Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Occident, le scénario du déclin ?…

Occident, le scénario du déclin ?…

Alors que les dirigeants de l’Union européenne, accablés par la crise de la dette, continuent de se dépatouiller, le président Sarkozy appelle à « mettre à contribution les pays émergents » (Chine, Russie, Brésil, Afrique du Sud, Inde) pour sauver la zone euro. Une proposition surréaliste qui pose sérieusement la question de la suprématie de l'Occident sur le reste du monde. Reste que l'Occident, s'il devait s'effondrer, entraînera bien des nations dans sa tourmente. 

Alors que les dirigeants de l’Union européenne, accablés par la crise de la dette, continuent de se dépatouiller comme des requins pris dans un filet, une proposition du président Sarkozy doit nous mettre la puce à l’oreille. Il appelle à « mettre à contribution les pays émergents » (Chine, Russie, Brésil, Afrique du Sud, Inde) pour sauver la zone euro. Il y a encore quelques années, cette idée aurait paru surréaliste tellement ces cinq pays ont essuyé le dénigrement systématique dans les médias et la condescendance des dirigeants occidentaux. Cette image dégradée domine encore l’imaginaire collectif dans bien des pays occidentaux.

En effet, que sait-on vraiment de la Chine autre que les conditions de travail dignes de l’esclavage et les violations massives des droits de l’homme ? Que sait-on vraiment de la Russie autre que les oligarques, la mafia et l’alcoolisme ? Que sait-on du Brésil (à part le football) autre que les favelas malfamées et la criminalité ? Que sait-on de l’Afrique du Sud (à part Mandela) autre que les ravages du sida et la criminalité dans les rues de Johannesburg ? Que sait-on de l’Inde autre que la misère dans les rues de Bombay ?

Un traitement bien injuste pour ceux qui portent sur ces pays un regard objectif et apprécient leurs potentialités et leur développement à leur juste valeur. La crise actuelle aura au moins eu le mérite de ramener tout le monde à un minimum de modestie.

Mais le changement de regard et le respect mutuel ne suffiront pas à sauver l’Occident qui fait face à une crise suffisamment grave pour que la question de sa suprématie sur le reste du monde se pose sérieusement. Car après avoir dominé le monde pendant plus de cinq siècles, les Occidentaux semblent aujourd’hui à bout de souffle. Et il ne peut en être autrement. En effet, pour dominer le monde, les Occidentaux ont entrepris de s’accaparer la quasi-totalité des ressources des peuples du Sud soumis à l’esclavage, à la colonisation puis au néocolonialisme. Un pillage qui leur a permis d’amasser des ressources financières immenses. Ils ont développé une technologie inaccessible aux pays du Sud et innové à une cadence infernale. Mais ces derniers ont pris conscience et plusieurs d’entre eux ont rattrapé leur retard et jouent désormais dans la même cour que les puissances occidentales. Ce que les Occidentaux avaient sûrement de plus précieux, c’est leur technologie avancée et un rapport de force international favorable grâce auxquels ils pouvaient se procurer des matières premières à vil prix et revendre des produits finis à des prix exorbitants, réalisant des marges bien confortables. Les chocs pétroliers, la montée des nationalismes dans les pays producteurs de matières premières et la concurrence des puissances émergentes ont fini par ruiner le rêve, en Occident, d’une croissance sans limite.

Pour compenser le manque à gagner, les pays occidentaux se sont mis à se financer par la dette. Une dette qu’ils ne pouvaient pas rembourser. Car pour rembourser une dette, il faut produire suffisamment de richesses pour se procurer de quoi vivre et dégager des marges significatives. Sur un marché ouvert à la concurrence internationale, il faut présenter un produit de qualité au meilleur prix. Sur la qualité, les Occidentaux ont excellé pendant un certain temps avant d’être rattrapés. Sur le prix, ils semblent avoir définitivement perdu la partie. Un ouvrier européen gagne 1500 euro pour fabriquer le produit équivalant à celui fabriqué par l’ouvrier chinois payé 200 euro, tous les deux vendus sur un même marché international. Le combat est perdu d’avance.

Pendant ce temps, 10% d’actifs occidentaux sont au chômage sans compter les inactifs (vieillards, malades, enfants). Les 90% d’actifs qui perdent déjà du terrain dans la concurrence internationale doivent néanmoins nourrir les chômeurs et les inactifs, les loger, les soigner, les éduquer (enfants), voire leur procurer des ressources financières (allocations chômage, pensions de retraite, indemnités journalières pour les malades). Ces actifs qui s’acquittent de ces charges sociales et fiscales ne gagnent déjà pas assez pour eux-mêmes et doivent s’endetter pour payer entre autres leurs logements et leurs voitures. Des ménages endettés et des Etats surendettés. C’est un système condamné.

Tout semble indiquer que l’Occident va droit dans le mur. Mais il dispose d’un dernier atout qui peut tout changer : la puissance militaire. En effet, au cours des cinq siècles de domination occidentale sur le monde, l’Europe et l’Amérique du Nord se sont dotées d’une puissance militaire inouïe. Il serait bien naïf d’imaginer que des pays aussi militarisés se soumettront facilement aux exigences de leurs créanciers. Dans les relations internationales, trop souvent, le rapport des forces prime le droit. La différence est bien ténue entre prêter à plus fort que soit et se faire détrousser. Déjà on entend dire que les Etats-Unis qui croulent sous 14 mille milliards de dollars de dette ne rembourseront jamais cette dette. Il en est de même pour la France qui se dirige inexorablement vers les 2000 milliards d’euro de dette. Et elle n’est pas le seule pays occidental endetté jusqu’au cou. La Grèce a déjà donné le ton : ses créanciers vont devoir effacer la moitié de sa dette. Une démarche comparable de la part des Etats-Unis et c’est la ruine de millions d’épargnants dans le monde, les Chinois en particulier. Les guerres éclatent pour moins que ça !

Mais le risque d’une guerre peut être écarté compte tenu de l’interdépendance des économies des grandes puissances, pays émergents inclus, et de l’apocalypse dont tout le monde est conscient en cas de conflit armé entre puissances nucléaires.

Si cette « paix de braves » est le scénario le plus crédible entre puissances nucléaires, les « petits pays », eux, n’ont qu’à bien se tenir, en particulier ceux disposant de ressources stratégiques. Ces « grandes puissances », quand elles auront fini d’arnaquer les pays émergents et de ruiner de millions d’épargnants avec cette dette « non remboursable », se rabattront sur les petits pays pour les mettre en coupe réglée. Les interventions en Irak, en Libye, voire en Côte d’Ivoire, n’ont d’autre explication rationnelle que la volonté des Occidentaux de se réimplanter dans des régions stratégiques pour se ressourcer et planter leurs drapeaux les premiers. Difficile d’imaginer jusqu’où ira cette nouvelle aventure de prédation. L’étendard des droits de l’homme n’est qu’un baratin dont on devrait se marrer s’il n’y avait pas mort d’hommes. S’il était à ce point pertinent il y a longtemps que la liberté et la paix auraient élu domicile en Corée du Nord et en Somalie.

Boniface MUSAVULI


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • zany 28 octobre 2011 15:10

    Décadence c’est tous, je sais même pas si notre société actuel mérite le nom de « civilisation » car nous n’avons jamais été aussi moins civiliser qu’aujourd’hui.

    Décadence morale, spirituel, civique, idéalisme

    Chacun pour sois, « moi je » etc...

    Quand vous aurez compris que nous vivons sous la coupe d’élites dégénérer voleur pédophile donneur de leçon d’impérialisme en se drapant des drap de la vertu, c’est une inversion des valeurs total

    bien/mal homme/femme etc...

    Ont vas tous droit vers la réapparition des soupes populaire, personnellement je m’attend de plus en plus à une guerre civile ethno-religieuse comme sa ils pourrons vendre des armes et faire du frique...

    La dette n’est que du vent, et ont nous asservis avec du vent, ont nous annexe avec du vent

    La tempête n’est pas loin et elle sera fatale.


    • ralph 28 octobre 2011 22:59

      Bonjour,

      90% des actifs doivent nourrir, loger, soigner, éduquer tous les inactifs : retraités, chomeurs, femmes, enfants, malades etc.

      Rappelez-vous que les retraités ONT COTISE’ pendant 40 ans au moins pour avoir droit à leur retraite. ces cotisations (patronales et du salarié) étaient un peu comme une assurance-vie. (assurance-rétraite)

      Rappelez-vous que les chômeurs ONT COTISE’ pour le chomage pendant les periodes d’activité (assurance-chômage)

      Rappelez-vous que les malades ONT COTISE’ pour leur assurance-maladie.

      Rappelez-vous que tout le monde paye énormement d’impôts (sur le revenu, TVA,
      énergie etc pour que les enfants puissent aller à l’école).

      Mais bon, tout ça c’est « oublié » et on nous rabâche que les vieux, les chômeurs, les malades, les enfants sont des assistés.

      Vous m’éxcuserez mais je n’ai pas la même vision que vous.


      • MUSAVULI MUSAVULI 29 octobre 2011 03:25

        Bonjour Ralph !


        En parlant de la vision qui serait la mienne du système de solidarité dans les pays occidentaux, je crois que vous n’avez pas tout à fait compris le fond de ma pensée. 
        Je me permets de vous rappeler que le modèle social français (que je connais le mieux) repose pour l’essentiel sur un mécanisme de répartition et non de capitalisation. Autrement dit, les actifs paient pour les « inactifs ». Les sommes versées par les actifs au titre de cotisations diverses servent immédiatement à financer les prestations des « inactifs » (chômeurs, malades, retraités,...). Bien entendu, les « inactifs » d’aujourd’hui ont été les actifs d’hier et leurs cotisations servaient à financer la prise en charge des inactifs de leur époque. 

        Dans un système comme celui-ci, on a intérêt à avoir un grand nombre d’actifs bien payés pour assurer l’équilibre des comptes sociaux. Malheureusement le chômage endémique et la perte de compétitivité sur le marché international ruinent notre capacité à maintenir le système actuel de solidarité. 

        Comme vous le dites, les chômeurs, les retraités, les malades,... ont cotisés et ont le droit d’être pris en charge. Les actifs, eux aussi, cotisent. Mais les comptes sociaux sont dans le rouge parce que ces cotisations ne suffisent plus. Alors on emprunte. Mais comme on n’arrive plus à produire assez de richesses, les dettes s’accumulent et on va droit dans le mur... C’est ce qu’il faudrait retenir de mon propos.

      • le moine du côté obscur 30 octobre 2011 09:04

        Je pense que le fait que le nain de l’Elysée demande aux pays dits « émergents » (ras le bol de ces étiquettes à deux balles qui pour moi ne signifient rien) pour financer la dette des pays européens montre la réalité à savoir que les pays occidentaux deviennent des parasites. Et comme tout bon virus, ils dévorent jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à dévorer. Les pays occidentaux sont en état de faillite morale avancée et ça se permet de donner des leçons de bonne gouvernance, de droits de l’homme et j’en passe. 

        Malheureusement dans ce monde ce n’est pas la loi du plus juste, mais la loi du plus fort. Quand ces parasites sont acculés ils n’hésitent pas et n’hésiteront pas à faire la guerre pour se sauver. La seule chose qui m’inquiète c’est que les dirigeants occidentaux marionnettes immondes disposent de nombreux marcheurs aux pas (OTAN entre autres) pour faire leur sale boulot. Ils n’ont donc pour le moment pas grand chose à craindre, mais sait-on jamais, la vie est quelques fois pleine de surprises, heureusement.... 

        • JL JL1 30 octobre 2011 09:13

          Le moine, il ne faut pas confondre : ce sont les mêmes qui pillent les pays émergeant et les patrimoines des populations des pays occidentaux : les prédateurs mondialistes ! Et ils le font par leurs armées et leurs quasi-esclaves qui ont pour métier de détourner la plus-value au profit de leurs maîtres ; je veux parles des traders, mais aussi de tous ces petites mains qui n’ont pas d’autre choix que celui d’alimenter les pompes à fric que sont devenues les multinationales.

          « Sérieusement, vous croyez vraiment que Peugeot produit des voitures, Michelin des pneumatiques et Aventis des médicaments ? Bien sûr que non ! Ils produisent des profits. » (Jean-Pierre Berlan)


        • le moine du côté obscur 30 octobre 2011 10:49

          J’ai bien dit mon post et je me cite : «  les dirigeants occidentaux marionnettes immondes » quand je parle de marionnettes immondes, c’est pour préciser que les dirigeants des pays occidentaux sont pions de forces plus puissantes et néfastes. 

          J’ai depuis plus de nombreuses années dit à des amis de pays occidentaux que nous avions les mêmes ennemis, malheureusement beaucoup ne comprenaient pas. Gageons qu’ils comprennent à présent que les choses sont très claires. Je n’ai rien contre les peuples des pays occidentaux qui sont des victimes elles aussi, même si j’ai du mal à comprendre comment les français ont pu voter pour le nain (le traiter de nain même est une insulte pour les nains, c’est un leprechaun échappé des forêts hongroises comme dit un de mes amis). 

        • JL JL1 30 octobre 2011 13:08

          Le Moine,

          vous écrivez : « ’j’ai du mal à comprendre comment les français ont pu voter pour le nain »

          Permettez moi de répondre par un copié-collé de ce que j’ai posté sur un autre article :

          " Les gens sont libres de croire ce qu’ils veulent du moment qu’ils obéissent." (Noam Chomsky)

          En Occident, on croit en la démocratie représentative - ie : on choisit entre la carotte ou le bâton - ; dans les pays arabes, on croit en Mahomet, l’au-delà et la justice immanente.

          En terre d’islam, les muezzins (?) sont tout-puissants ; En occident, ce sont les médias aux mains de oligarchie qui font l’opinion.


        • le moine du côté obscur 30 octobre 2011 17:17

          Je pense que la démocratie s’adresse à des citoyens c’est à dire selon moi des personnes conscientes de leurs droits et devoirs. Je suis conscient qu’en occident ce n’est qu’un simulacre de démocratie où le peuple n’a le choix qu’entre les candidats autorisés par le système. Mais même entre les candidats autorisés par le système, je pense qu’il y ait de meilleurs choix que celui du nain plutôt du « leprechaun échappé des forêts hongroises ». Mais quand on fait un choix on l’assume... Je suis plutôt pour la démocratie directe, je ne crois pas en la démocratie des « élections », le terme même « d’élus » me répugne mais bon....

          En terre d’islam, pas vraiment les muezzins qui ne sont rien d’autres que ces gens qui appellent la prière et qui secondent l’Imam quand ce dernier dirige la prière. Les plus dangereux sont les penseurs musulmans et la hiérarchie religieuse qui servent avant tout leurs intérêts même parfois au mépris de préceptes islamiques. Je suis fils d’un grand musulman, élevé comme un musulman, je peux donc en parler. Je pense pour critiquer ce système « musulman » il faut être précis sur les termes. Au Maroc où j’ai vécu pendant plusieurs années je me suis rendu compte que beaucoup de prétendus musulmans ne connaissaient même pas le Coran ou al Qur’ān (comme le disent les arabes) et donc qui pouvaient se faire manipuler. D’ailleurs au Maroc on retrouve cette volonté de contrôle par la religion jusque dans le pouvoir politique puisque le roi détient le titre amir al mouminine ou « commandeur des croyants ». Il est donc en quelque sorte le chef religieux et se prétend descendant du prophète de l’Islam, Mohamed. 
          Je pense que si les humains moyens ne trouvent pas le moyen de reprendre leur destin en main (mais en ont-ils la volonté ?) ils l’auront dans l’os et les choses ne peuvent qu’aller de mal en pis. Ils doivent faire face il est vrai à plusieurs système de contrôle différents sur la forme mais o combien similaires sur le fond. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès