Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama est-il faible ?

Obama est-il faible ?

« Ni oui, ni non, mais ne serait-ce que poser la question à des conséquences et met en cause la crédibilité de Barack Obama chez ses alliées et, ce qui est plus grave, chez ses ennemis », telle est l’opinion de Simon Serfaty, professeur à l’université de Norfolk et titulaire de la Chaire Brzezinski au CSIS, un think tank basé à Washington, exprimé sous forme de conclusion d’une conférence co-organisée par l’IFRI et la French-American Foundation.

Neuf mois après sa prise de fonction, l’« audace » du président Obama qui s’appuie sur une rhétorique brillante semble avoir trouvé ses limites. Mais cela n’est pas trop surprenant car « tout différent de George W. Bush qu’il soit, Barack Obama est prisonnier de deux facteurs : l’héritage de son prédécesseur et le contexte international ».
Pour Simon Serfaty, ce contexte revêt trois dimensions :
  1. Le monde unipolaire est fini et a laissé place à un environnement multipolaire dans lequel aucun pays ne peut se passer d’alliés ;
  2. La mondialisation galopante a aboli le temps et l’espace et a créé un monde dans lequel le « long terme n’a plus le temps de prendre son temps » ;
  3. Depuis le 11 septembre 2001 (9/11), le monde est réglé par une nouvelle normalité sécurité.
De ses trois contraintes, la 3e contrainte est certainement la plus importante considère Simon Serfaty et oriente la politique étrangère américaine qui est caractérisée par « deux guerres et deux conflits qui pourraient aboutir à deux guerres ». Face à ces défis, « Barack Obama hésite beaucoup et se présente comme un homme de réflexion qui a du mal à prendre des décisions ».
 
 
« On ne peut pas tout faire tous ensemble,
mais tous ensemble nous devons tout faire »
 
Les deux guerres
L’Irak, un nouveau Liban ?
23octobre5
L’Irak est une guerre qui s’achève. Il reste encore 120 000 hommes de troupe, mais fin 2010, conformément au engagement du candidat Obama, ils auront quitté le sol irakien. Laisseront-ils un état plus stable ? Sans doute pas, estime Simon Serfaty. Car si on peut reprocher à George W. Bush d’avoir menti pour engager une guerre, on peut lui reprocher beaucoup plus de ne pas avoir eu de plan pour la paix. « Alors que le Vietnam est une guerre civile qui est devenu militaire, l’Irak pourrait faire le cheminement inverse en passant de guerre militaire à une guerre civile ». Une fois que les Américains seront partis, les puissances régionales comme l’Iran ou l’Arabie Saoudite pourrait jeter leur dévolu sur un pays devenu instable.
 
 
L’Afghanistan, une guerre de sécurisation
23octobre2
Les objectifs de la guerre en Afghanistan sont relativement clairs : mettre le pays sur la voie de la démocratie (sur ce point le deuxième tour des élections est une bonne chose), affaiblir voire anéantir les Talibans et le foyer terroriste d’Al-Qaida, et enfin sécurisé la frontière avec la Pakistan. Mais les moyens d’y arriver sont beaucoup moins clairs. En tous la stratégie militaire a changé et vise désormais à une sécurisation des villages par le biais de l’annihilation des insurgés. En fonction du ratio nécessaire pour accomplir ce travail (nombre de militaires pour mille habitants), il a été calculé qu’il faudrait 650 000 hommes de troupe pour quadriller le pays. Nous sommes donc très loin du compte. Par ailleurs, à 250 000 dollars par militaire et par an, cela représenterait un budget annuel de 160 milliards de dollars. On comprend assez facilement les hésitations d’Obama. D’autant que pour récolter les fruits de ce travail, il faut s’engager dans le temps. « Pendant 20 ans  » ?
Le budget militaire pour soutenir les deux guerres d’Irak et d’Afghanistan est de l’ordre de 130 milliards de dollars pour les années 2009 et 2010. Mais la répartition va être différente, un budget en baisse pour la première et en hausse pour la seconde.
 
 
Les deux conflits
 
Iran : le dossier le plus dangereux
23octobre3
La crise iranienne peut se comparer à « une crise des missiles au ralenti » selon l’expression de Simon Serfaty. Les deux plans A et B formulés par les Etats-Unis semblent avoir du plomb dans l’aile.
Le plan A consiste en une action militaire. Mais pour qu’elle soit efficace, il faudrait selon les rapports des experts être en mesure de frapper entre 400 et 500 cibles dont 75 seraient enterrés. C’est donc très difficile et aléatoire. Il faut que ce plan reste toujours possible même si l’on voit bien qu’il sera difficile à appliquer.
Le plan B qui se caractérise par des sanctions prend beaucoup de temps pour atteindre des résultats. Par ailleurs, un blocus demanderait une application universelle ce qui semble bien illusoire quand on voit les appétits de contrats dont font preuve des pays comme la Chine et la Russie.
La plan C est celui qu’il faudra appliquer quand l’Iran sera devenue une puissance nucléaire ce qui changera radicalement la donne et les choses ne seront plus comme avant.
Il faudra alors se recentrer sur une stratégie de dissuasion et de défense. Dissuasion pour être en mesure de gérer l’Iran, un pays révolutionnaire mais pas irrationnel. Défense en construisant un bouclier antimissile dans des pays voisins : Israël, Turquie…
 
 
Proche-Orient, une paix tant attendue
23octobre4
Le Proche-Orient a été pendant longtemps le principal foyer d’instabilité du monde. Il le reste mais de manière nettement moins forte. « Obama voulu en faire trop et trop vite » explique Simon Serfaty. Aujourd’hui, il s’est rabattu sur les positions de George W. Bush de négociations sans préalables.
Même si cet agenda international est chargé et complexe, le temps est compté. « Ces dossiers évolueront significativement dans les 2 ou 3 ans à venir, en mieux ou en mal » met en garde Simon Serfaty. C’est donc le moment de prendre les bonnes décisions.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • finael finael 26 octobre 2009 14:12

    Article intéressant même si je le trouve un peu étroit dans sa vision : Il y a bien d’autres facteurs.

    L’auteur ne prend en compte que la politique extérieure des USA ... enfin, une partie, la plus « spectaculaire » car guerrière.

    Je ne crois pas que Barak Obama doit faible : pour arriver où il est on ne peut pas l’être.

    Mais les défis qui se posent aux américains comme à bien d’autres peuples sont-ils solubles par un seul homme ?

    Je ne le crois pas non plus.


    • L'enfoiré L’enfoiré 27 octobre 2009 12:43

      Salut Finael,
       Les problèmes intérieurs sont peut-être plus importants.
       N’oublions pas qu’il y a le Congrès qui doit accepter les propositions du présidents.
       Ils seront toujours prêt de le tenir en joue.
       Sarah Palin se prépare pour les futures élections.
       C’est rare un président qui doit rattraper tant d’erreurs et le faire en peu de temps.
       Quand on veut donner un peu plus, on est traité de socialiste ou même d’Hitler.
       C’est pas donné une place de président aux States.
       Alors il y a les cadeaux empoisonnés comme le Nobel de la Paix
       


    • neptune neptune 26 octobre 2009 14:30

      Il s’agissait précisément d’évaluer l’action de Barack Obama à l’aune de la politique étrangère.
      Effectivement, il y a d’autres domaines, mais qui,actuellement, passent au deuxième plan, par rapport aux quatre problèmes énoncés.


      • heliogabale boug14 26 octobre 2009 15:00

        Avec Obama, on est toujours dans les extrêmes : il semble parfois être un potentiel héros, celui qui redonnera raison à la bête immonde qu’est « l’Amérique », surtout depuis Bush...d’autres fois, il me paraît assez incompétent ou du moins le costume paraît trop grand pour lui pour affronter le complexe militaro-industriel et le monde de la finance et il devient un pantin.


        • Ahlen Ahlen 26 octobre 2009 15:19

          Article pro-américain quoique léger. L’auteur se soucie seulement du succès ou non de l’occupant, l’occupé, lui, on s’en fout ! On n’y pense même pas. C’est en cela, précisément, qu’il y aura échec et mat aux étasuniens !


          • fonzibrain fonzibrain 26 octobre 2009 15:32

            la fondation france amérique est un cheval de trois de plus en europe, touts ces young leadeurs sont des traitres à la nation


            lisez cela et regardez la vidéo de présentation, montebourg, moriset, ils sont de droite et de gauche et pensent pourtant pareil sur bien des sujets c’est une honte


            NOUS NE VOULONS PAS DE BLOC EURO AMÉRICAIN

            article de propagande néo conservateur

            « obama est un faible, il ne fait pas la guerre » SUPER L’ARTICLE

            J’EN AI MARRE DE LIRE DES TRUCS DE DÉGÉNÉRÉS COMME çA


            • fonzibrain fonzibrain 26 octobre 2009 15:33

              cheval de troie


              • benoit benoit 26 octobre 2009 17:16

                Bonjour à tous,

                finalement Bush n’a pas laissé la situation irakienne et afghane dans si mauvais état : l’Aghanistan était relativement calme, et l’Irak était pacifiée.

                Il appartient à Obama de faira au moins aussi bien : sa préoccupation principale semble être la politique intérieure en bon démocrate.

                Toutefois ses hésitations actuelles semblent indiquer qu’il est entrain de perdre la main:dommage pour un homme qui a suscité aurtant d’espoir.
                 


                • ELCHETORIX 26 octobre 2009 17:41

                  @ l’ auteur
                  votre analyse semble bien décortiquée , à mes yeux un peu pro-US , mais cet avis importe peu , quant à la question si OBAMA a-t-il la « carrure » pour imposer son point de vue sur la politique extérieure , toujours , à mes yeux , je ne crois pas
                  pourquoi  ? parce que cet homme a été propulsé au devant de la scène politique US , par les « escrocs de banquiers de WALL-STREET
                  Mr sorros est un de ses mécènes financiers de sa campagne électorale , ainsi que d’autres personnalités de l’organisation du BILDEBERG .Mme OBAMA fait partie du CFR , autre organisation des élites mondiales apatrides qui veulent IMPOSER sur cette terre le NOUVEL ORDRE MONDIAL
                  Disons qu’ils avancent leurs »pions" à pas feutrés , toujours pour mener la politique extérieure des USA , pour dominer économiquement toutes les économies étatiques ou pas de la planète !
                  have you understand mon raisonnement ?


                  • xray 26 octobre 2009 20:56


                    POLITIQUE 

                    Lorsque vous cesserez de croire que ce sont les élus qui ont le pouvoir, on pourra peut-être avancer. 
                    La politique n’est que de la diversion.  Le pouvoir est ailleurs.

                    Vos chers élus se moquent de vous. Ils ont bien raison. 
                    Ils ne sont que des marionnettes d’un grand guignol. 
                    Le pouvoir est dans les mains de ceux qui contrôlent le capital de la Dette publique. (Pour la France, cinq fois le budget net de l’État.) 

                    Le « capital de la Dette publique » gagne à pourrir la vie du plus grand nombre. C’est de cette façon qu’il s’est construit. (Misères et maladies) 

                    Le capital de la Dette publique est entre les mains de ceux qui bénéficient de la loi 1905. La loi 1905 défiscalise les immenses revenus des « curés ». 

                    Le Grand Guignol politique 
                    http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

                    Le bourbier européen 
                    http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 

                    L’EUROPE 

                    Les
                    Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
                    Ils sont soumis à : 

                    - Une monnaie d’occupation ; 

                    - Des journalistes d’occupation ; 

                    - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

                    - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

                    Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

                    - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
                    Le tout reposant sur l’ignorance et les mensonges permanents avec lesquels les médias noient les individus. 

                    L’EUROPE des curés
                    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/22/l-europe.html 



                    • benoit benoit 26 octobre 2009 21:23

                      @ xray,

                      je m’élève contre tes propos inconsidérés : réfléchis-tu à ce que tu dis ?

                      Tu répètes des paroles qui instrumentalisent naïveté et ton innocence et qui te mènent à la désolation.

                      Crois-moi la réalité est moins noire et plus complexe : la dictature du prolétariat c’est l’anarchie, on peut pas tout avoir !
                      Les curés ont d’autres soucis que ceux que tu leur prête, notamment leurs fidèles et leurs trop vieilles églises.
                      A +


                      • BA 26 octobre 2009 23:44

                        Dimanche 25 octobre  : faillite d’un énorme groupe financier aux Etats-Unis.

                        «  L’un des plus importants groupes américains de financement d’immobilier commercial, Capmark Financial, fait faillite.


                        Dans un communiqué dimanche 25 octobre, le groupe Capmark Financial indique ainsi s’être placé sous la protection de la loi sur les faillites (Chapter 11), illustrant les difficultés qui persistent dans l’immobilier d’affaires.


                        Capmark Financial : 21 milliards de dollars de dettes au passif.

                        http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601010&sid=a2rZBDNRr73w

                        Samedi 24 octobre  : faillite de 7 banques, ce qui porte à 106 le nombre de faillites de banques cette année aux Etats-Unis.

                        «  La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), l’agence fédérale de garantie des dépôts bancaires, a fermé Partners Bank et Hillcrest Bank Florida, toutes deux situées à Naples en Floride, ainsi que American United Bank à Lawrenceville en Géorgie et Flagship National Bank de Bradenton, en Floride. Puis Bank of Elmwood à Racine dans le Wisconsin, Riverview Community Bank d’Otsego, Minnesota, et First Dupage Bank à Westmont, Illinois.

                        L’agence évite de précipiter les choses, pour ne pas provoquer de panique, et par manque d’acquéreurs pour les établissements en faillite.  »

                        http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=2f1d6e2b9c3660dad959c64bd28575ee

                        La seule obsession des autorités américaines est de ne pas provoquer de panique.

                        Toute la politique de l’administration Obama est contenue dans cette phrase  : ne pas provoquer de panique.


                        • ELCHETORIX 27 octobre 2009 14:10

                          @ l’auteur le président US , n’est pas seul pour diriger la 1ère puissance de la planète .
                          IL y a toute une équipe derrière lui dont une partie identique à l’adlinistration précédente .
                          Le vrai pouvoir est le pouvoir économique : les banquiers de la haute finance internationale , les dirigeants des grandes multinationales , les dirigeants du pouvoir médiatique , les « élites » apatrides qui se réunissent dans les organisations comme le BILDERBERG , le CFR ainsi que les organisations internationales officielles comme la BANQUE MONDIALE , le FMI , l ’ ONU et bien d’autres qui ouvrent pour le système mondial du libéralisme économique fascisant .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès