Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Olga Salanueva, l’épouse courage

Olga Salanueva, l’épouse courage

L'affaire des" 5 Cubains de Miami" continue...

La femme de René Gonzales, de passage à Paris, a répondu pendant une heure trente à nos questions.

Mon article sur AgoraVox, du 11 novembre 2010, faisait état de la situation de René Gonzales et de ses 4 autres co-inculpés, "les 5 cubains de Miami".

Les cinq hommes sont emprisonnés depuis 14 ans aux États Unis, et cela, malgré les interventions multiples de juristes américains, d'associations nationales d'avocats, de Prix Nobel, d'intellectuels de tout bord, de parlementaires de nombreux pays, de conseils nationaux de nombreuses églises, d'Amnesty International.

Le 12 septembre 1998, le FBI les avait arrêtés. Ils avaient été envoyés aux USA pour essayer de découvrir les auteurs d'expéditions terroristes vers Cuba menées à partir de groupes paramilitaires, d'exilés anticastristes, et qui avaient fait de nombreuses victimes.

Qualifiés injustement d'espions ayant porté atteinte à la sécurité nationale américaine, accusés d'avoir conspiré pour commettre des assassinats, ils sont condamnés le 10 décembre 2001 à la prison à perpétuité, à des peines longues d'emprisonnement.

Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, a publié, en octobre 2010 aux éditions Don Quichotte "Les 5 cubains de Miami", qui devrait d'ailleurs donner lieu bientôt à un film, pour continuer d'alerter l'opinion internationale sur cette détention inique.

Olga Salanueva indique que son mari est sorti de prison après avoir purgé sa peine, mais il est en résidence surveillée aux États Unis.

Il n'a aucune liberté d'action, aucun contact avec sa famille. Il ne peut accueillir ni amis ni voisins.

Olga Salanueva s'interroge sur la solidarité internationale qui, jusqu'à présent, n'a pu obtenir du président démocrate Obama et des autorités américaines, la libération des cinq co-inculpés (malgré la campagne de lettres "yes we can give freedom to the five cubans").

En 2005, un espoir de nouveau jugement, dépaysé loin de Miami, ville où séjournent les anti-castristes les plus virulents, a fait croire que "la lumière était au bout du tunnel", même si, pour l'un des détenus, Gerardo "la lumière masquait le train qui venait en sens inverse".

En 2008, les autorités judiciaires américaines reconnaissent que les sentences avaient été disproportionnées . Mais rien n'a changé, les détenus sont toujours détenus, les familles sont toujours séparées. Des visas impossibles à obtenir.

L'éloignement de 14 ans a empêché que les enfants soient conçus, comme pour les autres couples. La loi américaine prévoit que la liberté sous surveillance permet à l'ancien détenu de se réadapter, mais René Gonzales, maintenu aux États Unis ne peut rien faire, il veut simplement retourner à Cuba.

Sa fille cadette, qui avait 4 mois lors de son arrestation, a maintenant 14 ans et demi, et ne pourra avoir son père pour la fête cérémonie de ses 15 ans, coutume cubaine essentielle ( la fille aînée, après l'université, s'est mariée et va bientôt avoir un enfant).

Pour Olga Salanueva, les cinq sont "le combat de tout un pays, un combat contre le terrorisme". Son mari reconnaissant que "le capitaliste, le socialiste, le catholique, le musulman, sont des personnes respectables, même s'il peut y avoir des divergences de vue, mais le terroriste n'est pas une bonne personne, c'est un être malade, il n'y a pas de bon terroriste".

Olga Salanueva se demande s'il ne va pas falloir chercher "une autre cour de justice dans une autre galaxie" pour que justice soit rendue. "Por favor, dit-elle, il faut que chacun intervienne. Ce qui arrive aux cinq peut arriver à n'importe qui".

La loi internationale, la loi onusienne, veut que "le parent, l'enfant d'un prisonnier soit protégé".

Le petit Elian, qui avait été amené contre son gré aux USA avait pu être rendu à son père grâce à l'opinion publique.

Aux dernières nouvelles Rigoberta Menchu, prix Nobel de la paix, devrait être encore une fois sollicitée.

Les organisations d'Amérique latine, Alba, Celac qui regroupent les états d'Amérique latine devraient encore agir pour la libération totale des cinq.

Et le gouvernement français ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Rensk Rensk 21 septembre 2012 19:32

    Ont ose appeler des gens « terroristes » uniquement parce qu’ils demandent leurs indépendance face a un État qui ne les voit généralement que comme « poussière »...

    Ne me dites pas le contraire, c’était le cas en Suisse concernant la création de l’État et canton du Jura... La France a pris 2 « terroristes » comme réfugié politique et l’Espagne un !!!

    Ce qui est bien drôle... vu que ces deux États traitent leurs demandeurs « de plus d’indépendance » (et non pas une création d’un nouvel État comme chez-nous) de terroristes !!!


    • Rensk Rensk 21 septembre 2012 22:14

      ? ?? smiley

      Attentions : au moins dix caractères sont demandé... mais pour de vrai ; je ne demande rien de plus que ce que j’ai osé, « très courtement » (et courtoisement) demandé dans la ligne du dessus.


    • JP94 21 septembre 2012 23:39

      Merci de rappeler l’existence et le sort des 5 de Miami .

      Evidemment qu’ici on ne parle pas des citoyens Cubains emprisonnés aux USA ; le message est clair : tous ceux qui cherchent des terroristes aux USA seront condamnés comme terroristes par l’Etat qui les protège .

      Le silence ici est criminel .

      Faire connaître ces faits plus encore est nécessaire pour mener à leur libération mais il faut une prise de conscience plus large de l’Opinion Publique internationale pour les 5 et aussi les autres prisonniers politiques tels que Léonard Peltier ; le plus ancien prisonnier politique du Monde , avec 35 ans de prison ou Mumia Abu Jamal , qui n’en est pas loin et a vécu dans les couloirs de la Mort .

      Certes leur vie est un combat , et même leur survie . Mais c’est cher payer pour des idées qui dérangent les nantis de ce monde . Cela montre que ces nantis sont prêts à tuer , au fond , pour régner .

      Toutefois même les USA ,ne résistent pas à une pression internationale forte .mais ne comptons que sur nous : acceptons-nous en notre âme et conscience de laisser mourir en prison des hommes qui se battent contre l’injustice et les vrais fauteurs de terrorisme ? 


      • ANTIGNAC 22 septembre 2012 03:11

        Le gouvernement français ???? ....Il est à la botte des américains. !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès