Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama, chevalier blanc des énergies propres

Obama, chevalier blanc des énergies propres

En effet, le jeune président américain vient de faire adopter son plan de sortie de crise, avec entre autres, un financement a hauteur de 38,84 milliards d’euros.

Déjà dans la Silicon Valley, les industriels avaient pris les devants.

Abi Maghamfar, directeur du développement à la mairie de San José, en Californie, a décidé d’installer 100 000 toits de panneaux solaires photovoltaïques, recycler la totalité de l’eau et des déchets, ce qui va créer 25000 emplois nouveaux.

Entre 100 000 et 200 000 stations de voitures électriques à louer, (tout comme nos vélib), avec recharge rapide des batteries : entre 100 000 et 200 000 stations vont ainsi naître dans la région de San Francisco.

Une centaine d’entreprises spécialisées dans le solaire sont d’ores et déjà opérationnelles.

Eugène Hahn, éleveur de bétail, a réussi à sauver son élevage coloradien en acceptant 18 éoliennes sur son terrain. Chaque turbine lui rapporte entre 3000 et 6000 dollars par an.
« C’est bien plus rentable qu’un bœuf » s’est-il exclamé !

En France, on est plus timide, mais on innove quand même.

Comme ce réverbère, par exemple, le Windela, muni d’un panneau photovoltaïque, et d’une mini éolienne qui produit sa propre énergie, et fait l’économie d’un raccordement au réseau, provoquant une belle économie, puisque l’éclairage public représente 38% de la facture d’électricité d’une commune.
http://www.windela.fr/
Après Issy les Moulineaux, Grenoble commence à son tour à s’équiper avec ce réverbère révolutionnaire.

La ville de Perpignan a pris la décision de couvrir d’ici 2015 la totalité des besoins en électricité de ses 200 000 habitants à partir des énergies renouvelables.

En avril 2008, un prototype d’hydrolienne sous-marine a été immergé par 19 mètres de fond au large de Benodet, dans le Finistère.
Sabella, c’est son nom, permettra de produire de l’électricité grâce aux courants marins.
Si la filière est lancée, elle pourrait d’après le Président de la région Bretagne, fournir d’ici 2020, 10% de la consommation électrique bretonne.
http://energiesdelamer.blogspot.com/2008/03/evenement-sabella-de-la-simulation-la.html

D’ici 2010, 22 centrale de production d’électricité et de chaleur à partir de la biomasse verront le jour en France : ça représente le 1/3 de la puissance d’un réacteur nucléaire : un programme plus ambitieux permettrait de produire 93 millions de tonnes équivalent pétrole, soit le 1/3 de nos besoins nationaux.

A Stockholm, c’est la chaleur dégagée par les 250 000 personnes qui empruntent la gare qui sera récupérée et servira à chauffer l’édifice.

Les Japonais ne sont pas en reste, ils viennent de mettre au point une technologie afin de récupérer le piétinement de la foule sur les quais de gare, afin de récupérer l’énergie : Des dalles souples transforment la pression exercée par la foule en électricité.
Le rendement pourrait être suffisant pour alimenter les bornes de billets magnétiques, ou ouvrir les portillons.

Yusen, un transporteur japonais va lancer un cargo partielement propulsé à l’énergie solaire : il pourra transporter 6400 automobiles.

La Finlande, la Grèce, la Pologne, la Slovaquie, et la France ont monté le projet de la maison intelligente (Pobicos)  : les lumières de l’habitation s’éteignent dès qu’une pièce est vide, les stores se baissent automatiquement quand le soleil donne trop fort, le chauffage se lance aux heures les moins chères, afin d’optimiser la consommation énergétique.
http://www.ict-pobicos.eu/

il y a aussi RuralZed que l’on doit à des architectes Londonniens : c’est une maison en kit, à très haute performance énergétique, préfabriquée en usine, et montée en 6 semaines.

Au Futex (convention européenne des textiles techniques) on a découvert en février dernier l’invention de l’entreprise Solusun :une bache solaire en guise de toit de la voiture récupère l’énergie solaire.

Etonnante aussi, la trouvaille de John Kanzius, qui en cherchant à guérir le cancer, a trouvé le moyen d’extraire l’hydrogène de l’eau de mer.
Son invention a été vérifiée par Rustum Roy, physicien connu, qui propose sur son site une vidéo sur les travaux de cet inventeur.
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/technologie-1/d/en-video-bientot-le-moteur-a-eau-de-mer_12879/
 
Tout çà ne réussit pas à émouvoir Sarkozy qui continue de préférer le nucléaire à ces énergies propres.

Comme disait un vieil ami africain :
« On ne lance des pierres que sur un arbre qui porte des fruits ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

185 réactions à cet article    


  • olivier cabanel olivier cabanel 20 février 2009 14:01

    farkansheltabres

    oui, je le pense,
    mais n’en tenez pas compte,
    je suis un optimiste forcené.


  • Romain Desbois 20 février 2009 21:13

    Moi aussi je le pense et si la france au lieu de se lancer dans le tout nucléaire avait investi dans les énergies renouvelables, on aurait créer 600 000 emplois comme en Allemagne. On aurait concurrencé la Prius qui fait la joie des Etatsuniens. Il y a au moins 30 ans que la France pouvait avec son industrie automobile être le précurseur au lieu d’être à la traîne. On voit le résultat et la crise n’est en rien responsable de cela !

    Allez jeter un oeil sur cette émission "complément d’enquêtes" d’octobre dernier. Vous en apprendrez beaucoup !



  • Cascabel Cascabel 20 février 2009 14:04

    On peut toujours rêver avec les moulins à vent. L’ Allemagne, pays très écolo, achète son énergie à EDF. La géothermie très profonde à très haute température est une alternative intéressante car comparable au nucléaire et plus rentable.
    Mais bien sûr cela demande une volonté étatique forte.


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 février 2009 14:34

      cascabel

      les raisons pour qu’un pays achète notre électricité ne sont peut etre pas celle que vous imaginez.
      prenons l’exemple de la Suisse,
      elle a de l’énergie a revendre,
      pourtant de temps en temps elle nous achete de l’électricité.
      eh oui...
      comme la France est parfois est en surproduction, elle fait du "dumping" sur son électricité.
      à ces moments, plusieurs pays européens sont pret a acheter cette électricité "bradée".
      les Suisses l’ont compris.
      ils achètent notre électricité pour faire remonter l’eau dans leurs barrages de montagne,
      comme çà, quand ils veulent, ils récupèrent ainsi cette énergie stockée à moindre cout.

      pour l’Allemagne, vous devriez vous renseigner, elle est l’un des pays les plus performants en Europe pour le développement des énergies renouvelables, et propres.


    • Bois-Guisbert 20 février 2009 16:09

      prenons l’exemple de la Suisse,
      elle a de l’énergie a revendre,
      pourtant de temps en temps elle nous achete de l’électricité.
      eh oui...
      comme la France est parfois est en surproduction, elle fait du "dumping" sur son électricité.
      à ces moments, plusieurs pays européens sont pret a acheter cette électricité "bradée".
      les Suisses l’ont compris.
      ils achètent notre électricité pour faire remonter l’eau dans leurs barrages de montagne,
      comme çà, quand ils veulent, ils récupèrent ainsi cette énergie stockée à moindre cout.


      Ce n’est pas cela du tout. Le phénomène est saisonnier, ne pas le dire revient à travestir la réalité.

      Parce qu’elle a bien développé - c’était avant l’appartition de l’écologisme oppositionnel - ses capacités hydroélectriques, la Suisse produit plus de courant qu’elle n’en consomme en été - période de moindre consommation -, quand les retenues sont pleines et se remplissent en permanence du fait de la fonte des neiges, et elle produit moins de courant en hiver - période de haute consommation - qu’elle n’en consomme, parce que les retenues sont vides et ne se remplissent pas. D’où des échanges annuels qui participent de l’équilibre continental de la production et la consommation d’électricité, cette forme d’énergie n’étant pas stockable comme chacun sait.


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 février 2009 17:23

      bois gilbert

      comme je ne suis pas sur d’avoir été bien compris, je précise
      elle se sert (la Suisse) de l’énergie qu’elle rachete a bas prix pour faire remonter dans les retenues l’eau dont elle aura besoin plus tard...


    • Romain Desbois 20 février 2009 21:16

      vous ouvbliez qu4EDF vend à perte à l’Etranger , c’est le contribuable français qui à financé la construction des centrales et certainement financera leur destruction et la gestion des pollutions de cette énergie. Aucune entreprise privée ne pourrait le faire !


    • Bernard 05 21 février 2009 13:36

      @Romain Desbois

      "vous ouvbliez qu4EDF vend à perte à l’Etranger , c’est le contribuable français qui à financé la construction des centrales et certainement financera leur destruction et la gestion des pollutions de cette énergie. Aucune entreprise privée ne pourrait le faire ! "

      Je relève pas mal d’erreurs dans cette phrase. Si vous vous informez auprès de SDN, vous êtes tout à fait excusable. Ce sont des slogans qu’on retrouve en effet régulièrement dans la propagande anti-nucléaire, et qui sont sans fondement.

      1) "EDF vend à perte à l’étranger ?" Qu’est ce que ça veut dire ? L’expression « vente à perte » s’applique au commerce. EDF, il me semble, n’est pas un commerçant. Je ne vois pas très bien EDF acheter un kWh 5 cts, et le revendre 3 cts. Dans l’intervalle, il le mettrait où ?

      Je vous informe par ailleurs qu’Edf a fait l’an dernier un bénéfice de 3,5 milliards d’euros (pourtant, une plutôt mauvaise année).

      2) "c’est le contribuable français qui a financé" Encore une idée reçue, et qui a la vie dure. Le contribuable français n’a rien financé du tout. l’investissement réalisé par EDF pour construire le parc actuel a été entièrement financé par l’emprunt, le seul rôle de l’Etat étant d’apporter sa garantie vis-à-vis des prêteurs, garantie qui n’a jamais été exercée, bien évidemment. Cet emprunt est maintenant presque entièrement remboursé.

      3) "...et certainement financera leur destruction et la gestion des pollutions de cette énergie." C’est encore faux. Edf provisionne régulièrement depuis le début de la mise en service du parc pour le démantèlement des installations et le traitement des combustibles en fin de cycle. En clair, cela signifie que ces coûts sont inclus dans le prix de revient du kWh, payé non par le contribuable mais par le client, à un tarif qui est l’un des moins chers d’Europe.

      Non seulement EDF constitue ces provisions (ce qui est obligatoire pour toutes les entreprises industrielles), mais, depuis quelques années, suite à une recommandation de la Cour des Comptes, s’oblige à utiliser un "fonds dédié" à cet usage. C’est un peu comme si on vous demandait de garder de l’argent sur un compte d’épargne, sans avoir le droit d’y toucher, pour assurer le remboursement futur d’un emprunt. Ce mécanisme revient à garantir que, lors du démantèlement, EDF aura effectivement la ressource financière pour faire les travaux.

      A ma connaissance, EDF est la seule entreprise industrielle en France à se soumettre à cette règle contraignante.

      Vous terminez en disant : « Aucune entreprise privée ne pourrait le faire !  » Sur ce point, vous avez parfaitement raison. J’ai parlé plus haut de la garantie de l’Etat à propos du financement du parc. C’en est une illustration.


    • Romain Desbois 21 février 2009 15:44

      @Bernard 05
      1) vente à perte

      Cher Monsieur vendre à perte c’est aussi quand vous vendez un produit en dessous de son prix de revient !
      Vos notion de commerce sont très basiques.

      Le fait qu’EDF soit bénéficiaire ne veut pas dire qu’elle fait des bénéfices avec ce genre de vente à l’etranger.

      Je reconnais que je m’informe essentiellement chez le réseau sortir du nucléaire qui me semble bien plus moderne que ce grand machin disparu bien avant ma naissance !

      2) tiens il me semblait bien pourtant que la construction des centrales avaient été payées par l’Etat qu’EDF n’a jamais remboursé !


      3) EDF provisionne depuis le début.

      Gros mensonge à tel point que cette entreprise s’est faite tapé sur les doigts il y a quelques années. Et puis j’aimerais que vous m’expliqiez comment elle fait pour provisionner le coût du démantellement alors qu’il est impossible de fixer le coût de la gestion des déchets. EDF , AREVA le reconnaissent eux mêmes ne pas savoir pour combien de temps il va falloir le faire !

      Et ma conclusion sera que tant que l’on gardera le culture du secret et du manque de transparence sur le sujet , il ne faudra pas vous étonner que des gens comme moi s’informe ailleurs qu’à la source qui devrait pourtant être la plus fiable.

      Regardez si vous ne l’avez pas encore fait la dernière émission de FRANCE3 d’Elise Lucet Pièces à Conviction. Au dela de la petite polémique sur la façon de calculer le taux de radioactivité, il y a des témoignages lourds sur le manque de démocratie dans ce secteur. comment alors leur faire confiance pour l’avenir alors que l’on a la preuve qu’ils nous mentent aujourd’hui ? Je crois que la réponse est dans la question !





    • Bernard 05 21 février 2009 17:32

      @Romain Desbois

      Au préalable, sachez que je partage le même sentiment que vous en ce qui concerne le manque de transparence de la filière nucléaire en France, que je déplore car il contribue à nourrir la suspicion, et votre réaction est tout à fait compréhensible. De ce point de vue, SDN joue un rôle de révélateur ou de poil à gratter que je trouve salutaire, même si je conteste les arguments simplistes qu’ils avancent. Lorsque Stéphane Lhomme prétend comme il vient de le faire sur AV que EDF est au bord de la faillite, sous prétexte que sa valeur en bourse a chuté ces derniers temps (en fait, elle est revenue à son point de départ et par les temps qui courent, d’autres firmes ne peuvent en dire autant), c’est tout simplement risible.

      Je reprends les trois points :

      1) vente à perte. J’insiste qu’il s’agit d’une notion qui n’est réellement applicable que dans le cas des entreprises commerciales, celles qui achètent des marchandises et les revendent sans transformation. Il est dans ce cas relativement facile (encore que…) de comparer prix d’achat et prix de vente pour savoir s’il y a vente à perte. Cette dernière étant interdite par la loi, sauf cas particuliers, il faut que le contrôle puisse se faire sans générer trop de contestations.

      Dans le cas d’une entreprise de production, la tâche est autrement difficile. Vous savez déjà qu’il y a 50 façons de calculer un coût de revient. C’est déjà un problème. Prenons le cas d’EDF. Etant donné la diversité des moyens de production utilisés (hydraulique, nucléaire, thermique à flamme,…), du fait que chaque site a son propre coût de revient, et étant donné la fongibilité du produit,  pour savoir quel est le coût de revient du kWh vendu à l’instant t, que ce soit en France ou ailleurs, il faut avoir une très bonne connaissance de la comptabilité analytique interne. Et en plus ça évolue d’une minute à l’autre, en fonction des unités appelées par les gestionnaires du réseau ! Autant dire, pour parler poliment, que c’est parfaitement indémerdable.

      Il y a cependant un cas de figure intéressant, c’est celui de la Suisse, qui, lorsque les prix sont bas, achète à la France du kWh, qu’elle utilise pour remonter l’eau dans les barrages, pour turbiner plus tard à bon prix aux heures de pointe. On pourrait presque dire, dans ce cas, qu’il s’agit d’un commerce ! Mais dans cette affaire, les deux parties peuvent très bien être gagnantes.

      2) financement du parc : si mon intervention a pu vous apprendre quelque chose, j’en suis sincèrement très heureux.

      3) Provisions

      C’est un problème complexe et mal compris. Pour l’instant, je me borne à vous donner des extraits de documents officiels d’EDF (rapports d’activité) mais je suis à votre disposition pour d’autres compléments.

      L’entreprise est responsable de la gestion de ses déchets et en supporte les coûts. Elle constitue pour cela des provisions dont le montant est soumis au contrôle des Commissaires aux comptes. Le coût du kWh prend en compte le conditionnement actuel des déchets et intègre le coût de la gestion des déchets à vie longue (0,16 cent/kWh en valeur actualisée) et celui de la déconstruction des centrales (0,14 cent/kWh).

      Concernant plus spécialement les actifs dédiés :

      Pour sécuriser le financement des obligations de long terme, EDF a mis en place progressivement un portefeuille d’actifs financiers réservés au financement des engagements nucléaires de long terme, et plus précisément à la déconstruction des centrales actuellement en activité et au stockage sur longue période des déchets de haute et moyenne activité à vie longue. En septembre 2005, ce processus a été accéléré et le Conseil d’administration d’EDF a décidé :

      • d’intégrer dans l’assiette de constitution des actifs dédiés, les centrales à l’arrêt déjà en cours de déconstruction et la part de la provision pour derniers coeurs correspondant au retraitement du combustible et à l’évacuation et au stockage des déchets correspondants ;

      • d’accélérer le rythme de constitution des actifs dédiés de manière à ce que leur en-cours égale, fin 2010, le niveau de celui des provisions concernées. Ces dispositions sont maintenant rendues obligatoires pour EDF avec la loi du 28 juin 2006 relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs qui impose aux exploitants nucléaires de mettre en oeuvre un plan de constitution d’actifs dédiés au plus tard dans un délai de cinq ans à compter de la publication de la loi.

      Donc, quand je disais « suite à une recommandation de la Cour des Comptes », j’avais oublié de mentionner la loi du 28 juin 2006.

      Bien à vous


    • krolik krolik 21 février 2009 18:03

      @Bernard 05
      Le problème de la transparence du nucléaire.
      les médias ont emboîte le pas des anti-nucs qui brament à longueur de temps contre le nucléaire.
      Les médias vende de l’heure d’écoute, du papier, et les apocalypses se vendent bien.
      Alors il faut des sujets, car un incident sur un centrale ou un rien du tout comme la fuite de 76kg d’uranium à Socatri c’était vraiment une rigolade.
      Mais pour les médias, les sujets passent vite, au bout de 4 ou 5 jours l’affaire est close, heureusement que les anti-nucs leur permette de rallonger la "sauce".
      Il n’empêche que pour les médias ça fait des "manques" alors ils se mettent à bramer de concert avec les anti-nucs sur le sujet du manque de transparence..
      Si par hasard on pouvait arriver à connaître le nombre de clés à molette qui tombent dans les centrales ce serait une information très puissante et vendeuse...
      Qu’il faille du poil à gratter je suis d’accord, c’est bénéfique, mais il faudrait aussi être constructif. A-t-on jamais lu un communiqué de la Criirad reconnaissant une décision favorable prise dans le "nucléaire".

      Et la transparence de la chimie ? Les trains de wagons de chlore liquide ??? Êtes vous informés ? Et tous les autres transports sur route ? Souvenez vous du camping "El Alfaquès" sur la Costa Brava, le camion citerne qui avait explosé en déboulant à travers le camping...
      Il y aurait des sujets sur laquelle la transparence serait nécessaire.

      A propos de transports, question pour les uns et les autres. Avez vous une idée de l’accident qui est le plus redouté par le responsable des transports des conteneurs type CASTOR ou LK100 (cent tonnes) transports pour lesquels il y en a qui s’enchaînent aux rails ??? Vous serez surpris, mais tentez quelques réponses..

      En attendant je vous mets ici une petite vidéo sur les accidents de transports

      @+


    • olivier cabanel olivier cabanel 21 février 2009 18:32

      Krolik,
      z’avez pas un petit mouchoir ?
      z’allez me faire pleurer... de rire.

      ah, vraiment, ces écolos, y vous agaçent...
      faudra s’y faire, tout le monde n’est pas obligé de penser comme vous,

      il y a dans ce pays des femmes et des hommes responsables qui ont compris que l’on pouvait se passer du nucléaire,
      et surtout qu’il fallait s’en passer au plus vite.


    • olivier cabanel olivier cabanel 21 février 2009 18:37

      cascabel,

      les moulins à vents, comme vous dites,

      je préfère le mot "éolien"
      bref l’éolien, le solaire, la biomasse, la géothermie, l’hydraulique, toutes ces énergies conjuguees peuvent nous faire éviter le nucléaire,
      et pour la géothermie, pas utile d’aller la chercher a si grande profondeur,
      la France est riche en eau chaude naturelle à 70° à des profondeurs accessibles,
      c’est dommage de s’en priver,
      cela pourrait au moins alimenter en eau chaude nos maisons et nos entreprises.


    • krolik krolik 21 février 2009 19:03

      @L’auteur,

      Il y a des hommes et des femmes responsables dans le nucléaire, heureusement. Mais ça vous l’oubliez.
      Vous n’essayez pas de répondre à la question :

      - Qu’est-ce qu’un responsable de transports de conteneurs de type "B" (les gros châteaux) craint le plus comme accident ?

      Ah oui c’est vrai vous ne conaissez rien à rien au nucléaire, mais vous savez chanter..

      @+


    • Bernard 05 21 février 2009 19:31

      @krolik

       

      Deux remarques

      Sur la transparence de la filière nucléaire, je ne suis pas le seul à partager ce point de vue. Je suis allé m’inscrire au forum yahoo, et le texte de présentation reflète tout à fait ma position :

      « Les partisans du nucléaire sont, curieusement, beaucoup moins bien organisés en matière de recueil et de diffusion de l’information que les adversaires de cette forme d’énergie.

      Cela est largement dû au fait que ceux qui devraient accomplir cette tâche ne le font pas. La plupart des services de communication liés à l’énergie nucléaire vivent dans un état de schizophrénie aiguë, au point que l’on peut se demander s’ils n’ont pas honte de ce qu’ils font.

      Force est de constater que le "lobby nucléaire" n’existe pas en matière de communication publique citoyenne.

      Au moment où le redémarrage du nucléaire s’opère, il est urgent d’opérer une réconciliation avec l’opinion publique. »

      Il y a suffisamment de compétences, il me semble, pour aller dans ce sens, et l’enjeu est vraiment important ;

      Sur la comparaison avec la chimie, domaine que j’ai un peu fréquenté, vous avez raison : si les plates formes chimiques étaient soumises aux mêmes obligations que le nucléaire, on serait littéralement submergés de communiqués, annonçant un incident de classe 1 à Carling, 2 autres de classe 3 à roussillon, avec malheureusement en prime la catastrophe de Toulouse, bien réelle celle-là.

      Et s’il existait l’équivalent du compteur geiger pour mesurer la concentration ou la présence des nombreuses substances dangereuses produites ou manipulées par l’industrie chimique, ce serait la déferlante : constitution d’associations regroupées dans le réseau Sortir de la Chimie, manifestations continuelles, communiqués de presse etc.


    • krolik krolik 21 février 2009 19:57

      @Bernard 05
      Vous avez du manquer votre inscription sur yahoo. (Je suis modérateur du forum) et co-auteur des lignes que vous avez copiées..

      @+


    • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 2009 22:59

      krolik,
      "les antinucléaires qui brament à longueur de temps..."

      vous savez ce qu’ils vous disent les antinucléaires ?

      vous devriez arreter les guignolades,
      la caricature facile,

      krolik, c’est comme si vous écriviez "ceux qui protestent de la pollution inhumaine que l’on leur impose"

      merci de respecter la minorité qui soufre de l’incompétence et de l’inintelligence de ceux qui dirigent ce pays.


    • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 2009 23:06

      Krolik,

      des hommes et des femmes responsables dans le nucléaire ?

      c’est ce que vous affirmez.

      et si je vous disais que je pense qu’ils sont irresponsables ?
      qu’ils ne se rendent pas compte du risque qu’ils nous font prendre ?
      et que leur aveuglement devra les mener un jour ou l’autre devant un tribunal,
      tout comme ceux qui ont défendu des technologies dangereuses,
      ceux qui ont vendu sans le moindre scrupule des matériaux a base d’amiante,
      ceux qui dispersent aujourd’hui des ogm,
      ceux qui marchent sur la tête.

      peut etre qu’un psy les jugera irresponsables,
      pour leur éviter le pire,
      mais, qu’importe, c’est leur conscience qui compte.
      pourront-ils jour après jour, se regarder dans une glace sans avoir honte ?
      j’espère que non.


    • krolik krolik 23 février 2009 12:15

      @L’auteur,
      Il est bien connu que les gens qui travaillent dans le nucléaire sont des risque-tout.
      Qu’ils n’attrapent jamais un cancer, qu’ils n’ont pas d’enfants, de petits enfants à fortiori, qu’ils sont du type "après-moi le déluge", qu’ils ne passent pas à la retraite, qu’ils sont inamovibles et ceci quel que soit le gouvernement en place, qu’ils ne veulent pas se venger de quelques problèmes avec leurs supérieurs en écrivant des bouquins sulfureux sur leurs activités...
      Enfin c’est bien connu.
      @+


    • krolik krolik 23 février 2009 12:31

      @L’auteur,

      Alors pour commencer à lutter contre la pollution nucléaire, luttons contre le nucléaire médical par ordre de priorité. Et ce n’est pas la Criirad qui contredira car ils ont eu l’occasion de mesurer l’iode 131 dans la Garonne, ils ont essayé de l’attribuer à la centrale de Golfech, malheureusement le prélèvement avait été fait en amont de Golfech et c’était bêtement l’hôpital de Montauban.. Une affaire d’anthologie dans l’arnaque.
      Et ensuite de cela faisons évacuer le Massif Central et la Bretagne..
      @+


    • krolik krolik 23 février 2009 12:40

      @L’auteur.
      Vous écrivez :"vous savez ce qu’ils vous disent les antinucléaires ? "
      Voici un commentaire qui fait avancer le débat.

      @+


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 9 mars 2009 02:08

      Incompétent ou menteur ? En effet, cela fait 5 ans consécutifs que c’est l’Allemagne qui est exportatrice nette d’électricité vers la France (et non l’inverse comme vous le prétendez de façon inouïe) : 8 TWh en 2004 ; 9 en 2005 ; 5,5 en 2006 ; 8 en 2007 ; et 12,6 en 2008 : la production annuelle de deux réacteurs nucléaires !
      On note d’ailleurs que la France est de plus en plus importatrice : l’hiver, c’est l’Allemagne qui alimente des millions de chauffages électriques français (le nucléaire étant incapable de couvrir les pointes de consommation).
      Alors avant d’écrire n’importe quoi, merci d evous renseigner...


    • Bernard 05 14 mars 2009 16:45

      @Stephane Lhomme

      Lorsque vous parlez des échanges avec l’Allemagne, vous parlez des volumes contractualisés, qui effectivement ont été en 2008 de 19 TWh en importations, et 6.4 TWh en exportations (source : RTE). mais pourquoi parler de l’Allemagne ? Avec l’italie les chiffres sont 1,8 en import, 19.6 en export, c’est donc l’inverse. Et si on prend les chiffres globaux, les seuls qui soient vraiment intéressants, le solde excédentaire a été en 2008 de 48 TWh, soit environ 10% de la production.

      Là où vous avez raison, c’est que ce solde excédentaire diminue régulièrement depuis 2002, faute d’investissement suffisant en France ;

      Voilà qui justifie la construction de nouvelles centrales.

      Enfin vous avez dit par ailleurs : "Areva et Edf sont au bord de la faillite". Edf va recruter cette année 3000 personnes, dont 500 ingénieurs, et Areva encore bien plus (12 000). dans le contexte actuel, c’est plutôt une meilleure performance que General Motors, société qui est réellement au bord de la faillite .

      En conclusion, vous aussi, renseignez-vous au lieu de donner des leçons aux autres.


    • krolik krolik 20 février 2009 14:21

      Vous trouverez ci-dessous la référence au dernier rapport de l’institution US EPRI (electric Power Resaerch Institute) et le INL (Idaho National Laboratory, l’équivalent de celui de Berkeley, dont on cite souvent les
      rapports "renouvelables-optimistes"). Il est montré dans ce rappport queles USA ne peuvent pas combattre les Gaz à effet de serre sans augmenter de 20 à 40% la part nucléaire du mix énergétique.

      Ils estiment que l’éolien ne dépassera pas 13% du mix en 2050 et que le solaire sera encore marginal...

      https://inlportal.inl.gov/port...

      Je cite en particulier :

      “Safe and economical nuclear energy in the United States will expand to reduce greenhouse gas emissions and enable economic growth, while providing leadership for responsible expansion of nuclear energy internationally.”
      Six goals are defined to achieve this vision :
      1) Maintain today’s nuclear fleet of light water reactors
      2) Significantly expand the fleet with advanced light water reactors
      3) Develop non-electric applications for high-temperature reactors
      4) Assure safe, long-term used fuel management
      5) Assure long-term nuclear sustainability
      6) Strengthen United States leadership internationally
      "

      Je pense que le débat ne fait que commencer aux USA, car Obama me semble véhiculer beaucoup d’illusions sur les renouvelables, en particulier sur le solaire...

      En terme américain par "energy" comprendre énergie électrique et pas énergie primaire. Mais déjà 13% d l’énergie électrique c’est absolument énorme.
      Dans le cadre du développement du solaire aux USA un autre rapport américain souligne la nécessité de renforcer les lignes de transport. électrique. Normal..
      Mais ça ne sera pas vraiment beau, car déjà que les câbles de distribution aux USA sont très majoritairement aériens et pendouillent aux sommets des poteaux, alors s’il faut multiplier les lignes de transport, même les déserts vont en avoir.

      @+


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 février 2009 14:40

        Krolik,

        manifestement vous digerez mal que le président Obama n’ait pas pensé au nucléaire dans son budget de relance.

        les USA ont la chance d’avoir un président intelligent.
        le France ne peut pas en dire autant.

        il faudra bien que vous compreniez un jour que le nucléaire est une énergie désuete, sale, dangereuse, et très chère.
        de plus, elle ne nous permet aucune indépendance énergétique, malgré ce qu’affirment les pro-nucléaires,

        70% de l’uranium qui alimente les centrales nucléaires françaises viennent du Niger.

        au mépris des Touaregs qui se voient chassés de leur territoire, sans la moindre contrepartie, et qui en fin de compte ont levé une armée pour combattre ceux qui entendent les déloger de chez eux.


      • krolik krolik 20 février 2009 15:35

        @L’auteur,

        Pour l’instant les USA balancent par les cheminées de leurs centrales au charbon plus d’uranium que n’en consomment leurs 108 centrales nucléaires. Rapport du Oak Ridge lab à l’appui...

        Je ne vois pas ce que la dissidence touareg, au Niger, au Mali idem, vient faire dans ce débats sur l’énergie aux States.
        Mais les Chinois vont s’intéresser au sort des touaregs nigériens, leur installer des hôpitaux plus performants que ceux financés par AREVA.

        @+


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 février 2009 15:52

        Krolik,
        vous êtes un homme du passé,
        normal que vous ne vous interessiez pas au présent,

        les centrales que vous évoquez ne sont pas de la responsabilité d’Obama.
        dois-je vous rappeler qu’il vient à peine d’être élu.

        votre choix pro-nucléaire vous aveugle.

        ...quand au Touaregs, tout est lié.
        et vous le savez.
        mais peut etre ignorez vous qu’ils ont levé une armée de 3000 hommes,
        ils ont déja attaqué des positions françaises avec succes, et areva sait qu’elle est menacée.

        pas grand monde n’en parle, mais la France est en guerre la-bas.
        elle soutient un petit caporal qui a pris le pouvoir d’une façon peu démocratique,
        tout çà pour un peu d’uranium dont la France a absolument besoin (70% de nos besoins) pour faire tourner ses centrales.

        bon, vous le voyez le lien ?


      • Romain Desbois 20 février 2009 21:21

        @Krolic
        Donc pour vous il n’y aurait que la peste pour soigner le choléra ?

        Mais de toutes façons le nucléaire est condamné car où va-t-on trouver l’eau en période de sécheresse que l’on nous prédit ? Et la montée du niveau de la mer va aussi poser problème pour les centrales proches des côtes comme la Hague.



      • krolik krolik 21 février 2009 00:26

        @Romain Desbois,

        Avant de réchauffer la mer par les centrales nucléaires.. il y en a encore pour un bout de temps. L’influence des centrales de Gravelines, Paluel, Penly, Flamanville sur la température de la Manche, personne n’a été fichu de la détecter. D’autant qu’à côté le Gulf Stream a lui une puissance thermique équivalente à quelques milliers de centrales nucléaires...
        Je vous signale qu’à La Hague ce n’est pas une centrale c’est usine de retraitement, qui ne consomme pas d’eau, ou si peu pour les toilettes des employés.... D’autre part sa position en haut du massif granitique fait qu’avant que le site soit ennoyé par la montée des eaux de la mer, le Maire de Paris pourra faire "Paris-plage" à longueur d’année. Les grands bateaux arrivant à Paris (altitude 25m).
        Si vous voulez être crédible évitez de sortir des arguments aussi stupides.

        @+


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 février 2009 17:04

        krolik,

        décidemment vous lisez ce qui n’est pas écrit,
        romain desbois n’a jamais écrit que le nucléaire était responsable de la montée prochaine des eaux,
        il est responsable, comme d’autres énergies du réchauffement planétaire, puisqu’il produit lui aussi du co2

        ceci dit, il est évident que s’il y a une montée des eaux (et tous les experts sont d’accord pour l’envisager), les centrales situées en bord de mer vont avoir quelques déboires...

        la montée envisagée se situe pour les plus optimistes de 7 metres d’ici 2012,
        d’autres estiment beaucoup plus,
        mais une centrale noyée sous 7 metres d’eau, çà fait pas bon genre.


      • krolik krolik 21 février 2009 17:27

        @L’auteur,

        La remontée de 7 mètres, et bien cela sera intéressant à voir.
        Mais pour l’instant, la banquise arctique fond c e qui ne change rien au niveau de l’eau, peut-être que le Groenland fond, mais le dôme antarctique s’élève dans des proportions jamais vues.
        @+


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 février 2009 22:11

        krolik,
        la glace fond partout,
        et pas seulement en arctique, mais à l’opposé aussi,
        ce n’est pas çà qui fait remonter l’eau, mais le fait que sa densité en sel n’est plus la même, et que le volume "gonfle" en quelques sortes,
        mais c’est surtout l’eau gelée du permafrost, et celle des glaciers qui entrainent une montée des eaux,
        ...


      • Bernard 05 22 février 2009 09:19

        @l’auteur

        « décidemment vous lisez ce qui n’est pas écrit,

        romain desbois n’a jamais écrit que le nucléaire était responsable de la montée prochaine des eaux »,

        krolik ne l’a jamais prétendu. Votre première phrase ne manque pas de sel.

         « il est responsable, comme d’autres énergies du réchauffement planétaire, puisqu’il produit lui aussi du co2 »

        Quant à la production de CO2 du nucléaire, qui certes n’est pas nulle, elle est bien inférieure à celle d’autres énergie dites propres : solaire photovoltaïque en particulier, mais également éolien, biomasse et tutti quanti.

         « ceci dit, il est évident que s’il y a une montée des eaux (et tous les experts sont d’accord pour l’envisager), les centrales situées en bord de mer vont avoir quelques déboires...

        la montée envisagée se situe pour les plus optimistes de 7 metres d’ici 2012, d’autres estiment beaucoup plus, »

        7 m d’ici trois ans ? est-ce bien sérieux ? d’où tenez vous ce chiffre , ce sont vos calculs personnels ? le rythme actuel est de l’ordre de quelques millimètres par an. Faudrait sérieusement booster le phénomène. Les experts du Giec, eux, envisagent, selon les scénarios, de l’ordre de quelques dizaines de cm… en 2100. Mais enfin, vous nous avez tellement habitués à vos chiffres rocambolesques, on ne s’étonne plus de rien.


      • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 2009 23:13


        bernard05
        on voit que vous etes nouveau sur ce site,
        alors, pour vous etre agréable, ci dessous une partie de l’article paru dans av récemment,

        Le plus étonnant dans la légende du Déluge, c’est la concordance de tous les récits : que ce soit dans la Bible, dans le Coran, dans les textes anciens grecs, romains, chinois, hindous, africains, babyloniens, il y a une étonnante convergence. Selon Apollodore « tous les hommes furent anéantis, à l’exception de quelques-uns qui s’étaient réfugiés sur le sommet des montagnes ».
        D’après la Bible, cela aurait eu lieu il y a 4112 ans. Mais on peut douter de cette date, car les pyramides d’Egypte construites entre 4700 et 4500 ans ne portent pas traces du déluge.
        En 1872 un archéologue G.Smith découvrit des tablettes d’argile de plusieurs milliers d’années confirmant le déluge dans ces plus petits détails.
        En 1955 deux alpinistes français (Navarra, et De Riquier) ont trouvé au sommet du mont Ararat à 4500 mètres d’altitude une structure en bois, (l’Arche ?) et l’échantillon qu’ils ont ramené date de plus de 5000 ans.
        Deux géologues américains (Ryan et Pitman) affirment en 1998 qu’il y avait eu en mer Noire un passage brutal entre l’eau douce et l’eau salée, il y a 7500 ans. (C’est raconté dans leur livre : Noah’s flood).
        La glaciation d’il y a 10 000 ans, (glaciation de Wurm) aurait été suivie par un réchauffement planétaire, lequel aurait provoqué une inondation sur 100 000 km2, et le déplacement de millions de personnes. (La Mer Noire aurait remonté en une ou deux années de 150 m).
        D’autres scientifiques expliquent le déluge par un basculement de la terre sur son axe.
        Qu’en est-il aujourd’hui ?
        Il y a une certitude, calculée scientifiquement : une montée d’un mètre déplacera 100 millions d’êtres humains.
        La mission Tara qui vient de rentrer d’arctique déclare qu’en 2015, la banquise aura totalement fondu, et provoquera la montée des eaux de 6 ou 7 mètres.
        Si à cette fonte s’ajoute celle des glaciers, quelle serait la montée des eaux ?
        Les plus pessimistes évoquent 70 à 80 mètres !
        Des simulateurs existent.
        Lors d’une conférence récente, JM Pelt disait avoir rencontré le « premier réfugié climatique ».
         Un chauffeur de taxi parisien lui a raconté qu’auparavant, il pratiquait son métier en Australie.
        A la première attaque cardiaque, due à une chaleur excessive, son docteur lui a conseillé d’émigrer. Ca l’a fait sourire.
        Mais à la seconde attaque, il a fait ses valises, et est venu conduire son taxi à Paris.
        Au cas ou la montée des eaux se confirmait, il faudrait se poser une question : comment allons nous gérer l’accueil des millions de réfugiés climatiques ?
        Suivant la théorie de James Lovelock, la terre « Gaïa » est un être vivant, et elle se débarrasse de ceux qui l’habitent lorsqu’ils deviennent trop encombrants.
        Nous avons peut-être jusqu’en 2015, pour philosopher là-dessus, car de toutes les façons les ripostes imaginées aujourd’hui par nos « penseurs » politiques se résument à taxer les pays qui préferent payer que d’agir pour empêcher le réchauffement.
        Est-ce bien raisonnable ?
        N’est-il pa s déjà bien trop tard ?
        A quelle hauteur avez-vous décidé d’implanter votre future habitation ?
        Combien d’argent pouvez-vous mettre de coté pour aller habiter sur une autre planète ?

        j’attend votre commentaire avec impatience.
         
         
         
         
         


      • Bernard 05 23 février 2009 08:27

        @Olivier Cabanel


        « Il y a une certitude, calculée scientifiquement : une montée d’un mètre déplacera 100 millions d’êtres humains. »

        Vous êtes optimiste : l’ordre de grandeur est plutôt de 250 millions.

         « La mission Tara qui vient de rentrer d’arctique déclare qu’en 2015, la banquise aura totalement fondu, et provoquera la montée des eaux de 6 ou 7 mètres. »

        Il va falloir revoir sérieusement votre copie. Vous confondez banquise et calotte glaciaire. Seules ces dernières peuvent avoir une influence sur le niveau des océans.

        Il y a deux grands réservoirs de glace terrestre : le Groënland et surtout l’Antarctique. Les autres glaciers terrestres (Alpes, Himalaya…) comptent pour peanuts à cette échelle.

        - si la calotte glaciaire du Groënland fondait intégralement, la remontée des eaux serait de l’ordre de 7 m. A l’horizon de trois ans, rassurez-vous, ce n’est pas d’actualité.

        - si le même phénomène survenait en Antarctique, elle serait de 70 m. C’est encore moins d’actualité.

        Ces chiffres sont bien connus avec une bonne approximation et ne font l’objet d’aucune contestation. Pas besoin de simulateurs. Ils sont d’ailleurs cohérents avec le lien que vous citez sur lequel vous pouvez lire comme moi : « Une fonte complète des calottes glaciaires entraînerait une montée d’environ 70-80 mètres. »

        « Au cas ou la montée des eaux se confirmait, il faudrait se poser une question : comment allons nous gérer l’accueil des millions de réfugiés climatiques ? »

        Très mal, je le crains.

        « Nous avons peut-être jusqu’en 2015, pour philosopher là-dessus, car de toutes les façons les ripostes imaginées aujourd’hui par nos « penseurs » politiques se résument à taxer les pays qui préferent payer que d’agir pour empêcher le réchauffement. »

        Lisez donc « C’est maintenant », le dernier livre de JM Jancovici et O. Granjean. Vous êtes en phase, bien que le titre du livre suggère de ne pas attendre 2015.


      • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 2009 09:08

        bernard 05
        il va vous falloir réviser vos informations,
        les glaciers ont depuis longtemps commencé à fondre,
        le permafrost aussi,
        et l’arctique, tout comme l’antarctique,
        c’est connu de tout le monde, sauf de vous manifestement,
        je crois même avoir évoqué sur ce fil le cas des suisses qui protègent leur glaciers par d’immenses baches pour en ralentir la fonte...


      • Bernard 05 23 février 2009 09:27

        @Olivier Cabanel

        Comme d’habitude, vous ne lisez pas ce que j"écris.

        je ne peux vraiment rien faire pour vous.

        Le lecteur jugera.


      • krolik krolik 23 février 2009 12:22

        @L’auteur,

        Les références à James Lovelock sont intéressantes. Il est membre de la British Association des Ecologistes Pour le Nucléaire. Voir le site http://www.ecolo.org

        @+


      • Bernard 05 23 février 2009 13:10

        @krolik

        Ce qui est extraordinaire avec Olivier Cabanel, c’est que, non seulement il ne sait pas lire les interventions de ceux qui le contestent, mais il ne sait pas lire non plus les liens que lui-même propose.

        @Olivier cabanel

        Vous le voyez bien, sur cette affaire de 7 m, nous n’arriverons pas à nous départager. Je propose un arbitrage. Vous avez suffisamment d’amis ici qui sont prêts à prendre votre défense. Attendons leur réaction.


      • krolik krolik 23 février 2009 13:23

        @Bernard 05.
        Ce fil est trop ancien, il n’y a plus nous trois qui le lisons.
        Il faudra attendre la prochaine bouse de l’auteur pour continuer la discussion, mais je suis tranquille il a une production très abondante, et toujours quelques articles en stock.
        C’est la méthode développée par Goebbels, répéter, répéter, même les contre-vérités les plus énormes.. Pas de problème il en restera toujours quelque chose dans l’esprit des lecteurs qui passent, d’autant que les médias vont dans le même sens de cette "pensée unique" sauf rares exceptions.
        C’est pour cela qu’il ne faut rien lui laisser passer.

        @+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès