Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Nucléaire iranien : le flou, le flouze et les floués

Nucléaire iranien : le flou, le flouze et les floués

En reculant d’un pas avant d’avancer de deux, l’Iran fait danser les membres du Conseil de sécurité au son de sa propre musique. Les centrifugeuses de Katanz produisent pour l’Iran bien plus d’avantages diplomatiques que d’uranium militaire. Sans doute parce qu’elles menacent plus la position dominante des puissances nucléaires que la paix mondiale.

Cyrus Safdari, chercheur associé à l’Institut international d’études de la Caspienne, se demandait dans Le Monde diplomatique de novembre 2005, si la véritable raison des pressions américaines sur Téhéran était de «  créer un monopole occidental de production de l’énergie  ». Aux yeux de nombreux observateurs, l’annonce, le 22 août, de l’inauguration de la centrale d’eau lourde de Khondab a dédouané Téhéran de ses intentions de créer une filière militaire à l’uranium. Le Zimbabwe s’est joint à l’Indonésie pour manifester son intérêt pour la technologie iranienne. L’Arménie a rejoint le club des pays prenant fait et cause pour Téhéran, tandis qu’un diplomate espagnol exprimait clairement un point de vue analogue.

Ces prises de position éclairent l’attitude de nombreuses nations sur leur volonté de ne plus dépendre des seules puissances nucléaires historiques pour leur approvisionnement énergétique. L’Indonésie s’est engagée comme interlocuteur crédible en établissant une coopération avec les pays qui ont déjà construit leurs propres centrales nucléaires, notamment l’Allemagne, la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon.

Le flou de la menace nucléaire

Le premier accord entre l’Iran et les Etats-Unis sur un équipement nucléaire civil remonte à 1957, dans le cadre du programme « Atomes pour la Paix ». À cette époque, le shah considérait déjà le pétrole comme une denrée rare et comptait préserver celle-ci le plus longtemps possible, afin de consacrer à la pétrochimie les dernières ressources disponibles.
En 1964, les Etats-Unis fournissaient à l’Iran son premier réacteur de recherche.

En décembre 1974, Chirac, alors Premier ministre, signe avec Hoveyda, son homologue iranien, l’accord Eurodif. En échange d’un financement dans ce complexe d’enrichissement à diffusion gazeuse dont George Besse fut le dirigeant, l’Iran devait recevoir 10 % de la production d’uranium enrichi. Une vingtaine de tranches de centrales nucléaires devait être réalisées.

Aussitôt après sa prise de pouvoir en avril 1979, Khomeyni dénonçait les accords de construction de centrales passés avec la France, mais permettait au groupe allemand Siemens de poursuivre celle de Bushehr. Parallèlement, l’Iran reprenait l’exploitation de ses gisements d’uranium.

Lorsque les mollahs firent valoir leur participation à Eurodif, ils se sont heurtés au refus de la France. Après trois vagues d’attentats à Paris, la France a cédé, versant le 7 novembre 1986 un premier dédommagement officiel de 330 millions de dollars. Dix jours après, Georges Besse était assassiné. Ces attentats laissent penser que le contentieux Eurodif ne portait pas seulement sur la restitution du milliard de dollars avancé par l’Iran, mais très probablement sur la fourniture d’uranium hautement enrichi. Le shah n’était pas partisan d’un Moyen-Orient nucléarisé. Israël ayant franchi le pas, ses réticences devinrent vaines face à la menace soviétique. La clause pouvait figurer dans une annexe du contrat Eurodif.

Téhéran veut sa bombe

Tout indique que les mollahs cherchent depuis longtemps à disposer d’une arme nucléaire. Le risque représenté par les centrales d’enrichissement d’uranium repose sur quelques observations concordantes. En premier lieu, l’Iran n’a pas besoin d’enrichir lui-même son uranium. Les Russes alimenteront eux-mêmes en combustible la centrale de Bushehr - qu’ils terminent après le retrait de l’Allemagne - et assureront son retraitement. L’usine de Natanz possède un groupe de 164 centrifugeuses en cascades. Cinq autres groupes doivent être prochainement opérationnels, et le programme porte sur un total de 5000 centrifugeuses de technologie récente.

En second lieu, les inspecteurs de l’AIEA ont découvert des documents portant sur la fabrication d’uranium métallique, ainsi que des échantillons de forme circulaire. Lorsque l’administration iranienne prétend qu’elle n’a aucunement l’intention de préparer une arme nucléaire, elle n’est pas plus crédible que si elle prétendait ne pas vouloir construire de voiture en présence des plans et de prototypes de pièces de carrosserie. Le 11 septembre, Mohamed El Baradei, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique, se déclarait « encore préoccupé par le manque de transparence de l’Iran dans les garanties de l’absence d’activités et de matériaux nucléaires non déclarés en Iran  ».

Je pense néanmoins qu’il y a loin de la coupe aux lèvres, de l’uranium enrichi à la bombe nucléaire. L’Iran s’est engagé dans la course au plutonium, et rien n’interdit de penser qu’il travaille sur la bombe à plasma. Téhéran a les moyens de consacrer sa filière uranium au secteur civil sans renoncer à posséder une arme nucléaire. Ralentir le travail de l’AIEA participe à la « diplomatie de la crise » dans laquelle les mollahs ont placé leurs négociations depuis l’origine.

Une arme de dissuasion massive

Quel pays sera visé par la menace d’une bombe nucléaire iranienne ? Israël ? Au premier missile lancé, l’Iran serait rayé de la carte par les bombes israéliennes et, au besoin, américaines. L’Iran deviendrait une zone dévastée incapable de se reconstruire seule. Suprême sanction, son économie échapperait aux mollahs, complètement discrédités par les survivants de l’holocauste. Les résultats seraient identiques pour toute frappe destinée à un pays de l’OTAN, à la Russie, au Pakistan ou à la Chine. Les mollahs savent que la dissuasion nucléaire ne relève pas d’une stratégie d’état-major adaptable aux circonstances. Militairement, elle provoque la destruction des deux protagonistes. Humainement, l’Etat responsable d’un premier tir offensif serait définitivement mis au ban des nations. Un premier tir envers un pays musulman anéantirait l’image de l’Iran dans les populations qu’elle n’a de cesse de gagner à sa cause. L’administration Bush elle-même a dû renoncer pour cette raison à l’emploi de bombes nucléaires tactiques dans ses plans d’invasion de l’Iran. Elle arme ses missiles balistiques de charges conventionnelles.

Si prompts à exposer le danger que représente le nucléaire iranien, les Etats-Unis eux-mêmes ne prévoient pas dans leur plan une apocalypse atomique. Une défense iranienne nucléarisée rendrait ce pays désormais intouchable militairement. En conséquence de la bombe iranienne, l’équipe Bush promet une profonde déstabilisation du Moyen-Orient, jusqu’au Maroc. Sur ce point, on lui fait confiance : son savoir-faire en matière de déstabilisation est universellement reconnu, et ce plan-là est déjà prêt. On ne peut plus ignorer que la politique du « Grand Moyen-Orient » proposée par Washington repose sur une stratégie de « chaos constructeur », comme l’Irak, voué à la séparation en trois Etats, la subit actuellement. La discrétion de la presse maghrébine sur le sujet iranien traduit la prudence, pour ne pas dire l’embarras, des gouvernements placés entre le marteau et l’enclume, entre les vues américaines sur la région et la rue arabe attendant comme une pluie de printemps l’émergence d’un Etat capable de tenir tête aux grandes puissances.

Ce chaos prévu par Washington ne semble pas impressionner Téhéran qui entend bien profiter de ce jeu-là. Les structures de l’Etat sont protégées par une police et des milices pléthoriques qui contiennent tout soulèvement populaire. Les mollahs sont les mieux placés pour avoir retenu les leçons de leur prise du pouvoir. En soutenant le Hezbollah au Liban et la rébellion chiite en Irak, ils démontrent qu’ils jouent avec un coup d’avance. Vue de Téhéran, la bombe iranienne semble n’être qu’un prétexte parmi d’autres, saisi par les USA pour réaliser leur plan consistant à mettre la main sur les richesses du sous-sol du monde musulman et à réaliser leur politique de containment vis-à-vis du vieux continent.

Parmi les autres menaces envisagées, le risque d’une bombe accessible aux réseaux terroristes n’est pas lié à l’enrichissement de l’uranium. Pour fabriquer une bombe à haut pouvoir irradiant, le plutonium ferait bien mieux l’affaire.

Dernière conséquence d’une bombe iranienne : le risque de prolifération vers un pays non-aligné. À son énoncé, le risque semble réel. Les Etats capables de se payer un tel armement sont néanmoins très peu nombreux ou, comme l’Inde et le Pakistan, la possèdent déjà. On peut imaginer que le Vénézuela, l’Algérie, le Maroc ou la Libye espèrent de l’Iran une coopération dans ce domaine. Tous ces pays sont signataires du TNP et le principal bénéfice qu’ils peuvent espérer d’une éventuelle coopération avec l’Iran serait de disposer d’un fournisseur non-aligné dans une industrie nucléaire civile, soumise aux contrôles de l’AIEA.

Si personne, à commencer par les Russes ou les Chinois, ne souhaite que Téhéran devienne une puissance nucléaire, tous savent que les mollahs eux-mêmes ne peuvent s’affranchir des règles de la dissuasion. La bombe iranienne, si bombe il y a, jouera pour l’Iran le rôle que lui attribuait déjà le shah face à l’Union soviétique : une force de dissuasion massive contre toute atteinte à l’intégrité de son territoire.

Le flouze de l’industrie de l’enrichissement

Les Iraniens acceptent un contrôle de l’enrichissement de l’uranium jusqu’à l’assemblage en barres des pastilles de combustible à partir desquelles il ne peut plus être employé Les Iraniens acceptent un contrôle de l’enrichissement de l’uranium jusqu’à l’assemblage en barres des pastilles de combustible à partir desquelles il ne peut plus être employé qu’à la production d’énergie civile. Ils affirment par ailleurs être ouverts à la coopération étrangère. Des groupes comme Areva, la Chine, le Japon auraient été contactés, sans compter la négociation en cours avec les Russes. Téhéran entend obtenir la collaboration de divers pays pour la réalisation de son programme sur son propre territoire afin de rester maître de sa politique énergétique et de revendre comme il l’entend sa production. Un contrat Eurodif à l’envers, en quelque sorte.

Au vu de l’efficience des normes de production extrêmement rigoureuses dans l’industrie nucléaire, il est difficile de concevoir que l’enrichissement produit sous le contrôle continu de nombreux techniciens étrangers puisse aboutir à la production d’uranium militaire. Sur ce point, les avances faites par Téhéran permettent d’envisager que le seul but poursuivi dans la filière de l’uranium réside dans la filière civile.

Comme je l’ai souligné dans un précédent article, il est surprenant que l’opinion publique soit tenue en haleine sur le feuilleton de l’uranium iranien, alors que le problème posé par la filière plutonium, très largement amorcé, demeure à peine évoqué. Il est surprenant que les pays sonnant le tocsin, annonçant une apocalypse à la sauce mollah, soient précisément les principales puissances nucléaires : les USA, la France, le Royaume-Uni, la Russie, pays des mieux protégés par leurs forces de dissuasion, auxquels s’est jointe l’Allemagne, acteur important du nucléaire civil. Il est surprenant que ces pays demandent l’arrêt de l’enrichissement de l’uranium sans poursuivre leur logique en exigeant l’interruption de la construction de la centrale d’Arak, usine à produire les composants d’une bombe au plutonium.

La menace de l’uranium iranien réside dans l’ambition de son programme clairement destiné à l’exportation. L’attitude des pays en voie de développement depuis le 22 août prouve la réalité de cette crainte manifestée par les puissances exportatrices. Le Brésil, qui entame à son tour l’enrichissement de l’uranium, estime à 11 millions de dollars par an les économies réalisées. Curieusement, personne ne se soucie du fait que le président Lula s’oppose à tout contrôle de l’AEIA.

L’enjeu géopolitique dominant ce début du XXIe siècle réside dans le contrôle de l’énergie, clé du développement. Les coupures litigieuses opérées par les Russes dans leurs livraisons de gaz montrent mieux que n’importe quel discours combien l’action sur les robinets pèse sur la politique étrangère d’un pays dépendant. En ajoutant l’uranium à son pétrole et à son gaz, l’Iran conforterait sa place de puissance majeure sur l’échiquier énergétique, son principal atout résidant dans l’alternative crédible qu’il offrirait face aux puissances dominantes.

La plus grande crainte des mollahs repose sur des sanctions internationales qui leur interdiraient de parvenir à cette ambition. Leur politique consiste à opposer occidentaux d’un côté, Russes et Chinois de l’autre, afin d’empêcher une condamnation par le Conseil de sécurité de l’ONU. Il semble que l’intimidation récente tentée par les Russes en évoquant la possibilité La plus grande crainte des mollahs repose sur des sanctions internationales qui leur interdiraient de parvenir à cette ambition. Leur politique consiste à opposer occidentaux d’un côté, Russes et Chinois de l’autre, afin d’empêcher une condamnation par le Conseil de sécurité de l’ONU. Il semble que l’intimidation récente tentée par les Russes en évoquant la possibilité de ne pas achever la centrale de Bushehr ait contraint Téhéran à reculer en proposant à nouveau une suspension de deux mois de l’activité de l’usine de Natanz. Les marges de manœuvre des mollahs se réduisent, mais on peut compter sur l’expérience acquise par l’Iran en 5000 ans de négociations pour obtenir en échange de nouvelles avancées.

Si Téhéran parvenait au terme de son ballet diplomatique, les floués se compteraient alors parmi toutes les puissances nucléaires actuelles, au premier rang desquelles les Etats-Unis, qui perdraient une bataille cruciale dans leur volonté d’imposer leur leadership énergétique.

Renaud Delaporte

Sources citées :

http://www.monde-diplomatique.fr/2005/11/SAFDARI/12906
http://www.french.xinhuanet.com/french/2006-09/11/content_312757.htm
http://fr.rian.ru/world/20060823/53055431.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-727571,36-747966@51-766457,0.html
http://www.lefigaro.fr/international/20060517.FIG000000234
http://www.iran-resist.org/article167
http://www.leblogfinance.com/2005/11/investissements.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (154 votes)




Réagissez à l'article

143 réactions à cet article    


  • Marsupilami (---.---.182.202) 14 septembre 2006 11:53

    Excellente analyse. Les Iraniens sont vraiment très fins. Le génie de l’antique et magnifique persane palpite encore sous la chappe de plomb des corâneries. On est pas sortis de l’auberge atomique...


    • minijack minijack 14 septembre 2006 15:07

      Entièrement d’accord. Je n’aurais su dire mieux.

      .


    • D.Kemp (---.---.170.90) 14 septembre 2006 20:17

      MArsupilami Vous êtes un imbecile qui ne voit pas plus loin que le bout de sa petite « bite ». Vous ne connaissez rien à lIslam ni a sa civilisation. C’est du « fast food » d’information que vous ingurjitez comme un gros « porc » devant TF1 « la super télé » à l’objectif de donner un temps de « disponibilité »à votre cervelet au profit des firmes multinationales comme « coka cola ». C’est desesperant


    • Dagg (---.---.181.176) 16 septembre 2006 02:45

      @Kemp

      « petite » ? On voit que vous n’avez jamais vu une queue de marsupilami !


    • Dmx (---.---.8.124) 14 septembre 2006 12:23

      Article parfait. Rien à dire. Enfin des gens qui réfléchissent avec le cerveau ! Nos journaleux feraient bien de s’en inspirer.


      • pace (---.---.252.134) 14 septembre 2006 12:29

        très bon article.


        • mathieu (---.---.133.191) 14 septembre 2006 12:42

          c’est exactement sa que je disai sur l’attitude de l’Iran a propos de l’article precedent parlant du Hezbollah. L’Iran jou aux echecs, fait mine de perdre et avance doucement ces pions, c’est un art digne des meilleurs experts. Pour moi je ne les voient pas comme des barbues fanatiques, cette image les rends betes et barbares, soit il jou ce jeu la, soient nos medias ont tendances a les traités comme des imbeciles a regarder leurs actions et les liens avec le Japon et le Chine, la Russie, et sachant que le Chine et le Japon sont les banquiers exclusifs des Etats Unis, je peut comprendre que celui ci crain l’avenir du marché mondial. L’Iran a de formidables atouts, l’Europe et les Etats Unis sont sur le point de s’ecrouler economiquement et en spheres d’influence, et il faut voir le contexte interieur de nos pays et du pouvoir devenant instable ce qui paralyse toute actions futurs pour garder l’hegemonie qui est en train de s’ecrouler a vitesse granvé.


          • jon (---.---.18.72) 25 septembre 2006 00:29

            A mathieu « L’Iran jou aux echecs »

            Il ne faut pas oublier que se sont eux les inventaires des echecs !


          • (---.---.94.25) 14 septembre 2006 13:39

            «  » L’Iran a de formidables atouts, l’Europe et les Etats Unis sont sur le point de s’ecrouler economiquement et en spheres d’influence, et il faut voir le contexte interieur de nos pays et du pouvoir devenant instable ce qui paralyse toute actions futurs pour garder l’hegemonie qui est en train de s’ecrouler a vitesse granvé.«  »

            C’est vrai il faut se rejouir... une petite question Mathieu tu habites ou pour pouvoir ce rejouir de la situation de l’iran et du declin de l’europe et des etats unis ?

            Comment peut on avoir confiance au mollah et a leur culture retrograde pour pouvoir se doter de l’arme nucleaire... autant confier un 357 magnum a un delinquant qui releve de psychiatrie...et pretendre qui y a pas de danger.... le nilisme et l’anti americanisme primaire de certains de mes concitoyens est edifiant a la hauteur du fachisme des mollahs...

            Le jour ou une bombe sale explosera a paris, Mathieu pourra jubile ... j’espere seulement pour lui que l’uranium des mollahs lui provoquera pas de cancer qui entrainera son deces....


            • (---.---.252.134) 14 septembre 2006 13:52

              est ce que vous avez vraiment lu l’article ???

              et puis je vois aucune différence entre les USA et la république Islamique.

              1 ; les 2 présidents sont élus frauduleusement

              2 ; les 2 présidents sont profondement « croyant » ; l’un évangéliste et l’autre haudjatiste

              3 ; les 2 présidents cherche à renforcer leur dominance énergetique, l’un mondiale et l’autre régionale.

              vous préférerez les paillettes de las vegas que les voilés de Ghom, bien sur. Alors continuez à bien choisir vos lieu de vaccance !!!


            • pace (---.---.252.134) 14 septembre 2006 14:17

              @l’auteur,

              « La plus grande crainte des mollahs repose sur des sanctions internationales qui leur interdiraient de parvenir à cette ambition »

              Est ce que l’Iran ne pourra pas détourner les sanctions comme d’habitudes pour arriver à ses ambitions ? Ils se sont bien réarmer pendant la guerre Iran-Iraq, et arrivent à acquérir pour tous ses besoins à travers le marché noir international, l’Ile de Kish est une bonne exemple.


            • pace (---.---.252.134) 14 septembre 2006 14:18

              @l’auteur, « La plus grande crainte des mollahs repose sur des sanctions internationales qui leur interdiraient de parvenir à cette ambition »

              Est ce que l’Iran ne pourra pas détourner les sanctions comme d’habitudes pour arriver à ses ambitions ? Ils se sont bien réarmer pendant la guerre Iran-Iraq, et arrivent à acquérir pour tous ses besoins à travers le marché noir international, l’Ile de Kish est une bonne exemple.


            • gerardlionel (---.---.184.30) 14 septembre 2006 17:03

              Je trouve ce genre de commentaire déplacé, la contribution ne porte pas sur le système juridico-religieux des états en question, mais du choix d’un pays d’accèder à une technologie et/ou d’un armement !


            • gerardlionel (---.---.184.30) 14 septembre 2006 17:12

              J’ajouterai qu’il m’est difficile de faire confiance au gouvernement américain qui a prouvé qu’il avait menti sur les soi-disant ADM avant la seconde campagne d’Irak ! C.Powell lui-même la reconnu et le sénat us !

              D’autre part le gouvernement US de 1945, a déjà utilisé cette arme nucléaire créant de ce fait le seul précédent de l’histoire,cela n’inspire guère confiance, non !?


            • (---.---.86.205) 14 septembre 2006 14:02

              Excellent article bien pesé. Espérant qu’il engendrera un débat constructif et dépassionné, c’est qui est loin d’être si évident sur Avox et c’est bien dommage.


              • citadelle (---.---.179.38) 14 septembre 2006 14:05

                http://leweb2zero.tv/video/eki_574506fe9d95105

                Reportage sur le programme nucléaire secret israelien,les ADMs et l’utilisation de gaz neurotoxique sur les palestiniens en 2001


                • faxtronicf (---.---.127.45) 14 septembre 2006 14:06

                  Ouais bof.... Si les US ne s’était pas aussi embourbes en Irak, l’iran ferait moins le fier.

                  Mais Bush et les ricains sont des cons patentés et sure d’eux memes, ils se sont foutus dans le piege irakien tous seul, et ont trainer dans le boue ceux qui emettaient des doutes quand a la pertinence de leur guerre inutile. Maintenant qu’ils crevent. Si c’est un missile iranien qui les vitrifie, tant mieux, cela eviteras aux autres de se salir les mains.

                  Et pourtant a la base je suis infiniment plus proche des ricains que des iraniens, mais les USA du moment religieux et orgueillesement va-t-en guerre ne valent a peine mieux a mes yeux que les iraniens. Tout aussi dangereux pour moi et pour l’europe.


                  • (---.---.16.182) 16 septembre 2006 16:30

                    Ouais bof.... Si les US ne s’était pas aussi embourbes en Irak, l’iran ferait moins le fier.

                    Ce qui souligne les capacités (ou incapacités) d’analyse de l’administration américaine actuelle.


                  • José w (---.---.25.142) 14 septembre 2006 14:06

                    Excellent article.

                    Comme quoi le journalisme a encore de l’avenir, dès lors que la laisse est remisée.

                    L’Iran est un grand pays au passé très riche, 70 millions d’habitants, avec des soutiens solides (Syrie, Liban, une partie de l’Irak notamment sans parler des pays eurasiatiques) : il ne se laissera pas renverser aussi facilement que l’Irak par les illuminés néoconservateurs de la Maison Blanche et du CFR...


                    • pace (---.---.252.134) 14 septembre 2006 14:19

                      @l’auteur, « La plus grande crainte des mollahs repose sur des sanctions internationales qui leur interdiraient de parvenir à cette ambition »

                      Est ce que l’Iran ne pourra pas détourner les sanctions comme d’habitudes pour arriver à ses ambitions ? Ils se sont bien réarmer pendant la guerre Iran-Iraq, et arrivent à acquérir pour tous ses besoins à travers le marché noir international, l’Ile de Kish est une bonne exemple.


                      • Panama (---.---.198.59) 14 septembre 2006 14:20

                        Excellente analyse (bis repetita).

                        Néanmoins, vous n’abordez pas l’angle de la politique intérieure iranienne, qui me semble un des éléments clés de ce conflit.

                        IL s’agit de rendre leur fierté nationale aux iraniens, et de leur faire oublier que récemment, ils sont passés à côté d’une libéralisation de la société à laquelle beaucoup aspirent, en particulier les classes urbaines.

                        Une résistance victorieuse face aux « Grand Satan » repousserait bien loin dans l’avenir les revendications pour une presse plus libre, une société plus civile, une liberté individuelle plus grande.


                        • DG. Damien G. 14 septembre 2006 14:58

                          « ils sont passés à côté d’une libéralisation de la société à laquelle beaucoup aspirent, en particulier les classes urbaines. »

                          en mettant en relation votre commenaitre avec l’article, vraiement pertinent, on peut se demander s’ils s’etaient « libéraliser », ils n’adopteraient pas la meme stratégie, et peut-etre ne cherhcerait-ils pas a obtenir une filiere nucléaire autonome. ce serait alors de la technologie acheter a l’occident, perdant toute indépendance.

                          Or, en cherchant en premier a assoire leur infrastructure interne, de production d’énergie, ils risquent d’acquerir un savoire faire, qui leur permetra, de négocier a leur avantage les conditions de leur libéralisation.


                        • (---.---.59.170) 14 septembre 2006 14:44

                          Je me demande pourquoi on n’a pas encore bombardé à l’arme atomique les usines Aryennes. Ces gens là son dangereux, il faut agir, de l’audace que diable !


                          • pace (---.---.252.134) 14 septembre 2006 15:03

                            C’est vrai, les fachos du peuple élu sont moins dangereux ! smiley mais merde, comment on fait pour les nuages radioactives qui viennent vers la méditerannée. nase ton idée, pour une Israel contaminée !!! smiley


                          • DG. Damien G. 14 septembre 2006 15:06

                            c’est une question de crédibilite mon gas. on ne bombarde pas un pays a l’arme nucléaire au pretexte que ce pays developpe une filière nucléaire.

                            ensuite, la guerre préventive est un doctrine imperialo-fascite.

                            Enfin, il y a plus dangereux comme pays que l’Iran (genre Pakistan, Etat-unis, Irak, Arabie Saoudite, afghanistan)


                          • ZEN zen 14 septembre 2006 14:48

                            Impressionnante analyse méritant un débat à la hauteur de sa qualité.

                            Avec sa « lampe de poche », l’auteur fait des merveilles « dans la caverne de Platon »...

                            On est loin de la langue de bois de la plupart de nos médias.


                            • gerardlionel (---.---.184.30) 14 septembre 2006 15:11

                              Ponit de vue intéressant qui nous change des éternels « gros sabots » propagandistes ! Une petite remarque : « l’expérience acquise en 5000 ans de négociations » par l’Iran, c’est « a little bit too much », non ! vous viendrait-il à l’idée d’établir de telles continuités chronologiques( ignorant de ce fait les « sauts » culturels et religieux) pour la Grèce, l’Inde, l’Afrique...

                              D’autre part il est toujours bon de rappeler que tout pays a le droit et le devoir de se protèger et protèger sa population avec les mêmes armes que ses voisins, ici le Pakistan(sunnite), Israel, la Russie.Et que le seul pays a avoir utilisé l’arme nucléaire, les USA, povaient certainement s’en dispenser en 45 au Japon !

                              Personnellement l’intégrisme du président Iranien qui n’est guère qu’une « vitrine »(le pouvoir étant ailleurs) ne m’inquiète pas plus, ni moins que celui du président des USA, le « pantin » des néo-conservateurs !


                              • ZEN zen 14 septembre 2006 18:43

                                «  »l’intégrisme du président Iranien qui n’est guère qu’une « vitrine »(le pouvoir étant ailleurs) ne m’inquiète pas plus, ni moins que celui du président des USA, le « pantin » des néo-conservateurs ! "

                                Tout à fait d’accord avec vous. J’aimerais savoir comment fonctionne réellement le pouvoir à Téhéran...


                              • Pierre p (---.---.143.138) 14 septembre 2006 15:12

                                Nucléaire iranien : l’AIEA accuse le Congrès américain de mentir

                                VIENNE - L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) accuse une Commission du Congrès américain d’avoir diffusé de fausses informations sur le programme nucléaire iranien. Elle a fait parvenir une lettre de protestation à Washington.

                                Un rapport daté du 23 août de la Commission permanente du renseignement de la Chambre des représentants présentant l’Iran comme une menace stratégique « contient des informations erronées, trompeuses et non-étayées », selon cette lettre de l’AIEA. Ce rapport affirme que l’Iran enrichit de l’uranium de qualité militaire alors que les inspections de l’autorité nucléaire de l’ONU ont établi que Téhéran n’enrichissait qu’à 3,6%, bien en-deçà des 90% requis pour fabriquer des armes atomiques.

                                La lettre, signée par le directeur des relations extérieures de l’AIEA Vilmos Cserveny, proteste également « vivement contre l’assertion incorrecte et trompeuse (selon laquelle) le directeur général de l’AIEA aurait décidé de muter (le Belge Chris) Charlier », un inspecteur chevronné de l’agence, pour avoir fait part à l’Iran de sa « déception concernant son programme nucléaire ».

                                Des responsables de l’AIEA ont indiqué que cet expert avait été muté hors d’Iran à la demande expresse de Téhéran et que l’agence devait se plier à ce type de décision.

                                La porte-parole de l’AIEA a indiqué que l’agence avait écrit cette lettre à la Chambre des représentants afin de « remettre les choses à plat concernant les faits, d’autant que dans cette affaire l’intégrité de l’AIEA a été mise en cause ». « Il fallait réagir », a-t-elle souligné.

                                Selon un diplomate occidental, ces fausses informations « donnent une impression de déjà vu avec l’Irak ». L’AIEA avait pris ses distances avec des assertions américaines selon lesquelles le régime de Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive en raison de l’absence de preuve.


                                • Paul M (---.---.56.223) 14 septembre 2006 15:52

                                  @ Renaud Delaporte

                                  C’est un peu comme ça que je ressens leur manège.

                                  Les mollahs et les imams se transforment en derviches pour nous faire tourner en bourrique.

                                  Un détail toutefois : « ...et rien n’interdit de penser qu’il travaille sur la bombe à plasma »

                                  Qu’entendez-vous par bombe à plasma ?


                                  • José w (---.---.25.142) 14 septembre 2006 16:30

                                    L’intoxication sur l’Iran bat son plein : comme pour l’Irak, le gouvernement et le congrès étasuniens mentent à tour de bras et falsifient les documents officiels, afin de noircir le tableau et de préparer une attaque de grande envergure contre l’Iran, la Syrie et le Liban.

                                    L’AIEA vient d’envoyer une lettre au gouvernement néoconservateur étasunien, protestant des erreurs et des distortions arugées par ce dernier au sujet du programme nucléaire iranien.

                                    Comme pour l’Irak, la petite musique est enclenchée. Les « grands » médias se rabaisseront-ils jusqu’à soutenir ces mensonges, ou jusqu’à les ignorer comme ils l’avaient fait pour l’Irak ?

                                    Possible... probable même, vu qu’ils sont bien tenus en laisse par leurs actionnaires et leurs administrateurs hyper-puissants et largement appointés par les lobbies les plus néoconservateurs qui soient à la tête desquels figure la trilatérale du CFR et du Bilderberg.

                                    En attendant, voici le lien vers la dépêche Reuters (en anglais) :


                                    • gerardlionel (---.---.184.30) 14 septembre 2006 16:56

                                      merci José pour ce lien qui remet les pendules à l’heure !


                                    • citadelle (---.---.179.38) 14 septembre 2006 18:34

                                      Les médias en font trop et pas assez

                                      le journal Libération aujourd’hui :

                                      "Une page difficile dans l’histoire de « Libération » Deux pages pour expliquer la situation interne à Libération

                                      • Nous vous invitons à réagir aux différents appels que nous lançons, et notamment à l’appel aux lecteurs • Nous accueillons vos contributions • "


                                    • ZEN zen 14 septembre 2006 18:49

                                      Pour moi, ce n’est pas un scoop .J’ai lu récemment que la CIA est « invitée » par la Maison Blanche à rechercher tous les éléments permettant de faire apparaître le pouvoir de Téhéran comme directement menaçant pour la sécurité des USA

                                      Je suis à la recherche de la source, je vous la livre dès que possible...


                                    • ZEN zen 14 septembre 2006 18:55

                                      Beaucoup de choses s’expliquent sur les visées américaines si l’on fait un détour par ici :

                                      http://marseille.indymedia.org/print.php?id=1174


                                    • Jean (---.---.220.12) 14 septembre 2006 18:04

                                      L’objectif de l’Iran tient dans cette récente élocution d’un sbire d’Al Qaeda : « Notre émir, le cheikh Oussama Ben Laden, lion de l’islam, m’a chargé d’annoncer la bonne nouvelle aux masses musulmanes et à nos frères moudjahidins. Le GSPC a rejoint l’organisation Qaida al-Djihad. Cette union bénie sera un os dans la gorge des croisés américains et français ainsi que de leurs alliés et fera naître la peur dans le coeur des traîtres et des fils mécréants de France. » Ayman al-Zawahiri demande ensuite à cette alliance « d’écraser les piliers de la coalition croisée dont leurs aînés, les Américains sans morale ». LES CRASSEUX GUEUX MOYEN AGEUX ENTURBANNES VONT REPRENDRE DU SERVICE SUR LE SOL FRANCAIS... CA S’APPELLE « CRACHER DANS LA SOUPE »... COMME DE NOMBREUX AUTRES CONCITOYENS FRANCAIS, JE SUIS ECOEURE ET ME SENS MALHEUREUSEMENT DEVENIR CE QUE JE N’ETAIS PAS : ANTI MUSULMAN... MARRE DES CES IDIOTS DONNEURS DE LECONS DE MORALE... CE SONT EUX LES CROISES, LES HYPOCRITES, LES FOUS, LES INFIDELES...


                                      • (---.---.252.134) 14 septembre 2006 18:06

                                        voit pas le rapport avec l’Iran ?


                                      • photon (---.---.89.3) 15 septembre 2006 14:32

                                        par Jean (IP:xxx.x30.220.12) le 14 septembre 2006 à 18H04 L’objectif de l’Iran tient dans cette récente élocution d’un sbire d’Al Qaeda : « Notre émir, le cheikh Oussama Ben Laden, lion de l’islam, m’a chargé d’annoncer la bonne nouvelle aux masses musulmanes et à nos frères moudjahidins. Le GSPC a rejoint l’organisation Qaida al-Djihad. Cette union bénie sera un os dans la gorge des croisés américains et français ainsi que de leurs alliés et fera naître la peur dans le coeur des traîtres et des fils mécréants de France. » Ayman al-Zawahiri demande ensuite à cette alliance « d’écraser les piliers de la coalition croisée dont leurs aînés, les Américains sans morale ». LES CRASSEUX GUEUX MOYEN AGEUX ENTURBANNES VONT REPRENDRE DU SERVICE SUR LE SOL FRANCAIS... CA S’APPELLE « CRACHER DANS LA SOUPE »... COMME DE NOMBREUX AUTRES CONCITOYENS FRANCAIS, JE SUIS ECOEURE ET ME SENS MALHEUREUSEMENT DEVENIR CE QUE JE N’ETAIS PAS : ANTI MUSULMAN... MARRE DES CES IDIOTS DONNEURS DE LECONS DE MORALE... CE SONT EUX LES CROISES, LES HYPOCRITES, LES FOUS, LES INFIDELES...

                                        c’est avec des cretins dans ton genre qu’on a une presse de merde et un pays d’abrutis gavé à la staracademie. COntinue à croire aux conneries des medias atlantistes et sionistes. TU finiras chair à canon pour le profit de ceux qui te manipule. Arrete de chercher des raisons à ta betise et continue à ecouter jppernault


                                      • InfoGratte InfoGratte 14 septembre 2006 18:05

                                        Excellente analyse.

                                        J’ajouterai juste que dans le camp des floués, il ne faut pas oublier la population iranienne qui, dans sa grande majorité ne voit pas d’un bon oeil l’acquisition de l’arme nucléaire (contrairement à l’énergie nucléaire civile) par les mollahs, ce qui aurait pour conséquence d’assoir encore plus leur pouvoir et les rendrait encore plus inexpugnables.

                                        Et si l’arme de dissuasion massive était destinée aussi à un usage interne ?


                                        • Paul M (---.---.72.45) 14 septembre 2006 18:08

                                          Sans doute, mais ont-ils le droit de bouger un sourcil réprobateur ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Renaud Delaporte

Renaud Delaporte
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès