Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama, bonimenteur superficiel, snob et conservateur

Obama, bonimenteur superficiel, snob et conservateur

Ce mois-ci, The Economist a ouvert ses colonnes de manière enthousiaste au président sortant des Etats-Unis, Barack Obama. Même si sa réforme de l’assurance maladie restera un progrès important pour le pays, cette tribune verbeuse, aussi partielle que partiale, révèle encore une fois un homme politique plus soucieux de sa communication que du fond des sujets, survolé pendant 8 ans.

 

Plus commentateur communiquant qu’acteur réfléchi
 
Obama est sans doute l’incarnation parfaite des travers de notre époque où l’accélération du temps et la complexification des vies : un beau parleur qui présente aussi bien qu’il parle, qui sait bien raconter des histoires, au point où on finit par se demander s’il ne s’est pas trompé de carrière et n’aurait pas mieux fait de faire du stand up ou du journalisme, pour peu qu’il ne soit pas d’investigation. Dans ce long papier insipide, le président sortant surfe sur l’écume de l’actualité de manière extraordinairement convenue : il dénonce le populisme qui sévirait à gauche et à droite tout en faisant mine de se demander pourquoi nous en serions arrivés là. Mais de suite, il soutient que « l’essentiel de ce mécontentement est généré par des peurs qui ne sont pas fondamentalement économiques  ».
 
 
Mais s’il admet que « ce mécontentement est enraciné dans des préoccupations légitimes sur les forces économiques de long terme  », en parlant de « peurs  », ce snob disqualifie les motivations de ce peuple qui ne raisonnerait pas, mais qui ne serait mu que par des sentiments pas forcément rationnels. Ensuite, il soutient que « l’année dernière, les ménages étasuniens ont profité de la plus importante progression de leurs revenus et le taux de pauvreté a baissé plus rapidement qu’à aucun moment depuis les années 60 », s’appuyant sur des statistiques portant sur la seule année 2015, qui indiquent une réduction des inégalités. Sur cette seule année, il se donne le crédit d’avoir montré que « le progrès est possible  » alors que les PDG gagnent 250 fois plus que la moyenne, contre 25 dans le passé.
 
Sur ce point, Barack Obama démontre un sacré culot. D’abord, on se demande où est passé le 10ème décile dans le graphique. Supprimé parce qu’il n’allait pas dans le sens de sa démonstration ? Ensuite, quel peut être le sérieux d’un président qui présente des statistiques sur une seule année, après huit ans de mandat ? La ficelle est bien grosse et révèle l’arnaque grossière de son discours. Comment ose-t-il se vanter de la sorte alors que dans les premières années de l’après crise, sous son mandat, plus de 90% de la croissance était allée au 1% le plus riche  ! Pendant ces huit années, il a été le président de ce 1%, donnant quelques miettes aux 99%, pas toujours de manière volontaire.
 
Mais outre le caractère éhonteusement superficiel de son argumentation sur les inégalités, et le snobisme de sa manière d’évoquer l’évolution actuelle du débat politique, Barack Obama révèle un vrai conservatisme. Car s’il dit que « nous devons être encore plus agressifs pour prendre des mesures pour renverser la hausse des inégalités des dernières décennies  », il peine à citer des mesures qui iraient dans ce sens. Il ne faut pas être plus agressif, il faut commencer à agir, de manière forte et déterminée. Mais en fait, en défendant le libre-échange ou la quête de compétitivité, il présente d’une manière politiquement correcte l’agenda des dirigeants et des actionnaires des multinationales de la planète.
 
 
L’agenda pseudo centriste d’Obama, c’est celui d’un aristocrate qui donne quelques pièces aux miséreux, tout en veillant bien à le faire savoir. Mais parce qu’il ne remet rien en cause structurellement, il est en fait le meilleur porte-parole d’élites qui, au mieux, n’ont pas compris qu’il fallait un vrai changement. Obama, c’est une assurance morale dérisoire qui permet de continuer dans la même direction.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • fred.foyn fred.foyn 26 octobre 09:18

    Le prix Nobel pour service rendu aux élites de Wall Street... !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 octobre 09:29

      Comme dirait le p’tit Charles (enfin non, il ne le dit pas) :

      voilà ce qui arrive quand on délègue ses volontés aux autres :
      Grecs, Tsipras, Obama, Wallons....

      On tombe de déception en déception.

      Obama, porté aux nues puis traîné dans la boue par ceux qui vivent par procuration


      • fred.foyn fred.foyn 26 octobre 10:00

        @Olivier Perriet...ben si je le dis...c’est un enfoiré aux services de l’argent..et ceux qui le soutiennent sont aussi pourris que lui.. !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 octobre 10:54

        @fred.foyn

        il ne vous aura pas échappé qu’il ne se présente plus et qu’il n’en a plus que pour quelques mois. Si ?


      • fred.foyn fred.foyn 26 octobre 11:13

        @Olivier Perriet...Sauf qu’il fait campagne pour une hystérique ce qui démontre son incompétence !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 octobre 15:37

        @fred.foyn

        s’il est aussi nul que vous le dites, alors vous devriez vous réjouir, c’est une anti promotion, un soutien comme la corde qui soutient le pendu !


      • Leonard Leonard 26 octobre 10:41

        Belle porte ouverte enfoncée !


        • zygzornifle zygzornifle 26 octobre 13:11

          il est mené par le bout du nez par des organisations travaillant dans l’ombre, il est la pour exécuter leurs directives autrement il est foutu .....


          • pirate pirate 27 octobre 01:07

            @zygzornifle
            tintintiiiin on nous cache tout on nous dit rien, mais heureusement il y a Youtube smiley


          • pirate pirate 27 octobre 01:16

            Obama est un beau parleur, un showman qui a surfé allègrement sur la vague de préjugés raciaux qui n’imaginait pas un noir à la maison blanche, unique raison pour laquelle les suédois lui ont donné son prix Nobel, sa couleur de peau. Une intuition géniale du marketing en réalité. J’aime bien l’écouter, il fait rêver ce pourquoi il a été élu et désigné par le parti démocrate. Dans les faits c’est ça  : https://unchatsurlepaule.wordpress.com/2013/11/20/black-bush/


            • Albert123 27 octobre 16:18

              « Même si sa réforme de l’assurance maladie restera un progrès important pour le pays »


              progrès pour les assureurs et les mutuelles surtout, 

              faut pas confondre le obamacare avec notre sécurité sociale (bien pervertie depuis un bail par ailleurs )


              • Jean Pierrer (---.---.1.10) 27 octobre 22:57

                @Albert123


                La réforme de l’assurance maladie est le bébé du sénateur Kennedy et non Obama

              • baldis30 27 octobre 20:43

                en fait on peut le considérer comme un dictateur par ses choix ; il en a le profil car comme bien des dictateurs il a adopté les valeurs, bonnes ou mauvaises d’un classe à laquelle il n’appartenait pas . Excellent bonimenteur comme l’ont été tous les dictateurs du XXème siècle, il s’est imposé justement par une grande différence comme un géorgien en Russie, un socialiste en Italie, un autrichien en Allemagne, et bien d’autres exemples. Lui il est noir dans un pays où la couleur de peau a été la source de bien des crimes.


                • ENZOLIGARK 28 octobre 07:19

                  @baldis30 ... , Aloha * ( AhAhAhAhAh ... ) , ... Ready OR not [ Music / VIDEO by The Fugees ... ] ... . ... AFF ИСС per a Corsica * ...


                • ENZOLIGARK 28 octobre 07:27

                  @ENZOLIGARK ... , ... ou encore  : ... $$$ Gangster " $ Paradi$e $$$ [ Music / VIDEO бy Coolio ... ] . ... АФФ ИСС


                • Jean Pierrer (---.---.18.84) 27 octobre 21:35

                  Agoravox est clairement un site d’état CQFD


                  • rakosky rakosky 28 octobre 15:32
                    Il faut bien l’admettre, ce type est vraiment formidable, beau gosse, souriant, avec l’élégance naturelle des grand prédateurs.
                    C’est simple, ce pauvre Sarkozy, il a beau essayé toutes les poses et tous les costards, il a toujours l’air d’une cloche à coté de lui.
                    En plus, il a tout ce qu’il faut pour se fâcher avec personne, il est noir, mais pas complètement, un peu blanc quand meme pour rassurer l’ Amérique profonde,un papa africain, un deuxième prénom musulman mais une foi chrétienne et plein d’amis juifs.
                    Il pourrait faire à lui tout seul la prochaine campagne de pub de Luciano Benetton.
                    Texte
                    Cet homme est un vrai progressiste, il se réclame de Jefferson mais très modérément et de Martin Luther King, mais de moins en moins souvent.
                     
                    Un homme de paix assurément, qui lorque il n’attaque ou ne bombarde ne cherche qu’à se défendre.
                     
                    En attendant,les bombes tombent sur l’ Afghanistan et la guerre sans fin s’étend au Pakistan.
                     
                    I have a dream, cet homme a fait un rêve lui aussi,celui d’un état palestinien, moitié réserve indienne, moitié banthoustan, un état sans police, sans armée, sans même un territoire unifié, sans aucun des attributs de la souveraineté, une prison à ciel ouvert pour laquelle il faudra encore attendre quelques années,le temps de convaincre l’allié israélien qui pour l’instant poursuit tranquillement la colonisation, le vol des terres palestiniennes et le blocus de Gaza.
                     
                    Cet homme,se serait inspiré de la campagne de Ségolène,ce qui n’est pas seulement ridicule mais un peu inquiétant et servirait de modèle à nos socialistes,ce qui n’a rien de rassurant.
                     
                    Je veux bien admettre que les raisons de nous prendre pour des truffes soient nombreuses et variées,mais il y a trop longtemps que chacune des déclarations de nos politiques est une insulte à l’intelligence.
                     
                    Même avec Obama, la Maison Blanche n’est pas encore tout à fait un foyer de l’humanisme et l’ OTAN n’est pas exactement une organisation humanitaire.
                    En attendant des jours meilleurs, la tendance est plutôt à la marche forcée vers le pire.
                     
                    Les milliards de dollars tombent comme une pluie bienfaisante sur les capitalistes et les spéculateurs et la misère et les licenciements sur le reste du monde.
                     
                    Le budget militaire américain atteint un niveau qui ferait passer Bush pour un dangereux pacifiste, les troupes et les armes de l’Otan se déploient autour de la Russie et de la Méditerranée à l’ Océan Indien , c’est l’ Orient tout entier qui est menacé par la guerre,l’ effondrement des états et le chaos.
                     
                    Ne nous y trompons pas,le genre de crise économique et financière dans laquelle nous sommes entrés est de celles qui ne trouvent d’issue que dans la guerre et le déchainement de la violence.
                     
                    Les Russes et les Chinois ne semblent pas convaincus des intentions pacifiques de la nouvelle Administration américaine et sont en train de renforcer leur potentiel militaire pour parer à toute éventualité.
                     
                    Quelques récents défilés militaires à Moscou ou Pékin ont été l’occasion d’impressionnantes démonstrations de force ,pendant que la Chine faisait savoir qu’elle en avait assez de combler le déficit américain par l’achat de Bons du Trésor qui ressemblent de plus en plus à de la fausse monnaie.
                     
                    Heureusement que ces types ne rigolent pas avec le réchauffement climatique et la défense de la nature.
                     
                    Quelques mauvais esprits feront remarquer que le rentier à poil dur semble à ce jour l’espèce la mieux protégée , mais au rythme actuel de destruction des emplois industriels, on sent l’imminence de la victoire de la friche, le retour à la bonne vieille sauvagerie grand bond en arrière si cher à nos écolos.
                     
                    On sent bien que tout ce cirque ne sauvera jamais le moindre pingouin, mais cela tient nos bobos en haleine et pendant que ces crétins s’asphyxient à pédaler au milieu des embouteillages,le monde peut cheminer doucement vers l’abime.
                    Comme vous, j’aimerais imaginer Obama en ami des fleurs et des oiseaux, assis comme Blanche Neige au milieu de nos amis de la forêt,mais malheureusement je crois qu’il se fout totalement des arbres et des bêtes et que la banquise pourrait fondre comme un glaçon sur une terrasse de la Canebière, il s’en ficherait tout autant.
                     
                    Il y a bien sur toutes ces foutaises à propos du commerce équitable et du développement durable, quelques paniers en osier tressé et des motopompes, le village de Kirikou comme modèle économique pour nourrir 900 millions d’Africains,cela coute tellement moins cher que des grands travaux hydrauliques ou la construction de réseaux d’eau potable.
                     
                    Oui vraiment, cet homme avait tout pour être un type formidable, la culture,l’intelligence,le charisme, l’envergure, toutes ces qualités qui font les grands hommes et qui manquent cruellement à ce pauvre Hollande et puis aussi le sens de la morale, pas du genre à jouer la bougie à l’anniversaire d’une bimbo de 18 ans ou à se déguiser en pompe à essence pour amuser les jeunes stagiaires de la Maison Blanche.
                     
                    Si seulement il n’était pas le Président des États-unis, si seulement son beau visage souriant n’était pas celui du principal dirigeant de l’impérialisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès