Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nouvelle Donne

La communauté internationale a les moyens de renvoyer le fondamentalisme aux oubliettes de l’Histoire. En a-t-elle la volonté ?

Il y a quatre ans, le triomphe de George W. Bush aux élections présidentielles laissait présager le pire pour l’Amérique et le monde : le pays supposé mener la lutte en faveur de la démocratie et contre le terrorisme confirmait à sa tête un fondamentaliste menant délibérément une politique favorable à la montée des extrémismes au sein de chacune des grandes religions monothéistes, et imposant à son propre pays d’inquiétants accents de théocratie fascisante*.

Il y a quatre semaines, le triomphe de Barack H. Obama aux élections présidentielles apportait un formidable message d’espoir : ce même pays, les Etats-Unis d’Amérique, embrassait massivement un discours de respect, de tolérance et d’espoir, renvoyant dans l’ombre le discours de haîne et de peur dans lequel ses dirigeants l’avaient enfermé au lendemain du 11 Septembre, faisant ainsi le jeu des auteurs des attentats**.

S’ils se trouvent bientôt privés de leur principal leader ou partenaire, les fondamentalistes n’ont pas pour autant perdu la guerre, comme en attestent la semaine dernière la vague d’attentats à Mumbai, les tueries de Jos au Nigeria, ou les violences quotidiennes aux quatre coins de la planète.

La logique ne change pas : entretenir la haîne et la peur, affaiblir les modérés et renforcer les radicaux, encourager le repli sur soi et la crainte de l’autre, placer le débat sur le terrain de la religion alors qu’il est avant tout question de politique.

George W. Bush a délibérément apporté la pire des réponses possibles au 11 Septembre, et Manmohan Singh doit surtout se garder de montrer du doigt le Pakistan. Il lui faut bien au contraire tendre la main à Asif Ali Zardari et l’aider à vaincre les ennemis communs, à condition naturellement que celui-ci joue la carte de la transparence et de l’ouverture. L’objectif recherché à travers les attaques de Mumbai, c’est bien sûr d’attiser la haîne au sein de la plus grande démocratie du monde, et de fragiliser toute dynamique de paix dans la région, mais aussi et avant tout de faire basculer le Pakistan du mauvais côté.

Les maillons faibles, ce sont bien sûr la Palestine, le Liban ou l’Afghanistan, mais aussi des pays souvent pointés du doigt comme le Pakistan ou l’Iran. Des pays condamnés à évoluer en renonçant à l’extrémisme, mais minés de l’intérieur et de l’extérieur par des ennemis qui ne peuvent pas se permettre que les modérés et les réformateurs sauvent un maillon aussi essentiel de leur stratégie globale.

On ne peut pas empêcher les actes terroristes, mais on peut en annihiler la portée. Chaque attaque ne doit pas nous éloigner mais nous rapprocher les uns des autres.

L’Afghanistan n’était pas responsable des attentats du 9/11, c’est le monde qui a abandonné l’Afghanistan aux mains de ceux qui les ont fomenté. A son tour, le Pakistan a besoin d’aide, mais pas d’une aide contre-productive comme celle qui a conforté Pervez Musharraf dans la dictature et légitimé les Islamistes dans leur quête du pouvoir : l’effort doit être total, moins militaire que politique, économique, culturel et social - il doit embrasser tous les acteurs de la région et réintégrer le Pakistan dans le camp des démocraties victimes du fondamentalisme.

Celui-ci s’étiolera lorsque l’opinion publique le rejettera comme un corps étranger nocif. L’exemple viendra du haut avec des leaders sains oeuvrant réellement au bien de la communauté et collaborant au-delà des différences pour lutter à la source contre la pauvreté et l’injustice. L’exemple viendra aussi du terrain par la reconquête d’esprits séduits par l’aide apportée au quotidien par les vitrines caritatives des mouvances fondamentalistes. Pas seulement Islamistes : les fondamentalistes Chrétiens contribuent tout autant à attiser les flammes en envoyant des armées de prosélytes dans les régions défavorisées d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud. C’est la version ONG des croisades, ou plutôt du "Choc des Civilisations" d’Huntington, cette nouvelle bible célébrant l’alliance des néocons et des théocons.

Ce que l’on attend du nouveau président Américain, ce n’est pas qu’il renforce les clivages actuels mais qu’il apporte un éclairage plus objectif sur une situation complexe. Il suffit de prendre un minimum de recul pour exposer l’imposture fondamentaliste. Il faut du courage et des caractères forts pour remettre des pays en miettes dans le sens positif de l’Histoire.

Mais quelque part tout le monde est aujourd’hui suffisamment meurtri pour que chacun accepte de faire un pas. Et si la dynamique prend vite, si la diplomatie reprend ses droits, si la politique regagne ses lettres de noblesse, si l’Amérique elle-même montre la voie du soft power y compris dans la sphère économique, même la Russie et même la Chine seront obligés de suivre.



* cf "Universal Declaration of Independence from Fundamentalism"
** cf "The Stolen Election"

 

---
initialement publié sur blogules.

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • geko 2 décembre 2008 11:09

    Tout ce que vous dites est juste et passe inévitablement par une redistribution plus équitable des richesses !
    On verra rapidement si des paroles Obama passe aux actes concernant le contrôle des marchés financiers et notemment la destruction des paradis fiscaux !

    Un point qui vient ternir votre note d’espoir (j’en suis bien désolé) c’est l’explosion des budgets destinés à l’armement depuis la fin des années 2000, constatée partout dans le monde sauf pour l’UE ! En général on ne sort pas un flingue pour demander l’heure !


    • ZEN ZEN 2 décembre 2008 12:26

      bonjour Séphane

      "si l’Amérique elle-même montre la voie du soft power y compris dans la sphère économique, même la Russie et même la Chine seront obligés de suivre."

      Puisses-tu dire vrai !
      Un pari auquel il faut bien croire, pour ne pas désespérer...


      • stephanemot stephanemot 2 décembre 2008 13:05

        bonjour Zen

        je ne suis pas precisement de nature optimiste, et on n’est pas pres de sortir du revival medieval de ces dernieres annees.

        mais on se situe clairement devant une opportunite historique.

        et une fois de plus
        (http://blogules.blogspot.com/2008/11/2008-anne-de-crise-ou-despoir.html ), le mot "espoir" caracterise a mes yeux plus l’annee 2008 que le mot "crise".


      • SciFi SciFi 2 décembre 2008 13:59

        Oui, puissiez-vous dire vrai !

        Mais j’ai bien peur qu’après l’espoir vienne l’austérité, voire bien pire. Il faudra quand même payer la facture un jour.


      • minidou 2 décembre 2008 17:13

        Sur les dernières années Russie et Chine ont bien plus fait pour la stabilité internationale que l’UE et les USA réunis...


      • stephanemot stephanemot 3 décembre 2008 01:44

        @minidou

        Les Russes et les Chinois ont beaucoup fait pour la stabilite ?

        C’est une facon de voir l’actualite du Tibet, du Darfour ou de la Tchetchenie... 


      • geko 2 décembre 2008 17:41

        C’est surement le sujet le plus interessant, qui conditionne directement l’avenir de tous et personne n’a rien à dire !
        Navrant


        • Hieronymus Hieronymus 2 décembre 2008 18:34

          Il y a quatre ans, le triomphe de George W. Bush aux élections présidentielles
          C’est faux de parler de triomphe de W.Bush il y a 4 ans aux presidentielles US
          sa victoire (a W) etait tres tres juste, il aurait suffit qu’un seul etat clef bascule pour que Kerry soit elu
          ma conviction est qu’il a encore triche (en 2000 c’etait la Floride) grace aux machines a voter
          pourquoi oublie t on toujours que la reelection de W n’a pas du tout ete evidente ?

          argument qui accredite plus encore la vraisemblance d’une seconde fraude massive pour elire ce nul (W)
          les sondages de sortie des urnes donnaient Kerry vainqueur : ainsi l’Ohio (mais pas que) aurait ete vole !


          • stephanemot stephanemot 3 décembre 2008 01:55

            Un Etat pouvait effectivement changer la donne en 2004, mais quand vous regardez la carte electorale comte par comte il n’y avait pas photo, de meme qu’au total de votes.

            Rove et Mehlman avaient commence le travail sur le terrain des 2002. Les Dems sont arrives la fleur au fusil et n’ont commence a se bouger que pour les primaires.

            La carte electorale de 2008 est spectaculairement differente.

            Obama a retenu la lecon et travaille deux ans a l’avance, cela se mesure dans chaque comte et meme certains bastions Reps. Il a non seulement reconquis le terrain perdu (ex latinos) mais marque des points y compris parmi les traditionnalistes chretiens blancs.


          • Liberty 3 décembre 2008 02:34

            Positif certainement pas !

            Les USA sont un pays qui a besoin de la guerre pour assurer la survie de son économie .
            Enlevez leur le lobby militaro-industriel et des millions d’emplois seront perdus, le rêve américain évaporé !

            Dwight David Eisenhower avait mis en garde le monde entier et en particulier ses concitoyens du danger de laisser dériver cette économie militaire.

            Peu importe leur président, il y a de grandes chances pour qu’ils continuent à terroriser le monde.
            Le seul pays ayant utilisé la bombe atomique se veut gendarme du monde.

            -"entretenir la haîne et la peur, affaiblir les modérés et renforcer les radicaux, encourager le repli sur soi et la crainte de l’autre, placer le débat sur le terrain de la religion alors qu’il est avant tout question de politique."

            - La technique retenue pour imposer leur nouvel ordre mondial .


            • stephanemot stephanemot 3 décembre 2008 03:48

              L’equation a ete portee a l’extreme sous Bush-Cheney.

              L’Amerique est condamnee a reduire la voilure pour ses troupes menees a bout.

              Reste la dynamique de subvention de la R&D de USA Inc par les programmes militaires : je vois un transfert consequent vers la sphere environementale sous Obama.

              Mais l’impressionnant effort de rattrapage de la Chine suffit a assurer le maintien de cette peu glorieuse tradition.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès