Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Neuf jeunes homosexuels quittent l’enfer d’une prison (...)

Neuf jeunes homosexuels quittent l’enfer d’une prison camerounaise : le film de leur libération le 12 juin dernier

17h 45, lundi 12 juin, quartier Kodengui. Une Mercedes vert-de-gris a pilé depuis de bien longues minutes en face de la prison centrale du quartier, et à regarder la mine de ses occupants qui s’ennuient à écouter de la musique américaine sur un PDA, on peut lire la lassitude et l’impatience. Le chauffeur, à l’extérieur, prend l’air, et en face, sous le porche de la prison, une demi-douzaine de gardiens se font servir du pain et des pâtes alimentaires par un vendeur ambulant visiblement bien connu d’eux. On peut encore apercevoir, sur la route, les feux de détresse des rares taxis vides encore en grève.

L’enfer des fers : pas d’arc-en-ciel à Kodengui, la prison centrale de Yaoundé.

La voiture a à son bord Tony Smith, le project manager de l’Adefho, association créée en 2003 pour la défense des intérêts des homosexuels du Cameroun, ainsi que son assistante, Pauliane Boum, tous deux venus spécialement de Douala. Maître Alice Nkom, l’avocate des neuf jeunes homosexuels à libérer de la prison ce 12 juin, vient de disparaître derrière la porte métallique, grise, noircie de crasse, à l’entrée de la prison, depuis une trentaine de minutes déjà. Quelques minutes auparavant, elle a passé un coup de fil au régisseur de la prison.

C’est finalement à 19h45, deux heures plus tard, que le premier détenu homosexuel sortira de l’immense bâtiment, deux sacoches au bout des bras. Il s’appelle Angoula Christian, il est plutôt bien portant, un peu trop efféminé, et victime de viols dans sa cellule en prison. Il fait partie des sept prévenus condamnés plus tôt dans la matinée à 10 mois de prison par le Tribunal de grande instance de Yaoundé, pour homosexualité, mais libérés pour avoir déjà passé plus de 12 mois d’incarcération, pendant l’instruction de l’affaire. Quelques minutes plus tard, il sera rejoint par un autre de ses congénères d’infortune, puis par cinq autres, tous portant des tee-shirts de l’Adefho. Mais il y a un qui aura de la peine à traverser les quelques centimètres de goudron le séparant de la captivité de Kodengui de la liberté. Sous le regard presque narquois et sarcastique des gardiens de prison en faction, Ayissi François, hâve, le regard vague, le corps décharné sous un boubou d’un bleu douteux sous l’éclairage terne des spots lumineux des postes de surveillance, va s’appuyer sur deux personnes pour traverser la rue. Il ne dit rien, et en fait, il ne peut rien dire. Déjà à l’audience,du sang lui sortait du nez, de la bouche, et d’autres orifices encore... Il a été victime d’agressions et de viols répétitifs au quartier « Kosovo » de Kondengui, et est à présent à l’article de la mort, malade du Sida. Il ne sait même pas où il passera sa première nuit de liberté, au foyer de la prison, ou chez un introuvable et improbable membre de sa famille. Angoula, lui, n’arrête pas de s’agiter, déçu déjà par le manque de solidarité de ceux qui, il y a quelques heures encore, étaient liés par le même quotidien carcéral... A l’écart, drapé dans un impeccable boubou bleu, Atangana Obama Pascal, marié et père de cinq enfants, qui aurait reconnu à l’enquête des gendarmes de la Brigade de Nlonkack qu’il a pratiqué l’homosexualité depuis son jeune âge, au collège Stol d’Akono, s’éloigne dans la nuit noire, un sac « Mbandjock » à bout de bras, comme abattu par ses 12 mois de détention... Difficile de faire parler en tout cas les sept jeunes hommes, « c’est très difficile, c’est très très difficile !!! » n’arrêtera pas de répéter le jeune Angoula, âgé seulement de 17 ans. Un moment, il sort d’une de ses sacoches, son téléphone portable récupéré à la sortie : il constate avec étonnement qu’il y a encore quelques barres de batterie, et n’arrête pas cependant de faire la moue, en se déhanchant... Après quelques échanges vifs, sur le prix des chambres de l’hôpital central, sur ce qu’il faut faire pour Ayissi effondré dans un coin, un rictus crispé sur les lèvres. Quelques minutes plus tard, Me Alice Nkom va repartir avec sa petite troupe de membres de l’Adefho, vers un hôtel sur les collines de Yaoundé...

Aller simple Ntaba-« Kossovo » à Kodengui. 

Le cauchemar de ces jeunes gens a commencé au mois de mai 2005 avec l’arrestation de 35 personnes dans les quartiers Ntaba Nlonkack et Mimboman à Yaoundé. Auparavant, le chef de quartier Djoungolo, Mbassi Etoundi Gabriel, saisissait le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 1er d’un rapport sur la banditisme dans le quartier « Ntaba Nlongkak », dans lequel il dénonçait la perversité de certains habitants, lesquels se livraient aux agressions, aux jeux de hasard et à l’homosexualité. D’ailleurs, le rapport indique que ces individus fréquentent toutes les salles de jeux du quartier Nlongkak, lieu de prédilection de leurs exactions, insistant sur le fait que, s’agissant notamment de l’homosexualité, il existe des logements dans lesquels ces individus se livrent à des activités libidineuses, contribuant de ce fait à la recrudescence du nombre de mineurs en danger moral. Les gendarmes de Nlongkak se saisissent alors de Mbassi Tsimi Raymond, Angoula Christian et Ayissi François à leur domicile, lieux présumés de rencontres homosexuelles. D’autres interpellations se feront au bar dénommé « Victoire Bar » sur la nouvelle route Mimboman. Sur la quarantaine, puis les douze personnes gardées, seules neuf seront traînées en Justice, « les plus pauvres », remarque Me Nkom. Au cours de l’audience du 12 juin, deux seront relaxées pour faits non établis, et les sept autres condamnées à 10 mois d’emprisonnement et aux dépens. Les condamnés seront donc libérés pour avoir déjà purgé leur peine... Pour autant, Me Alice Nkom ne compte pas s’arrêter là, elle veut « porter l’affaire jusqu’à la Cour suprême, pour établir toutes les responsabilités sur les abominations subies par les jeunes hommes incarcérés, et faire constater l’anticonstitutionnalité de l’article 347 bis de l’ordonnance du 28 septembre 1972 qui a introduit le délit d’homosexualité dans le Code pénal camerounais. » Or, poursuit l’avocate, « seule la loi votée par le Parlement détermine les infractions pénales et leurs sanctions ». Elle note au passage l’entêtement du procureur de la République de Yaoundé, contre les décisions du président du tribunal.


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 19 juin 2006 11:14

    Article extrêmement intéressant. J’en tire un billet, à lire sur mon blog. J’y renverrai vers Cameroun-Online.

    Merci à vous pour cette information capitale. Il faut dénoncer le sort fait aux homosexuels camerounais, au XXIème siècle !

    Cordialement


    • Albert (---.---.156.95) 19 juin 2006 11:28

      Il n’y a rien à en dire,l’inhumanité est au coeur de l’homme et l’enfer de l’Afrique ajoute à cette inhumanité la haine de l’Autre. Une loi contre les homosexuels,c’est inimaginable,ahurissant mais si banale lorsqu’on habite l’Afrique.

      Comment peut-on encore parler de pays,de loi,de peule,d’hommes pour ce genre de situation. C’est tout simplement fou, mais qui s’en soucie ? La vie humaine en Afrique ne vaut rien.

      C’est pourquoi,en ragardant ce qui se passe dans l’Enfer de l’Afrique,il faut relativiser nos petits soucis et embrasser notre terre, notre patrie, notre France.Nous vivons parmi des hommes civilisés et c’est un luxe !


      • Adolphos (---.---.59.170) 19 juin 2006 18:06

        «  Neuf jeunes homosexuels quittent l’enfer d’une prison camerounaise »

        Ils partent pour Cuba ??


        • Soubi (---.---.39.75) 26 juin 2006 13:18

          Nous venons d’apprendre une très triste nouvelle : Le jeune de 17 ans libéré le 12 juin dernier vient de mourir. Soyons sur que la justice Camerounaise et son système pénitencier est coupable de cette mort tragique.


          • Antoine Label Ngongo (---.---.24.89) 18 juillet 2006 10:38

            Bel article sur le sort des homosexuels au Cameroun. Je constate que les mentalités n’ont guère évoluées. Pensait-il « Le président du tribunal » en envoyant ces personnes en prison, les guérir d’un mal ? Je dirais plutôt qu’il leur a fait du tort. Ces « pauvres bougres » ont-ils volé, tué ? Non bien sûr. Le seul tort qu’ils aient eu, est d’être amoureux d’hommes. C’est triste de voir qu’une institution qui doit évoluer ne s’en donne pas les moyens. J’espère pour ce président et ce procureur qu’ils n’auront jamais d’homosexuels chez eux, sinon, ils seront « exécutés ». Je me permets de dire qu’une prison en Afrique est terrible et ces pauvres personnes sont détruites à tout jamais.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès