Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Obama : un discours historique en dehors de l’histoire

Obama : un discours historique en dehors de l’histoire

Contrairement à ce que pense M. Geisser, qui soutient dans son interview parue dans le nouvelobs du 20 mai, que le discours de M. Obama est historique ce discours n'a rien d'historique.

Il n'a fait que reprendre ce que nous n'avons pas cessé d'entendre de la bouche des dirigeants américains depuis le début du printemps arabes.

Il est dommage que M. Geisser n'ait pas procédé à une revue de la presse arabe avant de répondre aux questions de Céline Lussato. Il aurait réalisé que là où lui décèle une approche démocratique, les peuples arabes bien au contraire y décèlent une fois de plus un double langage teinté de mépris et de racisme.

Outre qu'il fait de ces peuples une race distincte (le monde libre et le monde arabe) mais en plus il se place en tuteur de ces peuples qu'il considère encore mineurs ( "Je suis le garant de la démocratie dans le monde arabe, que les dictateurs fassent très attention à ce qu'ils feront à leur peuple car je suis là pour accompagner les peuples dans leur processus de démocratisation").  Il serait très intéressant de demander à M. Obama qui de ces peuples l'a investi de cette mission ? Sûrement pas la jeunesse arabe, et encore moins celle du Moyen-Orient.

Après avoir soutenu sans réserve les dictatures qui brisaient les rêves de ces jeunes, puis avoir été pris de court par les mouvements de ces derniers pour être demeuré aveugle à leurs cris de détresse, le voilà qui s’improvise aujourd’hui protecteur de ceux qui vivaient dans la souffrance qu’il a cautionnée et qu’il continue à cautionner là où les intérêts de son pays ont la primauté (Arabie Saoudite, Oman, Jordanie…). Les dictateurs auxquels M. Obama s’adresse doivent eux-mêmes sourire de ses propos.

Les révolutions tunisienne et égyptienne se sont faites sans lui et n’ont nullement besoin que M. Obama les accompagne. La jeunesse a été plus qu’explicite avec Mme Clinton lors de son passage dans ces deux pays. En Tunisie, les journalistes lui ont fait comprendre qu’ils n’avaient aucune leçon à recevoir d’elle alors qu’en Egypte les jeunes de la Place Tahrir lui ont ouvertement signifié qu’ils refusaient de la rencontrer malgré des appels personnels de sa part aux dissidents.

Le souvenir de la démocratisation de l’Irak et de l’Afghanistan sont encore très présents dans les mémoires de ces peuples, souvenirs auxquels vient s’ajouter la compréhension du  véritable but de l’ »aide humanitaire » apportée aux « insurgés libyens ». Et c’est justement les jeunesses tunisiennes et égyptiennes qui sont les mieux placées pour en parler, elles qui ont l’occasion de palper de près le désespoir des réfugiés libyens à leurs frontières, réfugiés qui fuient autant les frappes de Kadhafi que de l’Otan. 

Le discours d’Obama n’apporte rien de neuf sauf qu’il est une simple manœuvre pour cacher au monde que dans le  monde arabe, les Etats-Unis sont en perte de vitesse et que le temps ne joue plus en leur faveur. Et ce ne sont pas les menaces faites au Président Bashar El Assad qui vont nous laisser croire à un quelconque pouvoir sur les régimes qui ont toujours refusé de se plier à l’hégémonie américaine. Il ne fait aucun doute que le peuple syrien a tout à fait le droit de se révolter contre la répression exercée par le clan Assad depuis plus de quarante ans, mais c’est à lui et à lui seul qu’il revient de décider si son Président doit démissionner ou pas, tout comme il revient au peuple américain et à lui seul de décider s’il va réélire M. Obama ou pas. En bon père de famille, Papa Obama a décidé dorénavant de ne plus discuter avec les élites mais de s’adresser directement au peuple. Est-ce à dire que M. Obama va maintenant faire commerce avec les femmes d’Arabie Saoudite (dont la moindre réclamation est celle de circuler librement dans la rue ou de conduire une voiture) ? Par ces temps de crise où l’économie américaine est au bord de la faillite, Obama osera-t-il dépasser les Princes saoudiens, ses « grands amis « et pourvoyeurs de fond ? Pas si sûr.

Pas si sûr pour un Président qui, non content de soutenir les monarchies non constitutionnelles du Golfe, encourage les autres monarchies de la région à rejoindre le cercle très fermé du Conseil de Coopération des Pays du Golfe pour en faire le Conseil de Coopération des Monarchies du Golfe.

Pas si sûr pour un Président qui s’acharne contre le régime syrien quand bien même celui-ci montre sa volonté d’ouverture et de réformes et qui évoque timidement le Bahreïn où une sanglante répression a déjà fait des centaines de morts depuis plus de trois mois.

Pas si sûr pour un Président qui demeure pieds et poings liés face à un Israël de plus en plus arrogant, au point d’exiger d’un grand défenseur de la laïcité de poser la reconnaissance de sa judaïcité comme condition préalable à tout accord de paix.

Pas si sûr pour un Président qui tout en déclamant de belles paroles sur la démocratie, ne cache pas son parti pris pour Israël, Etat le plus répressif de la région,  et omet de condamner le blocus sauvage de Gaza auquel ce pays soumet plus d’un million et demi de personnes depuis plus six ans. 

Au final le discours d’Obama n’est en rien historique. C’est bien plus un discours en dehors de l’histoire d ans lequel l’orateur montre à quel point il n’a pas encore pris la mesure des bouleversements en train de s’opérer dans le monde arabe.  Le15 mai, lors la commémoration de la Nakba, une large frange de la population du Moyen-Orient lui a envoyé un message fort à travers lequel elle lui a laissé entendre que sa façon d’aborder les problèmes du monde arabe et particulièrement le problème palestinien est très loin de rencontrer le consensus attendu.

Fatma BENMOSBAH


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Yvan 21 mai 2011 10:12

    le printemps arabe est la volonté des peuples et de la jeunesse en particulier d’accéder à la démocratie et aux droits de l’homme
    le monde musulman est en panne sèche
    il prend du retard dans tous les domaines lorsque le BRIC s’envole
    Obama est LA chance des musulmans, des peuples musulmans
    kadhafi qui voulait nettoyer la libye maison par maison est en passe de tomber, comme assad après lui.
    les démocraties peuvent aider à la démocratisation, n’est ce pas leur « mission » ?

    Israël est prêt à négocier avec l’autorité palestinienne mais ne lui demandons pas de négocier sa destuction avec le hamas ou le hezbollah, ce serait trop lui demander.
    (notons que pas 1 drapeau Israélien n’a brûlé dans le « printemps arabe »)
    quant à la naqba et la manif, comment ne pas voir la main de l’iran qui attise le feu au liban, en syrie ? (à moins de manier la taqiya comme le fait si bien l’auteure)


    • Fatma Benmosbah 21 mai 2011 12:02

      The Dispensable Nation

      The people of the Middle East don’t want the leadership that President Obama offered them on Thursday.

      President Barack Obama’s State Department address on the Middle East was a desperate attempt to define a new narrative about the Arab awakening and America’s role in this critical region. But the speech only confirmed that Obama has no alternative strategic vision to replace the neoconservative fantasies of his predecessor. In the process, the president demonstrated that the United States has little to offer the region and its people.

      http://www.foreignpolicy.com/articles/2011/05/20/the_dispensable_nation?page=full


    • Robert GIL ROBERT GIL 21 mai 2011 10:30

      Voila un autre discourt de Bob Kennedy quelques mois avant son assasinat ; discourt qui remattait beaucoup de choses en question et qui s’il avait été appliqué nous aurait sana doute evité des deconvenus aujourd’hui :

      http://2ccr.unblog.fr/2011/03/18/18-mars-1968/


      • Albar Albar 21 mai 2011 11:50

        Excellent article Fatma, comme toujours, l’occident traine la patte dès qu’il s’agit du droit palestinien à l’existence, ce n’est surement pas avec des mots creux que cette cause juste sera réglée, elle se fera désormais par la seule volonté des peuples et des Hommes libres de ce monde injuste.


        • Aldous Aldous 21 mai 2011 20:28

          Bon article très intéressant.

          Coimme je l’ai écris dans un article récent, la liquidation (réelle ou fictive, peu imposte« du méchant du scénario de la guerre au terrorisme etait le prélude obligatoire à un changement de chapitre dans la stratégie US.

          La déclaration d’Obama fait partie du nouveau chapitre de cette la stratégie où les insurrections arabes jouent un rôle clef.

          Insurrection au Yémen avait été annoncée il y a un mois environ par Ron Paul et elle a bien eue lieu comme prévu.

          L’enjeu de la politique US »d’exporter la démocratie" n’a évidemment aucun rapport avec la démocratie mais avec la poursuite de l’établissement de l’empire mondialisé, but que les USA poursuivent depuis maintenant 20 ans.

          voir la Nouvelle Carte du Pentagone :

          http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=92889

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Fatma Benmosbah


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès