus longtemps, c’est moins visible. Il y a une convention sur le service militaire des doubles nationaux, conclue à Paris le 30 juin 1959, entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de l’Etat d’Israël. On aurait laissé faire Fabius on aurait peut être eu la même chose avec le DAESH.

          Qu’en pense le CRIF ?
          Où est le problème, il n’est pas antisioniste lui !
          Il y a beaucoup de juifs qui n’apprécient pas trop le sionisme, l’inverse peut exister, votre réponse est limite quand même.
          C’est de la légitime défense !
          20 minutes qu’il est étendu à terre, même les mouches ont compris qu’il n’était plus dangereux.
          C’était un terroriste !
          Je ne connais pas trop le règlement interne des terroristes mais chez les militaires il y a un règlement qui doit découler de la convention de Genève. D’accord les SS prenaient aussi des libertés avec la convention de Genève mais c’est peut être pas un exemple à suivre.
          Même le oeil pour oeil, dent pour dent ne peut pas s’appliquer surtout si c’est toutes les dents pour une dent.

          En 1945 120.000 résistants en France libérée, en 1944 120.000 terroristes en France occupée. J’ai jamais réussi à bien définir le mot terroriste.

          Quand j’ai des doutes je prend comme critère une chanson écrite par un juif, c’est peut être un résistant tué par une armée d’occupation.


          • fred.foyn Le p’tit Charles 12 avril 08:14

            bof...les juifs de Palestine ne savent qu’assassiner le peuple Palestinien pour voler leur terre de toute façon...Voir une carte de la région de 1947 et une de maintenant.. !


            • Jonas 13 avril 19:43

              @Le p’tit Charles

              Vous êtes un arabo-musulman honteux de votre état , au point de prendre un pseudo , qui ne colle pas avec la religion de Muhammad.
              Tous les intellectuels arabo-musulmans cultivés , reconnaissent , que le drame , le grand drame , des arabo-musulmans est le manque d’éducation et du savoir. 
              Chaque arabo-musulman , répète de génération en génération les mêmes erreurs historiques et les mêmes inepties reçues de de ses parents analphabètes. 

              En ce qui concerne les juifs de Palestine, ils doivent solliciter un stage dans les pays arabo-musulmans , pour atteindre le niveau de tuerie que les arabo-musulmans s’ infligent depuis des siècles . Comme le reconnait , l’historien et spécialiste du Proche et Moyen Orient , Henry Laurens. " Le boucher Arabo-musulman de confession chiite ( Alaouite) avec ses frères sunnites de l’Etat islamique ont tué ont Cinq ( 5 ) le double de toutes les guerres Arabo-Israéliens en un siècle, c-a-d en 100 ans. 

              Quelques chiffres dans le désordre , pour qu’un arabo-musulman de, pour le reste c’est le prophète Muhammad l’analphabète ( Oummi ) qui pourvoira. a votre éducation. 

              -1963, guerre des sables ( Maroc/Algérie ) + de 1500 morts
              -1963, Massacre des musulmans d’Indonésie par le général Suharto entre 800 000 et un million de mort
              -1971 : Guerre entre deux pays musulmans , le Pakistan et le Bangladesh , + de 3 millions de morts ( Indépendance du Bangladesh)
              -1971. Septembre noir. Le roi Hussein de Jordanie massacre + de 30 000 palestiniens. 
              -Guerre entre le Maroc /Mauritanie / Polisario : environ 20 000 morts
              -1976/1982, révoltes en Syrie sous Hafez Al-Assad , massacre de + de 40 000 frères musulmans et destruction de la ville de Hama. 
              - 1977 , guerre entre l’Egypte et la Libye + de 10 000 morts. 
              -1978/1987, Guerre entre la Libye et le Tchad + 11 000 morts 
              - 1980/1988 . Guerre Iran/Iran + de un million de morts . Sans parler des 600 000 morts dus au héros Arabo-musulman Saddam Hussein tout le long de son règne de 30 ans. 
              -1991/2002. Guerre civile algérienne + de 200 000 morts. 
              -Guerre du Soudan Nord et Soudan Sud pendant 20 ans + de 2 millions de morts. Suivi de l’ indépendance du Soudan Sud.
              -Massacre du Darfour + de 300 000 morts. 
              -Guerre civile libanaise + de 150 000 morts 
              -Les différentes guerres du Yémen ( sud/Nord ) sans parler de celle qui se déroule actuellement ( 6 500 morts) ont fait au bas mot + de 500 000 morts 
              - Conflit entre Turcs et Kurdes ont déjà fait + de 46 000 morts. 
              Je peux continuer et vous révélez ainsi ce que les manuels scolaires des pays Arabo-musulmans occultent pour vous rendre infirmes sur le plan historique. 
               Faites le compte des chiffres non exhaustifs cela donne le double ou le triple de la population Palestinienne. 
              Les Arabo-musulmans sont comme ses conducteurs , qui ne regardent jamais les rétroviseurs et se cassent la figure. . 



               



            • cedricx cedricx 17 avril 16:17

              @Jonas

              Ceci dit il faudra quand meme pas oublier de rendre ce pays, que vous avez occupé de force, aux palestiniens qui y habitent depuis des millénaires et qui en sont les légitimes propriétaires ! (Qu’ils s’entre-tuent ou pas est une autre affaire, nous autres européens avons eu une longue tradition en la matière)


            • elpepe elpepe 12 avril 09:52

              ben oui en Israël le soldat meurtrier est un héros, comme les terroristes du Bataclan sont des héros pour beaucoup de Musulmans en France, c’est choquant ? Il n y a que les idiots utiles pour croire encore en la mansuétude naturelle de l homme, le concept de rédemption a été invente par des ânes.


              • kader kader 12 avril 16:19

                @elpepe
                les assassins du bataclan n’ont rien à voir avec les musulmans de France. On est extremement lucide sur qui joue a quoi dans ces histoires de terrorisme. De la meme facons que ceux qui se sont fait explosés au stade de france loin de la foule etait peut etre meme pas au courrant qu’il portaient des explosifs sur eux et ont explosés seuls dans leur coin comme des cons sans faire aucun blessés. Le problème des musulmans de France c’est qu’ils sont à 100% solidaires avec le peuple palestinien... ca fait d’eux une cible pour BFMTV qui est devenue la chaine anti islam. Je ne connais personne chez les mulsumans qui soutient le terrorisme ou meme qui connait quelqu’un qui soutient ces choses la. Les musulmans de france vivent en paix. Nous avons peur de la violence, peur d’etre devenu le sujet de haine à la mode.
                Ce sujet facile qui permet aux gouvernants de cacher tout le reste.
                Tiens regarde la photo des freres couachi (cagoulés bien sur) et regarde la carte d’identite de said couachi : il est ecrit 1m69. tu crois que les gars devant la voiture mesurait 1m69 ? tu tapes sur google et tu verras par toi meme.


              • elpepe elpepe 13 avril 11:26

                @kader
                Bonjour

                Que notre Dieu commun vous entende, je vois beaucoup de haines, dans les deux camps aussi, alors qu’il ne devrait y avoir aucun camp, je suis en ligne avec vous.

                je vois peu de Musulmans montaient au créneau pour condamner le salafisme ? Qui ne dit rien consent, l histoire nous a prouve que les silences sont beaucoup plus dangereux que les pensées et volontés exprimées.
                Je ne vois aucun Musulman défendre la laïcité, seul garant que toutes les religions puissent cohabiter pacifiquement ? Je vois plutôt la majorité décrier cette meme laïcité et vouloir imposer et convertir les population a l islam non ?
                J’ai moi même de bons copains Musulmans, ils ne peuvent pas s empêcher de vouloir me convertir, Bon je les laisse venir a moi, ses agneaux, car un vieux loup de Chrétien comme moi, je vais les manger tout cru smiley
                Bien a vous


              • cedricx cedricx 17 avril 16:32

                @elpepe


                «  ben oui en Israël le soldat meurtrier est un héros, comme les terroristes du Bataclan sont des héros pour beaucoup de Musulmans en France... »


                oui ? et bien pas de pitié ni pour les uns ni pour les autres, un assassin est un assassin.

              • Shopi 12 avril 11:07

                @ l’auteur
                Quand on écrit un article sur un sujet aussi sensible, il est bon de donner des renseignements exacts qui puissent prouver que vous maîtrisez bien votre sujet.
                Or, vous avez commencé en mentionnant la guerre des 6 jours avec une grosse erreur :
                « Afin de contrer une menace syrio-jordano-égyptienne, Israël lance une attaque préventive sur les trois pays »
                Israël a bien lancé une attaque préventive mais seulement contre l’Egypte le 5 juin, plus tard vers la fin de la guerre contre la Syrie.
                En revanche, c’est la Jordanie qui a initié une attaque contre Israël à partir du Jebel Moukabar à Jérusalem.
                Pourquoi le roi Hussein (grand homme, paix à son âme) a attaqué Israël ? Parce qu’il avait un accord avec l’Égypte et que l’état major égyptien l’a totalement induit en erreur.
                En effet, dès le premier jour de la guerre, l’armée égyptienne a été anéantie, surtout son armée de l’air décimée au sol. Ainsi que les troupes terrestres dans le Sinaï.
                Sauf que.... Amr, le chef d’état major égyptien a caché la vérité à Nasser qui ignorait totalement la défaite de son armée. Ainsi, Nasser a appelé Hussein roi de Jordanie pour lui dire : allez mon coco, vas-y, on est glorieux sur tous les fronts et il ne manque que toi pour achever la victoire totale. Nasser lui même a été induit en erreur.
                Israël a prévenu le roi Hussein de ne pas entamer le combat, mais le jeune roi s’est laissé duper par les égyptiens et connait la suite, conquête de la Cisjordanie avec ses effets désastreux.
                Dans ce contexte, la Jordanie a tendu la joue pour se faire gifler et c’est extrêmement regrettable.

                Par la suite, la conférence de Khartoum où la ligue arabe a publié ses « 3 nons » qui fermaient toute porte aux négociations alors que le gouvernement israélien de l’époque voulaient mettre dans la balance la restitution des territoires occupés en échange de la paix.
                Cette restitution des territoires a donc été refusée par la ligue arabe.

                Je ne justifie en aucun cas l’occupation des territoires et pense qu’Israël doit revenir aux frontières de 67 (avec échanges de territoires dans certains cas).
                Mais le problème est que chaque proposition dans ce sens (partition en 47 -avant la guerre des 6 jours donc, Khartoum en 68, et en 99 négociations entre Ehoud Barack et Yasser Arafat) a été refusée et malgré toute ma volonté de rendre ces territoires aux Palestiniens, ces derniers n’ont pas fait beaucoup d’efforts. Il y a plusieurs explications à cela, mais là n’est pas le propos.

                Ensuite : le soldat israélien qui a tué un Palestinien blessé et à terre va être jugé pour meurtre. Ce comportement est inadmissible pour l’armée israélienne qui va sévir à son encontre.
                Vous auriez tout aussi bien pu écrire un article sur les déviations sexuelles des soldats français en Afrique ou des exactions de l’armée US en Iraq. Dans chaque armée il y a ses moutons noirs.
                Ces soldats sont jugés pour leur méfaits et c’est exactement ce qui est en train de se passer en Israël avec ce soldat.


                • Sarah Sarah 12 avril 15:43

                  @l’auteur

                   

                  Ces prétendus « Territoires occupés » (l’ONU, l’UE ne font que reprendre les termes de la propagande arabe) sont essentiellement la Judée-Samarie - historiquement peuplée de Juifs - conquise par les Arabes, puis par les Turcs, colonisée par des Arabes venus travailler dans des entreprises juives à partir de la fin du XIXe s., envahie et annexée de force par la toute jeune Jordanie en 1949, qui l’a rebaptisée Cisjordanie après avoir expulsé la quasi-totalité de la population juive.

                   

                  En 1967 Israël la libère.


                • Sarah Sarah 12 avril 15:44
                  @l’auteur

                   

                  Depuis 30 ans environ, la Jordanie a officiellement renoncé à ce territoire, qui ne s’appelle donc plus Cisjordanie : ceux qui, sciemment, continuent à la nommer ainsi ou demandent sa « restitution » sont donc plus arabes que les Arabes, plus jordaniens que les Jordaniens eux-mêmes.


                • Sarah Sarah 12 avril 15:48

                  @Shopi

                   

                  Ces gens ignorent ou font semblant d’ignorer l’Histoire ; j’ai lu récemment qu’ils croyaient que Gaza étaient occupé par Israël : ce serait drôle si cela ne causait pas des morts et toutes sortes de malheurs. Il n’y a jamais eu de « frontières de 1967 » : ce n’est que la ligne de cesser-le-feu entre les 6 armées arabes ayant attaqué Israël en 1948 à l’heure précise de la proclamation de son indépendance et l’armée israélienne.

                   

                  @l’auteur

                  Tout votre article ne fait que reprendre la propagande arabe, et encore même Al-Jazeera est plus nuancée que vous.

                  Sur le tir de ce soldat, je n’ai pas d’avis, sauf que c’est l’occasion pour certains, en se focalisant uniquement sur cela, en ignorant ce qui se passe ailleurs dans le monde, et en ne diffusant qu’une seule version de l’affaire, de taper sur Israël.


                • jaja jaja 12 avril 15:50

                  @Sarah

                  Les territoires occupés... ne représentent que 22% de la Palestine historique conquise par la violence de la colonisation sioniste.
                  Il ne peut y avoir de solution en Palestine que par la création de l’État unique palestinien sur l’ensemble des terres volées par les colons en 1948 et 1967...
                  Une Palestine désionisée où juifs comme arabes vivront en paix s’imposera et remplacera la société coloniale actuelle...


                • Shawford Shawford 12 avril 15:53

                  @Sarah

                  Soit, mais alors si vous plait, faîtes taire pour de bon BHL qui chaque jour assène en long en large et en travers que Tsahal est l’armée la plus éthique du monde !


                • tf1Groupie 12 avril 16:05

                  @Sarah

                  Ces territoires étant historiquement la patrie des chrétiens j’en revendique donc ma part !

                  Et puis vous oubliez de dire que les Juifs n’étaient pas les premiers sur cette terre ... de passage.

                  Alors vos « historiquement » participent à ce concours de propagande dans lequel vous n’êtes pas la moins besogneuse.


                • Shopi 12 avril 16:28

                  @Sarah
                  Non seulement ça en effet, mais ce que tout le monde ignore c’est que la Jordanie refuse d’avoir une frontière commune avec la future Palestine (pour comprendre pourquoi, voir Septembre Noir).
                  Si Israël revient aux frontières (pardon.... à la ligne de cesser-le-feu smiley ) de 67 sur la rive occidentale du Jourdain, cela rendrait caduque les accords de paix israélo-jordanien. C’est stipulé noir sur blanc sur les dits accords.
                  Situation assez kafkaïenne il faut en convenir !


                • Shopi 12 avril 16:39

                  @ jaja
                  pour info, la « Palestine historique » comprend la Jordanie. Et elle a été conquise d’abord par les Britanniques, pas en 1948 mais en 1917.
                  Et les pionniers juifs n’étaient pas violents jusqu’au 30/11/1947. Ils étaient même très naïfs et croyaient qu’ils pourraient vivre en paix avec leurs voisins arabes.
                  Ensuite, la Cisjordanie a été conquise, non pas par Israël en 1948 mais par la Jordanie. Et étrangement, entre 48 et 67.... aucune revendication nationaliste de la part des palestiniens.
                  Et ce « sanjak » ottoman faisait partie de la Syrie du sud. Je propose donc de passer immédiatement sous contrôle syrien smiley


                • Shopi 12 avril 16:43

                  @tf1Groupie

                  « Et puis vous oubliez de dire que les Juifs n’étaient pas les premiers sur cette terre ... de passage. »

                  Vous avez raison ! Je propose de rendre Israël et la Palestine aux cananéens... non mais smiley


                • Sarah Sarah 12 avril 16:46

                  @jaja
                   

                  "Les territoires occupés... ne représentent que 22% de la Palestine historique"

                   

                  La Palestine historique est Israël, renommée ainsi par les Romains en 70 du nom de leur pires ennemis pour humilier les Juifs révoltés.

                   

                  En 1916 il y eu l’accord Sykes-Picot entre les différentes parties sur un partage de la Palestine (Israël actuel + Jordanie actuelle en gros) au prorata des populations qui y vivaient  : 25% pour les Juifs, 75% pour les Arabes.

                   

                  N’était-ce pas un partage équitable ?


                • Sarah Sarah 12 avril 16:50

                  @jaja
                   

                  "conquise par la violence de la colonisation sioniste" : Non, Israël est redevenu indépendant pacifiquement, sur décision de l’ONU en 1947.


                  "Il ne peut y avoir de solution en Palestine que par la création de l’État unique palestinien sur l’ensemble des terres volées par les colons en 1948 et 1967..."  : Donc « Judenfrei » ?


                  "Une Palestine désionisée où juifs comme arabes vivront en paix..." : Vous voulez plutôt dire « Judenrein » mais vous n’osez pas.

                  C’est cela, la paix, avec les Arabes en surface, et les Juifs sous terre ou à l’eau.


                • Sarah Sarah 12 avril 16:59

                  @Shawford
                   

                  "faîtes taire pour de bon BHL"


                  Je n’ai pas ce pouvoir.


                • Shopi 12 avril 17:01

                  @Sarah
                  Et encore, peu de gens ont entendu parler de l’article 80 de la charte des Nations Unies*.
                  Lorsque que l’autorité palestinienne a fait un procès à Alstom pour avoir construit la ligne de tramway à Jérusalem, c’est grâce à cet article qu’ils ont été déboutés.

                  *Appliquée au cas de la Palestine, elle explique que les Droits qui ont été donnés aux Juifs sur la terre d’Israël ne peuvent être modifiés d’aucune façon, sauf si un accord de tutelle entre les États ou parties concernées avait transformé le mandat en tutelle, ou en « territoire sous tutelle ». En vertu du chapitre 12 de la même Charte, l’ONU avait une fenêtre de trois ans pour ce faire, entre le 24 Octobre 1945 (date où la Charte des Nations Unies est entrée en vigueur) et le 14/15 mai 1948, date où le mandat a expiré, et l’Etat d’Israël a été proclamé.
                  Comme aucun accord de ce type n’a été passé pendant ces trois ans, les droits donnés aux juifs dans le mandat britannique sur la Palestine ont force exécutoire, et l’ONU est bloquée par cet article 80. Elle n’est même pas autorisée à le modifier.
                  L’ONU n’a donc aucune possibilité de transférer une partie des Droits qui ont été donnés au peuple juif sur la Palestine à une entité non-juive, l’Autorité palestinienne en l’occurrence. Tous les juristes de l’ONU le savent, et buttent sur cette résolution incontournable.Parmi les plus importants des Droits conférés aux Juifs, figurent ceux de l’article 6 du Mandat, qui reconnait aux Juifs le droit d’« immigrer librement sur la terre d’Israël et d’y établir des colonies de peuplement ».Sous le mandat britannique, toute la Palestine était réservée à l’établissement du foyer national juif et du futur Etat juif indépendant, en confirmation de ce qui avait été décidé lors de la conférence de paix de San Remo en Avril 1920.Aucune partie de la Palestine concernée par le mandat britannique n’a été donnée pour la création d’un Etat arabe, car les droits des Arabes à l’autodétermination leur ont été accordés ailleurs : en Syrie, en Irak, en Arabie, en Egypte et en Afrique du Nord, et il fut créé 21 Etats arabes contemporains à cet effet, sur une immense masse terrestre qui va du golfe Persique à l’océan Atlantique. Contre un seul Etat pour les Juifs, en Palestine historique.


                • Sarah Sarah 12 avril 17:03

                  @tf1Groupie

                  "Et puis vous oubliez de dire que les Juifs n’étaient pas les premiers sur cette terre ... de passage."


                  Vous Gaulois avez envahi vos territoires actuels (France) vers 600 BCE ; ce n’est pas si ancien que cela, beaucoup moins qu’Israël en tous cas, qu’avez-vous fait des autochtones ?


                • Shawford Shawford 12 avril 17:20

                  @Sarah

                  Ben moi par exemple la branche paternelle de ma famille était a priori sur place avant que les gaulois arrivent, et on nous a pas génocidé puisque je suis là pour en témoigner. Et surtout je me sens juste français, rien d’autre d’utile à rajouter (et ça me semble tout à fait suffisant, en bien ou en mal)  smiley


                • Pomme de Reinette 12 avril 17:31

                  @Shawford

                  Avant les gaulois, c’était les hommes préhistoriques (civilisation de Hallstatt), je me disais bien que vous aviez un côté cro-magnon ... ou croc-mignon .....


                • Shawford Shawford 12 avril 17:35

                  @Pomme de Reinette

                  L’essentiel, c’est à un moment ou à un autre de savoir sortir de sa caverne, et il n’est donc jamais ni trop tôt ni trop tard pour bien faire, houbah houbah smiley smiley


                • OMAR 12 avril 19:52

                  Omar9

                  Vous aussi @Shopi, appelez un chat, un chat...

                  Israël n’a pas lancé une attaque préventive contre l’Égypte.

                  Israël a agressé l’Égypte, point barre.....


                • Shopi 12 avril 20:21

                  @OMAR
                  Bonsoir Omar,
                  Vous devriez réviser votre histoire, relire l’article ainsi que mes commentaires.
                  Israël a attaqué l’Égypte après que cette dernière ait lancé des menaces très explicites sur le fait qu’ils allaient envahir le pays afin de l’anéantir, qu’ils aient viré toutes les forces de l’ONU du Sinai afin de faire place nette pour mieux attaquer, bloqué le détroit de Tiran et refusé toutes forme de négociation.
                  Donc, oui, Israël a attaqué l’Égypte. Je n’ai jamais nié cela, bien au contraire j’ai totalement abondé dans ce sens. Je ne vois pas où est le problème !
                  Quant au terme d’attaque défensive, c’est un terme utilisé par tous les historiens qui commentent cette guerre, et également par l’auteur.
                  Je n’ai fait que le citer, vous devriez donc vous en prendre à lui, aux historiens, aux journalistes et non à moi.

                  Et un chat est bien un chat ... Miaou... smiley

                  Massa al kheir


                • Pomme de Reinette 12 avril 20:26

                  @Omar

                  Bah non. Blocus du détroit de Tiran aux navires israéliens par l’Egypte = casus belli (ils avaient été prévenus que cela serait considéré comme tel bien à l’avance) + départ exigé par l’Egypte des forces de maintien de l’ordre de l’ONU dans le Sinaï pour y masser ses troupes + alliance militaire avec la Jordanie.


                • Pomme de Reinette 12 avril 20:31

                  @Shopi

                  oups .... je n’avais pas vu votre message, cela fait doublon !
                  Il faut préciser qu’Omar, qui est spécialisé ici dans le tir à vue sur tous les sillounistes qui bougent, se prend toujours pour un « agressé » .....
                   smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès