Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Nelson Mandela, 20 ans déjà !

Nelson Mandela, 20 ans déjà !

Mercredi dernier, 3 février, par avance donc, Madiba comme l’appelle affectueusement les Sud-africains, célébrait en famille, les 20 de sa libération de prison. Nelson Rolihlahla Mandela, 91 ans, avait été libéré de sa geôle de Robben Island à l’extérieur de la ville de Paarl, près du Cap-Occidental où il passa la majeure partie de ses 27 ans de prison sous l’affreux régime d’apartheid, le 11 février 1990. C’est la date du départ de la démocratisation en Afrique du Sud. L’homme au grand coeur, prix Nobel de la paix, avait donc convié d’anciens membres de la lutte contre l’apartheid de son parti l’ANC (African National Congress) tels que Cyril Ramaphosa, son ancienne épouse Winnie-Mazikela Mandela, sa fille aînée Zindzi Mandela et son ancien geôlier blanc, Christo Brand. 

 Le 11 février, les festivités seront grandioses aux abords de la prison où, seront organisés, une marche de 500 mètres, des danses etc... mais, l’icône de la lutte anti-apartheid, l’homme fier de la tribu Xhosa (prononcez Koza) , n’y participera pas, selon l’agence de presse sud-africaine Sapa. Il se rendra néanmoins jeudi soir au Parlement, situé au Cap, où l’actuel président de la République, Jacob Zuma, prononcera un discours, sur l’état de l’Union. A noté que la capitale administrative sud-africaine c’est Pretoria, et la capitale économique Johannesburg.
 
On se souvient que le 18 juillet dernier au Radio City Music Hall de New York avait eu lieu le Mandela Day, date anniversaire de ses 91 ans un immense show musical. Ce spectacle avait réuni des artistes comme Stevie Wonder, Alicia Keys, Wyclef Jean ou Will.I.Am. Sans oublier Queen Latifah ; Carla Bruni-Sarkozy ; Aretha Franklin ; Jesse McCartney ; Cyndi Lauper ; Gloria Gaynor ; Josh Groban ; Dave Stewart, Angélique Kidjo et le Soweto Gospel Choir entre autres. Cette cérémonie devait collecter aussi des fonds pour les fondations de l’illustre africain, qui luttent notamment contre le sida ou pour l’enfance. Ces fondations sont : The Mandela Rhodes Foundation, Nelson Mandela Children’s Found et le Nelson Mandela Foundation.
 
 
Cette année d’ailleurs, l’acteur-réalisateur américain Clint Eastwood lui rend un vibrant hommage dans le film Invictus, avec un émouvant et convainquant Morgan Freeman, baptisé même dans les fonts baptismaux du "mandelaïsme", accompagné des talentueux acteurs Matt Damon et Robert Hobbs. Le synopsis du film dit ceci : "En 1994, l’élection de Nelson Mandela consacre la fin de l’Apartheid, mais l’Afrique du Sud reste une nation profondément divisée sur le plan racial et économique. Pour unifier le pays et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Mandela mise sur le sport, et fait cause commune avec le capitaine de la modeste équipe de rugby sud-africaine. Leur pari : se présenter au Championnat du Monde 1995..."
 
Nelson Mandela, au-delà de l’amour porté aux autres, est simplement un être exceptionnel qui a su faire passer les intérêts d’une nation aux siens. Qui a fait du pardon son paradigme sociétal. Un exemple dans ce monde globalisé où la haine est un modèle de fonctionnement. Un monde où, le pardon n’est que de façade. Mandela n’a pas privilégié les noirs au détriment des blancs comme certains auraient pu faire pour se venger de toutes les exactions, c’est peu dire, que les autochtones de ce pays riche ont subi durant de nombreuses années. Comme le disait François de la Rochefoucauld, "on pardonne tant que l’on aime". Hélas, la plupart de gens qui se revendiquent humanistes font de la rancoeur, leur mode de fonctionnement et, en tant que croqueurs de diamant, exigent ad vitam aeternam qu’ils soient rétribués.
 
Traditionnellement défini comme un "animal doué de raison", l’homme est donc en mesure de répandre le bien ou le mal autour de lui. Nelson Mandela a préféré la première solution, celle du bien. Un "Grand homme" ne peut que faire l’histoire, marquer l’Histoire. Dans cette problématique liée à l’homme, tout individu est-il en mesure de devenir un grand homme ? Oui et non. Il faut s’inspirer donc de cet homme pour devenir un Grand. Il reste l’un des rares hommes vivants à faire l’unanimité autour de lui. Et dire qu’il vient d’Afrique, ce continent tant décrié...
 
>>> Allain Jules
 
(Crédits photo/Sapa)

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • fonzibrain fonzibrain 10 février 2010 13:31

    qu’israél en prenne de la graine....

    bourreaux et victimes puevent vivre ensemble.


    sinon, il faut ajouter que si le clivage raciale a plus ou moins disparu, le clivage social n’a fait que se creuser, l’afrique du sud est méga violent, et les viols sont la norme

    • Allain Jules Allain Jules 10 février 2010 15:00

      @Fonzibrain,


      Bonjour.

      C’est vrai qu’une société idéale n’existera jamais. Oui, cette Afrique du Sud-là, c’est hyper violent.

      Il n’y a pas seulement Israël qui doit s’en inspirer, de nombreux peuples aussi.

    • Gabriel Gabriel 10 février 2010 17:09

      Il y a les grands présidents : « Mandela, Vaclav Havels, leopold Sedar Senghor, Abraham Lincoln….. » et les petits : « Bush, Berluscomi, Sarkozy …. » 


      • Allain Jules Allain Jules 10 février 2010 19:14

        @Gabriel,


        Et oui, sans commentaire.

      • Noor Noor 10 février 2010 21:28


        lleopold Sedar Senghor....... ??? ( j ai quelques doutes)

        Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage, cet homme a incarné comme tant d’autre (malheureusement) en Afrique, un symbole...
        Celui de la coopération entre la France et ses anciennes colonies ou plutot du néo-colonialisme français en Afrique.


        • Allain Jules Allain Jules 10 février 2010 22:29

          @Noor,

          C’est vrai qu’il (Leopold Sedar) ne fut pas une lumière pour les Africains, plus pour les Européens qui allaient d’ailleurs l’abandonner une fois mort.


        • poetiste poetiste 12 février 2010 00:21

          Dire que Léopold Sédar Senghor n’était pas une lumière pour les Africains, voilà une drôle d’assertion. L’homme qui a créé les mouvements de la négritude, écrit « chants d’ombre » en 45 et « Hosties Noires » en 48,des recueils de poèmes de qualité. Senghor a défendu son peuple et le fait d’avoir été député au parlement français n’a pas entaché le combat qu’il menait. C’était un poète, un érudit, bref un homme. Permettez que je défende les poètes.
          Quant à Nelson Mandela, voici un poème écrit pour lui durant sa captivité : Un temps où on manifestait pour le voir sortir.

          Diamant

          Noir carbone
          Enfoui
          Noir, il donne
          Sa vie
          Enchâssé
          Dans la terre
          La matière
          Figé
          Transmuté
          Cristal dur
          C’est l’eau pure
          Du puits
          Cet homme noir
          Réduit
          Etranger
          Extradé
          Chez lui
          Que l’espoir
          Sanctifie.

          A Nelson Mandela
          En captivité
          1987.


          • MMat 16 février 2010 15:09

            A voir aussi sur Mandela et l’Afrique du Sud aujourd’hui, le très beau visuel interactif Un jour de février sur le site du Monde.fr.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès