Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama : tournée générale de Londres à Bagdad

Obama : tournée générale de Londres à Bagdad

Economie mondiale, défense des « bons », assainissement de la planète, recadrage de l’aire d’influence US, baiser sans retenue aux défenseurs de l’axe du bien : « America is back » , cette fois avec Barack Obama. Nouvel ordre mondial ? Pas si sûr . Nombreux sont ceux qui, prompts à s’enflammer au rayonnement d’un homme d’une indéniable qualité, d’un charisme nourri d’un rare talent de tribun à l’élégance naturelle et souriante, nombreux sont ceux-là qui, gavés de belles paroles et de folles espérances, ressentent comme « une gueule de bois » à la réflexion quelque peu distanciée. Pour le moins, le dithyrambe est-il tempéré par quelques bémols ou une sourdine .

Passe pour le verre à moitié plein de Londres (ou l’inverse)

Un bilan contrasté pour une presse quasi unanime, qui s’inspire souvent des sentences des économistes. Joseph Stiglitz a été cependant plus critique que d’autres plus facilement relayés. Relancer la croissance, renforcer la supervision des organismes financiers, renflouer le FMI dont il faudrait pourtant revoir la gouvernance jugée trop proche de Washington, aider les pays pauvres et rejeter le protectionnisme. Dont acte mais pouvait-on en faire moins ? La question du classement des paradis fiscaux ou l’absolution qui leur est accordée, relève sans doute d’une louable intention mais comment classer alors le Delaware et le Nevada ( ah, Las Vegas !) mister OBAMA, Guernesey et Jersey , mister Gordon Brown et St. Barthélémy, monsieur Sarkozy. Ce ne sont là que des exemples un peu faciles. Le G 20 aurait sans doute pu mieux faire mais les observateurs-sycophantes compétents et courageux doivent rester vigilants et se faire entendre. A Londres, le président des Etats-Unis ne s’est pas poussé sur l’avant-scène en jouant des coudes comme son prédécesseur dans le plus pur style western.

Together et encore together au sommet de l’OTAN à Strasbourg

Cette fois l’offensive de charme a atteint pleinement son but. L’Obamania a gagné son paroxysme à Strasbourg . Mon Dieu, quel charme, quel talent, quelle classe ! J’y étais et j’ai été privé tout d’un coup de tout esprit critique comme toute l’assistance venue de toute la région rhénane pour voir cette incroyable « bête de scène ». Peut-être la détestation de W.Bush et le contraste ont ils opéré aussi ? Le comble de l’enthousiasme grégaire fut atteint à l’invitation maintes fois réitérée « à s’unir, Européens et Américains, pour garantir la paix ensemble ». On a frôlé l’extase lorsque l’incomparable orateur a fortement appuyé le rôle européen de Strasbourg et de son Parlement Européen, parfois contesté. Dans l’assistance, il y avait un grand nombre d’Allemands et même des Suisses qui ont été gagnés par le même engouement . L’Alsace et son environnement sont des terres de polyglottes et l’anglais d’Obama si bien « articulé » dans les deux acceptions, si compréhensible que, miraculeusement, tout passait. Mais, diable, secouons nous ! Dans les rues de la ville calfeutrée en bleu, la circulation était quasi impossible, les filtrages intransigeants sur la présentation de badge et de pièce d’identité. Une ville morte, d’un calme d’avant tempête. Celle-ci éclata le lendemain, vigoureuse et dévastatrice, sans victime physique toutefois. Une explication possible entre autres. Les altermondialistes patentés souvent très sages, les anarchistes moins calmes sous leur drapeau noir mais surtout des groupes plus mystérieux venus surtout de l’Europe du Nord ou d’Italie( on pouvait les identifier par leurs mots d’ordre ou leurs propos hurlés dans leur portable) les « black-blocks », en tout quelques milliers ou dizaines de milliers selon les comptages, ont été souvent refoulés y compris de zones prévues pour la manifestation pacifique anti-Otan. Messieurs les chefs d’Etat, M. Obama et M. Sarkozy et Mme Merckel en tant que puissances invitantes que ne vous en êtes vous tenus à l’horaire prévu ? Pour un accouchement trop difficile d’un secrétaire général qui déplaisait à la Turquie ? Cela aurait pu attendre, l’essentiel était ficelé et les Etats-Unis avaient renforcé l’Alliance , comme prévu. C’est cette modification des prévisions de « timing » qui n’a pas permis aux forces de l’ordre d’être redéployées en temps utiles aux endroits stratégiques et donc de canaliser la manifestation qui, il faut le reconnaître, manquait elle-même de coordination et d’encadrement. Enfin Strasbourg, tant de fois éprouvée au cours de toutes les grandes guerres, en a vu d’autres et se remettra courageusement comme toujours. Mais Obama comme ses collègues de l’UE étaient déjà à Prague.

Réduire les arsenaux nucléaires et lutter contre le réchauffement climatique

Sur fond de provocation tonitruante de la Corée du Nord qui lance « fort opportunément » un missile balistique, le chef de la première puissance militaire du monde, a déclaré d’emblée : « Les Etats-Unis vont prendre des mesures concrètes en faveur d’un monde sans armes nucléaires », tout en défendant le projet de système anti-missile au moins jusqu’à la disparition de la menace iranienne. En tout état de cause, les Etats-Unis conserveront un arsenal sûr pour dissuader tout adversaire éventuel et protéger leurs alliés. Là encore une invitation à l’Europe à développer ses propres capacités de défense. Défense européenne ou renforcement des partenaires acquis et confirmés précédemment ? La question de la sécurité énergétique comme celle de la lutte contre le réchauffement climatique passe au second plan. Détail pittoresque : dans la ville de Kafka, l’hôte du Château est le plus qu’eurosceptique président Vaclav Klaus, président de l’UE en exercice, qui considère ( il l’a écrit dans un livre traduit en dix langues) que le réchauffement climatique n’est qu’une vision d’écologistes hallucinés. Mais comme on est tout de même à 27, on en parle aussi et Barack Obama s’engage à être un partenaire actif dans le processus de Copenhague ( conférence de l’ONU prévue en décembre prochain). Dont acte encore une fois, mais le temps presse ! Vite Ankara puis Istambul !

La Turquie dans l’Europe pour améliorer les relations entre Occidentaux et le Monde Musulman

L’univers kafkaien n’est pas loin. La Turquie, état laïque en principe, à laquelle l’UE demande au demeurant de réaffirmer cette laïcité, serait l’interface judicieux, opportun, pratique entre deux aires culturelles, si cette expression peut encore être employée librement sans en gommer les disparités : l’Occident et le Monde Musulman. Il serait donc impérieux que l’Europe intègre cette Turquie, ce à quoi invite le président Obama, fort du leadership que le Monde Occidental vient de lui confirmer. La réponse de Nicolas Sarkozy dont Obama ne pouvait ignorer la position, ne s’est pas fait attendre. On ne peut s’empêcher de penser à la « doctrine Monroe » en 1823 et d’en prendre le leitmotiv corrigé « L’Europe aux Européens ». La chancelière allemande, dans un premier temps, a rappelé les divergences de vue dans l’UE, taisant la position des Allemands. Glanée en marge d’un mini-débat en préparation des élections européennes, cette observation de Joseph Daul , le président du groupe majoritaire ( PPE) au Parlement Européen : « Je ne suis pas trop inquiet, les exigences de l’UE sont telles que la Turquie n’est pas prête d’être en situation de les satisfaire et alors elle aura beaucoup changé » En complément, on serait tenté de s’interroger sur le regard que porterait alors sur elle le monde musulman. Une fois de plus le charme a opéré : les Turcs sont confiants ou du moins feignent de l’être. Eh oui, Jacques Julliard vous avez raison lorsque vous écrivez : « l’Europe politique est un terrain vague et l’Europe diplomatique, une friche industrielle ».

Epilogue à Bagdad

La tournée s’achève en apothéose en visite surprise à Bagdad dans des embrassades encore plus chaleureuses. Tchin-Tchin braves GI’s ! Mais ne nous mêlons pas de politique intérieure américaine. Le premier des Américains est avant tout un Américain, fort légitimement soucieux d’abord des intérêts de son pays. Peut-on lui en vouloir ? Sûrement non. Mais ceux qui ont trop rapidement vu en lui le sauveur de la planète sont bien obligés d’en démordre tout en se consolant en continuant d’admirer cet homme remarquable et sans doute de bonne volonté . Oui nous aussi, Européens, nous pouvons .Yes dear mister Obama, we also can !

Antoine Spohr.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • mike57 22 avril 2009 22:04

    Dalia Mogahed, une entorchonnée égypto-américaine, a été nommée pour conseiller le président Barack Hussein Obama sur les préjugés et les problèmes rencontrés par les musulmans.
    Le voile islamique étant l’emblème du système islamiste, cette femme en hidjab qui entre à la Maison Blanche est un symbole très fort pour les islamites. Un signal qui ne manquera pas d’encourager leurs velléités.

    Avec Barack Hussein Obama, première victoire des islamistes dans le pays le plus puissant du monde et de plus cette femme voilée comme conseillère, dans un pays laïc aux racines et culture chrétiennes. Cela confirme donc son appartenance, musulman par son père et de par son éducation dans les écoles musulmanes indonésiennes, inscrit en tant que musulman ; son beau père indonésien était aussi musulman. Il a vécu son enfance dans un environnement où l’islam tient la première place.
    Hussein Obama a d’ailleurs démontré son profond respect pour l’islam, par sa courbette au Saoudien, lors du G20 ! Je crois que les Américains sont bien mal barrés avec ce président et nous avec, si Sarkozy se comporte en caniche en exauçant le voeu des Américains de Bush puis d’Hussein Obama, pour l’adhésion de la Turquie dans l’UE, nous sommes fichus !

    Qu’en pensent les Américains de ce choix ?
    Nous Français, n’accepterons jamais une femme voilée à l’Elysée !

    Déjà ça bouge des mobilisations contre la politique socialiste d’Obama dans tous les Etats-Unis ! D’autres sont prévues le 4 juillet.


    • mike57 22 avril 2009 22:21

      J’ai toujours dit qu’il fallait se méfier d’obama, ce type ne m’a jamais inspiré confiance, le plus effrayant c’est la fascination qu’il exerce sur les gens qui semblent incapables de raisonner dès lors qu’on parle de lui, c’est de suite les “il changera les choses”, “c’est lui qui va régler tous les problèmes” et autres niaiseries de ce genre !!

      Personne ne relève les éléments suivants

      - On a aucune certitude qu’il soit né sur le sol américain car il n’a pas fourni de certificat de naissance

      - il était inconnu du grand public avant les élections bien que les médias l’ai présenté comme un homme d’expérience

      - il a juré sur la bible, mais que cela vaut il de la bouche d’un homme qui dans les formulaires scolaires déclarait etre musulman

      - il n’a présenté quasiment aucun programme, aucune idée politique

      ça fait beaucoup de casseroles pour un messie….


      • Cascabel Cascabel 23 avril 2009 00:16

        On n’est même pas sûr de son nom exact.
        Obama,un inconnu devenu président.


      • Hussein Hussein 1er mai 2009 20:40

        Excellent article.

        Il est dommage que les commentaires de Mike57 (dont les parents ont apparemment été influencés par la culture US pour lui trouver un prénom) viennent ternir la qualité du propos du rédacteur.

        En effet, on frôle le délictueux à force d’insister sur le deuxième prénom d’OBAMA (Hussein). Ainsi, l’Islam serait en train de conquérir les Etats Unis d’Amérique ???

        Hussein Claude Edouard Marie (Catholique français).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès