Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Omar Khadr, l’enfant-soldat, est-il coupable ?

Omar Khadr, l’enfant-soldat, est-il coupable ?

Khadr a plaidé coupable lundi à cinq accusations pour crimes de guerre, dont le meurtre du sergent américain Chris Speer, alors âgé de 29 ans. Le jury militaire de ce simulacre de justice a, après neuf heures de délibération, rendu sa décision : 40 années de prison additionnelles qui s’ajoutent aux huit ans déjà passé à Guantanamo. Madame Tabitha Speer a poussé un cri de joie et levé le poing pour signaler sa victoire sur la justice des États-Unis d’Amérique. L’accusation, au tribunal militaire d’exception, s’était adressée en ces termes au jury : « il faut envoyer un message clair et démontrer que les États-Unis ne tolèrent pas les actes terroristes. Ne vous trompez pas, le monde vous regarde ».  Les procureurs avaient demandé aux jurés de fixer sa peine à 25 ans de prison supplémentaires. Les sept membres du jury en ont décidé autrement. La peine qui est tombée est de 40 ans. Toutefois, en vertu d’une entente à l’amiable signée entre ses avocats et ceux du gouvernement américain, Omar Khadr n’aura que huit ans supplémentaires à purger. Une année à Guantanamo et sept ans au Canada, si le gouvernement de Stephen Harper accepte volontiers de l’accueillir. Les États-Unis appuieront une demande de transfert venant de ce dernier, si tant est qu’un jour elle parvienne au Département de la Justice des États-Unis...

Après avoir clamé son innocence pendant huit ans, Omar Khadr, 24 ans, a plaidé coupable lundi à tous les chefs d’accusation qui pesaient contre lui. Avait-il le choix et justice a-t-elle été rendue ?

Abandonné par le Canada, il a passé, depuis l’âge de 15 ans, sa jeunesse dans la prison de Guantanamo. Dès l’âge de neuf ans, il a été traîné dans les camps d’entraînement d’Al Quaïda par son père. Dans une lettre lue par son avocat, le lieutenant Jon Jackson, le jeune Khadr s’est adressé au jury essentiellement composé de militaires et il raconte comment un interrogateur américain avait menacé Khadr, alors âgé de 15 ans et blessé. « C’est difficile pour moi d’évoquer cet épisode. Je sais que cela ne changera pas ce que j’ai fait, mais j’espère que les jurés y penseront lorsqu’ils décideront de ma peine ». Cette déclaration s’inscrit dans le témoignage de l’ancien sergent Joshua Claus qui avait admis avoir raconté à Khadr l’histoire d’un jeune musulman envoyé dans une prison américaine où « de gros gars noirs » lui avaient fait subir un viol, possiblement mortel. Ce même Claus avait par la suite été reconnu coupable d’avoir battu à mort un autre détenu. Le colonel Patrick Parrish, qui préside le tribunal militaire d’exception devant qui comparaît Omar Khadr, avait décrété qu’il n’y avait aucune preuve crédible que Khadr avait été torturé.

Il existera toujours un doute sur le simulacre de procès qui a mené Omar Khadr à se déclarer coupable du meurtre du soldat Chris Speer. Il existera toujours un doute sur la culpabilité forcée ou volontaire d’Omar Khadr qui à quinze ans a été enfermé à Guantanamo, ne bénéficiant d’aucun statut, d’ uucun droit, d’aucune reconnaissance d’enfant-soldat. crimen, nulla poena sine lege. Il a même été oublié par son pays, le Canada, qui s’est rangé honteusement derrière les États-Unis en participant directement aux tortures morales infligées à un jeune homme de 16 ans pour obtenir insidieusement des aveux. La sentence du tribunal militaire d’exception sera prononcée ce samedi. Sans que justice n’ait été rendue.

Il n’existera aucune certitude sur la culpabilité d’Omar Khadr devant la décision du juge militaire Patrick Parrish d’admettre en preuve des aveux extorqués de manière scandaleuse. Selon ce juge militaire, le jeune Omar Khadr n’a jamais été torturé par ses geôliers ou ses interrogateurs américains. Il faut préciser qu’à la fin du mois de mai 2008, le Pentagone avait remplacé le colonel Peter Brownback qui refusait que le procès d’Omar Khadr ait lieu, tant que ses avocats n’auraient pas reçu les éléments de preuve amassés contre le jeune homme durant ses années de détention. Par sa décision, le nouveau juge militaire Parrish, plus conforme aux directives du Pentagone, a bafoué les conventions internationales qui accordent une protection spéciale aux enfants impliqués dans des conflits armés et que les tribunaux internationaux refusent de les poursuivre. Il a nié les droits d’Omar Khadr à une défense pleine et entière pour des motifs militaires, ignorant les règles élémentaires de droit et de justice. Ce déni des droits humains a été reconnu par la Cour suprême du Canada.

Le juge Parrish n’a pas pris en compte le témoignage d’un soldat qui a admis que des tortures ont été pratiquées sur le jeune Khadr. Le réseau anglais de Radio-Canada avait, dès 2008, retrouvé Damien Corcetti, le premier soldat américain qui a interrogé le jeune homme, en Afghanistan. « Avec le recul, je peux maintenant dire que c’était vraiment de la torture », admet M. Corcetti, qui a quitté l’armée américaine depuis. Jane Mayer, correspondante à la revue New Yorker, a expliqué en 2008, à Radio-Canada, avoir épluché les documents du département américain de la Justice. « Pour qu’il y ait torture, il faut causer une douleur qui entraîne soit la défaillance d’un organe ou une mort appréhendée. Tout le reste n’était pas de la torture », expliquait la journaliste. Cela explique sans doute pourquoi les États-Unis n’ont jamais voulu adhérer au Statut de Rome qui dicte les règles du Tribunal pénal international.

Pendant tout ce temps, le gouvernement du Canada, en refusant d’intervenir pour protéger les droits d’Omar Khadr, citoyen canadien, emprisonné à Guantanamo, s’est fait complice du mauvais trraitement qui lui a été infligé. M. Harper a toujours refusé de s’impliquer dans cette affaire, stipulant que Khadr faisait face à de sérieuses accusations et que les procédures légales aux États-Unis devaient suivre leur cours. Le gouvernement du Canada, comme il a été démontré depuis, savait pertinemment qu’Omar Khadr était soumis aux méthodes d’interrogation surnommées « stress et contrainte ». Les trois agents canadiens du SCRS ont même procédé à un interrogatoire d’Omar Khadr, digne des méthodes de Guantanamo, qui venait de subir des privations de sommeil abusives en violation de la Convention contre la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants et des Conventions de Genève de 1949. Au terme de ce pénible et éprouvant interrogatoire qui a duré, en février 2003, quatre jours, l’agent canadien du SCRS reproche à Omar de ne pas dire la vérité. Omar Khadr réplique tout simplement : « vous n’aimez pas la vérité ».

Dans son témoignage devant ce tribunal d’exception de Guantanamo, Omar Khadr a révélé que les interrogateurs américains l’avaient menacé en 2002 d’un viol collectif dans une prison américaine, aux mains de quatre « gros noirs » détenus patriotiques. Que valent ces paroles d’un enfant de quinze ans qui, huit ans plus tard, intervient auprès d’un jury composé exclusivement de militaires : « Je vous demande de considérer cette lettre sur ce qui m’est arrivé à Bagram en 2002. Il est difficile pour moi d’en parler. Je sais que cela ne change rien à ce que j’ai fait, mais j’espère que vous y penserez lorsque vous me punirez. Cette histoire m’a fait très peur et j’ai beaucoup pleuré ». Pour le juge Patrick Parrish, ce ne sont pas là des tortures, telles que définies par les règles internes des États-Unis.

Aujourd’hui Omar Khadr s’est accusé d’avoir lancé la grenade qui a coûté la vie à un soldat américain lors de combats en Afghanistan en 2002. Témoignant lui-même, dans son procès, le jeune détenu s’est adressé jeudi à la veuve du soldat Chris Speer. Après avoir présenté ses excuses, il a répondu, à une question de son avocat : « J’aurais souhaité pouvoir faire quelque chose pour effacer cette douleur  ». Omar Khadr a expliqué qu’il a compris en prison la « beauté de la vie » et qu’il souhaite devenir médecin afin de « soulager les autres de la douleur ».

Tabitha Speer, veuve du soldat tué en Afghanistan par Omar Khadr, s’est adressée directement à l’accusé : « Omar Khadr avait un choix à faire le 27 juillet 2002. Il pouvait class=GramE>se rendre (...), mais il a choisi de rester et de se battre. Tout le monde parle de lui comme d’une victime, d’un enfant. Les victimes, les enfants, ce sont mes enfants, et pas vous ». Sans minimiser la peine de madame Speer, elle n’a manifesté aucune pensée pour les 600 soldats étrangers tués depuis le début 2010 en Afghanistan, pour les 2.170 soldats de la coalition internationale tués en Afghanistan depuis le début de l’intervention militaire menée par les États-Unis qui a chassé les talibans du pouvoir à la fin 2001, pour les 1.348 soldats américains qui composent plus des deux tiers des quelque 150.000 hommes de la coalition, pour les 109.032 morts en Irak, dont plus de 60% de civils, soit 66.081 personnes. Parmi toutes ces personnes, se peut-il qu’il y ait eu des enfants et des pères et des mères innocentes des politiques interventionnistes des États-Unis et de leurs milliers de mensonges pour justifier ces guerres ? Et c’est sur un enfant-soldat que les États-Unis et le Canada font porter toute la lâcheté de ces guerres, fondées sur des mensonges éhontées, et menées à des fins autres que celles annoncées. Les enfants de madame Speer ont raison de déplorer la perte de leur père, parti en guerre en Afghanistan, vraisemblablement le cimetière de l’OTAN, comme l’écrivait William Pfaff le 22 mai 2007, dans l’International Herald Tribune. Ce père a probablement cru en une cause qui n’a plus de nom tant le déshonneur et la désorganisation en sont les principales caractéristiques.

Qui, devant ce tribunal militaire d’exception, se montrera soucieux du fait que, comme l’indique la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Navanethem Pillay, les informations, dévoilées tout récemment par Wikileaks, renforcent les « inquiétudes » sur ces graves violations de la législation internationale qui ont eu lieu en Irak, dont des exécutions sommaires de plusieurs civils ? Qui s’est montré préoccupé, devant le tribunal militaire d’exception, par le fait que les États-Unis ont continué à transférer des milliers de détenus aux autorités irakiennes, même si elles savaient qu’ils étaient torturés. Devant quels tribunaux seront traduits, si tant est qu’ils sont identifiés et accusés, ces « responsables d’homicides illégaux, d’exécutions sommaires, de torture et d’autres graves atteintes aux droits de l’homme » ?

Stephen Harper, Premier ministre du Canada a fermé les yeux puis nié ces transferts de prisonniers, en Afghanistan par son pays, qui étaient menés tout droit à la torture. Cela explique pourquoi il peut se permettre d’ignorer le cas d’Omar Khadr et de le juger indigne d’un rapatriement.

Comme le rappelle Me Pascal Paradis, directeur général d’Avocats sans frontières Canada, « ce n’est pas une grande journée pour la justice. Qu’il soit coupable ou non, il y a eu un nombre extraordinaire de principes de l’État de droit qui ont été violés. C’est un dossier qui va demeurer un scandale en matière de droits humains ». Anne Sainte-Marie, d’Amnistie internationale Canada, partage la même vision : « C’est une triste journée pour la justice. Le message que les États-Unis et le Canada envoient à la face du monde, c’est que oui ils ont signé des conventions et des traités, mais que finalement la notion d’habeas corpus ne compte pas pour eux, la notion d’enfants soldats et l’indépendance des tribunaux ne comptent pas non plus ».

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 12:33

    Viktor


    C’est en effet une parodie de procès. Et s’il était démontré un jour, devant une autre instance judiciaire, qu’il était innocent des crimes dont il s’est accusé ? Les États-Unis ont prévu le coup dans leur entente avec les avocats de Khadr : Des détails de la transaction pénale d’Omar Khadr, aussi dévoilés dimanche, garantissent que l’homme ne tentera pas de pénétrer aux États-Unis ou dans l’espace aérien américain après son départ de Guantanamo. Il s’est aussi engagé à remettre tous les profits qu’il pourrait tirer de son histoire à Ottawa.

    « Le gouvernement américain comprend aussi que la sécurité publique est au sommet des éléments à prendre en considération dans toutes les décisions ».

    « Cette entente ne peut pas obliger les autorités canadiennes à accepter ma demande de transfert »

    • fkarakaya 1er novembre 2010 12:40

      Combien de cas similaire au Etats unis ? Combien d’innocents ont pourris dans les prisons sous peretxte de lutte contre le terrorissme ?

       

      Combien de familles éclatées, vies brisées ? Juste pour plus de pouvoir, plus d’argent ! Si quelqu’un a encore un petit mais vraiment minime sur les causes de cette guerre contre le terrorisme qu’il aille se faire soigner !

      Ben laden qui sort au moment ou on a « besoin » de lui ! Dans une période ou la technologie bat son plein essor, des videos pourrites de mauvaises qualités pour nous faire croire que la marque alqaida détient le plus gros marché de la communication !!!

      Y aura t il vraiment un jour en occident une vraie démocratie, un vrai respect des droits de l’homme ?

       


      • ali8 1er novembre 2010 13:28

        encore une lâcheté yankee

        et le noir blanc à la cravate bleue debout dans les bottes de Bush le criminel de guerre n’intervient pa pour sauver de l’injustice ce résistant qui a abattu un envahisseur et qui mérite une décoration
        tout ce qui résiste à l’empire du mal appartient à Al Qaeda, mais qui est en Afghanistan en Irak au Yemen en Somalie aux portes de l’Iran et du Vénézuela


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 13:31

          Fkarakaya


          Faut-il rappeler les constations d’Amnistie Internationale : Depuis fin 2001, les États-Unis mènent un programme de détentions secrètes et d’interrogatoires géré principalement par l’Agence centrale du renseignement (CIA). Dans le cadre de ce programme, des violations des droits humains ont été commises, dont des crimes relevant du droit international, comme la torture et les disparitions forcées. Des responsables de la CIA ont affirmé que ce programme avait concerné un peu moins d’une centaine de personnes ; on ignore toujours l’identité et le sort d’une grande partie d’entre elles. Les informations sur les lieux où elles ont été détenues et la manière dont elles ont été traitées demeurent ultrasecrètes. Au moins 16 des prisonniers « de grande valeur » de ce programme se trouvent maintenant à Guantánamo et ont été détenus au secret et à l’isolement pendant une période pouvant aller jusqu’à quatre ans et demi avant d’être transférés à la base navale. Parmi eux, au moins trois ont été soumis à la technique de torture dite du « waterboarding », ou simulacre de noyade. D’après une note du ministère de la Justice récemment rendue publique, l’un de ces hommes a été soumis à cette technique 83 fois en août 2002, et un autre 183 fois en mars 2003. Parmi les autres techniques d’interrogatoire autorisées dans le cadre de ce programme secret, on peut citer la nudité forcée, le maintien dans des positions pénibles, l’aspersion avec de l’eau froide, la privation de nourriture solide et l’enfermement dans de petits espaces confinés sans lumière.

          Près de 800 personnes ont été détenues à Guantánamo depuis le 11 janvier 2002, la plupart d’entre elles sans inculpation ni perspective d’un procès équitable, sans accès ou presque à un avocat, et sans visites de leur famille. Cela au pays de Barack Obama, qui se faisait le champion toutes catégories des valeurs républicaines et démocratiques. 

          Le changement est arrivé en Amérique, claironnait Obama le soir de son élection. Une des nombreuses promesses qu’il n’a pas su tenir. 

          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 13:39

            Ali8


            Les États-Unis, comme Israël, n’ayant pas adhéré au Statut de Rome, il sera difficile de traduire devant un tribunal pénal international Georges W. Bush pour qu’il rende des comptes sur son règne à la Maison Blanche. Et je vous rassure. Georges W. a peu de chances de faire un séjour à Guantanamo ou dans une prison similaire pour présidents ayant menti plus de 1000 fois à leur peuple pour parvenir à leurs fins.

            • L'enfoiré L’enfoiré 1er novembre 2010 19:35

              Pierre,

               Vous parliez dans votre article précédent des accointances entre le gouvernement canadien et celui des USA. Je n’y reviendrai pas. Affaire identitaire transmise de père en fils.

               Je vais l’étendre au niveau de la justice elle-même.

               A son sujet, j’écrivais : "Nous sommes bien loin de la Loi du Talion qui jugeait en appliquant la réparation par le même drame. La plupart des gens, par leur éducation, ont compris que le retour en arrière dans le temps n’apportera jamais la correction de l’injustice. Une victime restera une victime. L’acte gravé dans sa mémoire et dans l’histoire de la Justice. Nous vivons peut-être une époque de recul avec les moyens financiers. Le low-cost a pris de l’ampleur à tous niveaux. Les investissements dans une Justice de qualité ne se font pas plus que dans le passé dans l’expéditif. Les Sherlock Holmes, les « profilers » sont peut-être plus nombreux et demandent une mise à jour continuelle pour se nourrir des nouvelles techniques qui permettent de s’approcher d’une vérité plus circonstanciée. Elle ne peut être laxiste sinon les citoyens sont tenter de se charger de faire leur justice eux-mêmes. On s’intéresse désormais plus aux raisons dans le passé qui ont pousser le coupable à effecteur son délit." 


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 1er novembre 2010 19:53

                Guy


                Je saisis très bien votre commentaire. Dans le cas présent, la situation est pire. Nous sommes dans le déni de justice. Nous ne sommes pas dans l’anatomie d’une application de justice. Mais bien d’un défi, d’un simulacre, d’une terrible hypocrisie de la part d’un pays qui se pourfend en leçons de justifier et de moraliste dans le monde. Rien de moins.

                Pierre R.

              • L'enfoiré L’enfoiré 1er novembre 2010 20:25

                Pierre,

                "Dans le cas présent, la situation est pire. Nous sommes dans le déni de justice."

                Je suis bien d’accord.
                Il s’agit probablement d’une affaire d’Etat. Je ne connais pas les contre parties qui ont été présentes en échange. Le Canada complice de Guantanamo, le disait très bien. Un pays s’il le veut, il peut arranger les choses.
                Ceci semble être la dernière nouvelle.

                Des dénis de justice existent dans bien des domaines pour des raisons qui sortent de la compréhension du citoyen lambda.
                Alors parfois elles ressortent aux anniversaires et revenir dans les souvenirs.
                Dernièrement, l’affaire Ben Barka revenait à l’avant plan.
                J’y pense et puis j’oublie au rythme des médias.


              • LE CHAT LE CHAT 1er novembre 2010 22:05

                coupable ou pas d’avoir tué des américains n’est pas le problème ; il fait partie des enfants soldats endoctrinés et fanatisés pour cela , et n’est de toute façon pas responsable de ses actes ! personne n’a forcé les américains à faire une guerre d’agression au moyen orient , c’est la guerre , faut pas qu’ils s’attendent à être acceuillis avec des fleurs , vu comment ils se comportent sur le terrain ! ( Morice va me donner un bon point aujourd’hui ! smiley )


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 novembre 2010 01:58

                  Le Chat


                  Je rejoins votre commentaire.

                  Pierre R.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès