Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Nouvelle attaque de Monsanto sur le maïs mexicain

Nouvelle attaque de Monsanto sur le maïs mexicain

Ca-y est ! La société Monsanto, de triste mémoire, fait à nouveau parler d'elle ! Depuis plus de 10 ans, un moratoire interdit la culture du maïs transgénique au Mexique, car cette céréale, dont il existe 60 variétés, est depuis des siècles la nourriture principale des mayas, des aztèques, et maintenant d'une grande partie des mexicains. Le moratoire a été pris à l'époque, pour mettre fin à une véritable guérilla qui opposait les indiens de l'état du Chiapas, à la police de cet état, puis à la police fédérale. De plus, la pyrale, cet insecte qui s'attaque aux grains de maïs, était pratiquement inconnue durant des siècles. Seul, un petit champ " expérimental ", a pu être planté par Monsanto, mais il a suffit à contaminer tous les champs environnants par pollinisation, ce qui a entraîné la révolte. Les mexicains pensaient être définitivement débarrassés du problème, mais c'était méconnaitre le pouvoir de nuisance de l'inventeur de l'agent orange, ce cauchemar des vietnamiens ! Ils viennent de remettre le couvert, profitant du changement de gouvernement, car ils sont persuadés que Peñanieto sera plus malléable que Calderon. Ils se sont entourés d'une nuée d'avocats d'affaire pour obtenir, dans un premier temps, l'autorisation de culture sur une parcelle énorme ( nous sommes loin d'un échantillon ). Un nouveau soulèvement est en train de naître parmi la population mexicaine, qui n'a pas la mémoire courte ! Le but de Monsanto n'est absolument pas d'éliminer la pyrale, ni de nourrir la planète, c'est uniquement de pouvoir être le seul fournisseur de semence de maïs au Mexique. En effet, ce maïs est stérile, et l'on ne peut en conserver une petite partie pour l'ensemencement de l'année suivante. Il faudra impérativement passer par Monsanto, et leur acheter les semences tous les ans ! Comme d'habitude, les seuls gagnants seront les actionnaires, et il m'étonnerait qu'ils soient mexicains ! Je crois me rappeler qu'une entreprise américaine a pris un brevet d'exclusivité sur la culture des frijoles, ces haricots blancs qui sont l'une des bases de l'alimentation au Mexique depuis l'époque des aztèques. Maintenant, les mexicains n'ont même plus le droit de cultiver ce haricot ! Ils ont essayé de faire le même coup au Pérou, avec la macca, mais le gouvernement péruvien a élaboré une loi interdisant toute prise de brevet d'exclusivité sur un produit naturel, ce qui a bloqué la tentative. C'est peut-être une voie à explorer


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • oncle archibald 3 janvier 2015 17:35

    Quand on voit que même l’IFREMER trahissant totalement sa mission de service public invente une huitre stérile qui contrairement aux buts annoncés est tout aussi vulnérable aux virus que les huitres « naturelles » … Au moins avec MONSANTO on sait qu’il faut s’en méfier, c’est un marchand, il est la pour vendre.


    J’espère que les Mexicains et plus généralement tous les agriculteurs dignes de ce nom n’oublieront pas la magnifique responsabilité qu’ils ont toujours assumée, celle de nourrir les hommes, bien avant celle de faire du fric. 

    Monsanto essaie de faire disparaitre le métier d’agriculteur au profit de celui de producteur salarié des grandes entreprises agroalimentaires, c’est la responsabilité de chacun et de tous les gouvernements sur l’ensemble de la planète de résister à cette honteuse tentative.

    • lsga lsga 3 janvier 2015 17:44

      Il faut collectiviser monsanto, vite. 


      • doslu doslu 3 janvier 2015 18:10

        « Il faut collectiviser monsanto, vite. »
        ca veut rien dire
        il faut surtout éliminer monsanto
        isgaga révolutionnaire a deux cents


        • bourrico6 5 janvier 2015 12:07

          isgaga révolutionnaire a deux cents

          Si seulement ça pouvait s’arrêter à ça.... c’est un escroc, un minable, un fieffé menteur, il est aussi crédible et digne d’intérêt qu’un économiste faisant un discours humaniste.


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 3 janvier 2015 18:55

          Bonjour Laurent,
          .
          Merci pour votre article.
          .
          Le maїs est cultivé par les populations mexicaines et indigènes depuis plus de 10 000 ans, il est le coeur de leur économie, de leur autonomie et de leur culture.
          .
          Pourquoi le français détestent t-ils Monsanto ?
          Au-delà des édulcorants, les produits qui ont rendu Monsanto célèbre au cours de l’histoire ne sont pas, c’est vrai, des très bonnes publicités. Il y a d’abord le fameux DDT, les premières générations d’insecticides. Des produits qui ont été essentiellement commercialisés après la Seconde Guerre mondiale. Des produits très efficaces pour lutter contre les insectes mais aussi les maladies comme le paludisme. Seul problème, le DDT va se retrouver au cœur de nombreuses polémiques, il va être accusé d’être cancérigène, il va être interdit aux Etats-Unis dans les années 70. Et pour compliquer encore les choses pour Monsanto, c’est lui aussi qui avec Dow Chemical a fourni l’armée américaine en défoliant, le tout aussi fameux Agent Orange, qui permettait d’attaquer la forêt vietnamienne pour éviter que les communistes ne se cachent sous les arbres… A petite dose le produit n’est déjà pas bon mais au Vietnam il a carrément été surdosé, il a provoqué des tas de maladies et du coup ça a fait beaucoup de tort à l’image de Monsanto. Et pour être complet on pourrait ajouter que Monsanto a trempé dans le nucléaire, l’aspartame, le polyester…Bref, les écologistes ont plein de raisons depuis plein d’années de détester ce groupe. source

          .
          Mexique : « le Tchernobyl Génétique » en 2008
          La contamination génétique du maїs dans la province de Chihuahua au Mexique est une nouvelle gravissime et met une fois de plus en exergue les méthodes les plus basses auxquelles sont disposées Monsanto et les multinationales de la biotech pour s’emparer de l’agriculture, de l’alimentation et de la souveraineté du Mexique.
          .
          En Septembre déjà, la Sargapa, le ministère mexicain de l’Agriculture, avait reconnu l’existence d’une plantation illégale de 70 hectares de maїs transgénique à Chihuahua, tout en annonçant qu’elle prendrait des mesures pour sanctionner cet acte. Une mesure tardive et hypocrite puisque cela fait déjà plus d’un an que le Frente Democrático Campesino de Chihuahua (FDCCh) et El Barzón, avec l’appui de Greenpeace, avaient détecté et dénoncé les cultures illégales dans l’Etat du Chihuahua mais le gouvernement n’avait rien fait (voir cet article). En fait, il a fait beaucoup. Les autorités du Sargapa ont initié une campagne interne en faveur des OGM afin d’obtenir des autorisations pour Monsanto et la mise en culture de son maїs transgénique, ce qui reviendrait à légaliser a posteriori la contamination. Greenpeace a même dénoncé le ministère de l’Agriculture pour avoir réalisé illégalement des essais d’OGM en plein champ, alors même que la loi Mexicaine l’interdit.
          .
          Cette fois la fraude est encore plus grave. Selon des témoignages de producteurs locaux recueillis par la FDCCH, les vendeurs de semences de la région auraient re-emballé plus de 3000 sacs de graines de maїs pour y mélanger illégalement des graines transgéniques. Les organisations de protection de l’environnement estiment que la contamination génétique pourrait toucher jusqu’à 25000 hectares de culture.
          .
          Il s’agit d’un véritable Tchernobyl génétique puisque le Mexique est le centre historique et originel du maїs, sa contamination pourrait avoir des effets potentiellement destructeurs non seulement pour le pays et sa biodiversité mais il s’agit aussi, comme le pointe Victor Quintana de la FDCCH, « d’un coup féroce contre l’agriculture paysanne et indigène ».
          .
          Mais quel est l’intérêt de mélanger des graines transgéniques avec les semences traditionnelles alors que les graines transgéniques sont plus chères ?
          Cette fraude serait vraiment le pire coup économique en terme de rentabilité. Malheureusement, le but de cette fraude n’est pas de s’enrichir dans l’immédiat, non, cette fois il s’agit de la volonté délibérée de provoquer une contamination généralisée des semences de maїs pour en forcer la légalisation de fait et ouvrir un nouveau marché pour les semences transgéniques, qui sera cette fois très lucratif pour Monsanto.
          .
          La contrebande et la contamination intentionnelle font parties du répertoire de Monsanto qui, non content de contrôler 87% du marché des semences transgéniques, cherche à s’imposer par tous les moyens dans les pays récalcitrant aux OGM.
          .
          C’est ainsi que le soja transgénique a déjà été introduit illégalement au Paraguay et au Brésil, pour créer une situation de fait ne laissant plus aucun choix aux gouvernements sauf celui légaliser les cultures (voir cet article). Une fois cette formalité entérinée, Monsanto se retourne alors contre l’Etat et les producteurs pour réclamer les royalties qui lui sont dues au nom des brevets qu’elle possède. Une situation qui ne manquera pas de se reproduire au Mexique.
          .
          Pour Monsanto, il est fondamental de contrôler le marché mexicain du maїs puisque il s’agit du quatrième producteur mondial. Bien que l’entreprise dispose aussi de semences non transgéniques, avec de meilleurs rendements d’ailleurs, elle veut vendre son maїs GM à tout prix car ses semences sont sous brevet ce qui justifie un prix plus élevé et permet d’empêcher la conservation des semences pour la saison suivante. Monsanto n’oubliera pas de vendre au passage quelques milliers de litre de Roundup aux agriculteurs mexicains.
          .
          L’assaut des entreprises de biotechnologie contre le marché des semences est un véritable acte de vandalisme. Alors qu’il y a moins de quarante ans, les semences circulaient librement et étaient encore dans les mains des paysans ou d’institutions publiques, aujourd’hui 82% du marché des semences commerciales est sous le régime de la propriété intellectuelle (Brevet ou Certificat d’Obtention Végétale). De ces 82%, Monsanto, Syngenta y DuPont contrôlent quasi la moitié (47%) du marché mondial.
          .
          La collaboration – par action ou inaction- dont font preuves les autorités mexicaines à l’égard de ces multinationales, pour les aider à mettre la main sur le maїs et la vie des habitants du pays, est un véritable crime historique. En un mandat, ce petit groupe de fonctionnaires se prétend en droit d’offrir à six entreprises multinationales non seulement l’héritage de 10 000 ans de culture et de traditions des peuples d’Amérique centrale mais aussi la souveraineté alimentaire du Mexique. Cependant la majorité du patrimoine des espèces de maїs (rouge, noir,…) reste dans les mains des peuples indigènes qui les ont créées. Comme l’ont déjà annoncé les organisations du Chihuahua et beaucoup d’autres « s’ils continuent de nous pousser à bout, il ne nous restera d’autre solution que de nous lancer à l’assaut des champs infestés par les transgéniques. »

          Source : Journal La Jornada (Mexique), 11 octobre de 2008 par Silvia Ribeiro Grupo ETC
          .
          Ma source : http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article272


          • Doume65 4 janvier 2015 18:03

            Bonjour.
            Das la longue liste des saloperies de Monsanto, on oublie souvent le Pyralène.


          • Jean Keim Jean Keim 4 janvier 2015 08:41

            Il faudrait breveter la cupidité pour bloquer les activités des adorateurs du pognons.


            • exocet exocet 6 janvier 2015 00:11

              Pas d’accord, le pognon permet de tout se payer :

              des articles de french luxe, des voitures trop parfaites pour les mongols qui les conduisent, des habitations ou on pourrait faire habiter 400 sdf dans chacune, des femmes...des enfants pour certains....

              Et pour bien profiter le plus longtemps possible de tout celà.....un étage entier en France à l’hôpital, avec les soins qui vont bien...et on se charge de trouver de suite le ou les organes de rechange pour prolonger.......ça se trouve, surtout dans un Pays, le nôtre, ou si on fait un infarctus, on peut être baladé toute la nuit dans l’ambulance du SAMU, en faire 7 autres, et décéder just"à temps au petit matin en vue d’un bloc opératoire.....même que la Ministre, qui n’a rien compris, s’est fendu d’un communiqué disant il y avait de la place dans les hôpitaux....et la veuve s’est vue refuser le dépôt de plainte une première fois...

              Enfin, un enterrement de première classe, je parle de la plainte, je subodore....

              Quant à nos vaillants journalistes, pas une interrogation, pas un mot plus haut que l’autre, le bébé étouffé deux jours après, parfaits, comme à leur habitude.


            • diogène diogène 4 janvier 2015 11:56

              En 2009, le PDG de Monsanto, Hugh Grant a obtenu une rémunération totale de 10 803 757 dollars américains, comprenant un salaire de base de 1 391 356 dollars, un bonus en liquide de 1 070 382 dollars, des actions pour 1 875 766 dollars, des options pour 5 902 039, et d’autres formes de rémunérations pour 564 214 dollars.

              Ce garçon est né en Ecosse en 1958, seuls les initiés le connaissent et pourtant, son impact est plus important que tous les présidents de la république réunis (ne parlons pas des rois qui ne sont que des figurants).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Laurent 47


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès