Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama invalidé ?

Obama invalidé ?

Pouvait-il, selon la constitution, se présenter à la magistrature suprême ?

Obama invalidé ? Aucune chance sur le plan du droit.

Beaucoup de mystères sur le sujet cependant.. Derrière toutes les questions, s’en profile une autre, bien plus importante : pourquoi l’Administration américaine, par sa façon de traiter « les théories du complot », les entretient-elle en ne produisant pas les preuves, en ne pratiquant pas la transparence,  qui les dissiperaient immédiatement et incontestablement ? Les prises originales du voyage sur la lune seraient égarées dit-on..  L’administration, jusqu’ici, se refuse à se saisir du dossier et à fournir la moindre explication.

Aucune chance. Quoique...

Selon Rocky Mountain News, le candidat américain Barack Obama possède également la nationalité kenyane. Ce que chacun sait.. Il détient donc une double nationalité. Ce qui changerait tout, au plan du droit j’entends, le reste ne nous intéressant pas.

Plus la nationalité britannique ?

Aucune chance d’invalidation disons-nous.. Mais la question, faite d’interrogations multiples, agite néanmoins l’Amérique, bien au-delà du problème du droit ou devrait se cantonner le débat.. Il semble par exemple assez légitime de s’intéresser aux conditions et au lieu de naissance du Président. La question lui a été posée pendant la campagne. Il n’y a jamais répondu de façon claire.

Pourquoi ne pas évacuer d’un trait simple et définitif les suspicions en présentant l’original de son certificat de naissance ? (Pas seulement une copie de « l’attestation », celle qui précisément fait polémique, mais le document complet, original ou certifié conforme, propre à l’Administration américaine). Cependant, et encore une fois, interrogation ! “ Hawaii does not have a short-form or long-form certificate”. Nous verrons..

Alors ? Simple théorie du complot, comme le présente sans hésiter les tabloïds, tel « Libération », pour la plus grande délectation de la majorité de leurs lecteurs ? Délires de tous ces malfaisants racistes de l’extrême-droite ? Cow-boys, WS du GOP, red-necks et autre tenant de la NRA ?

Stigmatiser la « théorie du complot » permet de ne pas challenger la vérité servie par la Médiacratie.. Mais la théorie du complot est bien utile, qui sert les intérêts de ceux- la même qui la dénoncent.. Ah ! Si seulement Aldrin ou Armstrong avait accepté une fois une seule de jurer publiquement sur la Bible qu’ils ont bien posé le pied sur la Lune*.. Jurer sur la Bible ? Le président des Etats-Unis d’Amérique le fait bien, lui.

Dans le cadre du sujet qui nous intéresse, le Président pourrait faire lui-même toute la lumière, son administration devrait produire toutes les preuves, irréfutables, et couper court aux agitations des trublions.. La triple motivation qui anime cet article y trouverait pleine satisfaction :

1) La vérité serait confirmée quant à la légitimité du Président

2) La lumière serait faite sur les méthodes de l’Administration

3) Le public, apaisé, rassuré, ne serait pas tenté de se déchirer au sang

Sur le plan du droit 

United States Constitution : No person except a natural born citizen, or a citizen of the United States, at the time of the adoption of this Constitution, shall be eligible to the office of President ;

Nul ne pourra être éligible à la fonction présidentielle s’il n’est par la naissance citoyen des Etats-Unis ou s’il ne l’est au moment de l’adoption de cette Constitution.
(Source : Les institutions des Etats-Unis, documents réunis et commentés par Jean-Pierre Lassale, coll. "Documents d’études", La Documentation française, Paris, 2001). Simple rappel.

On ne dit pas qu’il doit être né sur le sol des Etats-Unis, mais avoir la nationalité étatsunienne "par la naissance". Cet article établit donc, au passage, une distinction entre les citoyens de naissance et les naturalisés.

Etre citoyen des Etats-Unis, c’est, soit être né sur le territoire, quelle que soit la nationalité des parents, soit être né d’au moins un parent américain,

Si Barack Obama junior est né à Hawaï d’une mère américaine (Ann Dunham Sutoro**, née au Kansas en 1942) il est indiscutablement américain au titre de deux principes de la loi, alors qu’une seule condition suffirait. Un acte de naturalisation est dès lors inutile : Il n’a effectivement jamais été naturalisé. Son éligibilité ne fait aucun doute.

Mais l’éligibilité disparaît si le candidat possédait une double nationalité à la naissance..

Autre complication, selon plusieurs sources, celle du Docteur Lory Taitz notamment, Barack Obama a peut-être été adopté, et son certificat aurait été modifié au moment de l’adoption. Il serait, selon certaines hypothèses, bel et bien né à Mombasa, de parents Kenyan. Faut-il être WS, redneck, théoricien du complot pour questionner les autorités en toute bonne fois sur le sujet ? 

Libération en fait ses choux gras

Le Zine populaire, Bobo en diable, dès le titre, accrocheur, montre qu’il entend bien déplacer le problème, traiter le sujet au travers du prisme de la pensée unique et politiquement correcte et éluder les questions de fond :  « La nationalité d’Obama, cible des théoriciens du complot‎ ». Le décor est lourdement planté. Il brandit même à ce propos l’anathème sans appel : « négationnistes ».

Et il ajoute ensuite, au cas où nous persisterions dans nos intentions obsessionnelles d’investigation :

« Entretenue par des cercles d’extrême-droite et certains élus républicains, la polémique sur la nationalité de Barack Obama continue aux Etats-Unis. »

« Libération » l’Amalgame est en profonde communion avec la majorité de ses abonnés, le sujet ainsi traité devient si sensible qu’il réveille les belles consciences (à relativement bon marché) indignées, pour lesquelles le sujet n’importe pas, mais qui en profitent. Extraits des commentaires :

« Même si les frappadingues républicains arrivaient à faire triompher leur mensonge quant au lieu de naissance d’Obama, leur argument serait juridiquement irrecevable ».

« Pourquoi presque tous les cons sont-ils de droite aux USA ? »

« C’EST LES JUIFS... et les francs-maçons ! C’est toujours eux qui complotent d’ailleurs ! Inconcevable qu’un Noir soit PR des USA sans complot ! Dès que ça grippe dans leur système ou dans leur vision de la société, c’est des juifs et des franc-maçons (sic) qui ont fait le coup, et parfois même aidés de curés communistes ! »

« Que B. Obama soit né au Kenya, à Hawaï ou ailleurs, qu’il soit noir, blanc, rouge ou jaune, c’était quand même le plus brillant des candidats, non ? »

Interdisons-nous de généraliser, de surabonder, et contentons nous de souligner que c’est la vérité que nous aimerions justement voir triompher.. Le florilège de ces réactions est suffisamment représentatif des hautes vues de certains lecteurs, même si d’autres commentaires relèvent d’analyse plus intelligentes et plus perspicaces : « traitez votre contradicteur de théoricien du complot et le débat est clos. » ou « dans cette affaire c’est le refus de la Cour Suprême de se saisir du dossier qui fait problème ». Justement. Et pour quelles raisons ?

Revenons à « Libé » qui reconnaît aussi très sobrement que : « Plusieurs fois interpellée sur le sujet, la Cour suprême refuse toujours de se saisir du dossier ».

Nous ne saurions mieux dire, mais nous n’en saurons guère plus. Litanies sur la théorie.. Mais puisque « Libé » l’évoque, invitons les lecteurs d’Agora Vox à consulter le site du WorldNetDaily

http://www.wnd.com/index.php?fa=PAGE.view&pageId=105365

Une question déjà ancienne

C’en Juin 2008, face aux spéculations concernant l’inéligibilité d’Obama en raison de sa non-citoyenneté américaine, que son organisation de campagne a publié une image numérisée de son certificat de naissance. Mais la production du document a fait plus de mal que de bien semble-t-il.. L’authenticité du document a été immédiatement mise en doute sur des centaines de sites et de blogs. Jérôme Corsi, auteur d’un livre à charge sur le sujet, a déclaré publiquement, dans une interview télévisée, que le certificat de naissance publié par l’organisation de campagne est un "faux".

Selon Factcheck.org, dont la mission est de vérifier la véracité des faits, les éditeurs du site ont vu, touché, examiné et photographié l’original du certificat de naissance. Factcheck.org en arrive à la conclusion selon laquelle le document répond à toutes les exigences du Département d’État des États-Unis pour prouver la citoyenneté. Selon le document produit par Le DOH d’Hawaï (Département de la Santé), Obama est né aux Etats-Unis. 

Dès le 15 août 2008, les accusations et les questions débordent du Net pour envahir les médias et Jerôme Corsi revient à la charge lors d’une interview avec Steve Doocy sur Fox News 

- Doocy : Vous voulez dire que le document qu’on trouve sur leur site est un « faux certificat de naissance" ?

- Corsi : L’original du certificat de naissance de Monsieur Obama n’a jamais été produit, et la campagne refuse toujours de le produire.

Corsi n’est pas le seul incrédule qui croit que le document est faux. Les doutes les plus exprimés se fondent sur :
• La nature du sceau.
• L’absence de signature
• Pas la moindre trace de plis dans le document numérisé
• La présence de « watermark » Photoshop lorsqu’on zoom le document.
• Le numéro de certificat est noirci et semble rapporté.
• Le document est une "certification de naissance", pas un "certificat de naissance."

L’argument de la double nationalité n’était à l’époque que très peu développé..

Relancée en juillet 2009

Un militaire, le Major Cook, s’est récemment permis de contester la validité des ordres du Président Obama (chef des armées par la Constitution) dans le cadre d’une opérations de redéploiement des forces en Afghanistan, alléguant l’incertitude qui règne en ce qui concerne la légitimité même de la présidence actuelle. Portée devant la Cour, après quelques péripéties, le cas a été rapidement expédié : révocation des ordres donnés au Major. Plus aucune raison de râler Monsieur le Major, circulez, rompez.. Les choses auraient pu en rester là, échapper aux médias.. Un hic cependant : Cook, à la suite de son intempestive démarche, s’est fait virer de Simtech, une société privée sous contrat avec le ministère de la Défense, pour laquelle il travaillait. Notre obstiné Major ne se décourage pas et repart à l’attaque incontinent. Il fait valoir que son licenciement est dû à la pression du Département de la défense (ministère). La Justice américaine ne peut plus dès lors se défiler, à suivre.. Deux questions indissociables sont en jeu dans le cadre de cette nouvelle affaire Cook :

1) La légitimité du Président

2) La façon de traiter la plainte de Cook : preuves apportées ? Pressions ? Nouvelle évacuation ?

Subsidiairement, l’apaisement de l’opinion.

Stefan Cook s’est assuré les services d’une pittoresque et battante femme-avocat, déjà très controversée, Orly Taitz***, déjà rebaptisée « Or ly » par les adversaires, infatigables dénonciateurs de la théorie du complot. Or Ly, Orly.. Facile mise en évidence d’une connotation de mensonge (to lie, mentir)

Citation du très prisé Factcheck :

Colbert : What would he have to do to satisfy you and those in your movement ?
- Taitz : In order to be president and commander in chief, he has to be a natural born citizen. So even if he were born in Hawaii, he cannot be the president and commander in chief specifically because of his multiple citizenship.
- Colbert : So there’s absolutely nothing he can do to satisfy you ?
- Taitz : Unless he can bring his father out of the grave and make him a citizen post-mortem.

Ecoutons la aussi Dans une video en date du 30 juillet 2009, publié par The examiner.com

« … le père d’Obama, Barack Hussein Obama Senior n’est en aucun cas citoyen des US, il est un citoyen britannique en regard de la loi relative à l’attribution de la nationalité, il est entré aux US, en provenance du Kenya, à l’époque une colonie britannique, avec un visa Etudiant. Au pire, Obama junior, même s’il parvient à faire prouver sa nationalité américaine, ne pourra aller contre la Constitution qui ne reconnaît pas le droit de se présenter à la magistrature suprême à une personne ayant une double nationalité… ».

http://www.examiner.com/x-5325-Orlando-Republican-Examiner y2009m7d30-Stefan-Cooks-birth-certificate-case-gets-short-shrift-in-Florida

Cette nouvelle affaire est en justice.

Pour conclure, rappelons et réaffirmons : impossible et inutile de prendre parti. Ce qui est particulièrement intéressant dans cette situation, c’est que nous avons, dans les jours qui viennent, l’occasion d’observer comment la Médiacratie et comment l’Administration vont traiter la question. Stigmatiser les « théoriciens du complot » suffira-t-il suffisant pour désamorcer ? Il s’agit ici d’une affaire d’une ampleur autre que celle des retro-commissions de Karachi, si vite évacuée par Sarkozy.

 

* According to Mr. Sibrel, Mr. Aldrin lost his temper when challenged to swear on the Bible that he had actually walked on the moon. ... Globe and Mail - Paul Taylor - ‎Jul 19, 2009‎

** On 2 February 1961, Obama Sr. married fellow student Ann Dunham in Maui, Hawaii[16] though she would not find out that her new husband was already married until much later.[17] Obama Sr.’s and Dunham’s son, Barack Obama II, was born on August 4, 1961. http://en.wikipedia.org/wiki/Barack_Obama,_Sr.

*** Connue aussi sous le nom de Birther en chef, « Queen Bee » des obsessionnels de la question Obama, Orly Taitz est originaire de Russie et avocat dans l’Etat de Californie.

Images : Short-form "Certification of Live Birth" & Photostat of Susan Nordyke’s 1961 Hawaii birth certificate (Courtesy Honolulu Advertiser)

Documents joints à cet article

Obama invalidé ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Cug Cug 3 août 2009 12:33


    C’est disons ceux qui ne digèrent pas qu’un métis soit président des USA qui répandent ces rumeurs ...
    Obama, un métis, a été placé à la présidence par l’oligarchie financière US, afin de redorer l’image des USA à l’extérieur et éviter trop d’émeutes à l’intérieur pendant la crise.

    Maintenant une question se pose.
    Le racisme aux USA est ’il vraiment aboli ?


    • Charlesmartel 3 août 2009 18:48

      Utile message. Il reste à savoir si les Etats-Unis restent un Etat de droit ou si tout est permis à ce métis, pantin des oligarchies et raciste anti-blancs, incapable de fournir les pièces nécessaires : les zones d’ombre de ce personnage sont innombrables. Mais ne comptez pas sur les torchons cosmopolites pour vous informer sur la réalité de ce triste personnage.


    • lisca lisca 4 août 2009 03:18

      Il y a eu un article « Obama le sans papiers » sur agoravox, avant que ce menteur de pseudo président ne soit consacré par le système au complet, y compris son faux opposant McCain et l’ignoble cour suprême. Cet article disait tout.
      Obama ne peut produire ce que la loi exige parce qu’il ne l’a pas, de même qu’il planque son travail universitaire, ses papiers militaires, son inscription à l’université sous le nom de Barry Soetoro, son patronyme officiel, sa religion véritable, son passé, le diplôme de sa vilaine épouse. Il est le porte-veston des fossoyeurs de l’Amérique et sera viré quand ils le jugeront bon, ou (je l’espère) quand la colère populaire se déchaînera.
      Ceci étant, il est de mauvais goût de lui jeter son teint café au lait à la figure à chaque fois qu’il est question de lui. Ou prétendre qu’il est beau, sexy, brillant etc. C’est un simple acteur, perdu dés qu’un imprévu le sort du rôle.
      Je ne le trouve pas spécialement beau ni intelligent. Juste quelconque et un peu mélancolique car il sait ce qu’il fait et se sait « gonflé » par d’autres. Je ne suis pas la seule.


    • MarcDS MarcDS 3 août 2009 14:48

      Est-ce que cela vaut vraiment la peine d’embrayer sur les élucubrations des racistes et des ultra-conservateurs US pour qui l’élection d’un métis démocrate à la présidence de leur pays est inconcevable ?

      Lamentable, pire encore que l’épisode Clinton-Lewinsky qui lui au moins reposait sur des faits.


      • Montagnais Montagnais 4 août 2009 01:16

        Perspicace Hussein.. Je déroge à mon principe de ne prendre aucun parti et écris tout de go que je pense vraiment que BHO est un assez good guy. La couleur de sa peau n’a pas plus d’importance que la couleur de ses yeux. Moi même, n’est-ce-pas... Vous pouvez comprendre ? Tout ça assez délicat et compliqué.. Qui n’a pas d’amis ou d’enfants de tous côtés ? La réalité n’est ni blanche ni noir, bon, la n’est pas la question, je nous égare.

        C’est l’Administration que nous scrutinons, la force ou la faiblesse du droit et de la constitution. Invalidation ? Peut-être pire encore.. Souhaitons la vérité, simple et rapide.. et le dénouement sans effusion.


      • ObjectifObjectif 4 août 2009 09:36

        Il est dit : « Lamentable, pire encore que l’épisode Clinton-Lewinsky »

        La remarque est très intéressante :

        Quels pourraient être les liens et les intérêts réels de Mme Taitz ?

        Est-ce une simple corrélation que cette affaire monte en puissance après que Mr Obama commence à prendre des positions affirmées au Moyen Orient ?

        A quel moment l’affaire Clinton-Lewinsky a-t-elle commencé à monter en puissance ?

        Et quels étaient les liens et intérêts des agitateurs de l’affaire Clinton-Lewinsky ?

        Encore un sujet intéressant pour de vrais journalistes officiels. La géo-stratégie est un sujet passionnant, quand on pense au 2nd degré ou au 3ème degré, et à l’efficacité des opérations « false-flag ».

        Comme le disait Neil Armstrong : "There are great ideas, undiscovered breakthroughs available, to those who can remove one of truths protective layers" cité par Jay Weidner


      • Montagnais Montagnais 4 août 2009 11:10

        Bien la citation, qui est un joli clin d’oeil à l’attention de ceux qui ne se contentent pas de l’apparence de la surface.. Falses flags & Stay behind.. ?


      • lisca lisca 4 août 2009 15:11

        Armstrong sait de quoi il parle, et, dans sa vieillesse, il refuse de parler. Bouche cousue sur la lune.
        Gêne, remords, peur ?


      • SlyTheSly 3 août 2009 16:19

        Pourquoi Aldrin jurerait-il sur la bible avoir marché sur la Lune ?
        Il s’est emporté, mais c’était pas contre un type qui le harcelait sauf erreur de ma part ?

        Si un type vient vous demander de jurer sur la bible par exemple que vous êtes bien le père de vos enfants, vous le faites ? Comme si vous aviez qq chose à prouver ?

        C’est quoi la suite, demander à Aldrin la signeture d’un Lunien comme preuve ? Sérieux...-_-


        • Montagnais Montagnais 3 août 2009 16:57

          Soulignons et rappelons que les objectifs de cet article ne sont en aucun cas de prendre position, ,d’être « pour » ou d’être « contre » Obama, quelles qu’en soient les raisons.. Encore moins d’en recueillir de la part de lecteurs ayant certes un droit d’opinion inaliénable, mais qui ici seraient hors sujet.

          La question de l’éligibilité de BHO prend actuellement aux Etats-Unis la forme d’une crise politique majeure. Ajoutée aux difficultés systémiques en cours, L’Amérique vit un moment crucial de son histoire.

          La question centrale reste : pourquoi l’Administration américaine, par sa façon de traiter « les théories du complot », les entretient-elle en ne produisant pas les preuves, en ne pratiquant pas la transparence, qui les dissiperaient immédiatement et incontestablement ?

          Seul le terrain du droit nous intéresse. Subsidiairement le conflit qui n’en finit pas de grandir, la forme qu’il prend, les questions qui en découlent.

          Aujourd’hui même, l’avocat de Cook vient de produire un certificat de naissance qui invaliderait le document d’Hawaï.. Apparemment loin d’être un hoax. A suivre. La Justice pourra-t-elle continuer à ignorer le dossier ? La demande de preuves concernant les documents et les thèses officielles, signée en ligne par 450 000 américains restera-t-elle sans réponse ? En France, les média ne se sont que très peu mobilisés. Mais la presse U.S. traite le sujet. Pas par dessus la jambe..


          • morice morice 4 août 2009 00:21

            aucune chance, rêve de complotiste


            • Montagnais Montagnais 4 août 2009 01:32

              Crypto ou sub-complotistes, vous qui savez catégorisez ? Pour l’instant, la question est au delà de vos allusions réductionnistes, semble... Faut se méfier qu’on soye pas Victor Crampon au pays des Yankees..

              Good News - Obama Birth Certificate is On Order 
              Auburn Journal. Vous voyez !

              Pour autant, on ne peut pas se désintéresser de la suite.


            • Jean-paul 4 août 2009 01:43

              Aux USA ,Mr Obama est le president. !!!!!Point barre .
              Le seul sujet important est l’economie et maintenant the health insurance .


              • lisca lisca 4 août 2009 03:23

                Non Jean-Paul. Objectivement, légalement, il n’est pas le président mais, comme le disent les truthers, un escroc.


              • Jean-paul 4 août 2009 03:33

                @ Lisca .
                Legalement Obama est le president des USA.
                Maintenant lisca ce que vous pensez : allez le dire aux Americains !!!!

                 


                • lisca lisca 4 août 2009 14:30

                  Pas de problème, Jean-Paul, s’ils me demandent mon avis.
                  J’ai essayé d’informer de toute l’affaire, que je connais fort bien, sur divers médias en France, avant que ce monsieur ne soit investi par l’hyperclasse corrompue, mais c’était l’omerta alors.
                  Pas un mot ! Il bénéficiait d’un traitement de faveur, tout simplement. Si c’est parce qu’il est plus bronzé que la moyenne, franchement, quelle insulte pour lui...
                  L’affaire rebondit, effectivement. M. Donofrio avait en 2008 réuni tout le dossier prouvant qu’Obama est né en 66 britannique, par son père britannique (kenyan du Commonwealth, ce ne serait plus le cas maintenant), quel que soit son lieu de naissance.
                  Il a donc une double nationalité A LA NAISSANCE. Et s’il n’a qu’une nationalité, c’est la britannique.
                  Par la suite il a été adopté par un Indonésien. L’Indonésie ne reconnaît pas la double nationalité.
                  Il serait donc indonésien en Indonésie, britannique au Kenya, étranger ou bi voire tri-national aux ETATS-UNIS.
                  C’est interdit au président US par la loi « natural born » de la Constitution d’avoir plus d’une nationalité à la naissance ou d’être étranger.
                  Il le nie, il ment, il dissimule. Un président US n’est pas là pour lui ni pour les noirs ni pour les démocrates, ni pour les lobbies, mais pour son pays. Il doit être non seulement légal, mais légaliste et irréprochable.
                  Il ya des tas de gens brillants aux USA qui sont « natural born ».
                  Pour être le président, il faut entrer dans les limitations imposées sagement par la constitution, voix souveraine du PEUPLE.
                  Obama risque un dur châtiment.


                • Triodus Triodus 4 août 2009 09:05

                  C’est la trêve estivale ou Ago a été racheté par Above Top Secret ????

                  Enfin, ça me rappèle mes vacances d’été enfant : il y avait les histoires extraordinaires de papy bellemare à la radio pour digérer..


                  • ObjectifObjectif 4 août 2009 09:13

                    Où est le problème ? Il suffit de changer la constitution pour qu’il n’y ait plus de contrainte sur la nationalité du Président...

                    Pour rendre les choses plus émotionnelles encore, il semble qu’il y ait déjà un meurtre lié à cette affaire selon le site web de l’avocate Mme Orly Taitz :

                    « The purpose of Rule 27, even though designed for pre-filing discovery, is fulfilled and relevant here, in that some (above-noted) hearsay evidence exists that an individual involved in the examination of passport files at the United States Department of State relating to and involving certain 2008 Presidential candidates may have been killed in relation to such inquiry. Last year it was announced by former secretary of State Candoleeza Rice that there was tampering with the passport records of three major presidential candidates and it was investigated by the inspector general. Lt. Querl Harris was one of the suspects in passport tampering scandal. Washington post has announced that he was cooperating with the FBI and shortly thereafter he was found dead, shot in the head, sitting in his parked car. This case remains open and unresolved. Under such circumstances, “perpetuation of evidence” becomes a more and more significant and time-sensitive issue. »

                    Pour les non anglicistes, et sauf erreur, le Lieutenant Querl Harris a commencé à collaboré avec le FBI après avoir été suspecté dans une affaire de falsification des informations sur les passeports de 3 candidats à la présidentielle. Il a été retrouvé dans sa voiture avec une balle dans la tête.

                    Un bon début de feuilleton ? Pas d’enquête de nos journalistes officiels émérites ? Personne au courant de cette affaire ?


                    • Cascabel Cascabel 5 août 2009 06:37

                      Il suffit de changer la constitution ?

                      Ou BHO reste et continue son petit jeu de cache-cache, ou il part au milieu d’une crise constitutionelle. Dans ce type de situation il ne peut y avoir de solutions médianes, c’est tout ou rien.

                      Et si Obama n’avait rien à cacher il aurait présenté ses papiers depuis longtemps.


                    • Montagnais Montagnais 4 août 2009 12:02

                      1) Sur le commentaire « histoire extraordinaire ».. Ben oui, extraordinaire.. ! Apothéotique ! Paroxystique.. Déjà, admettez.. ! « La Une de la presse américaine » comme le rappelle Elle, le magazine.

                      2) Sur l’affaire vue côté France, Elle justement :

                      le Président américain faisait la Une de la presse avec une question : « Barack Obama est-il né américain ? » Elle reconnaît ainsi l’importance du sujet, même pour les françaises.

                      Le magazine publie aussi la photo du certificat de naissance en cause (black out sur le Numéro, watermarks...) et en arrive à conclure sobrement : « Ce document prouve que le président est bien un »natural born« américain.

                      Intéressant et brillant travail de journaliste n’est-il-pas ?

                      Et Gala aussi, qui reconnaît que le lieu de naissance »fait polémique« , puis évoque la crise, les vacances bling-bling du président, la chute dans les sondages.. Autant d’éléments indissociables, qui exacerberont encore la »polémique".

                      3) Sur la dangerosité : Querl Harris n’a fait qu’inaugurer, malheureusement.

                      Pour avoir une idée de la fièvre qui s’empare, regardez la video MSNBC d’aujourd’hui, Taitz est éclatée..

                      http://www.examiner.com/x-5738-St-Louis-Political-Buzz-Examiner y2009m8d3-Video—Birther-Orly-Taitz-pulls-out-Nazi-reference-in-attacking-MSNBC-anchors


                      • fonzibrain fonzibrain 4 août 2009 12:29

                        pauvres américains,si ils savaient ce qui se trame avec leur obama le menteur tricheur manipulateur manipulé



                        révoltons nous,faisons comme les chinois,SOYONS COURAGEUX

                        • Jean-paul 5 août 2009 03:54

                          @ fonzibrain
                          Qu’est ce que tu en sais .tu n’as jamais mis les pieds aux USA .
                          Juste surfer sur le net ( merci les americais )pour prendre les articles .


                        • choquer jean pierre 4 août 2009 12:32

                          Tous les jours sur AGORAVOX, un article dans lequel on trouve les mots « franc-maçon », « franc-maçonnerie » !
                          Agoravox est un site de pub de la franc-maçonnerie et de manipulations franc-maçonniques « méli-mélo » et « conspirationniste » et qui ne le dit pas !
                          Par contre, je suis interdit de textes sur ces sujets !
                          Cet article est un exemple type de désinformation de la secte, comme il y en a presque tous les jours !!
                          Pour le prouver, faites comme moi en faisant une demande sur google de vous envoyer tous les textes qui comprennent les mots en question !
                          Vous serez vite convaincu !
                          C’est pareil avec le site C4N !


                          • lisca lisca 4 août 2009 14:34

                            Pour m’être beaucoup informée sur le sujet, je peux certifier que cet article, fort modéré, n’est pas de la désinformation, bien au contraire. Vérifiez donc les sources et vous verrez.
                            Agoravox est en effet un média très prudent, mais plusieurs opinions parviennent à s’y exprimer. il faut un peu insister, pour les articles. Parfois personne n’a eu le temps de les lire, c’est tout.
                            Certaines infos ne nous plaisent pas. Tant que ce sont des faits et pas des opinions, il faut les faire connaître et rien ne devrait empêcher leur diffusion.


                          • TitIndien TitIndien 4 août 2009 15:10

                            Trés Bel Article sur la mediatocratie mediocrate !

                            ça sera qu’une histoire sur des milliers contre Obama, Bush était le petit fils de prescot , et il a régné 8ans..


                            • lisca lisca 4 août 2009 15:29

                              Voici, un article écrit fin 2008 par moi, qui a été alors refusé par agoravox et accepté par « Tout sauf Sarkozy ». Le prétexte du refus : cette info est partout disponible. En français ? En 2008 ?
                              Vraie raison : omerta because sarko.

                              L’Amérique de Bush et du New York Times peut-elle s’asseoir sur sa propre constitution, pour faire triompher une idéologie universaliste plutôt que la loi des Pères fondateurs ?
                              La question se pose avecla légitimité contestée de Barack Obama à la candidature présidentielle des USA.

                              Aucun média de grande ou moyenne circulation aux USA, à l’exception de America’s Right ne relate un fait qui peut se révéler crucial dans les prochains mois : à savoir la légitimité constitutionnelle du candidat Obama.

                              Alors que McCain vient d’annoncer une co-listière plus que séduisante pour une grande partie de l’électorat, avec son look sixties mommy-nostalgie,

                              Obama fait l’objet d’un important procès tenu secret par les médias officiels. Pas moyen de se renseigner, même à Philadelphie où la demande d’enquête a été déposée, sur l’évènement en question. Une journaliste de RFI contactée au hasard ne savait rien non plus sur le sujet.

                              La question qui se pose est en effet de taille : la constitution américaine ne permet pas à un candidat né ailleurs que sur le territoire américain de postuler comme président. C’est la raison pour laquelle, par exemple, Arnold Schwarzenegger, né en Autriche, ne peut être candidat à la fonction suprême.

                              Or tout porte à croire que Barack Obama est né au Kenya.

                              Abandonné par son père à l’âge de deux ans, il sera plus tard adopté par un ressortissant indonésien (Lolo Soetoro) en Indonésie où il sera éduqué. Né en terre étrangère, puis adopté légalement par un père étranger dans un pays qui ne reconnaissait pas alors la double nationalité, ces deux circonstances suivies invalideraient doublement Barack comme candidat, selon la Constitution.

                              C’est grave.

                              D’autant plus qu’aux questions posées par les internautes légitimement inquiets, Barack Obama a répondu par le silence ou des affirmations suspectes : Né selon lui à Hawaï (état américain) il mentionne un hôpital puis un autre. Aucune trace cependant dans les registres de ces hôpitaux d’une quelconque délivrance, l’année de sa naissance, de madame Stanley Ann Dunham, sa mère, dans les registres locaux de ces 2 hôpitaux.
                              En revanche, la famille kenyane d’Obama, contactée par un détective, se souvient qu’il est né au Kenya, lors d’un voyage de ses parents dans le pays. Les régulations spécifiques des lignes aériennes sur la grossesse avancée auraient contraint sa mère à rester au Kenya jusqu’après la naissance de l’enfant.

                              Les supporteurs de Barack, inquiets, ont fini par produire un certificat de naissance sur le web. Presque aussitôt les internautes ont fait remarquer l’absence de tampon officiel. Et le masquage du n° identifiant à droite du document par un bandeau noir. Quand on noircit un identifiant numérique, c’est habituellement que le document est un faux.
                              D’autres détails de moindre importance incluent, pour la race, la mention « africain » plutôt que « negro » qui était le mot courant qualifiant la race noire au début des années soixante. Et le fait que le certificat précise « Barak Hussein Obama II » alors qu’il aurait dû s’écrire, comme il est de règle aux USA « “Barak Hussein Obama Jr.”

                              Ce certificat a eu le mérite d’accélérer les questions. Pourquoi se sentir obligé de fournir un faux certificat aux internautes ? Y a-t-il une possibilité de naissance au Kenya pour Barak Obama, au cours d’un voyage de ses parents ? Son père a peut-être voulu qu’il fût kenyan, afin de lui assurer une position future comme la sienne dans la politique locale.

                              Trois experts en documentation ont établi que le certificat de naissance d’Obama est un faux, assez grossier d’ailleurs et confirmé les résultats de l’enquête kenyane. On a d’ailleurs découvert à cette occasion que Barack avait un demi-frère kenyan qui vit avec 12 $ mensuels, dans une cabane en terre. Barack Obama n’a sorti un peu d’aide sociale de sa poche qu’après la découverte de ce frère intempestif par des médias fouineurs, et une fois lancée sa carrière politique. On peut donc supposer soit qu’il n’est pas très généreux, soit qu’il n’a jamais rien voulu savoir de l’entourage d’un père abandonneur, ce qui se comprend.

                              Les partisans d’Hillary Clinton représentés par Philip Berg ont en tout cas et pour des raisons sur lesquelles on peut spéculer à loisir, lancé un procès à Philadelphie à 16:45 p.m. le 21 août 2008 au 2ème étage du Tribunal fédéral James A. Byrne, contre à la fois le sénateur de l’Illinois, le Comité Démocrate National et la Commission Fédérale supervisant les élections présidentielles. Il s’agit d’invalider à 100% la candidature de Barack Obama. Voici, non traduits, les termes exacts de l’Article II, Section 1 de la Constitution des Etats-Unis :

                              “No person except a natural born citizen, or a citizen of the United States at the time of the adoption of this Constitution, shall be eligible to the office of President ; neither shall any person be eligible to that office who shall not have attained to the age of thirty five years, and been fourteen Years a resident within the United States.”.

                               Les questions posées par cette avalanche de faits sont assez complexes :

                              1. Barack Obama est-il né sur le territoire américain ?

                              2. En supposant qu’il soit américain de nationalité, est-il possible qu’il ait maintenu cette nationalité après le déménagement de sa famille en Indonésie ?

                              3. Dans quelle mesure Philip Berg est-il crédible quand il déclare qu’Obama est constitutionnellement inéligible ?

                              Le document remis au tribunal par Philip Berg, l’homme de loi de Hillary Clinton et dont nous le répétons, aucun grand média ne parle, jette un doute sur la fiabilité, la représentativité et les attaches d’un candidat élevé en Indonésie, de père kenyan, pour traiter loyalement des affaires américaines. Même en admettant la citoyenneté américaine de Barak Obama et sa naissance à Honolulu, cette enfance du candidat, passée ailleurs qu’aux USA peut le porter à des sympathies possibles pour des intérêts étrangers. Berg pose clairement cette question.

                              Il maintient que Barak Obama est bien né à Mombasa comme le disent le grand-père paternel, le demi-frère et la demi-sœur du candidat, et non à Hawaï.

                              Philip Berg est, entre autres fonctions, un ancien candidat au poste de sénateur, un ancien président du Parti démocrate du comté de Montgomery (Pennsylvanie), un ancien membre du Comité Démocrate National de cet état. Selon ses propres termes, il a décidé de lancer le procès pour l’invalidation du candidat Barack Obama quelques jours seulement avant la convention démocrate de Denver, dans le but d’assainir ce Parti.
                              « Je l’ai fait à ce moment, » déclare Berg « pour éviter les problèmes évidents que soulèvera le Parti républicain une fois qu’Obama aura été nommé (par la Convention) ».

                              Philip Berg n’est pas apprécié par tout le monde du côté démocrate, on s’en doute. William Rodriguez par exemple, le concierge héroïque du WTC, a déclaré ne pas soutenir les allégations de Berg, car lui, à l’instar des grands médias, a déjà choisi Obama comme candidat à la présidence US.

                              Alors que ce site : http://atlasshrugs2000.typepad.com/atlas_shrugs/2008/07/atlas-exclusive.html défend l’hypothèse de la fausseté du certificat, un autre site affirme que le certificat est authentique : http://www.factcheck.org/elections-2008/born_in_the_usa.html

                              Il faut préciser que l’organisation Factcheck.org, dépend de la fondation Annenberg qu’on a déjà accusée dans le passé (voir www.americanthinker.com) de faire disparaître les informations qui pourraient être dommageables à Barack Obama.

                              En faveur de l’hypothèse “authentique” on peut signaler que, sur son certificat scolaire indonésien, le lieu de naissance d’Obama est signalé comme étant Honolulu. Ce certificat est-il à son tour authentique ? Il est trop tôt pour le savoir. Sur ce certificat, Barack est enregistré sous le patronyme de son père adoptif de nationalité indonésienne. L’Indonésie n’a commencé à modifier sa loi de nationalité en faveur de la double nationalité qu’à partir de novembre 2006. Par conséquent Barack ne pouvait qu’être indonésien et non américain (par sa mère) à l’époque. A moins que les lois fédérales US de l’époque n’aient prévu qu’il puisse garder, sur le territoire américain, sa nationalité américaine, sans tenir compte des lois indonésiennes.

                              Les véritables questions sont, très généralement, la loyauté envers les yankees d’un candidat multiculti, et, techniquement, sa naissance alléguée au Kenya. Sans doute cette dernière circonstance ne l’empêche-t-elle pas d’être un citoyen américain. Mais il est certain qu’il ne peut être constitutionnellement un candidat à la présidence.

                              La majorité conservatrice de la Cour Suprême laisse augurer un avis favorable à la demande d’invalidation. Mais selon toute apparence, ce n’est pas elle qui décide du bien-fondé des choix de présidents. Si fraude il y a, il n’est en effet pas possible qu’un canular de cette taille ait pu être commis sans l’aval de tireurs de ficelles. Ces derniers auraient tout simplement décidé une fois de plus de s’asseoir sur la Constitution.

                              Et là… les pauvres porte-flingues €péen$ de l’union prétendue, dans le sillage de l’Amérique en perdition, ont tout lieu de s’inquiéter sérieusement sur leur propre sort et leur propre liberté.

                              Source : http://www.americasright.com/2008/08/obama-sued-in-philadelphia-federal.html

                              http://1.bp.blogspot.com/_Rl1iejogZ...

                              http://www.americasright.com/2008/0...


                              • Montagnais Montagnais 7 août 2009 08:52

                                Un texte aussi brillant donne à Lisca le droit de conclure définitivement. Je découvre le symbole €péen$.. Excellent.

                                Europe Canal Historique pourrait aussi l’avoir inventé ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès