Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Noriega et la Légion d’honneur : vers un nouveau scandale du Panama (...)

Noriega et la Légion d’honneur : vers un nouveau scandale du Panama ?

Noriega, ex-dictateur du Panama dans les années 80, était l’ami de tout le monde : des Etats-Unis, de Cuba et... de la France, qui l’a élevé au rang de Commandeur de la Légion d’honneur, avant que la justice ne le condamne pour trafic de drogue. On espère en savoir plus lors de son procès.

Deux juges étasuniens ont coup sur coup confirmé que l’extradition de Manuel Antonio Noriega vers la France était légale. Actuellement hébergé par l’administration pénitentiaire des USA, l’ex-dictateur panaméen encourt donc un nouveau procès en France pour avoir blanchi l’argent de la drogue en France dans les années 80. Déjà condamné une première fois en 1999 par les tribunaux français à 10 ans de prison, il risque de ne pas remettre les pieds dans son pays avant l’âge canonique de 82 ans. A titre de comparaison, c’est un peu ce qui aurait pu arriver au Chilien Augusto Pinochet en 1998 si le Royaume Uni ne l’avait pas finalement laissé filer...

En se présentant devant nos tribunaux, l’ancien homme fort du Panama pourra légitimement arborer à sa boutonnière la rosette de la Légion d’honneur, qui lui a été décernée, nous rappelle Europe 1, le 22 janvier 1987 à Paris, sur recommandation du ministre des Affaires étrangères, Jean-Bernard Raimond, membre du gouvernement de Jacques Chirac, sous la présidence de François Mitterrand.

L’argumentation avancée par Bertrand Gallimard Flavigny, auteur d’un ouvrage sur la Légion d’honneur, selon laquelle la décoration au grade de Commandeur de l’ancien homme fort du Panama s’inscrirait dans le cadre habituel d’un échange "diplomatique" entre chefs d’Etat amis, ne résiste pas à l’analyse.

Primo, Noriega n’était pas chef d’Etat mais seulement chef des Forces de défenses panaméennes, même s’il exerçait la réalité du pouvoir par la force. Secundo, tous les hauts responsables étrangers en visite en France n’ont pas fait l’objet d’un tel honneur. Tertio, sa réputation internationale était déjà très sulfureuse en 1987. Fortement soupçonné d’avoir commandité la mort de l’opposant Hugo Spadafora en 1985, comme le rappelle Wikipédia, il était également impliqué dans des scandales de trafic d’armes et de renseignements militaires. Sans compter le blanchiment de l’argent du cartel de Medellin qui lui a valu d’être épinglé, par la justice française cette fois.

Nul doute que Noriega disposait et dispose peut-être encore de solides appuis en France, comme l’indique dans son blog Alternativa Digital un des leaders de l’opposition démocratique panaméenne, Miguel Antonio Bernal. Et surtout un fabuleux magot de quelque 150 millions d’euros, selon Le Monde.

Il n’en reste pas moins vrai que le maintien de la Légion d’honneur à ce tyran déchu pose la question des règles d’attribution de la plus haute distinction française. Est-ce un simple objet de troc ou récompense-t-elle de réelles vertus civiques ? Malgré le cynisme ambiant, on voudrait croire encore à la deuxième interprétation, ne serait-ce que par égard pour ceux qui l’ont méritée.

Documents joints à cet article

Noriega et la Légion d'honneur : vers un nouveau scandale du Panama ?

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2007 11:50

    il manque pas de voleurs , de criminels , d’escrocs , de tyrans exotiques ,de ripoux arborant cette breloque ,franchement est ce que ça change quelle chose que face d’ananas l’a ou pas ?


    • alberto alberto 4 septembre 2007 13:44

      Oui, le Chat, d’autant que personne ne peut refuser cette « décoration » pour la simple raison que si on la leur propose, c’est qu’ils en fait la demande !

      Conclusion, si vous ne voulez pas figurer sur cette liste de la légion d’honneur en mauvaise compagnie : n’en faites pas la demande.


    • Voltaire Voltaire 4 septembre 2007 17:19

      Quand même, par curiosité, j’aimerais bien entendre les arguments qui ont été présenté au service de la légion d’honneur pour cette attribution, et par qui...

      Et les raison pour lesquelles ce même service n’a pas jugé utile de la lui retirer...


    • Olivier de Termes Olivier de Termes 4 septembre 2007 18:57

      Une paella sans coquillage, c’est un gigot sans ail, un escroc sans rosette : quelque chose qui déplaît à Dieu ! (Michel Audiard, Un singe en hiver)


    • Le Chacal Le Chacal 4 septembre 2007 20:50

      « Je vous défie de me montrer une république, ancienne ou moderne, qui savait se faire sans distinctions. Vous les appelez les hochets, mais c’est avec des hochets que l’on mène les hommes. » (Napoléon Bonaparte)

      Même le fondateur de cet attrape-gogo reconnaissait le véritable intérêt de cette « merdaille » : crée un titre lambda à décerner, et vous verrez des hordes de pécore aller dans votre sens pour la mériter.

      Allez voir la liste des récipiendaires, vous verrez qu’elle est vraiment décernée à n’importe qui...


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 7 septembre 2007 08:49

      @ alberto

      Désolé, il ne faut pas demander la Légion d’Honneur, contrairement à l’accession à l’Académie Française : il faut que quelqu’un la demande pour vous. D’où la question : qui a bien pu demander la Légion d’Honneur pour Noriega ? Je vous parie qu’on a perdu le papier...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès