Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama fustige le tribalisme dont a été victime son père africain

Obama fustige le tribalisme dont a été victime son père africain

« Durant la vie de mon père, ce sont en partie le tribalisme et le népotisme dans un Kénya indépendant qui, pendant longtemps, ont fait dérailler sa carrière, et nous savons que cette forme de corruption est toujours un fait quotidien de la vie d’un trop grand nombre de personnes ».

 

Voici un court extrait du discours du président Obama prononcé à Accra le samedi 11 juillet dernier lors de sa visite au Ghana, pays choisi pour la solidité de ses institutions démocratiques (deux alternances politiques et ethniques successives s’y sont produites ces dix dernières années).
 
En effet, le père du président américain était de l’ethnie luo et malgré ses diplômes prestigieux obtenus aux Etats Unis, il n’a pas progressé dans l’administration tribalisée de son pays aux mains des dirigeants Kikuyu (une autre ethnie du Kenya).
 
Obama est donc bien placé pour fustiger cette pratique en cours dans la plupart des pays africains où le pouvoir est monopolisé par une poignée de personnes d’une seule ethnie aux dépens des autres ethnies.
 
Ainsi dans certains pays africains, c’est l’armée qui est constituée à 90% de l’ethnie du président de la République. Les postes dans l’administration publique et les directions des sociétés d’Etat sont détenus par les personnes issues de cette ethnie.
 
Dans un article récent publié sur Agoravox intitulé « Faut-il une « charte de l’égalité » pour la fonction publique en Afrique ?  », je relevais cette situation en ces termes : « il importe de promouvoir la diversité ethnique au sein des appareils de l’Etat pour lui permettre de jouer pleinement son rôle de « médiateur de toutes les ethnies » et de capter toutes les compétences issues de la diversité ethnique pour remplir sa mission de développeur au service de la communauté nationale ».
 
Gageons que les propos du président Barak Obama puissent faire prendre conscience à nos dirigeants qui ont ethnocentralisé leur armée, leur administration pour rester indéfiniment au pouvoir en refusant l’alternance démocratique et ethnique, au moyen de la répression, des tripatouillages constitutionnels, des fraudes électorales, des coups d’Etat, des conflits armés…
 
 « Nous sommes tous répartis selon nos identités diverses, de tribu et d’ethnie, de religion et de nationalité. Mais se définir par son opposition à une personne d’une autre tribu, ou qui vénère un prophète différent, cela n’a aucune place au XXIe siècle. La diversité de l’Afrique devrait être source de force et non facteur de division. Nous sommes tous enfants de Dieu. Nous partageons tous des aspirations communes : vivre dans la paix et dans la sécurité ; avoir accès à l’éducation et à la possibilité de réussir ; aimer notre famille, notre communauté et notre foi. Voilà notre humanité commune » avait-il ajouté dans son discours d’Accra.
 
Les pays africains gagneraient à ouvrir le débat sur la diversité ethnique dans la fonction publique et dans la vie politique pour corriger la pratique ethnocentralisée en cours depuis les indépendances, sous les différents régimes politiques et qui constitue l’un des freins au décollage économique sur le continent.
 
 
Komi TSAKADI

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Shaytan666 Shaytan666 15 juillet 2009 12:27

    Très bon article, mais le Président Obama et vous même enfoncez une porte ouverte.
    Toute personne qui connait un peu le continent africain sait qu’il est malade de son « tribalisme » et de son « ethnocentriste », qui sauf changement radical des mentalités est de nos jours une maladie incurable malheureusement.


    • dom y loulou dom 16 juillet 2009 00:56

      oui... et bien qu’il dise déjà à son maître obscur de derrière les fagots, Rockefeller et sa clique d’obsédés du contrôle d’arrêter de stériliser des populations entières en afrique et dans le monde par les vaccins et les chemtrails.


      • TSAKADI Komi TSAKADI 16 juillet 2009 06:33
        Afrique : le peuvent-ils ? La lettre du jour | Genève, 13 juillet. – En tant qu’Africain, j’étais très content d’écouter le discours du premier président étasunien d’origine africaine au parlement ghanéen.


        Hilaire Kabeya | 16.07.2009 | 00:02

        Genève, 13 juillet. – En tant qu’Africain, j’étais très content d’écouter le discours du premier président étasunien d’origine africaine au parlement ghanéen. Quand il dit aux Africains « Yes you can », moi je réponds : « No they cannot. » Je m’explique : le propre père du président Obama mourait malheureux au Kenya, après de brillantes études, car n’appartenant pas à l’ethnie au pouvoir, il ne pouvait pas exercer sa profession ou offrir ses services à son pays. Croyez-moi, beaucoup de cadres africains vivent et vécurent la même situation dans plusieurs pays africains ou l’ethnisme était et est toujours mode de gouvernement. Raisons pour lesquelles ils choisirent l’exil pour échapper à la marginalité ou à l’embrigadement politique.
        Au Congo Kinshasa, le dictateur Mobutu, pendant les 32 ans de kléptocratie, a toujours travaillé avec les membres de sa tribu (la plupart des officiers supérieurs de l’armée incompétents, sans formation, corrompus, etc.). L’arrivée du pseudo-libérateur Laurent Kabila, aidé par ses voisins prédateurs, n’a pas dérogé à cette pratique qui mine le continent. On ne pourra pas nous faire croire que la CIA ignorait la dimension tribale du régime mobutiste. Dans le même ordre d’idée, la DST française a soutenu la Françafrique au Togo, en Guinée, au Gabon, au Congo Brazzaville, Cameroun.

        Tribune de Genève
        http://www.tdg.ch/communaute/courrier-lecteurs/afrique-peuvent-2009-07-15


        • tvargentine.com lerma 16 juillet 2009 10:22

          Un très bon article et OBAMA a permis de dire ce que « un homme blanc » pouvait difficilement dire sans se faire traiter de raciste.

          La France ,qui n’a pas su gérer ses flux migratoires par une politique d’intégration et d’éducation républicaine se retouve ici et là avec des poblèmes exportés d’Afrique sur le tribalisme et les moeurs qui y sont rattachées

          Espérons que les peuples africains seront se libérer de la corruption de ces dirigeants et exigeront la démocratisation et une meilleure répartition des richesses

          OBAMA est un vrai soutien à la démocratie en Afrique

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès