Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Nationalisme japonais : la question du Yasukuni

Nationalisme japonais : la question du Yasukuni

Vous avez certainement entendu parlé du sanctuaire japonais qui fait polémique dans toute l’Asie orientale, attisant les conflits diplomatiques entre le Japon, la Chine et la Corée. J’ai assisté mercredi 21 mars à une conférence de Takahashi Tetsuya, philosophe et francophile qui a grandement contribué à introduire au Japon les travaux de Jacques Derrida. En 2005, en marge de son travail philosophique, mais dans la foulée de son engagement intellectuel et moral, il a publié un petit ouvrage sans concession, à destination du grand public, sur le sanctuaire Yasukuni. Voici donc un résumé de son analyse de la « question du Yasukuni », un peu plus poussée que celle que l’on entrevoit parfois dans les journaux occidentaux.

On pouvait considérer, jusqu’à il y a peu, que le Japon était dans une période d’après-guerre. Aujourd’hui, cet après-guerre s’effrite peu à peu et l’on semble rentrer dans un nouvel avant-guerre. Trois facteurs symptomatiques de ce basculement sont en effet réunis. Tout d’abord, on parle de plus en plus au Japon d’une révision de l’article 9 de la Constitution promulguée en 1945, réduisant l’armée japonaise à une force d’autodéfense. En second lieu, Shinzo Abe a révisé la loi fondamentale sur l’éducation et réinstaure l’ « éducation patriotique ». Enfin, et c’est ce dont il est question ici, l’ex-Premier ministre Koizumi a visité le sanctuaire Yasukuni une fois par an pendant toute la durée de son mandat malgré les vives critiques de la Chine et des citoyens japonais.ames-heroiques.JPG

Ce qui fait le plus polémique, c’est le fait que quatorze condamnés à mort lors des procès de Tokyo soient enterrés dans ce sanctuaire, (en réalité sept ont été condamnés à mort et sept sont morts en prison). Cependant, ces âmes ne sont pas les seules à reposer au Yasukuni, elles comptent parmi celles des soldats de l’invasion de Taiwan, des guerres sino-japonaises, russo-japonaises, la Première Guerre mondiale, la guerre du pacifique, la Seconde Guerre mondiale : en tout plus de 400 000 « âmes héroïques » reposent au sanctuaire Yasukuni, qui depuis sa construction en 1869 est dédié à la guerre. Cependant, après la défaite du Japon, les cultes et la politique furent séparés, ce qui « neutralisa » le sanctuaire.

Aujourd’hui le Japon utilise ce sanctuaire pour falsifier des pans entiers de l’Histoire. En effet, en 1978 déjà, des familles taiwanaises revendiquaient le retrait de leurs époux ou parents morts à la guerre. Les Chinois et les Taiwanais enrôlés de force dans l’armée japonaise comptent en effet parmi les âmes célébrées au sanctuaire Shintô. Depuis toujours, les bonzes refusent tout rapatriement de corps, se justifiant en disant que ces hommes sont morts en temps que Japonais et ne peuvent pas à présent cesser d’être japonais. Ils vont même jusqu’à affirmer que ces hommes étaient des « volontaires pour le champ d’honneur », alors que ces soldats sont pour beaucoup morts de faim, car Tokyo ne cessait d’envoyer des hommes sans que la le mur des kamikazesnourriture ne puisse être acheminée au front.

Koizumi, pendant toute la durée de son mandat, a continué de visiter le Yasukuni tous les 15 août, date officielle de la défaite du Japon. En 2006, de vives critiques de la part des médias japonais et des 6000 organisations en défaveur de Koizumi sont relayées par les médias sud-coréens et chinois. Koizumi qualifie ces critiques d’« ingérences étrangères  » et visite à nouveau le sanctuaire le 15 août 2006. Ces visites sont un détournement de la Constitution japonaise qui sépare les cultes de la politique. De surcroît, l’été dernier, plusieurs hommes politiques japonais sont allés jusqu’à envisager une renationalisation du Yasukuni.

Ce qui a toujours défrayé la chronique, c’est l’hommage rendu aux criminels de rang A, qui ont commis des crimes entre 1928 et 1945. Cependant, les guerres de domination coloniales dès 1878 contre la Corée et Taiwan sont passées sous silence. Tacitement les médias et le gouvernement font l’impasse sur le passé colonial du Japon et les crimes odieux qui ont été commis. Les manuels scolaires justifient cette colonisation en la décrivant comme une lutte contre l’impérialisme occidental.

Ces réformes de l’éducation, la politique agressive du Japon avec le Yasukuni et la révision de l’article 9 de la Constitution, limitant l’armée à des forces d’autodéfense, créaient un contexte inquiétant que Takahashi Tetsuya va jusqu’à qualifier de nouvel avant-guerre.

Il ne faut pas oublier que tout ceci ne peut se faire que dans le cadre d’uneSF redéfinition du traité nippo-américain. Un tel changement ne pourrait en effet avoir lieu sans l’accord des États-Unis qui, rappelons-le, ont rédigé la Constitution japonaise. Des dirigeants américains ont d’ailleurs déclaré qu’ils espéraient voir le Japon devenir bientôt un allié aussi fidèle en Orient que l’est l’Angleterre en Occident, dans l’optique des guerres à venir. Les conservateurs japonais ont apparemment considéré cette redéfinition du traité nippo-américain comme l’occasion de se « réaffirmer » sur la scène politique internationale. Enfin, s’ils ne détiennent pas l’arme atomique, tout le monde se doute qu’avec le nombre de centrales nucléaires dont ils disposent, il leur faudrait moins d’un mois pour l’assembler.


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Le furtif (---.---.160.55) 4 avril 2007 14:05

    Les lois anti negationnistes devraient être appliquées aux Japonais résidents en France ainsi qu’aux visiteurs quand ils ont la mémoire qui flanchent au sujet de l’unité 731.


    • Unknown (---.---.241.82) 4 avril 2007 14:19

      Ouai et réciproquement aux athées en visite à Rome, Iran et consorts.

      Vive la liberté de censurer !!


      • Julot (---.---.97.120) 4 avril 2007 14:25

        Il est très difficile pour un occidental de comprendre le Japon. Surtout que nous n’en connaissons que Sony et les mangas (pour la plupart d’entre nous).

        La mentalité japonaise nous déconcerte. Ceci explique pourquoi l’on ne parle jamais du Japon dans les médias pour tout ce qui touche à l’économie.

        Comment expliquer qu’une toute petite ile soit la deuxième puissance économique mondiale (désolé mais je refuse d’accorder la deuxième pace à l’europe qui n’est pas un pays) ?

        Le Japon est un pays ou la « droite » gouverne sans interruption depuis la guerre, et dont la politique si elle était appliquée en France relèguerait Le Pen comme gauchiste notoire.

        Le Japon ment indéniablement sur son passé. Mais il a en face de lui l’ogre chinois. C’est un peu comme du temps de la guerre froide ou la France évitait de parler des goulags pour ne pas froisser les soviétiques.

        En ce sens, se déculotter, même si ce serait bien mérité, serait un suicide politique, et aucun dirigeant Japonais ne le fera.

        Enfin, le Japon dont la population est vieillissante est confronté aux mêmes problèmes que nous autre européens. Il sera interessant de voir si les japonnais trouvent une solution dont nous pourrons nous inspirer.

        Le Japon, quoi qu’on en dise est pays dont les habitants comptent parmi les plus brillants de la planète. Comme nous avons toujours un train de retard, nous avons passé 20 ans à nous payer de leur tête parce qu’ils reproduisaient nos produits et venait chez nous en vacance avec des appareils photos sur le bide.

        Maintenant ce sont eux qui sont copiés...

        Alors au regard de tous ca, cette histoire de cimmetière est assez grotesque. et si on continue comme ac, nous ne recevrons pas de playstation 3 pour faire mumuse.


        • sly (---.---.163.121) 4 avril 2007 14:44

          —Le Japon ment indéniablement sur son passé. Mais il a en face de lui l’ogre chinois. C’est un peu comme du temps de la guerre froide ou la France évitait de parler des goulags pour ne pas froisser les soviétiques.

          L’Iran ment indéniablement sur l’holocaust. Mais il a en face de lui l’ogre isarélien. C’est un peu comme du temps de la guerre froide ou la France évitait de parler des goulags pour ne pas froisser les soviétiques.

          Désolé, mais le négationisme ne se pardonne pas et ne participe pas de la bonne entente entre la Chine et le Japon et voire de l’équilibre dans l’Asie d’est.


          • Julot (---.---.97.120) 4 avril 2007 17:11

            @sly

            Je trouve inadmissible d’ammener israël dans la discussion. Ma comparaison avec l’URSS et la Chine était juste car il s’gait de deux surper états communistes.

            Et merci quand vous me citez de ne pas modifier mes phrases !

            C’est fatiguant à la loongue. Je ne vous en veux pas, mais tout de même. Pourquoi alors aussi ne pas nous reservir les vandéens à chaque fois qu’on parle de la France. Oul le génocide Gaulois perpétré par Jules César.

            Procès il ya eu. Condamnation (à mort) il y a eu. Toute cette mascarade autour de tombes n’a pas lieu d’être.

            Il s’agit evidemment d’un pretexte politique.

            Cela étant, je me casse de ce sujet. Ca va troller sec maintenant que vous nous avez rammené Israël dans un débat qui n’a rien à voir. merci


          • sly (---.---.163.121) 4 avril 2007 17:42

            —Je trouve inadmissible d’ammener israël dans la discussion. Ma comparaison avec l’URSS et la Chine était juste car il s’gait de deux surper états communistes.

            De même, je pourrais dire que l’Israël est un grand puissant militaire par rapport à l’Iran, la comparaison étant juste quoi.

            — Procès il ya eu. Condamnation (à mort) il y a eu. Toute cette mascarade autour de tombes n’a pas lieu d’être.

            Il s’agit evidemment d’un pretexte politique.

            Nous avons tous un devoir de mémoire (mémoire, non de responsabilité) vers le passé. Nous devons être fiers de la gloire du passé comme nous devons être conscients des erreurs que nos ancêtres ont commis, conscients mais pas responsables. L’Histoire doit être enseignée comme un ensemble, avec du côté lumineux et du côté sombre. Car si on refuse de voir le côté sombre du passé sous prétexte que l’on n’est pas encore né et que l’on y était pour rien, alors sur quel fondement pourrait-on être fier de hauts faits de l’époque où on n’est pas encore né ? C’est dans ce sens que le néganitionisme de tout genre est condamnable.

            La Chine a peut être tort d’être menaçant à côté du Japon. Alors que la Corée du Sud est une démocratie, mérite-elle un tel mépris de la part du Japon, vu les dossiers de confort-women et les atrocités que l’Etat japonais a commis pendant la période de colonisation ?

            — -Cela étant, je me casse de ce sujet. Ca va troller sec maintenant que vous nous avez rammené Israël dans un débat qui n’a rien à voir. merci

            Encore votre position est déterminée par votre sensibilité. Vous pouvez comprendre le négationisme japonais uniquement parce que vous êtes moins sensible à la souffrance qu’a subi les peubles chinois, coréens, philipines... comme ces immigrés asiatiques en France qui comprennent mal pourquoi la France a légiféré sur la génocide arménienne. Comme vous le dites, un parti pri quoi.


          • LE CHAT LE CHAT 4 avril 2007 14:47

            Les placards sont pleins de cadavres et les japonais ont les leurs . Les conquêtes coloniales françaises , portuguaises , espagnoles , britanniques , russes ,Chinoises, belges ,italiennes etc n’en sont pas moins jonchées de crimes .

            franchement , je préfère la bombe aux mains des japonais que dans celles des nord coréens , pakistanais et israeliens ....


            • Vince (---.---.4.6) 4 avril 2007 15:55

              Article intéréssant mais je noterais qu’il est tout de même dommage de reprendre des articles du Monde Diplomatique pour les coller sur Agora. Ce n’est pas tout à fait l’opinion que j’ai du journalisme citoyen.


              • L’exilé (---.---.221.86) 4 avril 2007 19:04

                Bah !...

                Les politiques Japonais aboient plus qu’ils ne mordent.

                En ce moment, avec la montée en puissance de la Chine ils ne peuvent plus se permettre de jouer la provocation. Je vois personnellement mal le nouveau premier ministre refaire le coup des visites annuelles dans le temple.

                Le rapport de force économique et militaire dans la région est entrain de complêtement se modifier en faveur des chinois. Ajoutez à celà le fait que les USA sont une puissance en chute libre et le tableau est vite dressé : S’ils veulent jouer le long terme les Japonais vont devoir rapidement lisser leur discour et apprendre à éviter de s’aliéner leurs plus proches voisins.

                La fin de la récrée sonnera au plus tard quand Taïwan retournera sous le giron Chinois (évênement que plus personne désormais ne peut plus éviter... La Chine est en effet devenu trop forte).


                • Fabio (---.---.218.48) 4 avril 2007 20:50

                  Ce n’est pas si simple. La Chine a besoin de la haute technologie et d’acquérir le savoir faire nippon.

                  Et les Japonnais ont besoin de la main d’oeuvre chinoise.

                  Il est difficile de prédire l’avenir. Les USA en chute libre ? Oui c’est la vision de Jacques Attali, mais ce monsieur avait aussi pronotiqué que la France serait grandie par les nationalisations.

                  Il peut se tromper, et il l’a déjà fait plus souvent qu’à son tour.

                  De même, les fans de géo-stratégies savent que la Chine peut voir sa croissance stoppée nette par manqe de matières premières. Qui sait ici que la Chine pille littéralement tout le carton de la planète et qu’elle en manque déjà cruellement ?

                  Bref, la repentance n’a rien à voir avec ce dossier. C’est une guerre psychologique. Mais il y a peu de chances que les japonais y cèdent.

                  Les américains rendront au Japon leur automonie militaire quand il leur semblera souhaitable de pousser à l’affrontement. Un conflit généralisé en Asie (ou le racisme est très fort) est également envisageable.

                  Pour ce qui est du passé, La repentance concernerait donc la génération en contact direct avec les faits. Cela veux donc dire que dans 20 ans les chinois devraient passer l’éponge ?

                  Est-ce souhaitable de systématiquement réclamer une justice qui a déjà été rendue ? Les millions de morts japonais et les deux bombardement atomiques, ce n’est pas assez pour une population qui n’a pas demandée la guerre mais a obéit aux ordres ?

                  D’autant que Hiroshima et Nagasaki étaient des cibles civiles.

                  Quant aux « chinois » (leurs dirigeants, ils s’illustrent chaque jour en opprimant le tibet et en réduisant en esclavage la majeur partie de leur population.

                  Pour la Corée c’est plus compréhensible.

                  Gardons à l’esprit que nous ne connaissons pas grand chose de l’Asie, et que si nous nous moquons gentilement des touristes qui nous réduisent à une baguette et du pinard, notre vision de leurs problèmles (et j’inclue la mienne) est simpliste.


                • antoine antoine 4 avril 2007 19:53

                  Oups je n’avais pas vu que le monde diplo avait sorti un article sur Takahashi Tetsuya... J’ai vraiment assisté à cette conférence !


                  • ZeusIrae (---.---.209.130) 4 avril 2007 22:30

                    Pour ce qui est de la Corée il me semble que le premier ministre Nakasone avait en 1994 fait des excuses assez claires. Malheureusement des differents territoriaux au sujet d’un petit archipel entre la Corée et le Japon ainsi que le programme nucléaire nord-coréen ont depuis raviver les tensions. D’ailleurs je note à ce sujet que la France refuse de faire des excueses à l’Algerie pour la la colonisation et la guerre.

                    Il ne faut pas oublier que la « repentance » allemande c’est faite dans un contexte européen tres particulier que n’a jamais connue l’Asie.Face à la chine communiste et la corée du nord,il etait assez delicat de faire des excuses.

                    Il est assez detestable de voir les politiciens japonais utiliser le nationalisme à des fins electorales mais les voisins du japon n’ont rien a lui envier dans ce domaine.


                    • kub222 (---.---.91.28) 5 avril 2007 08:06

                      Le Japon est le seul régime parmi les vaincus de 1945 à n’avoir pas connu de rupture à la tête de l’état entre l’avant et l’après guerre. Cette absence de changement institutionnel, concilié à la politique de reconstruction rapide du pays par les USA, a conduit le Japon sur la voie de l’impunité morale, en n’étant pas incité à affronter ses démons, contrairement à l’Allemagne ou à l’Italie. Par ailleurs, pour reprendre un argument culturel,les Japonais ne supportent pas l’idée de défaite. J’en veux pour preuve la position des autorités japonaises à l’égard des Hibakusha, ces victimes des explosions nucléaires qui ont du attendre 1995 pour être indemnisées après avoir été exclues pendant 50 ans. Un témoignage d’un de ces survivants sur radio canada http://archives.cbc.ca/IDC-0-9-1715-11778/guerres_conflits/hiroshima/clip9


                      • Aldo (---.---.97.120) 5 avril 2007 09:34

                        « Cette absence de changement institutionnel »

                        Je me permet d’ajouter une petite remarque à vos propos.

                        Le rôle de l’empereur a été réduit au symbolique, la constitution changé, les grandes entreprises et l’armée qui tenaient le pays se sont vu retirées leur influence. Et j’en passe, notament la politique culturelle.

                        C’est sans doute la désacralisation de l’emepereur e la perte de l’empire qui aura marqué un tournant.

                        Il y a peu de pays qui aient connu un tel changement, si ce n’est du coté des vaincus bien sur.

                        C’ets mon avis.


                      • pipokun (---.---.48.244) 5 avril 2007 09:43

                        Je pose une question aux français, comment vous avez conclus la guerre coloniale ? notamment la Guerre d’Algérie, ops, pardonn, en France, il faut dire « l’évènement d’Algérie ».

                        Je ne connais pas Tetsu Takahashi. Mais au Japon, il reste encore de fantomme de mouvement social d’Anpotousou (Anti Traite bilatéral américano-nippon)et Zengakuren (comme Mai68). Sa psition est simple, anti-USA et anti-Japon, Vive la URSS, Vive la Chine et Coree du Nord. Le Journal d’Asahi se représent son opinion.

                        Malheursement, Antoine a posé une question à Takahashi qui est extrême-gauche. Pour quoi elle n’a pas posé la question à un monsieur ou madame pour le Yasukuni ?

                        C’est facile dit « nationalisme ». Depuis 60 ans, l’Etat japonais tue personne. Par contre, La France a tué combien personne au nom de la République ?


                        • Julot (---.---.97.120) 5 avril 2007 12:11

                          @pipokun

                          La décolonisation est le fruit de la guerre froide. Les puissances coloniales affaiblies considérablement ont due abandonner leur empire, tandis que américains et sociétiques s’afrontaient par révolutions et vente d’armes appropriées.

                          Ca c’est un fait clair et simple. Peu importe l’idéologie, je ne dit pas que la colonisation fut un bien ou un mal.

                          Par ailleurs, depuis que les anciennes colonies sont indépendantes, certaines ont prospérées, d’autres, plus nombreuses il est vrai sont encore plus pauvres qu’avant.

                          Mais malgré tout, ce sont toujours les occidentaux qui sont responsables. Pourtant que je sache, nous aussi sommes victimes par exemple de la concurrence du textile chinois. Et ce n’est pas pour autant que l’on accuse les Chinois de racisme anti-francais.

                          C’est une question de point de vue. Mais comme je l’ai déjà soulevé à ce sujet, ce n’est qu’une question de prix. Tout comma Attila extorquait Rome en échange de la paix, c’est un chantage permament de la part de dictatures africaines pour obtenir des sous. (Désolé, mais pour moi l’algérie est une dictature ou les droits de l’Homme sont bafoués).

                          Pour le moment, les francais que l’on qualifie de peuple raciste et xénophobe, a accueillit sur son sol des millions d’immigrés. Dans des conditions souvent discutables certes, mais la France les loge, les nourris, les scolarise, et ceci sans les obliger à s’assimiler.

                          Ce qui va se passer c’est déjà passé de tout temps. On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. La repentance demandée au Francais les vexe et les agace de plus en plus.

                          Comment feriez vous pour supporter qu’à 20 ans on vous repproche ce qu’a fait (ou n’a pas fait d’ailleurs) votre grand père ?

                          Il en ressortira deux chose :

                          - une montée spectaculaire des partis qui pronent l’expulsion

                          - des émeutes raciales qui conduiront à des conflits violents et qui légitimeront aux yeux du plus grand nombre l’application d’une politique extrémiste.

                          Alors, avant de prendre votre pieds à donner des leçons, n’oubliez pas les conséquences. Pour le moment c’est facile de rigoler avec ce sujet. Quand ca va commencer à barder, vous serez plus nuancé.

                          Pour le reste, et pour revenir au sujet. Qui suis-je moi Francais, pour réclamer au japonnais quoi que ce soit ? Attendu que ces messieurs ont des entreprises dans notre pays et que leurs jeu vidéos contribuent au calme de nos banlieues ?


                        • pipokun (---.---.48.244) 5 avril 2007 09:57

                          C’est premier fois que Nakasone a visté au Yasukuni après guerre, à titre du Premier Ministre, la Chine et Corée n’ont pas réagi. Mais, les journalistes d’Asahi ont raconté de l’histoire à la Chine ou Corée, elles ont contesté. Il y quelque année, lors que G.W Bush voulait visiter au Yasukuni. Mais, le Ministère des affaires étrangers japonais a dommande à lui ne pas y visiter. Donc il a visité à Meiji jinngu (Empereur Meiji)


                          • Dryss 5 avril 2007 11:48

                            Il a fallu attendre 1995 pour la France sous l’impulsion de Chirac(il n’a pas fait que des mauvaises choses celui là) reconnaissent la responsabilité de Vichy sous l’occupant. La guerre d’Algérie est encore un sujet semi-tabou nottamment les massacres commis à Paris par les policiers qui ont jeté de nombreuses personnes dans la Seine !

                            Alors, bon, je sais que je fais du relativisme là alors je vais quand même argumenter sur le Japon.

                            Il FAUT que ce pays reconnaisse sa responsabilité dans les nombreux crimes qu’il a commis(je laisse aux historiens le soin de les répertorier mais ils doivent être nombreux). J’avais vu une fois l’article ci dessous qui montrent l’importance du négationnisme.

                            http://www.monde-diplomatique.fr/2001/10/PONS/15646

                            ou encore : http://www.monde-diplomatique.fr/2001/10/PONS/15757

                            Il n’y a aucune excuses au négationnisme qu’elles soient culturelles ou autres !


                            • pipokun (---.---.48.244) 5 avril 2007 15:37

                              D’abord, Il faut une chose claire, le Japon a excusé et indeminisé son crime depuis 1945. Nous, les Japonais, connaissons notre erreur passé. Le Tribunal international militaire extrêm-orient a condammé les coupables de crime de guerre. (J’ajoute que ce n’est pas le crime contre humanité. Quelque fois, les gens melangent le cas d’Allemagne)

                              On dit souvent média que Empereur Hirohito a échapé son jugement, mais il a connu sa résponsabilité moral. Empreur Hirohito adresse son excuse aux victimes de la guerre(). Suit, Sa Majest Akihito a viste officiel en Chine en 1992, il a adressé son excuse en tant que chef d’Etat. http://www.humanite.fr/journal/1992-10-24/1992-10-24-663012

                              Si vous voulez plus des informations, voir ce site : http://www.mofa.go.jp/policy/postwar/index.html

                              Le problème, c’est comme Le monde ou Asahi, il trouve n’importe quelle argument. Oui, c’est journalisme.

                              Je vous montre un cas de manipulation de média. Par exemple, en 2005, lors que l’émeute de banlieue est éclaté, les média japonais ont traité les français comme racistes. Les média japonais interviewé les gens de banlieue, évidament, ils ont accusé l’acte racisme ou inégalité sociale. Et puis, les médiats japonais ont diffusé l’image de Le Pen, Le Pen a été resté 2eme tour, de plus en plus, les français votent le FN. Voilà, les média ont crée un image fictif. J’habite en France depuis 1997, je sais que les français ne sont pas raciste.

                              Enfin, je vous pose une question, qui profite le problème de passe du Japon ? Peut-être, ici, il y a quelque chose.


                              • victor (---.---.79.50) 6 avril 2007 10:27

                                Le Japon ment indéniablement sur son passé à ses décendants. Un pays qui n’accepte pas son passé, qui sera un pays très dangereux pour le monde entier car il veut refaire les mêmes démarches pour le futur c’est pourquoi j’ai dit c’est très dangereux.

                                Pour éviter les mêmes erreurs commises par le japon impérialisme du passé, il faut que les dirigeants acceptent leur passé et demandent pardons.


                                • Bois-Guisbert (---.---.35.175) 6 avril 2007 19:01

                                  Le Japon ment indéniablement sur son passé à ses décendants. Un pays qui n’accepte pas son passé, qui sera un pays très dangereux pour le monde entier car il veut refaire les mêmes démarches pour le futur...

                                  Les Japonais nous donnent une leçon de fierté nationale, dont nous ferions mieux de nous inspirer pour recompacter notre communauté face aux menaces de l’avenir proche : invasion allogène et activisme islamiste.


                                • pipokun (---.---.48.244) 6 avril 2007 11:19

                                  Quant à la Chine, Corée, la critique de passé du Japon est une carte magie. Comme Victor, lors qu’elles utilisent cette carte, elles peuvent dire n’imorte quoi contre Japon. Ex : On a vu la manifestation aveugle anti-Japon en 2005.

                                  C’est une seule carte qui impose au Japon leurs supériorités morales. De plus, cette catre justifie la légitimité de régime de deux pays. Ex : La communiste chinois a battu l’impérialiste japonais. La communiste Corée du Nord a battu le Japon. Cette carte utilise l’unification de Nation de ses pays. Si vous avez une occasion de regarder l’histoire manuel de Corée ou Chine, vous allez trouver beaucoup de choses.

                                  Dans la procès de négociation de la mormalisation diplomatique avec Corée du Sud (1965) et Chine (1972), le Japon a conclu dilpomatiqument son passé.


                                  • antoine antoine 6 avril 2007 11:43

                                    Piposan, Je relativise tout à fait le problème du Japon quand je le compare à l’empire coloniale français. Takahashi Tetsuya n’est pas réellement « extrème gauche », comme tu le dis, mais c’est un des grands nom de la recherche japonaise actuellement et son nom est cité dans toutes les revues de recherche à l’échelle mondiale. Ce qui me fascine particulièrement c’est que le Yasukuni Jinja cristallise en lui tous les problèmes liés au passé de la Chine et du Japon.

                                    La position des japonais évolue par rapport à leur passé et des associations se forment. (plus de 4000 associations étaient en 2006 opposées à la dernière visite de Koizumi au Yasukuni). Les enseignents refusent pour beaucoup de chanter et de faire chanter aux élèves le kimigayo, hymne nationale, qui fait partie du nouveau programe de renforcement du Patriotisme. Ils mettent ainsi leur carrière en danger. (On peut bien sûr mettre ça en rapport avec l’identité nationale française, thème de la campagne ayant bien noirci les colonnes des journaux.) En tout cas, Abe Shinzo ne semble pas aller pour le moins dans ce sens, et si la population japonaise est prête à reconnaitre les crimes commis, ce n’est pas encore le cas des politiques. par exemple, si Shinzo Abe reconnait que des prostituées coréennes et chinoises ont servi de distraction aux soldats japonais, il met l’accent sur le fait que ces bordels étaient mis à disposition par les coréens et chinois eux-même, ce qui est en partie vrai... Il semble vouloir attiser les polémiques...

                                    Le devoir de mémoire, est une chose, mais la redéfinition du traité nippo américain peut se comprendre comme une alliance militaire potentielle contre les puissances montantes opposées aux états unis, à l’heure où le soutien de l’Europe n’est pas encore très clair.


                                  • pipokun (---.---.48.244) 6 avril 2007 16:15

                                    Antoine san, Je vous remercie une réponse sur cette sujet. Ce que je vous dit, c’est équilibre de source. Vous avez fait un entretien avec prof Takahashi, pourquoi vous n’avez pas demandé un entretien à quelqu’un qui est pour le Yasukuni ? Par exemple, l’Ambassade du Japon a les information.

                                    >La position des japonais évolue par rapport à leur passé >et des associations se forment. (plus de 4000 >associations étaient en 2006 opposées à la dernière >visite de Koizumi au Yasukuni

                                    Oui, il y a de plus en plus de l’opossant, mais après d’avoir commencer visite du Yasukuni par Koizui, les visiteurs de Yasukini sont en augement. Grace à qui ? Koizumi, média, Chine ou Corée ?

                                    Quant à l’affaire de Hinomaru et Kimigayo, il y a un histoire grave. Un proviseur de lycée à Hiroshima est suicidé. Ce lycée organise un voyage collective chaque année pour en Corée du Sud. Le but de ce voyage est confronté le crime du Japon, les lycéens ont visité aux musées ou ecouté des histoire par coréens vécu par régime du Japon. Je comprend ce point. Mais, les coréens ont exigé aux lycéens d’excuser. Les enseignants de ce lycée ont accepté cet exigence, pour excuser le passé du japon, les lycéens ont de mettre aux genoux. Est-ce qu’il y a responsablité de ces lycéens ou pas ? Quel crime ils ont commis ? Si les africans demandent aux français d’excuser, les français peuvent faire mettere aux geneox ? Question est là.

                                    Alors,les enseignants de ce lycée opposent de Hinomaru et Kimigayo, mais, il faut mettre Hinomaru et Kimigyo au lycée en cas de cérémonie, ce proviseur était écrasé entre l’autorité public et enseignants, il a chois donc le suicide. Par conséquence, le gouvernemt a saisi cet affaire, il pensait qu’il est nécessaire de creer une lois. Cette lois confirme que le drapeau et hymne nationale est Hinomaru et Kimigayo. Suite Ministère d’Education Nationale donne une circulaire que c’est obligatoire de mettre drapeau et chanter hymne nationale en cas de cérémonie. Grâce à cette lois et circulaire, le proviseur a eu un légitimité de mettre drapeau.

                                    Il y a quelque smaine, le Cour Supême a rejeté un appel d’une enseignante (Tokyo) refusée kimigayo et Hinomaru. La decision de conseil disciplinaire de Tokyo est validée (elle a rufusé d’ordre de son proviseur, elle était sanctionée). Maintenat,il y a une juridiction, l’état de droit, il faut respecter la lois.


                                    • Suppaiku Suppaiku 22 mai 2007 13:10

                                      J’habite au Japon depuis plus d’un an et je suis assez surpris par la méconnaissance générale des Japonais à l’égard de leur propre histoire, de leurs différentes expressions culturelles. Leur fierté d’être Japonais et leur Japonitude en est donc exaspérante, parfois, car on se demande ce qu’ils aiment au Japon... Yasukuni est un parfait symbole de cette amnésie (organisée par le pouvoir en place : le parti de droite au pouvoir a été installé par les États-Unis en 1947 et garanti par une constitution taillée sur mesure qui donne plus de poids aux campagnes qu’aux villes alors supposées « rouges » : le Japon devait être le fer de lance de la guerre froide qui s’annonçait alors). J’ai pour ma part trop de respect pour ce pays, son histoire et son peuple pour regarder les Japonais différemment des autres peuples. Oui, il y a eu crime de guerre, et l’Unité 731 en est le symbole. Oui, le gouvernement qui s’est progressivement mis en place à partir de 1931 (assassinat du premier ministre par les militaires) est un gouvernement fasciste qui a supprimé progressivement toutes les libertés que les ères Meiji modestement, puis Taishô plus généreusement avait laissées s’installer. Le Japon avait dans les années 10/20 une vie politique, culturelle, politique et artistique riche qui n’avait rien à envier à l’Europe de la même époque. Toute cette richesse a été litterralement broyée par la dictature militaire à coup de censure, emprisonnement. La guerre d’invasion de Manchourie puis la guerre du Pacifique ont fini le travail d’encasernement et de contrôle de la population par des milices de quartier. Environ 200,000 femmes Coréennes ont été déportées vers le Japon pour servir de « vidoir » aux soldats. Des expérimentations médicales ont été conduites sur des paysans Chinois. 20 millions de Chinois sont mort du seul fait de leurs conditions de travail (donc hors guerre) dont de très nombreux enfants. Le Japon s’est doté progressivement d’un pouvoir dictatorial qui a glissé vers le fascisme et l’Eugénisme. De nombreux historiens qui cherchaient à travailler sur cette question ont été assassinés par les mafieux, et l’an dernier, un député de l’opposition de centre-droit/centre gauche (minshuto, parti démocrate) a été menacé et sa maison a été incendiée suite à un très léger rappel de ce que représente Yasukuni...

                                      Je ne place pas sur un même plan le colonialisme japonais et cette période particulière. Tout le monde a colonisé, et la Chine aujourd’hui rêve de coloniser Taiwan (qui n’a jamais été chinoise qu’environ 250 ans suite à une invasion au 17ème siècle). Elle colonise le Tibet où elle est responsable d’une politique Eugéniste de stérilisation des femmes et de repeuplement « chinois ». Je critique le régime nationaliste car je critique aussi ses effets sur le Japon et les Japonais eux-même qui ont été les premiers à en souffrir. Nombreux sont les Japonais qu’on a envoyé de force en Manchourie. Les syndicalistes enfermés, les écrivains interdits. La culture du Japon des années 30 est une véritable horreur tant au niveau intellectuel qu’artistique : Ozu, Mizoguchi ont préféré arrêter progressivement de faire du cinéma plutôt que faire ces films qui vantaient des surhommes. Les Japonais sont rieurs, une culture de l’obeissance servile, résignée et terne s’est imposée, comme en Italie, en Allemagne et en Espagne à cette Epoque (je ne parle pas de la Russie qui est passée d’une dictature à une autre sans jamais être libre).

                                      Je reproche à la gauche Japonaise son incapacité à parler de la vie des Japonais à partir des années 30 et à placer ainsi le Japon uniquement comme une victime « de la guerre », et d’aller dans le sens de la droite avec « Hiroshima ». Hiroshima est une abomination, mais ce ne fut pas, hélas, un hazard. La bande dessinée Gen de Hiroshima raconte bien ce que je pense de ce que vécurent les Japonais de cette époque : il y avait aussi des pacifistes au Japon, et ils ont pris, aussi, le napalm (150,000 morts à Tôkyô en février 1945) ou les bombes atomiques...

                                      La population japonaise n’a pas à s’excuser vis à vis du reste de l’Asie car elle a payé très cher l’aventure nationaliste qui lui a été imposée par ses militaires. En revanche, les responsables de ces crimes doivent connaitre le même sort que ceux qui, comme Hitler ou Mussolini, ont commis de tels crimes. 14 reposent à Yasukuni. Imagine t’on Pétain ou Laval à côté du soldat inconnu ? C’est de cela qu’il s’agit. C’est une insulte pour la Chine, la Corée. Mais c’est une insulte d’abord pour le Japon lui-même et pour tous ces homme enrolés dans une armée qui ne pouvaient que perdre, dans des conditions aberrantes, souvent.

                                      La droite Japonaise n’est pas une droite normale. Dès les années 50, d’anciens responsables nationalistes y ont occupé d’importantes fonctions, comme le père de l’actuel premier ministre. Et un ancien criminel de guerre a même été premier ministre. Ces hommes ont fait du Japon une démocratie de façade où la pègre a vu son influence monter pour limiter l’influence des syndicats et de la gauche. En 1960, un très charismatique leader socialiste a été assassiné par un mafieux... Les américains ont laissé faire car ce pays leur rapportait beaucoup tant stratégiquement qu’économiquement. C’est ainsi ils ont toléré sans rien dire que le budget des « forces d’auto-défence » devienne un des budgets militaires les plus lourds au monde, que le « non drapeau » ou le non hymne soient utilisés comme un vrai drapeau ou un vrai hymne... Nous avons eu la chance d’avoir De Gaulle en France, les Américains planifiaient pour nous un régime équivalant avec les général Giraud (un pétainisme non pro-allemand...). Les Japonais, non... Ou plutôt si, mais les américains n’ont pas de culture politique très raffinée. Car peut-être Hiro-Hito, l’empereur aurait pu être cet homme. Malgré ses responsabilités dans la montée en puissance des militaires, il n’a jamais contrôlé le processus, pour la bonne raison que les Empereurs du Japon n’ont jamais eu vraiment de pouvoir, n’étant en fait que les arbitres d’oligarchies rivales. En fait, une constitution de type Anglaise aurait pu permettre au Japon de concilier ce qui désormais semble inconciliable : la démocratie, le pluralisme politique, une société civile vivante, une réelle politique extérieure et une armée. Il est inadmissible que le Japon ait été privé du droit à avoir sa propre armée. Il est inadmissible qu’il ait été privé d’hymne et de drapeau. Il est inadmissible que l’empereur se voit relégué au rang de haut fonctionnaire sans aucun pouvoir. Mais il est aussi inadmissible que ce pays soit traité comme une exception au regard de sa propre histoire et de la confiscation, grace à une constitution taillée sur mesure, du pouvoir aux main d’un groupe ouvertement hostile à la démocratie, qui ont fait mettre les restes de criminels de guerre progressivement, de 1955 à 1975 environ, dans un sanctuaire qui aurait du, normalement, être l’équivalent au Japon, de ces lieu de mémoire comme l’est le soldat inconnu.

                                      De cette captation du pouvoir par un groupe acquis au « nationalisme » résulte une falsification de l’histoire qui touche, en retour, toute l’histoire, toute la culture. Le nationalisme de l’élite actuelle fait du Japon et des Japonais un peuple sans histoire, obeïssant aveuglément aux ordres, sans conscience de « vivre ensemble », sans destination, et j’y vois la source du taux de natalité le plus faible du monde, dans un pays qui verra sa population totale diminuer de moitié dans les cent prochaines années. Ce qui est triste car ce peuple révèle un humour, une écoute, une curiosité et une ouverture qi’on ne lui soupsonne pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès