Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Offensive israélienne contre Gaza : une mise en perspective

Offensive israélienne contre Gaza : une mise en perspective

 L’offensive israélienne contre Gaza, loin d’être un « coup de sang » causé par un trop grand nombre de tirs de roquettes sur le Sud d’Israël, est une action d’ampleur, préparée de longue date, avec des objectifs politiques et militaires précis. Tout a été envisagé pour que cette opération ne se solde pas par un échec tel que celui de la guerre contre le Liban à l’été 2006. Cette offensive doit être comprise comme une nouvelle étape dans l’intense combat que livre l’Etat d’Israël depuis des décennies contre les droits nationaux du peuple palestinien. C’est ce que je me propose de faire ici, en tentant de mettre en perspective l’opération en cours et d’indiquer pourquoi elle est non seulement la tragique illustration des impasses du projet sioniste, mais aussi de celles de la construction du pseudo-appareil d’Etat nommé « Autorité Palestinienne ». 

Retour aux sources : le sionisme contre le partage

Un rapide retour aux sources permet d’ordonner l’apparent chaos qui règne actuellement dans l’ancienne Palestine mandataire. L’instabilité permanente dans cette région résulte en effet, en dernière analyse, de l’indépassable contradiction entre le projet sioniste d’établir un Etat juif en Palestine et la présence sur cette terre d’un peuple autochtone refusant d’abandonner ses droits nationaux. De la grande révolte arabe de 1936, provoquée par l’accélération de la colonisation juive, à l’offensive en cours contre Gaza, en passant par la Grande Expulsion de 1947-49 et les prétendus Accords de Paix de 1993-94, c’est cette contradiction essentielle qui demeure le moteur du conflit.

Le projet des dirigeants sionistes n’a jamais été de partager la terre de Palestine. De David Ben Gourion, père fondateur de l’Etat d’Israël (« L’acceptation de la partition ne nous engage pas à renoncer à la Cisjordanie. On ne demande pas à quelqu’un de renoncer à sa vision. Nous accepterons un Etat dans les frontières fixées aujourd’hui ; mais les frontières des aspirations sionistes sont les affaires des Juifs et aucun facteur externe ne pourra les limiter ») à Ehud Olmert, actuel Premier Ministre (« Chaque colline de Samarie et chaque vallée de Judée est partie intégrante de notre patrie historique (...). Nous revendiquons avec fermeté le droit historique du peuple d’Israël à l’entièreté de la terre d’Israël »), la souveraineté israélienne sur l’ensemble de la Palestine du mandat britannique est demeurée l’objectif principal.

Pour y parvenir le mouvement sioniste a eu (et a encore) besoin du soutien des grandes puissances. Mais ce soutien a un prix : l’Etat d’Israël doit avoir, au moins en apparence, les attributs d’une démocratie. Une seconde contradiction a donc rapidement fait son apparition, qui a résulté de la nécessité de préserver simultanément le caractère juif et le caractère démocratique de l’Etat. La solution envisagée par les dirigeants du mouvement sioniste, puis de l’Etat d’Israël, a été de s’assurer que les citoyens de l’Etat soient dans leur très grande majorité, sinon dans leur totalité, des Juifs. Ils ont donc dû trouver, avant même l’indépendance d’Israël en 1948, une solution au « problème » palestinien, sachant que la Palestine n’était pas une « terre sans peuple » et que l’immigration ne pourrait suffire à assurer la suprématie démographique juive.

Du nettoyage ethnique à l’enfermement

Entre 1947 et 1949, environ 800 000 Palestiniens, soit 80% de ceux qui résidaient à l’intérieur du territoire sur lequel Israël proclame son indépendance, L'évolution de la Palestine 1900-2000sont expulsés et deviennent des réfugiés. Ce ne sont pas des victimes « collatérales » de la guerre de 1948, mais les victimes d’un plan d’expulsion minutieusement établi, le Plan Daleth, dont l’objectif était simple : le plus de terre et le moins d’Arabes possible sous juridiction israélienne. L’Etat juif est né du nettoyage ethnique, au terme duquel moins d’1/3 de la population s’est attribué 78% de la superficie de la Palestine du Mandat. 

La guerre de 1967 est la seconde étape de la prise de contrôle de la Palestine par Israël. Israël conquiert, entre autres, la Cisjordanie et la Bande de Gaza. Une victoire militaire plus rapide et plus facile qu’en 1947-1949, mais avec une différence notable : la majorité des Palestiniens ne sont pas partis. Le succès militaire crée donc une difficulté politique : Israël abrite désormais en son sein les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, qui s’ajoutent aux Palestiniens de 1948. La prétention de l’Etat d’Israël à être simultanément un Etat juif et démocratique est donc sérieusement menacée.

C’est pour répondre à cette contradiction qu’un Général travailliste, Ygal Allon, présente au Premier Ministre Levi Eshkol, dès juillet 1967, une solution alternative à l’expulsion, qui compromettrait le soutien international dont jouit l’Etat d’Israël. La philosophie du « Plan Allon » est la suivante : renoncer à la souveraineté sur les zones palestiniennes les plus densément peuplées tout en conservant le contrôle exclusif sur la vallée du Jourdain, sur la rive occidentale de la Mer Morte et sur Jérusalem, dont les limites municipales doivent être considérablement étendues. Une entité palestinienne constituée de cantons isolés sera ainsi établie, avec des attributs de souveraineté limités.

Même si le Plan Allon n’est pas officiellement adopté par Israël, c’est lui qui guidera dans les grandes lignes la politique de l’Etat sioniste à partir de l’année 1967. La disposition des colonies, le tracé des routes réservées aux colons, et la fragmentation de la Cisjordanie sont la mise en application concrète des vues d’Allon. Les Accords d’Oslo et la division de la Cisjordanie en Zones A, B et C, en sont directement inspirés. Même le Général Sharon, farouche partisan de l’expulsion des Palestiniens, finira par adopter, en le modifiant, le Plan Allon. C’est le sens du « retrait unilatéral » de Gaza en 2005 qui, loin d’être un « geste de paix », est le choix pragmatique d’abandonner et d’encercler une zone palestinienne trop densément peuplée. La décision de construire le Mur, si elle fut interprétée à juste titre comme la renonciation à l’annexion de l’ensemble de la Cisjordanie, n’est que l’ultime étape de la mise en pratique du Plan Allon et de la cantonisation de la Palestine1.

Oslo et la quête d’un pouvoir autochtone soumis

Loin d’être un compromis historique, les Accords d’Oslo ne sont qu’une adaptation du projet sioniste aux réalités du terrain : l’Intifada de 1987 a exposé au grand jour la situation faite aux Palestiniens des territoires occupés, contribuant à délégitimer l’Etat d’Israël et menaçant de déstabiliser le Moyen-Accords d'OsloOrient. Le Nouvel Ordre Mondial que Bush père souhaite alors instituer passe nécessairement par une pacification (même provisoire) de la région et donc par un accord israélo-palestinien. Les Israéliens les plus pragmatiques acceptent de « négocier », en réalité d’imposer à une direction de l’OLP2 à bout de souffle et ruinée financièrement et politiquement des accords essentiellement économiques et sécuritaires3 : normalisation des relations économiques entre Israël et le monde arabe, sous-traitance des tâches de maintien de l’ordre dans les villes palestiniennes à la nouvelle Autorité Palestinienne (AP)4.

Si l’AP, sous la direction de Yasser Arafat, tente de s’acquitter au mieux de sa tâche, la poursuite de la colonisation, de la répression, l’impasse des discussions sur Jérusalem et les réfugiés, auxquelles s’ajoutent les pratiques autoritaires, clientélistes, voire mafieuses de la direction palestinienne, vont conduire logiquement à une nouvelle révolte palestinienne en 2000. Arafat et ses proches tentent de contrôler le soulèvement, en sapant les structures auto-organisées et en encourageant la militarisation de la lutte pour ne pas perdre de terrain face au Hamas, afin de renforcer leur position face à Israël et d’obtenir un peu plus que les miettes que les Etats-Uniens et les Israéliens sont prêts à leur donner. C’est ce qui conduira Ariel Sharon à détruire les structures de l’AP et à isoler Arafat, tout en se déclarant, dès 2003, prêt à discuter avec d’autres dirigeants palestiniens hostiles à l’Intifada, comme Mahmoud Abbas.

Israël et les Etats-Unis imposent des réformes à l’AP afin de marginaliser les dirigeants palestiniens les plus liés à l’histoire de la lutte de libération, ainsi que des élections, en 2005 et en 2006, sensées faire émerger un nouveau leadership, encore plus enclin à courber l’échine. Avec le résultat que l’on connaît : une véritable Intifada électorale, la victoire du Hamas, qui est apparu comme « l’autre voie », en alliant soutien matériel à la population (hôpitaux, écoles, aides financières directes...), critique virulente du Processus d’Oslo et poursuite de la résistance contre Israël. Ces élections, expression déformée du refus populaire de la collaboration et de la capitulation, constituent une défaite majeure pour tous ceux qui espéraient imposer aux Palestiniens un pouvoir autoritaire soumis aux intérêts israéliens5.

Du boycott au putsch

Dès les premières semaines qui suivent le vote, un boycott économique, politique et diplomatique se met en place, qui va considérablement renforcer l’isolement international des Palestiniens et aggraver leurs conditions de vie. Ce boycott est organisé conjointement par l’Union européenne, les Etats-Unis, Israël et la plupart des régimes arabes, et sera doublé à l’été 2006 d’une offensive israélienne contre la Bande de Gaza, place-forte du Hamas. Il s’agit d’isoler ce dernier et de le désigner comme responsable de la dégradation de la situation, afin d’encourager la population à se soulever contre lui. Mais la manœuvre échoue puisque la popularité du Hamas, loin de diminuer, a tendance à s’accroître.

Israël et ses alliés passent donc au « Plan B » : renverser militairement le Hamas. Un plan est élaboré à Washington, par le Département d’Etat, la CIA, les services israéliens et la fraction putschiste de l’AP, dirigée par le député Fatah Mohammad Dahlan, qui bénéficie du soutien du Président Abbas. Il s’agit, en armant et en formant plusieurs centaines d’hommes de Dahlan en Egypte et en Jordanie, en les introduisant progressivement dans la Bande de Gaza et en armant les milices de Dahlan déjà implantées sur place, de renverser militairement le Hamas et de rendre le pouvoir aux « amis » des Etats-Unis et d’Israël. En juin 2007, le Hamas, qui a pressenti la menace, décide de prendre les devants et inflige en à peine 48 heures une défaite aux putschistes qui sont contraints de fuir la Bande de Gaza6.

Les territoires palestiniens sont alors divisés politiquement : le Hamas assure son emprise sur la Bande de Gaza, assiégée et coupée du monde. Ce contrôle du territoire va s’accompagner de mesures répressives (arrestations, interdiction de journaux...) à l’égard des autres forces politiques et d’un refus de partager le pouvoir, y compris avec les organisations déterminées à poursuivre la résistance. En Cisjordanie, Abbas nomme Salam Fayyad, ancien haut fonctionnaire du FMI et de la Banque Mondiale, Premier Ministre : ils mènent, en échange du retour des aides internationales, une politique alliant normalisation des relations économiques et sécuritaires avec Israël, répression contre le Hamas, désarmement des combattants et purge au sein des appareils de sécurité7.

Malgré le retour des aides internationales, Abbas et Fayyad ne sont pas en mesure d’imposer les « plans de paix » israéliens à l’ensemble de la population palestinienne, a fortiori à Gaza. Qui plus est, une date butoir approche, que nombre de commentateurs semblent avoir oubliée : le mandat présidentiel d’Abu Mazen prend fin le 9 janvier 2009, et selon les termes de la loi palestinienne, c’est le Président du Conseil Législatif Palestinien8 qui devient Président de l’AP en l’absence de nouvelles élections. Or le Président du CLP n’est autre qu’Abdel Aziz Duwaik, membre du Hamas, qui pourrait dès lors prétendre être le seul parti représentant légitimement le peuple palestinien.

L’offensive contre Gaza

Malgré la bonne volonté dont le Hamas a fait preuve durant la trêve (en ne tirant aucune roquette et en décourageant nombre d’actions militaires des autres organisations, y compris par des arrestations), Israël refuse que le mouvement acquière une trop grande capacité de nuisance, et a donc décidé de passer à l’offensive, avec un timing et des objectifs précis :

Le choix de la date n’est pas anodin : vacance de pouvoir aux Etats-Unis (qui laisse les mains libres à Israël pendant 3 semaines), période de congés pour nombre de journalistes occidentaux (qui ont quitté la Bande de Gaza et qui ne peuvent plus y retourner), campagne électorale en Israël (le duo Livni-Barak tente de prouver qu’il est au moins aussi « dur » que Netanyahu9) et terme du mandat d’Abu Mazen. La fin du mois de décembre et le début du mois de janvier étaient donc la fenêtre de tir idéale et logique pour Israël.

Mais personne ne peut penser sérieusement que l’Etat sioniste espère détruire politiquement et militairement le Hamas. Il s’agit plutôt de l’affaiblir, pour l’empêcher de contester le pouvoir à Abu Mazen au terme de son mandat et pour renégocier une « trêve » selon des termes fixés par Israël10, qui pourraient inclure, hypothèse de plus en plus souvent évoquée, l’envoi d’une force internationale sous commandement égyptien chargée de « maintenir le calme » à Gaza, entendre « mettre le Hamas hors d’état de nuire ».

Derrière les faux prétextes (les tirs de roquettes ont fait moins de 20 morts depuis septembre 2000), le but d’Israël est donc clair : à défaut de pouvoir se Attaques à Gazadébarrasser du peuple palestinien, les dirigeants sionistes peuvent les tolérer dans des cantons isolés, à condition que ces cantons ne soient pas contrôlés par des forces hostiles à Israël. L’offensive actuelle est donc un sanglant « coup de pression » sur le Hamas et sur la population palestinienne : capitulez ou vous connaîtrez l’enfer.

L’offensive contre Gaza se situe donc dans la continuité des politiques israéliennes depuis plus de 60 ans : il s’agit de démontrer au peuple palestinien et à leurs dirigeants que s’ils sont tolérés dans des réserves entourées de murs, ils ne peuvent espérer obtenir davantage. Il s’agit de rappeler que c’est Israël qui fixe les règles du jeu, qui choisit les dirigeants, qui assassine ou menace de mort ceux qui ne sont pas assez conciliants, qui arme et désarme les forces de sécurité selon son bon vouloir, qui ouvre et ferme les portes d’entrée des cantons.

Un retour aux contradictions fondamentales

La Bande de Gaza est très majoritairement peuplée de familles de réfugiés qui ont été expulsés de leur terre en 1947-49. Ce petit bout de terre, berceau de la Première Intifada, bastion de la résistance armée, est un miroir qui renvoie l’image de la véritable nature et les contradictions inhérentes au projet d’établissement d’un Etat juif en Palestine : l’expulsion, la répression et l’enfermement, consubstantielles à l’établissement et à la survie de l’Etat d’Israël ne peuvent faire disparaître un peuple et ses aspirations. Des opérations comme celle menée actuellement contre la Bande de Gaza sont l’expression de la nécessaire fuite en avant d’Israël face à ses contradictions : Israël est né de la négation des droits du peuple palestinien et ne peut dès lors survivre qu’en continuant de les nier, chaque jour davantage, jalonnant son avenir d’autant de bombes à retardement qui, tôt ou tard, exploseront11.

Depuis sa victoire électorale, une fraction significative de la direction du Hamas semblait prête à faire preuve de sa « bonne volonté » et de sa capacité à réussir là où l’AP avait échoué : contrôler les zones palestiniennes et faire respecter une trêve malgré la poursuite du siège et de la colonisation. Ceux qui se prenaient à rêver de diriger les futurs bantoustans palestiniens en sont pour leurs frais : Israël ne partagera pas le pouvoir avec un mouvement ou des individus qui ont la moindre velléité de poursuivre la lutte contre l’oppression coloniale. Les premières déclarations d’Abu Mazen sont à ce titre exemplaires : il a pointé les responsabilités du Hamas dans l’offensive israélienne à Gaza, à l’image du clan Hariri lors de la guerre au Liban en 2006, qui avait accusé le Hezbollah d’être responsable de la guerre israélienne. L’AP et le Fatah ont tenté d’encadrer et de canaliser les manifestations de solidarité avec Gaza organisées en Cisjordanie, n’hésitant pas à empêcher les manifestants de marcher en direction des positions de l’armée israélienne et multipliant les arrestations. Quitte à se délégitimer encore un peu plus12.

L’AP est une structure qui a été conçue, lors des Accords d’Oslo, pour neutraliser la résistance et la population palestiniennes, et pour donner l’illusion d’une autonomie et d’interlocuteurs légitimes pour « négocier ». La création de l’AP est une vaine tentative du mouvement sioniste de résoudre la contradiction entre l’existence de l’Etat juif et la présence des Palestiniens. Ceux qui ont cru, comme le Hamas, pouvoir transformer l’AP « de l’intérieur », savent désormais ce qu’il en est : le problème n’était pas tant celui d’individus peu scrupuleux et enclins à la collaboration que celui d’une pseudo-autonomie qui n’est que la poursuite de l’occupation par d’autres moyens. Nombre de voix lucides en Palestine s’élèvent aujourd’hui : l’heure est à la reconstruction de la résistance (création de structures militantes unitaires à la base, d’un commandement unifié de la lutte, de syndicats indépendants de l’AP, de coopératives agricoles, de comités de village…)13 et non à la lutte stérile pour le contrôle d’un pseudo-appareil d’Etat prêt à signer un accord entérinant la cantonisation et voué à n’être qu’un sous-traitant des basses œuvres de l’armée israélienne, ou à être liquidé s’il ose revendiquer des droits pour les Palestiniens.

 

*Julien Salingue est enseignant et doctorant en Science Politique à l’Université Paris 8. Ses recherches portent notamment sur les élites palestiniennes. Articles consultables sur http://juliensalingue.over-blog.com/

 

Notes :

1 Plus de détails sur le processus de cantonisation de la Palestine dans « La fin du mythe de l’Etat palestinien indépendant » sur http://juliensalingue.over-blog.com/article-19921618.html

2 L’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), fondée en 1964 par les régimes arabes et notamment l’Egypte de Nasser, est contrôlée par le Fatah depuis 1969. Elle regroupe principalement des représentants de l’ensemble des factions palestiniennes, à l’exception des mouvements islamiques (Hamas et Jihad). Longtemps considérée comme direction légitime du mouvement national palestinien, elle a perdu la majorité de ses attributions avec la création de l’Autorité Palestinienne en 1993-94.

3 Cf. « Retour sur… Les Accords d’Oslo » sur http://juliensalingue.over-blog.com/article-18896867.html

4 L’Autorité Palestinienne est entendue ici comme le proto-appareil d’Etat mis en place par les Accords d’Oslo, en charge de l’administration des « zones autonomes palestiniennes ».

6 Sur la tentative de putsch, cf. « Comment les Etats-Unis ont organisé une tentative de putsch contre le Hamas » sur http://juliensalingue.over-blog.com/article-19456849.html

7 On pourra se reporter ici à « L’échec programmé du plan silence contre nourriture : où va le gouvernement de Salam Fayyad ? » sur http://juliensalingue.over-blog.com/article-20129960.html

8 Le Conseil Législatif Palestinien (CLP) a été créé par les Accords d’Oslo. Il est la représentation parlementaire des territoires occupés (Gaza et Cisjordanie), avec des pouvoirs très limités en raison du nombre élevé d’attributions présidentielles. Il a été élu une première fois en 1996 (88 députés, dont 64 membres du Fatah ou affiliés) et une seconde fois en 2006 (132 députés, dont 74 membres du Hamas et 45 membres du Fatah).

9 Voir notamment Jonathan Cook, « Israeli electioneering with bombs », Electronic Intifada, 30 décembre 2008, surhttp://electronicintifada.net/v2/article10074.shtml et Neve Gordon, « What, Exactly, is Israel’s Mission ? », Couterpunch, 29 décembre 2008, surhttp://www.counterpunch.org/gordon12292008.html

10 Voir notamment Barak Ravid, « Shin Bet Chief : Hamas has eased its demands for truce with Israel », Haaretz, 4 janvier 2009, surhttp://www.haaretz.com/hasen/spages/1052549.html

11 Voir Oren Ben-Dor, « The Self-Defense of Suicide », Counterpunch, 1er janvier 2009, sur http://www.counterpunch.org/dor01012009.html

12 Voir Tobias Buck, « Abbas risks becoming biggest political casualty », Financial Times, 30 décembre 2008, sur http://www.ft.com/cms/s/0/ca86af50-d69e-11dd-9bf7-000077b07658.html

13 Voir à ce sujet la dernière partie de mon article « La situation en Palestine : exposé réalisé lors de l’Université d’été de la LCR/NPA », surhttp://juliensalingue.over-blog.com/article-22704608.html

source : http://contretemps...

Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 10 janvier 2009 10:23

    " Israël est né de la négation des droits du peuple palestinien "

    Ce sont les mêmes qui reprochent à Dieudonné de soutenir le négationisme, et qui soutiennent l’Etat israêlien dans sa négation de tout un peuple


    • Céphale Céphale 10 janvier 2009 10:50

      @Julien

      Je suis heureux de voir apparaître ici cette excellente étude, que j’avais signalée hier en commentaire à un article sur Agoravox.

      Permettez-moi d’ajouter un commentaire que j’ai posté aussi sur l’article de Bernard Dugué.

      Les journalistes sont interdits à Gaza. Israël veut garder la haute main sur l’information, et quand on regarde la télévision française, on voit que de ce côté là c’est réussi, grâce à Sarkozy. Heureusement, Internet permet de trouver des informations plus objectives que celles données par l’armée israélienne.

      Les informations les plus intéressantes viennent de l’intérieur de Gaza. Que les militants sionistes de service sur AV ne viennent pas nous dire qu’elles viennent du Hamas. Ce sont des informations envoyées par des humanitaires (Nations Unies, Croissant Rouge, etc.) L’horreur dépasse tout ce que l’on peut imaginer. Pour 70% des habitants, il n’y a plus d’eau, plus de pain, plus de fruits, plus d’électricité, plus de bougies pour s’éclairer, plus de pétrole pour faire chauffer une maigre pitance, plus de téléphone... et toujours le bruit des bombes, la peur de mourir, la peur de voir mourir ses proches, personne ne sait plus où aller.

      Le mensonge le plus ignoble colporté par l’armée israélienne et que le Hamas utilise les civils comme boucliers humains. Condolezza Rice a répété hier cette calomnie.

      Un humanitaire italien fait passer ses messages par satellite. Comme il n’y a plus d’électricité, il s’est bricolé un chargeur de batterie avec une vieille magnéto de motocyclette. Hier l’immeuble où il s’est réfugié a été touché par un missile.

      Je regarde tous les jours le blog du jeune palestinien Sameh Habeeb. Digne et poignant.

      Un vieux slogan des sionistes était « dans un an à Jérusalem ». Le mien est « dans un an à la Cour Internationale de Justice ».




      • stephanemot stephanemot 11 janvier 2009 03:49

        quand des mouvements neo-nazis commencent a soutenir Israel, c’est que quelque chose ne tourne pas rond.

        comme pour les USA de 2002-2004, c’est rendre service a Israel que de denoncer ses derives suicidaires.


      • eduens 11 janvier 2009 10:18

        Pourquoi nier le fait que les nazislamistes du hammas prennent des civils en bouclier ???

        A force de parti pris, il ne reste rien de crédible... Et ça devient pitoyable au même titre que les dirigeant de ces terroristes bien cachés a Damas et qui envoient ces pauvres civils a la boucherie, tout en manipulant les démocraties et leur mollesse...

        Qui donc a repris le tir de roquettes sur les civils israeliens ???

        Qui donc a dénoncés la trève respectée depuis 6 mois ???

        Quel état démocratique accepterait de voir ses civils sous la menace permanente ( 2000 roquettes depuis la fin unilatérale de la trève ) d’un groupe de terroristes ???

        Pourquoi ne pas avoir manifesté pendant la guerre civile en palestine il y a moins d’un an, avec plus de 300 morts ( femmes et enfants compris) uniquement du a l’affrontement entre le fatha et le hammas... la mort de palestiniens par des palestiniens est plus légitime, que les mêmes morts pour la défense d’une démocratie contre une dictature ???


      • Jojo 10 janvier 2009 12:13

        Kasar01,

        Rarement lu amalgames aussi stupides et commentaire aussi clairement antisémite. Crétin  smiley


      • youcef 10 janvier 2009 15:04

        Le commentaire de Kasar01 et aussi stupide qu’imbécile. je suis antisioniste depuis des lustres et ce type de commentaires s’inscrit totalement dans la propagande de l’idéologie sioniste du danger d’extermination du Peuple juif que personnellement je n’ai pas connu (l’histoire nous enseigne que l’horrible massacre des juifs en 1939/1945 concernait les seuls juifs askhénazes et non le peuple juif sauf a admettre qu’il n’y avait a l’époque de juifs qu’en europe ce qui est contraire a la vérité). Israel a besoin de l’idée de l’existance du danger antisémite pour prospérer. Cest vraiment indécent . En effet quand on est la quatrième puissance nucléaire dans le monde(après les usa,la russie et la chine) et le cinquième vendeur d’armes et qu’on occupe un territoire après avoir chassé par le feu et le sang ses habitants il y a peu d’arguments pour justifier autrement la terreur permanente exercée envers les Palestiniens qui refusent et refuseront d’abdiquer. C’est a mon sens les Palestiniens qui sont en danger pas les juifs.
         Donc objectivement antisémitisme et sionisme même combat. Dans quel monde nous vivons !!!!!!!!!


      • Philippe95 10 janvier 2009 11:21

        Israéliens, ne me parlez plus de Shoah, surtout. Ou plûtot revenez m’en parler quand vous aurez balayé devant votre porte. J’ai été il y a longtemps admiratif de ce qu’Israël était capable de faire envers et contre tout. Mais ce n’est plus le cas depuis un moment, ce qui se passe en ce moment n’est pas justifiable.


        • appoline appoline 11 janvier 2009 13:39

          Vrai, quand je regarde les archives de mon père ; ils ne chient pas la honte de nous rappeler à grands renforts de larmes, la shoah. Ils se lamentent que beaucoup ne les apprécient pas, qu’ils pensent humanité au lieu de destruction, ça ira tout de suite mieux.


        • Jojo 10 janvier 2009 11:52

          Nom de … Quel article !

          La vérité dans toute sa splendeur et Dieu qu’elle est belle !

          Rhabillés pour des siècles, les haineux, les crétins et surtout les lobbyistes qu’il faut … payer pour espérer qu’ils aient des … convictions. Et quelles convictions !   

           

          Oh pas d’illusions à se faire, il est probable que vous subissiez des attaques en règle et en groupe,  par des gens qui ont appris à descendre plus bas que vous ne pouvez sans doute l’imaginer. Et même par certains, qui arrivent à distiller un venin sans pareil, tout en restant courtois.

          Tout ce beau monde importe peu en fait, mais par contre comme j’aimerais que des palestiniens puissent vous lire.

           

          Merci mille fois ! Plus que jamais : "C’est pour la vérité que Dieu fit le génie". Lamartine


          • Céphale Céphale 10 janvier 2009 12:47

            Le commentaire de kasar01 n’est pas antisémite mais antisioniste.

            La Bible (le Pentateuque) montre que le peuple juif a toujours été en guerre, avec un esprit menteur et vengeur. Kasar01 a raison de le souligner. Mais tous les Juifs n’étaient pas d’accord avec leurs dirigeants.

            A l’époque actuelle, les sionistes disent qu’ils sont les descendants génétiques des Juifs de l’antiquité. C’est totalement faux. Ce sont des rêves de grandeur fondés sur de vieux mythes. Avant tout, les sionistes sont des racistes.

            Aucune raison de supprimer ce commentaire.


          • Julius Julius 10 janvier 2009 13:12

            Bonsoir. Aujourd’hui, c’est Vendredi, 4 Mai 1945. Bienvenue sur l’actualité.

            Nous commençons à Berlin. Aujourd’hui également, l’Armée Rouge continue les attaques contre les centres de la résistance militaire dans la capitale allemande. Dans ces opérations, les troupes russes ont tué aujourd’hui au moins 800 membres de la Wehrmacht et d’autres militants dans les rues de la ville. En outre, au moins 2550 civils ont été tués, dont plus de 650 enfants. Certains d’entre eux avaient entre les mains de leurs jouets préférés. L’Armée rouge a perdu seulement 52 soldats.

            La situation humanitaire est critique, à Berlin. L’électricité ne fonctionne pas, il n’y a pas d’eau, les résidents n’ont rien à manger. La vague de l’opposition à cette agression est en augmentation. Les divisions russes sont bien armées. La défense allemande n’est pas coordonnée, ses membres n’ont pas assez d’armes. Le déséquilibre militaire dans la situation est illustre par le fait que, au lieu de quelques centaines de missiles V-2, le millitants ne sont en mesure de lancer que 40 missiles à Londres. Mais l’armée russe continue les tirs sans arrêt.

            Dans de nombreux pays, des rassemblements ont eu lieu, appelé à la fin de l’attaque brutale de l’Armée rouge et passage rapide à la table des négociations. De nombreux États, dont la partie libre de la France, sont de libérer des ressources pour la fourniture de l’aide humanitaire pour Allemagne. Dans les prochaines heures, nous allons envoyer de la nourriture, de médicaments et d’autres choses nécessaires à la valeur de cinq millions d’euros pour le peuple allemand. Plus d’aide suivra.

            C’est a ca que les journaux télévisés des derniers jours de la Seconde Guerre mondiale pourrait ressembler, si ils etaient faits de la même manière que l’actualité dans le conflit israélo-palestinien.


            • gaiaol 10 janvier 2009 16:03

              juluis, vous voulez dire que les palestiniens d’aujourd’hui sont les allemands d’hier ? ou les nazis d’hier ?
              et que la population palestinienne nourrie de blocus depuis deux mois et bombardée au phosphore ou mères et enfants meurent dans le meem soupir pour la sécurité de l’état hébreu ne montre pas assez sa joie d’être libérée par l’armée israelienne ?

              je propose pour que votre réalité tienne, de prendre et la place d’un de ses gamins et la balle qui l’a privé de vie.


            • Julius Julius 10 janvier 2009 18:13

              > vous voulez dire que les palestiniens d’aujourd’hui sont les allemands d’hier ? ou les nazis d’hier ?

              Hamaz est pire que nazies.


            • moussa 10 janvier 2009 20:35

              Version:1.0 StartHTML:0000000168 EndHTML:0000001840 StartFragment:0000000487 EndFragment:0000001823
              Parlons d’agression, depuis 60 ans les sionistes poursuivent leur agression contre le peuple palestinien, il les agresse quotidiennement en les spoliant, en les humiliant, en les enfermant dans des camps de concentration, en procédant à l’élimination physique systématique de tout leurs leaders, en les privant de soins et enfin en les affamant ; quand aux palestiniens, il est de leur droit de riposter et de se défendre contre l’agression permanente, il est de leur droit d’utiliser tout leurs maigres moyens pour mettre un terme à un cauchemar qui dure depuis trop longtemps, ils ont essayé les voies diplomatiques et leur situation n’a fait qu’empirer, c’est en connaissance de cause, qu’ils refusent d’accepter un cesser le feu qui les replongerait dans le désespoir, la situation présente aussi insuportable soit elle, porte en elle l’espoir d’un changement, ne ne vous y trompez pas,Hamas n’est pas terroriste, c’est un mouvement de résistance, porté par tout un peuple, le terrorisme c’est Israël engendré par l’injustice et l’immoralité ; en conclusion, je demanderai à toute personne intègre, respectueuse de la dignité humaine,supporterait elle de vivre dans ses conditions sans réagir ? 


            • Thegrannysmith Thegrannysmith 10 janvier 2009 23:57

              Ecoutez des extremistes, certes, mais j’ai l’impression que dans vos commentaires, vous généralisiez un peu trop que Gaza est pro Hamas. Dans ce cas, vous avez tort.
              Je pense en fait, que les sympathisants du Hamas, sont avant tout, des sympathisants de manière conjoncturelle. Ils savent que c’est tout bonnement impossible d’islamiser le monde. Ils vivent sous des bombes, et ont été traités comme de la merde, tant par les Israeliens, les occidentaux, et maintenant les Egyptiens, voire plus généralement les musulmans. Et dans ces situations oui, il y’a l’extrémisme, mais il n’est que de manière conjoncturelle.
              Un des moyens pour régler le conflit, serait une laicisation totale de la Palestine, qu’ils croyent en Mohammed ou qu’ils se prostènent devant le Mur des Lamentations !


            • appoline appoline 11 janvier 2009 13:47

              A julius,
              Ne tombez pas dans le mélo avec votre copié-collé. J’ai, près de moi, un petit cahier écrit au crayon de papier d’un homme enfermé à Spandau lors de l’entrée des russes à Berlin : c’était mon oncle. Vous me faites rigoler.


              • Céphale Céphale 10 janvier 2009 14:00

                Voir en ce moment sur Agoravox l’extraordinaire plaidoyer de Tarik Ramadan pour la Palestine, sur France-3.

                Avec une intervention lamentable du sioniste Alexandre Adler qui préconise une "démocratie à géométrie variable" ce qui revient à punir un peuple qui a "mal voté".

                Et la sublime conclusion de Stéphane Hessel, condamnant l’attitude des dirigeants d’Israël.

                http://www.dailymotion.com/video/k5L419nY0tCpNYUeAe


                • Julius Julius 10 janvier 2009 14:20

                  Qui est Tariq Ramadan ? Trouvez ici :
                  Frère Tariq : Discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan
                  http://www.amazon.fr/Fr%C3%A8re-Tariq-Discours-strat%C3%A9gie-m%C3%A9thode/dp/2246667917


                • leréveur 11 janvier 2009 02:56

                  et aussi l’interview de Roland Dumas accablante pour les moulinets du gigoton de l’Elysée


                  ignorez julius


                • eduens 11 janvier 2009 10:28

                  Tarik Ramadan , est bien placé pour nous parler du Hammas, issu des "frères musulmans" fondé par son grand père ==> la boucle est bouclée.... les démocraties soutiennent les dictatures...

                  Dans le même genre de propos , ne pas oublier de lui demander ce quil pense du statut de la femme dans l’islam ==> puisque que j’ai cru voir qu’il était islamologue ( ce serait donc une maladie ??? et il serait docteur spécialisé de cette affection ????

                  "La faiblesse des démocraties, c’est qu’il leur faille, trop souvent, se renier pour survivre"
                   Jean Rostand


                • Romain Desbois 11 janvier 2009 19:39

                  C’est ce qu’on appelle le syndrome de Frankeinstein. On montre le monstre pour mieux défendre son créateur.
                  Diabolicum :->


                • fonzibrain fonzibrain 10 janvier 2009 14:23

                   je vais dire un truc surement con,mais les deux endroits ou israel est parti c’est du sud liban et à gaza.
                  israél ne comprend que la violence.

                  le hamas ne lachera rien,c’est les frontière de 67 et zéro colonie(et c’est déja ÉNORME) ou des roquettes et vous, moi ,n’importe qu sur terre ferai la même chose.

                  le fossé se creuse entre nos dirigeants et la population,c’est n’est pas bon,l’état a les moyens de nous faire beaucoup de mal,l’histoire nous l’a bien montré.


                  • eduens 11 janvier 2009 20:25

                    C’est effectivement très con et surtout inexact ==> Israel n’est parti par crainte , mais pour respecter les recommandation de l’ONU ==> seuls les manipulateurs palestiniens ont traduits ces retraits a la demande des autres démocraties par une faiblesse ...

                    http://www.amitiesquebec-israel.org/textes/retrait.htm

                    D’autre part, je crois avoir vu que seule la bande de gaza était concernée par la révolte justifiée d’israel, car si israel voulait faire comme le hammas ( éliminer l’état ennemi...) , il ne resterait que des ruines a ce jour, ce qui n"est pas le cas...

                    Stop a la desinformation grossière sur l’agresseur et l’agressé, sur un état démocratique luttant pour sa survie, et une bande de nazislamistes n’ayant d’autres justification que la destruction d’israel par une haine des juifs, apprise des l’enfance, par des manipulateurs laches, qui ne gagneront jamais contre Israel... le droit et la dignité d’un peuple admirable ne peut pas être ignoré des hommes justes...


                  • Céphale Céphale 10 janvier 2009 14:31

                    L’ambassadeur israélien en Autriche, Dan Ashbel, affirme que des agences humanitaires de l’ONU à Gaza ont été infiltrées par le Hamas, a-t-on appris le samedi 10 janvier. Et il justifie le massacre de 50 Palestiniens enfermés dans une maison par l’armée israélienne.

                    Qu’attend le gouvernement autrichien pour expulser cet ambassadeur ?


                    • Romain Desbois 11 janvier 2009 19:30

                      "La neutralité sert toujours l’oppresseur, jamais l’opprimé" ElieWiesel humaniste et sioniste notoire.


                    • fonzibrain fonzibrain 10 janvier 2009 14:58

                       et en plus ya du gaz au large de gaza,connnaissant la "moral" des companie pétrolière,ca promet.....
                      http://www.alterinfo.net/Guerre-et-gaz-naturel-Invasion-israelienne-et-gisements-gaziers-au-large-de-Gaza_a28264.html


                        • JONAS Virgule 10 janvier 2009 15:08

                          Continuez à soutenir l’Islam conquérant, comme certains dans ce pays soutenaient l’antisémitisme ! Cela, avant notre déclaration de guerre à l’Allemagne, pour l’invasion de la Pologne…

                          Ce faisant, vous justifierez la destruction massive d’Israël et de ses habitants par l’Iran. Il ne rêve que d’accomplir cette action d’épuration rédemptrice, pour construire le Grand Islam, de la Turquie au Maroc.

                          Après, selon les préceptes du Coran, ils vont s’occuper de vous ! Ils ont déjà commencé à vous diviser, ils transposeront le conflit de Gaza sur les banlieues, ces zones dites sensibles, mais de nom droit, sauf celui des Musulmans !

                          Il sera trop tard pour le repentir du peuple Français !

                          Aujourd’hui encore, nous portons la Honte du gouvernement de Vichy !

                          Demain nous porterons la honte du gouvernement UMPS, qui laisse ce pays se diviser pour mieux se partager le gâteau !

                          UMP et PS feront part de leurs indignations sur les événements à venir, alors qu’ils connaissent parfaitement la situation actuelle.

                          Et comme vos parents et vous-mêmes, qui n’êtes pas majoritairement, fils de soldats morts aux Combats ou fils de Résistants, vous porterez la même HONTE qu’eux, pendant des décennies.

                          Si vous croyez quand adoptant les lois Coraniques, vous allez sauver vos peaux de serpents, croyez-moi et si vous ne me croyez pas, lisez le Coran !

                          Vous n’êtes que de vils mécréants et sans vous convertir, des morts en sursis.

                          Je ne crois pas un instant que les auteurs et commentateurs de ce Site pro Islamiste soient représentatifs de l’opinion majoritaire des Français.

                          Je ne crois pas non plus qu’actuellement les banlieues et leurs habitants et surtout habitantes partagent vos opinions puantes.

                          Mais, la technique qui consiste à opposer une communauté religieuse contre la communauté française, et d’accuser ceux qui ne veulent pas de cette religion et de ses crimes, de racistes, de fascistes et de nazis, ne peut qu’aboutir à un bain de sang !

                          De fait, comme je m’épuise à le répéter, faire de la France le Liban de l’Europe !

                          Aujourd’hui encore, nous portons la Honte du gouvernement de Vichy !

                          Demain nous porterons la honte du gouvernement UMPS, qui laisse ce pays se diviser pour mieux se partager le gâteau !

                          UMP et PS feront par de leurs indignations sur les événements à venir, alors qu’ils en auront été les complices !

                          Les victimes que nous voyons à Gaza et en Israël, nous les verrons en France !

                          La bêtise aura triomphé de la raison. smiley

                           


                          • Pie 3,14 10 janvier 2009 15:17

                            C’est toujours un plaisir de lire l’impayable "virgule" et sa prose identitaire mal dégrossie.

                            Sa dernière saillie : " la bêtise aura triomphé de la raison" sonne comme une remarque étrangement autobiographiqe.


                          • moussa 10 janvier 2009 20:04

                            Je lis et comprend le Coran, il existe des traductions valables bien qu’approximatives, je vous invite à les consulter, vous vous rendrez compte de l’étendue de la malveillance de l’auteur de ce commentaire, je dirai que toutes les religions diffusent le même message moral, et que chacun est invité à faire le bien et à lutter contre le mal, ce sont des personnes intéressées, qui manipulent et interprètent le message de manière à concrètiser des objectifs égoistes. Ce monsieur imbu de ses connaissances, se comporte en escroc, il veut qu’on lui signe un chéque à blanc, on devrait le croire sur parole sans vérifier la veracité de ses assertions et partir en guerre contre les centaines de millions de musulmans de la planète. Quand à l’Iran à ce jour il a été agréssé par l’Irak et n’a jamais agressé aucun pays et se comporte en bon voisin ; si les régimes arabes corrompus à l’instar de Sadam mettent en relief le danger perse c’est surtout pour faire oublier leur compromission avec Israel qui est la source de tous les problèmes au moyen orient ; s’il y a une recrudescence des extrémismes dans le monde, je sui personnellement convaincu que les méthodes musclés des américains et des israéliens y sont pour beaucoup.


                          • eduens 11 janvier 2009 10:45

                            Moussa , puisque comme moi , tu lis et comprend le coran, tu dois savoir ce qui est ecrit sur les juifs et les chrétiens dans ce livre ???
                            Je te fais cadeau des sourates qui parlent du traitement qui leur est réservé...

                            Par contre, je te conseil de lire et de faire partager la "charte du hammas" dans l’éclairage de tes commentaires sur l’état de la palestine en ce début d’année 2009 ...

                            Un petit morceau qui peut sans doute éclairer les partisans du hammas :

                            - Article 13 : (...) . Ces conférences débouchent uniquement sur l’installation d’infidèles sur la terre des Musulmans comme médiateurs. Depuis quand les infidèles rendent-ils justice à ceux qui croient ? Il n’y a pas de solution à la question palestinienne si ce n’est à travers la Jihad. Les initiatives, les propositions et les conférences internationales sont toutes une perte de temps et de vaines tentatives. Le peuple palestinien sait ce qu’il lui convient et ne doit pas accepter que son futur, ses droits et son destin soient manipulés.


                            - Autre extrait de cette belle charte :"Le jour du Jugement ne viendra pas tant que les Musulmans combattent les Juifs (tuent les Juifs) et tant que le Juif se cache derrière des pierres et des arbres. Les pierres et les arbres diront : "Oh ! Musulmans, Oh ! Abdulla, il y a un Juif derrière moi. Viens et tue-le." Seul, l’arbre Gharkad ne le dira pas parce que c’est l’un des arbres de Juifs. (narré par al-Bukhari et un Musulman).


                             ==> Une fois les choses dites, on constate bien qui est pour la paix ... non ???






                          • USA 613 10 janvier 2009 16:53

                             

                            1. Les journalistes ont la maîtrise des mots et des formules qui choquent

                            2. L’AFP est experte en cela, il suffit de lire ses titres où quel que soit l’article tendancieux eux martèlent à l’envie le nombre de morts côté palestinien afin de frapper les esprits d’un seul coup d’œil.

                            3. Que retiennent les lecteurs des dépêches AFP si ce ne sont les titres ?

                            4. Dans le corps de l’article pourtant l’AFP remet les pendules à l’heure et écrit ce qu’il en est souvent remettant en cause le sens même du titre de l’article. Perversion du journaliste et de l’AFP qui s’est rendu célèbre dans ce procédé au point que l’AFP a été rebaptisée par certains l’Agence France Palestine.

                            5. Qu’en est-il des libertés dans les territoires (sous les 2 autorités qui les gouvernent Fatah d’un côté, Hamas de l’autre) : libertés d’expression, de la pratique des religions (Chrétienne mais aussi toutes les autres religions juives, bouddhistes, politiques (qu’en est-il de ceux qui sont contraires à la religion musulmane ou Hamas dans Gaza ?), des femmes et de leur corps (leurs amants, les avortements, la contraception), des choix sexuels (homosexuels ou hétérosexuels), des critiques des gouvernements quels qu’ils soient dont des théocraties, etc... ? Silence ! Ces sujets seraient-ils tenus pour tabous ou insultants ? De qui se moque-t-on ?

                            6. Seul le conflit israélo-palestinien est mis en avant et traité avec passion

                            7. Bizarrement et pour on ne sait quelles raisons les autres conflits (Sri Lanka, Asie, Afrique, Moyen Orient, Amérique du Sud et même en Europe, tous sont bien plus meurtriers). Tous sont passés sous silence, ignorés. Pourquoi ? Qui médiatise tant ce conflit en le déformant. Quelles scènes passent en boucle ? Qui change les donnes du conflit ? Les belligérants, les soutiens partisans dont les ONG mais aussi les médias internationaux. Chacun y trouvant un intérêt dont certains la politique d’autres l’esprit marketing, Qui d’être innocent ?

                            8. L’AFP ainsi que TOUS les médias se gardent bien de préciser de quelle ONU il s’agit quand certaines condamnations émanent de l’ONU. Le public ignore l’existence de cette branche de l’ONU à Genève ni comment elle s’est singularisée au point qu’il a été question de la mettre hors d’état de fonctionner car elle était manipulée et orientée dans une seule et même action étant ses positions systématiquement et exclusivement anti-israéliennes

                            9. L’ONU (avec la honte de ce qu’elle a accouché à Durban), la FINUL & les Casques Bleus (se sont rendus célèbres avec des fiascos et des hontessur plusieurs théatres d’opération : Yougoslavie, Afrique, Liban & ailleurs), l’UNICEF l’UNESCO l’UNRWA (durant 60 ans, SANS REAGIR, toutes ont financé des organisations et des écoles qui enseignaient la haine)...

                            1. Qu’en a-t-il été des aides (en fait l’argent des contribuables français, européens et mondiaux) ? Toutes ces aides ont été volées, détournées des financements de projets qui auraient pu sortir les Palestiniens de la misère. Ces sommes prises aux budgets des SDF, des nécessiteux de France mais de toute l’Europe sont partis sur des comptes privés dont ceux de Souha Arafat (qui devait être inquiétée par la justice française avant de s’enfuir en Tunisie et en Egypte, sur d’autres comptes privés (le neveu d’Arafat en faisait les frais le payant de sa vie) restent tous les autres trop nombreux pour être listés ici... restent le financement de toutes ces armes toutes ces années.

                            2. Les Palestiniens n’auraient-ils pas été plus fortunés d’avoir des emplois dans des industries touristiques palestiniennes à Gaza ?

                            3. Pourquoi les emplois leurs ont-ils interdits en Israël ? Alors qu’ils étaient employés toutes ces décennies en Israël ? Pourquoi le mur a-t-il été monté ?

                            4. TOUJOURS pour les mêmes raisons : CERTAINS Palestiniens ont tiré sur leurs voisins Israéliens (ils ont même tué un arabe israélien qui faisait son footing il y a quelques années). D’autres Palestiniens se sont fait explosés au milieu des populations civiles judéo-musulmano-chrétiennes vivant en Israël . Tous morts déchiquetés sans distinction. Au final les employés qui tuent ou agressent leurs employeurs israéliens. Après cela s’étonnera-t-on que l’on hérisse des murs ? Que l’on ferme ses frontières et qu’on ne laisse plus rentrer ceux qui agressent les civils indistinctement ?

                            5. Que les Palestiniens cessent d’agresser les Israéliens, ils retrouveront emplois et prospérités, c’est ce que veulent les Israéliens. Pas plus tard que le 9,1,09 sur France 2 la chaîne Al Aqsa palestinienne a interviewé des Palestiniens. Israël N’existe PAS sur leurs cartes et eux parlent de mettre les Juifs à la mer. Toujours le même esprit à cours. La faute à qui ? Aux écoles que finance l’ONU, l’UNICEF, l’UNRWA.

                            6. Tout ce qui précède tous les spectateurs du journal de France 2 en ont fait le constat

                            7. Que voit-on dans les TV ? Des reportages où l’on NE voit QUE des enfants palestiniens déchiquetés ?

                            8. Qui seraient les monstres qui leurs ont fait cela ? Les Juifs pardon les Israéliens ?

                            9. Pourquoi ces choix orientés des TV ?

                            10. Comment se fait-il qu’il y ait tant d’enfants blessés ou morts ?

                            11. De quels conflits s’agit-il ?

                            12. De quand datent ces prises ?

                            13. Qui est coupable de tous ces morts ?

                            14. Combien de morts y a-t-il eu lorsque les Palestiniens eux même ont subi des explosions chez eux de leurs faits ?

                            15. Quelles assurances a-t-on sur la fiabilité des TV palestiniennes quand on sait qu’ils grossissent et manipulent les évènements.

                            16. On l’a vu avec le conflit qui eut lieu à Djenin de plus de 500 ou 5,000 morts on a reconnu finalement qu’il y avait eu manipulation des médias et des nombres. LA REALITE une cinquantaine de morts. Quand dans le même temps Hussein de Jordanie faisait plusieurs milliers de morts lors du fameux Septembre Noir en Cis-Jordanie.

                            17. Que s’est-il passé avec les reportages faits à Ramallah lors du lynchage (la boucherie – 2 réservistes israéliens démembrés, égorgés, éviscérés – qui ne garde le souvenir de cet homme tout enfiévré à la fenêtre du commissariat les mains en sang ? La presse internationale a été obligée de rendre tous les films et tous les documents, n’aurait été cette journaliste italienne qui avait cahcé les films sous ses vêtements nous n’aurions pas eu tous ces documents. La police palestinienne s’emparait de tous le matériel des journalistes étrangers.

                            18. Pourquoi 300 journalistes palestiniens ont manifesté étant l’absence de liberté de travailler qui leurs été faites par l’Autorité palestinienne

                            19. Bizarrement et par miracle point ou peu d’adultes

                            20. Seules les victimes jeunes ont été atteintes par des missiles israéliens intelligents.

                            21. Intelligents ?

                            22. Quelle intelligence ?

                            23. Ils ne sont pas si intelligents que cela. Ils nuisent à l’image d’Israël.

                            24. Alors ce matraquage médiatique, honnêteté journalistique ? Recherche de LA vérité ? Volonté d’informer ? N’y a-t-il pas aussi derrière ces effets recherchés d’autres buts que l’on veut atteindre ? Lesquels ? Qui est derrière ce battage médiatique ? A qui profite-t-il ?

                            25. A quoi assis-t-on nous à l’innocence des médias ou leurs sordides et morbides MANIPULATIONS ?

                            26. Quels sont les effets de tous ces matraquages des médias sur les téléspectateurs ?

                            27. A quoi aboutit-on ? A la violence exportée à des milliers de kilomètres du conflit

                            28. On s’étonne, on s’insurge, mais qui la fomente ?

                            29. Qui l’alimente qui attise les esprits déjà échauffés ?

                            30. Les effets boomerangs sont-ils encore des surprises étant de tels battages publicitaires en faveur de la cause palestinienne ?

                            31. Les médias fomentateurs de haine, marchands de mort ou générateurs d’agressions ?

                            32. Les médias sont bien sur le banc des accusés


                            • eduens 11 janvier 2009 10:48

                              Totalement d’accord sur cette analyse du parti pris médiatique en occident ...


                            • DACH 10 janvier 2009 17:42

                              Bonjour à l’auteur et encouragements pour ce long travail que vous avez entrepris. Il y a des tas de points historiques mentionnés qui ne correspondent pas aux sources que j’ai eues et à ce que ’’’mon’’’ groupe et relations d’universitaires m’ont soufflé parfois. Donc ce serait l’occasion d’en débattre mais ce site est trop pollué d’infantilisme dominant des passions bien compréhensibles ; ce qui ne les justifie pas pour autant. Bon courage. Je ne réfuterai aujourd’hui qu’une chose : il y a bien eu des expulsions en 48-49 d’arabes, mais une grande majorité est partie sous la pression des avertissements des armées et gvts arabes au prétexte qu’elles allaient chasser les juifs à la mer en moins de deux, qu’elles pourraient revenir après.. Le résultat inverse empêcha une partie des retours. Ce fut la Naqba, la Grande Catastrophe. Quelque chose de proche s’est aussi fait en 67 sur les mensonges de Nasser auprès de Hussein.. Et pour les 2 périodes la peur du juif dépeint comme un diable pour avoir vaincu ce qu’il n’aurait jamais du vaincre s’ajoute au reste. Et puis comment oublier ce refus des Arabes de créer un état palestinien proposé par l’ONU lors du partage de 48... Je ne partage pas naturellement votre parti pris ou certaines de vos préférences, mais il fait partie du jeu des efforts d’analyse que l’on peut partager.

                              Mais où auriez-vous pu mentionner que juste avant le déclenchement des tirs du Hamas qui a refusé de prolonger la trêve on avait encore avancé dans les négociations Fatah-gvt d’Israël, jusqu’aux propos recueillis par M Halter à Damas, du chef du Hamas en exil. Bien cordialement. Namaste. DACh
                               



                              • marc 10 janvier 2009 19:22

                                Malheureusement, vous utilisez un ton courtois pour mentir :

                                Des centaines de villages, en 48, ont subi le sort de Deir Yassin : devant le refus de partir des palestiniens, massacre des villageois et destruction du village. Les Kibboutz ont fleuri sur un sol engraissé de sang innocent monsieur. Tout cela est documenté y compris dans les livres des historiens israeliens tels que Ilan Pappé ( qui vit en exil tellement la démocratie israelienne est exemplaire)

                                Ayez au moins la décence de ne pas mentir sur le martyre que vos amis ont causé et causent à un peuple qui n’est en rien responsable de la Shoah


                              • DACH 10 janvier 2009 19:30

                                Les histopriens peuvent vous founir les détails sur les massacres commis par les Arabes, de 1936 et de 48-49. Et la balance en termes de morts ne penchent pas du côté que vous souhaiteriez. Quant à mentir, je ne perds pas mon temps à ces gamineries que vous projetez peut-être de votre propre démarche. Cordialement. Namaste. DACh


                              • DACH 10 janvier 2009 17:44

                                3Les manifs pro palestiniennes d’aujourd’hui sont elles légitimes ?

                                Le spectre des motivations des participants est très varié, car il va de pacifistes sincères à des exterminateurs des juifs en attente. Elles ont une grande légitimité du point de vue des situations humaines, humanitaires, causées par les combats. Elles sont une tartufferie du point de vue politique, car elles ne visent pas la paix mais à compenser une défaite et à ne servir qu’un camp. J’espère paradoxalement qu’elle aura un certain succès car cela contribuera à mettre les choses au clair. Une manif qui rassemblerait les 2 camps pour promouvoir une paix fraternelle avec à mettre sur pieds des projets communs de développement oui, elle s’imposerait à tous. Les 2 peuples n’attendent que cela, car ensemble ils pourraient faire de cette région un paradis. Les Israéliens ont pris de l’avance quand on voit ce qu’est devenu la Haute Galilée ou le Néguev.

                                Quant à ceux qui sur ce site expriment des propos haineux, ou des mensonges, parfois à l’insu de leur plein gré, qu’ils ne s’interrompent pas, car sans le savoir ils aident autre chose que ce qu’ils visent à savoir encore plus de guerre. Et ceux d’Algérie qui reprochent tant de chose aux Français, la révolte des Kabyles n’est plus très loin devant le régime musulman rigoureux que leur impose la politique actuelle. Quant au nombre de morts civils depuis leur indépendance, il est sans commune mesure avec celui de tous les affrontements en Palestine depuis 1948, sans parler des tueries entre arabes. En Syrie, comme en 1970 avec Septembre Noir en Jordanie, etc.Alors c’est soit beaucoup d’ignorances, ce qui est excusable, ou soit de la mauvaise foi. Le ridicule suit toujours comme avec le « Cacalyseur » aux propos amusants par leur infantilisme et consternants pour un ouvrier sensé être un maçon, donc de faire du solide !. .

                                Cordialement. Namaste. DACh


                                • marc 10 janvier 2009 19:30

                                  Dach

                                  parce que avant 1948, il n’y avait pas d’agriculture dans ce pays ?

                                  Les palestiniens actuels déscendent des fellahs antiques de mésopotamie, y compris des Judéens et du royaume d’Israel. Ils ont INVENTE l’agriculture !!! La Palestine était un grenier et un immense verger.

                                  Les colons Israeliens ont augmenté la productivité à coups de milliards de dollars américains et détruit l’environnement. Le Jourdain est devenu un égout à ciel ouvert. la Mer Morte agonise, si j’ose dire.

                                  Vous méprisez ce qui n’est pas "occidental" . vous êtes un parfait exemple de l’arrogance colonialiste de l’Occident.

                                  Jusqu’où irez-vous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès